Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 60

Accélération max d'un vaisseau spatial



  1. #1
    _Goel_

    Question Accélération max d'un vaisseau spatial


    ------

    Bonjour,

    Je souhaitais savoir si on pouvait dépasser les 3g d'accélération pour un un vaisseau habité (et encore, 3g, c'est énorme).
    Pour ma part oui, en utilisant l'effet de fronde gravitationnelle (si je m'en figure bien le concept, l'accélération relative au vaisseau devrait même être nulle).
    Alors, existe-t-il un moyen pour un vaisseau habité d'acquérir rapidement (disons un 100ans) de la vitesse.

    Nota : le fait d'avoir un équipage dans le vaisseau permet de piloter ce dernier et donc de raser au maximum la surface ou l'atmosphère des astres rencontrés

    Evidemment, je pense pas être le premier à avoir eu cette idée... avez-vous plus d'infos, ai-je fait une erreur de raisonnement ?

    merci d'avance !

    (Question subsidiaire, en admettant une "accélération" de 100 ans, une vitesse constante ensuite, et une décélération de 100ans : quelle est la durée de voyage pour alpha du centaure, et quel est la vitesse de croisière atteinte ?)

    -----
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  2. Publicité
  3. #2
    jamesbond

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    bonjour,

    alors en admettant une accélération de 100ans suivie d'une décélération de 100ans, pas besoin d'une grosse accélération.

    Alpha du Centaure est à 4.39al ce qui fait environ 4.156x1016m
    chaque phase d'accélération (la phase de décélération étant symétrique à la phase d'accélération) fait donc d = 2.078x1016m et t = 3.156x109s

    si l'accélération est constante on l'obtient par la formule suivante : a = 2d/t2 = 0.00417m/s2 soit même pas un 2000ème de g !!!

    et la vitesse à mi-parcours vaut t x a = 13160 km/s
    Dernière modification par jamesbond ; 12/04/2007 à 00h56.

  4. #3
    _Goel_

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    En fait, je me focalise surtout sur l'effet de fronde des astres frolés sur leur parcours, les avantages et les limites d'une telle technologie (qui n'utilise pas de propulsion "conventionnelle").

    Merci qand même pour la réponse !
    @+
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  5. #4
    robur71

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par jamesbond Voir le message

    Alpha du Centaure est à 4.39al ce qui fait environ 4.156x1016m
    chaque phase d'accélération (la phase de décélération étant symétrique à la phase d'accélération) fait donc d = 2.078x1016m et t = 3.156x109s

    si l'accélération est constante on l'obtient par la formule suivante : a = 2d/t2 = 0.00417m/s2 soit même pas un 2000ème de g !!!

    et la vitesse à mi-parcours vaut t x a = 13160 km/s
    4.39 années lumière dans un référentiel terrestre, mais dans le réferentiel d'une fusée filant à 0.04 c ??


  6. #5
    DonPanic

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par _Goel_ Voir le message
    Pour ma part oui, en utilisant l'effet de fronde gravitationnelle (si je m'en figure bien le concept, l'accélération relative au vaisseau devrait même être nulle). Alors, existe-t-il un moyen pour un vaisseau habité d'acquérir rapidement (disons un 100ans) de la vitesse.
    Nan, l'accélération n'est pas nulle, tu te plantes en chisissant le mobile comme référentiel, il y est immobile.
    Il s'agit d'échange d'énergie cinétique: comme une bonne grosse planète même loin avec une faible vitesse orbitale a une masse colossale par rapport à celle de l'objet à accélérer, pour E=1/2mv2, et que l'échange énergétique se fait du potentiel le plus élevé au plus faible, lors d'une intéraction gravitationnelle, en calculant bien le coup, il y a vraiment accélération du mobile de masse riquiqui.
    Voir "Equipartition de l'Energie Cinétique"
    http://astro.u-strasbg.fr/~jfleck/docs/CAW_2006.pdf

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    DonPanic

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par _Goel_ Voir le message
    En fait, je me focalise surtout sur l'effet de fronde des astres frolés sur leur parcours, les avantages et les limites d'une telle technologie (qui n'utilise pas de propulsion "conventionnelle").
    Ben l'idéal serait une planète massive, avec une bonne vitesse orbitale et sans atmophère que le mobile pourrait raser au plus près sans être vaporisé par le freinage atmosphérique

  9. Publicité
  10. #7
    _Goel_

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Don Panic : Je parlais de l'accélération à l'intérieur du vaisseau, accélération que ressentiraient les pilotes. (Parce que j'espère bien que le vaisseau aussi va accélérer !, sinon, ça sert à quoi l'effet de fronde )

    Le fait d'utiliser ce genre de propulsion permettrait d'éviter de transformer des vaisseaux spatiaux en un gros propulseur attaché à un énorme réservoir. (notamment dans le cas d'exploration humaines de planettes éloignées du système solaire)

    @+
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  11. #8
    thomas65

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    4.39 al

    Imaginez voyager à un quart de c.
    En 17,56 années, on se retrouve dans les environs de Alpha du Centaure. Le temp de visiter et on reviens.

    Ca me semble possible dans une vie d'homme.
    Pourquoi ne le faisont nous pas ??
    Je supose qu'il y a certaines contraites qui nous l'en empèche...

  12. #9
    thomas65

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    J'aurais bien aimé un réponse

  13. #10
    vanos

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par _Goel_ Voir le message
    En fait, je me focalise surtout sur l'effet de fronde des astres frôlés sur leur parcours, les avantages et les limites d'une telle technologie (qui n'utilise pas de propulsion "conventionnelle").
    Bonjour,

    Quand un engin spatial, habité ou non, accélère grâce un effet de "fronde", comme tu dis, il n'y pas le moindre g, rien de rien, 0,0g, l'astronaute continuera à flotter dans sa capsule. Il n'y aura rien puisqu'il n'y a pas de propulsion. Mais l'engin prendra néanmoins de la vitesse sous l'influence de la gravitation de la planète, l'accélération est acquise par la "chute". L'objet ne fait que suivre sa trajectoire balistique et reste donc sans poids (loi de d'Alembert).*

    Salut.

    * loi de d'Alembert : Tout corps qui suit un trajectoire balistique sans aucune autre influence extérieur doit être considéré comme sans poids.

    P.S.
    Je parle de poids et pas de masse, ceci afin d'éviter des réponses intempestives.
    Dernière modification par vanos ; 20/04/2007 à 17h15. Motif: ajout d'une virgule
    Connais toi toi-même (Devise de Socrate inspiré par Thalès)

  14. #11
    Argyre

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par vanos Voir le message
    Bonjour,

    Quand un engin spatial, habité ou non, accélère grâce un effet de "fronde", comme tu dis, il n'y pas le moindre g, rien de rien, 0,0g, l'astronaute continuera à flotter dans sa capsule.
    Oui, c'est tout à fait ça.
    Pour compléter, je dirais qu'il y a bien une force, celle de la gravitation de la planète, qui est appliquée à toutes les particules de matière du vaisseau et de l'humain à bord. En conséquence, il y a bien accélération et modification du vecteur vitesse (la preuve, c'est que la trajectoire change), mais au niveau du ressenti de l'humain, il n'y a rien, comme s'il était en chute libre.
    Le quiproquo provient du fait qu'on parle de 1g, 2g 3g etc, en faisant allusion en vérité à ce qu'on ressentirait si on était à la surface d'une planète plus ou moins massique. Or, à la surface d'une planète, l'accélération et la vitesse sont nulles, car on ne bouge pas et il y a une réaction du sol, donc une autre force, qui compense exactement la force de gravitation.
    Et donc en toute rigueur, on ne devrait pas dire 1g, 2g, 3g, mais 1g avec réaction du sol, 2g avec réaction du sol, etc., ce qui éviterait un certain nombre de malentendus.
    Avec 1g sans réaction du sol, il y aurait accélération en chute libre, donc sans aucun ressenti pour l'humain ...

    Cordialement,
    Argyre

  15. #12
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par jamesbond Voir le message
    bonjour,

    alors en admettant une accélération de 100ans suivie d'une décélération de 100ans, pas besoin d'une grosse accélération.

    Alpha du Centaure est à 4.39al ce qui fait environ 4.156x1016m
    chaque phase d'accélération (la phase de décélération étant symétrique à la phase d'accélération) fait donc d = 2.078x1016m et t = 3.156x109s

    si l'accélération est constante on l'obtient par la formule suivante : a = 2d/t2 = 0.00417m/s2 soit même pas un 2000ème de g !!!

    et la vitesse à mi-parcours vaut t x a = 13160 km/s
    Tu ne prends pas en compte les effets de la relativité générale, il me semble.

    Ceci dit... je pourrais pas te dire la correction qu'il faudrait appliquer à ton raisonnement. Mais c'est intéressant.

    Sinon j'aimerais bien comprendre effectivement les contraintes qui empêchent actuellement l'Homme d'atteindre des vitesses de l'ordre du 1/10 de C, par exemple ? Le problème est peut-être dans la maitrise d'une telle vitesse plutôt que la possibilité de l'atteindre ?

  16. Publicité
  17. #13
    DonPanic

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Bonjour
    Citation Envoyé par vanos Voir le message
    Mais l'engin prendra néanmoins de la vitesse sous l'influence de la gravitation de la planète, l'accélération est acquise par la "chute". L'objet ne fait que suivre sa trajectoire balistique et reste donc sans poids (loi de d'Alembert).
    Ce n'est pas exactement comme tu le dis que ça se passe, parce qu'en ce cas l’énergie de chute acquise dans le champ de gravitation serait annulée lors de l'échappement, ce qui se passe, c'est que lors de l’interaction gravitationnelle l’énergie cinétique du couple
    (½ m1 v1² + ½ m2 v2²) a tendance à se distribuer entre les deux objets : l'objet de faible masse acquiert donc une vitesse importante
    T'as un phénomène équivalent si une petite bille percute en collision frontale un boule de bowling qui arrive lentement en sens inverse, la petite bille rebondira bien plus vite qu'elle n'est arrivée
    Dernière modification par DonPanic ; 20/01/2013 à 13h14.

  18. #14
    Carcharodon

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Salut,

    La question que je me pose : comment est-ce possible dans un si vaste forum de deterrer un si vieux topic ?
    Je parie sur une erreur de Donpanic pour une raison technique (il voulait regarder ou lire autre chose de plus récent), qui a donc répondu a celui-ci "inopinément" (j'ai presque envie de dire "à l'insu de son plein gré ©"), puis, après s'en être rendu compte, il s'est dit après "après tout... autant le laisser, puisque ça complète le topic".
    Ai-je de l'avenir comme voyant ?
    Restons superficiel pour ne pas fâcher

  19. #15
    kalish

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Quand même c'est un avantage pour la fronde gravitationnel auquel je n'avais jamais pensé, merci GOEL, il y aura quand même les effets de marée entre l'avant et l'arrière du vaisseau. Et comme mon vaisseau mesurera 10 km de long je ne vais pas choisir ce moyen de propulsion.
    j'aspire à l'intimité.

  20. #16
    poiop2

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Le vaisseau de DonPanic est tombé dans un trou spatio-temporel : Pour lui, les 5 ans qui séparent ses deux derniers posts sur ce topic n'ont duré qu'une seconde.

  21. #17
    Tryss

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    La question que je me pose : comment est-ce possible dans un si vaste forum de deterrer un si vieux topic ?
    Je pense que le coupable est "discussions similaires" en dessous. Il y a des topics très anciens qui apparaissent, même sous des topics récents, et si on ne regarde pas la date, on peut remonter des antiquités

  22. #18
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Pour reprendre l'idee de la fronde gravitationnelle, serait-il possible d'utiliser une voile faite en graphene poussee par la lumiere? La voile serait mise dans l'axe de l'etoile pour avoir un flux a zero ( ou bien elle serait pliee ) pour pouvoir s'approcher de l'etoile et mise en position de flux maximal des qu'elle quitte l'etoile pour avoir la poussee maximale.

    Elle serait hyper legere elle aurait une bonne acceleration...

  23. Publicité
  24. #19
    ansset

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par Nicolas321 Voir le message

    Elle serait hyper legere elle aurait une bonne acceleration...
    pendant combien de temps.??

  25. #20
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Pendant combien de temps il faudrait calculer, mais a distance egale d'une etoile elle accelererait beaucoup plus du a sa masse beaucoup plus faible.

    En se rapprochant du soleil, on pourait utiliser a la fois l'effet de fronde gravitationnelle et l'effet de flux de lumiere tres eleve.

  26. #21
    carracas

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    En se rapprochant du soleil, on pourait utiliser a la fois l'effet de fronde gravitationnelle et l'effet de flux de lumiere tres eleve.
    Pour utiliser l'effet de fronde gravitationnel, il faudrait t'en approcher pour le contourner. Si la voile s'en approche, elle sera repoussée par le vent solaire. On ne peut pas profiter dans la même direction de la gravité solaire et du vent solaire? Il sont opposés a mon sens.

  27. #22
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Carracas,

    C'est pour cela que je proposais de soit orienter le plan de la voile en direction du soleil pour reduire le flux au minimum, soit d'avoir des voiles pliables, qui ne seraient depliees que juste apres avoir fait le tour du soleil.

    Aussi, je me demandais si il ne serait pas possible de faire plusieurs boucles dans le systeme solaire pour beneficier de plusieurs coup d'accelerations. Les planetes seraient utilisees pour revenir en direction du soleil.

    L'avantage avec cette voile, c'est que l'on pourrait la deployer ou l'orienter exactement quand on voudrait, ce qui permettrait d'accelerer dans la direction que l'on souhaite.

    On combinerait cela avec le fait que les planetes sont disposees sur un plan pour se diriger en direction d'une planete pour avoir l'effet fronde de retour vers le soleil.

    On re-oriente la voile ou on la plie a chaque fois qu'on retourne en direction du soleil.

    Apres plusieurs coup d'acceleration, quand on a la vitesse souhaitee, on part en direction de l'espace intersideral.

  28. #23
    Obamot

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Citation Envoyé par Carcharodon Voir le message
    Salut,

    La question que je me pose : comment est-ce possible dans un si vaste forum de deterrer un si vieux topic ?
    Je parie sur une erreur de Donpanic pour une raison technique (il voulait regarder ou lire autre chose de plus récent), qui a donc répondu a celui-ci "inopinément" (j'ai presque envie de dire "à l'insu de son plein gré ©"), puis, après s'en être rendu compte, il s'est dit après "après tout... autant le laisser, puisque ça complète le topic".
    Ai-je de l'avenir comme voyant ?
    Ça dépend à quelle vitesse se déplace DonPanic actuellement, ce qui te semble plusieurs années pour lui et les autres, n'a peut-être duré que quelques instants furtifs...

  29. #24
    Obamot

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    EDIT: grillé par poiop2, mais même idée:

    Citation Envoyé par Tryss Voir le message
    Je pense que le coupable est "discussions similaires" en dessous. Il y a des topics très anciens qui apparaissent, même sous des topics récents, et si on ne regarde pas la date, on peut remonter des antiquités
    Ça m'est déjà arrivé!
    Dernière modification par Obamot ; 10/02/2013 à 23h51.

  30. Publicité
  31. #25
    kalish

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    On peut toujours utiliser la voile en biais, on obtiendra un peu moins de poussée. Par contre je me demande comment tu veux fairre pour pouvoir décider "quand" partir pour l'espace intersidéral. Si tu prends de la vitesse à chaque passage alors tu mettras de plus en plus de temps à revenir vers le soleil. Les astres peuvent s'utiliser de plusieurs manières, en allant à peu près tout droit, cad sans prendre de moment cinétique à l'astre, on peut accélérer, puis ensuite décélérer une fois l'astre passé, ça peut être pratique pour aller d'un point à un autre parce que ça met moins de temps, en plus éjecter des gaz quand on va à la vitesse d'éjection est ce qu'il y a de plus efficace, on pourrait donc imaginer déclencher une propulsion au plus bas du potentiel (au plus près de l'astre). On peut aussi bénéficier du moment cinétique de l'astre, si l'astre en a un, mais dans ton schéma de boucle autour du soleil je ne vois pas comment tu empruntes du moment cinétique au soleil.
    j'aspire à l'intimité.

  32. #26
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Effectivement je ne suis pas sur que l'on puisse prendre du moment cinetique au soleil. Mais ca depend peut-etre de vers quelle etoile on veut aller, parce que le soleil bouge par rapport au centre de la galaxie.

    Si on prend les schemas en bas de cette page:
    http://irh.unice.fr/spip.php?article18

    Dans le schema de droite on n'extrait pas de moment cinetique au soleil, mais on peut dire que le soleil tourne par rapport au centre de la galaxie, auquel cas on est dans le schema de gauche.

    Cela dit, les etoiles avoisinnant le soleil allant toutes a la meme vitesse, donc on serait plutot dans le cas ou le soleil est fixe par rappolrt aux autres dans ce referentiel en mouvement .

    Donc je pense que tu as raison, il semble impossible d'extraire du moment cinetique au soleil.


    On peut toujours utiliser la voile en biais, on obtiendra un peu moins de poussée.
    Oui, j'y pensais aussi pour mieux viser la planete.

    . Par contre je me demande comment tu veux fairre pour pouvoir décider "quand" partir pour l'espace intersidéral. Si tu prends de la vitesse à chaque passage alors tu mettras de plus en plus de temps à revenir vers le soleil.
    Les distance entre le soleil et les planetes sont negligeables par rapport aux distances intersiderales, donc les aller-retours sont negligeables si ils permettent une reelle acceleration.

    La voile essayerait d'utiliser les planetes interieures pour eviter de trop longs aller-retours.

    Il me semble ( je n'ai pas fait les calculs ), qu'accelerer depuis mettons 1/1000 de la distance terre-soleil jusqu'a la terre serait extremement efficace par rapport a accelerer depuis la terre, le flux etant proportionnel a l'inverse de la distance au soleil. Je me demande si ca ne serait pas equivalant a accelerer de la terre a 1000 fois l'orbite de la terre, je ne suis pas sur.

    A un moment donne j'imagine que la voile irait tellement vite que la gravitation de la planete ne serait plus assez forte pour la rediriger vers le soleil.



    Les astres peuvent s'utiliser de plusieurs manières, en allant à peu près tout droit, cad sans prendre de moment cinétique à l'astre, on peut accélérer, puis ensuite décélérer une fois l'astre passé, ça peut être pratique pour aller d'un point à un autre parce que ça met moins de temps, en plus éjecter des gaz quand on va à la vitesse d'éjection est ce qu'il y a de plus efficace, on pourrait donc imaginer déclencher une propulsion au plus bas du potentiel (au plus près de l'astre).
    Il me semble qu'accelerer a n'importe quel moment reviendrait au meme, mais je n'ai peut-etre pas compris exactement ce que tu voulais dire.

    Si j'avais droit a une pousee, il me semble que je la garderais pour mieux me diriger lateralement pour mieux viser le soleil et les planete. En particulier, mieux je vise le soleil, plus je peux m'en rapprocher en securite et plus je peux beneficier de son flux "a courte portee".

  33. #27
    Carcharodon

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Salut à tous,

    Quelques précisions sur les effets de la voile solaire :

    Une voile solaire ne sert a qu'a modifier l'aphélie et le périhélie de l'engin qu'elle propulse (selon l'orientation de la voile)

    Elle ne sert PAS à :

    - changer d'inclinaison lors d'un voyage transplanétaire
    - faire une injection planétaire, sauf en plusieurs dizaines (pour la lune) voir centaines (pour la terre) d'orbites de plus en plus grandes, qui prendraient des années dans le cas de la terre.

    donc il n'y a pas "d'acceleration latérale" (l'axe en question s'appelle l'axe d'inclinaison) pas plus qu'il n'y a "d'acceleration haut/bas" (axe inward/outward), il n'y a que l'axe pro/retrograde (devant derrière) qui est utilisé avec une voile solaire.

    SAUF dans le cas ou la sonde est déjà capturée en orbite sur le corps d'arrivée.

    A ce moment là, elle a tout le temps nécessaire pour changer a volonté son inclinaison orbitale, petit a petit.

    Et c'est ça l'utilité de la voile solaire : permettre a des sondes scientifiques qui étudient des corps celestes d'avoir une fin de vie qui n'est plus dictée par l'épuisement total de leurs réserves d'ergols MAIS par le composant le plus fragile de la sonde, ce qui allonge d'autant la durée de vie, donc d'exploitation.
    Ceci étant d'ailleurs valable aussi pour les satellites commerciaux, a terme (quand la technique suivra...)

    Il n'y a aucun autre intérêt technique a utiliser une voile solaire que celui ci, a l'heure ou nous parlons.
    Certainement pas de faire voyager le truc dans le système, où il serait d'une telle lenteur à passer d'un astre a l'autre, qu'il faudrait plusieurs vies d'hommes pour une mission complète.
    Évidemment, une défaillance du matériel de la sonde finirait de toute façon la mission bien avant.

    Et nous sommes complètement hors sujet...
    Restons superficiel pour ne pas fâcher

  34. #28
    kalish

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Effectivement je ne suis pas sur que l'on puisse prendre du moment cinetique au soleil. Mais ca depend peut-etre de vers quelle etoile on veut aller, parce que le soleil bouge par rapport au centre de la galaxie.

    Si on prend les schemas en bas de cette page:
    http://irh.unice.fr/spip.php?article18

    Dans le schema de droite on n'extrait pas de moment cinetique au soleil, mais on peut dire que le soleil tourne par rapport au centre de la galaxie, auquel cas on est dans le schema de gauche.
    Le problème c'est que nous tournons autant que le soleil par rapport au centre de la galaxie. Peut-être que tu peux mettre à profit le fait que nous avons une vitesse par rapport au soleil, mais comme il y a conservation du moment cinétique total je doute que ça se passe sans cout énergétique, car il faudrait contrer la force de coriolis et la force "centrifuge", pour tomber sur le soleil et en profiter comme tu le souhaites. Pas évident.

    Oui, j'y pensais aussi pour mieux viser la planete.
    Si les récits un peu science fiction science t'intéresse, cette idée est discutée ici: http://www.centauri-dreams.org/?p=23128
    Mais il ne faut pas oublier que la gravité aussi varie aussi comme l'inverse du carré de la distance, donc le rapport gravité sur pression de radiation aussi. Par contre la gravité est unidirectionnelle, on peu bel et bien mettre une voile de côté et obtenir une poussée. elle est 4 fois plus grande quand on divise la distance par 2, donc 4*4=16 fois plus grande quand on divise la distance par 4, 64 fois plus grande quand on divise par 8 etc etc...
    Les distance entre le soleil et les planetes sont negligeables par rapport aux distances intersiderales, donc les aller-retours sont negligeables si ils permettent une reelle acceleration.
    Non plus tu accélèreras plus tu iras haut et plus ça prendra de temps, de toutes façons tu ne peux pas décider de la vitesse à volonté, quand tu atteints la vitesse de libération tu ne peux plus revenir.
    La voile essayerait d'utiliser les planetes interieures pour eviter de trop longs aller-retours.
    Compliqué là il te faudrait des planètes vraiment petites et vraiment très massives, et la trajectoire je me demande comment tu veux faire, il faut que ce soit une hyperbole quand le "vaisseau" arrive sur la planète, on ne fait pas demi tour comme on veut en s'accrochant et en lachant le tourniquet, mais pourquoi pas, on avance plutôt dans le roman de SF mais je n'ai rien contre, pour avoir des discussions d'ingénieur en aérospatiale, il y a pas mal de forum encore plus sérieux.

    Il me semble ( je n'ai pas fait les calculs ), qu'accelerer depuis mettons 1/1000 de la distance terre-soleil jusqu'a la terre serait extremement efficace par rapport a accelerer depuis la terre, le flux etant proportionnel a l'inverse de la distance au soleil. Je me demande si ca ne serait pas equivalant a accelerer de la terre a 1000 fois l'orbite de la terre, je ne suis pas sur.
    la poussée, si tant est qu'on trouve un matériau capable de supporter un tel flux et de le réfléchir, varie comme l'inverse du carré de la distance, donc on obtiendrait une poussée 1000 000 de fois plus importante. mais elle n'est pas énorme à la distance terre soleil.

    A un moment donne j'imagine que la voile irait tellement vite que la gravitation de la planete ne serait plus assez forte pour la rediriger vers le soleil.
    A mon avis ça arrive bien avant d'avoir atteint une vitesse intéressante pour l'espace intersidérale, il suffit de savoir quelle est la hauteur du potentiel près des planètes, la hauteur du potentiel à ta distance minimale du soleil et ta vitesse à cette distance.
    Il me semble qu'accelerer a n'importe quel moment reviendrait au meme, mais je n'ai peut-etre pas compris exactement ce que tu voulais dire.
    Pas vraiment non, on peut voir ça de plusieurs façons différentes. l'impulsion que transmet une force c'est l'intégrale de la force appliquée par rapport au temps, si tu tombe dans un puits de potentiel tu subit une force pendant le temps de ta chute, si tu accélères en bas alors tu as plus de vitesse en bas du potentiel et tu passeras moins de temps exposé à la force qui vient contrer la première.
    Mais il y a plus simple pour voir un véritable avantage, si tu éjectes des gaz à une certaine vitesse, alors le référentiel où ta vitesse d'éjection égale la vitesse du vaisseau est le référentiel où le gaz aura le moins d'énergie cinétique, et donc forcément, comme ta dépense énergétique est la même, c'est celui où tu transféreras le plus d'énergie cinétique au "vaisseau". dans le cas des photons c'est assez similaire, la perte d'énergie des photons se manifeste par un effet doppler, et plus tu vas vite en fuyant le rayonnement, plus il est important, donc tu récupères plus d'énergie quand tu vas le plus vite, et c'est quand tu es en bas du potentiel, au plus près du soleil.

    J'avais jamais pensé à cet avantage de la loi qui varie comme l'inverse du carré de la distance, à terme ça me semble possible.
    j'aspire à l'intimité.

  35. #29
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Le problème c'est que nous tournons autant que le soleil par rapport au centre de la galaxie. Peut-être que tu peux mettre à profit le fait que nous avons une vitesse par rapport au soleil, mais comme il y a conservation du moment cinétique total je doute que ça se passe sans cout énergétique, car il faudrait contrer la force de coriolis et la force "centrifuge", pour tomber sur le soleil et en profiter comme tu le souhaites. Pas évident.
    Je ne suis pas sur que cela soit possible en effet.

    L'effet qui m'interesse le plus par contre est celui d'utiliser les planetes pour pouvoir revenir vers le soleil pour pouvoir avoir de multiples accelerations.

    Est-ce que c'est possible de faire cela, et sans perdre d'energie, la est la question.


    Si les récits un peu science fiction science t'intéresse, cette idée est discutée ici: http://www.centauri-dreams.org/?p=23128
    Des idees interessantes.
    Voici un autre lien interessant que je viens de trouver concernant l'idee d'utiliser une voile poussee par micro onde:
    http://home.earthlink.net/~jbenford/...ngConcepts.pdf


    Mais il ne faut pas oublier que la gravité aussi varie aussi comme l'inverse du carré de la distance, donc le rapport gravité sur pression de radiation aussi. Par contre la gravité est unidirectionnelle, on peu bel et bien mettre une voile de côté et obtenir une poussée. elle est 4 fois plus grande quand on divise la distance par 2, donc 4*4=16 fois plus grande quand on divise la distance par 4, 64 fois plus grande quand on divise par 8 etc etc...
    Oui. Cela permettrait d'accelerer lateralement si on le desire.


    Non plus tu accélèreras plus tu iras haut et plus ça prendra de temps, de toutes façons tu ne peux pas décider de la vitesse à volonté, quand tu atteints la vitesse de libération tu ne peux plus revenir.
    Tu veux dire haut par rapport au plan du systeme solaire?

    On s'entend bien que je veux utiliser les planetes de notre systeme solaire pour revenir sur le soleil. Je pensais aller directement sur la planete, sans faire une grande orbite dans le plan perpandiculaire.

    A ce moment la il est peut etre possible de revenir sur le soleil meme si la voile depasse la vitesse de liberation du systeme solaire. Si je rase par exemple jupiter alors que ma vitesse est superieure a la vitesse de liberation du SS, j'utiliserais sa gravitation pour revenir sur le soleil quand meme. La gravitation de Jupiter est-elle suffisante pour cela, je ne sais pas.


    Compliqué là il te faudrait des planètes vraiment petites et vraiment très massives, et la trajectoire je me demande comment tu veux faire, il faut que ce soit une hyperbole quand le "vaisseau" arrive sur la planète, on ne fait pas demi tour comme on veut en s'accrochant et en lachant le tourniquet, mais pourquoi pas, on avance plutôt dans le roman de SF mais je n'ai rien contre, pour avoir des discussions d'ingénieur en aérospatiale, il y a pas mal de forum encore plus sérieux.
    Effectivement je ne sais pas si la gravitation d'une planete serait suffisament forte pour produire un effet boomerang vers le soleil.

    Il faudrait creer un trou noir!

    la poussée, si tant est qu'on trouve un matériau capable de supporter un tel flux et de le réfléchir, varie comme l'inverse du carré de la distance, donc on obtiendrait une poussée 1000 000 de fois plus importante. mais elle n'est pas énorme à la distance terre soleil.
    Ok, mais ce que je me demandais, c'est comment calculer l'acceleration de la voile de 1/1000eme de la distance terre-soleil au rayon de la terre. Et est-ce que cette acceleration ne serait pas egale a celle produite de la terre a 1000 fois le rayon de la terre.

    J'avais regarde un peu le calcul, mais c'est un peu plus complique que prevu. L'acceleration est en 1/r^2 et on ne peut pas integrer directement sur r pour avoir la vitesse, c'est par rapport a t qu'il faudrait integrer.

    De plus, j'ai regarde sur wiki, et le rayon du soleil est de l'ordre de 1/200eme de la distance terre-soleil, donc on ne pourrait se rapprocher que d'un facteur 100.


    Pas vraiment non, on peut voir ça de plusieurs façons différentes. l'impulsion que transmet une force c'est l'intégrale de la force appliquée par rapport au temps, si tu tombe dans un puits de potentiel tu subit une force pendant le temps de ta chute, si tu accélères en bas alors tu as plus de vitesse en bas du potentiel et tu passeras moins de temps exposé à la force qui vient contrer la première.
    Mais il y a plus simple pour voir un véritable avantage, si tu éjectes des gaz à une certaine vitesse, alors le référentiel où ta vitesse d'éjection égale la vitesse du vaisseau est le référentiel où le gaz aura le moins d'énergie cinétique, et donc forcément, comme ta dépense énergétique est la même, c'est celui où tu transféreras le plus d'énergie cinétique au "vaisseau". dans le cas des photons c'est assez similaire, la perte d'énergie des photons se manifeste par un effet doppler, et plus tu vas vite en fuyant le rayonnement, plus il est important, donc tu récupères plus d'énergie quand tu vas le plus vite, et c'est quand tu es en bas du potentiel, au plus près du soleil.
    Je vois ce que tu veux dire maintenant. Mais le probleme d'un deuxieme systeme de propulsion est son poids supplementaire. A moins qu'on l'utilise un peu avant d'arriver au plus bas du potentiel. Des qu'on arrive au point le plus proche du soleil le carburant a ete utilise, diminuant le poids du vaisseau, et on pourrait meme larguer tout le moteur afin d'etre le plus leger possible quand vient le temps d'avoir l'effet de la pression de la lumiere.

    Je pensais a autre chose aussi... Mettons qu'on envoie un vaisseau de masse M et qu'on se debrouille pour larguer 9/10eme de la masse. On pourrait peut-etre s'arranger pour que toute l'energie cinetique reste dans le 1/10eme, le reste perdrait toute son energie. Par exemple, on envoye un vaisseau pesant 1000 tonnes vers le soleil. Le soleil l'accelererait 1000 tonnes exactement comme 100 tonnes, et on largue les 900 tonnes des qu'on passe a cote du soleil, et on garde toute l'energie cinetique...

  36. #30
    Nicolas321

    Re : Accélération max d'un vaisseau spatial

    Oublie ma derniere idee ca marche pas ca...

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. limite de la vitesse d'un vaisseau spatial
    Par pierre512 dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/04/2007, 15h53
  2. Premier vol d'un vaisseau spatial italien sans pilote
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 16/03/2007, 07h43
  3. vaisseau spatial
    Par petite-bulle68 dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 04/03/2007, 11h22
  4. Signature thermique d’un vaisseau spatial
    Par Pavel Chekov dans le forum Physique
    Réponses: 13
    Dernier message: 17/06/2005, 17h53
  5. Débris d'un vaisseau spatial
    Par Zaro dans le forum Archives
    Réponses: 1
    Dernier message: 12/08/2004, 15h37