Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

genetique



  1. #1
    tourres

    genetique

    connaît on les mécanismes qui discriminent l’allèle récessif du dominant lorsqu’il s’agit pour la cellule d’opérer à la traduction du code génétique. Comment la sélection se fait elle ?
    Je trouve que ce détail est gardé sous silence dans les cours de genetique
    Merci

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Jean-Luc P

    Re : genetique

    Les mécanismes sont complexes et relèvent de l'expression du code génétique :
    par exemple lors de l'auxotrophie à un acide aminé chez une bactérie, les allèles invalidés sont en général récessifs alors que l'allèle fonctionnel est dominant. En effet en abscence d'effet de quantité de l'enzyme produite, il suffit d'en avoir un peu pour que la réaction soit catalysée.

    Il faut connaître l'effet des différences entre les produits des allèles, et l'intégration des produits dans le fonctionnement cellulaire pour prédire els effets de récessivité, dominance, codominance etc.
    Jean-Luc
    La violence est le dernier refuge de l'incompétence.
    Salvor Hardin

  4. #3
    Vinc

    Re : genetique

    Salut!
    Juste pour compléter:
    Une mutation recessive entraine une perte de fonction alors qu'un allèle dominant équivaut à un gain de fonction. C'est pour cette raison que les oncogènes sont dominants car la mutation induit générallement la production d'une protéine toujours activée (Ras, etc...) ce qui est percue par la cellule comme un gain de fonction (plus besoin de l'activer car la protéine est constitutivement active), malheuresement...
    C'est l'inverse pour les suppresseurs de tumeurs qui correspondent à des allèles recessifs lorsqu'ils sont mutés car la protéine n'est plus fonctionelle du tout. Donc il faut que les 2 copies (sur chaque homologue) soient mutées pour que l'on ressente les effets d'une mutation "perte de fonction", car si une seule copie est mutée, l'autre copie normale (sur l'autre homologue) la remplace et on ne distingue pas de phénotype mutant...

    A+
    Vinc
    Dernière modification par Vinc ; 31/01/2006 à 11h06.
    Primum non nocere.

  5. #4
    tourres

    Re : genetique

    Merci de votre réponse
    Il me semble à vous lire que les génes se trouvant sur les deux homologues sont traduits ou essayé d'être traduit , mais l'alléle récessif ne produit pas une protéine fonctionnelle.
    Il n'y a donc pas un signal sur le géne qui prévient pour dire attention je suis récessif et il ne faut pas me traduire ou je suis dominant et il faut me traduire.
    est ce que je suis sur la voie?
    Michel

  6. #5
    Yoyo

    Re : genetique

    Non il n'y a pas ce genre de signaux.

    MAis attention un gene n'est JAMAIS dominant ou recessif. ce sont les PHENOTYPES qui sont recessifs ou dominants par rapport a un phénotype de référence. Car un meme allele peut conférer un phénotype dominant ou recessif selon l'environement.

    Yoyo

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    trelounette

    Re : genetique

    Citation Envoyé par Yoyo
    Non il n'y a pas ce genre de signaux.

    MAis attention un gene n'est JAMAIS dominant ou recessif. ce sont les PHENOTYPES qui sont recessifs ou dominants par rapport a un phénotype de référence. Car un meme allele peut conférer un phénotype dominant ou recessif selon l'environement.

    Yoyo
    alors là...j'en perds mon latin...
    j'étais mais persuadée ,(à tord je vois) que l'on parlait d'allèle dominant ou récessif pour un gène donné; que la dominance ou la récessivité s'appliquaient au génotype (et pas au phénotype)????? Est ce tout faux???

    comment un phénotype peut il être considéré comme dominant?? j'aurai plutôt eu tendance à dire favorable dans un environnement donné (ou défavorable).

    Merci à ceux ou celles qui éclairciront ces points de vocabulaire!!
    La génétique est compliquée mais alors ceux qui en parlent le sont plus encore je crois !!!

    Miss T. toute confusionnée

  9. Publicité
  10. #7
    Jean-Luc P

    Re : genetique

    Le vocabulaire est délicat, il faut se l'accorder. :-/

    On parle évidemment du phénotype associé à l'allèle (dans un fonds génétqieu donn&#233. Mais ça revient à parler d'allèle dominant ou récessif si on formule rapidement.
    Jean-Luc
    La violence est le dernier refuge de l'incompétence.
    Salvor Hardin

  11. #8
    trelounette

    Re : genetique

    merci pour ces précisions!!
    donc je ne suis pas totalement à la "ramasse" quand je dis ça ouffff
    Je retiens toutefois la leçon

    Miss T.

  12. #9
    klam

    Re : genetique

    coucou j'avais envie d'apporter quelques rappels

    Les gènes sont portés par les chromosomes, et les caractéristiques génétiques se répartissent sur les gènes en des lieux différents que le nomme «*locus*» (2,4 voire plus), les gènes occupant le même locus sur deux chromosomes homologues sont appelés allèles. Les chromosomes homologues sont morphologiquement semblables car portent les même gènes mais sont génétiquement différents car portent des allèles différents pour de nbx gènes !
    Dans le cas le plus simple, le chromosome est composé de 2 allèles, l'un provenant du père, l'autre provenant de la mère. Chaque allèle peut recevoir deux sortes de codage :
    1)présence d'un caractère : forme active de l'allèle
    2)absence d'un caractère : forme inactive de l'allèle
    Une de ces formes est dominante (dans la majorité des cas, la forme active) c'est à dire que c'est le caractère dominant qui influence le phénotype du sujet, l'allèle dominant s'exprimera aussi bien chez l'individu hétérozygote que chez l'individu homozygote.
    La forme récessive ne s'exprime au niveau du phénotype que chez l'individu homozygote, donc que si l'allèle récessif n'est pas associé au caractère dominant, mais à un allèle identique récessif.
    Ceci dit, le gène récessif (l'allèle recessif) a autant de chance d'être transmis à la descendance que le gène dominant, ce qui fait parfois apparaître dans la génération suivante des caractéristiques qui étaient portées par les parents dans être visibles.

    Un même phénotype peut être dominant ou récessif par rapport à un autre en fonction de la forme allèlique du gène qui confère ce phénotype : un phénotype est dominant ou récessif par rapport à un autre et non de façon asolue.
    Il n'y a pas de règle, ni d'après la forme allèlique ni d'après les conséquences sur la protéine.
    Seule l'expérience permet de déterminer dominance ou récessivité du phénotype en question.
    exemple :
    COLORE/jaune
    COLORE/himalayen
    COLORE/blanc
    JAUNE/himalayen
    JAUNE/blanc
    HIMALAYEN/blanc
    on voit qu'un phénotype donné est dominant ou récessif selon l'autre phénotype auquel on le compare.

    La dominance/récessivité est une propriété exclusivement phénotypique, même si ce phénotype est conféré par un allèle donné (qui n'est pas forcément toujours le même).

    Le phénotype est le résultat de l'action du milieu et de l'action de l'ensemble des gènes qui constituent le génome. Ce n'est pas la caractéristique exclusive d'un allèle d'un gène, mais le reflet de son interaction
    1) avec d'autres gènes du génome
    2) avec des composantes du milieu
    => phénotype = gènes + milieu

    J'espère que je ne vous ai pas ennuyé, étant nouvelle ce n'est pas toujours évident de prendre place dans une discussion lol

    @ bientôt !
    klam.

  13. #10
    aquilegia

    Re : genetique

    Citation Envoyé par trelounette
    alors là...j'en perds mon latin...
    j'étais mais persuadée ,(à tord je vois) que l'on parlait d'allèle dominant ou récessif pour un gène donné; que la dominance ou la récessivité s'appliquaient au génotype (et pas au phénotype)????? Est ce tout faux???
    Bonjour,
    C'est vrai que c'est un peu jouer sur les mots. On parle en général d'allèle dominant, mais c'est vrai que c'est un abus de langage, car un allèle récessif peut très bien être exprimé, mais n'avoir aucune conséquence sur le phénotype par rapport au dominant.
    Par exemple, un allèle codant pour une mélanine rousse pourra être exprimé, mais si son homologue code pour une noire, la rousse sera invisible phénotypiquement.
    Les deux sont exprimés, mais le phénotype "mélanine noire" est dominant sur "mélanine rousse".

    De nombreuses protéines sont ainsi exprimées, mais non fonctionelles, donc "invisibles" phénotypiquement.

    Citation Envoyé par trelounette
    comment un phénotype peut il être considéré comme dominant?? j'aurai plutôt eu tendance à dire favorable dans un environnement donné (ou défavorable).
    alors là, ça n'a rien à voir. Un allèle peut très bien être exprimé au détriment d'un autre (dominant), et n'être pas du tout favorable!

    Ainsi, l'allèle de la danse de Saint Guy est dominant, mais très défavorable...

    Je n'avais pas vu la réponse de Klam avant d'écrire, et elle est beaucoup plus claire et complète que la mienne!

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. [Génétique] Génétique et groupes sanguins
    Par selim01 dans le forum Biologie
    Réponses: 25
    Dernier message: 20/10/2012, 12h40
  2. [génétique] Besoin D'aide Pour Arbre Génétique...
    Par tite rose dans le forum Biologie
    Réponses: 23
    Dernier message: 07/02/2008, 01h16
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 09/07/2007, 08h38
  4. Réponses: 17
    Dernier message: 06/09/2005, 12h51
  5. [génétique] Génétique (génotypes...) Groupe sanguin
    Par dj_titeuf dans le forum Biologie
    Réponses: 7
    Dernier message: 21/11/2004, 18h29