Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Katrina est-il un phénomène naturel ?



  1. #1
    Rhedae

    Katrina est-il un phénomène naturel ?


    ------

    Bonjour,

    LA concentration de GES dans l'atmosphere est il responsable d'ouragans de plus en plus puissant ?

    -----
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  2. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  3. #2
    Robert Kandel

    Re : Katrina est-il un phénomène naturel ?

    Bien sûr, les cyclones tropicaux, dont les ouragans puissants comme Katrina, sont des phénomènes naturels. D'ailleurs, pour moi en tant que scientifique, tous les phénomènes sont naturels, il n'y a pas de surnaturel. Mais la nature est complexe. L'homme fait partie de la nature, mais ses activités pèsent de plus en plus lourdement dans la balance planétaire.

    Les ouragans font partie du climat normal dans le secteur Atlantique - Caraïbes, tout comme les typhons du Pacifique. Mais la fréquence et laviolence de ces cyclones tropicaux varient d'une année à l'autre, d'une décennie à l'autre, sans que l'on sache exactement pourquoi. Après une accalmie relative au cours des années 1970 et 1980, les ouragans sont revenus en force à partir des années 1990, surtout les ouragans les plus violents (de force 4 et 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson). On sait que la puissance des cyclones tropicaux est alimentée par le flux de chaleur latente d'évaporation des eaux chaudes à et sous les surfaces océaniques, mais leur genèse dépend aussi des gradients verticaux et horizontaux de température, de pression et de vent dans l'atmosphère, qui sont à leur tour modifiés par le développement de ces cyclones. Pour le secteur Atlantique - Caraïbes, on commence à disposer de prévisions saisonnières plus ou moins fiables, sans savoir exactement pourquoi ça marche. Les saisons de cyclones du secteur Atlatnique - Caraïbes sont généralement moins actives lorsqu'il y a un événement chaud El Niño sur le Pacifique, plus actives avec La Niña. On savait plusieurs mois à l'avance que la saison de 2005 allait être particulièrement active. Mais il est impossible de prédire la force et la trajectoire d'un ouragan plus que quelques jours à l'avance.

    Cela fait plusieurs siècles que l'on sait que les côtes basses du Golfe du Mexique, de la Floride au Texas et au Honduras, sont vulnérables au passage d'un ouragan, et celui du 8 septembre 1900 (avant le réchauffement !) a fait plus de 10.000 morts à Galveston (Texas). Les ouragans passan tprès de la Nouvelle-Orléans ont provoqué des inondations à plusieurs reprises au cours du 20ème siècle. En 2002, un journal de la Nouvelle-Orléans publiait une série d'articles donnant le scénario de la catastrophe qui est finalement arrivée en 2005 (voir http://www.nola.com/hurricane/?/washingaway/). Mais malgré le rôle essentiel que joue le port de la Nouvelle-Orléans dans l'économie américaine, les budgets pour le renforcement des digues n'ont jamais été une grande priorité pour les administrations qui se sont succédées, et ils ont été coupés sous l'administration Bush-Cheney, qui dans son mépris général des services publiques, a en plus peuplé l'administration fédérale pour les situations d'urgence (FEMA) d'amis politiques sans compétences. La catastrophe de Katrina vient de cette rencontre de la violence naturelle avec l'incurie politique.

    Quel rôle joue le réchauffement planétaire du au renforcement de l'effet de serre ? La réponse n'est pas claire en ce qui concerne la fréquence des cyclones, et il est certain que les fluctuations interdécennales sontbeaucoup plus marquées qu'une tendance éventuellement liée au réchauffement observé jusqu'ici. En revanche, plusieurs recherches à la fois théoriques et empiriques suggèrent que le réchauffement peut déjà avoir eu une influence sur la fréquence des ouragans les plus violents. Même si la vitesse maximale du vent n'a guère changé, l'intensité, définie comme intégrant la force, la durée, et l'étendue du cyclone, semble bien avoir augmenté depuis les années 1970. Plusieurs études indiquent qu'elle va presque certainement suivre une tendance générale d'augmentation au cours des prochaines décennies, ce qui n'exclut pas des variations en plusou en moins autour de cette tendance d'une année à l'autre. Les dégâts potentiels augmenteront très fortement avec l'intensité. Les dégâts réels dépendront aussi des précautions prises.

    RK

Discussions similaires

  1. La violence du cyclone Katrina est-elle en lien avec le changement climatique ?
    Par Tenacatita dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 64
    Dernier message: 02/04/2009, 02h48
  2. Réponses: 19
    Dernier message: 17/08/2006, 09h45
  3. Réponses: 14
    Dernier message: 16/08/2006, 23h31
  4. phénomene naturel (optique) delirant
    Par invite158967239 dans le forum Physique
    Réponses: 11
    Dernier message: 28/04/2006, 11h35
  5. ce qui est naturel a-t-il nécessairement une valeur?
    Par lisamariah dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 11
    Dernier message: 08/01/2005, 13h01