Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Mésomérie



  1. #1
    glop

    Mésomérie

    Je dois indiquer les formes mésomères possibles de NO3- et de NOCl. Pas de problème pour ça. Par contre je n'arrive pas bien à expliquer les cons"quences sur les longueurs des liaisons concernées.

    Je sais pas exemple que pour NO3- il y aura deux liaisons N-O simples et une liaison N-O double, qui seront de longueur différente car à un momment il y a un pi, à un autre moment un sigma (j'avoue ne pas m'y retrouver beaucoup entre les pi et les sigma!). Mais il semblerait que ces 3 liaisons soient de même longueur, finalement...

    Ce n'est pas très clair, je l'avoue!

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    laurisa

    Re : Mésomérie

    SALUT,

    Si tu t'amuses à différendier les 3 oxygènes de NO3-, tes differentes formes mésomères vont les lier "à tour de role" avec une double (pi) ou une simple liaison (sigma).

    Or on considère que les formes mésomères sont des formes limites et que la "vraie" forme est soit toutes les formes en équilibre les unes avec les autres (et en + ou - grand pourcentage en fonction des stabilités relatives), soit une forme indéfinie, à mi-chemin entre chacune des formes limite.

    Tout ça pour dire que pour un oxygène donné, ton azote peut être lié indifféremment avec une liaison simple ou double, donc les 3 sont équivalents, donc les longueurs sont égales.

    Enfin, de façon un peu qualitative, pour des éléments comparables (Z proches), une liaison simple sera plus longue qu'une liaison double (on peut dire, que les atomes sont plus fortement liés).
    « Celui qui excelle ne discute pas, il maîtrise sa science et se tait. » Lao-Tseu

  4. #3
    MAGICOS

    Exclamation Re : Mésomérie

    Citation Envoyé par laurisa Voir le message
    SALUT,

    Si tu t'amuses à différendier les 3 oxygènes de NO3-, tes differentes formes mésomères vont les lier "à tour de role" avec une double (pi) ou une simple liaison (sigma).

    Or on considère que les formes mésomères sont des formes limites et que la "vraie" forme est soit toutes les formes en équilibre les unes avec les autres (et en + ou - grand pourcentage en fonction des stabilités relatives), soit une forme indéfinie, à mi-chemin entre chacune des formes limite.

    .
    ATTENTION! a ne pas faire des simplifications abusives qui risquent d'induire des conceptions érronées.
    En particulier, il est faux de dire que les formes mésomères "sont en équilibre les unes avec les autres". Cela induirait l'idée que ces formes auraient une existence réelle, et qu'il y aurait un passage de l'une à l'autre comme dans un équilibre. Ce qui est faux.
    De même, il est faux de dire que les atomes d'oxygène vont se lier tour à tour avec une liaison double ou une liaison simple.
    Les formes mésomères ne sont que des "représentations limites" la vraie forme est intermédiaire entre ces formes limites.
    La mésomérie est un concept difficile, qui montre les limites des formules de Lewis avec les électrons localisés.
    Elle repose sur la notion de délocalisation électronique qui ne peut être correctement décrite que par la méthode des orbitales moléculaires polycentriques.

    Ne pas confondre mésomérie et tautomérie.
    Contrairement aux formes mésomères, les tautomères ont une existance réelles et sont en équilibres entre -elles.
    Par exemple dans l'équilibre céto-énolique, la forme cétonique et la forme énolique existent bien. La molécule passe d'une forme à l'autre par le déplacement d'un atome d'hydrogène et le réarangement simultané des électrons.
    Dernière modification par MAGICOS ; 07/12/2006 à 22h06.

  5. #4
    bretus

    Re : Mésomérie

    Salut!

    Tu dis :

    Citation Envoyé par glop Voir le message
    Je sais pas exemple que pour NO3- il y aura deux liaisons N-O simples et une liaison N-O double, qui seront de longueur différente car à un momment il y a un pi, à un autre moment un sigma (j'avoue ne pas m'y retrouver beaucoup entre les pi et les sigma!). Mais il semblerait que ces 3 liaisons soient de même longueur, finalement...
    Plus précisément, les formes mésomères ne sont qu'un modèle de ce qui se passe réellement;
    En fait, je dirais en vulgarisant :
    Tout se passe comme si on avait trois liaison où chaque liaison était 2/3 simple 1/3 double. On ne peut pas dire présisément on sont les électrons du double non liant, on peut dire : ils un peu partout à la fois ce qui fait que les liaisons ne sont ni réellement simple, ni réellement double mais un peu des deux

    ++

  6. #5
    speculatius

    Re : Mésomérie

    je pense que la réponse à ta question est simplement que tes liaisons seront plus courtes lorsqu'il y un effet mésomère ( dans ton cas ) que lorsqu'il n y en a pas, car elles se situent entre la liaison simple et la double. par ex pour R2N-OH la liaison N-O sera plus longue que les liaisons N-O de NO3. voila et c'est pareil pour NOCl.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    theoch

    Re : Mésomérie

    Citation Envoyé par MAGICOS Voir le message
    ATTENTION! a ne pas faire des simplifications abusives qui risquent d'induire des conceptions érronées.
    En particulier, il est faux de dire que les formes mésomères "sont en équilibre les unes avec les autres". Cela induirait l'idée que ces formes auraient une existence réelle, et qu'il y aurait un passage de l'une à l'autre comme dans un équilibre. Ce qui est faux.
    De même, il est faux de dire que les atomes d'oxygène vont se lier tour à tour avec une liaison double ou une liaison simple.
    Les formes mésomères ne sont que des "représentations limites" la vraie forme est intermédiaire entre ces formes limites.
    La mésomérie est un concept difficile, qui montre les limites des formules de Lewis avec les électrons localisés.
    Elle repose sur la notion de délocalisation électronique qui ne peut être correctement décrite que par la méthode des orbitales moléculaires polycentriques.
    ...
    Tout cela est très juste. On peut aussi relier de façon quantique la délocalisation à la mésomérie
    1/ par projection comme dans les approches NBO
    2/ ou par interaction comme dans l'approche HL-CI qui derive le la méthode de Hückel.

    pour cette seconde approche on peut "jouer" avec l'applet HuLiS qui traite de la mésomérie.
    On obtient des poids (en %), qui ne sont pas le reflet d'une proportion des formes limites dans le milieu,
    mais de leur part de ressemblance avec la forme totalement délocalisée.
    Cette dernière seulement a une existence.

  9. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Mésomérie
    Par spitfire378 dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/01/2007, 09h19
  2. Causes de la mésomérie?
    Par Pjzbbsection dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/10/2006, 09h17
  3. Mésomérie
    Par Hogoerwen'r dans le forum Chimie
    Réponses: 9
    Dernier message: 27/03/2006, 15h35
  4. mésomérie Cl
    Par chimixtar dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 01/12/2005, 08h14
  5. mésomérie
    Par yonyon dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 14/11/2005, 08h30