Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 106

Electro-osmose et électrophorèse :



  1. #1
    phi

    Question Electro-osmose et électrophorèse :


    ------

    Je suis à la recherche de composés de solutions pour électrolyse.

    Voici le problème :
    Remontée capillaire dans un mur sans fondation ou presque avec un sous-sol humide.

    Voici le principe :
    Installation d’anodes dans le mur et liaison à une cathode pour neutraliser la polarité du mur.
    L’objectif étant de bloquer la remontée de l’eau (- du sol vers le + du mur)
    Dans le mur ont pose un conducteur du type cuivre (tube) et dans le sol un conducteur du type acier galvanisé. (Prise de terre)
    Jusque là ça va ?

    Pour accélérer ou favoriser le processus il faut pouvoir injecter un produit qui favorise ce principe électrolytique.
    D’après mes recherches sur le net, il faut employer une solution de chlorure de calcium et d’acétate de calcium.
    Le chlorure de calcium est utilisé pour absorber l’humidité mais aussi a raison de 2% maxi pour accélérer la prise du ciment.
    N’étant pas chimiste, je m’interroge sur l’utilité et le dosage de l’acétate de calcium dans cette solution !!

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    lft123

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour,

    Le chlorure de calcium est utilisé à l'état solide pour déshydratation et accélération de la prise du ciment.
    En l'occurence l'ion calcium servira de "vecteur" pour le passage du courant.
    Les solutions de chlorure de calcium sont basiques, l'ion acétate sert à tamponner le mélange (càd à stabiliser son pH).
    Quant aux dosages à utiliser je ne peux pas te renseigner.

    @+

  4. #3
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Merci beaucoup pour ta participation.
    Je viens juste de terminer ~256 trous dans lesquels j’ai injecté un mélange de sable et de chaux hydraulique, après quoi j’ai mis en place un tube de cuivre de 12mm et 20cm de longueur.
    Sur un portion du traitement ~6m linéaire d’un mur non peint et trois jours après la liaison a la prise de terre, l’effet est déjà perceptible.
    Au dessus le la ligne de traitement une zone de 10cm est visuellement sèche.

    A ton avis ?
    Comme j’ai installé des tubes de cuivre.
    • Est-il raisonnable d’envisager une injection de chlorure de calcium pour stabiliser le pH du procédé.
    • Le chlorure de calcium est-il corrosif pour le cuivre.
    • Est-ce que cette astuce permettrait de combattre l’efflorescence de salpêtre dans le temps.
    • Est-ce que ceci peut avoir une incidence écologique sur la nappe phréatique si l’on reste raisonnable sur le dosage. (Le salpêtre est le résidu du développement des bactéries qui se nourrissent de l’ammoniaque provenant des eaux du sol et du carbonate de calcium contenus dans les murs. La transformation se termine au contact de l’oxygène de l’air pour former le nitrate de calcium ou " salpêtre ". Le salpêtre, en réalité, est visible le plus souvent dans les bâtiments ou ont séjourné des animaux, son origine se situe dans l'urine).
    Mon habitation est une ancienne ferme.

  5. #4
    lft123

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour,

    A priori ton installation à l'air de fonctionner correctement ! Et c'est tant mieux !
    Je n'essayerai donc pas d'introduire une solution de CaCl2.
    De plus, tes efflorescences de salpêtre devraient disparaître puisque comme tu le signales elles proviennent d'une activité bactérienne. Or, en l'absence d'eau point de vie donc point de bactéries. Si ton mur reste sec tu n'auras plus de salpêtre !

    @+

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    alherv2001

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Citation Envoyé par phi
    Merci beaucoup pour ta participation.
    Je viens juste de terminer ~256 trous dans lesquels j’ai injecté un mélange de sable et de chaux hydraulique, après quoi j’ai mis en place un tube de cuivre de 12mm et 20cm de longueur.
    Sur un portion du traitement ~6m linéaire d’un mur non peint et trois jours après la liaison a la prise de terre, l’effet est déjà perceptible.
    Au dessus le la ligne de traitement une zone de 10cm est visuellement sèche.

    A ton avis ?
    Comme j’ai installé des tubes de cuivre.
    • Est-il raisonnable d’envisager une injection de chlorure de calcium pour stabiliser le pH du procédé.
    • Le chlorure de calcium est-il corrosif pour le cuivre.
    • Est-ce que cette astuce permettrait de combattre l’efflorescence de salpêtre dans le temps.
    • Est-ce que ceci peut avoir une incidence écologique sur la nappe phréatique si l’on reste raisonnable sur le dosage. (Le salpêtre est le résidu du développement des bactéries qui se nourrissent de l’ammoniaque provenant des eaux du sol et du carbonate de calcium contenus dans les murs. La transformation se termine au contact de l’oxygène de l’air pour former le nitrate de calcium ou " salpêtre ". Le salpêtre, en réalité, est visible le plus souvent dans les bâtiments ou ont séjourné des animaux, son origine se situe dans l'urine).
    Mon habitation est une ancienne ferme.
    Salut phi,
    Où en es-tu de ton assèchement de mur. Depuis ton dernier post les choses ont-elles évolué?
    Comme je compte faire pareil que toi pour ma cabanne en Limousin, Je suis avide de ton expérience.
    Pourquoi chaux hydrolique + sable?
    A quelle hauteur du sol as-tu mis tes électrodes?
    Dans mes lectures il était parfois question d'électrodes en graphite. Qu'en penses-tu?
    Un piquet de terre en galva ferait-il l'affaire?
    Les murs de la maison sont en pierres montées au tuf (argile du coin). Au Passage je dis bonjours à lft123 qui est du coin mais que je ne connais pas.
    Cordialement

  8. #6
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Salut alherv2001 et les autres

    Mon installation électrophorèse remonte à juillet 2005.
    Long, très long l’installation, mais prometteuse.


    Configuration : un percement tous les 20 à 25 cm et à ~ 15 cm du raz du sol (terrasse).
    Liaison de chaque anode avec un fil de cuivre de 2.5 2
    Les anodes sont réalisées avec du tube cuivre sanitaire de 14 mm, aplati à une extrémité.
    L’autre extrémité reste ouverte et comporte un morceau de fil de cuivre de ~25 cm.
    Un fois percé au diamètre 18 mm, je nettoies et remplis ce trou avec un mélange de chaux hydraulique et de sable fin.
    Pour remplir, j’ai confectionné une petite pompe manuelle avec un Tuperware « réservoir », un tube rigide gris de gaine électrique (diamètre 16 mm) « fourreau d’injection » et de la colle (pistolet à colle) et une petite longueur de tube de cuivre bouché « qui sert de piston ».
    Le mélange doit être liquide avec 1/3 de chaux et 2/3 de sable.
    La chaux est un matériaux qui reste microporeux après séchage, l’humidité résiduelle présente lors de l’opération et ainsi captée par la chaux, elle maintien aussi l’anode dans une atmosphère humide au début du traitement et éventuellement par la suite.
    Une fois le trou rempli, il faut introduire l’anode au marteau dans l’axe du trou. L’excès de mélange s’écoule au dehors. L’anode est en retrait de la surface du mur pour permettre la finition invisible avenir.
    Seul le bout de fil 2.5 2 soudé sur l’anode dépasse du mur.
    Après le deuxième trou, il faut souder les deux fils l’un à l’autre dans le sens de la progression du traitement ;
    Ces soudures sont alors insérées dans une saignées préalablement effectuées sur la périphérie du mur en traitement.
    C’est d’ailleurs la première opération à réaliser, car elle sert de guide pour les perforations au diamètre 18 mm.
    Une fois que la boucle est achevée, un termine cette réalisation en reliant les deux dernier fils sur une barrette de coupure traditionnelle de prise de terre en cuivre.
    Pour neutraliser la polarité du mur, il suffit maintenant de relier l’autre extrémité de la barrette à un piquet de terre traditionnel lui aussi (1.8m), qui est planté dans la zone périphérique extérieure la plus humide du bâtiment à traiter.
    Lors d’une mesure à l’aide d’un « Mètrix » avant la fermeture du circuit entre la terre et le mur, j’ai obtenu 0,88V. Ceci est la différence de potentiel naturel entre le mur et le sol.
    Le fait d’établir ce contact permet simplement de neutraliser cette polarité qui favorise la remonté capillaire naturelle «Sol > Mur » et qui entraîne l’humidité et les minéraux du sol avec elle dans le mur.

    Ma réalisation : Bâtiment de 1790, ancienne fermette du nord de la France, Murs de 45cm en brique pas toujours bien cuites, montées partiellement avec une chaux chargée d’agile (friable), comportant un enduit de ciment (une erreur de mes début en construction, erreur de jeunesse, l’idéal étant un enduit à la chaux), la nappe phréatique visible dans le puit sur la terrasse est a 80 cm sous le niveau du sol.
    Comme il s’agit d’une ancienne ferme, cela signifie également que les sols ont étaient chargés pendant un temps d’urines des animaux. Les minéraux de cette origine, favorisent le salpêtre lors des remontées capillaire.
    Périphérie partielle réalisée ~ 50 m, ~30 m de tube de cuivre de 14 mm + ~ 200 m de fil de 2.5 2.
    Une barrette de coupure de prise de terre et un piquet de terre de 1,8 m, un sac de 50Kg de chaux hydraulique et deux sacs de sable très fin. Plus une tonne de courage et de persuasion.

    Ce principe est également utilisé au Canada avec un maillage de surface et de fondations, pour stabiliser des terrains d’argile gonflante afin de les rendre constructible.

    Après maintenant 4 mois de traitement (juillet , novembre), je n’ai plus de salpêtre sur les tableaux de mes portes d’entrées. Le traitement dans le garage sur un mur enduit de chaux, laisse apparaître maintenant une zone sèche à la base de 50 cm.
    Sur la ceinture du traitement, certains trous sont restés humide un bon moment, (couleur plus sombre de l’enduit de bouchage), mais maintenant ils sembles tous secs.
    Il faut maintenant que l’humidité s’évacue au dessus de la ceinture de traitement. Je vais donc patienter jusqu’à l’été prochain pour pouvoir refaire les peintures de façades.

    Il est possible d’améliorer ce principe en boostant cette différence de potentiel avec un petit générateur de 3V polarisé que l’on peut laissé actif en permanence.
    Il faut alors envoyer le négatif (-3V) sur la ceinture périphérique du mur.
    Je suis à la rechercher d’un schéma pour pouvoir réaliser et installer ce dispositif.

    Cordialement

  9. Publicité
  10. #7
    alherv2001

    Thumbs up Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Merci pour ta réponse fort détaillée et très encourageante.
    Pour l'alim 3V que tu recherches, ne pourrais-tu pas prendre un de ces petits chargeurs réglables à moins de 10€ qu'on trouve en grande surface? Au fil de mes lectures sur le sujet, il était question d'un courant très, très faible. Une bonne ventilation était de toute façon requise pour un bon assèchement et des résultats tangibles n'étaient obtenus qu'après plusieurs mois d'utilisation. Dès que tu progresses, merci pour nous tenir au courant.
    Bien cordialement

  11. #8
    Terrail

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour à tous,

    Cette discussion m'intéresse beaucoup car je suis un peu dans le même cas de figure que Phil: bâtiment ayant servi durant au moins un siècle d'étable pour 30 vaches et construit en pierres de taille de calcaire tendre et poreux.

    Les remontées se font sur environ 70 cm et provoquent avec les sels une desquamation de la pierre.

    D'après ce que j'ai lu sur un bouquin intitulé "humidité" le problème de l'électro-osmose est la corrosion electro-chimique des electrodes qui doivent être changées fréquemment.
    J'ai lu dans un autre forum que certaines entreprises spécialisées posaient un fil de titane, mais où en trouver et à quel prix ?
    Il est aussi question d'anodes en carbone: je sais que c'est un bon conducteur, mais quels sont ses autres avantages ?

    Pour ce qui est du générateur, j'ai pensé tout simplement à une alimentation stabilisée que l'on trouve dans tout magasin d'électronique et qui permet de régler la tension et l'intensité( j'en ai vu vers 80 ou 90 e).

    Je me pose une question a propos de l'electro-osmose active: n'y a t-il pas un risque, sans contrôle précis du processus, d'assecher le sol sous les fondations au risque de provoquer un mouvement du bâti ?

    Enfin, Phil, pourrais tu continuer à nous tenir informer de l'évolution de ton dispositif et as tu une bibliographie ou des références de sites sur ce sujet ?

    merci

  12. #9
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonsoir à tous,
    D’abord, je suis heureux de contribuer, et je le souhaite, à votre futur bien être.
    Mais l’ignorance génère souvent chez certains de nos congénères, des velléités insoupçonnées et opportunistes.
    Pour la petite histoire, après des recherches sur le net pour glaner quelques infos précieuses, j’ai également tenté de contacter des « Spécialistes ».
    Car il existe des spécialistes !
    J’ai été démarché par une société Parisienne, qui Vend un système générateur d’ondes.
    Ce procédé mesure automatiquement le champ magnétique de l’environnement où il est installé. Il en analyse la valeur et génère automatiquement une onde magnétique inverse, qui neutralise les valeurs initiales.
    L’exemple donné étant le suivant, dans un appartement Parisien, une humidité sur un mur peu être résorbée sans interventions sur les murs. Il suffit de le branché sur le secteur, est ceci quelque soit l’étage de l’installation. Vous bénéficiez également d’une garantie pour 6000€ si la diagonale du bâtiment n’excède pas 30 m.
    « ? »
    Franchement, il y en a qui ne doute de rien, je vous laisse en juger.
    Concernant les anodes en cuivre, j’ai eu l’occasion lors de la rénovation de mon habitation et d’autres, d’extraire des installations sanitaires (tube de cuivre) dans des murs humide.
    La corrosion n’a fait que noircir le cuivre ou le couvrir de vers gris, mais jamais au point de provoquer une fuite.
    Ce qui pourrait provoquer une perforation serait un effet pile, c’est par exemple la cohabitation du cuivre et de l’acier. Un électrolyse est alors obtenu en favorisant la corrosion et donc la perforation.
    Ce phénomène est endigué sur les installations de chauffage central, en installant un raccord ou un coudre en fonte sur le circuit. C’est cette pièce qui va concentrer la charge électrique dans la circulation hydraulique de l’installation. Elle seule présentera une corrosion.
    Ce phénomène est connu également par les couvreurs zingueurs qui choisissent des clous zinc ou cuivre sur les toitures, et surtout pas de clous galvanisés car ils contiennent de l’acier.
    Autre application sur les moteurs hors bord avec un carter en aluminium, une pastille d’acier interchangeable permet de concentrer volontairement cette corrosion.
    Bref, je ne suis pas trop inquiet sur la durée de vie du cuivre dans mon application.
    Le Carbone :
    J’ai néanmoins envisagé d’utiliser des barreaux de Carbonne, mais le problème reste entier quand on pense à la liaison électrique de cette anode à la ceinture périphérique de l’installation.
    J’ai donc dépouillé des piles 4.,5V et autres 1,5V pour en extraire le noyau de carbone, mais comment faire pour 30m linéaire et ensuite pour établir une liaison électrique fiable dans le temps ?
    Le Titane :
    Oui, ça sonne très High-tech, mais il faut trouver le fournisseur (à quel prix ?) et ensuite il faut établir les différents contacts électriques sur la ceinture (avec des dominos d’électricien en laiton?). A vous de voir où se trouve la meilleur des solutions. Pour ma part c’est fait !
    Le temps permettra de juger.
    La bibliographie :
    N°1 : http://www.international.icomos.org/...ol7/vol7_3.pdf
    Elle existe dans le D.T.U. (Documents Techniques d’Unifiés) qui est accessible aux bureaux d’études du bâtiment (Normes AFNOR) http://www.afnor.fr/portail.asp?lang=French
    A voir aussi : http://www.purline.tm.fr/applications/hygrostop.html et http://www.intersight.be/scripts/pub...txt=0BGEtVQ8fr
    Assécher le sol sous les fondations :
    A mon imble avis il faut :
    1 : de toute façon assainir la situation actuelle pour sauvegarder le patrimoine et le moral.
    2 : utiliser une installation industrielle pour réaliser un assèchement du sol (voir exemple ci après)
    Consolidation des sols - ÉLECTRO-OSMOSE (Infos de nos cousins du Quebec)
    Certains limons et argiles fins ne se prêtent pas au drainage par le vide. L'électro-osmose peut alors être utilisée. On place les électrodes dans le sol instable. Un courant les parcourt et l'eau se déplace de l'anode à la cathode à travers les interstices du sol. La cathode est le dispositif (pointe filtrante, injecteur, etc.) qui collecte l'eau et la renvoie ensuite vers la surface. Cet écoulement électro-osmotique contrôle le sens de l'infiltration, développe la tension interstitielle et réduit la teneur en eau du sol. Ces actions combinées augmentent la résistance au cisaillement et la stabilité du sol. Bien que l'électro-osmose se révèle quelquefois la seule méthode pratique de stabilisation, certaines conditions en limitent l'applicabilité. Avant d'utiliser l'électro-osmose, il convient de faire un échantillonnage du sol, des analyses en laboratoire et des essais sur le terrain.
    A +
    Cordialement

  13. #10
    Terrail

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonsoir et merci pour ton message.

    Je me demande si, pour simplifier on ne pourrait pas simplement placer dans la rainure horizontale un cable de cuivre nu comme une tresse pour terre, à la place des électrodes ?

    Par ailleur,est ce que la hauteur de l'emplacement des electrodes a une grande importance: au dessus de la ligne des eaux ou simplement comme tu l'a fait, au dessus du sol extérieur ?

    Pour le générateur, je pense que je vais commander une petite alimentation stabilisée pour faire des essais sur une portion du mur. J'ignore quelle peut être la consommation moyenne...

  14. #11
    alherv2001

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Pour répondre à Phi, il existe des procédés générant « quelque chose » qui empêche les remontées capillaires. Pour ne pas la citer c’est la société « mur-tronic » . Le plus fort dans leur machine c’est qu’elle ne se branche pas! Je connais personnellement des gens qui ont constaté l’effet d’assèchement de cette machine dans une cave qui était humide. Les effets de cette machine sont par ailleurs reconnus par les architectes. Comment cela marche ? Je n’en sais rien, mais ça marche. Si quelqu’un a une idée, merci d’en faire part ici.
    Le seul problème, en ce qui me concerne, c’est le prix très élevé auquel est proposé l’équipement et sa mise en œuvre par des « spécialistes ».
    Je m’oriente donc vers une « solution de pauvre » avec électrodes et trous à faire, mais qui semble à priori fort jouable.
    Pour cette mise en œuvre, une alimentation externe est-elle obligatoirement nécessaire ?
    Le couple tubes de cuivre et piquet de terre en galva est-il la solution qui fonctionne ?
    --------Pour phi---------
    Y a t'il une raison particulière d'avoir aplati les tubes de cuivre à l'une de leurs extrémité
    -------------------------
    Pour info La camif distribue un système alimenté.

  15. #12
    Terrail

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour,

    Le système distribué par la Camif est aussi vendu (plus cher) sur le site purline.com et ce qui est interessant c'est que l'on y trouve en téléchargement, le manuel d'utilisation de leur "centrale d'assechement".

    je viens de le lire et on y apprend comment positionner les sondes (hautes et basses: il n'ya pas de piquet de terre) et que l'appareil délivre une tension inférieure à 6 v et pour une consommation maxi de 1.5 w.

    Il fournissent aussi un mortier spécial de phorèse (composition ??) le problème est qu'il ne vendent dans le kit que 3 anodes et 2 cathodes, ce qui ne permet de traiter que 1 m de mur !!

    Cordialement

  16. Publicité
  17. #13
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour Terrail,

    A mon avis, il est possible de se limiter à une tresse de cuivre incrustée dans le mur s’il est fins.
    Mais tout comme pour le positionnement au dessus de la ligne des eaux, il faut que le champ électrique puisse atteindre la masse humide de ton mur.
    Hors, si le mur est trop épais, l’arrière ne sera pas sous l’action du traitement.
    Et d’autre part, si la tresse est positionnée trop bas, l’humidité pourrait contourner le dispositif pour s’infiltrer par ailleurs.
    D’autre part, la consommation dépend de l’ampérage de l’alimentation stabilisée.

    A+ et bon courage.

  18. #14
    Settlers

    Lightbulb Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour à tous et + particulièrement à Phi qui semble nous être la cathode commune ! J'arrive certe en retard sur ce forum auquel je souhaiterai ardement participé pour toutes les mêmes raisons que vous autres. Je tacherai donc de ne poser qu'une seule question à Phi mais la bonne pour moi. Pour ma part je n'ai et ne voie de remontée capilaire que sur l'intérieur de mes murs !!!! Pourquoi ? J'ai un crépis sur les faces externes, bien sur, installé depuis maintenant X années et qui ne bouge pas. Pas de tâche. Pas de mousses. Pas de fissures. Il faut dire que je l'entretien. Comme dit précedement je ne voie donc de remontée capilaire qu'à l'intérieur. Comme beaucoup ici ma maison est une ancienne et traditionnelle fermette. Landaise du bord de l'Adour et pas forcement du meilleur côté avec à son origine une petite étable. Etable sacrifiée pour tout ce qui est devenue installation sanitaire. Mais là ne sont pas les remontéees ! Elles sont partout autre. Ma question à Phi: est ce une absolue necessité que de vouloir traiter de l'extérieur ? Cela me generait beaucoup. (pour mon crépis). Merci Et bonne fêtes de fin d'année à tous.
    PS: j'ai aussi un puit à 1 m de la façade de la maison ! La chambre en face ressemblerait + à une éponge !!!

  19. #15
    Settlers

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Pour répondre aussi à Alher2001.
    Le cuivre est le meilleur conducteur rapport qualité prix. Et ce depuis ....l'origine de l'électricité. Il y a bien d'autres métaux mais plus couteux car plus rare et aussi plus difficile à traiter et à mettre dans les formes qu'il nous interresse ici. Et dans le cas qui nous occupe à tous je pense très scincèrement que le cuivre est celui qu'il nous faut. De plus nous le trouvons partout.
    Pourquoi toutes nos installations électrique sont elles en cuivre et pas dans un autre matériaux ? La conductibilité électrique du cuivre a été prise comme référence par la Commission Électrotechnique Internationale en 1913 et la résistivité du cuivre, d'une valeur de 1,724 microhm. cm à l'état recuit, est l'étalon de cette mesure.Seul l'argent a des performances légèrement meilleures sur ce point. Voilà. J'espère avoir ainsi contribué et aidé Phi à répondre à vos questions sur l'utilisation du cuivre dans le cas qui nous occupe ici.
    Fred.

  20. #16
    Settlers

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour Phi. Au fil de ta lecture je me pose la question pourquoi veux tu appliquer (-3V) sur la ceinture périphérique du mur ? Tes anodes sont bien positives (+) et tes cathodes bien négatives (-) reliées à la terre non ? Je ne vois pas où , comment et sutout pourquoi tu veux du -3V et non pas du +3V pour accélerer le processus ? Il y aurait il qlq chose que j'aurais "loupé" qlq part ? Ne risquerais tu pas justement en appliquant -3v de réinverser ton processus ?

  21. #17
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour, a tous,

    Stellers ; Le traitement extérieur n’est pas impératif.

    I) Si le crépi extérieur est plus étanche que le revêtement intérieur, ceci explique cela, l’évaporation de l’humidité par remontée capillaire est donc plus facile à l’intérieur.
    Cette évaporation laisse à cet endroit le salpêtre que l’humidité a entraîné avec elle.

    II) D’autre part, l’ascension de l’humidité respecte la polarité (-) >> (+)
    (-) pour le sol et (+) pour le mur

    Si je pose un générateur (+) supplémentaire dans le mur je vais donc accélérer le processus ascensionnel que je cherche à éviter.

    Si j’équilibre la polarité la barrière avec une même différence de potentiel que le sol et l’air ambiant, je peut dire que je neutralise cet effet ascensionnel.

    Si j’augmente cette polarité négative entre la barrière et l’air ambiant, j’inverse alors l’effet ascensionnel naturel de l’humidité entre le sol et le mur.

    III) Le fait d’aplatir l’extrémité du tube de cuivre avant son introduction dans l’enduit de chaux (à l’intérieur du forage) permet :
    1) De faciliter la pénétration du tube dans le mélange.
    2) De faciliter aussi la dilatation du mélange de chaux sur les parois du forage jusqu'à refus par l’orifice de remplissage.
    Cette installation se fait à force avec un petit maillet, pour que l’extrémité du tube soit légèrement en retrait dans la façade afin de pouvoir faire ensuite une finition invisible.

    Cordialement

  22. #18
    Settlers

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Hello Phi.
    J'ai un gros gros doute au point II).
    En tant qu'electronicien de métier, les electrons suivent toujours le chemin du (+) vers le (-) quelque soit le montage. Si je suis ton raisonnement et que ton objectif était de bloquer la remontée de l’eau (- du sol vers le + du mur) là je ne suis plus d'accord. Si tu as le temps consulte le peti site: http://www.sofrelop.com/ptech.htm. J'ai d'autres liens web pour confirmer. Juste pour info, as tu fais une mesure avec un voltmètre avant la pose de tes sondes (hautes) et (basses)? Juste pour te confirmer la polarité.

  23. Publicité
  24. #19
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Hello Stellers,
    Comme expliqué plus haut.
    Après avoir installé un piquet de terre de 1.8m sous le niveau du sol, dans un endroit particulièrement humide.
    J'ai branché un métrix sur le câble de terre (-) puis sur une porte de garage métallique qui elle est exposée à l'air ambiant.
    La différence de potentiel naturelle ainsi mesurée était de 0.78 volts.
    Le métrix permettant de définir la polarité (noir -) rouge (+) ou avec indication + 0.78 v ou - 0.78 v.
    Une fois la barrette de prise de terre fermée sur la terre et sur la barrière, cette différence de potentiel passe à 0v métrix.
    Ceci est appelé "électrophorèse passive"
    Une "électrophorèse active" consiste a booster cette inversion de polarité avec ce fameux petit générateur de 3 volts, dans le sens (- 3 v) appliqué sur la barrière et (+ 3 v) appliqué au sol par le piquet de terre.
    Certain systèmes commercialisés, adaptent la grandeur et la durée de cette différence de potentiel d'après une sonde qui analyse en permanence l'humidité capillaire du mur.
    A+

  25. #20
    laurent16

    Unhappy Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Je vais encore passer pour une truffe mais le circuit doit-il être connecté en boucle sur le piquet en acier ou bien le fil qui part du piquet d'acier doit-il aller dans le mur sans revenir à son point de départ?
    Autre question: y-a-t-il une autre façon que de souder le fil de cuivre aux tiges de cuivre (collier, trou dans la tige?)
    Et la soudure, en quel métal et à quelles températures?
    Enfin c'est du fil de cuivre dénudé qu'il faut utiliser ou bien du fil d'électricien gainé. Est-ce qu'on peut utiliser un fil dénudé de plus grand diamêtre que du 2,5 mm2 ?

  26. #21
    phi

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour laurent16,
    Pour faire trés simple >>>Nom : Sans titre-1.bmp
Affichages : 4738
Taille : 226,9 Ko
    Pour des raisons pratique, si tu souhaite effectuer des mesures, monte entre les deux une barette de coupure de prise de terre classique. (elle comporte un plat de cuivre bloqué avec deux écrous) ceci se trouve dans tous le magasins de bricolage.
    Les soudures son réalisées avec un chalumeau et de l'étain que l'on utilise pour une installation sanitaire (avec une âme décapante).
    Le fil que j'ai utilisé est du 2,5 mm2 que j'ai dénudé au cuter puis enroulé autour du tube de cuivre avant la soudure.
    Il faut absolument que le contact électrique soi durable, car il est ensuite enfoui dans l'enduit à la chaux et dans le mur. Un exellent contact est obtenu avec une soudure à l'étain.
    Je te rassure, ce n'est pas cela qui présente une difficulté.
    La difficulté principale c'est la mise en oeuvre des trous et le temps que cela prend pour réaliser la fameuse ceinture.
    Bon courage! A+

  27. #22
    gix

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour,
    Chapeau pour vos recherches, mais je pense que vous vous êtes trompé dans la polarité.
    En effet, si vous prenez la DDP sur un arbre, vous trouverez un + au pied et un - plus haut.
    Il faut inverser cad rendre le mur positif pour faire redescendre l'eau vers le sol.
    Très cordialement
    G.Gix
    plus de renseignements:
    http://elgisec.com

  28. #23
    laurent16

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Merci, je donne des nouvelles dès que le système est en place et qu'il y aura (rêvons un peu) des résultats.
    Laurent16

  29. #24
    kenolhy

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour à tous, Je cherches depuis quelques temps une solution rapide et peu cher pour solutionner des problèmes d'infiltrations par capilarité dans la cave de ma maison . En effet c'est une maison en pierre construite en 1948 avec des joints fait en sable , argile et chaux ( je supposes vu le caractère friable des joints .) Je souhaite isoler les murs exterieur mais pour l'instant ca ne ferais qu'agraver mon problème . Aprés pas mal de recherches et devis ( devis hors de prix ou travaux énormes ) j'ai décider d'opter pour l'électro osmose phorèse active .
    Jai réalisé quelques mesures de tension entre un piquet de terre provisoir et un bout de cuivre de 10 cm enfoncé dans le mur à 50 cm de hauteur soit 1.50 m en dessous du niveau du sol : mur positif et sol négatif avec une ddp de 0.45 v . Pour info pendant que j'y pense le sens du courant et du - vers le + mais les savants qui ignoraient la réalité de l'électron ont donc été amené à choisir arbitrairement un sens au courant. Il ont choisi celui qui part de la borne positive vers la borne négative, c'est-à-dire l'inverse du sens de déplacement des électrons. Vous avez donc Phi et Settlers tous les deux raison .
    Jusque là ca va vu qu'en shuntant cette ddp j 'annule les remontées par capilaritées mais pas mal de laboratoires mettent en avant le problème de déterioration des anodes dans le mur suite à l'oxidation du potentiel le + faible , phénomène qu'on peut atténuer en augmentant la tension d'alimentation en mode actif jusqu'à 2 v au delà on rique la perte d'energie par hydrolyse de l'eau .J'en viens donc à mes questions :
    -En posant une alim variable régulé dans le circuit si je suit le principe elle se trouve donc en court circuit vu la faible résistance du sol humide . Est ce que quelqu'un a essayer ?
    -La hauteur d'infiltration s'éleve jusqu'a 90 cm : Dois je placer mes anodes au dessus ou au sol sachant que la phorèse sera plus efficace à 90 cm en descendant jusqu'au sol ?
    -Ne peut t'on pas faire deux lignes d'anodes, une à mis hauteur et l'autre au sol ?
    -Si la chaux et le sable sèche je risque de reproduire le même shéma dans quelques temps et si mon mur est plaqué uppss !!!!! Le graphite est il une option ?( difficile de rendre un mur étanche tous en laissant les anodes humide et donc plus conductrices !!!!!)
    Désolé pour tous ce lot de questions mais je ne veux pas foncer tête baissée .merci d'avance pour vos lumières .......

  30. Publicité
  31. #25
    phi

    Cool Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour,
    Après qq mois d'Abs pour cas de fâcherie avec les télécoms et leur service ADSL. Bref
    Depuis mes premières "cogitation" sur ce problème, j'ai donc entrepris une installation, car il faut se décider un jour. (juillet 2005)
    Pour une électrophorèse passive. (Seulement avec une prise de terre)
    J'ai entrepris cet été de terminer mes façades en faisant disparaître toute l'installation dans les murs avec un enduit d'extérieur adapté et très fin.
    Puis une peinture de fond et une piolite d'une couleur soleil (pour l'humeur)
    J'ai également installé une petite alim secteur polarisée de 5V qui servait à l'origine pour alimenter un lecteur Zip 100Mo qui ne me serviras plus.

    - Qs 1- J'ai donc transformé mon installation en électrophorèse ACTIVE, en intercalant ma petite alim 5V entre les anodes du mur et la prise de terre.
    Le + de l'alim sur les anodes du mur.
    Le - sur le câble vers la prise de terre.
    Constat après deux mois de finition, seul sur un retour de porte (un tableau) une bulle de 1cm, mais rien nul part ailleurs. Je pense tenir le bon bout!

    - Qs 2- Si l'arrière du mur est sous terre, il faudra aussi envisager la pause d'un drain au niveau le plus bas possible dans le sol. En effet, n'oublions pas que ce procédé vise à casser la capillarité naturelle en milieu humide, mais pas le ruissellement. Ici c'est affaire de jugement!

    - Qs 3- Nos cousins les Canadiens, utilise ce principe d'électrophorèse, pour assécher des terres argileuses afin de pouvoir y construire.
    Leur principe utilise un maillage cuivre de la surface à traiter. Pourquoi ne pas réinvestir ce procédé sur le mur ou plus exactement dans les joint du mur. Nous ne devons plus ici lésiner sur qq mètres a traiter.
    Sur les bâtiments du Crémelin à Moscou, c'est carrément des bandeaux de cuivre qui ont était utilisées.

    - Qs 4- Pour l'oxydation des anodes, je reste zen car le système chasse l'humidité. Je pense aussi que cette corrosion, si elle devait être agressive, ne se feras pas sentir d'ici plusieurs décennies.
    Mon raisonnement est peut-être idiot, mais les musées sont pleins de pièces en cuivre qui se sont légèrement corrodées dans les sols et après combien d'années.
    Et puis j'avoues aussi ne pas avoir trouvé d'autre solution.

    A++

  32. #26
    caillou

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Intéressant toutes ces expériences.

    Ne pensez vous pas que l'installation de Phi s'appelle une pile lié à un couple de métaux différents (acier galva pour la terre et les sondes cuivre au mur). Ce couple fonctionne pour l'électro osmose dès que le contact est mis entre les 2 métaux. C'est astucieux. Je pense que ça ne marcheras pas si le piquet de terre est en même métal que les sondes. Si Phi enfonce un piquet en cuivre au sol et qu'il mesure avec les sondes, je ne pense pas qu'il aura une DDP.

    Juste une chose aussi, la chaux et le cuivre ne fait pas bon ménage je crois et cela fait oxyder le cuivre. Mais bon, de là à bouffer un tuyau de 14, il faut un peu de temps, surtout qu'on ne lui demande pas d'être étanche...

  33. #27
    Chris1958

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Citation Envoyé par phi Voir le message
    Bonjour,
    Après qq mois d'Abs pour cas de fâcherie avec les télécoms et leur service ADSL. Bref
    Depuis mes premières "cogitation" sur ce problème, j'ai donc entrepris une installation, car il faut se décider un jour. (juillet 2005)
    Pour une électrophorèse passive. (Seulement avec une prise de terre)
    J'ai entrepris cet été de terminer mes façades en faisant disparaître toute l'installation dans les murs avec un enduit d'extérieur adapté et très fin.
    Puis une peinture de fond et une piolite d'une couleur soleil (pour l'humeur)
    J'ai également installé une petite alim secteur polarisée de 5V qui servait à l'origine pour alimenter un lecteur Zip 100Mo qui ne me serviras plus.

    - Qs 1- J'ai donc transformé mon installation en électrophorèse ACTIVE, en intercalant ma petite alim 5V entre les anodes du mur et la prise de terre.
    Le + de l'alim sur les anodes du mur.
    Le - sur le câble vers la prise de terre.
    Constat après deux mois de finition, seul sur un retour de porte (un tableau) une bulle de 1cm, mais rien nul part ailleurs. Je pense tenir le bon bout!

    - Qs 2- Si l'arrière du mur est sous terre, il faudra aussi envisager la pause d'un drain au niveau le plus bas possible dans le sol. En effet, n'oublions pas que ce procédé vise à casser la capillarité naturelle en milieu humide, mais pas le ruissellement. Ici c'est affaire de jugement!

    - Qs 3- Nos cousins les Canadiens, utilise ce principe d'électrophorèse, pour assécher des terres argileuses afin de pouvoir y construire.
    Leur principe utilise un maillage cuivre de la surface à traiter. Pourquoi ne pas réinvestir ce procédé sur le mur ou plus exactement dans les joint du mur. Nous ne devons plus ici lésiner sur qq mètres a traiter.
    Sur les bâtiments du Crémelin à Moscou, c'est carrément des bandeaux de cuivre qui ont était utilisées.

    - Qs 4- Pour l'oxydation des anodes, je reste zen car le système chasse l'humidité. Je pense aussi que cette corrosion, si elle devait être agressive, ne se feras pas sentir d'ici plusieurs décennies.
    Mon raisonnement est peut-être idiot, mais les musées sont pleins de pièces en cuivre qui se sont légèrement corrodées dans les sols et après combien d'années.
    Et puis j'avoues aussi ne pas avoir trouvé d'autre solution.

    A++
    Alors bonjour à tous,

    c’est la troisième foi que j’essais de poser un réponse ici. Pardonnez moi pour ma Français, mais je suis étranger.

    Dans mon sens : La discussion est d’une ‘système’ ou bien procéder en peut ancienne (aussi les indiques suivant ‘sans branchement’), lente et pas très valable / durable, car la puissance est très limité par contre l’électrolyse et cuivre ou des autres matériaux métallique vais allez disparu dans des années, si no bloquer par isolation oxydante ou bien saturation cathodique.

    Pour battre la corrosion j’avais développé des matériaux non oxydante comme électrode et pour le mortier si dessous (exclusive le bombe de graphite, que nous avons pas encore besoins).



    Aussi quand on à répare les touillages , si nécessaire, on à pas besoin d’une draine. J’avais vu beaucoup des bonnes et du male et pour ca j’avais développé un système unique et totalement différant des autres sur le marché.

    OK, c’ai est peut être une solution praticable sans beaucoup des frais sur le sol et pas très humide ... !

    À côté : C’est pas le (-) indiquer pour la potentiel de la prise de terre, c’est le neutre, comme PE (= Protection Earth).

    J’espère pour une discussion scientifique dans cette forum on doit changer en peut la direction.

  34. #28
    migbord

    Re : électro-osmose et électrophorèse :


    Bonjour
    Je suis récemment déclaré sur ce site, alors bonjour à tous.
    Je suis également concerné par un sérieux problème d'humidité sur des murs en pierre dans une cave.
    J'ai l'intention de mettre en oeuvre le procédé d'électro-osmose et électrophorèse.
    Par contre, en tant qu'électronicien, je m'interroge sur la véritable polarité à appliquer avec le générateur continu.
    Doit -on considérer le sens conventionnel ou le sens réel de circulation des électrons.
    En plus clair, faut-il brancher la sortie + du générateur sur les électrodes en cuivre plantées dans le mur, ou bien sur le piquet de terre planté dans le sol ?
    Merci d'avance à ceux qui voudront bien m'aider à lever ce doute
    A +

  35. #29
    lincoln29

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Bonjour à tous,
    J'ai bien lu les essais que chacun à réalisé de son côté; tout est extrèmement enrichissant.
    Je vous fait part de mon expérience récente;
    - problème rencontré: humidité ascentionnelle dans un mur de briques
    (construction:1890)
    -dans mon essais, j'ai utilisé une anode en magnésium qui est utilisée dans les chauffes-eau électrique. lLa différence de potentielle mesurée est de 1,9 Volt ( elle était de 1,3 Volt avec une anode en fer galvanisé)
    J'ai essayé de "booster" l'installation en appliquant une tension continue de 4Volts (+ sur l'anode magmésium et - sur les cathodes en cuivre placées dans le mur de briques). Après une seule nuit, les cathodes en cuivres étaient TRES mouillées alors que la portion de mur traité depuis 3 semaines sans BOOSTER était pratiquement sèche.
    Je pense que je dois raccorder la sortie + de mon alimentation sur les cathodes en cuivre et la sortie - sur l'anode en magnésium enfouie dans la terre
    Je pense que sans Booster je tenais déjà la solution à mon problème.
    J'attends vos remarques éventuelles et vous tiendrai informé des résultats
    Merci à tous pour les info diffusées.

  36. #30
    dan007

    Re : électro-osmose et électrophorèse :

    Il me semble que physiquement le sens du courant est bien allant du négatif vers le positif... (Voir site http://d.villafruela.free.fr/4eme/El...rs/elec403.htm en confirmation)

    Bonne journée.

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. electro-osmose
    Par lanesra dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/05/2009, 13h39
  2. humidité electro osmose phorese
    Par alex7777 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/10/2008, 21h23
  3. haute-fréquence et électro osmose
    Par margaret dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/04/2008, 14h47
  4. osmose
    Par mistic dans le forum Biologie
    Réponses: 34
    Dernier message: 29/01/2007, 01h11
  5. Electro-osmose
    Par Bigorneau dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/02/2006, 14h05