Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

Statut épistémologique des multivers



  1. #1
    curiossss

    Statut épistémologique des multivers


    ------

    Bonjour,

    Puisqu'on parle de multivers...
    L'idée des multivers vient d'Everett qui ayant découvert les états superposés de la MC s'est dit un beau matin tiens la Nature n'a pas à jouer aux dés, si chaque possibilité est vécue dans un univers différent. Et ceci pour chaque interaction de notre vaste univers et ce depuis des milliards d'années.
    Bon, il a été pris au sérieux par la communauté scientifique, après tout si les mathématiques le permettent pourquoi pas (*), mais ce n'est qu'une théorie invérifiable par construction. Au risque de choquer certains, je me demande Est-ce encore de la science ?

    De la même façon certains ont imaginé des physiques différentes dans chaque univers. Ceci revient à dire quoi ? A postuler que toutes ces différentes physiques sont possibles. Mais pour dire cela il faudrait commencer par comprendre pourquoi la nôtre est ce qu'elle est. Bien sûr dire que toutes sont possibles revient à ne pas devoir expliquer pourquoi la nôtre est ce qu'elle est. On peut dès lors dire qu'il n'y a pas à expliquer notre physique puisque toutes les physiques sont possibles, on est nés dans l'univers qui a cette physique là, point barre. Circulez il n'y a rien à voir.

    Il y a aussi des théories basées sur des édifices mathématiques. L'idée étant que si c'est mathématiquement possible DONC c'est possible. Donc que le support à cette physique PEUT exister. J'ai un doute.

    Et pour terminer je ne suis pas sûr que toutes les preuves expérimentales collectées pour valider certaines théories soient suffisantes, car pour qu'elles valident telle ou telle théorie il faudrait prouver qu'aucune autre théorie ne peut prédire ce même résultat expérimental avec des prémisses complètement différentes. (je suis d'accord, à toutes fins utiles une théorie n'a pas besoin d'être vraie tant qu'elle permet de prédire certains phénomènes dans son périmètre de validité. Mais justement je vois souvent ses formules utilisées ensuite pour spéculer dans d'autres périmètres de validité, et ainsi de suite, ce qui me parait extrêmement dangereux. Par exemple, spéculer sur ce qui se passe à l'intérieur des trous noirs). Ce faisant, on cumule pas mal de postulats implicites (et qu'on oublie ensuite dans le feu de l'action), un seul serait faux et tous les étages supérieurs de cet édifice intellectuel s'écartent de notre réalité (tout en restant valable mathématiquement).

    J'ai l'impression que la science peine à avancer. Je me demande si de mon vivant je verrai une véritable avancée en Physique ou Astrophysique... :-/


    (*) oui MAIS à chaque fois l'énergie de l'univers initial serait répartie entre les différents univers-fils, ce qui laisse supposer un continuum infiniment divisible ce qui est quand même ironique car toute la réflexion provient de la MQ avec des Quantas...

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Changements d'état du vide

    La question épistémologie du multivers c'est vraiment qqchose de très distinct des changement de phase du multivers inflationnaire, donc j'ai crée un nouveau fil.
    Dernière modification par Gilgamesh ; 23/09/2020 à 17h14.
    Parcours Etranges

  4. #3
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Salut,

    Oui, le statut des multivers, qu'ils fassent partie de l'astrophysique ou des interprétations de la mécanique quantique, est disons délicat et souvent quelque peu à très fortement spéculatif parfois ontologique (Everett), parfois pratique (modélisations dépassant les limites de l'univers observable ou l'horizon des trous noirs) parfois philosophique etc....

    Je dirais que c'est en marge de la science, marge différente selon le type de multivers considérés (ou les modèles d'avant big bang, ou l'intérieur des trous noirs, ou l'au-delà de l'univers observable, etc...). Certains très puristes rejettent ce type de spéculation, d'autres aiment bien papillonner de ce cote.

    Les raisons peuvent être mutiples (de vouloir papillonner) :
    - Pratiques (j'en ai parlé, faut parfois vraiment se casser le c.. pour vouloir écrire un modèle d'univers en relativité générale en se limitant strictement à l'univers observable, comme une métrique construite pour n'avoir de valeurs que dans l'UO, ARRGGG, idem avec les trous noirs)
    - Epistémologique, pédagogique etc... : les interprétations de la MQ entrent dans ce cadre (comme Everett), il en faut forcément une même si on se limite à l'interprétation instrumentale : minimaliste et pratique.
    - Curiosité : et si.... (ma tante en avait, est-ce qu'on serait vraiment forcer de l'appeler mon oncle ?)
    - Théorique. On cherche toujours a dépasser le modèle standard de la physique des particules (paramètres libres, divergences asymptotiques, ... on sait qu'il est incomplet), à unifier les interactions, a expliquer les bizarreries du protons et du neutrons, à trouver la nature exacte des machins noirs, à obtenir une formulation de la gravité quantique. Toute nouvelle théorie est une spéculation tant qu'elle n'a pas été validée expérimentalement. Cela a été le cas de l'électromagnétisme, de la relativité restreinte et générale, etc... etc... Je parle parfois de spéculation fondée quand la construction théorique est bien fondée (théoriquement et ou expérimentalement) et où il reste "juste" à valider (avec l'instrument yaka qu'on trouve dans tout bon laboratoire ). La gravité quantique par exemple n'échappe pas à cette situation malgré les colossales difficultés théoriques et les difficultés de validation. Et il est naturel dans le processus d'élaboration de mettre à l'épreuve les calculs théoriques pour voir "ce que ça donne", par exemple ici dans des machins multivers ou l'avant big bang.

    C'est souvent dans la curiosité ou dans les "mises à l’épreuve" qu'on trouve les spéculations les plus sauvages. Malheureusement mise sous un même pied d'égalité (que les spéculations fondées ou la science validée) par la vulgarisation. Les publications scientifiques et les scientifiques ne font pas cette confusion malheureuse (en fin, sauf enthousiasme pour l'une ou l'autre idée qui lui plaît Les scientifiques sont humains et ce qui les guide n'est pas que la quête de la vérité mais aussi la passion )

    Je ne creuserai pas plus, je pense que c'est clair (on pourrait presque écrire un bouquin sur le sujet mais il me semble que ce n'est pas vraiment le but de ta question).

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    J'ai l'impression que la science peine à avancer. Je me demande si de mon vivant je verrai une véritable avancée en Physique ou Astrophysique... :-/
    C'est clair que si tu fixes ton regard uniquement sur ça tu peux avoir cette (fausse) impression.
    De même si je fixais mon regard uniquement sur la création d'une théorie, détrônant la théorie BCS, et expliquant la supraconductivité haute température je pourrais croire aussi que la science a beaucoup de mal à avancer. Et c'est là un exemple pourtant bien terre à terre, pas du tout spéculatif !

    Mais heureusement la science, la physique ou l'astrophysique ne se limitent pas à ce que mon regard ou ton regard sont capables de fixer
    Il suffit de voir les publications en physique et astrophysique pour être fixé : ça évolue et même TRES vite. C'est à tel point qu'il est strictement impossible de lire tout ce qui sort. Ca va trop vite. Rien qu'avec ArXiv, couvrant pourtant des types de publication dans un domaine fort restreint (enfin pas tant que ça mais ce n'est qu'une minuscule partie de la physique et des maths), même là, tout lire est une gageure intenable.

    En astrophysique, rien que les résultats engrangés par Gaïa sont fabuleux. On en a tiré énormément de choses passionnantes (et donc autant de publications) et on en est qu'au tout début. Et ça ce n'est qu'un minuscule exemple.
    Dernière modification par Deedee81 ; 24/09/2020 à 07h47.
    Keep it simple stupid

  5. #4
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Bonjour,

    Oui Deedee on en avait déjà discuté et mon regard n'a pas changé. Bien sûr je m'intéresse un peu à tout mais mon questionnement fondamental reste celui d'expliquer notre physique, pourquoi elle est comme ça et pas autrement, donc comprendre notre Réalité. Je sais tu vas me dire que c'est du domaine de la philosophie, mais la philosophie ne pourra jamais déduire par le calcul la constante de structure fine, et c'est ce genre de choses que j'aimerais voir élucidées. Une théorie qui réussisse à expliquer encore plus et si possible déduire à partir d'un minimum de postulats, avec la logique et les maths comme tournevis et marteau.

    Il est possible que notre physique émerge d'une réalité beaucoup plus fine et complexe et dans ce cas là on ne saura jamais le fin mot de l'histoire. Mais il est aussi possible qu'on soit déjà assez proches des briques de base à partir desquelles on pourrait remonter et comprendre le comportement quantique observé. Un travail colossal qui honorerait l'esprit humain s'il réussissait cet exploit.
    (ou alors on va attendre qu'on vienne nous l'expliquer ? ^^ Imaginez le ridicule si on recevait une visite extraterrestre qui nous dise : on vous observe depuis un moment et on ne comprend pas pourquoi vous n'avez toujours pas compris qu'il suffisait de faire comme ça pour avoir de l'énergie propre en quantité ! Allez, vous nous faites de la peine, on va vous l'expliquer... La honte éternelle !) Bon, trêve de plaisanteries

    A propos d'Everett je n'en démords pas : c'est quoi cette théorie qui soit divise l'énergie à l'infini (un très grand infini) entre tous les univers fils (alors que tout nous indique qu'il y a un quanta minimum d'énergie), soit la fait tomber du ciel gratos, genre Fiat Lux ! ? Et en plus sans une once d'explication : pourquoi cette nécessité de tester tous les possibles ?
    Si je m'amusais à construire une théorie partant du principe que la Terre est plate, on me prendrait au sérieux ?

    On a ensuite bien du mal à se moquer de ceux qui surfent sur la crédulité du public avec les théories capillotractées, et les remèdes miracles et quantiques pour traiter le cancer ou la calvitie. On leur a montré la voie, leurs théories ne sont pas plus absurdes pour le public que celles qu'il lit dans les revues sérieuses de divulgation scientifique. J'ai croisé des personnes ayant suivi l'enseignement supérieur et qui croient en l'astrologie, d'autres qui croient à la Terre creuse, et d'autres encore que la Terre n'a que quelques milliers d'années (et que les dinosaures ayant coulé avec le Déluge ils se retrouvent dans les couches sédimentaires !). Et une grande majorité qui se fout complètement de la science, car ils n'y comprennent plus rien. L'histoire du chat à moitié mort a été un drame, c'est mon sentiment. Il faut faire attention aux images mentales qu'on utilise ! (l'histoire du chat était une boutade ok, mais pourquoi tous les scientifiques continuent à utiliser cette image au lieu de remettre les pendules à l'heure ? Ils veulent impressionner le quidam de base ?). Même si ce n'est pas sa mission principale, le corpus scientifique se devait moralement de partager au mieux ses connaissances avec le reste de la population, je pense qu'il n'y est pas arrivé.

    Bref, pour en revenir aux multivers cette théorie a fortement contribué à ma déception et amertume. Avant j'étais un très fervent admirateur de la recherche fondamentale (mon admiration reste intacte pour les chercheurs du passé !), maintenant je me demande si on ne se disperse pas trop avec des théories stériles.

    Désolé si j'ai plombé l'ambiance :-/

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Salut,

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Oui Deedee on en avait déjà discuté [...] Un travail colossal qui honorerait l'esprit humain s'il réussissait cet exploit.
    On est d'accord sur tout ça.

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    La honte éternelle !


    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    A propos d'Everett je n'en démords pas : c'est quoi cette théorie qui soit divise l'énergie à l'infini (un très grand infini) entre tous les univers fils (alors que tout nous indique qu'il y a un quanta minimum d'énergie), soit la fait tomber du ciel gratos, genre Fiat Lux ! ? Et en plus sans une once d'explication : pourquoi cette nécessité de tester tous les possibles ?
    Justement, ce n'est pas une théorie, pas au sens strict de théorie physique. C'est une interprétation donc une relation entre le formalisme mathématique de la mécanique quantique et les aspects ontologiques. Par définition elle n'est pas (et ne peut pas être) réfutable. C'est un outil d'analyse et réflexion d'une théorie déjà existante : la mécanique quantique. Et il faut éviter de donner une trop grande "réalité" en ces multivers à la Everett puisque on ne peut pas départager (par l'expérience) deux interprétations.

    Alors pourquoi cette interprétation :
    - Tout d'abord parce qu'une interprétation il en faut une, on n'a pas le choix. La physique ce n'est pas que des maths ! Et il faut bien un lien avec les aspects physiques. La plupart des physiciens se contentent de l'interprétation instrumentale (même pas souvent nommée comme telle, elle est implicite) et c'est celle qui est exposée dans (presque) tous les livres/cours de mécanique quantique : lien valeurs propres <-> valeurs mesurées, probabilités de mesure donnée par la règle de Born et réduction de la fonction d'onde
    - Ensuite, ce fut la motivation d'Everett, il y a un soucis avec la réduction de la fonction d'onde : beaucoup d'indices montrent qu'elle n'a pas d'existence physique ou à tout le moins qu'elle fait partie de l'interprétation et non de la théorie en soi. Je ne vais pas insister là-dessus ça nous mènerait trop loin (mais en cosmologie quantique et en gravité quantique la réduction EST un problème). Donc l'idée était : et si on s'en passait ? Les univers multiples étaient (presques) nés : à chaque résultat décohéré (au sens de la théorie de la décohérence) hop "un monde".

    Je n'aime pas trop les univers multiples d'Everett, essentiellement parce que cette approche est FAPP (for all practical purpose), donc à la précision des mesures près. Ce que j'admets pour une théorie mais pas pour une interprétation qui ne devrait pas être liée aux précisions de mesure puisqu'une interprétation est sensée est non réfutable par la mesure ! (elle est liée à ça à cause des queues de décohérence et il y a aussi un soucis avec la relativité, à nouveau je ne vais pas trop insister, il existe d'ailleurs plusieurs variantes de cette interprétation).

    Je préfère donc la version plus basique d'Everett, celle qu'il a présenté dans sa thèse de doctorat, sans les univers multiples : les états relatifs. On n'a pas de réduction et.... basta. Pas de monde multiple ou autre astuce de ce genre. On l'appelle aussi "interprétation nue".

    Les théoriciens de la gravité quantique préfèrent habituellement l'interprétation des histoires consistantes ou l'interprétation relationnelle. Certains adoptent l'interprétation des réductions physiques mais là la confusion met le cul au-dessus de la tête : ce n'est pas une interprétation mais une théorie (on modifie la théorie de la mécanique quantique).

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Si je m'amusais à construire une théorie partant du principe que la Terre est plate, on me prendrait au sérieux ?
    Je suppose maintenant que tu as compris que ce ne serait pas la même chose

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    On a ensuite bien du mal [...] je pense qu'il n'y est pas arrivé.
    Là je ne suis pas du tout d'accord avec ça, vraiment pas. Sais-tu que les théories capillotractées, les remèdes miracles etc... basées sur la "science"... ça existe de tout temps ? Evidemment aucun d'entre-nous n'a connu le mesmérisme, les fadaises basées sur la "force vitale", etc... Mais cela a existé. Et le canal de passage de l'info scientifique au grand public a toujours été vulgarisé (à l'époque des lumières par exemple, cela se faisait dans des "salons") et donc non technique avec les risques de mauvaise compréhension que ça comporte et de "récupération" par des charlatans.

    Alors qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ? Trois choses :
    - Les théories fondamentales sont devenues plus compliquées, et donc compliquant de fait le canal de vulgarisation.
    - On est plus nombreux (huit milliards, huit fois plus qu'à la fin du dix-neuvième siècle !) donc plus de conneries, de divagations, de charlatans
    - On a des moyens de communication énormes au premier chef internet qui sert autant d'amplificateur de la communication, y compris et surtout des conneries, mais aussi d'incubateur par la formation de "communautés" se réunissant autour d'un domaine qu'il soit rationnel ou irrationnel.

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Bref, pour en revenir aux multivers cette théorie a fortement contribué à ma déception et amertume. Avant j'étais un très fervent admirateur de la recherche fondamentale (mon admiration reste intacte pour les chercheurs du passé !), maintenant je me demande si on ne se disperse pas trop avec des théories stériles.
    Désolé si j'ai plombé l'ambiance :-/
    Non, pas de plombage, pour ça faut un dentiste et je n'en suis pas un. C'est juste que tu as été déçus par une théorie alors que ce n'est..... même pas une théorie !!!! Tu as jeté ton amertume sur quelque chose qui n'existe pas. Je comprend que ça puisse être frustrant de découvrir ça.

    Ceci dit je peux te rassurer. Plus de 99% de la recherche scientifique ne concerne pas ni les mondes multiples, ni les théories fondamentales ni même les théories tout court mais la recherche en laboratoire : ce sont des scientifiques dans des labos avec des instruments qui cherchent à cerner/analyser/maîtriser divers phénomènes physiques, biologiques, etc... Bref ils s'intéressent à la REALITE. En majuscules et en gras de rigueur. Et ça progresse tout domaine (y compris physique et astrophysique, et même du coté plus théorique d'ailleurs) plus vite que ça n'a jamais progressé.

    Tu as regardé par le mauvais trou de serrure et au lieu d'y voir la jolie femme nue tu as vu son mari qui pèse 150 kg Ca aussi ça peut être frustrant de découvrir qu'on s'est si mal renseigné. Mais tu peux encore corriger le tir en t'intéressant aux sciences non plus à travers la vulgarisation (que j'appelle parfois vulgarisamerde mais à travers de vrais cours, de vrais articles scientifiques.
    Dernière modification par Deedee81 ; 25/09/2020 à 07h51.
    Keep it simple stupid

  8. #6
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Merci Deedee.

    Disons que je suis dans un état superposé de déception et d'espoir. Je saurai quel sera mon état lorsque j'ouvrirai la boite !

  9. Publicité
  10. #7
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Disons que je suis dans un état superposé de déception et d'espoir. Je saurai quel sera mon état lorsque j'ouvrirai la boite !

    Le curiossss de Schrödinger.

    Tiens, pour avoir juste a glimpse, un ch'tit coup d'oeil, dans le domaine de la recherche en physique :
    https://journals.aps.org/pra/
    https://journals.aps.org/prb/

    Ca reste fort restreint, mais ça, ça donne un aperçu de ce qui se fait vraiment.
    Keep it simple stupid

  11. #8
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Ah oui, je te conseille aussi très fortement de lire "Pour La science". C'est un mensuel en français, c'est de la vulgarisation de très bonne facture, c'est disponible dans de nombreuses librairies (tu peux aussi t'abonner) et ça donne vraiment un bon aperçu de ce qui se fait. Tout azimuth (même s'il y a forcément un biais, un journal se doit de vendre donc les trucs nombreux mais moins "tape à l'oeil" sont moins visibles ou "oubliés", mais soyons honnête, c'est une des revues où ce biais est le plus faible)

    Ca devrait aider à la réduction favorable en sortant de la boite
    Dernière modification par Deedee81 ; 25/09/2020 à 13h50.
    Keep it simple stupid

  12. #9
    invite36041331

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Bonjour,

    L hypothése des multivers est une théorie hadoc pour éviter de parler du miracle que constitue notre univers (si les constantes cosmologique étaient à peine différente alors notre univers n aurait pas d étoile et donc pas d élement autre que l hydrogène et donc pas de vie*).

    * : principe anthropique faible.

    Bonne journée.

  13. #10
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Salut,

    Citation Envoyé par Dattier Voir le message
    L hypothése des multivers est une théorie hadoc pour éviter de parler du miracle que constitue notre univers (si les constantes cosmologique étaient à peine différente alors notre univers n aurait pas d étoile et donc pas d élement autre que l hydrogène et donc pas de vie*).
    * : principe anthropique faible.
    Ca ce n'est qu'UNE des nombreuses versions de théories à multivers. Et sur la fin ce n'est pas vraiment de celle-là dont on parlait.

    Un classement sympathique :
    http://www.metaquine.com/2016/07/02/...-de-multivers/

    (mais j'avais vu mieux avec 7 catégories, mais je ne retrouve pas l'article)
    Keep it simple stupid

  14. #11
    Cendres
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Ad Hoc, pas hadoc...ou sinon, c'est du Haddock, et ça finit en queue de poisson.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  15. #12
    Pio2001

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    Pas mal, mais au début de l'article, il est expliqué :

    Les thèses d’Einstein supposent que la géométrie de l’univers est plate et l’espace, illimité. Or, la vitesse de la lumière étant finie, nous n’observons qu’une partie de ce cosmos : [...] Appliquées à cette infinitude, le calcul des probabilités prévoit l’existence d’univers exactement pareils à celui que nous connaissons, habitants compris. D’autres vous-mêmes vivent donc derrière l’horizon d’Einstein, disséminés sur des planètes identiques à la Terre et lisant ces lignes en ce même instant. Il y a toutefois peu de chances que vous rencontriez de sitôt un de ces doubles, car la distance théorique qui vous sépare de lui est d’environ 10125 mètres.
    Sérieux ?
    Dans un espace vectoriel discret, les boules fermées sont ouvertes.

  16. Publicité
  17. #13
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message

    Le curiossss de Schrödinger.

    Tiens, pour avoir juste a glimpse, un ch'tit coup d'oeil, dans le domaine de la recherche en physique :
    https://journals.aps.org/pra/
    https://journals.aps.org/prb/

    Ca reste fort restreint, mais ça, ça donne un aperçu de ce qui se fait vraiment.
    Merci Deedee, je connaissais pas ce site. C'est en anglais, j'arrive à suivre mais régulièrement je dois aller chercher un mot dans le dico ce qui ralentit la lecture. Mais qu'importe la difficulté pourvu qu'on ait l'ivresse ^^

  18. #14
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Dattier Voir le message
    si les constantes cosmologique étaient à peine différente alors notre univers n aurait pas d étoile et donc pas d élément autre que l hydrogène et donc pas de vie*).

    * : principe anthropique faible.
    Je n'y crois (pas une croyance naïve, mais le résultat de ma propre réflexion) pas une seconde. Je pense que ces constantes sont la conséquence qu'une logique fondamentale, elle ne sont pas les briques de l'univers.

    Cela aurait un sens de dire que c'est un miracle que PI fait exactement sa valeur sinon les cercles ne pourraient pas exister ?
    Dernière modification par curiossss ; 27/09/2020 à 11h34.

  19. #15
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Pio2001 Voir le message
    Pas mal, mais au début de l'article, il est expliqué :

    Sérieux ?
    Non ce n'est pas sérieux : c'est la récré. Faut espérer qu'ils passent pas toute leur vie à jouer dans la récré, il y a du boulot dehors.

  20. #16
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    J'ai souvent expliqué à des copains que je croyais fermement à l'existence, à l'autre bout de l'univers, de planètes cubiques roses avec un coucou qui sort tous les jours à minuit heure de Greenwich. Ils rigolent mais je leur fais remarquer qu'ils ne peuvent pas prouver le contraire donc ma théorie reste valable et qu'ils n'ont pas le droit de rigoler.
    Dernière modification par curiossss ; 27/09/2020 à 11h45.

  21. #17
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    Salut,



    Ca ce n'est qu'UNE des nombreuses versions de théories à multivers. Et sur la fin ce n'est pas vraiment de celle-là dont on parlait.

    Un classement sympathique :
    http://www.metaquine.com/2016/07/02/...-de-multivers/

    (mais j'avais vu mieux avec 7 catégories, mais je ne retrouve pas l'article)
    Deedee, je pense que la version de multivers qui manque c'est celle où les marmottes mettent des petits chocolats dans des papiers colorés.

  22. #18
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Salut,

    Citation Envoyé par Pio2001 Voir le message
    Pas mal, mais au début de l'article, il est expliqué :
    Sérieux ?
    Désolé, je n'avais pas lu en détail et ce site manque clairement de rigueur.

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Deedee, je pense que la version de multivers qui manque c'est celle où les marmottes mettent des petits chocolats dans des papiers colorés.
    Keep it simple stupid

  23. Publicité
  24. #19
    curiossss

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Merci Deedee, je connaissais pas ce site. C'est en anglais, j'arrive à suivre mais régulièrement je dois aller chercher un mot dans le dico ce qui ralentit la lecture. Mais qu'importe la difficulté pourvu qu'on ait l'ivresse ^^
    Bon, pour lire les articles faut payer ou appartenir à une institution qui paye. Pas grave, j'ai vu les titres et c'est l'aperçu que tu voulais me donner.
    Ca bouge dans beaucoup de domaine spécialisés, c'est ce qui fait avancer la technologie.
    Mais je pensais plutôt à des recherches plus niveau zéro essayant de trouver comment fonctionnent les briques fondamentales (bien en dessous des particules qu'on détecte avec nos instruments, particules qui 'émergeraient' d'une réalité plus profonde, forcément (j'espère) accessible aux mathématiques... et au bon sens aussi ^^ (va de métro Everett !) )

  25. #20
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Salut,

    Citation Envoyé par curiossss Voir le message
    Mais je pensais plutôt à des recherches plus niveau zéro essayant de trouver comment fonctionnent les briques fondamentales (bien en dessous des particules qu'on détecte avec nos instruments, particules qui 'émergeraient' d'une réalité plus profonde, forcément (j'espère) accessible aux mathématiques... et au bon sens aussi ^^ (va de métro Everett !) )
    Là aussi ça avance, mais il y a deux difficultés (mais bon, on ne va pas râler, il a déjà fallu des siècles pour arriver là où en est ) :
    - Plus on va loin et plus les postulats sont élémentaires et plus c'est mathématiquement compliqué.
    - On manque de données expérimentales pour trancher
    Mais ça viendra, patience

    Attention au bon sens, c'est souvent celui qui est issu de notre vie aux quotidiens qui n'obéit ni a la même physique ni à la même logique. Le bon sens est souvent trompeur.

    Note que si tu n'aimes pas les mondes multiples, il y a de nombreuses interprétations possibles pour la mécanique quantique. A toi de faire ton marcher

    Si tu veux voir beaucoup de travaux dans le domaine plus fondamental, tu peux regarder sur Arxiv (et là l'accès est gratuit).
    Keep it simple stupid

  26. #21
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Statut épistémologique des multivers

    Citation Envoyé par Pio2001 Voir le message
    Pas mal, mais au début de l'article, il est expliqué :

    Les thèses d’Einstein supposent que la géométrie de l’univers est plate et l’espace, illimité. Or, la vitesse de la lumière étant finie, nous n’observons qu’une partie de ce cosmos : [...] Appliquées à cette infinitude, le calcul des probabilités prévoit l’existence d’univers exactement pareils à celui que nous connaissons, habitants compris. D’autres vous-mêmes vivent donc derrière l’horizon d’Einstein, disséminés sur des planètes identiques à la Terre et lisant ces lignes en ce même instant. Il y a toutefois peu de chances que vous rencontriez de sitôt un de ces doubles, car la distance théorique qui vous sépare de lui est d’environ 10125 mètres.
    Sérieux ?
    Il manque un étage à l'exposant

    repost :
    Des calculs simples d’ordres de grandeur laissent penser que l’on peut trouver une copie à l’identique de soi-même à une distance moyenne d’environ , une copie à l’identique d’une sphère de cent années lumières de diamètre centrées sur la Terre à environ (nos copies dans cette sphère auront donc exactement les mêmes histoires que nous pendant au moins cent années) et une copie de notre volume de Hubble – ce que l’on nomme ici notre Univers – à environ . Ces nombres sont colossaux mais ils sont finis, ils correspondent donc à des distances effectivement réalisées dans un multivers infini.
    Dernière modification par Gilgamesh ; 28/09/2020 à 12h30.
    Parcours Etranges

Discussions similaires

  1. Statut épistémologique de la fonction d'onde
    Par Fjord dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 33
    Dernier message: 14/08/2012, 01h05
  2. Question épistémologique
    Par invite875434567890 dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 26
    Dernier message: 23/07/2012, 18h01
  3. Osthéopathie : Un problème épistémologique ?
    Par Mumyo dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 5
    Dernier message: 10/05/2007, 09h37
  4. Un langage épistémologique?
    Par Metame dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 22
    Dernier message: 12/02/2006, 19h55
  5. le cycle épistémologique
    Par the strange dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/01/2006, 22h55