Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 30 sur 30

Communication scientifiques/grand public




  1. #1
    invité87653292

    Communication scientifiques/grand public

    Bonjour à tous,

    Je viens de regarder un débat télévisé sur le thème de la communication scientifique et de l'information du grand public au niveau scientifique.

    Les différents intervenants admettaient tous que parfois la communication n'étais pas suffisante entre la recherche et le public, ce qui créait un fossé entre eux.

    Ils proposaient diverses solutions à ça, dont certaines que j'ai jugées intéressantes.

    En réfléchissant, j'en ai trouvé d'autres, mais j'aimerais votre avis

    Que feriez vous pour impliquer plus le grand public dans la science et pour faciliter la communication entre eux?

    Cordialement, Math

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    lamorgana

    Re : Communication scientifiques/grand public

    bonjour,
    pour information, c'était quelle émission?
    qu'ont ils proposé?

    cordialement
    Anal Nathrach, udhras beothadh, dochioll dian fe

  4. #3
    JPL

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par je_roxxx Voir le message
    En réfléchissant, j'en ai trouvé d'autres, mais j'aimerais votre avis
    Et si tu commençais par nous faire part de tes idées ?
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac


  5. #4
    invité87653292

    Re : Communication scientifiques/grand public

    L'émission s'appellait "Des vérités qui font débat" en traduction littéraire ("Waarheden die debatten doen" en Néerlandais), ça passait sur une chaîne belge néerlandophone (CANVAS)

    Quand à mes propres idées?
    Certaines rejoignent celles de l'émission bien évidement^^

    Moi je pense que cela passe au départ par une meilleure vulgarisation de la science.
    Tout le monde ne peut pas avoir les connaissances pour comprendre l'ensemble des théories scientifiques modernes, qui s'éloignent de plus en plus du quotidien des gens.

    La vulgarisation est souvent mal vue, mais je la pense importante.
    Il faudrait la reconnaitre a part entière, car elle est (ou plutot, devrait être) le lien entre les deux parties

    Seulement il faut la codifier, en faire une discipline scientifique au même titre que les autres

    J'avais aussi penser a impliquer les gens dans la science, en imaginant des conférences plus accesibles...
    Mais je ne suis pas content de cette idée, j'avoue que j'ai du mal a les impliquer dans la science...

    Sinon, j'avais encore pensé à repenser l'éducation scientifique, qui si elle est parfois très bien donnée, s'attarde trop sur certains points.
    Elle n'est pas assez générale dans certains cas et trop dans d'autres.
    Le but de l'éducation scolaire n'est pas de créer des scientifiques, c'est le role de l'université, mais de leur donner un esprit critique et des connaissances de bases leur permettant de comprendre le monde dans lequel ils évoluent et les découvertes qui s'y font

    Voilà, je pense que j'ai dis tout ce a quoi j'avais pensé, bien que ne pas arriver a trouver des solutions pour impliquer le public m'ennuie un peu...^^

    Enfin, je les avais tues pour ne pas influencer vos réponses^^
    Mais bon, les voici^^

    Cordialement, Math

  6. #5
    f6bes

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par je_roxxx Voir le message
    Moi je pense que cela passe au départ par une meilleure vulgarisation de la science.
    Tout le monde ne peut pas avoir les connaissances pour comprendre l'ensemble des théories scientifiques modernes, qui s'éloignent de plus en plus du quotidien des gens.

    La vulgarisation est souvent mal vue, mais je la pense importante.
    Il faudrait la reconnaitre a part entière, car elle est (ou plutot, devrait être) le lien entre les deux parties

    J'avais aussi penser a impliquer les gens dans la science, en imaginant des conférences plus accesibles...

    Sinon, j'avais encore pensé à repenser l'éducation scientifique, qui si elle est parfois très bien donnée, s'attarde trop sur certains points.
    Bjr à toi,
    C'est pas la "vulgarisation" qui fait aimer la science ... ou pas ..!
    Ou on est "curieux" (pas forcément de TOUT) est là on CHERCHE à SAVOIR et COMPRENDRE en connaissance de SES PROPRES LIMITES ou on s'en ...fout totalement !!! (Mais je n'ai rien contre ces gens là !)

    Mr André BRAHIC (Astronomie) est toujours "prenant" dans ses interventions envers le grand public (bien sur il y en a d'autres).

    Par contre la VULGARISATION à la Bog...... me hérisse parfois !!!

    Donc "vulgarisation" et VULGARISATION sont DEUX choses différentes.


    Les gens ne "s'impliquent" pas de FORCE, ou cela les intéressent .....ou pas !!

    Bonne journée
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    lamorgana

    Re : Communication scientifiques/grand public

    bonjour,

    Je ne pense pas qu'il y ait tant d'écarts entre la recherche et les personnes intéressés aujourd'hui.
    Il y a nombres de livres de vulgarisation scientifiques, je crois qu'un véritable effort est fait de ce côté là.
    en ce qui concerne la vulgarisation scientifiques:
    Seulement il faut la codifier, en faire une discipline scientifique au même titre que les autres
    je ne vois pas...c'est ce qui est fait normalement à l'école, non
    le codifier? c'est à dire?
    De plus, avec internet, en faisant un tri réfléchi, tu peux avoir accès à pas mal d'infos...et le forum FS! C'est un bon exemple d'accès à la connaissance scientifique.
    Anal Nathrach, udhras beothadh, dochioll dian fe

  9. #7
    lamorgana

    Re : Communication scientifiques/grand public

    re,
    F6bes
    C'est pas la "vulgarisation" qui fait aimer la science ... ou pas ..!
    peut être mais donner un livre comme "Alice au pays des quantas" à un gamin peut être intéressant...il s'en fichait peut être de tout ça avant , peut être qu'il ne se plongera pas dedans après mais il aura des petites notions...mais est ce de la vulgarisation?
    Anal Nathrach, udhras beothadh, dochioll dian fe

  10. Publicité
  11. #8
    berzelius

    Re : Communication scientifiques/grand public

    bonsoir,
    moi aussi je serais d'avis de "codifier" la vulgarisation, on entend trop deci dela des informations partielles à en devenir fausses.
    La faute en revient aux journaliste pour la plupart qui n'ont pas de bagages scientifiques suffisants pour interpréter correctement les information, mais aussi dans de grands show télévisuels où la culture scientifique est mise à portée de tous et en même temps mise à mal...
    Il en revient à nous, tous, scientifiques où non d'aller se documenter, avoir l'esprit critique, et c'est là ou je rejoint f6bes: les gens ne prennent pas le temps de se demander si tout ce qu'ils entendent est vrai ou faux et si peu de gens en ont vraiment quelque chose à faire...
    je tiens à préciser tout de même que toutes les emissions de vulgarisation scientifiques ne sont pas du même niveau et il est vrai que certaines emissions se doivent pour toucher un public large et jeune de simplifier au maximum ( ce que font très bien fred et jamy - tout en restant au maximum dans la vérité).
    "le campbell est ton ami, mais un mauvais oreiller..."

  12. #9
    JPL

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par berzelius Voir le message
    moi aussi je serais d'avis de "codifier" la vulgarisation
    Il me paraît très difficile de codifier le talent !
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  13. #10
    berzelius

    Re : Communication scientifiques/grand public

    c'est vrai mais déjà un minimum de cours de pédagogie aiderai grandement il me semble... après ce n'est que mon point de vue...
    "le campbell est ton ami, mais un mauvais oreiller..."

  14. #11
    guillaume05788

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Berzelius a raison, le problème, ce n'est pas les scientifiques, c'est les journalistes.
    à chaque fois que je vois/entend une information scientifique dans les médias, la définition que je me fais d'un journaliste prend de plus en plus de sens : non outillé pour faire le tri entre le vrai et le faux sur le plan scientifique, ne se montre ainsi perméable qu’aux seuls arguments allant dans le sens de
    ses a priori et expose l’image d’un monde binaire, avec des bons et des méchants.

    J'invite tout le monde, avec son esprit critique personnel, à consulter régulièrement les pages de l'AFIS (Association Française pour l'Information Scientifique), une information objective tenant compte des éléments les plus récents de la recherche y sont exposés sur des thèmes qui peuvent intéresser tout le monde (en tout cas, sur des thèmes dont les journalistes ont l'habitude de nous désinformer). Enfin, je ne vous demande pas de prendre tout ce qui y est dit pour argent comptant, mais cela apporte un point de vue différent de ce que la population générale désinformée peut avoir.

    Enfin, je pense que le niveau et la qualité d'information de monsieur tout le monde est aujourd'hui de sa pure responsabilité. Avec internet, on a accès à tout ce qu'on veut. Le problème d'aujourd'hui, c'est que les journalistes ne font plus que du sensationnel (d'où un monde binaire) mais peut-on légitimement le leur reprocher sachant que c'est ce que l'audimat demande?

  15. #12
    Pio2001

    Re : Communication scientifiques/grand public

    En France, si la Fnac créait un rayon "sciences" dans ses librairies, ce serait déjà un progrès.
    Les ouvrages d'Hubert Reeves, par exemple, sont à "sciences humaines" !
    Dans un espace vectoriel discret, les boules fermées sont ouvertes.

  16. #13
    Cécile

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Je trouve que ce que dit Guillaume est exagéré : il y a de très bonnes émissions et de très bons articles scientifiques. La tête au carré à France Inter, par exemple. Les articles scientifiques de Libération, autre exemple. Et des milliers comme ça. Mais bon, c'est comme tout : on ne retient que les erreurs, pas les bons articles.
    J'aimerais bien aussi avoir les exemples de "désinformation" flagrante.
    Deuxièmement, contrairement à ce que dit Guillaume (le problème ne vient pas que des journalistes, mais aussi largement des scientifiques français. La plupart restent encore trop dans leur tour d'ivoire, ne voulant pas (ou n'ayant pas les capacités de) vulgariser ses travaux. Comment se fait-il que, lorsque je joins un chercheur anglais ou américain, j'ai une réponse dans la journée (en moyenne), alors que moins de la moitié des chercheurs français daignent me répondre, et souvent plusieurs jours après ?
    Enfin, je pense qu'une "information objective", ça n'existe pas. Rien que la manière de choisir de traiter tel ou tel sujet, c'est subjectif.

  17. #14
    yves25

    Re : Communication scientifiques/grand public

    ..et moi, je trouve que la réponse de Cécile est (au moins) incomplète.
    Oui, il y a de bonnes émissions scientifiques et j'aime bien "La tête au carré" mais y a de bons et de mauvais journalistes tout simplement.

    Sont bons, ceux qui essaient d'approfondir qq sujets et non pas de les survoler avec des digests et de rédiger leur article avec de bonnes vieilles recettes qui s'appliquent surtout aux matchs de boxe

    et il y a de bons et de mauvais scientifiques et parmi les bons , il y a de bons et de mauvais communiquants et, c'est vrai, il y en a qui ne veulent pas "perdre leur temps" à ça . J'ai mis des guillemets mais il est vrai que, pour un chercheur, la comunication n'est pas toujours facile

    il y a aussi des scientifiques qui ne sont pas des foudres de guerre dans leur discipline mais qui sont d'excellents communiquants

    ça fait un peu comme les papous à poux ou pas à poux , cette affaire : rire:
    Dernière modification par yves25 ; 23/12/2008 à 22h11.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  18. #15
    guillaume05788

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Clairement Cécile est journaliste et je suis scientifique... Un accord formel sur le sujet sera difficile à trouver. Mais essayez vraiment de visiter le site de l'AFIS (Association Française pour l'Information Scientifique), c'est bien argumenté grâce à des références scientifiques et sans langue de bois, sur de nombreux sujets sensibles. Et ce qui ne gâche rien, c'est écrit dans un français digne de grands auteurs.

    Aussi, vous y trouverez beaucoup d'exemples flagrants de paranoïa, de désinformations et de subjectivité poussée jusqu'au mensonge parfois. Le site suivant traite aussi des idées reçues que tout le monde peut avoir, même les scientifiques : http://tatoufaux.com/

  19. #16
    Cécile

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Je suis d'accord avec toi, Yves. Il y a de bons et de mauvais journalistes. Il y a de bons et de mauvais scientifiques. Il y a de bons et de mauvais communiquants scientifiques. C'est pourquoi affirmer comme Guillaume que " le problème, ce n'est pas les scientifiques, c'est les journalistes", ça me semble très réducteur, voire totalement faux.

    @ Guillaume : je suis journaliste, mais ex-scientifique, je connais donc les deux facettes du métier. J'ai été regarder le site de l'Afis que tu avais mentionné, je n'ai été ni enthousiasmée ni déçue. J'y trouve autant d'information biaisée qu'ailleurs.
    Par exemple, dans l'article sur les cantines bio, l'auteur affirmer "Au plan sanitaire, il est évidemment facile de reprocher aux fruits et légumes conventionnels un risque plus élevé de contenir des traces de produits phytosanitaires, mais ces résidus sont très faibles et réglementés (limites maximales fixées) et ne concernent plus les produits épluchés, lavés ou cuits." Une telle affirmation ne me semble pas très scientifique. Il existe de nombreux doutes sur le rôle des résidus de pesticides, notamment sur les cocktails de plusieurs pesticides (rappelons que les tests sont faits produit par produit, et les éventuelles synergies sont oubliées). Dire que tout va bien parce qu'on est en dessous des normes, c'est aller un peu vite en besogne, d'autant que les normes sont toujours un compromis entre les connaissances scientifiques, les techniques de détection et les questions économiques. Bref, cet article ne me semble pas très scientifique, et en tout cas pas "objectif", comme tu le souhaiterais : c'est un pur article anti-bio.

  20. #17
    guillaume05788

    Re : Communication scientifiques/grand public

    J'ai été responsable d'un labo d'analyses agro-alimentaires et je peux t'assurer que je préfère bouffer des pesticides en dessous des normes européennes que les mycotoxines que j'ai pu retrouver en quantités astronomiques et mortelles dans des produits bios.

    à savoir que oui, des recherches restent à faire mais celle déjà faites ne sont jamais citées par les journalistes qui aiment dramatiser et faire du sensationnel.
    Si tu es scientifiques, tu n'as qu'à chercher les LD50 des pesticides et tu te rendras compte que les arguments populiste et alarmiste n'ont pas lieu d'être.

    Je ne suis pas anti bio mais pas anti phyto non plus, tout extrême n'étant jamais souhaitable. à savoir aussi que le bio ne peut exister que grâce au non bio ... je ne me rappelle plus la source.

    Enfin, aujourd'hui, je travaille en recherche sur l'exposition humaine aux pesticides et on se rend compte de plus en plus que ce sont parmi les produits les moins dangereux comparés aux produits de combustion du tabac, des gaz d'échappement etc...

    Enfin, sais-tu que le bio a une dérogation pour utiliser en masse le butoxyde de piperonyl. Et qu'une part de non bio est intégré aux produits qu'on achète : pour l'instant, c'est que du business!

  21. #18
    JPL

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par guillaume05788 Voir le message
    Si tu es scientifiques, tu n'as qu'à chercher les LD50 des pesticides et tu te rendras compte que les arguments populiste et alarmiste n'ont pas lieu d'être.
    Autant je suis d'accord avec toi sur le côté irrationnel de divers propos alarmistes, autant faire référence à la LD50 dans le cadre des intoxications chroniques est une monstruosité intellectuelle. Ou bien tu as écrit trop vite... ça arrive à tout le monde, ou bien j'ai des problèmes sur ta compétence en toxicologie.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  22. #19
    Cécile

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Concernant les mycotoxines, à ma connaissance, il n'y en a pas forcément plus dans le bio, ça dépend surtout des conditions et des durées de stockage.
    Mais le but n'est pas de débattre pour ou contre le bio (je suis comme toi, ni pour ni contre bien au contraire ). Je voulais juste te montrer que le site que tu indiques n'est pas plus objectif que plein d'autres. Comme beaucoup de sites de scientifiques, je le trouve assez "scientiste".

    Encore une fois, il y a de bons et de mauvais journalistes comme il y a de bons et de mauvais scientifiques. Mettre tout sur le dos des journalistes est... peu rationnel.

  23. #20
    invite986312212
    Invité

    Re : Communication scientifiques/grand public

    salut,

    ce qui me frappe dans la dualité scientifique/journaliste, c'est la question de la responsabilité. Autant les scientifiques sont en général très prudents dans leurs affirmations, autant les journalistes (peut-être seulement les mauvais...) ne s'embarrassent pas trop de précautions oratoires. Mon impression est que les journalistes sont irresponsables (au sens des juristes), contrairement aux scientifiques.

    c'est peut-être anecdotique, mais j'ai participé à une étude épidémiologique sur la sécurité de certains vaccins. Nos résultats montraient une innocuité de ces vaccins, mais ils étaient énoncés avec nombre de précautions: il n'y avait pas de surmortalité dans telle et telle condition, compte tenu de telle et telle méthode d'observation, etc. Cet article a été repris dans la presse, d'abord scientifique, puis la grande presse, mais les précautions avaient été omises.

  24. #21
    Cécile

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Au sens juridique, les journalistes sont responsables de ce qu'ils écrivent (essentiellement dans les cas de diffamation... il suffit de voir ce qui s'est passé avec l'arrestation de Vittorio de Filippis, ex directeur de la publication de Libération, le 24 novembre dernier, avec fouille au corps...). Bien plus responsables, en tout cas, que les scientifiques. A ma connaissance, aucun scientifique n'a jamais été en taule pour son travail. Et heureusement, d'ailleurs, que les scientifiques ont le droit de se tromper, sinon c'en serait fini de la recherche.
    Même les fraudeurs reconnus (Hwang, Schön...) n'ont pas été condamnés, ni à de la prison, ni même à des amendes, me semble-t-il.
    Tu as raison de dire que beaucoup de journalistes oublient les précautions et les nuances indiquées par les chercheurs. Cela dit, quand je vois ce qui est parfois décrit triomphalement dans des publications scientifiques et ce que m'en disent après d'autres scientifiques (c'est pas nouveau, c'est moins bien que tel résultat dans telle publi, c'est survendu...), je me dis que l'exagération et le manque de nuances ne sont pas l'appanage des journalistes.

  25. #22
    GillesH38a

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Cela dit, quand je vois ce qui est parfois décrit triomphalement dans des publications scientifiques et ce que m'en disent après d'autres scientifiques (c'est pas nouveau, c'est moins bien que tel résultat dans telle publi, c'est survendu...), je me dis que l'exagération et le manque de nuances ne sont pas l'appanage des journalistes.
    ca , c'est sur, il faudrait d'ailleurs que les journalistes le disent plus souvent !

  26. #23
    kernel13

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Les universités jouent un rôle central dans le développement
    de l’Europe de la connaissance.

    Les sciences mettent beaucoup l’accent sur la démarche
    interdisciplinaire. On peut imaginer des cours
    où les étudiants de premier et deuxième cycle continueraient de recevoir une formation de base dans toute une gamme de disciplines,
    indépendamment du niveau d’études suivi.

    On devrait faire ainsi des futures générations de chercheurs
    et journalistes, des «spécialistes à l’esprit large»,
    capables d’interagir avec leurs homologues dans d’autres disciplines.

    La «formation par la recherche» de nature pratique pourrait devenir
    un outil essentiel.

    De nouvelles formes de formation, dépassant le cloisonnement
    traditionnel des disciplines devraient être envisagées en vue de dispenser un enseignement interdisciplinaire ciblé de rang mondial au niveau universitaire et supérieur.

    Ces approches pourraient être développées dans le cadre
    de «pôles d’excellence» européens, ce qui offrirait aux étudiants
    une occasion unique d’acquérir une expérience pratique
    dans la recherche de pointe.
    Facilitant ainsi la communication scientifiques/grand public.
    Critiques argumentées et propositions constructives sont les bienvenues.

  27. #24
    invite986312212
    Invité

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Au sens juridique, les journalistes sont responsables de ce qu'ils écrivent (essentiellement dans les cas de diffamation... il suffit de voir ce qui s'est passé avec l'arrestation de Vittorio de Filippis, ex directeur de la publication de Libération, le 24 novembre dernier, avec fouille au corps...). Bien plus responsables, en tout cas, que les scientifiques.
    je me suis mal exprimé en parlant du "sens des juristes". Je voulais préciser le terme "irresponsable" mais je sais fort bien que les scientifiques ne sont pas poursuivis devant les tribunaux. Un scientifique qui annoncerait à tort une découverte extraordinaire (disons, un vaccin contre le VIH par exemple) aurait réellement des ennuis. Au minimum il perdrait la face aux yeux de ses collègues. Dans certains pays il aurait de bonnes chances de perdre son job. A l'inverse, on lit souvent ce genre de fausse information dans la presse et je serais surpris que les journalistes qui les écrivent soient ennuyés. En ce sens, et à l'instar des politiciens, les journalistes sont irresponsables (ce qui n'empêche pas certains journalistes de faire correctement leur travail).

  28. #25
    invité576543
    Invité

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par ambrosio Voir le message
    je me suis mal exprimé en parlant du "sens des juristes". Je voulais préciser le terme "irresponsable" mais je sais fort bien que les scientifiques ne sont pas poursuivis devant les tribunaux. Un scientifique qui annoncerait à tort une découverte extraordinaire (disons, un vaccin contre le VIH par exemple) aurait réellement des ennuis. Au minimum il perdrait la face aux yeux de ses collègues. Dans certains pays il aurait de bonnes chances de perdre son job. A l'inverse, on lit souvent ce genre de fausse information dans la presse et je serais surpris que les journalistes qui les écrivent soient ennuyés. En ce sens, et à l'instar des politiciens, les journalistes sont irresponsables (ce qui n'empêche pas certains journalistes de faire correctement leur travail).
    Le boulot des scientifiques est de faire avancer les connaissances.

    Le boulot des journalistes n'est pas d'informer, mais de vendre. Donc certains journalistes font leur boulot en diffusant les informations "fausses" (ou du moins savamment biaisées).

    Si on considère les journalistes comme irresponsables alors que dire des publicistes? Et n'est-il pas manifeste que la frontière entre journalistes et publicistes est floue?

    Par ailleurs "responsable" ou "irresponsable" est une abréviation de "responsable devant x" = "doit être capable de répondre de ses actes devant x". Devant qui un journaliste est-il responsable? Devant le public? Non. Devant l'état? Dans les limites du droit de la presse. Alors devant qui? Devant son employeur. Et il me semble évident que les "fausses" information sont jugées différemment par différents employeurs...

    Moralité : Plutôt que d'essayer de moraliser le domaine de la presse, il me semble une meilleure piste d'éduquer les lecteurs/auditeurs et futurs lecteurs/auditeurs à l'esprit critique.

    Cordialement,

  29. #26
    kernel13

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Michel (mmy) Voir le message
    Le boulot des scientifiques est de faire avancer les connaissances.

    Le boulot des journalistes n'est pas d'informer, mais de vendre.
    Donc certains journalistes font leur boulot en diffusant les informations "fausses" (ou du moins savamment biaisées).

    Moralité : Plutôt que d'essayer de moraliser le domaine de la presse, il me semble une meilleure piste d'éduquer les lecteurs/auditeurs et futurs lecteurs/auditeurs à l'esprit critique.

    Cordialement,
    Restons simple. De qu’elles connaissances s’agit-il ?
    Des copains et des copines ?
    Que l’on retrouve à la cantine ? Merci papa, merci maman….

    Toute vérité n’est-elle pas bonne à dire ?
    Sur le jeu des acteurs des sociétales du biopouvoir, par exemple !

    Le boulot des scientifiques est de nous faire avancer vers la réalité
    de l'état des ressources de l'humanité.
    Critiques argumentées et propositions constructives sont les bienvenues.

  30. #27
    Cécile

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Michel (mmy) Voir le message
    Le boulot des scientifiques est de faire avancer les connaissances.
    Oui, du moins en théorie. Dans la pratique, leur boulot est au moins autant de publier (même des articles merdiques) et de ramener des sous au labo (via des collaborations industrielles).

    Le boulot des journalistes n'est pas d'informer, mais de vendre.
    Le boulot des journalistes est d'informer et de vendre leur journal.
    Donc certains journalistes font leur boulot en diffusant les informations "fausses" (ou du moins savamment biaisées).
    Exemple ? (en science)

    Si on considère les journalistes comme irresponsables alors que dire des publicistes? Et n'est-il pas manifeste que la frontière entre journalistes et publicistes est floue?
    Je ne suis pas d'accord. Il est arrivé quelques collusions journalisme-pub, mais de là à dire que c'est fréquent, ou pire, que la frontière entre journalistes et publicistes est floue, c'est franchement ridicule.

    Par ailleurs "responsable" ou "irresponsable" est une abréviation de "responsable devant x" = "doit être capable de répondre de ses actes devant x". Devant qui un journaliste est-il responsable? Devant le public? Non.
    Si, le public qui est déçu par la crédibilité d'un journal ne l'achète pas.
    Devant l'état? Dans les limites du droit de la presse.
    Oui, et heureusement ! Et la loi française sur la diffamation et le respect à l'image est l'une des plus strictes des pays démocratiques. Il y a plein de procédures possibles : le référé pour interdire une parution, le droit de réponse, l'attaque en diffamation (avec demandes d'indemnisation énormes)...

    Moralité : Plutôt que d'essayer de moraliser le domaine de la presse, il me semble une meilleure piste d'éduquer les lecteurs/auditeurs et futurs lecteurs/auditeurs à l'esprit critique.
    Oui, plus il y aura des lecteurs avec un bon esprit critique, meilleure sera la presse.

  31. #28
    Rik

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Michel (mmy) Voir le message
    Le boulot des scientifiques est de faire avancer les connaissances.
    Le boulot des journalistes n'est pas d'informer, mais de vendre.
    En d'autres termes, les scientifiques sont des gentils et les journalistes sont des méchants. Hou! les vilains!

    salut!
    Le premier précepte était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie. Descartes

  32. #29
    Chtonpi

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Je trouve assez bizarre de vouloir accuser a tout pris un des camps. Il y a du bon et du mauvais des deux cotés. Aller jusqu'à dire que le boulot des journalistes est de faire vendre, c'est violent. A part dans Voici et les magasine trash, c'est souvent faux.
    Pour moi, le lien doit se faire :
    -Par les musées comme la vilette, le palais de la découvert qui sont visuels, assez simple. C'est pour moi un contact visuel avec la science qui est assez important
    -On passe alors au magazine, livre et revue.

    Il y'a aussi un problème d'indifférence entre les deux cotés. Des bouquins de vulgarisation seraient ils lue? Est ce que les gens s'intéressent ils à la science?

  33. #30
    guillaume05788

    Re : Communication scientifiques/grand public

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Comme beaucoup de sites de scientifiques, je le trouve assez "scientiste".

    Encore une fois, il y a de bons et de mauvais journalistes comme il y a de bons et de mauvais scientifiques. Mettre tout sur le dos des journalistes est... peu rationnel.
    Qu'entends-tu par "scientiste"? j'espère que tu dérives le sens premier du mot pour signifier d'une manière ou d'une autre que ce site serait plutôt destiné par son langage est ses idées à une communauté de scientifiques qui ne se mettrait d'accord qu'entre eux (ce qui n'est pas le cas d'ailleurs). Par contre, si cela fait référence au scientisme, j'espère que tu plaisantes.

    Tout à fait d'accord avec toi sur les bons et les mauvais des deux cotés mais concrètement, que se passe-t'il?

    Des deux cotés, il y a plus de mauvais que de bons et dans les mêmes proportions (prenons arbitrairement 40% de bons et 60% de mauvais).

    Les scientifiques qui communiquent le plus avec le grand public sont souvent ceux qui ne sont pas les meilleurs... et sur qui tombent-ils? 6 chances sur 10 de tomber sur un mauvais journaliste...

    ça produit ce que nous regrettons tous... des reportages subjectifs

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Les maths et le grand public...
    Par Pïngouinche dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 19
    Dernier message: 07/03/2008, 13h33
  2. Optique adaptative grand public
    Par Le_gabe dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 5
    Dernier message: 08/08/2007, 14h09
  3. Un article critique sur une revue grand public
    Par bibal dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/11/2006, 20h29
  4. Journée Grand Public Astrophysique
    Par nissart7831 dans le forum Archives
    Réponses: 182
    Dernier message: 14/05/2006, 16h56