Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 26 sur 26

Choix dissipateur????



  1. #1
    popo
    Bonjour à tous,
    Je suis en train de calculer la valeur d'un dissipateur pour un regulateur de 12V 1,5A. Je trouve une valeur d'environ 6°C/W.

    En enlevant toute consideration economique, Il vaut mieux que je choisisse un dissipateur correspondant à 6°C/W ou un isolateur de la forme du regulateur qui vaut 1,25°C/W qui me permette un gain de place enorme

    Merci pour vos reponses.
    A+
    popo

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    bricolo
    Rebonsoir Popo ,
    voici la formule pure et dure , soit tu t'en balances ,
    soit tu la notes , soit tu prends le rideau .

    Rth = ({Tjmax - Tamb}/Wj) - Rjb

    Rth = résistance thermique du refroidisseur en °C/W
    Tjmax = température de jonction maxi du composant en °C
    T amb = température ambiante en °C
    R jb = résistance thermique jonction-boitier en °C/W
    W j = puissance dissipée dans la jonction en W

    Autrement , un morceau d'alu et un peu de feeling et
    tout s'arrange .

    Bricolo .

  4. #3
    Bigonoff
    Salut
    ------

    En la matière, qui peut le plus peut le moins.

    Donc, vu que le dissipateur de 1,25°C/W t'arrange, n'hésite pas.

    A+
    Bigonoff
    Vive l'Internet libre

  5. #4
    Dagda
    bonsoir tous le monde.

    Bigonoff!!
    Je me souvient d'une fois en cours avec le prof d'elec... j'ai demander pour calcule le dissipateur pour un 7812 qui devait ce prendre 24V en entree et donc allait a priori chauffer serieusement.
    Bon alors on calcul et moi inocement je lui dit que je mettrai un dissipateur bien surdimensionner et que Zou ca passerai...
    Et bien il me dit que le fait de surdimenssionner trop peut au contraire reduire les capacites de dissipations....

    Qui croire... (le prof est un ancien inge...)

    Donc si ta science pouvait m'eclairer?

    Dagda

  6. #5
    Bigonoff
    Salut
    -------

    Ben, si tu veux mon avis...

    (je ne prétend pas avoir la science infuse )

    Un dissipateur de 1,25°C/W signifie que pour 1 watt appliqué, sa température augmente de 1,25°C par rapport à la température ambiante.

    Un dissipateur de 6°C/W signifie que pour 1 watt appliqué, sa température augmente de 6°C.

    Tire toi-même tes conclusions quant à celui qui dissipe le plus, moi je ne demande pas qu'on me croie, je ne donne que de simples arguments mathématiques.

    Sinon, concernant le débat caché , si tu savais le nombre de "règles de bonne pratiques" qui ne peuvent être démontrées..... tout simplement parcequ'elles sont fausses....

    Mon avis (qui vaut ce qu'il vaut) est que si la règle est bonne, alors elle doit pouvoir être démontrée, ou, au minimum, expliquée.

    A+
    Bigonoff
    Vive l'Internet libre

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Dagda
    Bon et comme je le pensai... rien ne vaut le pifometre!!

    Bref tu calcule une valeur approximative puis tu met plus gros au cas où!

    Voila une bonne philosophie aui a deja fais ces preuves plus d'une fois (surtout en electronique).

    Dagda

  9. Publicité
  10. #7
    Bigonoff
    Salut
    -------

    Bref tu calcule une valeur approximative puis tu met plus gros au cas où!
    C'est exactement ce que je fais moi-même

    A+
    Bigonoff
    Vive l'Internet libre

  11. #8
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour M. Bigonoff,

    Je ne pensais pas que vous vous intéresseriez à un refroidisseur.
    Bref, je crois que dans le cas spécial d'un régulateur, il a sa disjonction interne, quand il a trop chaud il se coupe. Je ne m'occupe pas de la température de jonction, mais seulement de la puissance à dissiper, ici (24-12)x1,5= 18W, je mettrais donc un radiateur à ailettes d'environ 6cm sur 6cm, vertical en un endroit aéré, je ferais les essais, et avec mon doigt dessus, je verrais si ça ne chauffe pas trop. C'est tout simple comme méthode. Et ça marche.
    Salutations
    pont

  12. #9
    Qristoff

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    Bref, je crois que dans le cas spécial d'un régulateur, il a sa disjonction interne, quand il a trop chaud il se coupe.
    ils n'ont pas tous de limitation thermique. Et pour ceux qui n'en n'ont pas, ça peut vite mal tourner pour eux.. La limitation thermique n'est là que pour garantir la non destruction en cas de court circuit prolongé.

    Je ne m'occupe pas de la température de jonction,
    c'est un tort ! probablement parce que vos circuits ne sont exposés qu'à 22°C +/- 5°C dans les salles de cours....

    je ferais les essais, et avec mon doigt dessus, je verrais si ça ne chauffe pas trop. C'est tout simple comme méthode.
    pas trés professionnelle comme méthode ! heureusement qu'on ne travaille pas comme ça dans l'industrie ! je ne trouve pas votre méthode trés pédagogique..
    Tout existe, il suffit de le trouver...!

  13. #10
    briconik

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    pas très pédagogique en effet. Je me rangerais plutot du coté de bigonoff, que je tiens à saluer au passage.
    A+

  14. #11
    DAUDET78

    Re : Choix dissipateur????

    Citation Envoyé par briconik Voir le message
    Je me rangerais plutot du coté de bigonoff, que je tiens à saluer au passage.
    la discussion date de 2003 et notre ami Pont2 prend un malin plaisir a déterrer des cadavres

    Pour info Bigonoff n'est plus repassé sur FUTURA depuis :

    Dernière activité: 13/08/2007 12h21
    J'aime pas le Grec

  15. #12
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour Qristoff,

    "pas très pédagogique"? Au contraire, très efficace, très pédagogique, tous les sens de l'homme sont des appareils de mesure: le nez pour sentir la bobine qui brûle, les oreilles pour entendre un chimique juste avant qu'il n'explose, ou la bobine saturée qui vibre, les doigts, par exemple, un petit transistor, un TO92, si l'élève le tient entre pouce et index pendant qu'il règle le courant dedans, il ne risque pas de griller, il s'établit par l'intermédiaire de son cerveau un asservissement de température (une PID?) et en cas de montée trop forte, l'élève baisse aussitôt le courant, c'est ça la pédagogie, cela consiste à apprendre des choses utiles aux gosses et non des formules qui ne marchent pas, qu'ils n'utiliseront jamais et s'ils ne savent pas comment faire le travail il sera mal fait.
    En une année, au lycée de St Denis, gros établissement je ne sais pas combien on était, plus d'une dizaine de profs de physique, j'étais chargé des mesures électroniques, et bien je n'ai pas eu une seule casse de matériel, gros ou petit, alors que les autres, c'était toutes les semaines. Voilà le vrai résultat.
    Et le matériel cassé ça fait du désordre dans le cours, perte de temps, groupe de travail bloqué et ça coûte aussi j'étais apprécié du chef du labo et des agents chargés de réparer (que j'aidais parfois, sur les Tektro) et du proviseur. Et c'est moi qui ai été désigné comme "observateur" au bac. Et au niveau des élèves on a toujours fait des manipes de niveau plus fort (plus poussées, plus détaillées) que demandé au bac, car ils ont une petite épreuve pratique pas terrible, mais il ne faut pas qu'ils soient un peu juste. C'est ça aussi la pédagogie.
    Salut

  16. Publicité
  17. #13
    briconik

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour Daudet,
    c'est vrai que je ne regarde pas toujour la date de la discussion. Merci de me remettre à ma place. Soit dit en passant je trouve dommage que bigonoff ne soit plus présent sur le forum. Il suffit de visiter son site pour constater que notre petit monde de l'electronique lui doit un grand merci.
    A+

  18. #14
    DAUDET78

    Re : Choix dissipateur????

    Citation Envoyé par briconik Voir le message
    Soit dit en passant je trouve dommage que bigonoff ne soit plus présent sur le forum.
    Entièrement d'accord avec toi

    Le problème des déterrages de cadavres, c'est que le p'tit nouveau répond à la dernière question ....mais personne ne lit les 50 réponses précédentes .... et on est reparti pour un tour de discussion de café du commerce.
    J'aime pas le Grec

  19. #15
    Qristoff

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    cela consiste à apprendre des choses utiles aux gosses et non des formules qui ne marchent pas, qu'ils n'utiliseront jamais
    l'électronique est une science exacte et non pas de l'à peu près ! je suis d'accord qu'il faut leur faire "sentir" l'électronique et ça la rend plus ludique, mais on en est plus à faire les petites expériences de primaire pour allumer et éteindre une led !.
    Contrairement à ce vous dites, les formules marchent ! et ça évite de retrouver des étudiants perdus sur notre forum, parce que justement leurs profs vulgarisent trop l'électronique et leurs racontent des conneries plus grosses les unes que les autres, du style un AOP et un comparateur c'est pareil ! ou que les condensateurs de découplages ne servent à rien !
    Tout existe, il suffit de le trouver...!

  20. #16
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Rebonjour Cristoff,

    Vous n'avez pas dit dans quel lycée vous êtes allé, mais ce que vous racontez est tout de même largement invraisemblable au sujet des condensateurs de découplage, par ex à la sortie de la changeuse, ou la MF et pire de l'alim, c'est que justement, le reproche que je faisais, c'est qu'ils démontraient bien que la décharge suit la loi v=Vo e^_t/CR (quel est le zig qui a fait cet éditeur?) c'est à dire des formules théoriques tarabiscolées inutiles mais qu'il n'avaient jamais fait sauter un chimique pour leur montrer ce que c'est. Encore ils n'avaient pas mis un sinus(wt) pour montrer une belle décharge oscillante, ouf! Il ne faut pas cacher, il ne faut pas mentir, il faut montrer la courbe d'impédance d'un condensateur, qui ne suit pas Z=1/Cw, ce qui donne une branche d'hyperpole équilatère, mais que la courbe passe par un minima de Z, et remonte ensuite, ne faisant plus découplage!
    La cause peut être un effet de self dû à un enroulement des pièces en fabrication. Mais on peut avoir une idée approximative de son efficacité à l'oscillo, et testant la partie découplée qui ne doit plus être sous tension HF.
    Bonsoir

  21. #17
    maximilien

    Re : Choix dissipateur????

    Je vais essayer d'ajouter la "touche" étudiante puisque j'en suis un. Et ainsi apporter mon point de vue.

    A mes débuts d'électronique, un jour ou je me suis dit que faire tourner un moteur pas à pas serait sympa...
    j'ai mis un petit 2N2222; le pauvre!
    Le moteur tournait! mais ça sentait le cramer, mon doigt sur le petit transistor et hop une cloque pendant une petite semaine!!
    Du coup j'ai appris deux choses ce jour là. La première on ne réfléchit jamais assez avant de mettre son montage sous tension. La deuxième c'est de re-vérifier la première.

    Sinon en ce qui concerne les étudiants en général.
    Je le vois bien avec la plupart de mes collègues qui ne font pas de montages chez eux...
    C'est que pour eux une sortie est aussi bien une entrée du moment que l'on puisse y mettre une connexion!
    En BAC +3 je trouve ça bien malheureux...

    Autres exemples:
    je travaille sur un projet, on est 4 dessus.
    - aucun des 3 ne sait ce qu'est un compteur! Il ont court-circuité 4 pattes d'un 4040. Le pauvre y est passé aussi.
    - personne non plus pour calculer les résistances de bases et de collecteur d'un transistor pour le mettre en bloqué saturé.

    Et ces personnes vont finir BAC+5.

    Si j'ai conseil à donné à un prof. C'est de toujours expliquer à quoi cela peut servir ce qu'ils sont en train de faire.
    Car c'est bien de voir un AOP... mais le voir dans un montage c'est mieux.
    L'un n'allant pas sans l'autre bien sûr.

    Personnellement j'ai programmé un PIC16F84A en première S.SI et c'est de la que j'ai eu envie de faire du PIC chez moi.
    Aujourd'hui j'en voit les bénéfices!!! et je ne regrette pas.

  22. #18
    louloute/Qc

    Re : Choix dissipateur????

    Concernant les dissipateurs thermiques, à mon point de vue, pour les dissipateurs comme pour beaucoup de choses en physique, on commence par calculer, on poursuit en prenant la valeur disponible la plus proche ou celle qui va dans le bon sens. Quand il s’agit de la réalisation, il est bon de faire confirmer au montage le calcul.

    Dans le cas d’un radiateur, mes estimées confrères ont expliqué le calcul, pour ce qui est de la confirmation pratique, on met l’appareil dans le pire cas de figure un bon moment pour laisser la température de stabiliser; si on ne peut mesurer la température de la jonction, on peut alors au moins savoir celle du radiateur, de là estimer la température de jonction par le calcul avec la résistance jonction-boîtier.

    Autre méthode que je conseille pour se sécuriser les fesses : monter l’appareil avec son radiateur et le forcer dans une situation où il ne peut pas dissiper aussi bien (arrêter le ventilateur, empêcher la convection) et voir si l’appareil résiste. Il est bien rare après ça d’avoir de mauvaises surprises.

    En ce qui concerne les étudiants, Maximilien, je prends note de ta remarque sur l’utilisation pratique. Ici (Québec) il nous est à peu près interdit de prononcer le mot ‘théorie’ dans mon domaine de formation professionnelle et mes collègues universitaire savent qu’il ne faut pas trop insister dans cette voie de peur de perdre une classe entière ; Je ne suis pas sûr que ça fasse des techs ni des ingénieurs bien forts, mais… Je crois malgré pour que pour l’AOP par exemple, passer plus de temps à dire qu’il y en a dans les tables de mixage, les amplis audio ou les filtres de tout poil qu’à essayer d’en faire comprendre le fonctionnement est mettre la charrue avant les bœufs. En cours au tableau de ‘connaissance pratique’ (le mot théorie est proscrit) je vais expliquer les masses virtuelles et les calculs ; en laboratoire on monte ampli audio avec H-P et filtres pour voir comment ça sonne. Un peu pour montrer à quoi ça sert, beaucoup pour essayer de les empêcher de disparaître à la pause, de moins en moins dans l’espoir d’en voir un apprendre et se bricoler un ampli dans son garage.
    男人不坏,女人不爱

  23. Publicité
  24. #19
    maximilien

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour Louloute,

    J'ai eu connaissance du mode de fonctionnement Québécois.
    J'ai fait un stage de 3 mois à Sherbrooke. Mon tuteur m'as dit que là bas les étudiants étaient de loin plus autonomes que les Français.
    L'apprentissage se faisant beaucoup par des projets.
    Je ne me rappel plus si c'était valable qu'à Sherbrooke ou bien ailleurs au Québec.

    Je comprends que sans théorie c'est difficile de faire de bon professionnels.
    Mais quelle est la méthode la moins pire??
    A quoi cela sert t-il de savoir calculer des beaux filtres numériques lorsque l'on ne voit pas ce qu'est un micro-contrôleur?

    Je garde espoir.

    Car même en 3eme année de licence électronique et télécommunications, beaucoup de gens avec moi ne souhaitent pas faire de l'électronique plus tard (trouver l'erreur!!).

    Pour ceux qui comme moi veulent en faire leurs métier la motivation est obligatoire.

  25. #20
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour MAXIMILLIEN (un admirateur de Robespierre?)

    MERCI, c'est exactement-ça, contre lequel j'ai toujours lutté, c'est la méconnaissance pratique des choses!

    Je pourrais aussi donner le même genre d'exemples, parmi les collègues, d'ailleurs ils le reconnaissaient et souvent me demandaient conseil, comme on doit le faire avec vous; vous avez raison Maximillien, ne vous contentez pas des cours officiels, faites vos recherches personnelles, livres plus pratiques, le moteur pas à pas, ce n'est pas facile à faire tourner, car en sortie de PIC on n'a qu'une polarité. et des fois une seule PWM. Ce moteur peut être considéré comme un moteur synchrone à deux phases à 90°, donc il faut par exemple 2 ponts en H, mais pour bien faire il ne faut pas envoyer des signaux carrés, mais des impulsions de largeur modulée (PWM) et déphasées de 90°; si en plus on veut faire varier la vitesse, cela se corse encore, pour arriver à maintenir le déphasage. Je parle d'un moteur d'environ 2kg, s'il est tout petit, un SAA1024 suffit (à vérifier) et la commande n'a qu'un seul sens de courant.
    . . Mais vu l'importance prise par ce moteur dans tous les automatismes, il est important dans l'étude du PIC de le faire tourner, sans parler des demi-pas ou quarts de pas.
    . . Et ce travail prépare l'étude du moteur triphasé, que l'on ramène par calcul au précédent (diphasé) par la transformation de PARK, on applique les commandes (tension, fréquence) et avec la transformation réciproque, on ramène tout en triphasé pour alimenter le moteur, ce serait plus simple si EDF donnait du diphasé.
    Salutation et bon succès aux examens.

  26. #21
    maximilien

    Re : Choix dissipateur????

    Citation Envoyé par pont2 Voir le message
    MAXIMILLIEN (un admirateur de Robespierre?)
    Mr Robespierre n'avait qu'un L tout comme moi!
    Mes parents peut être? Car c'est mon prénom.
    Bref on ne le choisit pas, j'espère simplement ne pas finir pareil que lui...

    Il y à quelques choses que l'on à pas dit. C'est qu'au lycée (et moi le premier) on ne sait pas toujours ce que l'on veut faire plus tard.
    Je suis le seul à avoir poursuivit dans cette voie qu'est l'électronique.

    La motivation d'avoir pris cette option de Science de l'ingénieur est quelques fois en fait la volonté de na pas faire de biologie.

    Pas facile de motiver ces troupes indisciplinées.
    Pour cela je dis aux profs.

  27. #22
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    Maximilien de Robespierre n'est pas fini, il est éternellement un grand homme, maintenant, de petit avocat de campagne qu'il était, et il a défendu je ne sais quoi qui l'a rendu célèbre, contre la justice.

    . .C'est certain que la vie en lycée n'est pas facile, pour le jeune qui n'a pas la chance de visiter la fac et autres choses pour se faire une idée générale de l'ensemble et choisir sa voie, quand on est enfant d'enseignants on a un sacré avantage de pouvoir aller voir partout, mais maintenant il y a le CIO, l'ONISEP, on a du renseignement, qu'il faut trier.

    Au lycée, je n'ai eu de "troupe indisciplinée" qu'une fois, à Périgueux, j'arrivais dans ce lycée et gentiment les collègues s'étaient débarrassés du "bébé". Quand j'ai vu que n'obtenais pas vraiment l'ambiance conviviale et de travail nécessaire, je n'ai rien dit, mais j'ai pris des notes journalières avec ce qui se passait exactement, avec les jours, heures, noms, et il en est résulté un petit dossier, que j'ai gentiment porté au censeur, 15 jours avant les vacances de Noël, disant que je laissais la classe provisoirement et que je la reprendrais à la rentrée si le ménage avait été fait, que cette classe était pour moi en heures sup, je n'étais pas obligé de la faire. Et adieu!
    . .A la rentrée, grosse surprise, à la salle des profs, les collègues qui viennent me saluer, me remercier pour mon action de nettoyage en F3, me dire que depuis la seconde ils n'arrivaient pas à s'en dépatouiller, bref j'étais à les entendre le messie qui les avait sauvés! Curieux revirement de leur part, mais je prends les choses du bon côté, et j'ai vu la classe, calme total, et travail, un seul manquait définitivement donc rayé du bac en même temps, ses 2 lieutenants avaient fait leur semaine d'exclusion, et 3 autres avaient fait 3 jours, je n'avais pas assisté aux débats du conseil de discipline. A la suite de ça, il y a eu du travail, certes, mais les punis restants me gardaient une rancoeur, ils avaient fait leurs coups en dessous et ne s'imaginaient pas que je puisse faire pareil. C'était une terminale F3 électriciens. Ensuite, il y a eu zéro incident jusqu'à la fin de l'année. C'est très rare une classe comme ça et le tord a été en 2e de la laisser se former, le meneur devait être neutralisé au départ, il ne se serait rien passé.
    . Par contre, à l'opposé, et parallèlement, j'avais eu une autre terminale, de mécanique automobile, la seule classe bac de méca auto de tout le sud-ouest de la France, et cette classe était mal vue, et j'ai rapidement vu que c'était à tort, cela venait de ce que les profs faisaient leurs cours sans s'occuper de placer les exercices dans le domaine de la spécialité auto, ce qui aigrissait les élèves; et au contraire, j'ai décidé de forcer ce domaine à tous points de vue, j'ai prix des contacts, je me suis formé rapidement et introduit dans ce milieu très actif à Périgueux, même je venais au cours en voiture de rallye, la foule des élèves de la cour venait voir la voiture, c'était un pilote qui m'amenait, mes élèves étaient heureux et motivés pour travailler dur leur bac. Une de mes matières était coriace, de la mécanique, c'est à dire des équations différentielles dans tous les sens, mais du moment que c'est pour la méca auto je pouvais leur enseigner n'importe quoi, c'est simple: à mon arrivée, le tableau de méca en verre faisait 1,20m de large, et à mon départ il y avait 5 tableaux soit 6m, souvent bourrés de calclus de méca, niveau souvent supérieur au bac, pas de problème, je pensais discrètement à les renforcer pour leur épreuve de maths du bac, et aussi j'ai vu dès le début de mon idée, les profs d'atelier, pour une opération concertée de suivi personnalisé de chaque élève, pour obtenir le 100% au bac, super-préparés, on l'a eu, on a souffert car le dernier de classe, trop mou, n'arrivait pas à trouver la panne sur un moteur, c'était l'épreuve d'atelier, j'y étais, son prof aussi, enfin, il a fini par trouver, une fuite sous le carbu, ouf, notre 100% sauvé!!! Ils étaient tous gentils dans cette classe, même un pour lequel un jour je reçois une convocation en conseil de discipline, pour bagarres répétées au dortoir. Je vais voir le censeur, et lui dis:<pas de conseil de discipline, vous n'aurez plus de bagarres, je vais tout arranger, vous auriez dû m'en parler plus tôt> Le censeur a accepté, il me connaissait, l'année était avancée, j'ai parlé au garçon, lui ai expliqué qu'il ne devait plus répondre aux coups, sinon bac foutu, je lui ai dit:<je me suis engagé pour toi, j'ai donné ma parole que tu ne taperais plus>. Un autre encore, a fait une connerie que j'ai étouffée, avec la gentillesse de toute la classe, heureusement que personne n'a parlé mais cela a été une classe formidable, j'avais 10 coef de bac avec elle. Et bien autant d'heures de cours par semaine, et ils n'auraient fait que des maths toute la semaine, à les écouter, ils étaient drogués de maths, alors que normalement ce n'est pas leur truc, il faut le voir pour le croire, et une ambiance! Ils m'amenaient des revues de compétition et ils voulaient qu'on vérifie la cohérence des données des reporters, tout était à calculer, et les tableaux qui débordaient, à des moments il fallait attendre qu'ils aient le temps de recopier pour faire de la place, vous ne pouvez pas imaginer, un inspecteur qui aurait vu ça aurait sauté en l'air. Je pensais à leur bac, mais pas eux, ils pensaient à leur plaisir! Les récrés passaient devant les tableaux, 4h de méca de suite ne leur faisaient pas peur, ces histoires de voitures et de compétition, ça plaît aux garçons. Voilà l'ambiance de lycée.
    Salut

  28. #23
    pont2

    Re : Choix dissipateur????

    Observation aux modérateurs:
    Il y a un système débile dans cet éditeur, c'est l'impossibilité de corriger ses textes, j'ai aperçu plusieurs fautes, mais une minuterie de 5 minutes (temps pour trouver et corriger) a été mise en place, et comme la fenêtre d'édition est minuscule, les fautes n'apparaissent pas facilement et la correction devient impossible, c'est dommageable à la qualité.

  29. #24
    microledss

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    Pour le calcule que j'ai fais pour un dissipateur d'un high power led de puissance 50W j'ai trouvé 0.8°C/W en duplicata la formule classique de calcule dissipateur ,ma question c'est est ce que cette valeur est valable pour un dissipateur posé dans un carcasse fermé c'est-à-dire c'est pas obligatoire de le mettre en contacte directe avec l'aire ambiant?

  30. Publicité
  31. #25
    microledss

    Re : Choix dissipateur????

    Bonjour,
    Pour le calcule que j'ai fais au dissipateur de 50W j'ai trouvé 0.8°C/W, cette valeur est valable pour un dissipateur posé dans un carcasse fermé c'est-à-dire c'est pas obligatoire de le mettre en contacte directe avec l'aire ambiant?
    à savoir que dans le datasheet j'ai la valeur du Tj prise a une température ambiante de 25°c et la valeur dissipé est de 49W j'ai ajouté 20% donc j'ai trouvé une valeur de 58.8W
    et en tenant compte de la valeur de la liaison j'ai soustracté une valeur de 0.3°C/W.

  32. #26
    microledss

    Re : Choix dissipateur????


Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Caractéristiques d'un dissipateur
    Par tête de brique dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/06/2007, 00h27
  2. radiateur Dissipateur
    Par Mouth85 dans le forum Électronique
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/05/2007, 16h42
  3. Alim a 3055 : dissipateur
    Par Tix dans le forum Électronique
    Réponses: 14
    Dernier message: 26/11/2006, 20h30
  4. calcul de dissipateur
    Par thorek dans le forum Électronique
    Réponses: 6
    Dernier message: 23/03/2004, 20h28
  5. Dissipateur de chaleur
    Par badigoD dans le forum Électronique
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/03/2004, 17h59