Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 27 sur 27

Amazonie : Ecologie appliquée



  1. #1
    Tenacatita

    Amazonie : Ecologie appliquée

    Quand protéger l’Amazonie et les petits paysans mène à la mort

    La missionnaire de 74 ans naturalisée brésilienne Dorothy STANG a été assassinée le 12 février 2005. Elle avait mis en place un projet de développement durable sur 120 000 hectares dans l’état du Para au Brésil. Ce projet permettait aux familles de paysans sans terres de cultiver des lopins de terre tout en participant à la préservation de la forêt amazonienne, notamment par la plantation d’espèces végétales menacées.

    Mais ces terres sont revendiquées par les fazendeiros, les grands propriétaires terriens brésiliens. Francisco Alberto de CASTRO, propriétaire 3.000 hectares de terre et Directeur régional de la Fédération d'agriculture et d'élevage de l'Etat du Para et du syndicat des éleveurs de bovins a déclaré: "Il faudrait vivre de la cueillette comme les indiens. Cela n'a pas de sens. De plus, le paysan n'est pas propriétaire. C'est le communisme (…) Dorothy STANG n’est pas une sainte et est responsable de sa propre mort pour son soutien aux paysans sans terres", s'indigne-t-il avant d’ajouter en s’en prenant à la politique du Président brésilien LULA : « Pourquoi créer des réserves écologiques ? »

    Selon le journal Estadao de Sao Paulo, 2000 soldats ont été mobilisés dans l’état du para et les tueurs à gage responsables du crime (Rayfran das Neves Sales dit Fogoió, et Uilquelano de Souza Pinto, connu sous le nom d’ Eduardo) ont été arrêtés. Reste à retrouver ceux qui les ont payé pour commettre cet acte odieux. Deux syndicalistes ainsi qu’un paysan sans terre ont également été assassinés.

    Pour mémoire, la zoologiste Dian FOSSEY, qui passa 22 années de sa vie au Rwanda à étudier le comportement et l’écologie des gorilles des montagnes, a subit le même sort : En 1985 elle fut trouvée assassinée à son terrain de camping. Elle était très engagée dans un combat pour arrêter le braconnage des gorilles et autres animaux en Afrique. Grâce à son amour de la nature et à son engagement, les gorilles de montagne sont maintenant protégés au niveau national et international. Wangari MAATHAI, Prix Nobel de la paix 2004 et fondatrice du Mouvement de la Ceinture Verte a également reçu des menaces de mort pour son combat contre la déforestation au kenya. Le succès du programme lancé par la Kenyane est tel qu’il s’étend dans d’autres pays d’Afrique comme la Tanzanie, l’Ouganda, le Malawi, le Lesotho, l’Ethiopie ou le Zimbabwe. Elle déclare aux Courriers de l’UNESCO : « Si nous voulons sauvegarder la nature, commençons par protéger les êtres humains (…). Pour beaucoup de dirigeants de la planète, le développement continue malheureusement de signifier culture extensive de denrées agricoles exportables, barrages hydroélectriques ruineux, hôtels, supermarchés et produits de luxe, qui contribuent au pillage des ressources naturelles. C’est une politique à courte vue qui ne répond pas aux besoins essentiels des gens: une alimentation suffisante, de l’eau potable, un toit, des hôpitaux de proximité, de l’information et la liberté (…) La paix sur Terre dépend de notre capacité à protéger notre environnement vivant ». Puissent ces paroles être entendues par les fazendeiros du Brésil. Chaque année, entre 14 à 16 millions d'hectares de forêts tropicales sont détruites et converties à d'autres fins, principalement agricoles.

    Par Tenacatita

    Pour en savoir plus sur le lien entre Démocratie, Paix et Environnement :

    UNESCO - Wangari MAATHAI– Aux arbres citoyens ! http://www.unesco.org/courier/1999_12/fr/dires/txt1.htm

    Question : A votre avis protéger l’environnement, est-ce protéger l’homme ?

    Attention, conformément à la charte du forum, je ne souhaite pas que le débat s’oriente vers des débats de politique politicienne mais qu’il soit plutôt centré sur une réflexion scientifique et sociologique sur la place de l’homme dans la biosphère.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    SONDAGE

    En tant que scientifiques ayant un regard critique sur les relations entre les sciences écologiques et la société, et au moment où la Charte de l'environnement va entrer dans la Constitution plaçant le droit de chacun "de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé" au même rang que les droits de l'homme de la Déclaration de 1789 (l'Assemblée Nationale et le Sénat vont l'entériner le 28 février), pensez vous que :

    1. L'homme est supérieur aux autres espèces vivantes et mérite un traitement particulier même si cela conduit à l'érosion de la biodiversité

    2. L'homme fait intégralement parti de la biosphère et que protèger l'environnement c'est protèger l'homme

    3. L'homme, de part les dégradations qu'il occasionne à son environnement, n'a plus sa place sur terre

    4. Vous avez une autre approche

    La charte est disponible sur le site du Ministère de l'Ecologie :
    http://www.ecologie.gouv.fr/rubrique...d_rubrique=937

    Personnellement j'opte pour la deuxième proposition : je trouve d'ailleurs que le terme "environnement" est mal choisi car il place l'homme au centre et l'"environnement", ce qui environne l'homme, autour : il s'agit une nouvelle fois d'une vision anthopocentrique.

  4. #3
    ailloudrt
    Invité

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    4

    J'adopte la démarche du savant russe Vernadsky, qui distinguait sur Terre espaces phases, le non vivant, le viant et le conscient, ou encore la géosphère, la biosphère et la noosphère.

    Il voyait ces trois sphères du point de vue des déplacements d'atomes qu'elles produisent. L'Homme peut en toutes conscience produire des déplacements de matière, intervient aux niveau des atomes. Qu'il fasse des choses qui détruisent la biosphère n'est qu'une dérive. En le plaçant de cette facon sur la planète, cela le rend responsable de la bonne marche du reste. Il n'est en rien voué à détruire ou à protéger. Ce sont d'autres circonstances, comme sa dévotion à l'argent, qui a remplacé Dieu dans le tête de beaucoup d'occidentaux, qui font qu'il détruit les millieux naturels. Il est de la responsabilité de chacun de faire en sorte que cela change au niveau de la société.

  5. #4
    kinette

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Bonjour,
    J'ai eu des échos de la part de personnes qui sont allées à la conférence sur la biodiversité à Paris. J'ai bien peur que la solution la plus adoptée soit la solution 1: l'homme, quel qu'il soit, a un impact sur son environnement, et on doit malheureusement en conservation gérer la chèvre et le chou, et essayer de faire au mieux pour conserver le maximum de biodiversité, dans un système durable (qui permette aussi aux peuples concernés de vivre décemment). On peut appeler ceci du développement durable...
    Ceci n'est pas nécessairement en contradiction avec le point 2: l'important étant d'essayer de faire au mieux (parce qu'on n'arrive malheureusement pas à la perfection: conservation totale de toutes les espèces et des milieux à l'état "primaire"...).

    La solution 3 me semble assez radicale...

    L'assassinat de militants pour l'environnement et les peuples aborigènes n'est malheureusement pas rare... Chico Mendez fait parti de ceux-ci (je viens de décourvir que le livre "Le Vieux qui lisait des romans d'amour" lui est dédié).

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  6. #5
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par kinette
    Bonjour,
    J'ai eu des échos de la part de personnes qui sont allées à la conférence sur la biodiversité à Paris. J'ai bien peur que la solution la plus adoptée soit la solution 1: l'homme, quel qu'il soit, a un impact sur son environnement, et on doit malheureusement en conservation gérer la chèvre et le chou, et essayer de faire au mieux pour conserver le maximum de biodiversité, dans un système durable (qui permette aussi aux peuples concernés de vivre décemment). On peut appeler ceci du développement durable...
    Ceci n'est pas nécessairement en contradiction avec le point 2: l'important étant d'essayer de faire au mieux (parce qu'on n'arrive malheureusement pas à la perfection: conservation totale de toutes les espèces et des milieux à l'état "primaire"...).

    La solution 3 me semble assez radicale...

    L'assassinat de militants pour l'environnement et les peuples aborigènes n'est malheureusement pas rare... Chico Mendez fait parti de ceux-ci (je viens de décourvir que le livre "Le Vieux qui lisait des romans d'amour" lui est dédié).

    K.
    Bonsoir,

    Je partage votre avis au sujet de l'approche n° 3 : elle est radicale et je la rejette d'un point de vue moral. Certains scientifiques (ceux de la "Deep ecology") considèrent cependant que l'homme, en tant qu'élément perturbateur de l'environnement, ne doit pas avoir accès à certains espaces préservés. Certains poussent le raisonnement à l'extrême en considérant que l'homme n'a pas sa place sur terre et il est souhaitable pour eux que l'Homo sapiens sapiens disparaisse...

    Je pense que la meilleure stratégie en terme de biologie de la conservation est de considérer l'ensemble du système [hommes+ environnement]. Faire des réserves naturelles c'est partir d'un constat d'échec, le constat que l'on ne parvient pas à concilier les activités de l'homme et préservation de l'environnement naturel. Mais pour moi l'environnement doit être protégé partout, pas seulement dans les réserves naturelles. Faire des réserves naturelles peut conduire à penser que l'on peut détruire en dehors de ces réserves.

    En ce sens l'approche de Dorothy STANG était tout à fait intéressante : permettre aux petits paysans de cultiver la terre tout en préservant la nature.

    Le concept de "développement durable" est très révélateur de la schizophrénie environnementale actuelle : tout scientifique, tout biologiste ou écologue sais que la croissance économique ne peut pas être infinie car les ressources terrestres (hydrocarbures etc...) sont limitées...La croissance durable est à mes yeux un concept dénué de tous fondements scientifiques.
    Dernière modification par Tenacatita ; 24/02/2005 à 20h23.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    kinette

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Bonjour,
    C'est marrant comme on peut avoir des perceptions différentes de certains termes... pour moi "développement durable" ne faisait pas nécessairement référence à une croissance économique, une augmentation de productivité, etc... je voyais plus ceci comme un "développement de pratiques écologiquement et économiquement durables" (et pas nécessairement une "croissance"), mais maintenant je réalise que ce terme n'est pas toujours considéré sous cet angle.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  9. Publicité
  10. #7
    ailloudrt
    Invité

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Et si on considérait la croissance comme l'augmentation des richesses dont disposent les humains? c'est à dire les infrastructures, les connaissances... Aujourd'hui nous évaluons la croissance sur un plan strictement monétaire. C'est comme cela que la bourse peut gonfler sans qu'il y ait d'augmentation du niveau de vie, de croissance physique.

    Ensuite, les resources que l'on utilise actuellement sont limitées, mais que dire des ressources que nous allons exploiter à partir des connaissances actuelles et futures? Je pense au plutonium produit actuellement qui sera utilisable dans de prochaines générations de réacteurs, mais aussi au deutérium, à l'anti matière, au thorium ou autres...

  11. #8
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Le "développement" est effectivement un mot ambigu qui peut conduire à des interprétations très diverses :

    Pour un physiologiste les vocables "développement" et "croissance" ont un sens bien précis :

    La croissance correspond à une augmentation quantitative, celle de la taille à la croissance en longueur et en épaisseur de l’organisme (élongation cellulaire et divisions, auxèse et mérèse)

    Le développement représente l’ensemble des changements qualitatifs et quantitatifs qui élaborent progressivement la constitution d’un organisme. Développement = croissance + morphogénèse (externe et interne).

    Pour un économiste le mot développement se retrouve dans pays "développé" ou "en voie de développement". Le développement se traduit alors par l'augmentation, la croissance du PIB. Le concept de développement durable est à mon avis en général plutôt perçu de cette manière : permettre une croissance durable tout en respectant l'environnement (c'est totalement irréaliste d'un point de vue strictement scientifique)

    Une approche intéressante (proposée en Chine) est de considérer un PIB vert comme critère de degré de développement, c'est à dire tenant compte des bonnes pratiques en matière d'environnement. On rejoint ici le sens du mot développement que tu as perçu Kinette.

  12. #9
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Pour aller dans votre sens Aillourt, voici un nouvelle conception du PIB et donc du développement :

    "Au début de l’année 2004, le gouvernement chinois a déclaré qu’il mettrait en place un nouvel indicateur de production économique - indicateur qui, contrairement au Produit intérieur brut (PIB), incorporerait les impacts environnementaux associés au développement économique. En particulier, cet indicateur « PIB vert » déduirait du PIB les coûts liés à la pollution et à la réduction des ressources naturelles. D’après une étude menée par l’académie des sciences chinoise, si cette mesure était déjà en place en Chine, la croissance du PIB aurait chuté d’une moyenne de 8,7% en 1985 à 6,5% en 2000." (dans "L'état de la planète")

    Suite de l'article :
    http://www.notre-planete.info/actual...tus.php?id=501
    Dernière modification par Tenacatita ; 24/02/2005 à 20h55.

  13. #10
    DonPanic

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Salut
    Citation Envoyé par Tenacatita
    Pour un économiste le mot développement se retrouve dans pays "développé" ou "en voie de développement". Le développement se traduit alors par l'augmentation, la croissance du PIB.
    Malheureusement le PIB est avant tout un truc comptable mésuré en unités monétaires.
    Le passage d'une économie traditionnelle et familiale de subsistance où existent des échanges de services non comptabilisés à une économie marchande et comptable se traduit nécessairement par une hausse du PIB sans que la production de biens ni l'activité ne soient nécessairement supérieures.

  14. #11
    quetzal

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    a moins de vouloir supprimé sapiens de la terre comme je l'ai lu plus haut, et en connaissant le comportement de celui-ci, il est préférable que celui-ci soit mis en avant aux travers de nos politiques, et ce sur un plan simplement humain, ou humaniste... mais, il est difficile toutefois de concevoir une humanité dans un environement qui ne soit pas en mesure de support son insaciable gourmendise...

    ou est le réel probleme de l'humain face a son environement?? et le problème réel d'une politique humaniste... la surpopulation... aucune politique economique ne pourras relever un pays, ou des pays, n'ayant pas fait leur transitions demographiques.. ont peux même dire, qu'a l'heure actuelle en tenant comptes des problème généré par la culture occidentale de consomation, et qui etre semble le but de beaucoup de politique economique, du point de vue de la dégradation de notre planète... la seule solution est une politique nataliste globale, visant a réguler l'espèce humaine en douceur, plutôt que ce soit la nature sous préssion qui finnisse par nous reguler de force... le cas de la grippe aviaire est pour moi très typique de ce retour de flamme du a une préssion excessive sur notre environement... notre planète ressemble a un poullailler, nous somme trop nombreux et ils est possible que les conditions soit réunit pour ce genre de catastrophe....
    en fait c'est une politique nataliste globale, visant à une stabilisation du taux de natalité humain, est une contrepartie necessaire a la survie de l'ensemble de l'humanitée... si l'homme doit rester au centre de nos préocupations, parceque nous sommes humain, nous devons aussi apprendre a devenir responsable de cette humanitée par rapport au millieu qui lui est necessaire pour sa propre subsistance, l'un ne pouvant exister sans l'autre... mais bon cette volonté politique ne semble pas etre a l'ordre du jours, puisque celle-ci passe par une vraie politique contraceptive globale... et il seras sans doute très difficile a certains d'entendre qu'il ne pourrons elever qu'un ou deux enfant le long de leur vie, afin de rendre cette planète vivable pour ces enfants-là...

  15. #12
    pilet14

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    A moins d'être hypocrite, seule la réponse 1 est envisageable...

    L'homme domine l'énvironnement depuis des milliers d'années... en fait depuis la maitrise du feu par nos ancètres.

    Pourquoi renier le fait d'être un homme?

    La protection de l'environnement doit se faire en prenant en compte l'homme puisque celui-ci est présent sur l'ensemble des continents et qu'il a autant le droit d'être protéger que toutes les autres espèces animales et végétales de notre planète.

    Se dire protéger l'environnement en allant contre nature, par exemple en arrétant de freiner l'expansion du Sahara par des techniques humaines, est ce rendre service à l'homme et à la nature?

  16. Publicité
  17. #13
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par pilet14
    Se dire protéger l'environnement en allant contre nature, par exemple en arrétant de freiner l'expansion du Sahara par des techniques humaines, est ce rendre service à l'homme et à la nature?
    Je vous informe que la désertification dramatique qui touche notamment le Sahel est une conséquence de l’augmentation des émissions de Gaz à Effet de Serre d’origine anthropique dans l’atmosphère avec comme grave corollaire le réchauffement climatique. Je vous invite à lire l'excellent dossier du monde diplomatique sur ce sujet :

    "Souscrits à Kyoto, les engagements pour une réduction des émissions de gaz à effets de serre n’ont pas été tenus. Après l’échec, le 25 novembre, de la Conférence des Nations unies sur les chan gements climatiques de La Haye, les divergences qui opposent l’Europe aux Etats-Unis (les plus gros pollueurs de la planète) laissent mal augurer d’un réel progrès dans la remise en cause du modèle de développement responsable du désordre climatique et, entre autres conséquences, d’une extension de la désertification".

    Suite de l'article ici :
    http://www.monde-diplomatique.fr/2000/12/ROGNON/14546

    Pour vous, si je comprend bien, le Mouvement de la ceinture verte qui a précisément comme objectif de lutter contre la désertification et qui a été créé par Wangari MAATHAI (prix nobel de la paix 2004) est "contre-nature", inutile et "ne rend pas service" à l'homme ?

    Vous pensez la même chose du formidable travail de Dorothy STANG en Amazonie?
    Dernière modification par Tenacatita ; 25/02/2005 à 19h48.

  18. #14
    pilet14

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    "Je vous informe que la désertification dramatique qui touche notamment le Sahel est une conséquence de l’augmentation des émissions de Gaz à Effet de Serre d’origine anthropique dans l’atmosphère avec comme grave corollaire le réchauffement climatique."

    J'ignorais que le sahara était apparu au cours du 20ème siècle...

    Il me semble plutôt que celui-ci a commencé à se développer il y a plusieurs milliers d'années.

    Les gaz à effet de serre d'origine anthropique ne peuvent pas tout justifier

    C'est d'ailleurs un excellent modèle pour montrer que les aléas climatiques ne se résument pas à l'homme.

  19. #15
    pilet14

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par Tenacatita
    Pour vous, si je comprend bien, le Mouvement de la ceinture verte qui a précisément comme objectif de lutter contre la désertification et qui a été créé par Wangari MAATHAI (prix nobel de la paix 2004) est "contre-nature", inutile et "ne rend pas service" à l'homme ?
    Sachant que l'expansion du Sahara est principalement d'origine naturelle, toutes les tentatives pour l'endiguer me semble contre-nature, ce qui ne veut pas dire que je refuse de voir des programmes de plantation pour lutter contre la désertification, loin de là mais cela est manifestement en opposition avec les grandes théories de la "biosphère immaculée".

    Je me préoccupe beaucoup plus de la forêt européenne que de la forêt amazonienne... A chacun ses possibilités.

  20. #16
    chrisgir

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    La solution 2 est le seul argument valable pour défendre la conservation de la biodiversité : notre plaisir personnel à voir des animaux, des plantes variées ou à pouvoir les utiliser pour la recherche.
    De toute façon, une destruction massive de la biodiversité (sauf par explosion de la planète) n'aurait pas d'impact sur le TRES long terme (en millions d'années) : les capacités du vivant à survivre dans un environnement hostile sont remarquables.

    La solution 1 est également vraie dans la mesure où il y a une contradiction entre conservation de la biodiversité telle qu'elle est actuellement et prolongation de l'expansion humaine. Plus il y a de monde, plus il faut de place pour les nourrir et les loger, moins cela est compatible avec la biodiversité. Peut-être que d'ici quelques centaines ou milliers d'années, nous atteindrons (si nous existons toujours) le peuplement maximal de la planète : à ce moment là , la destruction de certaines zones au cours de ce développement nous deviendra préjudiciable et soit l'espèce humaine s'éteindra, soit un équilibre sera trouvé.

  21. #17
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par pilet14
    (...)l'expansion du Sahara est principalement d'origine naturelle, toutes les tentatives pour l'endiguer me semble contre-nature (...) Je me préoccupe beaucoup plus de la forêt européenne que de la forêt amazonienne... A chacun ses possibilités.
    Vous avez dans un sens raison pilet, le réchauffement climatique d’origine anthropique n’est pas le seul facteur qui favorise la désertification : il y a aussi le déboisement qui expose le sol directement au soleil, les cultures, la surexploitation des pâturages, la réduction des jachères et l’utilisation inadéquate des technologies d'irrigation avec comme conséquence possible l’augmentation de la salinité des terres rendant les terres stériles. Le réchauffement climatique ne fait qu’aggraver la surexploitation de ces terres.

    Vous mélangez le fait que le Sahara existe naturellement depuis longtemps et le processus de désertification qui conduit à son extension dramatique et dont l’homme a contribué directement ou indirectement.

    L'extension du sahara a bien entendu varié dans l'histoire. Les paléontologues et les géologues nous apportent d'ailleurs des éléments très intéressants à ce sujet.Mais encore une fois (même raisonnement que dans un autre fil avec vous au sujet du lien activité solaire, GES et climat), ce n'est pas parce qu'il y a un bruit de fond naturel (variations naturelles) que les effets anthropiques n'existent pas. Dire qu'il y a des effets d'origine anthropique et rapides sur le climat ou sur l'extention des déserts ne remet pas en cause les variations naturelles qui sont en général beaucoup plus lentes.

  22. #18
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par chrisgir
    Peut-être que d'ici quelques centaines ou milliers d'années, nous atteindrons (si nous existons toujours) le peuplement maximal de la planète : à ce moment là , la destruction de certaines zones au cours de ce développement nous deviendra préjudiciable et soit l'espèce humaine s'éteindra, soit un équilibre sera trouvé.
    D'après les résultats d'une étude démographique à l'échelle mondiale et publiée dans le monde hier, il semble que l'humanité atteindra un maximum de 9 milliards d'humains vers 2050. Le taux de croissance de la population mondiale diminue (ce qui ne veut bien sur pas dire que la population mondiale diminue!).
    -----------------------------------------------------------------
    "Neuf milliards d'êtres humains peupleront la Terre en 2050

    Dans les pays riches industrialisés, à l'exception des Etats-Unis où les populations immigrées entretiennent une hausse de la démographie, le renouvellement des générations n'est plus assuré.
    "La population continue de croître mais à un rythme ralenti", résume le démographe Thomas Buettner, auteur du rapport des Nations unies sur les "Projections démographiques mondiales (1950-2050)" présenté jeudi 24 février. Selon cette étude, neuf milliards d'êtres humains peupleront la Terre en 2050, contre 6,5 milliards actuellement. Cet accroissement revient à ajouter à la population mondiale actuelle les populations combinées de la Chine et de l'Inde, souligne la division de la population des Nations unies.

    La tendance générale est toutefois à un ralentissement de la croissance démographique par rapport aux progressions des vingt à cinquante dernières années, ce qui tend à confirmer une lente stabilisation de la population globale.


    (suite dans http://www.lemonde.fr )
    Dernière modification par Tenacatita ; 26/02/2005 à 12h35.

  23. Publicité
  24. #19
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par pilet14
    J'ignorais que le sahara était apparu au cours du 20ème siècle...Il me semble plutôt que celui-ci a commencé à se développer il y a plusieurs milliers d'années.
    Voici un article intéressant sur l'histoire du sahara qui illustre l'effet des variations historiques du climat et l'effet dramatique des activités anthropiques :

    "Que ce soit au Sahara ou dans les déserts du Proche- ou du Moyen-Orient, les nombreux restes et témoignages des splendeurs de la vie du passé (Mohenjo-Daro ou Harappa) permettent de penser qu'une mauvaise utilisation agricole de la terre par l'homme a provoqué la dégradation lente de ces régions autrefois fertiles.

    La foret amazonienne, coupée par des routes, abusivement exploitée, cédera-t-elle la place un jour prochain a un désert ?"


    ( suite sur : http://www.alertes-meteo.com/catastr...n-du-sahel.htm )

  25. #20
    ProphétieIndienne

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    L'homme domine l'énvironnement depuis des milliers d'années... en fait depuis la maitrise du feu par nos ancètres.
    Désolé de vous contredire, mais l'Homme ne domine pas l'environnement et d'ailleurs ne le dominera jamais. Pourquoi ?
    - il ne contrôle pas les lois physiques et chimiques et ne peut donc pas les changer?
    - il peut les comprendre, les expliquer et les utiliser à divers desseins mais il sera toujours dépendant d'eux. Si l'Homme dominait l'environnement, alors il serait capable d'arrêter le réchauffement climatique actuel ce qui est évidement infaisable. Oui, l'Homme a un pouvoir sur la Nature en cela qu'il l'utilise et qu'il est libre de détruire la planète si cela lui chante mais jamais, jamais il ne pourra la dominer complètement : il lui faudra toujours manger, respire boire : alors si l'Homme détruit la nature, cela se retournera contre lui, irrémédiablement : Nous devons vivre avec la Nature et pas contre la Nature comme nous le faisons actuellement en pensant que parce que nous avons la technologie, nous avons le droit de tout faire.


    Prophétie Indienne : "Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas".

  26. #21
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par ProphétieIndienne
    Prophétie Indienne : "Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas".
    Cette belle phrase me fait penser à une histoire :

    Un américain du nord très riche, Georges, vient en vacances au Mexique, sur la côte Pacifique. Dans un petit village paisable au bord de l'eau il rencontre un pêcheur, Jose.

    Il lui demande : "alors, la pêche est bonne ?"

    Jose lui répond : "oui, ici il y a beaucoup de poissons".

    Georges : "oh mais alors vous pouvez devenir riche, pourquoi n'achetez vous pas un grand bateau de pêche pour augmenter vos gains" ?

    Jose: "mais je n'ai pas besoin d'un grand bateau, je pêche seulement ce dont j'ai besoin pour nourrir ma famille".

    Georges : "mais si vous aviez un grand bateau vous pourriez gagner beaucoup d'argent et acheter une grande maison ou une grande voiture".

    Jose : "mais pourquoi faire ? "

    Georges : "ensuite vous pourriez monter votre propre société, exporter votre production et augmenter vos gains".

    Jose : "mais pour quoi faire" ?

    Georges : "Vous pourriez avoir votre société en bourse et augmenter encore vos gains".

    Jose : "mais pourquoi faire ?"

    Georges : Bien ensuite vous pourriez vivre toute l'année en vacances au bord de l'eau...dans un petit village mexicain de la côte pacifique...

  27. #22
    pparh

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Bonjour à tous,

    Il semble que l'avenir de l'homme soit indubitablement lié à celui de son environnement et vice versa.
    A moyen ou à long terme, l’impact du mode de vie dominant sur la nature présente un risque majeur pour l’équilibre de notre écosystème (pollution, effet de serre et réchauffement, déforestation, pillage des ressources génétiques), mais, à court terme, les populations les plus pauvres en subissent aussi les conséquences ! les indigènes d’Amazonie par exemple victimes de l’exploitation pétrolière, de ses pollutions et de la déforestation.
    Les catastrophes naturelles ‘type tsunami’, ont aussi un impact terrible sur les populations, souvent les plus fragiles.
    Contrôler ou dominer la nature me semble une utopie ou un mensonge idéologique. Une collision avec un astéroïde pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’Humanité par exemple.
    Je crois que notre système économique de développement basé sur la croissance a fait son temps et qu’il faut le plus rapidement possible chercher des alternatives culturelles pour modifier nos croyances dans le progrès, la croissance comme sources de bien être et de bonheur afin d’intégrer des notions sociales sur lesquelles les Peuples Premiers ont fondées leurs sociétés : Refus de produire plus que nos besoins, refus des surplus et de l’accumulation, Réciprocité …
    Difficile d’admettre ça pour nous-mêmes et pour des pays qui atteignent notre niveau de vie maintenant…
    Je crois que la question est:
    - Est-on capable de baisser notre niveau de vie ?
    Pparh
    http://amazecotour.com
    Dernière modification par pparh ; 24/04/2005 à 14h22.

  28. #23
    Tenacatita

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par pparh
    Bonjour à tous,

    Il semble que l'avenir de l'homme soit indubitablement lié à celui de son environnement et vice versa.
    A moyen ou à long terme, l’impact du mode de vie dominant sur la nature présente un risque majeur pour l’équilibre de notre écosystème (pollution, effet de serre et réchauffement, déforestation, pillage des ressources génétiques), mais, à court terme, les populations les plus pauvres en subissent aussi les conséquences ! les indigènes d’Amazonie par exemple victimes de l’exploitation pétrolière, de ses pollutions et de la déforestation.
    Les catastrophes naturelles ‘type tsunami’, ont aussi un impact terrible sur les populations, souvent les plus fragiles.
    Contrôler ou dominer la nature me semble une utopie ou un mensonge idéologique. Une collision avec un astéroïde pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’Humanité par exemple.
    Je crois que notre système économique de développement basé sur la croissance a fait son temps et qu’il faut le plus rapidement possible chercher des alternatives culturelles pour modifier nos croyances dans le progrès, la croissance comme sources de bien être et de bonheur afin d’intégrer des notions sociales sur lesquelles les Peuples Premiers ont fondées leurs sociétés : Refus de produire plus que nos besoins, refus des surplus et de l’accumulation, Réciprocité …
    Difficile d’admettre ça pour nous-mêmes et pour des pays qui atteignent notre niveau de vie maintenant…
    Je crois que la question est:
    - Est-on capable de baisser notre niveau de vie ?
    Pparh
    http://amazecotour.com

    Je suis d'accord avec toi. Mais je conçois ces changements non comme une baisse du niveau de vie mais au contraire comme une augmentation de la qualité de vie (voir notion de PIB vert qui intègre les données environnementales). Pour moi il ne s'agit pas de se livrer à une régression mais au contraire d'aller vers le futur.

  29. #24
    moijdikssékool

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    Citation Envoyé par tenacatita
    comme une augmentation de la qualité de vie
    vous imaginez, moins de voitures dans la rue? le bonheur!!!!

  30. Publicité
  31. #25
    quetzal

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    simple, detaxer en partie les motos et scooter(propre).. vehicule individuel par excelence, ils sont parfais pour les villes encombré... sur taxe en villes en cas d'infraction si l'on est seul a bord d'un vehicule prevu pour plus de deux personnes..

    bref en ville favoriser, l'emmergence du deux-roue, plus que la voiture a 4place ou plus si l'on en as pas une réelle utilité.... deplacer de 800 à 1tonne de ferrailles pour une personne n'est pas très raisonable... un scooter une moto de 100 a 400 kilo max...

    pour ceux des villes accroché a leurs volant dans les embouteillages, les voitures de location ça existe, ainsi que les transports urbains (je sais c facile a dire, vu le prix des transport urbain),

    mais bon , vu le prix de l'essence, le prix d'un parking en ville, assurance, etc... et le temps passé dans les embouteillages...

  32. #26
    Miru

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    bonjourrr à tous,

    Voir la moto comme vehicule peu polueur est une approche que je trouve assez nouvelle... mais enfin bon.

    En ce qui concerne le développement durable, il peut prendre plusieurs tournures et significations que l'on soit un économiste ou un scientifique. Développé nos capacités ne peut être associé aux terme durable, c'est scientifiquement du non sens. Cependant si l'on prend la définition donné par le PNUD " répondre aux besoins présent sans compromettre la capacité des générations furtur a répondre aux leurs", cela semble tout a fait louable. Mais dans la société occidentale, notre "développement" cherche t-il réellement à satisfaire nos besoins ? cela rejoind ce qui a été dit dernierement sur le forum, se "développé" (comme on l'entend dans notre imaginaire) sert-il à amélioré nos conditions de vie... ou bien à faire le contraire. Je pense que nous sommes arrivé a un stade si avancé de "développement" que pronner la décroissance dans certains pays améliroait de façon bien plus efficace notre qualité de vie plutôt que de pronné le "développement" même "durable".
    miru

  33. #27
    quetzal

    Re : Amazonie : Ecologie appliquée

    ben oui quand même, parcequ'un des problème des villes sont les embouteillages, ainsi que les gros moteurs. il est clair que les deux-temps(cyclo, mobylette) sont ce qu'il y a de pire... mais une moto 4T, de petite cylindré max250cm2... sont on ne peut plus suffisant pour transporter deux individu. dans de bonne condition sur de grande distance et rapidement.. a fiortiori en ville, ou l'on circule mal en voiture...
    pour ma part je ne crois pas trop au tout transport en commun... a moins de gratuité dans les grandes villes, chatauroux a fait cette experience dont la réussite a même surpris les autorités(tu m'etonnes)... on peux donc en conclure que le prix pour l'acceptation de la promiscuité dans les transports urbains, est leur entière gratuité...(en ville j'entend)
    la moto de part son faible encombrement permet un deplacement rapide, une ecobomie de place(parking) d'essence, et de polution... et si en plus celle-ci sont motorisé avec des produits bio.. le desengorgement des villes est tout a fait possible...
    surtout si le fait de se trimbaler seul dans un vehicule a quatre place aux heures de pointe devient un motif réel d'incivilité.. le préjudice etant ici réel pour une cité...
    en fait cela serait une bonne manière de finacer les transports public devenu gratuit.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Master Ecologie et éthologie appliquée à St Etienne
    Par Nessy dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 9
    Dernier message: 11/09/2008, 09h30
  2. Amazonie
    Par Jaquim dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/01/2007, 14h10
  3. Étudiants TPE 1S Amazonie
    Par Jaquim dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/01/2007, 15h25
  4. Accident nucléaire en Amazonie, conséquences?
    Par squems dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 12
    Dernier message: 18/09/2006, 21h15