Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Reach : quel protocole ?



  1. #1
    jc_m

    Reach : quel protocole ?


    ------

    Le programme de caractérisation des substances chimiques REACH (Registration, Evaluation and Autorisation of CHemicals ou Répertorier, Evaluer, Autoriser les substances CHimiques) a fait couler beaucoup d'encre et les acteurs du secteur de la chimie tentent d'en limiter l'impact.

    Pour en savoir plus sur Reach :

    REACH

    En particulier les coûts de REACH ont été mis en avant afin de limiter le nombre des substances devant être soumises aux tests, mais cet aspect "coût" est sujet à controverses :

    Produits chimiques : les coûts de "Reach" ont été exagérés

    L'industrie chimique avance que tester 100 000 substances sur des modèles animaux serait irréalisable en terme de coûts et de délais (11 milliards d'Euros, 10 ans).

    Un biologiste moléculaire, Claude Reiss, signe dans "L'Ecologiste" n°14 un article exposant qu'utiliser une technique (récente) de puces à ADN permettrait à la fois de réduire les coûts (facteur 100) et les délais (facteur 10) tout en obtenant des résultats plus fiables vis à vis de l'humain que ceux obtenus avec le modèle animal (pour en savoir plus voir : Antidote).

    Cette méthode est-elle véritablement si performante?

    Si c'est le cas :

    L'instance de la Commission Européenne est-elle informée de cette méthode, de ses avantages et de ses limites, l'a-t-elle évaluée, en a-t-elle envisagé l'utilisation ?

    Cette question réfère-t-elle à son savoir, à son degré d'information, ou à un manque d'honnêteté dans le choix d'une procédure de test aux paramètres rédhibitoires, et qui conduit donc à restreindre la liste des produits appelés à être testés, ceci sous l'éventuelle pression des industries chimiques ?

    Ici le plus grand intérêt général n'est-il pas que le test porte sur le plus grand nombre de molécules, même si certaines conclusions du test s'exercent au détriment de certains produits dont la trop forte toxicité conduirait à leur retrait du marché ?

    En d'autre termes l'instance de la Commission Européenne en charge du dossier fait-elle correctement son travail, et son objectif est-il de privilégier le "plus grand bien commun", ou bien M.Claude Reiss commet-il une erreur d'appréciation en nous présentant la méthode des puces à ADN comme à la fois plus fiable, moins coûteuse et plus rapide ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Cécile

    Re : Reach : quel protocole ?

    Salut,

    Citation Envoyé par jc_m
    Cette méthode est-elle véritablement si performante?
    A ma connaissance, les méthodes alternatives ont leur rôle à jouer, mais ne peuvent pas se substituer totalement aux tests sur les animaux. Ils peuvent les réduire beaucoup.

    L'instance de la Commission Européenne est-elle informée de cette méthode, de ses avantages et de ses limites, l'a-t-elle évaluée, en a-t-elle envisagé l'utilisation ?
    La commission européenne travaille beaucoup à développer les méthodes alternatives (et de manière plus sérieuse qu'Antidote).

    Cette question réfère-t-elle à son savoir, à son degré d'information, ou à un manque d'honnêteté dans le choix d'une procédure de test aux paramètres rédhibitoires, et qui conduit donc à restreindre la liste des produits appelés à être testés, ceci sous l'éventuelle pression des industries chimiques ?
    Non, puisque les produits qui n'auront pas été testés ne pourront pas être gardées sur le marché. Les industriels ont donc tout intérêt à ce que les tests soient les moins chers possibles.

    Ici le plus grand intérêt général n'est-il pas que le test porte sur le plus grand nombre de molécules, même si certaines conclusions du test s'exercent au détriment de certains produits dont la trop forte toxicité conduirait à leur retrait du marché ?
    Ce sera le cas, avec des priorités selon les tonnages : les produits vendus en très grandes quantités seront testés les premiers.

    En d'autre termes l'instance de la Commission Européenne en charge du dossier fait-elle correctement son travail, et son objectif est-il de privilégier le "plus grand bien commun", ou bien M.Claude Reiss commet-il une erreur d'appréciation en nous présentant la méthode des puces à ADN comme à la fois plus fiable, moins coûteuse et plus rapide ?
    Il ne fait pas une erreur d'appréciation : il raconte n'importe quoi. Pour info, j'ai été une fois à une conférence de presse organisée par une association présidée apr Claude Reiss (également président d'Antidote que tu cites). Le discours était du n'importe quoi, absolument pas scientifique, limite secte. Le discours était "Le tabac et l'augmentation de la durée de la vie sont responsables de X nombre de cancers, tout le reste est dû aux produits chimiques, dont les produits chimiques sont responsables de Y nombre de cancers" (Y étant bien sûr très grand). Vachement rigoureux, comme démarche !

  4. #3
    jc_m

    Re : Reach : quel protocole ?

    Citation Envoyé par Cécile
    Salut,


    A ma connaissance, les méthodes alternatives ont leur rôle à jouer, mais ne peuvent pas se substituer totalement aux tests sur les animaux. Ils peuvent les réduire beaucoup.

    La commission européenne travaille beaucoup à développer les méthodes alternatives (et de manière plus sérieuse qu'Antidote).
    Bonsoir,

    Méthodes "alternatives" mais pas bricolées sur un coin de table :
    Genopole

    Les puces à ADN : un grand saut pour la recherche

    Pasteur

    Citation Envoyé par Cécile
    Non, puisque les produits qui n'auront pas été testés ne pourront pas être gardées sur le marché. Les industriels ont donc tout intérêt à ce que les tests soient les moins chers possibles.
    Eh bien ce n'est pas ce que l'on a constaté l'an dernier, quand se sont déroulées de sérieuses tractations sur le sujet auxquelles J Chirac a pris part.

    Un des arguments largement utilisés par les industriels était justement celui du délai et du coût, tous les deux trop élevés pour que l'on puisse, selon eux, tester 100 000 substances.

    Défendant bec et ongles ce point de vue ils ont obtenu que seulement 30 000 (si mes souvenirs sont bons) substances soient testées : ils en ont donc "sauvé" 70 000 grâce à cet argument de prix.

    Ils n'avaient aucun intérêt à ce que l'on puisse proposer des tests à des coûts très inférieurs : comment alors "sauver" ces 70 000 ?

    Alors la question est : est-ce par ignorance de l'existence d'une technique de criblage peu coûteuse que L'UE a accepté ce deal, ou par connivence avec ces industriels ?

    Car en l'espèce les puces à ADN auraient permis un tri qui n'excluait pas des tests sur modèles animaux pour certaines substances, si nécessaire.

  5. #4
    Cécile

    Re : Reach : quel protocole ?

    Citation Envoyé par jc_m
    Méthodes "alternatives" mais pas bricolées sur un coin de table :
    Genopole

    Les puces à ADN : un grand saut pour la recherche

    Pasteur
    Bien sûr, les puces à ADN sont des technologies très puissantes, qui ont fait l'objet de nombreuses recherches et sont déjà utilisées pour plein de choses. Ca ne veut pas dire que tous ceux mentionnant les puces à ADN sont sérieux.


    Un des arguments largement utilisés par les industriels était justement celui du délai et du coût, tous les deux trop élevés pour que l'on puisse, selon eux, tester 100 000 substances.
    Oui, c'est vrai, et ils ont utilisé une étude du cabinet Mercer qui me semble un peu bidon.

    Défendant bec et ongles ce point de vue ils ont obtenu que seulement 30 000 (si mes souvenirs sont bons) substances soient testées : ils en ont donc "sauvé" 70 000 grâce à cet argument de prix.
    Chacun a défendu son point de vue, les industriels comme les associations environnementales, et le compromis obtenu me semble raisonnable : il exclut les polymères et les "intermédiaires de réaction" qui n'apparaissent pas dans le produit final. Quant aux chiffres, il faut examiner ce qu'ils recouvrent. Il y a 100 000 produits non testés. Mais les industriels ne vont pas tous les tester : certains seraient trop coûteux à tester et seront simplement retirés de la vente, non parce qu'ils seraient toxiques, mais parce que les tests coûteraient trop cher. En enlevant ces produits, les polymères et les intermédiaires de synthèse, restent 30 000 produits

    Ils n'avaient aucun intérêt à ce que l'on puisse proposer des tests à des coûts très inférieurs : comment alors "sauver" ces 70 000 ?
    Bien sûr que si, pour les 30 000 restants, qui vont être très cher à tester.

    Alors la question est : est-ce par ignorance de l'existence d'une technique de criblage peu coûteuse que L'UE a accepté ce deal, ou par connivence avec ces industriels ?
    Comme je te le répète, cette technique n'est pas valable.
    On peut à la rigueur faire des tests sur des puces à ADN pour voir l'effet sur des organes comme la peau : 1 cm de peau "in vitro" ou la peau in vivo, ça réagit à peu près pareil. Mais comment veux-tu vérifier le devenir de la molécule dans le foie ou dans les poumons si tu n'as pas un foie et un poumon entier, vivant ?

    Car en l'espèce les puces à ADN auraient permis un tri qui n'excluait pas des tests sur modèles animaux pour certaines substances, si nécessaire.
    Le tri est déjà fait. Les tests sur les animaux n'arrivent pas en première étape des tests sur les produits chimiques.

  6. #5
    jc_m

    Re : Reach : quel protocole ?

    La guerre de Reach n'aura pas lieu : dernières actualités sur Reach dans Libération.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Cécile

    Re : Reach : quel protocole ?

    Je suis assez d'accord avec cet article (même si je n'ai pas suivi tous les rebondissements de Reach). J'avais lu un bout de l'étude Mercer, c'était n'importe quoi. Je n'ai pas lu la nouvelle étude, mais ses conclusions me semblent raisonnables.
    Reste le problème de mener les tests : il n'y a pas assez de toxicologues en Europe (et on en forme peu), les tests sans animaux progressent mais ne suffisent pas, etc.

  9. Publicité

Discussions similaires

  1. norme europenne reach
    Par Titie3325 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 19/07/2007, 18h01
  2. Actu - Reach, pour un monde moins toxique
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 02/06/2007, 13h03
  3. Quel protocole utiliser ???
    Par bobish dans le forum Électronique
    Réponses: 5
    Dernier message: 27/03/2007, 21h17
  4. Reach
    Par pommier dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 26
    Dernier message: 19/12/2006, 10h16
  5. REACH : Accord sur la législation européenne des produits chimiques
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/12/2005, 09h30