Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 31 à 56 sur 56

Ces envahisseurs que l'on protège!




  1. #31
    Cendres

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message

    Un exemple tout bête: la semaine dernière, j'ai entendu le président de la LPO parler de la chute dramatique des populations d'anguilles européennes en exposant les causes principales de raréfaction selon lui de cette espèce: barrages, pollution, surpèche de la civelle... mais curieusement aucun mot sur la multiplication par 10 des populations d'oiseaux piscivores ces 20 dernières années!
    Vous pouvez déjà lire ce résumé, non issu de la LPO: http://209.85.229.132/search?q=cache...=fr&lr=lang_fr

    Ensuite, quelles populations d'oiseaux piscicoles? Toutes? Et toutes multipliées par 10?

    Qui plus est, quel est l'impact mesuré de leur prédation sur les anguilles?

    En attendant, les facteurs évoqués sont préoccupants: http://fr.wikipedia.org/wiki/Anguill....C3.A9gression

    -----

    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  2. Publicité
  3. #32
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Bonjour,
    Là c'est de la mauvaise foi ou de la méconnaissance... il n'est pas plus dangereux de manger un ragondin bien cuit qu'un sanglier ou un lapin.
    La leptospirose ne s'attrape pas comme ça...
    Et en chassant les espèces gibiers le chasseur s'expose à pas mal d'autres trucs!
    Et qu'on chasse le ragondin pour limiter sa population ou en manger, les précautions à prendre sont les mêmes...
    Et pour le manger, il faut bien s'en saisir et c'est à ce moment que le risque de contamination par la leptospirose est au maximum.

    Je ne chasse pas, mais j'ai déjà mangé du ragondin issu de chasse, et ça ne me dérange pas.
    Contrairement à vos fantasmes, je n'ai pas de problème avec la chasse. Par contre je déteste les gens qui comme vous passent leur temps à agresser les autres, et à croire qu'ils combattent des méchants adversaires comploteurs, etc... vous me faites un peu penser à Don Quichotte.
    Je trouve votre comportement ici très regrettable pour l'image des chasseurs. J'ai eu l'occasion de discuter sans problème avec des personnes bien plus posées que vous, c'était un plaisir, et je respecte les chasseurs qui respectent les autres. Mais pour moi vous n'en faites point partie, par votre véhémence contre tout ce que vous considérez comme "méchants écologistes", par votre non-aptitude à la discussion (vous ne savez que réciter des arguments appris par cœur, vous ne répondez pas aux questions, vous attaquez les gens personnellement...).
    Vous avouez donc ne jamais avoir tué de votre vie de ragondin, je vous demanderai donc à l'avenir de donner des leçons sur un sujet que de toute évidence vous ne connaissez ni ne maitrisez absolument pas. D'autre part, libre à vous de nier la partialité écolo dans le domaine de la chasse mais pour toute personne sensée c'est une évidence, c'est même revendiqué par une bonne partie des adhérents des groupuscules antichasses. Pourquoi devrais je respecter quelqu'un qui souhaite ma disparition pure et simple?

    Vous ne m'avez d'ailleurs pas répondu sur l'aspect financier du problème

    Le plus dommage est que je ne doute pas que vous ayez une pratique raisonnable de la chasse, que vous protégez réellement votre environnement, et respectez les lois (même si elles ne vous conviennent pas). Un dialogue serait possible, si vous y mettiez du votre.
    Pourquoi devrions nous toujours être les seuls à y mettre du notre????

  4. #33
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Bonjour,
    Sincèrement, sur les zones naturelles, il ne se passera pas grand chose... les réserves naturelles que je connais où ces espèces sont présentes et ne sont pas chassées ont des populations stables, et pas si présentes que ça.
    Le problème est plus sur les étangs aménagés. Je ne dis pas que le problème n'existe pas, mais il n'est pas aussi catastrophique que vous aimeriez le faire croire.
    Notons d'ailleurs que l'efficacité des fameuses "régulations" par les chasseurs est souvent limitée, quand les espèces ont un taux de reproduction élevé et savent s'adapter...
    Bonjour

    Tiens donc il ne se passerait rien, c'est étrange puisque notre ministre lui même vient de réintégrer à la liste des espèces nuisibles la martre et la belette à la suite d'une simple menace du boycott par les chasseurs et les piégeurs de la régulation des rats musqués et des ragondins. Comme nous ne pourrons pas compter sur votre auguste personne ou sur nos détracteurs pour faire ce sale boulot, je comprend que les conseillers du ministre pourtant rarement en notre faveur aient subitement fait marche arrière. Des cages à fauves sont installées dans la plupart des réserves naturelles, si c'est inutiles pourquoi certaines associations antichasses piègent elles même ou font elles piéger par d'autre le ragondin?


    Le ragondin, non... par contre les mustélidés, c'est indéniablement un plaisir pour ceux qui piègent...
    Pour le freux et la corneille: quel intérêt de détruire ces espèces?
    En quoi est un plaisir de piéger une fouine ou un putois???? C'est indispensable pour protéger un élevage même grillagé mais cela n'apporte aucun plaisir.

    Pour le freux et la corneilles, ces espèces peuvent provoquer des dégats non négligeables sur les cultures (semis d'hiver ou de printemps) et comme l'homme reste leur principal prédateur, il faut voir comment il est difficile pour un rapace de s'approcher d'une corbeautière, il faudra là aussi continuer à faire le boulot si nous ne voulons pas voir les populations de corvidés provoquer d'importants dégats aux cultures. Après tout on stérilise bien les goélands ou les pigeons de ville

    SVP, si vous pouviez arrêter ce genre de façon de vous adresser aux gens... je pense que vous n'appréciez pas qu'on vous mette dans le même panier que le chasseur de volaille ou le braconnier. Evitez donc de considérer systématiquement que les personnes qui ne sont pas totalement en accord avec vous font partie du "méchant complot anti-chasse".
    Mais le chasseur de vollaille ou même le braconnier a quand même été nettement mieux traité que le chasseur de gibier parfaitement sauvage... Nous n'avons pas été mis dans le même panier mais au contraire nous avons été stigmatisés et pris comme bouc émissaires par les partisans de l'antichasse. Que je sache, un chasseur de cocottes lui peut encore chasser ces vollailles jusqu'à fin février, moi modeste chasseur d'oie, j'ai eu le droit à 1 journée en février pour chasser ce superbe oiseau.

    Si vous trouvez normal et impartial que nous subissions des lois décidées de façon unilatérale par des ministres notoirement antichasses, vous avez une drôle de conception de la démocratie et de la liberté d'expression. Je vous le répète, pour moi, l'écologie intégriste est l'ennemi qui nous a déclaré la guerre, il est hors de question pour nous de capituler, notre liberté et celles de nos enfants en dépend.

    Sur ce, bonne journée

  5. #34
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Oui, enfin le dingo (les dingos), ça fait déjà 3500-4000 ans.
    Certes c'est exact mais on ne sait pas non plus qu'elles furent les répercussions sur la faune de l'époque de l'introduction de la carpe en Europe Occidentale par les romains... ni de la poule ou de la plupart des aliments que nous consommons à l'heure actuelle


    La manière de poser les questions est intéressante...posée comme ça, on ne peut que répondre oui. En revanche, on ne peut pas parler de "défendre" lorsqu'aucune menace n'a été mise en évidence. Qui plus est, quel rapport avec ma remarque?
    Ce n'est pas à vous que je vais apprendre qu'une menace met parfois plusieurs dizaines voire centaines d'années avant d'apparaitre. Nous devons faire preuve d'une prudence absolue avec toutes les espèces exotiques ou introduites, il y a déjà eu suffisamment de catastrophe provoquées par l'homme au cours des derniers siècles dans ce domaine pour ne pas en ajouter.

    Pourquoi nuisible d'office? Sur la base de quels dégâts?
    Je préfère réagir AVANT l'apparition d'éventuels dégats

    C'est vague à souhait, "défenseur des animaux". Fut un temps où les chasseurs se proclamaient aussi "défenseurs des animaux". Qui plus est, si (et lorsque) les espèces exotiques causent des dégâts, ne serait-ce pas plutôt à ceux qui les ont introduits et défendus de prednre leurs responsabilités, ou on met tout le monde dans le même sac?
    Prenons le cas de l'ibis dans l'ouest, il est de notoriété publique que l'origine de ces animaux est le parc ornithologique de Branféré. Seulement étant donné que les administrateurs de ce parc sont en très bonnes relations avec un célèbre hélicologiste, certains ornithologues locaux vont jusqu'à dédouaner ce parc et parler d'une migration spontanée de ces oiseaux des zones méditerranéennes au nord de la Loire pour cause de réchauffement climatique, il a bon dos le réchauffement climatique dans cette affaire.

    Le problème est que ces personnes n'assumeront absolument pas leurs erreurs, pour eux la nature doit se réguler d'elle même sans aucune intervention humaine pour limiter les espèces à problèmes. Quand survient des accidents de la route à proximité d'une réserve naturelle envahie de sanglier, on voit subitement des panneaux routiers apparaitre bientôt suivi de battues administratives dénoncées alors en général par les responsables de cette réserve comme une abominable intrusion de l'homme dans un milieu protégé. Pourtant une bonne partie de ces réserves étaient il y a quelques décénnies à peine entretenue gratuitement par des chasseurs ou des agriculteurs avant de se transformer faute d'entretien en de vastes saulnaies et aulnaies buissonnantes où les sangliers trouvent à la fois un gite et un couvert exceptionnel.

    En cas de dégats à proximité de ces réserves, à votre avis, qui payent les dégats de suidés?

  6. #35
    invite765732342432
    Invité

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Comme nous ne pourrons pas compter sur votre auguste personne ou sur nos détracteurs pour faire ce sale boulot, je comprend que les conseillers du ministre pourtant rarement en notre faveur aient subitement fait marche arrière.
    Et si on revenait à une discussion plus calme ?
    Le sujet est intéressant, ne nous énervons pas...

    La régulation de certaines espèces est en effet nécessaire. La chasse de certaines autres tiens plus de l'accessoire et enfin pour d'autres espèces encore, c'est juste pour le plaisir (de chasser ou de se nourrir)

    Par exemple, là, j'ai un doute:
    Pour le freux et la corneilles, ces espèces peuvent provoquer des dégats non négligeables sur les cultures (semis d'hiver ou de printemps)
    par rapport à une nuée de sansonnets ou de pigeons... je ne suis pas sur que les nuisances soient de la même catégorie !

    Nous n'avons pas été mis dans le même panier mais au contraire nous avons été stigmatisés et pris comme bouc émissaires par les partisans de l'antichasse. Que je sache, un chasseur de cocottes lui peut encore chasser ces vollailles jusqu'à fin février, moi modeste chasseur d'oie, j'ai eu le droit à 1 journée en février pour chasser ce superbe oiseau.
    Il y a clairement une stigmatisation importante des chasseurs. Mais j'ai horreur d'entendre un chasseur se plaindre de la durée de chasse.
    Cette durée devrait être fixée en fonction de l'ampleur de la régulation nécessaire pour cette année, pas pour le simple plaisir des chasseurs, ni pour la simple tocade de "protecteurs des animaux" qui refusent toute régulation)

    Par contre, ce qui me pose un gros problème, c'est l'obligation imposée aux chasseurs d'indemniser les victimes de nuisibles. Ca me semble aberrant d'imposer aux chasseurs une garantie de résultat alors qu'ils rendent un service à la communauté (sans subventions, me semble-t-il)

  7. #36
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par Prune37 Voir le message
    Bonjour,

    Euh, je crois qu'il y a confusion des genres... Je ne vois pas le rapport entre les espèces invasives et les oiseaux piscivores. Le Cormoran??? Perso, je pense que cela représente peanuts dans la diminution des populations d'anguille en comparaison avec les verrous de migration (barrage) et la dégradation de la qualité des eaux. Et sur cette espèce, je pense qu'il faut plutôt se demander pourquoi elle ne reste plus sur les bords de mer (son habitat) et qu'elle vient dans les terres.

    Par contre, je suis tout à fait d'accord avec Kinette pour dire que votre comportement et le ton que vous employez sont regrétables. Dommage, le thème de la discussion m'intéressait beaucoup...
    P.
    Une espèce indigène peut tout à fait devenir invasive si on la surprotège de façon volontaire ou pas, quelques exemples, le grand cormoran, le héron cendré, l'aigrette garzette ou encore l'étourneau sansonnet, la mouette rieuse, le goéland argenté, le pigeon biset...)

    Vous pensez donc que multiplier par 10 les populations naturellement prédatrices de l'anguille (héron cendré, aigrette garzette (civelles), grand cormoran, ibis, cigognes blanches...) ne constitue pas un facteur agravant sur les populations d'anguilles et plus générallement de poissons d'eau douce (ou de certains batraciens)?

    Cela me semble un rien présomptueux.

    Je sais que l'anguille ou les espèces de grenouilles ont de "sale tête" mais ce n'est pas une raison pour les laisser disparaitre sans réagir! Attention, je n'ai pas dit qu'il fallait tirer sur les cigognes blanches!

    Pour le grand cormoran, son changement de comportement est très simple, il ne trouve simplement plus assez à manger en bord de mer, les oiseaux artificiellement surnuméraires en provenance des pays nordiques déferlant sur notre pays sont donc obligés de rentrer dans les terres pour se nourrir au détriment de la faune piscicole.

  8. #37
    Cendres

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message

    Ce n'est pas à vous que je vais apprendre qu'une menace met parfois plusieurs dizaines voire centaines d'années avant d'apparaitre. Nous devons faire preuve d'une prudence absolue avec toutes les espèces exotiques ou introduites, il y a déjà eu suffisamment de catastrophe provoquées par l'homme au cours des derniers siècles dans ce domaine pour ne pas en ajouter.
    Parfois oui, mais les exemples récents montrent plutôt une apparition rapide. Qui plus est, un peu de connaissances des habitudes des espèces incriminée effectuées AVANT aurait permis de se rendre compte de la menace. C'est ce que les écologues (= non politiques) réclament depuis longtemps : toujours étudier avant.


    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Je préfère réagir AVANT l'apparition d'éventuels dégats
    C'est justement l'application extrême du principe de précaution que vous fustigiez plus haut. Qui plus est, la faune d'un pays n'est pas immuable au cours des décennies, voire des siècles. Il y a des espèces qui migrent, qui sont en expansion, de façon parfaitement naturelle. L'homme n'est pas responsable de l'expansion du Pic Noir ou de la Chouette de Tengmalm, ni de l'arrivée de la Tourterelle turque, par exemple. Faut-il pour autant les éradiquer? Comment faisait la nature avant nous?


    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Prenons le cas de l'ibis dans l'ouest, il est de notoriété publique que l'origine de ces animaux est le parc ornithologique de Branféré.
    Tout le monde ou presque le sait autour du Golfe du Morbihan, en effet.

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Le problème est que ces personnes n'assumeront absolument pas leurs erreurs, pour eux la nature doit se réguler d'elle même sans aucune intervention humaine pour limiter les espèces à problèmes. Quand survient des accidents de la route à proximité d'une réserve naturelle envahie de sanglier, on voit subitement des panneaux routiers apparaitre bientôt suivi de battues administratives dénoncées alors en général par les responsables de cette réserve comme une abominable intrusion de l'homme dans un milieu protégé. Pourtant une bonne partie de ces réserves étaient il y a quelques décénnies à peine entretenue gratuitement par des chasseurs ou des agriculteurs avant de se transformer faute d'entretien en de vastes saulnaies et aulnaies buissonnantes où les sangliers trouvent à la fois un gite et un couvert exceptionnel.
    Oui, m'enfin il ne faut pas oublier que nombre d'espèces en surnombre ou en rapide expansion l'ont aussi été parce que l'on a exterminé ou fortement limité leurs prédateurs naturels. C'est plus complexe que la faute d'une seule catégorie de personnes. Pour faire des bêtises, depuis, mettons, un siècle, tout le monde s'y est mis.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  9. Publicité
  10. #38
    kinette

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Pilet, j'arrête de discuter avec vous...
    Vous êtes tout bonnement insupportable.
    Aller m'accuser de vouloir la disparition de la chasse est bien mal me connaître.
    Vous êtes malhonnête dans votre argumentation: par exemple à propos de la leptospirose et du fait de manger du ragondin, vous prétendez d'abord que personne n'irait manger du ragondin car c'est trop dangereux... puis vous reconnaissez ensuite que c'est bien pour la capture qu'il faut être prudent (et non la consommation). Cette prudence est celle à avoir avec toute espèce appartenant à la faune sauvage, pas seulement les ragondins. Et pas mal de piégeurs consomment aussi leurs prises.

    Prétendre que les piégeurs ne prennent pas de plaisir à piéger est aussi d'une hypocrisie sans limite... il suffit de chercher un peu sur le net pour voir qu'il y a des passionnés de ce type de chasse, et qu'il y prennent plaisir. D'ailleurs ce type de chasse est bien différent de la chasse au fusil, et ils rencontrent parfois certaines incompréhensions...

    J'aimerais bien que vous m'expliquiez en quoi les freux sont nuisibles...

    Vous déformez mes propos: j'ai bien expliqué qu'en milieu naturel (non en étang aménagé) les populations de ragondins ne font pas de dégâts insupportables. Allez faire un tour sur les bords de l'Allier, vous y verrez des ragondins, et pas pour autant une faune et une flore en danger.
    Le problème du ragondin est lié au fait qu'il mine le digues, pas au fait qu'il aurait un impact insupportable sur le reste de la flore et de la faune.

    Je souhaiterais que vous preniez aussi quelques cours de dynamique des populations... ça vous aiderait peut-être à comprendre ce qui se passe pour pas mal d'espèces, et voir aussi que vos prévisions de "catastrophe horribles si on ne paye pas les chasseurs" sont à revoir à la baisse.

    Encore une fois, essayez de réfléchir un peu, et de modérer votre discours, car vous desservez la cause que vous prétendez défendre...

    K
    Dernière modification par kinette ; 28/04/2009 à 11h46.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  11. #39
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par Cendres Voir le message

    Ceux de salon et de média sont des escrologistes. Moi je vous parle de scientifiques de terrain, qui étudient inlassablement populations, captures, génétique des populations, suivi des populations, etc...

    Seulement, quand leurs conclusions, après des années de suivi, n'ont pas l'heur de plaire aux tenants des activités halieutiques et cynégétiques, c'est rapidement les insultes, accusations d'incompétences et tutti quanti.
    Je vais vous raconter une petite histoire à propos d'une espèce chassable fort discrète, la bécassine sourde.

    Il y a quelques années nos orntihologues européens ont déclaré de façon unilatérale que cette espèce était en grave danger en Europe et que celle-ci devait être immédiatement protégée. Ils évaluaient à l'époque la population de cet oiseau entre 22 000 et 1 million d'individu avant reproduction à l'échelle du continent. Or il se trouve qu'à cette même époque, sous la direction de Mr Guy Noel Olivier membre du club international des chasseurs de bécassine CICB, les chasseurs européens des sept pays prélevant cette espèce ont pu montrer que les effectifs annuellement tués pour cette espèce était voisin de 200 000 oiseaux. Cette étude sur les prélèvements a permis de donner une évaluation allant de 250 000 à 3 millions d'oiseaux avant reproduction soit plus d'un facteur 100 par rapport aux chiffres "officiels" et "impartiaux" de l'époque!

    Que croyez vous qu'il arriva, la bécassine retourna dans son statut d'espèce à effectif stable et pour notre plus grand bonheur, nous pouvons encore la chasser avec nos chiens.

    Si les scientifiques se sont aussi lourdement trompés pour cette espèce, pourquoi ne devrions nous pas mettre en cause leur honnèteté et leur impartialité sur d'autres espèces comme le vanneau huppé, le courlis cendré ou la barge à queue noire?

    Pourquoi les évaluations des populations d'oiseaux gibiers seraient elles plus fiables venant de la part d'opposants à leur chasse?

  12. #40
    invite765732342432
    Invité

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Si les scientifiques se sont aussi lourdement trompés pour cette espèce, pourquoi ne devrions nous pas mettre en cause leur honnèteté et leur impartialité sur d'autres espèces comme le vanneau huppé, le courlis cendré ou la barge à queue noire?
    Voilà tout le problème dans ton discours: une erreur (éventuelle, car je n'ai pas bien compris l'évaluation de 22.000 à 1.000.000 Ca fait une grosse fourchette !) et tu parles ensuite, sans preuve, de malhonnêteté et de partialité.

    Comme l'a dit kinette
    Citation Envoyé par kinette
    Encore une fois, essayez de réfléchir un peu, et de modérer votre discours, car vous desservez la cause que vous prétendez défendre...

  13. #41
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Parfois oui, mais les exemples récents montrent plutôt une apparition rapide. Qui plus est, un peu de connaissances des habitudes des espèces incriminée effectuées AVANT aurait permis de se rendre compte de la menace. C'est ce que les écologues (= non politiques) réclament depuis longtemps : toujours étudier avant.
    Connaissez vous beaucoup d'écologues non politisés???

    Malheureusement j'en connais fort peu, l'exemple du rapport Lefeuvre en est une preuve patente.



    C'est justement l'application extrême du principe de précaution que vous fustigiez plus haut. Qui plus est, la faune d'un pays n'est pas immuable au cours des décennies, voire des siècles. Il y a des espèces qui migrent, qui sont en expansion, de façon parfaitement naturelle. L'homme n'est pas responsable de l'expansion du Pic Noir ou de la Chouette de Tengmalm, ni de l'arrivée de la Tourterelle turque, par exemple. Faut-il pour autant les éradiquer? Comment faisait la nature avant nous?
    Au nom du principe de précaution, on nous a quasiment empéche de chasser les canards sauvages il y a 2 ans, je ne suis pas convaincu que c'était la meilleure des méthodes pour nous prémunir contre l'expansion de la grippe aviaire. Vouloir faire croire à l'opinion que c'étaient nos canards appelants qui risquaient de transmettre le H5N1 aux oiseaux sauvages, il fallait oser... certains ne se sont pas génés pour le faire. Pour les espèces arrivées de façon naturelle, on doit étudier au cas par cas l'éventuel impact afin de décider un éventuel classement. La tourterelle turque par exemple est chassable en France, elle ne pose guère de problème. Le pic noir ou la chouette de Tengmal a tout de même un faible potentiel invasif, ce qui n'est pas le cas de certaines espèces introduites de façon volontaire ou pas. Ce critère doit être l'argument numéro un pour décider d'une politique de maitrise des populations animales concernées.

    Tout le monde ou presque le sait autour du Golfe du Morbihan, en effet.
    Ne croyez vous pas qu'il serait logique que ce soit aux dirigeants de ce parc d'assumer financièrement les conséquences de cette introduction?

    Oui, m'enfin il ne faut pas oublier que nombre d'espèces en surnombre ou en rapide expansion l'ont aussi été parce que l'on a exterminé ou fortement limité leurs prédateurs naturels. C'est plus complexe que la faute d'une seule catégorie de personnes. Pour faire des bêtises, depuis, mettons, un siècle, tout le monde s'y est mis.
    Même le nombre de chasseur a fortement fléchi, ce n'est pas une raison pour nous empécher d'essayer de rétablir l'équilibre plutôt que de laisser faire. La gestion de la faune sauvage ne devrait pas se décider dans les salons des ministères ou de la commission européenne mais uniquement sur le terrain, entre acteurs directement concernés par une gestion rigoureuse et maitrisée de la faune sauvage. Au dernier grenelle de la chasse, que venez donc faire les associations antichasses?

  14. #42
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par Cendres Voir le message
    Vous pouvez déjà lire ce résumé, non issu de la LPO: http://209.85.229.132/search?q=cache...=fr&lr=lang_fr

    Ensuite, quelles populations d'oiseaux piscicoles? Toutes? Et toutes multipliées par 10?

    Qui plus est, quel est l'impact mesuré de leur prédation sur les anguilles?

    En attendant, les facteurs évoqués sont préoccupants: http://fr.wikipedia.org/wiki/Anguill....C3.A9gression
    Je n'ai jamais nié ces facteurs mais ce qui est curieux c'est de constater que le véritable effondrement des populations d'anguilles européennes est très récent (une quinzaine d'année au plus) et qu'il correspond quand rudement bien avec l'augmentation artificielle d'un bon nombre d'espèces piscivores, en particulier le cormoran, l'aigrette garzette ou le héron cendré. Je m'étonne que ce facteur ne soit même pas pris en compte. Cela fait tout de même plus de 50 ans que l'on utilise de façon massive des pesticides ou que l'on batit des barrages sans que cela ne touche de façon aussi générale ce superbe poisson.

    J'espère que mes petits enfants auront un jour la chance de pouvoir la pécher, à ce rythme, ce n'est pas gagné.

  15. #43
    kinette

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Connaissez vous beaucoup d'écologues non politisés???
    Oui... de même que des chasseurs qui ne tiennent pas votre discours.

    Malheureusement j'en connais fort peu, l'exemple du rapport Lefeuvre en est une preuve patente.
    Apparemment vous faites une fixette sur Lefeuvre...
    La majorité des chercheurs qui travaillent sur le sujet ne sont pas, contrairement à ce que vous prétendez, des anti-chasse...
    Mais je pourrais vous parler des comportements de certains chasseurs vis-à-vis des biologistes de terrain, et de comportements inadmissibles de personnes qui comme vous cataloguent comme "anti-chasse" tout ce qui porte des jumelles. Parfois, oui, il y aurait de quoi être anti-chasse, ou du moins "anti-chasseur".
    Heureusement, on rencontre aussi sur le terrain des personnes bien plus sympathiques...

    Au nom du principe de précaution, on nous a quasiment empéche de chasser les canards sauvages il y a 2 ans, je ne suis pas convaincu que c'était la meilleure des méthodes pour nous prémunir contre l'expansion de la grippe aviaire.
    Et alors? On a aussi empêché plein de gens de sortir leurs poules...
    Que des mesures soient exagérées voire absurdes n'est point une preuve du complot des méchants écolos...
    Surtout que les personnes étudiant la faune sauvage ont aussi subit ce genre de mesures.

    La gestion de la faune sauvage ne devrait pas se décider dans les salons des ministères ou de la commission européenne mais uniquement sur le terrain, entre acteurs directement concernés par une gestion rigoureuse et maitrisée de la faune sauvage
    La gestion locale... a donné des résultats parfois surprenants par le passé.
    Les mentalités ont certes évolué, mais je ne suis pas certaine qu'on puisse toujours espérer "une gestion rigoureuse et maîtrisée".
    Et quand je vois les conflits d'intérêt existant parfois entre les fameux acteurs (prenons un exemple: forestiers vs. chasseurs...), je ne suis pas certaine qu'on arrive à quelque chose facilement.

    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  16. #44
    Cendres

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Connaissez vous beaucoup d'écologues non politisés???
    Ah oui, plein. Ils travaillent sur le terrain et en partie dans les labos, comme tout scientifique. Certaines de leurs études plaisent, d'autres non. Ceux qui ne sont pas contents n'ont qu'à les refaire...



    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    La tourterelle turque par exemple est chassable en France, elle ne pose guère de problème. Le pic noir ou la chouette de Tengmal a tout de même un faible potentiel invasif, ce qui n'est pas le cas de certaines espèces introduites de façon volontaire ou pas. Ce critère doit être l'argument numéro un pour décider d'une politique de maitrise des populations animales concernées.
    C'est bien ce que je dis: on va pas tout flinguer dès qu'un truc se pointe.


    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Ne croyez vous pas qu'il serait logique que ce soit aux dirigeants de ce parc d'assumer financièrement les conséquences de cette introduction?
    Vous voulez dire: la négligence de départ, ou la protection faite après?


    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Même le nombre de chasseur a fortement fléchi, ce n'est pas une raison pour nous empécher d'essayer de rétablir l'équilibre plutôt que de laisser faire. La gestion de la faune sauvage ne devrait pas se décider dans les salons des ministères ou de la commission européenne mais uniquement sur le terrain, entre acteurs directement concernés par une gestion rigoureuse et maitrisée de la faune sauvage.
    Oui, ben justement, dans le passé, de la part des chasseurs, ce ne fut pas toujours terrible (lutte contre la rage, extermination de prédeteurs entraînant des pullulations...). Heureusement, ça s'est amélioré.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  17. #45
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par kinette Voir le message
    Pilet, j'arrête de discuter avec vous...
    Vous êtes tout bonnement insupportable.
    Aller m'accuser de vouloir la disparition de la chasse est bien mal me connaître.
    Vous êtes malhonnête dans votre argumentation: par exemple à propos de la leptospirose et du fait de manger du ragondin, vous prétendez d'abord que personne n'irait manger du ragondin car c'est trop dangereux... puis vous reconnaissez ensuite que c'est bien pour la capture qu'il faut être prudent (et non la consommation). Cette prudence est celle à avoir avec toute espèce appartenant à la faune sauvage, pas seulement les ragondins. Et pas mal de piégeurs consomment aussi leurs prises.

    Prétendre que les piégeurs ne prennent pas de plaisir à piéger est aussi d'une hypocrisie sans limite... il suffit de chercher un peu sur le net pour voir qu'il y a des passionnés de ce type de chasse, et qu'il y prennent plaisir. D'ailleurs ce type de chasse est bien différent de la chasse au fusil, et ils rencontrent parfois certaines incompréhensions...

    J'aimerais bien que vous m'expliquiez en quoi les freux sont nuisibles...

    Vous déformez mes propos: j'ai bien expliqué qu'en milieu naturel (non en étang aménagé) les populations de ragondins ne font pas de dégâts insupportables. Allez faire un tour sur les bords de l'Allier, vous y verrez des ragondins, et pas pour autant une faune et une flore en danger.
    Le problème du ragondin est lié au fait qu'il mine le digues, pas au fait qu'il aurait un impact insupportable sur le reste de la flore et de la faune.

    Je souhaiterais que vous preniez aussi quelques cours de dynamique des populations... ça vous aiderait peut-être à comprendre ce qui se passe pour pas mal d'espèces, et voir aussi que vos prévisions de "catastrophe horribles si on ne paye pas les chasseurs" sont à revoir à la baisse.

    Encore une fois, essayez de réfléchir un peu, et de modérer votre discours, car vous desservez la cause que vous prétendez défendre...

    K
    http://lasorgue.com/section-viewarticle-15.html

    180 000 euros de dégats dans le vaucluse et ce n'est qu'un petit exemple!

    Vous oubliez que l'immense majorité de nos fleuves et rivières (à l'exception notable de la Loire) est aujourd'hui endiguée et que les dégradations provoquées par les ragondins et leur terrier coutent très chères à nos collectivités. Bon nombre d'habitations ou de zones industrielles sont construites en limite de zones inondables, en cas de rupture de digue à des points sensibles, ce sont des quartiers entiers qui risquent de se retrouver les pieds dans l'eau.

    Pour le freux, une bande de 100 à 200 freux dans un semis de blé, de mais ou de pois peut fort bien réussir à compromettre la récolte
    future. Aucun agriculteur ne peut accepter de voir son semis dévoré en bonne partie par ces oiseaux.

  18. #46
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Apparemment vous faites une fixette sur Lefeuvre...
    La majorité des chercheurs qui travaillent sur le sujet ne sont pas, contrairement à ce que vous prétendez, des anti-chasse...
    Mais je pourrais vous parler des comportements de certains chasseurs vis-à-vis des biologistes de terrain, et de comportements inadmissibles de personnes qui comme vous cataloguent comme "anti-chasse" tout ce qui porte des jumelles. Parfois, oui, il y aurait de quoi être anti-chasse, ou du moins "anti-chasseur".
    Heureusement, on rencontre aussi sur le terrain des personnes bien plus sympathiques...
    Je ne fais que dénoncer la partialité de ce rapport à l'origine du conflit qui nous intéresse ici. Si vous croyez que c'est amusant de se faire insulter par des touristes en bord de mer ou de subir des dégradations sur nos véhicules. Dernièrement un chasseur anglais a même été assassiné de façon abominable (décapité par un gyrocoptère) par un hunt saboteur. Curieusement vous avez entendu parler de ce fait divers en France, vous?

    Et alors? On a aussi empêché plein de gens de sortir leurs poules...
    Que des mesures soient exagérées voire absurdes n'est point une preuve du complot des méchants écolos...
    Surtout que les personnes étudiant la faune sauvage ont aussi subit ce genre de mesures.
    Que je sache, on n'a pas empéché les biologistes ou les chercheurs d'aller sur le terrain... Nous, nous y avons été contraints. Par qui ont été imposé ces mesures arbitraires et inutiles? Ne serait ce pas le ministère de l'environnement des fois?

    La gestion locale... a donné des résultats parfois surprenants par le passé.
    Les mentalités ont certes évolué, mais je ne suis pas certaine qu'on puisse toujours espérer "une gestion rigoureuse et maîtrisée".
    Et quand je vois les conflits d'intérêt existant parfois entre les fameux acteurs (prenons un exemple: forestiers vs. chasseurs...), je ne suis pas certaine qu'on arrive à quelque chose facilement.
    Si vous voulez mon avis, je milite depuis des années pour un PMA journalier et global pour toutes les espèces chassables de gibier d'eau et migrateur. Il faut savoir être raisonnable dans ces prélèvements si on veut pouvoir chasser de façon pérenne une espèce. Mon but dans la vie n'est nullement de remplir mon congélateur mais je dois avouer que manger une sarcelle, une grive ou un pluvier n'a rien à voir avec manger de la viande aseptisée sous cellophane. Pourquoi n'avons nous toujours pas de carnet de prélèvement annualisé? Ne serait ce pas une bonne méthode pour avoir une idée plus fiable des oiseaux prélevés par la chasse en France et ainsi évaluer les effectifs espèces par espèces? Pourquoi le ministère de l'environnement n'a t'il jamais songé à participer au financement des jachères bandes sauvages et autres bande de rupture d'assollement, aménagements proposés par bon nombre de FDC qui sont favorables au gibier mais aussi aux autres animaux de plaine (en particulier les abeilles)?

    Pour le petit gibier de plaine, localement, les populations de perdrix grises sont remontées dans la Somme ou le Pas de Calais à des niveaux incroyables avant reproduction, jusqu'à un couple par hectare, tout simplement par ce que chasseurs et agriculteurs ont accepté de travailler main dans la main!

  19. #47
    Cendres

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Je vais vous raconter une petite histoire à propos d'une espèce chassable fort discrète, la bécassine sourde.
    J'aime bien les histoires. C'est toujours censé être l'argument définitif.


    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Or il se trouve qu'à cette même époque, sous la direction de Mr Guy Noel Olivier membre du club international des chasseurs de bécassine CICB, les chasseurs européens des sept pays prélevant cette espèce ont pu montrer que les effectifs annuellement tués pour cette espèce était voisin de 200 000 oiseaux. Cette étude sur les prélèvements a permis de donner une évaluation allant de 250 000 à 3 millions d'oiseaux avant reproduction soit plus d'un facteur 100 par rapport aux chiffres "officiels" et "impartiaux" de l'époque!
    J'avais entendu parler de ça, mais ça n'a toujours pas l'air aussi simple, même pour l'office de la chasse: http://209.85.229.132/search?q=cache:-m_8wNc21U8Jncfs.esigetel.fr/Oncfs/Obj/Pdf/Becassine_sourde.pdf+%22becass ine+sourde%22+effectifs&cd=1&h l=fr&ct=clnk&gl=fr

    Qui plus est, M Olivier, bien entendu, en tant que membre du CICB, ne cherche pas à défendre son bifteck et est donc bien plus "impartial" que les autres...

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Que croyez vous qu'il arriva, la bécassine retourna dans son statut d'espèce à effectif stable et pour notre plus grand bonheur, nous pouvons encore la chasser avec nos chiens.
    Là, on sort de la problématique des populations pour le plaisir pur...

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Si les scientifiques se sont aussi lourdement trompés pour cette espèce, pourquoi ne devrions nous pas mettre en cause leur honnèteté et leur impartialité sur d'autres espèces comme le vanneau huppé, le courlis cendré ou la barge à queue noire?
    Euh, déjà, vu l'incertitude sur les effectifs, malgré votre M. Olivier...

    Les travaux d'Herby Kalchreuter sur le sujet, acceptés par l'AEWA ont permis la reclassification de notre Lymnocryptes...comme quoi les institutions et les scientifiques ne font pas tout le temps des erreurs.

    Ensuite, quand bien même ce serait exact, sur une erreur, tout le reste est à jeter? Si on avait raisonné à chaque fois comme ça en sciences, on aurait pas beaucoup avancé. Fut un temps, certains chasseurs s'imaginaient que la belette saignait à mort des lièvres adultes...doit-on pour autant mettre toutes les affirmations des chasseurs au panier?

    C'est exactement le même type de raisonnement.

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Pourquoi les évaluations des populations d'oiseaux gibiers seraient elles plus fiables venant de la part d'opposants à leur chasse?
    Encore un peu, et vous allez nous sortir que tous ceux qui travaillent sur des populations d'espèces gibiers sonr des antichasses...

    Au même niveau: pourquoi ces évaluations seraient-elles plus fiables, lorsque réalisées par des pro-chasse? On va pas aller loin, avec ce genre d'argument.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  20. #48
    pilet14

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Ah oui, plein. Ils travaillent sur le terrain et en partie dans les labos, comme tout scientifique. Certaines de leurs études plaisent, d'autres non. Ceux qui ne sont pas contents n'ont qu'à les refaire...
    La chasse s'assimile à ce niveau à de nombreux domaines comme les OGMs, le nucléaire ou encore le réchauffement climatique pour lesquels les scientifiques ont souvent du mal à travailler sereinement et en toute indépendance. Si cela peut vous rassurer, les chasseurs français ont commencé à s'organiser et à financer de grandes études. Les résultats sont en cours. Il a par exemple été démontré qu'il n'y avait pas de pigeon ramier court, moyen ou long migrateur mais que ces oiseaux s'adaptaient aux conditions plus ou moins favorables à leur survie. Pourquoi franchir les pyrénées si ceux ci n'en ont nul besoin.

    C'est bien ce que je dis: on va pas tout flinguer dès qu'un truc se pointe.
    Il faut bien entendu travailler au cas par cas mais il ne faut pas tarder à réagir si le besoin s'en fait sentir. Ce que je reproche au système actuel, c'est son inertie et sa lourdeur. La nature, elle, évolue sans cesse, il faut s'adapter à son rythme.

    Vous voulez dire: la négligence de départ, ou la protection faite après?
    Les deux, il est à mon avis illogique de dissocier causes et conséquences dans ce domaine.

    Oui, ben justement, dans le passé, de la part des chasseurs, ce ne fut pas toujours terrible (lutte contre la rage, extermination de prédeteurs entraînant des pullulations...). Heureusement, ça s'est amélioré.
    Je n'ai jamais dit que nous étions parfaits... mais nous sommes loin d'être les seuls dans ce cas. Pour la rage, la propagation vers l'ouest de notre pays fut quand même bien endiguée, la rage n'a par exemple jamais touché ma région. Le problème actuel du renard est l'échinococcose alvéolaire, longtemp cloisonné à l'est et au centre du pays, qui se développe à vitesse grand V. Les causes de cette propagation sont à évaluer comme les mesures pour essayer d'en controler l'extension vers l'ouest.

  21. #49
    Cendres

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    La chasse s'assimile à ce niveau à de nombreux domaines comme les OGMs, le nucléaire ou encore le réchauffement climatique pour lesquels les scientifiques ont souvent du mal à travailler sereinement et en toute indépendance. Si cela peut vous rassurer, les chasseurs français ont commencé à s'organiser et à financer de grandes études.
    Ah mais, je sais. Il existe même des exemples où fédérations locales de chasse et écologues (écologistes scientifiques, pas militants) travaillent ensemble. Ne serait-ce pas un truc à généraliser, plutôt que les uns et les autres ne passent leur temps à se hurler dessus?





    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Je n'ai jamais dit que nous étions parfaits... mais nous sommes loin d'être les seuls dans ce cas. Pour la rage, la propagation vers l'ouest de notre pays fut quand même bien endiguée, la rage n'a par exemple jamais touché ma région.
    La rage est justement un excellent exemple. Les campagnes de gobes à la strychnine, de gazage à la chloropicrine ou au Zyklon, confiées aux chasseurs, n'ont pas empêché la progression depuis 1968 et ont causé pas mal de dégâts (morts collatérales d'animaux, 2 enfants morts par ingestion de cyanure...). Les campagnes de vaccination permirent par contre de l'éliminer.

    Citation Envoyé par pilet14 Voir le message
    Le problème actuel du renard est l'échinococcose alvéolaire, longtemp cloisonné à l'est et au centre du pays, qui se développe à vitesse grand V. Les causes de cette propagation sont à évaluer comme les mesures pour essayer d'en controler l'extension vers l'ouest.
    C'est effectivement une menace depuis longtemps, même s'il n'y a en France qu'une douzaine de cas traités par an.

    Le renard n'étant qu'un des vecteurs depuis le réservoir.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  22. #50
    kinette

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Bonjour,
    Pour l'échynochoccose, la légende qu'on l'attrape en mangeant des fruits contaminés par le renard ne résiste pas à l'analyse: la majorité des contamination semble bien être d'animal domestique à humain...
    Et comme expliqué par Cendre, le renard n'est pas le réservoir principal.
    Bref quand on veut noyer son chien...

    Je respecte plus un chasseur qui considère la chasse au renard comme une chasse intéressante (et elle l'est manifestement: le renard est un bel animal, intelligent, et du coup pas si facile à capturer ou chasser) et ne mettant pas en danger les populations (le renard ayant un bon taux de reproduction, une chasse responsable ne pose pas de problème) plutôt qu'un chasseur hypocrite qui cherche toutes les justifications possibles.
    Je comprends bien que le monde de la chasse essaie de trouver des "raisons" pouvant contrer les arguments "émotionnels" de nombreux anti-chasse. De mon point de vue de biologiste, la chasse n'a pas à prouver son utilité (pas plus que l'escalade, le saut en parapente, ou la randonnée), mais au contraire à montrer que son impact environnemental n'est pas négatif. C'est plus simple, et ne mène pas à des manipulations malhonnêtes, et à des "pseudo-arguments".

    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  23. #51
    Burt67

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Bonjour,

    Vous partez du principe que la chasse devrait être légitime dès lors que l'espèce en question est nuisible. Ca peut sembler évident de prime abord mais en réalité c'est un raisonnement très limité.

    Une espèce est rarement nuisible du seul fait de sa présence. Souvent les dégats ont lieu très localement dans des zones où l'espèce, pour une raison x, est anormalement présente en grande quantité. Et en réalité cela témoigne toujours d'un déséquilibre créé par l'homme.

    La chasse peut être une réponse à ces problèmes locaux mais dans tous les cas, elle reste une mesure corrective, et non préventive, et elle ne résoudra pas ce déséquilibre sur le long terme.

    Par ailleurs une espèce nuisible à un endroit ne l'est pas nécéssairement à un autre. Et en chassant une espèce on prend le risque de voir proliférer son alimentation (l'espèce n-1 de la chaîne alimentaire).

    Et enfin j'ajouterais qu'il est très difficile de revenir à une situation originelle quelle que soit l'espèce considérée. Il faut donc travailler avec soin et parcimonie pour ne pas commettre une seconde erreur. C'est pour ça qu'on ne peut pas justifier la chasse par la seule présence de nuisibles. La chasse n'est qu'un outil et l'expérience m'a prouvé que c'est rarement le bon.

  24. #52
    ursusarctos

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    A Pilet,

    Petites précisions :

    -tu parles toujours de nuisibles, et qui doit payer les dégâts ? Donc tu considère là dessus la notion de nuisible avec des dégâts économiques et non écologiques !
    -le ragondin et le rat musqué ont des conséquences économiques néfastes, pas écologiques. Ca serait même le contraire en détruisant digues, elles feraient revenir à terme le lit majeur des rivières et nombre de marais, étangs naturels, prairies inondables.
    -tu parles de la multiplication des espèces piscivores. C'est vrai pour le grand cormoran, sans que cela n'aboutira jamais à une catastrophe écologique, les envahissements naturels de prédateurs sont néfastes que sur les îles, en milieu continental, non. Faut savoir que si le cormoran est arrivé et s'est adapté (tout seul) c'est bien par ce qu'il y a une niche écologique libre. D'ailleurs les populations de cormorans se stabilisent le long du val de loire,...sans qu'on constate une forte raréfaction d'espècesde poissons ! C'est la même histoire que le guépier, la tourterelle turque,... En ce qui concerne le héron cendré, l'aigrette garzette, la cigogne blanche, les efffectis REmontent après une quasi extermination due au braconnage et à la surchasse et à la destruction des zones humides ! Si tu compares depuis 1970, c'est vrai que ça a remonté, mais par rapport au début du XX ème siècle, pas d'explosion de population, même pas d'augmentation !
    - tu déclares protéger tes poules (allochtones) contre des espèces autochtones (putois, belettes), ça va en contradiction avec ton idée de privilégier les espèces indigènes ! En sachant que j'ai déjà vu des poules élevées en forêt sans dégâts de martre, fouine, belette, mais équipement adapté !


    A Kinette,

    la chasse peut être un plaisir, mais un plaisir utile (les animaux tués doivent l'être pour une raison valable, manger, ou parce que REELLEMENT elles menacent des espèces indigènes) . Donc la chasse au renard (que les chasseurs ne mangent pas), désolé, je suis contre ! Tu dis toi même que le renard est magnifique, alors pourquoi le tuer par plaisir pour en faire rien du tout ? Le renard n'est pas tant prolifique que ça, chaque renard a son territoire, donc lesjeunes doivent émigrer pour trouver un nouveau territoire, et là il y a beaucoup de mortalité ! Le renard sait se réguler soi même, sans l'aide de l'Homme, au contraire celui-ci l'empêche de se réguler lui même en jetant pleins de déchets alimentaires en poubelle (ce que le renard a su profiter) et en ne protégeant pas assez ses volailles dont le renard sait alors profiter (nombre d'enclos et de cabanes à volailles domestiques sont mal concues ou entretenues). C'est là dessus qu'il faut agir, il faut pas chasser.
    Je connais un animal plus prolifique, tout aussi beau (enfin pas tous les spécimens), svelte, et aussi rusé, il s'agit du chat domestique ! Un animal magnifique à chasser, bien sûr avec quotas ! De même pour le chien domestique ! Et puis l'Homme aussi ! Si c'est avec quotas, on ne menacerait pas l'espèce humaine !
    Autant je ne suis pas contre la chasse, si elle est alimentaire aussi, autant la chasse non alimentaire et uniqument justifiée par des raisons économiques et/ou des fausses raisons écologiques, désolé non !

  25. #53
    streshydrique

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par ursusarctos Voir le message
    A Pilet,

    Tu dis toi même que le renard est magnifique, alors pourquoi le tuer par plaisir pour en faire rien du tout ?
    je rebondi juste sur ce passage, l'argument esthétique ne doit jamais être pris en compte pour la régulation/gestion de notre environnement, on n'en sortirai pas!!!!

    Cela vaut pour l'ibis sacré comme pour le cormoran.

    Le problème premier étant le conflit d'usage, chacun a sa vision de l'environnement et de ce qu'il aimerait qu'il deviennent.

  26. #54
    ursusarctos

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Citation Envoyé par streshydrique Voir le message
    je rebondi juste sur ce passage, l'argument esthétique ne doit jamais être pris en compte pour la régulation/gestion de notre environnement, on n'en sortirai pas!!!!

    Cela vaut pour l'ibis sacré comme pour le cormoran.

    Le problème premier étant le conflit d'usage, chacun a sa vision de l'environnement et de ce qu'il aimerait qu'il deviennent.
    Streshydrique,

    j'ai parlé de renard "magnifique" par rapport à un post précédent de kinette qui qualifait cet animal de "magnifique"

    J'évite de me baser sur le côté esthétique de la nature, de par mon approche scientifique de la nature !

  27. #55
    streshydrique

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    C'est peut être une histoire de français, comme tu tourne cette phrase, tu sous-entend que s'il était "moche" il pourrait être chassé, alors que kinette n'a pas mis en relation l'aspect physique avec la possibilité de le chasser.

  28. #56
    ursusarctos

    Re : Ces envahisseurs que l'on protège!

    Bonjour stresshydrique,

    Non , pas du tout !
    Dans ce cas je serais contre la chasse a chevreuil, au cerf, que je trouve magnifiques
    Je serais pour la chasse aux Hommes, dont la moitié je trouve pas très beau !

Page 2 sur 2 PremièrePremière 2

Discussions similaires

  1. [Identification] Les envahisseurs
    Par kimi3iceman dans le forum Biologie
    Réponses: 8
    Dernier message: 08/07/2008, 09h31
  2. problèmes envahisseurs
    Par coupeuge dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/10/2006, 19h50
  3. Les acariens, envahisseurs invisibles
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/04/2006, 23h00
  4. les bambous envahisseurs
    Par nymphe dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 11/04/2006, 11h09
  5. les envahisseurs
    Par Jack dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 8
    Dernier message: 01/07/2003, 17h06