Répondre à la discussion
Page 4 sur 5 PremièrePremière 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 91 à 120 sur 147

Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?



  1. #91
    ecolami

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Bonsoir,
    Une petite remarque sur une comparaison voiture individuelle et transports en communs.
    On dit toujours que le transport en commun est plus économique et rentable que la voiture individuelle, en prenant comme point de départ qu'il y a UNE personne dans un véhicule prévu pour 4 voire plus et que le transport en commun de plusieurs passagers est mieux. Cela n'est vrai que lorsque le transport en commun emporte plus de 25%de sa capacité nominale. C'est souvent le cas, mais pas toujours. A contrario un transport en commun presque vide est bien pire qu'une voiture. En prenant l'exemple d'une voiture 4 places, elle est toujours utilisée au minimum a 1/4 de sa capacité alors qu'un bus de 40 places emportant 5 personnes =5/40=1/8 de sa capacité.

    Dans le cas des transports par voie ferrée je note qu'on laisse toujours dans l'ombre le poids considérable des rames et je crois que pour chaque personne véhiculée on doit déplacer une masse bien supérieure a ce qui est l'usage par voie routière. Cela semble intrinsèque au chemin de fer. En termes d'énergie la masse déplacée compte beaucoup.

    Dans les suggestions que j'ai lues j'ai noté que les paramètres sont: modifier (=réduire) la taille des véhicules voire aussi celle des voies de circulation, limiter l'emploi des véhicules (auto), agir au niveau urbanisme pour changer profondément les modes d'habitations par rapport à leurs distances au lieu de travail et/ou aux point d'arrêt (gares, station de bus) des transports en commun, imposer l'usage du vélo. Toutes ces solutions sont souvent pertinentes, logiques et bien difficiles à appliquer rapidement.
    Réduire les distances inutiles parcourues du fait des schémas de circulation existants actuellement est la méthode la plus simple, la plus rapide, la moins chère, la moins contraignante et la plus économique.
    On peut estimer que cette réduction des distances inutiles imposées ne permette pas d'atteindre l'objectif d'une baisse de moitié de la consommation de carburant, ce qui sera le cas dans les villes comportant le moins de sens uniques. Cela existe encore, mais la plupart des grandes villes ont multiplié au fil des ans les obstacles à la circulation, principalement pour (sans le dire) augmenter la consommation de carburant et le temps passé a bord des véhicules et ainsi décourager les usagers.

    -----


  2. Publicité
  3. #92
    Touche-à-tout

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Bonjour,

    Pour Chatelot16:
    La mixité sociale vue par les politiques, ce n'est pas selon des critères de revenus. Non, ils en sont encore à vouloir faire cohabiter de force des natifs et des "personnes issues de l'immigration". C'est le nom actuel de l'assimilation ou intégration,ou... Mais cela n'est que le la mixité ethnique qui joue certes sur les relations au sein d'un immeuble, d'un qaurtier, d'une ville, mais pas vraiment sur les déplacements. L'action actuelle des politiques est de casser les "ghettos", ce qui se traduit par une dissémination des habitants et des problèmes associés à certains. On ne peut donc pas s'en remettre aux politiques, trop emberlificotés dans leurs querelles partisannes et idéologiques pour voir que pendant ce temps là, on est déjà dans le mur et qu'on continue à pousser dessus ! (depuis la chute de celui de Berlin, ils croient pouvoir tous les mettre par terre).

    Pour Ecolami:
    Le frottement métal/métal des trains sur les rails est ridiculement faible par rapport à celui des roues des voitures sur le bitume. Le poids des matériel est donc nécessaire pour obtenir de la traction et du freinage. D'autre part, les charges embarquées n'ont rien à voir avec le matériel routier.
    Pour savoir ce qui vaut le mieux entre voiture, transports en commun et sous quelle forme, il faudrait s'accorder sur une formule de calcul de consommation au km/personne, histoire de comparer ce qui est comparable. Sans valeur chiffrée, il est difficile de prouver les assertions de chacun, d'où la nécessité d'une formule "généralement acceptée", indépendante de l'énergie utilisée (il doit bien exister quelque part un comparatif en kW/km/pers. ou similaire, non ?). Encore que, il faudrait trouver le moyen de tenir compte de la vitesse pour que la trotinette ne soit pas systématiquement supérieure à un TGV de 300 personnes sur Paris-Marseille...
    On pourrait l'utiliser pour classer les performances des véhicules et les sélectionner selon leur usage. Un transporteur en commun pourrait optimiser son activité en n'utilisant que des minibus sur des lignes peu fréquentées au lieu d'envoyer un gros machin désespérément vide qui serait plus utile ailleurs, ou être amené à doubler sa flotte de véhicules, plusieurs tailles pour s'adapter au volume de trafic de certaines heures ou certains jours. aux heures creuses, faire circuler un nombre de minibus pleins identique à celui des gros bus aux 3/4 vides serait déjà une économie substantielle de carburant.
    un exemple: la commune où je travaille a mis en place un minibus pour emmener les personnes âgées en ville. Lorsqu'il n'y a qu'une personne, le bus n'est pas utilisé mais un simple véhicule de service à deux places. Les sorties du bus sont pises à profit pour réaliser diverses courses dans les administrations et éviter ainsi d'envoyer une autre personne avec un autre véhicule.

    Pour autant, on n'enlèvera jamais le côté pratique du véhicule individuel pour les besoins spécifiques et/ou irréguliers et aux conditions particulières diverses. Pour ça, je ne vois rien d'autre que les énergies alternatives... donc pas une diminution de carburant (ça risque même d'être le contraire) mais utilisation de carburants d'origine renouvelable.

    Pour le problème des sens uniques, je crois avoir déjà répondu en début de conversation que la congestion des rues était bien plus problématique que la longueur du trajet. Les sens uniques sont "supposés" faciliter le trafic de certains secteurs en évitant le bloquage systématique (je ne dis pas que c'est la panacée, bien sûr). De toute façon, l'équation est insoluble pour la simple raison que les centres-villes anciens ont été créés à une époque où la voiture n'existait pas mais où la circulation était déjà compliquée du temps des charettes, et il y en avait bien moins !

    Cordialement,
    Nicolas.

    Cordialement,
    Nicolas.
    Dernière modification par Touche-à-tout ; 27/09/2012 à 06h35.

  4. #93
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par Touche-à-tout Voir le message
    Pour Ecolami:
    Le frottement métal/métal des trains sur les rails est ridiculement faible par rapport à celui des roues des voitures sur le bitume. Le poids des matériel est On pourrait l'utiliser pour classer les performances des véhicules et les sélectionner selon leur usage. Un transporteur en commun pourrait optimiser son activité en n'utilisant que des minibus sur des lignes peu fréquentées au lieu d'envoyer un gros machin désespérément vide qui serait plus utile ailleurs, ou être amené à doubler sa flotte de véhicules, plusieurs tailles pour s'adapter au volume de trafic de certaines heures ou certains jours. aux heures creuses, faire circuler un nombre de minibus pleins identique à celui des gros bus aux 3/4 vides serait déjà une économie substantielle de carburant.
    un exemple: la commune où je travaille a mis en place un minibus pour emmener les personnes âgées en ville. Lorsqu'il n'y a qu'une personne, le bus n'est pas utilisé mais un simple véhicule de service à deux places. Les sorties du bus sont pises à profit pour réaliser diverses courses dans les administrations et éviter ainsi d'envoyer une autre personne avec un autre véhicule.
    Donc aux heures de pointes, on aurait disons 10 bus à l'heure
    Puis aux périodes moyennement chargées, on aurait 10 minibus à l'heure
    Et aux heures creuses, on aurait 10 voitures-bus à l'heure
    Je constate que le cout humain est le meme, et que ça va couter cher en matériel
    Ce qui est épargné en carburant sera perdu sur le plan matériel et en gestion de matériel (et personnel)
    Et donc ça coutera cher le ticket de bus, qu'il faudra payer le juste prix directement ou indirectement (via subvention)
    Un ticket cher, ou une carte orange chere, ça ne plait pas aux gens (par rapport au prix du carburant et l'usage de la voiture)
    Et des impots élevés, ça ne plait pas non plus aux gens


    Sinon, ça pourrait être (et c'est cette méthode qui est utilisée)
    aux heures de pointes: 10 bus à l'heures, 1 bus tous les 6 minutes
    aux heures moyennement chargées, 1 bus tous les 12 minutes
    aux heures creuses, 1 bus tous les 30 minutes, voire 1 bus par heure
    et aux heures très creuses, il n'y aura pas de bus tout court

    On voit bien que pour ne pas perdre 1/2 heures à attendre le bus suivant, voire perdre 1 heure, la solution passe par une densification de l'habitat. Si on quadruple la densité de population, alors cet arrêt pourra passer de 1 passage par heure à 3 ou 4 passages.
    Mais habiter dans des tours, ça ne plait pas non plus aux gens...

  5. #94
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Bonsoir,
    Une petite remarque sur une comparaison voiture individuelle et transports en communs.
    On dit toujours que le transport en commun est plus économique et rentable que la voiture individuelle, en prenant comme point de départ qu'il y a UNE personne dans un véhicule prévu pour 4 voire plus et que le transport en commun de plusieurs passagers est mieux. Cela n'est vrai que lorsque le transport en commun emporte plus de 25%de sa capacité nominale. C'est souvent le cas, mais pas toujours. A contrario un transport en commun presque vide est bien pire qu'une voiture. En prenant l'exemple d'une voiture 4 places, elle est toujours utilisée au minimum a 1/4 de sa capacité alors qu'un bus de 40 places emportant 5 personnes =5/40=1/8 de sa capacité.
    Tu réduis la fréquence de passage des bus
    Tu augmentes le nombre d'arrêt du bus par ligne. Au lieu d'avoir 10 arrêts pour aller du point A au point B, ce bus desservira tous les arrêts, soit 50 arrêts (et mettra 2-3 fois plus de temps pour le trajet)
    ....Soit tu augmentes la densité d'habitation afin qu'il y ait davantage de gens à chaque arrêt, et que le bus n'aura pas besoin de faire tous les arrêts pour être rempli et être rentable


    Dans les suggestions que j'ai lues j'ai noté que les paramètres sont: modifier (=réduire) la taille des véhicules voire aussi celle des voies de circulation, limiter l'emploi des véhicules (auto), agir au niveau urbanisme pour changer profondément les modes d'habitations par rapport à leurs distances au lieu de travail et/ou aux point d'arrêt (gares, station de bus) des transports en commun, imposer l'usage du vélo. Toutes ces solutions sont souvent pertinentes, logiques et bien difficiles à appliquer rapidement.
    Réduire les distances inutiles parcourues du fait des schémas de circulation existants actuellement est la méthode la plus simple, la plus rapide, la moins chère, la moins contraignante et la plus économique.
    On peut estimer que cette réduction des distances inutiles imposées ne permette pas d'atteindre l'objectif d'une baisse de moitié de la consommation de carburant, ce qui sera le cas dans les villes comportant le moins de sens uniques. Cela existe encore, mais la plupart des grandes villes ont multiplié au fil des ans les obstacles à la circulation, principalement pour (sans le dire) augmenter la consommation de carburant et le temps passé a bord des véhicules et ainsi décourager les usagers
    tu sembles avoir oublié le fait qu'une rue à double sens provoque des embouteillages à chaque fois qu'un automobiliste veut tourner à gauche, comme dans le commentaire que j'avais fait l'autre jour
    Ensuite, tu raisonnes en terme de distance parcouru par CET AUTOMOBILISTE, et ne considère que SA consommation.
    Or, dans une rue à double sens, on peut tourner facilement à droite. MAIS pour tourner à gauche, il faut que la circulation venant d'en face soit libre. Ce qui n'est pas toujours le cas dans une ville, et encore moins dans une grande ville. Donc il suffit qu'un gros con veuille tourner à gauche ET qu'il ne puisse pas le faire immédiatement pour que ça emmerde des centaines d'automobilistes derrière lui qui vont être bloqués juqu'à ce qu'il parvienne à tourner à gauche.
    Une artère à 2x1 voie sera donc bloqué derrière lui.
    Une artère à 2x2voies se verra une voie bloquée derrière lui, avec des centaines d'automobilistes qui devront forcer pour changer de file, avec des risques d'accident qui vont avec, et qui va alors bloquer l'autre voie à droite.

    Oui, si je pouvais tourner à gauche ici tout de suite, au lieu de faire le tour du paté de l'immeuble, ou d'aller jusqu'au prochain rond point, c'est sûr que je ferai moins de distance, et donc consommer moins:
    -mais quelle serait ma consommation moteur au ralenti en attendant de pouvoir traverser la voie de gauche? en comparaison avec un parcours de 500m supplémentaire (ou 1km)

    -et surtout, derrière moi, il y a plusieurs centaines de voitures qui sont à l'arrêt et dont le moteur tourne. Quelle serait le total de cette consommation, de ces centaines de voitures moteur au ralentit, qui avaient dû freiner (parce que je leur bloque la route en voulant tourner à gauche), et ces centaines de voitures devront réaccélérer pour reprendre leur vitesse de croisière une fois que je ne serai plus sur leur chemin.

    Tu sais bien qu'une voiture consomme plus en ville qu'à la campagne sur route dégagée , n'est ce pas?
    tu sais aussi qu'une conduite saccadée, ça consomme plus, n'est ce pas?
    je freine, je réaccélère, je freine, je réaccélère....tu sais que ce genre de conduite implique une surconsommation très conséquente par rapport à une conduite coulée à vitesse constante, n'est ce pas

    bref, encore une fois de plus, tu pars sur une constatation partielle, sur 1 paramètre (UN conducteur qui aurait voulu faire moins de distance pour consommer moins), et tu as omis d'inclure TOUS les autres paramètres, de même niveau ou des paramètres induits par ce paramètres (des centaines de personnes bloquées derrières, qui ont dû freiner et qui devront réaccélérer après)
    Dernière modification par wizz ; 27/09/2012 à 07h44.

  6. #95
    ecolami

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Bonsoir,
    En résumé si je comprends bien: personne ICI ne veut réduire les distances INUTILES parcourues...Et tout le monde préfèrerait des solutions lourdes et complexes a mettre en oeuvre.

    En prenant l'exemple de Paris avez vous remarqué ces dernières années une amélioration globale des conditions de circulation? (=circulation quel que soit le moyen de transport, pas seulement la route). J'ai l'impression que ce qui a été gagné d'une part à été perdu d'autre part dans le meilleur des cas. Mais d'autres auront des avis différents qui m'interessent.

    Je n'ai pas saisi le lien entre le nombre d'arrêts du bus et ce que j'ai écrit sur les taux de remplissage???

  7. #96
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    ce n'est pas réduire la distance inutile mais réduire les consommations inutiles

    et ce n'est pas réduire la consommation d'UNE voiture mais de réduire la consommation de TOUTES les voitures, toutes celles qui ont dû freiner, puis voiture au point mort parce qu'un guss voulait tourner à gauche et bloque tout le monde, et qui doivent réaccélérer après

    alors
    option 1:
    d'un côté, on a une voiture qu a réduit son trajet de 1km grace une rue à double sens. Elle va économiser quoi, 0.1 litre maxi

    option 2:
    et derrière, on a 100 voitures qui vont freiner, s'immobiliser (le moteur qui tourne pour rien), et qui réaccélèrent pour reprendre leur vitesse initiale. Ces 100 voitures vont surconsommer combien???

    si tu parviens à répondre à cette question, et qui montre que l'option 1 est plus avantageuse que l'option 2, alors je vote pour toi

  8. Publicité
  9. #97
    ecolami

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Je comprends ton raisonnement mais je ne vois pas comment on remarquerai une différence: de toute façon pour éviter ce que tu imagine il faudrait n'avoir plus que des sens uniques partout étudiés pour ne jamais couper la circulation à chaque fois qu'on doive changer de direction. Comment fais-t-on pour arriver a ça????

  10. #98
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    prends ta voiture, et fais un tour en ville, pendant la journée, aux heures de pointe, et constate la consommation de ta voiture en conduite saccadée

    puis recommence, cette fois ci à la campagne, où tu pourras rouler de manière fluide

    normalement, tu dois constater une différence de consommation

    maintenant, si tu ne vois pas de différence, c'est que tu n'as pas de voiture
    ou que tu as de la chance que c'est ton mari qui fait le plein de la voiture, ou que tu es un gamin qui conduit la voiture de maman, et qui laisse sa maman faire le plein


    normalement, hein
    c'est ce que je constate
    c'est ce que bon nombre de personnes ici constate aussi
    et que c'est une chose qui est constatée par les organismes officiels, comme dans le monde de l'automobile, à commencer par les constructeurs automobiles qui réalisent des essais d'homologation (ce NEDC) pour valider la consommation de leur voitures, et qui affichent tous une consommation urbaine supérieure à celle en condition extra urbaine
    mais toi, tu es peut être différent....


    de toute façon pour éviter ce que tu imagine il faudrait n'avoir plus que des sens uniques partout étudiés pour ne jamais couper la circulation à chaque fois qu'on doive changer de direction. Comment fais-t-on pour arriver a ça????
    ben non
    on ne peut pas
    on doit faire un compromis
    sur certains axes, il est préférable d'imposer une circulation à sens unique
    et sur d'autres, on peut laisser une circulation à double sens
    c'est un compromis
    la société est un compromis, un compromis entre l'intérêt d'une personne (à l'instant t) en particulier et l'intérêt de tout le monde en général (à l'instant t)

    de toute façon, ce que tu peux gagner dans une situation, tu vas forcement perdre dans d'autres situation
    après 4km de circulation, tu tournes à gauche et tu arrives chez toi
    avec un sens unique, ça t'obligerait à ralonger ton parcours: pas bien
    avec une circulation en double sens, tu arrives tout de suite chez toi: c'est mieux
    ceux qui ont dû freiner derrière toi (et perdre leur énergie cinétique, avant d'appuyer sur le champignon pour réaccélérer), tu t'en fous de leur sort, tu t'en fous de leur cas....

    ....sauf qu'avant d'arriver à l'intersection de ton immeuble, tu dois rouler 4km, avec une intersection tous les 100m, et que devant toi, ils sont des centaines à vouloir tourner à gauche pour rentrer chez eux. Et toi, dans ta voiture, des centaines de fois, tu dois freiner, mettre au point mort (attendre que le guss puisse traverser la voie de gauche), réaccélérer, puis re-freiner, re-point mort, puis re-réaccélération, puis re-freiner.....
    bien sûr, tu ne vas pas raler
    tu diras que 4km en 1ere, frein, point mort, 1ere, frein, point mort, 1ere, frein, point mort....c'est une conduite hyper économe en carburant....
    Dernière modification par wizz ; 28/09/2012 à 00h00.

  11. #99
    Touche-à-tout

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Eh oui, si on répond à la question posée dans le titre, on s'occupe de la consommation, pas du parcours.
    D'ailleurs, connaissant la différence de consommation d'une voiture entre l'utilisation urbaine et l'utilisation routière, il vaut souvent mieux faire un détour, on s'y retrouve et les ordinateurs de bord le prouvent aisément. Perso, j'évite soigneusement les centres-ville pour cette raison, les rocades qui roulent bien me conviennent parfaitement.

    Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, le kilométrage d'un véhicule ne représente pas son usure: un véhicule routier dont on remplace les pièces d'usure peut être en meilleur état à 300.000km qu'un véhicule urbain de seulement 80.000, pour la bonne raison que pour moins de km, le moteur aura tourné autant, et dans des conditions beaucoup moins favorables.
    On peut d'ailleurs sur l'intérêt discutable de ralentir les véhicules pour cause de pollution (jours sans vent) ou de bruit (!); on ne fait que produire des gaz d'échappement plus longtemps pour parcourir le même trajet, et émettre du bruit plus longtemps pour un observateur fixe, le gain de ce genre de proposition est vraiment sorti du chapeau, les effets sont contre-productifs mais persone ne veut l'admettre parce que ça va à l'encontre de l'idéologie qui veut juste supprimer la bagnole. Le fait qu'on ne peut pas être aussi radical à moins de mettre un despote au pouvoir, de devenir une dicatature à la mode Corée du Nord et d'asservir la population, lui retirer les richesses et la mettre au pas (jeu de mots cruel).
    Que dire de l'abomination du start & stop qui coupe le moteur au moindre arrêt et le redémarre presque aussitôt. Le démarrage étant tellement énergivore, c'est une hérésie totale et un incofort insupportable. Résultat: désactivation à chaque départ... Ah, oui, le système redémarre tout seul au bout de quelques minutes d'arrêt, c'est ridicule au possible car cela anéantit totalement l'intérêt du système au seul moment où il se présente!

    Comme quoi les bonnes intentions ne font pas toujours de bonnes idées, il est important de garder une vision globale des problèmes. Leur résolution étant un travail de fond, c'est inévitablement par des changements lourds qu'elle se fera et le système de subvention des moyens collectifs, puis l'incitation aux classes aisées pour amorcer les changements sont les seules méthodes qui semblent fonctionner, donc inutile d'aller à contre-courant et exploitons cette dynamique pour aller dans la bonne direction...

    Concernant l'exemple de Paris, c'est une ville dont le schéma de circulation est gangréné de tous les côtés par les voies réservées bus, les tramways, les pistes cyclables... Mais c'est une volonté pour dissuader les automobilistes. autre cas particulier à la ville: c'est une destination touristique de première importance, sa fréquentation est sans rapport avec l'immense majorité des autres villes et on y gaspille par exemple l'emprise de la petite ceinture au profit de coulées vertes dont je ne nie pas l'intérêt, mais il y a des priorités...

    Cordialement,
    Nicolas.

  12. #100
    polo974

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par Touche-à-tout Voir le message
    ...
    On peut d'ailleurs sur l'intérêt discutable de ralentir les véhicules pour cause de pollution (jours sans vent) ou de bruit (!); on ne fait que produire des gaz d'échappement plus longtemps pour parcourir le même trajet, et émettre du bruit plus longtemps pour un observateur fixe, le gain de ce genre de proposition est vraiment sorti du chapeau, les effets sont contre-productifs mais persone ne veut l'admettre parce que ça va à l'encontre de l'idéologie qui veut juste supprimer la bagnole.
    ...
    Moins longtemps ne veut pas dire moins...
    regarde la conso au km à 130km/h et à 70km/h ! ! !
    compare le bruit de passage d'une voiture à 130km/h et d'une voiture à 70km/h ! ! !

    Que dire de l'abomination du start & stop qui coupe le moteur au moindre arrêt et le redémarre presque aussitôt. Le démarrage étant tellement énergivore, c'est une hérésie totale et un incofort insupportable. Résultat: désactivation à chaque départ...
    ...
    Sauf que ce n'est plus aussi énergivore que dans les années 70 (ou même 90)...

    Bref mauvaise foi à tous les étages...
    Daudet, tu vas nous manquer...

  13. #101
    Vince44

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Salut,

    Citation Envoyé par Touche-à-tout Voir le message
    persone ne veut l'admettre parce que ça va à l'encontre de l'idéologie qui veut juste supprimer la bagnole
    Sans rire???

    Mis à part à Paris intra muros où le problème est tellement aiguë, que la voiture a déjà été abandonné en partie par les résidents (ceux qui gueulent le plus ne sont pas les résidents, donc pas les électeurs, mais ceux qui sont actifs dans Paris sans y habiter). Il n'est assumé à peu près nul part une politique qui vise à dissuader d'utiliser sa voiture.

    J'ai vécu à Nantes, avec des transports en communs hyper bien foutus. La voiture n'est pas punie, ça roule bien en centre en rapport de la taille de la ville. Là, on assume de donner de penser "transport en commun" mais on ne punit pas la voiture.

    C'est idéal, mais difficile quand on prend une situation déjà saturée et qu'on doit créer des infrastructures efficaces. ça c'est la situation de Toulouse. Là, clairement, on assume absolument pas de pousser la voiture dehors. Et pour cause, vu l'efficacité des transports en commun, ça serait électoralement suicidaire.

    Après, si on sort des centres villes de grandes agglomérations ou des lieux hyper touristiques (rien à voir avec les transports doux du coup) comment s'exprime cette idéologie qui veut détruire la bagnole? Combien d'euros et de m² consacrés à la mise en place de réseau de transport ou pistes (vraiment) cyclables dans les villes moyennes ou entre elles par rapport aux aménagements pour la voiture individuelle?

    Au niveau de l'industrie, quel argent consacré au soutien de la filière automobile par rapport au soutien aux alternatives?

    J'ai plutôt l'impression qu'au niveau global on fait juste ce qu'il faut dans les déplacements alternatifs pour ne pas rendre invivable cette organisation largement centrée sur la voiture individuelle personnelle. Ce qui ne veut pas dire que, localement, certaines municipalité ou autre mettent en place des choses sans que cela soit motivé par la décongestion du réseau routier...

    Si rapidement, à Paris, on libérait les stationnement et la circulation des voitures, ça serait le chaos et plus rien ne serait utilisable ni voiture, ni transports doux (hors souterrain). Ce qui me semble symptomatique à Paris c'est qu'on fait cohabiter deux réseaux viables et saturés au moment où on en a le plus besoin. Pour encaisser la croissance de besoins en mobilité on doit développer l'offre globale. Ils se trouvent que les transports en commun ont une emprise au sol bien inférieure et que si il est possible (mais pas indolore) de donner plus de capacité globale en prenant de l'espace dédié à la mobilité qu'on réserve à la voiture pour le donner au reste, l'inverse est vain.

    Si on prends 15 minutes pour analyser l'impacte sociétale globale de la voiture PERSONNELLE et du poids lourds pour les marchandises comprenant: problème de balance commerciale (et soutien à la filière nationale pour l'endiguer), consommation de terre arable ou constructible, imperméabilisation des sols, pollutions, impacts sur la santé, coûts pour la communauté et les individus: il est évident qu'une société basée sur la multi-modalité structurée par de grandes infrastructures de transports ferrés (et fluviaux pour les marchandise) serait plus efficace et agréable. "Accessoirement" ça serait aussi plus compatible avec une raréfaction ou un renchérissement des matières premières et de l'énergie et avec nos objectifs en terme d'émission de CO2.

    Le problème ne serait pas tellement de prendre une baguette magique et de remplacer l'un part l'autre. Le problème, bien illustré par Paris, c'est la transition. Au niveau sociétal comme au niveau personnel, l'investissement dans le routier est lourd et son usage mange les capacités d'investissement dans autre chose. Et bien sûr, il y a la question des mentalités.

    Néanmoins, même si notre organisation du territoire est sous optimale pour un recours amoindri à la voiture individuelle, elle n'est pas incompatible. On peut penser une transition qui garde la voiture individuelle comme moyen de transport vers le prochain noeud de transport performant. D'ailleurs, ça serait souhaitable pour amortir la transition.

    A+

    Vincent

  14. #102
    Touche-à-tout

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    @ Polo974:
    Remballez votre mauvaise foi ! La conversation a réussi a rester courtoise jusque là alors ne commencez pas à balancer des propos désagréables.

    Je n'ai pas donné de valeur en parlant de réduction de vitesse, mais je sous-entends qu'une réduction de 10 ou 20km/h n'aura qu'un impact minime en termes de pollution. Evidemment, si on compare avec une réduction de 60km/h d'un coup...

    Concernant le start&stop, le véhicule dont je parle a moins d'un an (nemo diesel), je ne peux prédire comment il vieillira, d'autant plus que le système est systématiquement désactivé par tous les utilisateurs dudit véhicule. Je n'ose imaginer le comportement d'un véhicule "usagé" avec ce truc. Très peu pour moi, ou plutôt pas du tout, je ne suis absolument pas convaincu par ce système.

    @Vince44:
    Essayez voir La Rochelle...
    Perso, j'ai fait demi-tour !

    Cordialement,
    Nicolas.

  15. Publicité
  16. #103
    chatelot16

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    la reduction des trajet par supression des sens interdit a vraiment été un succes a angouleme ! il y a une dizaine d'année tout le monde perdait son temps et son essence en faisant le tour complet de la ville a chaque deplacement , et ça n'evitait pas les bouchon

    depuis qu'ils ont supprimé tous les sens interdit inutile et mis des rond point partout il y a moins de bouchon , on ne circule pas plus vite mais on gagne du temps puisqu'on ne fait plus de tour inutile ... ça a été spectaculaire ! on ne se plaint même plus tu petit temps qu'on perd a attendre la possibilité de passer a un croisement , car on voit le temps qu'on gagne par rapport au grand tour qu'il fallait faire avant !

  17. #104
    Tilleul

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Les remplacement par le rond point (le meilleur étant le petit double rond point qui oblige l'automobiliste à réfléchir et ne kidnappe pas l'espace public au détriment des piétons) c'est différent de ce que propose l'op puisque dans ce genre de cas ce ne sont pas les sens interdits qui sont remplacés mais les feux tricolores. Les sens interdits n'étant qu'une conséquence des feux tricolores, on met un feu puis il y a blocage à cause du tourne-à-droite, donc on met un sens interdit ce qui a ensuite d'autres conséquences négatives comme le fait d'avoir un report de la circulation avec une forme de papillon...

    Sinon je vous rappelle que même si vous n'avez pas accès aux résultats des recherches sur les écocités, il y a un labo du cnrs qui est dédié au sujet des transports et qui présentent pas mal de documentation en ligne, ça évitera à certain de dire des énormités...

    http://www.let.fr/
    Dernière modification par Tilleul ; 28/09/2012 à 21h19.
    Keep it in the Ground !

  18. #105
    Eric DUPONT

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Beaucoup de discussion pour rien.
    La voiture a azote liquide va mettre tout le monde d'accord.
    brevet 2018 moteur générateur à azote liquide pour le stockage énergie.

  19. #106
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    niet

    ce sera la voiture à yakafokon qui mettra tout le monde d'accord

  20. #107
    ecolami

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    la reduction des trajet par supression des sens interdit a vraiment été un succes a angouleme ! il y a une dizaine d'année tout le monde perdait son temps et son essence en faisant le tour complet de la ville a chaque deplacement , et ça n'evitait pas les bouchon

    depuis qu'ils ont supprimé tous les sens interdit inutile et mis des rond point partout il y a moins de bouchon , on ne circule pas plus vite mais on gagne du temps puisqu'on ne fait plus de tour inutile ... ça a été spectaculaire ! on ne se plaint même plus tu petit temps qu'on perd a attendre la possibilité de passer a un croisement , car on voit le temps qu'on gagne par rapport au grand tour qu'il fallait faire avant !
    Bonsoir,
    Je pense que Chatelot résume trés bien les conséquences de ce que j'ai proposé.
    Dans la mesure ou les réductions de parcours concernent statistiquement tout le monde on fait une économie certaine et sur plusieurs tableaux: consommation de carburant, moins de temps passé en voiture et donc moins d'accidents de circulation par personne.
    Je me rapelle avoir vu il y quelques années une petite ville dont les sens interdits avaient imposé un seul point d'entrée pour toute la ville et un seul point de sortie, d'ailleur trés proche du point d'entrée. Autrement dit on pouvait venir de n'importe ou il fallait rejoindre ce point et à la sortie c'était le contraire. Je ne sais pas si ce souk à duré longtemps.
    Dans ma ville un sens interdit a interdit de sortir vers une des villes mitoyennes pendant plusieurs mois avant que l'abruti (c'est rare que j'emploie ce genre de termes mais je n'en ai trouvé aucun autre) qui l'avait imposé ne soit contraint de le retirer. D'ailleurs ça (et d'autres choses) lui ont couté sa réélection.

  21. #108
    f6bes

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Bjr ,
    Ca se résume à ça :
    .. sens interdit INUTILES... les autres restants en place.
    Qq cas ...isolés ..n'en font pas une ..GENERALITE !
    Bon W E
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  22. Publicité
  23. #109
    phys4

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par Vince44 Voir le message
    Si rapidement, à Paris, on libérait les stationnement et la circulation des voitures, ça serait le chaos et plus rien ne serait utilisable ni voiture, ni transports doux (hors souterrain). Ce qui me semble symptomatique à Paris c'est qu'on fait cohabiter deux réseaux viables et saturés au moment où on en a le plus besoin. Pour encaisser la croissance de besoins en mobilité on doit développer l'offre globale. Ils se trouvent que les transports en commun ont une emprise au sol bien inférieure et que si il est possible (mais pas indolore) de donner plus de capacité globale en prenant de l'espace dédié à la mobilité qu'on réserve à la voiture pour le donner au reste, l'inverse est vain.

    .....................
    Le problème ne serait pas tellement de prendre une baguette magique et de remplacer l'un part l'autre. Le problème, bien illustré par Paris, c'est la transition. Au niveau sociétal comme au niveau personnel, l'investissement dans le routier est lourd et son usage mange les capacités d'investissement dans autre chose. Et bien sûr, il y a la question des mentalités.

    Néanmoins, même si notre organisation du territoire est sous optimale pour un recours amoindri à la voiture individuelle, elle n'est pas incompatible. On peut penser une transition qui garde la voiture individuelle comme moyen de transport vers le prochain noeud de transport performant. D'ailleurs, ça serait souhaitable pour amortir la transition.
    Je suis assez d'accord et je partage l'expérience donnée ici par Vince.
    je voudrais rajouter une chose importante : dans toutes les grandes villes qui ont su faire le compromis, des parkings bas prix ou gratuits ont été mis à dispositions au terminus des transports en commun les plus importants. De plus les transports en commun sont d'utilisation facile et à cout raisonnable pour les habitués comme pour les touristes.

    Paris semble incapable de partir dans cette direction pour dégorger sa ville des véhicules.
    Comprendre c'est être capable de faire.

  24. #110
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Faisons une estimation rapido

    Disons qu'une voiture consomme 8L/100km en ville
    Arrivé à un carrefour, l'automobiliste lambdami aurait aimé tourner à gauche pour arriver chez lui. Il habite juste à l'angle du carrefour. Sauf qu'à cause des sens uniques, il doit faire le tour de l'immeuble, ou du quartier
    -si la distance supplémentaire est de 10km, alors il aura consommé 0.8L de plus (c'est un sacré détour de faire 10km supplémentaire à cause des routes à sens uniques!!!)
    -si la distance sup est de 1km, alors il aura consommé 0.08L de plus

    Au ralenti, un petit moteur consomme environ 0.6L par heure
    10 minutes à l'arrêt, moteur au ralenti et on a déjà consommé 0.1L de plus

    Je roule à 36km/h
    Si je pouvais maintenir ma vitesse, alors je n'aurai qu'à dépenser de l'énergie pour vaincre les forces de frottements et de l'air
    Si je dois freiner, alors je perds toute mon énergie cinétique. Et comme je dois réaccélérer pour reprendre ma vitesse (lorsque l'abruti devant moi ait pu tourner à gauche, parce qu'il me bloque), alors je dois dépenser de l'énergie pour atteindre de nouveau ma vitesse de croisière.
    Ça se calcule parfaitement, et de niveau lycée
    E=1/2*m*v²
    la majorité des voitures, c'est 1 tonne minimum sur la balance
    alors pour atteindre 36km/h, on doit fournir une énergie de 50000 joules

    Le moteur consomme de l'énergie sous forme chimique pour la transformer en énergie mécanique, avec un certain rendement. En ville, à faible charge, c'est plutôt 10% comme rendement. Et donc pour mettre la voiture à 36km/h, il faudra dépenser 0.5MJ
    1 litre de carburant, c'est environ 40MJ. Donc à chaque fois que je dois réaccélérer jusqu'à 36km/h, je dois consommer 0.0125 litre. Disons 0.01 litre pour faire simple

    Bref, rapidement, on voit qu'en freinant 10 fois, on consomme plus que si on doit faire 1km de détour
    Et si à chaque fois, on doit être immobilisé pendant 30 secondes, alors le tout fait qu'on aurait pu faire 2km de plus comme détour

    Et dans une rue, il y a ceux qui veulent tourner à gauche. Il y a ceux qui veulent tourner à droite. Et il y a ceux qui veulent aller tout droit.
    Or, dans une rue à double sens, ce qui pose le plus de problème, c'est ceux qui veulent tourner à gauche. Ils doivent attendre que la circulation venant d'en face lui permette de traverser. Et pendant tout ce temps là, il bloque tous ceux qui sont derrière lui, qui vont consommer au ralenti pour rien, et qui vont devoir réaccélérer pour rien

    Donc pour 1 personne désirant ne pas faire de distance en trop (disons 1km ou 0.08 litre), il va pénaliser 10, 20 ou 30 personnes derrière qui tous ensemble vont dépenser bien plus.

    Maintenant, comme cela a été dit par certains, il y a des sens uniques INUTILES, et d'autres où ce sera très utile
    Si on habite à Sainte Marie la Paumée sur Isère, un bourg de 1000 habitants, qui n'est pas traversée par une nationale ou départementale à grande circulation, alors les sens interdits sont très certainement inutles
    Maintenant, si c'est dans une grande ville, ou très grande ville, on peut parfois attendre longtemps, très longtemps avant de pouvoir traverser une voie de circulation. Non seulement cette personne va voir son moteur tourner au ralenti pendant plusieurs minutes, mais derrière elle, ils sont plusieurs dizaines à voir leur voiture tourner au ralenti pendant toutes ces minutes aussi, et ça va recommencer quelques voitures plus tard au même endroit, et ça va recommencer au carrefour suivant, etc... Et pour la personne qui habite au fond de l'avenue, ça sera une partie de délice...

    Donc en conclusion, faut pas faire une généralité.
    Il y a des zones où c'est utile. D'autres non
    Et aussi, il ne faut pas se focaliser sur une variable (la consommation de MA voiture) mais sur l'ensemble des variables (la consommation de toutes les voitures). Sinon, j'aurai déjà acheté une pompe à chaleur pour le chauffage de mon appartement et que je l'aurais mis dans la partie commune de l'immeuble pour bénéficier un super COP

  25. #111
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Je suis assez d'accord et je partage l'expérience donnée ici par Vince.
    je voudrais rajouter une chose importante : dans toutes les grandes villes qui ont su faire le compromis, des parkings bas prix ou gratuits ont été mis à dispositions au terminus des transports en commun les plus importants. De plus les transports en commun sont d'utilisation facile et à cout raisonnable pour les habitués comme pour les touristes.

    Paris semble incapable de partir dans cette direction pour dégorger sa ville des véhicules.
    et quelles sont ces villes pour qu'on puisse comparer le nombre d'habitants, la densité humaine, les variations de densité d'habitation...et aussi le comportement humain (le civisme latin diffère d'un scandinave par exemple)

  26. #112
    phys4

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par wizz Voir le message
    et quelles sont ces villes pour qu'on puisse comparer le nombre d'habitants, la densité humaine, les variations de densité d'habitation...et aussi le comportement humain (le civisme latin diffère d'un scandinave par exemple)
    Bonne question si vous ne connaissez pas :
    Les villes du Mans, Nantes ont des parkings en terminus et billets de transport avantageant ou ne désavantageant pas les touristes.

    Avignon a mis en périphérie des parkings gratuits avec navette gratuite vers le centre ville incluse dans le parking, et oui fantastique!!!.
    C'est surement loin très exhaustif, mais je n'explore pas couramment toute la France.
    Comprendre c'est être capable de faire.

  27. #113
    wizz

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    ah oui, comparer Avignon avec Paris
    très comparable en effet....

  28. #114
    f6bes

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par wizz Voir le message
    ah oui, comparer Avignon avec Paris
    très comparable en effet....
    Bjr Wizz,
    Le plus difficile c'est de traverser le "Pont d 'Avignon"...ça bouchonne , mais ça bouchonne..celui devant
    je me demande ce qu'il attends !
    http://auxterresrouges.free.fr/photo..._d_avignon.jpg

    Cordialement
    Dernière modification par f6bes ; 30/09/2012 à 14h44.
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  29. Publicité
  30. #115
    Vince44

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Salut à tous,

    @Touche à tout
    Une politique municipale punitive, et même 100 politiques similaires dans les communes françaises ne font pas une idéologie générale.

    @wizz
    Sinon, effectivement, Paris est un cas particulier en France du fait de sa dimension et de son niveau de saturation de tous les moyens de transport et de l'espace urbain. C'est aussi une ville vitrine nationale et très touristique. Cela étant dit, des expériences probantes à Trifouillis-les-oies, peuvent être mise à l'échelle de Paris par changement d'échelle ou multiplication des occurrences, ou les deux. Balayer d'un revers de main les recettes appliquées avec succès dans une ville moindre relève d'un certain parisianisme....

    Pour autant, chaque ville est spécifique: topologie, hydrographie, densité, efficacité et niveau de saturation des réseaux existants, vitesse de (dé)croissance. Tout cela, et bien d'autres paramètres, peut changer radicalement la donne pour des villes de tailles comparables.


    @f6bes
    Pour le pont d'Avignon, la solution c'est le moteur à eau


    A+

    Vincent

  31. #116
    phys4

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par Vince44 Voir le message
    Sinon, effectivement, Paris est un cas particulier en France du fait de sa dimension et de son niveau de saturation de tous les moyens de transport et de l'espace urbain. C'est aussi une ville vitrine nationale et très touristique. Cela étant dit, des expériences probantes à Trifouillis-les-oies, peuvent être mise à l'échelle de Paris par changement d'échelle ou multiplication des occurrences, ou les deux. Balayer d'un revers de main les recettes appliquées avec succès dans une ville moindre relève d'un certain parisianisme....
    En effet, Paris est un cas particulier, de paresse politique.

    Une grande ville dispose de grands moyens et plus la ville est grande plus il est facile de faire de grands travaux.
    Une petite ville qui arrive a bien aménagé ses alentours a plus de mérite qu'une grande.

    Croire que Paris ne peut appliquer que des solutions trouvées à Paris relève d'un certain racisme. Les Japonais avaient le même genre de mépris en ce qui concerne leur industrie nucléaire. Ils en sont revenus.
    Comprendre c'est être capable de faire.

  32. #117
    idocorp

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    réponse à je sais plus qui qui me dit : écoute, idocorp, si tu connais un moteur plus intéressant qu'un moteur thermique pour une voiture, fais-le rapidement savoir, nous sommes un certain nombre à être intéressés...
    accessoirement, le plus proche arrêt de transport en commun se situe à plus de 6 km de mon domicile (pourtant à 10 km d'une grande ville); là aussi si tu as une solution, n'hésite pas....

    (pour ce qui est des 6km c'est ton probleme, quand tu a acheté, si les transports en commun avaient été un élément déterminant de ton achat tu aurais acheté ailleurs non ? donc, oui il te faut un moyen d'aller a l'arret de bus : te faire déposer par ta femme, un vélo, la voiture pourquoi pas, )

    je vais juste rappeler le rève immense qu'a formulé Nikola Tesla dans les années 1900/1930... celui de rendre l'énergie disponible gratuitement partout, pour tous... rève dont il a déposé des brevets hein ? qu'on parle de la même chose.
    Ce rève qui malheureusement ne collait ni a l'époque, ni au contexte de développement de la dépendance énergétique du monde voulue par les américains (electricité cablé générée par des générateur au pétrole, et voitures fonctionnant au pétrole à l'époque) je me dis donc que si ces enf... n'avaient pas étouffé la volonté de Tesla, on serait peut etre dans un monde du tout électrique gratuit (notion de prospérité, d'équité, de développement sain, durable, et tout ce que vous voulez) au lieu d'être passé par la case Pétrole Uranium Plutonium et autres (profit, consommation et polution,) combustibles foireux et débilement utilisé pour faire en un lieu unique et de manière démesurée ce que l'on aurait pu faire partout de manière raisonnable et durable... juste la notion de dépendance énergétique des moutons que nous sommes qui n'est pas uniquement le fait des politiques mais avant tout le fait du pouvoir et donc de ceux qui ont et qui veulent toujours plus d'argent....
    C'est fort comme un peuple de seulement 223ans a réussi a foutre la misère à la terre entière qui pour certaines communauté ont des millénaires...
    mais ils doivent avoir raison s'ils agissent comme ils le font... Nikola si tu nous entends, bouche toi les oreilles encore un peu... j'espère que le temps te donnera raison.

    donc oui un moteur meilleur que le moteur thermique (pour les voitures en tous cas !) le moteur electrique... : si on produit l'elcetricité autrement, si on a pas besoin d'une autonomie de fou ni de forcément quatre places (pour aller chopper un bus par exemple), si les industriels et le pouvoir arrêtait de vouloir absolument que tout ce qu'ils crééent et commercialisent soit dépendant de quelquechose : (voiture essence, téléphone forfait, imprimante cartouches spéciales, banques crédit, ...) tout est fait pour nous tenir par les c....
    et si on remplaçait un accumulateur électrique dans une voiture electrique par un générateur électrique, y'a surement moyen de travailler en ce sens ? mais il n'y a plus de dépendance et donc plus de profit, cette idée n'est donc pas rentable... avec le mouvement de la voiture il est possible de générer des champs magnétiques (roulements, roues, et même mettre des boucles sur la routes ou des aimants... ) Même s'il ne peut etre autonome a 100% un tel véhicule peut réduire sa dépendance énergétique par l'économie ou la récupération partielle d'énergie. on à la technique, il ne manque que la volonté.

    je vois pleuvoir la critique mais relisez, et même si je ne suis pas parvenu a exprimer correctement ce que je pense, vous comprendrez que la volonté n'est pas là... ni de la part du pouvoir, ni des politiques (qui n'ont eux que peu de pouvoir face à l'argent, faut pas se leurrer), ni des constructeurs ou industriels... elle arrive tout doucement, mais dites vous bien qu'on pourrait rouler qu'avec des voitures électriques aujourd'hui si il y a 20 ans on avait décidé d'arreter nos conneries avec le pétrole... mais non... on s'est donné tant de mal à conqu"rir les champs pétrolifère, on va pas baisser les bras maintenant... et surtout comment compenser toutes les taxes sur les carburants si on les enlèves.... je désespère de ce monde dans lequel on vit...
    ne vous étonnez pas si dans 10ans on ne produit toujours pas d'énergie avec de l'hydrogène ou autre... tant qu'il restera du pétrole (et même s'il faut le chopper dans le sable et employer des moyens encore plus considérables pour l'extraire) ils le feront. Les voiture consomment de moins en moins... ok ! mais il y en a de plus en plus...

    je crois que la solution a tout passera par une prise de conscience et un raz le bol du peuple, si tant est qu'il ne soit déja trop aveuglé et trop formaté pour ne serait-ce que remettre tout ça en question. Moi perso ça me pete les rouleaux de mettre 50euros pour 30l d'essence (1.67 sp95 ce mois ci a la réunion)
    moi 250 kilomètres d'autonomie ça me suffirait ! même moins, j'habite la Réunion donc l'ile fait 80km par 60km... il me faudrait faire le tour de l'ile et meme plus pour tomber en rade.. de plus les seules raisons pour lesquelles je ne prends pas de moto c'est 1- l'hiver il pleut pas c'est cool mais l'été c'est saison des pluies et ça fait pas semblant... 2- j'ai pas les moyens de m'acheter moto et voiture. 3- je me passe de plus en plus de la voiture ou je fais de plus en plus de covoiturage.
    après ici a la réunion le réseau de bus est extraordinaire avec un resau qui fait le tour de l'ile, des lignes perpendiculaires qui rentrent dans les terres, et enfin des navettes (minibus) qui poussent dans les hauts, vers le centre de l'ile. donc un maillage parfait en terme de couverture, en terme de moyens en fonction des endroits du réseau... et des prix défiant toute concurrence, 3/4 euros pour aller du nord au sud (soit 100/120 km) là ou en voiture il faut rien qu'en essence environ 8/10 euros (+ assu+entretien+...).
    les locations de voiture dans les villes comme à Paris franchement ce serait du bon... bus à l'extérieur des villes et voiture ou véhicule de loc intra muros. dispo partout, qu'on peut garer partout, aux arrets de bus par exemple... voiture de loc électriques of course...

    voila c'etait mon point de vue, je suis ouvert à la critique mais celui qui a laissé ce mot l'a fait de manière impulsive sans prendre en compte le décalage entre nos possibilités techniques et la réalité qu'on nous fais subir.

    je ne suis pas scientifiques, je ne suis pas spécialiste en motorisation... mais j'essaie de voir plus loin que le bout de mon nez... la question de départ en soit m'irrite... comment consommer deux fois moins... moi je me demande plutot pourquoi doit on consommer... d'ailleurs tenez, j'allais vous dire d'aller voir la définition de consommer.... puisque nous sommes des consommateurs... mais je vais la mettre ici ce sera plus simple :

    (Verbe 1) Du latin consumĕre (« prendre complètement », « manger », « absorber », « détruire », « perdre », « affaiblir », « user », « miner », « anéantir », « employer », « épuiser (un sujet) »),

    voila qui évite de longs disours...
    Dernière modification par idocorp ; 01/10/2012 à 12h56.

  33. #118
    barda

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    je crois qu'à un tel niveau de raisonnement, nous n'avons pas grand-chose à nous dire... sois heureux surtout, ce qui ne devrait pas être difficile...

    p.s. je suppose qu'à la réunion il y a des sources naturelles et inépuisables d'électricité; chez nous, on est obligés de la produire, avec des moyens polluants et coûteux le plus souvent...

  34. #119
    idocorp

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    oui en effet désolé je suis allé peut-etre un peu loin, mais dés qu'on parle de pétrole (ou de toute dépendance économiquement rentable et profitable) ça me chauffe.

     Cliquez pour afficher


    pour en revenir au sujet, à 7euros le litre de Rhum charette on est pas près de rouler à l'éthanol à la Réunion. Ou alors s'ils arrivent à le descendre à 1.50euro le litre, il risque d'y avoir des alcooliques à la pompe ! Mais vu le nombre de voitures ici... ce serait impossible d'etre auto suffisants. rien à voir avec le sujet ? ok je sors ^^
    bon j'espère que je vous aurai au moins fait un peu rire, ou que je vous aurais intéressé meme ne serait-ce qu'un petit peu sur certains points.

    avant de libérer ce sujet pour continuer à le suivre de loin, je tenais à dire que j'ai lu beaucoup d'idées très intéressantes et d'avis très sensés dans ce topic, bravo à leurs auteurs, continuez comme ça et agissons pour faire évoluer tout ça... n'attendons pas qu'un autre traine à le faire.

  35. #120
    polo974

    Re : Baisser de moitié la consommation de carburant en ville?

    Citation Envoyé par Touche-à-tout Voir le message
    @ Polo974:
    Remballez votre mauvaise foi ! La conversation a réussi a rester courtoise jusque là alors ne commencez pas à balancer des propos désagréables.

    Je n'ai pas donné de valeur en parlant de réduction de vitesse, mais je sous-entends qu'une réduction de 10 ou 20km/h n'aura qu'un impact minime en termes de pollution. Evidemment, si on compare avec une réduction de 60km/h d'un coup...

    Concernant le start&stop, le véhicule dont je parle a moins d'un an (nemo diesel), je ne peux prédire comment il vieillira, d'autant plus que le système est systématiquement désactivé par tous les utilisateurs dudit véhicule. Je n'ose imaginer le comportement d'un véhicule "usagé" avec ce truc. Très peu pour moi, ou plutôt pas du tout, je ne suis absolument pas convaincu par ce système.
    ...
    Cordialement,
    Nicolas.
    Impressions, doutes et convictions ne sont pas preuves.

    Mais déjà, ce n'est plus affirmation, juste constatation (logique) qu'une faible diminution de vitesse n'entraine qu'une faible diminution de consommation et de bruit.

    Pour le start and go, un constructeur ne met pas son image en jeu aussi facilement... de là à dire que c'est agréable, il faut voir...
    Mais finalement rester dans les bouchon à renifler les gaz d'échappement, ce n'est pas agréable non plus, et pour le piéton ou le cycliste dans l'effort, c'est encore pire.

    Allez, je propose un pot d'échappement qui débouche devant la vitre du conducteur, afin qu'il prenne conscience de ses émissions...
    Daudet, tu vas nous manquer...

Page 4 sur 5 PremièrePremière 4 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. QR - Éclairage : comment baisser la consommation d'énergie ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/10/2010, 08h55
  2. Les pneus 20 % de la consommation de carburant
    Par trebor dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 43
    Dernier message: 27/06/2010, 20h26
  3. Réduire sa consommation de carburant en ville
    Par mattam dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 23
    Dernier message: 30/11/2006, 14h13