Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 30 sur 30

Devenir des vieilles centrales atomiques.



  1. #1
    ecolami

    Devenir des vieilles centrales atomiques.


    ------

    Entre ce qu'on imagine à priori et la réalité...
    La solution retenue est de les démanteler c'est à dire détruire sélectivement en séparant les parties radioactives des autres. Autrement dit on ferait comme pour n'importe quelle usine: tout enlever et restituer un terrain libre. Déjà il est prévu de laisser décroître la radioactivité pendant vingt cinq ans avant de commencer.
    L'image que je joint est juste pour présenter dans son ensemble le problème.
    Sur l'image jointePièce jointe 192331 il faut noter que le rectangle brun représente la cuve du réacteur et les parties bleues les deux circuit d'eau sous pression. Le batiment rectangulaire contient les piscines de stockage du combustible usé. Remarquez aussi la DOUBLE ENVELOPPE du batiment du réacteur. Le béton est précontraint et mesure 90 cm d'épaisseur. La précontrainte est une technique augmentant énormément la solidité. L'enveloppe exterieure sert à absorber un éventuel impact (Chute d'avion par exemple ) sa destruction ne mettrai pas en danger le réacteur. La seconde étant suffisante. La centrale n'est pas représentée entièrement mais les autres parties ne devraient pas être radioactives grâce au double circuit d'eau.

    Les parties non radioactives sont considérées comme déchet de démolition ordinaire.
    On nous annonce que les autres parties radioactives seront découpées en morceaux suffisamment petits pour être emballés dans des conteneurs et envoyées en centre de stockage.

    Réflechissons aux conséquences d'une telle entreprise...
    D'abord il y un risque de dissémination radioactive lors de la démolition et du découpage. A propos de découpage, vous savez que la cuve du réacteur en acier est épaisse de (au moins) 20 cm. A la construction elle a été apportée en deux morceaux cuve et couvercle. L'ensemble pesant un poids énorme. Et ce n'était que la cuve... Ensuite de nombreux employés seront concernés.
    Placés dans une ambiance qui serait encore radioactive il est prévisible que leur temps de travail autorisé soit limité et que donc il faudra un nombre considérable de personnes pour mener à bien le travail.
    On n'oublie pas la quantité de déchets liés au travail lui même: outils, vêtements et protections diverses qui seront pollués. Il s'ajouteront au volume à évacuer.
    Un autre trés gros problème est la quantité à transporter puis stocker.

    Combien pèse une centrale atomique réduite en morceaux selon vous ET emballée dans des conteneurs blindés anti radiations? Le poids c'est une chose, le volume en est une autre qui importe beaucoup dans un centre de stockage.
    Pensez vous vraiment que l'on puisse les démolir ainsi toutes alors que personne ne se décide vraiment pour le traitement des actuels déchets ?
    Alors que fait-on?
    Imaginons que l'on décide de ne pas les détruire mais de les isoler des atteintes du temps.
    Vous savez que la construction des centrales atomique ressemblent beaucoup à celle des fortifications militaires et que les bâtiments sont extrêmement solides et fait pour durer. A l'interieur la cuve du réacteur est en acier de trés grande épaisseur, vingt centimètres, les canalisations sont aussi solides.

    Que peut il bien se produire de nuisible pour l'environnement si tout celà reste en place ?

    Il faut redouter la corrosion et des infiltrations d'eau. Dans une trés faible part il peut y avoir dégagement de quelque gaz radioactif. Les gaz radioactifs ne peuvent pas se fixer dans le corps et ils se diluent trés vite dans l'air: pratiquement ils n'ont pas le temps de faire des dégâts. Il n'y a que dans des atmosphères confinées que leur effet soit sensible, le meilleur exemple est celui des mines d'uranium.
    Le confinement sur place sans démolition est une solution envisageable.
    En effet on peut trés bien refermer les cuves et les canalisations avec des bouchons de même épaisseur. On peut aussi bien refermer l'enveloppe de béton armé de façon à obtenir une solidité égale au reste. Pour faire bonne mesure on peut remplir avec un matériau inerte(sable ou argile par exemple) le volume interieur. A l'exterieur il conviendrait de mettre une certaine épaisseur de matériaux pour renforcer l'étanchéité. Il est nécessaire de bien comprendre les causes de détérioration du béton armé et des parties métalliques pour les prévenir. Ces causes sont parfaitement connues: l'eau et l'air sont ensemble responsable de la dégradation du béton armé par oxydation du fer et éclatement du béton qui l'entoure. Pour l'acier le problème est aussi l'oxydation. Les aciers soumis durant des dizaines d'années à une radioactivité intense se modifient: il y apparait de nouveaux éléments en plus des isotopes radioactifs du fer. Ils deviennent plus fragile mécaniquement et plus sensible à l'oxydation. Un revêtement de goudron épais sur le béton de l'enceinte, puis une épaisse couche d'argile éventuellement habillée de terre végétale peuvent constituer une solution.
    Remarque: Le goudron et l'argile sont souples. Le goudron est étanche naturellement et l'argile n'est étanche que humide.

    Ces réflexions abordent de manière pragmatique un problème qui n'a jamais été vraiment expliqué. Il faut aussi considérer qu'il n'y a pas encore d'exemple de démantèlement d'une grosse centrale en France. On démantèle des installations pilotes et surtout qui ne sont pas construites avec les mêmes techniques ET matériaux. Donc il n'est pas possible d'en tirer un enseignement.
    Comme en plus la tendance est à rallonger les durées d'exploitation des centrales et qu'on sait déjà qu'avant de commencer quoique ce soit comme gros travaux il y 25 ans de délai on se rend compte que le problème est aujourd'hui trés lointain.

    Image supprimée : sa source n'est pas indiquée et de toutes façons elle est trop petite donc on n'y voit rien.

    -----
    Dernière modification par JPL ; 24/08/2012 à 23h03.

  2. Publicité
  3. #2
    f6bes

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    BONJOUR,....tu connais !
    "...'il n'y a pas encore d'exemple de démantèlement d'une grosse centrale en France...." mais
    apparemment TOI tu sais COMMENT ça va se passer !
    Avec des SI et des MAIS on peut mettre PARIS en bouteille.
    T'as ENCORE des solutions. Faut en faire part à qui de droit !
    Bon W E

  4. #3
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,
    L'image ayant été retirée il faut juste savoir qu'en termes de volumes par rapport aux volume global de l'enceinte en béton, la partie réacteur atomique est trés petite et que les parties des circuits primaires et secondaires d'eau sous pression sont majoritaires.

  5. #4
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,
    J'ai lu une ancienne discussion http://forums.futura-sciences.com/ra...rancaises.html pour voir. La partie financière occupe une grande place, celle qui fait la majorité de la discussion tourne autour "du nuage de tchernobyl" et quelques réponses traitent de l'aspect technique proprement dit.
    D'ailleurs je suis d'accord avec ce qui a été écrit concernant les questions financières.
    Il est donc interessant d'aborder ces problèmes purement techniques.

  6. #5
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    ...... Il faut aussi considérer qu'il n'y a pas encore d'exemple de démantèlement d'une grosse centrale en France. On démantèle des installations pilotes et surtout qui ne sont pas construites avec les mêmes techniques ET matériaux. Donc il n'est pas possible d'en tirer un enseignement.
    Comme en plus la tendance est à rallonger les durées d'exploitation des centrales et qu'on sait déjà qu'avant de commencer quoique ce soit comme gros travaux il y 25 ans de délai on se rend compte que le problème est aujourd'hui trés lointain.

    Renseignez vous, la centrale de Chooz est en cours de démantèlement. Et Chooz n' était pas une installation nucléaire pilote. Chooz était un réacteur nucléaire de production.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,
    Merci d'apporter cette précision.
    Le réacteur de Chooz A en cour de démantèlement est un petit réacteur de 305MW et il est le seul à être souterrain.
    Je lis sur http://www.lemonde.fr/planete/articl...8096_3244.html le passage suivant:
    "On est donc en train de démanteler une centrale, alors qu'on n'a pas de solution pour ses déchets les plus radioactifs", dénonce Roland Desbordes. La Criirad a par ailleurs déposé, avec six autres associations, un recours devant le Conseil d'Etat contre le projet. Et son président de justifier : "L'Iceda légalise une pratique illégale : l'entreposage de déchets mal conditionnés pour une durée indéterminée. Sans compter que le site se situe dans une zone inondable, menacé par une rupture du barrage de Vouglans, à 30 kilomètres en amont. [...] Il aurait fallu attendre plus longtemps, quarante ou cinquante ans, avant de démanteler les centrales, afin de disposer de vraies solutions pour éliminer les déchets et de moins exposer les travailleurs à des débits de doses importants."
    Les autres réacteurs sont dans la gamme 940 MW et plus et donc les dimensions pour tout sont beaucoup plus importantes. Donc l'expérience de Chooz ne permettra que d'imaginer les difficultés a venir pour les grosses centrales.
    Ce qu'il faut comparer ce sont
    +les risques liés au démantèlement en termes d'exposition des travailleurs, de volume de déchets de découpage plus les déchets supplémentaires liés au grand chantier, le transport sur des distances quelconques (entre les différents sites de stockage), l'existence des sites de stockage définitifs fait toujours l'objet de débats (de refus des populations le plus souvent)
    +les risques lié au confinement et à la mise en sécurité du site. La nature des travaux serait moindre, le résultat en termes de sécurité est comparable aux autres solutions de stockages dans la mesure ou jusqu'a présent on exige toujours la réversibilité parce qu'on pense trouver mieux plus tard.

    Dans ces considérations je laisse de coté l'aspect financier volontairement.

  9. Publicité
  10. #7
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Bonjour,
    Merci d'apporter cette précision.
    ....
    Il n' y a pas que Chooz.

    Si vous voulez du plus gros il y a le démentélement de Creys Malville.
    Le vidangage du Sodium liquide touche à sa fin.

    et lisez http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9...nucl%C3%A9aire pour en savoir plus.

  11. #8
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,
    La centrale de Creys Malville est la seule grosse installation en cours de démantèlement. S'agissant d'une technique différente de toutes les autres on ne pourra pas en retirer une expérience valable pour les autres sites.
    L'énorme quantité de sodium à neutraliser pose de grosses difficultés. Mais le plus ennuyeux est qu'il ait été considéré dans sa totalité (=circuit primaire et circuit secondaire) comme ne pouvant pas être traité comme un déchet chimique dangereux "simplement". Le sodium métal réagit trés violemment avec l'eau en libérant de l'hydrogène (quid de l'énorme volume de gaz combustible formé??) et formant de la soude caustique (hydroxyde de sodium). Le traitement retenu consiste a mélanger cette soude avec du ciment dans l'espoir de la bloquer. Tant que les blocs seront à l'abri de l'eau c'est possible sinon ce ne l'est pas. La présence du sodium dans le ciment dégrade ses propriétés. De toute façon comme tous les sels de sodium sont solubles dans l'eau il n'y a pas de solution

    De toute façon quand j'ai abordé le sujet des vieilles centrales c'était surtout pour faire réfléchir que ce qui paraissait évident (je n'écrit pas facile) n'était pas une aussi bonne solution que ça. Les risques associés au démantèlement à tous les niveaux aussi bien humains que techniques méritent d'être comparés à une solution plus simple présentant un bilan d'efficacité comparable et n'allant pas créer ailleurs d'autres problèmes. J'ai bien expliqué que de toute façon il n'est pas question de conserver sur place le combustible usé, ne l'oublions pas.
    Remarquons http://fr.wikipedia.org/wiki/Central...Creys-Malville que pour SuperPhénix (=Creys Malville) les 14 Tonnes de plutonium resteront sur place jusqu'en 2027. Je vous laisse imaginer les raisons....La période de demie vie varie beaucoup suivant l'isotope, on peut estimer que ce sont les 238Pu avec 87ans75 et 241Pu avec 14ans4 qui expliquent ce délai, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Plutoni...nucl.C3.A9aire
    Cette page complète utilement les informations http://fr.wikipedia.org/wiki/Superph%C3%A9nix

  12. #9
    Touche-à-tout

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,

    A force de dénigrer la filière nucléaire, certains en viennent à croire que les ingénieurs du milieu sont des niais.
    Vous croyez vraiment qu'ils vont permettre la dissémination lors des opérations de découpe alors qu'ils disposent d'une enceinte de confinement ? Vous ne les croyez vaiment pas capables d'isoler un secteur d'un bâtiment et d'y faire intervenir des robots ?
    Pourquoi s'inquiéter à ce point de la cuve du réacteur. Si celui-ci est à l'arrêt, la cuve vidée et inertée ne souffre plus de corrosion et a tout le temps de refroidir, 25 ans sans activité c'est que dalle à côté des années de service sous pression, haute température et flux de particules. Ne croyez pas que c'est de l'acier à ferrer les hamsters. Ces alliages à hautes performances sont contrôlés par le programme de surveillance des cuves, mené par EDF et le CEA (des éprouvettes placées à la construction sont sorties à chaque ouverture du couvercle pour analyse. Si on en était à craindre une porosité des cuves, on n'envisagerait pas de prolonger l'activité des centrales d'une vingtaine d'années...

    La quantité de déchets en elle-même n'a rien de catastrophique, mais bien leur activité radiologique. Le tonnage peut paraître impressionnant, mais comparé à toutes les saloperies que l'humanité rejette, on crèvera de nos ordures avant que les radiations nous atteignent. On peut polémiquer tant qu'on veut sur la question des déchets, ça ne fait pas avancer les choses, surtout si c'est pour énoncer des arguments sans intérêt.

    Je ne cherche pas à minimiser le sérieux de la question de la sécurité du traitement des déchets radioactifs mais je pense qu'il est déplacé d'intervenir sur un forum de façon "anonyme", sans présenter de références ou de qualifications reconnues pour parler de lacunes du système, sans citer de sources de la profession, etc.
    Bien qu'inscrit depuis quelques temps maintenant, j'ai peu participé car le niveau des intervenants m'a toujours paru beaucoup plus élevé qu'ailleurs. Là, pour le coup, on retombe au niveau du bavardage de comptoir. C'est dommage, je m'attendais à une proposition révolutionnaire à laquelle personne n'aurait pensé avant ou à la présentation d'une nouvelle technique ou d'appareillages ultra-modernes destiné à éviter le sacrifice des liquidateurs...

    Cordialement,
    Nicolas.

  13. #10
    barda

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Oui, il est toujours étonnant de voir des gens qui n'ont aucune, strictement aucune, expérience d'une tâche prendre ceux qui ont été formés à cette tâche (et souvent pendant de longues années) pour de simples imbéciles...
    Dernière modification par barda ; 26/08/2012 à 19h02.

  14. #11
    Regismu

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonsoir

    Et Brennilis on l'oublie? depuis 1985 c'est commencé et jamais fini ..

    allez un petit lien pour ceux qui ne veulent pas chercher : http://nucleaire-nonmerci.net/centra...-bretagne.html

  15. #12
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par Regismu Voir le message
    Bonsoir

    Et Brennilis on l'oublie? depuis 1985 c'est commencé et jamais fini ..

    allez un petit lien pour ceux qui ne veulent pas chercher : http://nucleaire-nonmerci.net/centra...-bretagne.html
    Non personne ne l'oublie, c'était un tout petit réacteur et voyez le temps que ça prend et le prix que ça coute...Laissons de côté le prix et posons nous juste les questions de pourquoi c'est aussi long?
    Alors qu'est-ce que ce sera pour des plus grands réacteurs?

  16. Publicité
  17. #13
    Regismu

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    mais non il ne faut pas laisser le prix de coté ..ça fait partie des "avantages" du NUK .. avec les dechets à stocker pendant des milliers d'année

    après il y en a encore pour dire que l'electricté nucleaire c'est la moins cher .... et je ne parle pas de ceux qui osent comparer avec le recyclage du photovoltaique ... ( du verre et de l'alu .. )

    et je ne parle pas du risque d'accident .. est ce que quelqu'un a pris la carte des centrales en France et fait un cercle de 30 km autour ? ...

  18. #14
    SK69202

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour.

    et je ne parle pas du risque d'accident .. est ce que quelqu'un a pris la carte des centrales en France et fait un cercle de 30 km autour ? ...
    Pourquoi se limiter à 30 km ? Un cercle de 30 m autour de chaque voitures qui roulent donnent beaucoup mieux la mesure du risque de mourir aujourd'hui en France.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  19. #15
    Regismu

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Bonjour.



    Pourquoi se limiter à 30 km ? Un cercle de 30 m autour de chaque voitures qui roulent donnent beaucoup mieux la mesure du risque de mourir aujourd'hui en France.

    @+
    Bonjour

    peut etre te rafraichir la memoire c'est plus vieux que le japon mais plus pret :

    Après quand il y a eu l'accident de Tchernobyl, le lobby a forcé les médias français a nous raconter une histoire à dormir debout comme quoi le nuage de particules radioactives était "arrêté à la frontière à cause des gros nuages, dépressions, charabia météorologique, etc..." et qu'il n'y avait aucun risques de retombées radioactives pour l'agriculture et la population. Mais en Belgique, ils ont quand même dit qu'il ne fallait pas manger des épinards. Enfin, pas pendant 3 mois! ...
    et maintenant je t'invite à te renseigner sur les etudes epidemiologiques actuelles en France sur les effets/retombées et tous les cancers de la thyroide notamment ( la on ne parle pas de retombées dans les 30 km mais la distance entre tchernobyl et le France ) . . . . voir en Corse mais aussi dans les Alpes ...

  20. #16
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Regismu,

    votre dernier post est hors sujet.

    le fil est '' Devenir des vieilles centrales atomiques ''

  21. #17
    Regismu

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonsoir Moinsdewatt

    oui un peu peut etre... je suis juste le fil de la discussion et on reste dan la globalite du "probleme"

  22. #18
    barda

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    oui, eh bien justement, j'aimerais bien les voir ces statistiques, ainsi que celles de fukushima...
    parce que pour les centrales en france (que ce soit dans un rayon de 30 m ou de 30 km), le nombre des victimes est non mesurable...

  23. Publicité
  24. #19
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonsoir,
    J'ai consulté les profils des participants a cette discussion, instructif? ou incomplet?
    Je constate qu'il n'existe apparemment PAS de lien entre le profil et une éventuelle présentation. C'est surprenant...
    Ensuite j'ai découvert une rubrique "Présentez vous" ou je me suis présenté http://forums.futura-sciences.com/pr...ml#post4153155

  25. #20
    Tilleul

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Combler en béton une poubelle nucléaire ? Ca me rappele un truc... Dans les exemples de démantellement d'installation nucléaire on a quand même Vaujours en Seine Saint Denis qui a été laissé totalement à l'abandon (y compris au pillage puisqu'un problème d'organisation du CEA a fait qu'ils ont oublié de renouveller le contrat de l'agence de gardiennage, ce qui a dispersé des portes blindés et des ferrailles susceptibles d'être contaminé)... Le comblement au bêton des canalisations et des puisards empêchent toute opération de décontamination avec un confinement des poussières d'uranium qui n'est pas garanti... Donc l'idée de traiter de la même façon les centrales nucléaires c'est une très très très mauvaise idée.

    Les friches industrielles sont les pires exemples que l'humanité a pu produire de dégats environnementaux : une friche industrielle ça veut dire que personne ne va s'en occuper parce que ça coute cher et ça rapporte rien. Regardez ce qui se passe avec les anciennes installations de MetalEurop ou la raffinerie Petroplus... On parle généralement uniquement de radioactivité pour minimiser la question de la pollution mais une centrale nucléaire reste avant tout un site rempli de matériaux toxiques. Les transformer en décharge implique un suivi et un contrôle qui n'est pas possible dans des conditions techniquement acceptables, donc il n'y aura ni suivi, ni contrôle.

    A noter que New York se retrouve avec un problème similaire à régler vu que l'opérateur d'une centrale nucléaire a proximité n'a plus assez d'argent pour démanteler la centrale (les provisions pour le démantellement ont trop diminué suite à la crise financière) : http://www.nytimes.com/2012/03/21/sc...-lag.html?_r=1
    Keep it in the Ground !

  26. #21
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonsoir,
    Je ne sais pas pourquoi l'idée "de combler de béton une poubelle nucléaire" apparait. Je n'ai pas imaginé cela.

    Comme le sujet des friches industrielles ou décharges sauvages de produits chimiques est abordé il faut savoir que depuis plusieurs (dizaines d')années dèjà une taxe sur le traitement des déchets industriels est prélévée et alimente un fond spécial chargé de traiter "les sites orphelins". Ce sont des sites pour lesquels il n'existe aucun moyen de recours solvable vers un propriètaire ou précedent industriel. Les frais de dépollution chimique (je ne parle pas de radioactivité dans cet exemple) sont souvent trés élevés.
    Etant donné l'ampleur du problème les taxes prélevées ne permettent pas de traiter TOUS les points noirs. Il faut remarquer que cette taxe est payée par ceux qui aujourd'hui "travaillent proprement" et a qui on demande de s'occuper des problèmes autrefois négligés. Si on voulait vraiment traiter tous les sites pollués abandonnés il faudrait faire appel à la solidarité nationale, chose qui ne semble guère interesser grand monde...
    Dans les cas ou un site est abandonné, voire bradé à un quelconque propriétaire mais que la société existe toujours c'est le producteur du déchet qui reste responsable.
    Transposé à un producteur public de déchet ce sera l'Etat qui sera toujours responsable. C'est, pour moi, la raison qui impose que toute les activités liées au nucléaire restent entièrement à l'état, qui sera toujours solvable contrairement au privé ou c'est difficilement crédible d'être "toujours solvable".

  27. #22
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par Tilleul Voir le message
    une centrale nucléaire reste avant tout un site rempli de matériaux toxiques. Les transformer en décharge implique un suivi et un contrôle qui n'est pas possible dans des conditions techniquement acceptables, donc il n'y aura ni suivi, ni contrôle.
    Une centrale nucléaire est constituée de parties non radioactives qui ne posent pas réels problèmes de démantèlement. Ces parties seront evacuées et les terrains remis en état primitif. L'autre partie facilement identifiable, l'enceinte, pose de trés grandes difficultés si on veut "tout faire disparaitre AILLEURS".
    Affirmer qu'aucun suivi ou controle ne sera pratiqué ni possible n'est vrai QUE dans le scénario que vous avez décrit.
    Il existe des sites qui sont suivis et contrôlés de façon PERENNE par l'Etat (via des services dédiés). Prenez l'exemple des mines d'uranium en France, aujourd'hui toutes fermées, si vous vous approchez de ces sites vous verrez comme c'est protégé,et surveillé par des contrôles réguliers. J'ai pris cet exemple parce que je le connais un peu.

  28. #23
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    La destruction du dôme de Siloé, sur le site de Grenoble, a débuté hier.

    23 Janv 2013 le Dauphiné




    Hier, le décor était posé sur le site du CEA de Grenoble : des hommes casqués en chasuble réfléchissante, des grillages pour délimiter le chantier, et un énorme marteau-piqueur en pleine action pour détruire l’immense dôme de l’ex-réacteur expérimental Siloé.

    L’instant est important. Parce que, d’abord, il marque la dernière étape du déclassement des installations nucléaires du centre. Après ses deux sœurs, également réacteurs expérimentaux, Siloette et Mélusine – ses voisines désormais réduites à l’état de gravats, et de leurs installations correspondantes : le Laboratoire d’analyse des matériaux actifs (Lama) et la station de traitement des effluents et déchets (Sled) –, Siloé a suivi, pas à pas, le strict protocole du processus de dénucléarisation : démontage, démantèlement/déclassement, démolition.

    Un projet global et complexe, une véritable aventure industrielle, se montant à 150 millions d’euros.

    « L’ensemble des travaux sera achevé au mois de mai, explique Didier Bordet, directeur adjoint du CEA de Grenoble. Suivront alors le contrôle de l’assainissement final du site par l’Autorité de sûreté nucléaire, qui devra prononcer le déclassement radiologique, et le déclassement de l’installation nucléaire au plan réglementaire. » Le déclassement total, et parution dans le Journal officiel, si tout se déroule normalement, est prévu pour 2014.

    « Le déclassement prévoit l’établissement de dossiers sur l’historique, les résultats. Il y a ensuite consultation de la Commission locale d’information du conseil général, comprenant des élus, des représentants de l’industrie, d’associations environnementales et de quartier, qui ont trois mois pour se prononcer sur le projet de déclassement. Le préfet va solliciter les mairies environnantes pour recueillir leur avis. L’Autorité de sûreté nucléaire sera alors en capacité de prononcer le déclassement, avec validation des ministères de tutelle. Ce processus particulier est issu de la Loi sur la transparence et la sécurité nucléaire. »

    En attendant cette touche finale, les travaux avancent vite sur Siloé.

    Et cela se voyait hier en direct sous la forme d’une brèche géante pratiquée par l’énorme bras articulé opéré par la société Cardem, sur la façade du bâtiment aux dimensions impressionnantes : 35 m de haut, 25 m de diamètre, avec une épaisseur du béton armé de la partie cylindrique de 20 à 25 cm !

    .......

    ........
    http://www.ledauphine.com/sciences/2...-du-cea-demoli

    La photo ne le laisse pas paraitre mais il y a plein de batiments du CEA pas loin de ça, et l' autoroute à 200 métres.

    Je passe tous les matins sur cette autoroute et je vois le chantier en direct.

  29. #24
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Le site de l'Institut de Radioprotection et Sûreté Nucléaire edite un magazine gratuit (version papier ou électronique) http://www.irsn.fr/FR/IRSN/Publicati...eperes_16.aspx et on y trouve un Dossier sur le démantèlement des installations nucléaires. Pour l'instant il ne s'est agit que de petites installations, petites par rapport aux grandes centrales que nous avons. Le problème du stockage des déchets n'est pas complètement résolu. Le dossier explique les solutions d'attentes mises en oeuvre localement

    Sur le site de l'Andra on lit:
    L'Andra est chargée par la loi du 28 juin 2006 de publier l'Inventaire national des matières et déchets radioactifs. Il permet le recensement et la localisation de l'ensemble des déchets radioactifs présents en France.

    Ainsi, au 31 décembre 2010 :

    72% du volume de déchets radioactifs produits sont définitivement stockés (dans les centres de l'Andra dans l'Aube et dans la Manche).
    Les autres sont provisoirement entreposés en attendant d'être stockés dans des centres existants ou en attendant la création d'un centre de stockage adapté.
    Plus de 90% de la radioactivité de ces déchets est concentrée sur les sites de La Hague dans la Manche et de Marcoule dans le Gard.
    Il s'agit de stockage en surface.....

  30. Publicité
  31. #25
    barda

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    slt,

    rappelons que:

    - à quantité d'énergie fournie égale, une centrale fonctionnant au charbon, ou pire à la lignite, produit plus de déchets radio-actifs qu'une centrale nucléaire...
    - que ces déchets sont utilisés sans autre forme de procès à divers usages banaux tels les revêtements de routes ou des terrassements... et que nul ne s'en offusque...

    bah, le jour où la pensée des gens deviendra rationnelle, ça se saura...

  32. #26
    Touche-à-tout

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,

    Merci pour l'info.
    Dans l'optique de la "dénucléarisation" du site, que va-t-il devenir ?
    Il y a bien un usage prévu pour l'endroit après ça, non ?

    Nicolas.

  33. #27
    polo974

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    C'est un peu bizarre quand même, on démantèle une centrale de 300MW.

    et il est dit:
    • "c'est petit comparé à celle de 900MW, ça va faire beaucoup plus de déchets, patati patata..." sous entendu, c'est une croissance exponentielle ou presque...
    • "pourquoi ça met si longtemps..." comme si on oubliait les demi-vies...

    bref, j'ai fait une cocotte de 3?W, j'en veux une de 9?W, soit 3 fois plus puissante.
    on peut comprendre que le volume est multiplié par 3 (pour une même densité d'énergie).
    la surface d'enveloppe n'est pas multipliée par 3, mais comme il faut un peu épaissir les parois, on se garde un rapport 3 dans les volumes de matériaux sans trop se gourer.

    donc une centrale 3 fois plus grosse utilise en gros 3 fois plus de matériaux, pas 9 ou 27 fois plus...

    il est probable qu'un gain soit possible, simplement parce que la techno avait évolué entr la 300MW et les 900MW (tant au niveau matériaux que conception).

    maintenant, on sait aussi qu'on a passé 30 ou 40 ans à vivre à crédit, mais c'est un autre sujet qui entre en collision avec ceux où l'anticipation à très long terme est une nécessité...
    Daudet, tu vas nous manquer...

  34. #28
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par Touche-à-tout Voir le message
    Bonjour,

    Merci pour l'info.
    Dans l'optique de la "dénucléarisation" du site, que va-t-il devenir ?
    Il y a bien un usage prévu pour l'endroit après ça, non ?

    Nicolas.
    Je n' ai pas l' info.

    Pour la destruction de l' enceinte de Siloé ils en sont à avoir cassé 1/4 de l' enceinte du réacteur. (c 'est entamé comme un fromage rond).

  35. #29
    ecolami

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Bonjour,
    Je relance la discussion avec un extrait du Programme National de Gestion de Matières et déchets Radioactif 2016-2018.
    En particulier la définition des déchets a Très Faible Activite.

    La gestion des déchets de très faible activité (TFA)

    En France, l’identification des déchets issus des installations nucléaires qui ne
    justifient pas un contrôle de radioprotection (les déchets « conventionnels »)
    repose notamment sur l’origine de la production des déchets au sein de
    l’installation.
    Ainsi, tous les déchets qui sont contaminés, activés ou seulement susceptibles de
    l’être de par leur zone de production sont considérés comme des déchets
    radioactifs
    et
    doivent faire l’objet d’une gestion spécifique dans une filière dédiée
    aux déchets radioactifs. Cela participe à la production importante de déchets dits
    de très faible activité (TFA) qui proviennent essentiellement des opérations
    de démantèlement des installations nucléaires. Ils sont notamment
    constitués de déchets inertes (gravats, terres, sable) et de déchets métalliques.

    L’Andra prévoit ainsi la production de 2 200 000 mètres cubes de déchets TFA par les
    installations actuelles jusqu’à leur déclassement.

    Une installation de stockage, implantée sur le centre industriel de regroupement,
    d’entreposage et de stockage (Cires) exploité par l’Andra, permet d’accueillir ce
    type de déchets depuis 2003. À la fin de l’année 2014, le volume total stocké au
    Cires était d’environ 280 000 mètres cubes, soit 43 % de la capacité réglementaire autorisée
    (650 000 mètres cube).
    Le volume de ces déchet etant de 2 .200 000mètres cubes cela représenterait 4 400 000 tonnes a transporter. J'avais fait remarquer que vouloir réduire en miettes toute une centrale atomique générerait des quantités astronomiques de déchet et cet argument n'a pas été jugé valable: aujourd'hui cette estimation prouve son importance.

  36. #30
    Moinsdewatt

    Re : Devenir des vieilles centrales atomiques.

    Citation Envoyé par Moinsdewatt Voir le message
    Je n' ai pas l' info.

    Pour la destruction de l' enceinte de Siloé ils en sont à avoir cassé 1/4 de l' enceinte du réacteur. (c 'est entamé comme un fromage rond).
    Ah au fait le démantèlement du réacteur Siloé à Grenoble c'est maintenant totalement fini depuis plus de 2 ans.

    Il reste une surface libre que le CEA compte reutiliser dans quelques années pour de nouveaux batiments.

    L' endroit est visible depuis l' autoroute A48 en allant de Grenoble vers Voreppe
    Dernière modification par Moinsdewatt ; 09/10/2016 à 13h30.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Est-il vrai que l'on va construire des centrales thermiques à cause des éoliennes ?
    Par Glouboz dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 02/03/2009, 11h40
  2. Que faire des vieilles centrales françaises ?
    Par invite87654345678 dans le forum La radioactivité
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/10/2007, 00h03
  3. Question sur le faicheur naturelle des vieilles maisons ?
    Par Mettero dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/05/2007, 22h13