Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 38

irriguer les foret au lieu de les laisser brûler



  1. #1
    chatelot16

    irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    bonjour

    ça fait de la peine de voir l’énergie perdue de toutes ces foret qui brûlent

    première remarque si on coupait a raz certain endroit il en brûlerai moins a la fois mais ce n'est pas la solution car c'est souvent de la broussaille non rentable a exploiter pour faire de l’énergie

    mais si on irriguait ? ça pousserait efficacement pendant tout l'été au lieu de vegeter pour cause de manque d'eau , et n’étant jamais desséché ça ne risquerai jamais de brûler

    l'irrigation coûterait un certain prix , mais non seulement éviterai le coût et les danger des incendie , mais transformerais des broussaille et maquis en foret productrice de bon bois

    question précise : qui a des chiffres sur la quantité d'eau qu'il faut pour transformer des broussaille en foret , et quelle quantité de bois ça pourrait produire ?

    dans le cas ou il faudrait dessaler de l'eau de mer ça serait intéressant de comparer l’énergie pour dessaler l'eau avec l’énergie disponible dans le bois que ça aide pousser

    2eme effet : l'energie pour irriguer peut etre consommé uniquement quand il y a de l'energie disponible en rab : la foret qui pousse donnant du bois stockable ... mieux que l'hydrogène !

    merçi pour toute donnée sur l'irrigation des forêts

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    wizz

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Il pleut en France environ 800-900mm d'eau, soit grosso modo 70mm mensuel, soit 70 litres d'eau par m²

    1km², c'est 1 000 000 m²
    il suffit de trouver 70 millions de litres d'eau chaque mois pour remplacer la pluie qui fait défaut pendant ces périodes de sècheresse, et ce pour 1km² (et l'énergie pour pomper des 70 millions de litres d'eau)

  4. #3
    ecolami

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Bonsoir,
    Les forêts que nous voyons bruler sont toujours dans des climats secs ou arides ou l'eau manque. Donc apporter de l'eau nécessiterait toujours de longs aqueducs (=canalisations). Trés souvent des sols calcaires sont présents et ne retiennent pas l'eau. Dans ces zones sitôt qu'on aurait amené de l'eau ce serait pour des cultures et on imagine mal que ça ne serve qu'a irriguer une forêt à un point tel qu'elle ne brule pas. Et encore n'a-t-on pas parlé des dénivellations: irriguer une montagne se fait en Asie et on parle alors de rizières en terrasses mais l'eau ne manque pas, elle est juste retenue plus longtemps sur les flancs.

  5. #4
    SK69202

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Cela augmenterait encore plus la masse de combustible disponible pour le prochain feu.
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  6. #5
    gerald_83

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Bonsoir,

    Plutôt qu''irriguer, chose qui n'est matériellement pas concevable, pourquoi ne pas revenir à ce que faisaient nos ancêtres : faire paître des troupeaux de chèvres ou de moutons pour entretenir à moindre frais nos si belles forêts (et pas que les varoises bien sûr .

    Malheureusement ce n'est pas à l'ordre du jour bien que des timides essais aient été faits.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    BOB92

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Citation Envoyé par gerald_83 Voir le message
    Bonsoir,

    Plutôt qu''irriguer, chose qui n'est matériellement pas concevable, pourquoi ne pas revenir à ce que faisaient nos ancêtres : faire paître des troupeaux de chèvres ou de moutons pour entretenir à moindre frais nos si belles forêts (et pas que les varoises bien sûr .

    Malheureusement ce n'est pas à l'ordre du jour bien que des timides essais aient été faits.
    Bonjour

    Eh oui, il n'y a qu'a voir la dégradation ce nos forets et des paturages associés avec :
    - les zones agricoles difficiles qui se vident de leurs exploitants,
    - la disparition des troupeaux de bovins et d'ovins ,
    - l'interdiction de l'écobuage que réalisaient nos ancètres, et qui permettait d'entretenir dez zones difficiles d'accés , ...

    et maintenant s'y rajoute l'incompatibilité du "loup" avec les quelques troupeaux encore présents.

    Cordialement

  9. Publicité
  10. #7
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    la question n'est pas de savoir si c'est actuellement possible en france ... quand on voit que des solution plus simple ne sont même pas utilisé

    ma question c'est quelle augmentation de production de bois peut on esperer en arrosant pour que les arbres profitent de tout le soleil de l'été

    bien sur il faudrait choisir les types d'arbre adapté pas forcement ceux qui poussent habituellement

    pour les quantité d'eau et le prix que ça coute c'est facile a calculer ... ce n'est pas si enorme que ça

  11. #8
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Citation Envoyé par BOB92 Voir le message
    Bonjour

    Eh oui, il n'y a qu'a voir la dégradation ce nos forets et des paturages associés avec :
    - les zones agricoles difficiles qui se vident de leurs exploitants,
    - la disparition des troupeaux de bovins et d'ovins ,
    - l'interdiction de l'écobuage que réalisaient nos ancètres, et qui permettait d'entretenir dez zones difficiles d'accés , ...

    et maintenant s'y rajoute l'incompatibilité du "loup" avec les quelques troupeaux encore présents.

    Cordialement
    je suis bien d'accord qu'il est lamentable de ne plus savoir faire ce que nos ancêtre faisait

    maintenant on prefere laisser les montagne aux loups qu'aux berger et au moutons

  12. #9
    gerald_83

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    encore unefois promener des chevres dans la montagnes cest pas rentable
    Le mot est lâché : Rentable........

    Ok pour la rentabilité à court terme mais sur le long terme qu'est ce qui est plus rentable, replanter les forêts brûlées, réparer les dégâts à la faune, la flore et bien sûr à nos biens ?

  13. #10
    Touche-à-tout

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Bonjour,

    Voilà un sujet sur lequel j'avais réfléchi il y a quelques années en séjournant dans les reliefs entourant Marseille.
    J'étais allé plus loin et en avais déduit plusieurs axes de travail conduisant à un résultat cohérent:

    - La possibilité de stocker de l'eau. C'est le cas en certains endroits où des cuves en béton étaient aménagées dans des cuvettes pour collecter l'eau de ruisselement et permettre le pompage (en l'absence de toute culture, je pense que c'est pour les hélicoptères bombardiers d'eau). Ce système pourrait être étendu avec plusieurs avantages. Toujours en plus de l'aspect lutte contre les incendies, il pourrait être utilisé pour de l'irrigation raisonnée et l'abreuvage d'animaux.

    - La possibilité d'exploiter le bois "cultivé". Il ne s'agit pas de recréer la foret primitive mais de végétaliser intelligemment. Les autorités ont tendance à exiger que le couvert végétal soit celui d'origine de la région, cela implique-t-il de se priver d'autres essences assurant la diversité ? L'apparition des filières "plaquette" et "pellet" pour le chauffage rendent intéressante l'exploitation maîtrisée du bois "jeune", donc un retour sur investissement et un renouvellement plus rapides.

    - La végatalisation implique le maintien d'un sol utilisable. C'est donc une lutte contre l'érosion. Dans certains lieux, cela passerait par un nouvel apport de terre végétale à stabiliser par un engazonnement en premier lieu puis par des des arbustes puis des arbres. La démarche n'est en rien différente de l'aménagement paysager qui recouvre les anciennes décharges. Par extension, il s'agit de reboisement applicable à d'autres régions.

    - L'environnement recréé peut être propice à l'habitat pour des espèces animales (sauvages ou domestiques selon les endroits), les lieux gérés pouvant être closes.

    - Dans ces lieux généralement isolés, quelques panneaux solaires et des éoliennes ne gêneront personne et peuvent assurer l'autonomie énergétique de l'irrigation.

    - Le réalisme impose de prendre en considération l'aspect financier de la chose. Chaque volet pouvant potentiellement apporter sa contribution, on peut certainement en tirer quelque chose justifiant l'investissement par des gens ou organismes capables de raisonner à long terme.
    Nous avons donc, selon les versions, au prix d'une installation de collecte et irrigation, d'un apport en terre et d'une végétalisation, une production de bois, un lieu de vie pour des animaux d'élevage, une réserve naturelle, des emplois, un impact écologique positif, une surveillance du territoire, un potentiel agricole actuellement inexploité, un champ d'expérimentation agronomique unique, un nouvel attrait touristique...
    Technologiquement, toutes les étapes nécessaires sont déjà parfaitement maîtrisées. L'aventure représente un travail considérable mais n'a absolument rien d'insurmontable ni d'utopique. Elle convient d'ailleurs mieux aux sensibilités et aux besoins actuels qu'à l'époque où je fréquentais le massif d'Allauch et sa région.
    Je ne suis pas entré ici dans les détails mais je serai ravi d'en discuter, si jamais ça pouvait inspirer quelqu'un suceptible d'aider à passer à une phase éxpérimentale concrète.

    Qu'en diraient les locaux, les écologistes purs et durs, les politiques, les financiers ?
    J'aurai bien aimé m'impliquer dans un projet de ce genre mais n'ai pas le réseau relationnel ni les soutiens pour aller bien loin. Parler d'idées, c'est bien, les mettre en oeuvre serait mieux...

    Cordialement,
    Nicolas.

  14. #11
    barda

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    tu n'as qu'à contacter le service de l'assainissement à marseille: en mettant l'eau des égouts sur ta forêt, ça ferait en plus de l'engrais, et ça n'irait pas polluer les calanques comme aujourd'hui; et ça donnerait du travail aux jeunes de marseille-nord, qui ne passeraient plus leur temps à s'entretuer pour de vulgaires histoires de chichon... ça ferait d'une pierre trois coups... la classe!!!!

  15. #12
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    abandonner ces zones a une vegetation pseudo naturelle est comme on le fait actuellement est stupide : ça doit etre entretenu ... et tant qu'a depenser pour entretenir autant produire quelque chose de rentable : toutes sorte de culture ou elevage sont possible

    la production de bois energie n'est qu'une possibilité parmis d'autre : la question n'est même pas de savoir si c'est la meilleure


    la question reste donc qui a des chiffres sur la quantité de bois qui peut etre produite dans des zones arride , en arrosant un peu

  16. Publicité
  17. #13
    Eric DUPONT

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    ce qui serait intéressant c'est d'aller voir si tout les arbres que j'ai coupé dans la montagne il ya 10 ans on repoussé. par contre je vois vraiment pas ce qu'il est possible de faire pousse d'autres vue tout les rocher, la pente. mais a l'epoque le baril etait peut etre a 20 dollard, maintenant qu'il est a 100 dollard , c'est peu etre rentable. malheureux. l'enquete ipso vient de tomber 70% des francais son pessimiste quand a l'avenir.
    brevet 2018 moteur générateur à azote liquide pour le stockage énergie.

  18. #14
    Touche-à-tout

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    La question reste donc qui a des chiffres sur la quantité de bois qui peut etre produite dans des zones arride , en arrosant un peu
    Je ne sais pas s'il y a une réponse chiffrée à cette question. Il y a des variables non maîtrisées (climat, parasites, maladies...) qui brouillent toute tentative de prévision. Peut-on parler de tel ou tel tonnage à l'hectare comme pour les céréales ? Je ne crois pas que cela soit aussi simple.

    D'un autre côté, le type d'exploitation peut influer sur ce qu'on peut tirer d'une parcelle. Celui qui ne fait que du bois de chauffage n'aura pas le résultat de celui qui fait du bois d'oeuvre avec le beau bois, du chauffage avec le moins bon, et du pellet ou de la briquette avec les déchets.

    Enfin, cette question sous-entend une question de rendement, notion qui appelle par définition la recherche du niveau le plus élevé pour un coût moindre. Actuellement, le résultat s'appelle pétrole, avec les conséquences qu'on connaît. il faut donc intégrer de nouvelles données dans le calcul, mais elles ne sont pas touts chiffrables, pour amener la filière bois à un niveau acceptable en matière de retour sur investissement.

    Cordialement,
    Nicolas.

  19. #15
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    c'est exactement comme pour toute culture : on peut trouver des resultat en kg par hectare de toute sorte de culture , mais rien ne prouve qu'on obtiendra le même chiffre si on commence une culture n'importe ou : il est quand même bien utile de connaitre ses chiffre pour estimer ce qui est possible

  20. #16
    Touche-à-tout

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    La question est à poser à des sylvyculteurs ou à l'ONF, ces gens doivent connaître la population moyenne en nombre d'individus par unité de surface, leur répartition moyenne par essence, et selon la densité (forêt naturelle ou espaces reboisés avec alignement et espaces millimétrés). Ce sera pour des conditions moyennes, en milieu "normal", avec probablement des variations régionales. Difficile, franchement, de donner une estimation sans définir un minimum de critères. Le fait est qu'il y a des choix à faire, on ne commence pas n'importe quelle culture n'importe où et il faut s'adapter au milieu sauf à modifier le milieu.
    Quant à savoir le potentiel de développement d'une espèce dans des conditions données, cela relève de l'agronomie. Voici donc les pistes à explorer, je vous en laisse le soin.

    Cordialement,
    Nicolas.

  21. #17
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    le but de ma question est bien d'esperer que quelqu'un de competant dans le domaine passe par la

    autre reflexion : je vois a la television au Kenya des gens qui crevent de faim sur le bord d'un fleuve ou il y a de l'eau ... mais sans aucun moyen d'irriguer leur culture ... avant les crue reguliere fesaient le travail et il savaient cultiver ... maintenant il y a un grand barrage qui fait de l'electricité ... et il n'ont plus de crue ... et même pas d'electricité pour faire marcher des pompe !

    même si on leur donne une pompe , ce qu'il cultive ne se vend pas assez cher pour acheter l'essence ... bien lamentable ! ceux qui exploitent le barage devraient avoir l'obligation de faire marche une bonne irrigation !

    mais ça ne prouve pas que l'irrigation ne soit pas rentable ... ça prouve juste que leur pompe a essence ne vaut , rien que leur methode de culture n'est pas adapté , que les produit qu'ils cultivent se vendent a prix trop bas a cause des produit d'aide alimentaire ...

    chez nous on a d'autre moyen ! on peut mettre en place du materiel performant et attendre assez longtemps pour que ça pousse ... et c'est les reussite la ou il y a les moyens qui peuvent servir d'exemple pour faire ou c'est plus difficile

  22. #18
    Touche-à-tout

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Bonjour,
    Je n'ai pas vu le reportage en question et n'ai pas connaissance de ce qui se passe dans ces pays, mais on devine bien que la "guerre de l'eau" qui s'est déjà produite ailleurs doit avoir les mêmes effets partout: celui que construit le barrage prive beaucoup de gens de ressources. Personnellement, je trouve que c'est dans ce genre de situations que le solaire et l'éolien se justifient le mieux. Une éolienne de pompage comme on en voit encore quelques épaves dans nos champs et on a de l'eau sans avoir à payer de l'essence, donc on peut consacrer les cultures à l'alimentation. Si les humanitaires faisaient bien leur travail, ils apporteraient aux populations de quoi s'en sortir au lieu de les maintenir dans leur condition. Mais c'est une autre histoire, hors sujet ici. Encore que, on parle bien de la façon d'approvisionner de l'eau dans des endroits non raccordés et l'irrigation forestière entre dans cette catégorie.
    Il faudra peut-être aller pousser la porte d'un autre forum futura pour trouver le bon interlocuteur, car ça devient bien plus spécialisé que l'environnement "générique".

    Nicolas.

  23. Publicité
  24. #19
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    c'est exactement ce que j’espère ! que quelqu'un qui passe par ici donne un lien vers un site ou il y a les renseignement qui me manquent

    je ne cherche pas de donné de grande précision ... n'importe quel exemple d'irrigation de zone aride m'interresse pourvu qu'il y ai quelques résultat chiffré

  25. #20
    Eric DUPONT

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    a mon avis avec de l'eau tu fais 3 recoltes par an en plein desert de cailloux, mais il faut aussi d'autre nutiment.
    brevet 2018 moteur générateur à azote liquide pour le stockage énergie.

  26. #21
    polo974

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    ...
    je ne cherche pas de donné de grande précision ... n'importe quel exemple d'irrigation de zone aride m'interresse pourvu qu'il y ai quelques résultat chiffré
    Regarde juste la culture du maïs en France...
    Avant, c'était pâturages maigres, maintenant, c'est gros maïs (sur)arrosé mais épuisement des nappes...
    Effectivement, il y a a les intrants en plus.
    Autre exemple: l'Espagne et ces tomates...
    Mais ce n'est jamais du durable.

    Maintenant, est-ce vraiment une bonne idée de faire du bois?
    De la paille ou autre ne seraient pas plus rentables (la croissance est plus rapide, et le produit final est plus facile à récolter).
    Et si les forêts brûlent, souvent, c'est le fait au départ de la broussaille et des difficultés d'accès.
    Enfin, si on regarde du coté des Landes où le sable a été fixé par des plantations de pinèdes, malgré les canaux d'irrigation, il y a toujours un grave danger d'incendie, c'est la nature du bois qui accepte de pousser qui fait ça.

    Bref, on part un peu dans tous les sens, donc si tu pouvais redéfinir ta cible (quelle culture à la place de quoi dans quelles conditions (plat ou escarpé, c'est loin d'être pareil par ex))...
    Daudet, tu vas nous manquer...

  27. #22
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    les landes sont un bon exemple de réussite de sylviculture ! avant ça ne produisait rien ! avec le bois ça fait une production de bois intéressante ! ça brûle parfois mais la rentabilité de la production de bois finance la détection des incendie , les voie d'accès entretenue pour l'exploitation facilitent la lutte contre les incendies ... contrairement a d'autre zones qui ne produisent rien

    les landes ne manques pas d'eau donc il a suffit d'y planter des arbres ... et même pas tous les planter puisqu'ils se reproduisent naturellement

    pour les zones arides qui brûlent trop souvent ce n'est pas mois qui vais donner des precision sur ce qu'il faut faire pousser exactement ... l'agronomie n'est pas ma spécialité ... si c'etait le cas je saurait repondre a la question et ne la poserait pas ici

    la lutte contre les incendie coûte cher ... le débroussaillage anti incendie coûte cher aussi ... la moindre production même peu rentable est plus utile

    une irrigation ne peut pas être rentable la première année ! il faut bien attendre que ça pousse , mais il vaut mieux dépenser de l'argent pour arroser et faire pousser que pour éteindre les feux et reconstruire les maison détruite !

    ça part dans tout les sens ... c'est le but quand on cherche !

    le bois énergie est la plus simple des culture : bien sur qu'il existe toute sorte d'autre culture a plus forte valeur ajouté qui pouraient etre meilleure ... l'une n’empêche pas l'autre ... si une irrigation réussi a se justifier pour du bois ça serait la porte ouverte a toutes les autres cultures

    si j'avais la bonne idée sure et prouvé je n'en parlerait pas ici je chercherai plutôt des moyen de réalisation
    Dernière modification par chatelot16 ; 04/09/2012 à 14h05.

  28. #23
    barda

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    slt,

    contrairement à ce que l'on peut croire, il y a eu (et il y a encore) de nombreuses études sur la productivité des terres en matière de bois; études très fouillées, dans un domaine où l'erreur est bien plus difficile à réparer que pour une culture annuelle, fonction des types de sols, des espèces d'arbres, des conditions climatologiques, des modes de sylviculture... sylviculture qui constitue en elle-même un métier; toutes ces données sont disponibles dans diverses publications, tout à fait accessibles à ceux qui cherchent un peu...

    ainsi, dans les conditions moyennes de la france (700 mm d'eau par an), un sol moyen produit assez régulièrement, par an, 10 tonnes de matière sèche à l'hectare (comprenant les feuilles!), mais certaines espèces peuvent produire jusqu'à 20 tonnes à l'hectare par an; chaque type de sol a ses espèces les plus adaptées, dépendant aussi du climat, notamment des précipitations et de leur répartition dans l'année (toutes données très faciles à trouver)...
    il faut savoir aussi qu'en france, un climat aride désertique ou semi-désertique n'existe pas, même à Marseille (qui reçoit plus de 600 mm d'eau par an, autant que le centre de la beauce, ou le sud de la plaine d'alsace), c'est essentiellement la mauvaise répartition des pluies dans l'année qui pose problème...

    par contre, il ne faut pas croire que ces réflexions ont échappé aux ingénieurs et techniciens de l'ONF, ou de l'inra, qui s'occupent de ces questions, et qui cherchent encore des solutions à la vulnérabilité de la forêt méditerranéenne aux incendies... c'est sans doute que le problème est un peu plus complexe que certains semblent le croire...

  29. #24
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    je me doute bien qu'il y a des gens qui ont etudié la question ... je voudrait juste en connaitre les resultat !

    même si des etude on été faite montrant que ce n'etait pas rentable , je voudrais voir les resultat pour savoir si ça peut devenir rentable dans d'autres condition

  30. Publicité
  31. #25
    Eric DUPONT

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    ce que tu peux faire, c'est loué quelques kilometres carré de desert en lybie, faire de l'eau douce avec des panneaux photovoltaïque, et nous ramener du bois. le problème de l’irrigation, c'est qu'il faut arroser a la racine pour consommer moins d'eau.
    brevet 2018 moteur générateur à azote liquide pour le stockage énergie.

  32. #26
    barda

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    je me doute bien qu'il y a des gens qui ont etudié la question ... je voudrait juste en connaitre les resultat !

    même si des etude on été faite montrant que ce n'etait pas rentable , je voudrais voir les resultat pour savoir si ça peut devenir rentable dans d'autres condition
    ce ne sont pas seulement des "études" qui ont montré la difficulté, ce sont aussi des expérimentations, des essais, des échecs (y compris dans les landes, où tout n'est pas rose)...
    écoute, déjà du temps de colbert, où le bois avait une importance stratégique, on savait qu'investir lourdement dans une activité qui produirait au mieux à échéance de 150 ans, ce n'était pas à la portée des particuliers; c'est ce qui a justifié la plantation, par l'Etat, des grandes forêts domaniales (qui fournissent du bois maintenant); le reste de la forêt soit poussait seule aux endroits favorables, soit bénéficiaient de conditions d'exploitation très particulières...
    le facteur déterminant pour le bois, c'est la récolte, très dépendante du terrain et surtout du coût de la main d'oeuvre, ce qui explique que pour l'essentiel c'est le bois d'oeuvre en grumes qui est rentable... si en plus, il faut irriguer...

    mais va surtout acheter quelques livres traitant de sylviculture, et lis-les; ce n'est pas sur un forum internet que l'on va résumer en trois lignes plusieurs centaines de pages... ou mieux, emprunte une tronçonneuse et va faire un peu de bois, en essayant de le vendre... tu veux que quelqu'un fasse le travail de documentation que tu ne veux pas faire toi-même; pourtant il est simple: tape "onf", "sylviculture", "inra", "forêt" sur gogol, et navigue...

  33. #27
    Vince44

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Salut,

    Les forêts méditerranéennes sont exposées au vent (tous les sujets, contrairement à une forêt de plaine où c'est surtout ceux en lisière).

    Les sols sont souvent top peu profonds pour recevoir des arbres de belle tailles.

    La chaleur, l'insolation et le vent impliquent une évaporation trop forte pour certaines essences productives. Il faudrait a minima, et ça ne suffirait probablement pas sans faire au préalable un travail de sélection, un goutte à goutte au pied pour compenser.

    C'est pour toutes ces raisons, en plus du manque d'eau, que les essences qui se développent lentement sont adaptés à la région. Les arroser ne les ferait pas pousser beaucoup plus vite (si on élève dans un lit ikéa et qu'on nourri au renne fumé un sénégalais pur jus, il ne ressemblera pas à un suédois à l'age adulte pour autant!) et cela risquerait effectivement de faire apparaître des maladies.

    La culture d'espèce plus hydrophiles dans certaines portions, avec récoltes pour plaquettes de petits sujet est envisageable j'imagine mais uniquement là où on pourrait facilement les récolter.

    Redonner une fonction (et donc une valeur) à la forêt serait certainement plus efficace mais, dans le monde qui est le notre, il faudrait repenser les recettes de nos anciens. Faute de pouvoir subventionner lourdement une agriculture non compétitive dans ces lieux, p-e faire de l'élevage sous un autre prétexte (prévention des incendies notamment) qui tirerais une partie de son financement de la vente des productions à prix "marché". De la même manière, du maraîchage en bandes coupe feu aurait sûrement un intérêt. Là encore, difficile de le faire de façon légale et rentable. Encore que, pourquoi pas des jardins ouvriers pour des citadins (des banlieusard défavorisé pourquoi pas...)... Tout cela est techniquement possible si on considère une rentabilité sociétale à long terme. Pris séparément comme activités économiques à rentabiliser rapidement, ça ne marche pas. Et c'est p-e pour cela que l'inra, l'onf, .... se cassent les dents sur le sujet. Ils le peuvent pas prendre en prérequis la réinvention d'une partie des valeurs de nos sociétés...

    A+

    Vincent

  34. #28
    Touche-à-tout

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Bonjour Vincent,

    Merci pour ces éléments que je vais intégrer pour certains dans mon idée présentée plus haut.

    Pour les arguments techniques de la première partie, il y a des solutions techniques: sélection des essences, mais aussi configuration de l'aménagement des parcelles et utilisation du relief.

    Pour les arguments de la deuxième partie, je vais en recycler quelques-uns, vous pointez très justement la rentabilité à long terme par rapport au revenu immédiat. Bien que pour ma part je ne me limite pas à la production de bois énergétique, je pense que le prix des carburants finira pas être tel que la biomasse deviendra rentable et même insuffisante, d'où la question de commencer à la développer maintenant vu le temps de maturation.

    Le fait d'être de simples particuliers discutant l'air de rien sur un forum nous affranchit un peu des contingences des institutionnels et permet donc une réflexion plus globale et ouverte. Si une réponse satisfaisante peut être trouvée, alors leur participation pourrait être faisable mais à condition qu'on ne tombe pas dans le diktat. Je verrai plus un projet de ce genre sous forme associative ou de GIE d'entreprises à taille humaines avec onf et inra en partenaires ou consultants mais pas en gestionnaires à cause de la diversité des activités impliquées.

    Je crois que l'Homme a réalisé des idées bien plus folles et avec succès. L'intérêt est-il forcément de produire quelque chose ? au départ, je pensais seulement à reconstituer le couvert végétal pour éviter la déserification de certains reliefs qui étaient boisés avant un incendie et souffrent ensuite d'une érosion très forte et de la disparition des sols. Valoriser la végétation en tant que telle mais aussi par des produits et moyens dérivés me semble judicieux...

    Cordialement,
    Nicolas.

  35. #29
    Vince44

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    Salut Touche à tout,

    Pour la sélection, je suis septique car certaines choses sont physiquement impossibles. Si on faisait de la sélection humaine, on pourrait faire des hommes plus léger et plus forts par exemple. Mais il y aurait une limite car, à un moment, on se heurte aux limites physiques des composants du muscle, de l'os aux principes fondamentaux de notre métabolisme .... Il en va de même pour les arbres et les sols qui les tiennent. D'autant plus que le climat promis par le GIEC vu la trajectoire actuel devrait ressembler plus au Maroc qu'à la bourgogne à l'avenir!
    Par contre, on peut tout à fait envisager d'autres espèces de végétaux moins sensibles aux feux.... Par ailleurs, pour des sections cultivées et pour éviter l'appauvrissement du sol (qui limite la possibilité de faire pousser des essences/plantes intéressantes) il faut un retour de nutriment. Pour des raisons évidentes le compostage en place n'est pas une bonne idée, le passage par le système digestif des animaux est un "compostage" qui a le mérite de sauter qqs étapes pour arriver directement à des nutriments sous une forme peu combustible.

    Sur le fond, les possibilités de reconquêtes de ces espaces sont nombreuses. Il y a fort à parier qu'énormément de gens quitteraient un quotidien fait de banlieue et de métier durs et peu valorisant (ou de chômage) pour rejoindre des communautés rurales dont une des fonctions serait de redonner vie et valeur à la forêt. Reste que c'est la société dans laquelle nous vivons qui produit à la fois du chômage de masse et de la destruction coûteuse pour la société faute d'entretien. Le pourquoi du comment n'est pas le sujet ici mais simplement on peut en restant dans le scientifique considérer que c'est un effet du système et que, par conséquent, toute entité agissant avec le même logiciel que ce système n'est pas apte à solutionner ce problème. Donc le salut ne peut venir que d'une modification du système ou d'agissement "hors système" mais tolérés par la société (encouragés, faut pas rêver, pour les raisons précédentes).

    Mon point de vue est que ce problème n'est pas technique mais politique au sens premier. Sa solution passe par une changement en profondeur de la société. Pas seulement au niveau des institutions mais également au niveau des individus et communautés humaines.

    A+

    Vincent

  36. #30
    chatelot16

    Re : irriguer les foret au lieu de les laisser brûler

    la question n'est pas encore de trouver une solution au probleme ... elle est simplement de trouver des chiffre pour pouvoir faire quelques calcul ...

    le seul chiffre constructif c'est 10 tonne de matiere seche a l'hectare pour une foret moyenne avec 700mm d'eau par ans

    mais ça ne veut pas dire que ces 700mm d'eau sont vraiment utile : une grosse partie tombe en excès et se perd ! un bon systeme d'irrigation peut mettre de l'eau juste ou il faut quand il faut ... il suffirait peut etre d'ajouter 70mm d'eau par ans juste comme il faut pour passer de broussaille qui ne produisent rien d'utilisable a une foret productive

    pouquoi j'aime bien le bois plutot que d'autre culture ? on n'a pas a s'en occuper en detail ... si il y a assez d'eau il pousse , si il en manque il ralenti mais ne creve pas ... on peu le recolter quand on veut , si on ne coupe rien tout de suite il y en aura plus plus tard ... contrairement aux autres culture qui ne donnent rien du tout a la moindre erreur

    une foret arrosé juste pour pousser et bien utiliser le soleil ne sera pas assez humide pour etre incombustible ... si au moins elle pouvait etre assez productive pour justifier l'entretient de voie d'accés et de zone coupe feu

    une foret n'a pas besoin d'etre completement incombustible pour etre mieux que la situation actuelle : elle peut etre combustible mais plus facile a eteindre ... propageant le feu moins vite ...
    Dernière modification par chatelot16 ; 06/09/2012 à 17h44.

Sur le même thème :

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Conseils et Astuces pour bruler les dechets dans les pays pauvres
    Par streshydrique dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 7
    Dernier message: 26/11/2011, 16h53
  2. bruler les graisses.
    Par cedrico51 dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/05/2010, 17h49
  3. Laisser passer les electrons, pas les ions?
    Par hervouche dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 31/03/2009, 18h51
  4. Brûler la chandelle par les deux bouts...
    Par SunnySky dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 1
    Dernier message: 04/02/2007, 16h33