Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Protection des espèces et pédagogie




  1. #1
    gael

    Protection des espèces et pédagogie

    Bonjour,

    Je suis naturaliste (botanique notamment) et j'ai toujours du mal à faire passer mes messages de protection au grand public. Par exemple, par chez moi, les gens ne comprennent pas que la construction d'une route ait été annulée car il y avait une station d'orchidées. Ou encore, j'ai entendu qu'à Brest la construction du stade de foot a été annulée car il y avait une espèce d'escargot protégée. Souvent, les gens répondent que cela ne concerne que quelques individus, la majorité de la population n'étant pas affectée. Ou encore, dans le cas des plantes, pourquoi ne pas les replanter plus loin ? Bref, du classique mais j'ai toujours du mal à répondre. Ce sont des espèces à intérêt patrimonial, certes, mais alors ?

    Comment expliquer la nécessité de les protéger voire même de lever des fonds en temps de crise ?

    Merci.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    f6bes

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Bonsoir à toi,
    Les "protéger" n'implique pas UNIQUEMENT de les laisser là ou ils se trouvent!
    On peut "protéger" en..déplaçant.
    POURQUOI ne pourrait on pas DEPLACER pour assurer une "protection" !!
    Bonne soirée
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  4. #3
    tarninou

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Citation Envoyé par gael Voir le message
    Ou encore, j'ai entendu qu'à Brest la construction du stade de foot a été annulée car il y avait une espèce d'escargot protégée. Souvent, les gens répondent que cela ne concerne que quelques individus, la majorité de la population n'étant pas affectée.
    Comme pour un stade de foot ?

    Tout dépend de l'interlocuteur, quelqu'un qui aime la nature ne sera pas récéptif aux mêmes arguments qu'un qui s'en fiche. Pour l'instant, force est de constater que les arguments de type "bénéfice immédiat" parlent plus aux gens (les décideurs en particulier). Par exemple: "le parc naturel crééra des emplois", ou "de cette orchidée on pourra extraire une molécule active contre le cancer"...

    Pour la réponse à "pourquoi ne pas replanter plus loin", elle me paraît en général toute trouvée: parce que ça ne pousse pas (ou encore "pourquoi il n'y en a qu'ici selon toi ?"). Certains biotopes très complexes sont nécéssaires à la survie d'une espèce. Dans le cas contraire, comme F6bes le dit, il arrive qu'on protège en déplaçant.

    Après, le fait d'argumenter pour la sauvegarde de quelque chose qui n'engendre pas de bénéfice immédiat est toujours compliqué au sein de l'espèce humaine qui n'est pas une championne de la réflexion sur le long terme. Et effectivement, lors de période économiques rudes, c'est encore pire.
    C'est l'histoire d'un têtard qui croyait qu'il était tôt alors qu'en fait il était tard.


  5. #4
    f6bes

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Citation Envoyé par tarninou Voir le message
    . Et effectivement, lors de période économiques rudes, c'est encore pire.
    Et on voit fleurir des schtroumpfs en...bonnets rouges ( non non c'est pas le Cdt Cousteau !)
    Bonne journée
    Dernière modification par f6bes ; 07/11/2013 à 08h01.
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  6. #5
    clmm2012

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Citation Envoyé par gael Voir le message

    Comment expliquer la nécessité de les protéger voire même de lever des fonds en temps de crise ?

    Merci.
    Bonsoir,

    Il y a quand même quelques espèces qui ne sont pas à protéger. Par exemple certaines volailles qui se planquent au bord des routes pour vous ponctionner méchamment. Pour ça, lever des fonds, pourquoi pas.

    A+

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    f6bes

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Citation Envoyé par clmm2012 Voir le message
    Bonsoir,

    Il y a quand même quelques espèces qui ne sont pas à protéger. Par exemple certaines volailles qui se planquent au bord des routes pour vous ponctionner méchamment. Pour ça, lever des fonds, pourquoi pas.

    A+
    Bonjour à toi,
    La "volaille" ne serait pas nécessaire SI tout un chacun respecte...etc...etc....
    Mais on s'éloigne du sujet. Bon WE
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  9. #7
    doneP

    Re : Protection des espèces et pédagogie

    Bonjour
    Je pense qu'il n'y pas d'argumentation simple à fournir et cela dépend de l'interlocuteur. Je pense qu'il y a une majorité de personne qui est davantage intéressée par la sortie du nouvel Iphone que de la disparition d'espèces qui n'ont pas à leurs yeux une grande valeur patrimoniale tel que l'ours ou le loup.
    Pour contredire F6bes, déplacer le problème n'est pas le résoudre. D'autant que si une espèce est protégée c'est que sa survie nécessite un environnement particulier: contrairement à des espèces généralistes, des espèces pionnières.
    Tenter de sauver une espèce c'est avant tout sauver un patrimoine génétique (de la diversité génétique) et sauver un écosystème qui ont nécessité des milliers ou millions d'années d'adaptation. En fait le problème de Gaêl pour une malheureuse espèce est le même que celui de Notre dame des Landes à une autre échelle: pourquoi sauver Un millier d'hectare alors que le super aéroport pourrait rapporter de l'emploi? (peronnellement j'en suis pas convaincu)

    Par ailleurs, je suis dubitatif sur les histoire de bénéfice immédiat je pense surtout que notre société (au sens large) nous à amener à avoir une image simpliste de la nature. Pour beaucoup, un aménagement paysager artificiel avec une pelouse mono-spécifique et quelques arbres: c'est la nature. D’ailleurs lorsque l'on parle à des ruraux d'un certain age (sans jugement mais en connaissance de cette population), ils perçoivent un beau paysage lorsque c'est "propre" : pas une mauvaise herbe à dépasser, pas de ronces ou fougères sur le talus; limite si cela leur parait pas plus beau qu’un sol soit nu ou même coloré par les teintes rougeoyante laissé par le saint glyphosate.
    Je pense que le problème que Gaël rencontre est le même que toute personne qui fait de l'écologie rencontre: peu de sensibilisation ou mauvaise sensibilisation (d'ailleurs on associe écologie et écotaxe). Il me semble que la seule arme est le dialogue, d'essayer de comprendre le raisonnement des personnes à convaincre, et du courage....

  10. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Protection régionale des espèces végétales
    Par mouttmoutt dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/05/2010, 16h49
  2. [Evolution] Le documentaire espèces d'espèces et les koalas
    Par invité576543 dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 4
    Dernier message: 22/11/2009, 16h20
  3. M20 M21/Pédagogie
    Par Bearny dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 15
    Dernier message: 22/06/2009, 17h44
  4. Actu - Protection des espèces menacées : Obama annule un décret de Bush
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 05/03/2009, 20h12
  5. Protection des espèces menacées
    Par invite87654345678 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/12/2005, 21h51