Page 5 sur 5 PremièrePremière 5
Affichage des résultats 121 à 126 sur 126

Fausse neutralité des sciences



  1. #121
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Fausse neutralité des sciences


    ------

    Citation Envoyé par noureddine2 Voir le message
    je sais que la science n'est pas un juge , elle est comme un policier qui prend des empreintes dans la scène du crime et la donne au juge .
    mais si elle fait des erreurs dans les empreintes , le juge va faire des erreurs .
    donc la science participe indirectement au jugement .
    pas exactement.
    le policier comme le juge ne cherche au hasard !
    quand on cherche le bozon de higgs on cherche dans un intervalle supposé d'énergie.

    et je ne sais pas QUI est ton juge dans l'histoire

    -----

  2. Publicité
  3. #122
    fridirick

    Re : Fausse neutralité des sciences

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Parler d'arnaque me paraît totalement déplacé et peu compatible avec une discussion sereine.
    sophisme ou raisonnement faux ou troll ou toad si tu preferes. selon qu on pense que c est intentionnel ou non.

  4. #123
    noureddine2

    Re : Fausse neutralité des sciences

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    et je ne sais pas QUI est ton juge dans l'histoire
    nous tous , l’état , les investisseurs , etc on juge les théories .

  5. #124
    JPL
    Responsable des forums

    Re : Fausse neutralité des sciences

    N'importe quoi ! Ni l'état ni les investisseurs ne jugent les théories scientifiques ! On est en pleine bouillie intellectuelle.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  6. #125
    shokin

    Re : Fausse neutralité des sciences

    N'y mêlons pas la politique. Il y a d'autres forums pour en parler.
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  7. #126
    bardamu

    Re : Fausse neutralité des sciences

    Citation Envoyé par JPL Voir le message
    Je ne vois pas où mène cette fin de discussion. J'ai l’impression d'un alignement de mots.
    Je crois qu'en principe ça devrait poser la question de l'usage des sciences dans la société, c'est-à-dire non pas les sciences elles-mêmes mais ce qu'on en fait notamment avec les missions d'expertise données aux scientifiques.
    Exemple récent : les sismologues condamnés en Italie après le tremblement de terre d'Aquila.
    Extrait : "«Nous sommes profondément préoccupés, ce n’est pas juste la sismologie qui a été jugée, mais toute la science», a estimé Charlotte Krawczyk, présidente du département de sismologie de l’Union européenne des Géosciences (GSU)."

    Il est normal que nombre de questions sociétales ou même juridiques se traitent en s'appuyant sur des données scientifiques, qu'on prenne argument de telle ou telle étude pour renforcer telle ou telle position mais dans ces cadres-là, on sort du domaine purement scientifique et l'argument scientifique devient auxiliaire d'un discours qui ne l'est plus, qui peut être politique, judiciaire, éthique etc.
    Si un biologiste dit "aucune étude n'a montré de dangerosité de cet OGM et on ne voit pas quel mécanisme pourrait le rendre dangereux, on peut donc le déclarer comme sans danger", il ne fait qu'exprimer l'opinion raisonnable tiré de ses études, on peut dire que c'est l'opinion légitime selon les critères scientifiques, mais comme ces critères ne sont pas ceux d'autres champs du discours, il peut y avoir collision.

    Et si on défend que l'avis scientifique est par principe l'avis légitime, on nie de fait la neutralité éthique des sciences (position scientiste prônant une pré-éminence du scientifique en toute chose). Je dirais même que vu comment les sciences sont instrumentalisées dans des débats sociétaux ou même juridiques, on sent l'influence dans notre société de la mentalité scientiste bien que celle-ci soit moins active de manière explicite que vers la fin XIXe-début XXe.

    On voit bien avec le procès des sismologues italiens que le peu de culture scientifique du grand public fait que l'avis d'experts est pris comme parole d'évangile, qu'on s'adresse à eux comme à des devins, et qu'au final la réaction de déception est à la hauteur de la confiance qu'on leur accordait.
    Ou pour le dire autrement : la place des sciences dans la société serait sans doute plus saine si on les voyait de manière moins "scientiste", si on évitait de s'en remettre à la confiance (la "foi" ?) au prétexte que c'est parfois compliqué, si les sciences étaient comprises plutôt que crûes.
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  8. Publicité
Page 5 sur 5 PremièrePremière 5

Discussions similaires

  1. La fausse sécurité des crèmes solaires
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 7
    Dernier message: 16/05/2007, 09h06
  2. Neutralité d'un plasma ?
    Par Gpadide dans le forum Physique
    Réponses: 12
    Dernier message: 30/01/2007, 08h37
  3. Tim Berners-Lee : la neutralité d'Internet menacée ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/05/2006, 10h37
  4. résolution de l'équation de neutralité électrique?
    Par electron2 dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/06/2005, 15h32
  5. la theorie des quark serait elle fausse?
    Par Yoyo dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 02/05/2003, 20h48