Affichage des résultats du sondage: Etes-vous globalement satisfait de votre isolant mince (IMR) ?

Votants
24. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • OUI

    4 16,67%
  • NON

    20 83,33%
Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 105

Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)



  1. #1
    Jeannot31

    Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)


    ------

    Bonjour à tous,

    Je m'intéresse aux isolants minces (IMR) et j'aimerais avoir des retours d'expérience de personnes qui utilisent ou ont utilisé des isolants minces.
    J'ai parcouru plusieurs fils de discussion traitant du sujet, visiblement très polémique, mais la plupart des intervenants donnent un avis théorique sur la base des tests effectués par le CSTB. Par contre, on trouve rarement de personnes qui les ont réellement testés chez eux !
    Alors si vous utilisez un isolant mince (quelle qu'en soit la marque) seul ou en combinaison avec un isolant traditionnel, venez partager votre expérience ! Quel(s) isolant(s) avez-vous utilisé? Etes-vous satifisfait du résultat ? ...

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    ingalss

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Là le cstb compare in situ, deuc cabane une 20cm de laine de verre (beurk) et l'autre un IRM (beurk bis) deux fois plus de conso avec l'IRM, mais less fabricants contestent..

    Bon d'accord c'est pas un retour d'experience perso. mais bon..

    http://webzine.cstb.fr/file/rub1_doc531_1.pdf

    La contestation des fabriquants :

    http://www.j3e.com/au_jour_le_jour.php?id=1287

    Toujours « laines minérales » contre « isolants minces »
    Le CSTB vient de publier sur son site Internet les résultats de tests in situ réalisés sur des isolants minces réflecteurs dans le cadre du PREBAT (1), un projet financé par l'ADEME. Le rapport intitulé « mesures de la consommation d'énergie de deux cellules placées en environnement extérieur (essais in situ) » et daté du 13 juin 2007 est présenté comme définitif mais fait l'objet de très nombreuses approximations qui remettent en question la pertinence des résultats présentés. Le SFIRMM conteste à nouveau.

    Déjà, en mai dernier, le SFIRMM (Syndicat des fabricants d'isolants réflecteurs minces multicouches), contestait le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) pour la mise en cause de la performance énergétique des isolants-réflecteurs minces multicouches. De nouveaux résultats sont également fermement contestés par le Syndicat, dont nous publions ci-dessous les raisons :

    Les caractéristiques des isolants testés ne sont pas décrites : la composition de l'isolant réflecteur utilisé (nombre et ordonnancement des composants, émissivité des films réflecteurs, etc.) n'est pas mentionnée. De même, la conductivité thermique et la densité de la laine de verre ne sont pas précisées et on ne sait pas si cet isolant est doté d'un ou de deux pare-vapeurs intégrés.

    Il n'est pas mentionné dans ce rapport l'existence d'un étalonnage des cellules avant les essais, montrant par exemple que les deux cellules consomment la même quantité d'énergie lorsqu'elles sont isolées de manière identique. Or cette précaution est fondamentale dans le cadre d'une telle expérimentation. L'expérience montre en effet qu'il peut y avoir des écarts très importants entre les cellules d'essai. Ces écarts nécessitent d'être impérativement corrigés au préalable sous peine d'engendrer des biais susceptibles de remettre en cause la pertinence des résultats.

    La laine de verre n'a pas été mise en oeuvre de manière réglementaire. Elle ignore les DTU (Documents Techniques Unifiés) 40.22 de mai 1993, le cahier 3560 du CSTB de mai 2006 et les préconisations du Syndicat National des Fabricants d'Isolants en Laines Minérales Manufacturées (FILMM). La laine de verre a en effet été placée côté intérieur d'un support de couverture en contreplaqué sans lame d'air entre la face supérieure de l'isolant et la paroi en contreplaqué. Or la paroi en contreplaqué n'étant pas perméable à la vapeur d'eau, cette pose constitue une cause importante de condensation et doit être strictement prohibée. Le DTU 40.22 (NF P31-201-1) de mai 1993 stipule en effet que dans le cas des couvertures posées sur support continu en panneaux dérivés du bois : « L'isolation thermique peut être disposée…sous rampant. Dans ce dernier cas, l'isolant doit être disposé de façon à ce qu'il subsiste, compte tenu des variations éventuelles de son épaisseur, un espace minimal de 40 mm entre la face supérieure de l'isolant et la sous-face du support continu ou de l'écran ». Enfin, la pose de l'isolant réflecteur n'a pas non plus été réalisée dans les règles de l'art et en conformité avec les préconisations des fabricants (adhérents du SFIRMM) car la lame d'air située côté extérieur de l'isolant réflecteur en toiture n'était pas ventilée.

    Un dispositif de mesure imprécis : La nature et le nombre des équipements de mesure ne sont pas précisés dans le rapport, pas plus que la méthodologie et le mode d'acquisition des données (cadencement des mesures etc.) permettant d'exploiter les résultats.

    Un lieu d'essai inconnu et un site qui ne semble pas dégagé. Le lieu des essais (la région) n'est pas mentionné. Les photos présentées dans le rapport permettent de constater que la cellule d'essai de droite fait de l'ombre à celle de gauche. La présence d'un mur et d'arbres autour des cellules montre par ailleurs que le site n'est pas dégagé. La position des capteurs météorologiques n'étant pas précisée dans le rapport, le doute subsiste quant au fait que ces derniers enregistrent bien les conditions météorologiques auxquelles sont exposées les cellules d'essai.

    Une analyse des résultats portant sur moins de 10 % des données enregistrées. Le rapport indique que l'essai a duré 10 semaines, du 14 février 2006 au 21 avril 2006. Or l'analyse globale, qui compare la consommation d'énergie des deux cellules d'essai, ne porte que sur la période du 15 au 19 février, soit cinq jours.

    Ce choix de ne considérer que 5 jours de résultats pose de nombreuses questions, d'autant qu'il n'est pas justifié dans le rapport. Compte tenu de la faible quantité de données exploitées, on peut penser que ce choix découle du nombre élevé de perturbations ayant eu lieu lors de l'expérimentation. Le rapport laisse en effet apparaître 5 interruptions dans les mesures (dont certaines sur plusieurs jours), et ce sur une durée équivalente à environ 25% de la durée du programme d'essai. De plus, les 5 jours retenus sont les premiers jours du test. N'y aurait-il pas ainsi, en début d'essai, un effet de montée en température des cellules ? Enfin les 5 jours présentés sont caractérisés par un faible vent qui varie de 1 à 6 m/s. Or ces conditions climatiques ne sont pas représentatives des fortes amplitudes rencontrées pendant un hiver moyen en France.

    Des conclusions hâtives. Le rapport d'essais conclut que le bâtiment isolé avec 200 mm de laine de verre consomme deux fois moins que le bâtiment isolé avec l'isolant réflecteur. Or cette conclusion porte sur un essai comparatif réalisé :
    - sur des cellules d'essai qui ne semblent pas avoir été préalablement étalonnées,
    - avec une laine de verre et un isolant réflecteur dont on ne connaît pas les caractéristiques précises,
    - avec une mise en oeuvre qui ne respecte pas les prescriptions de pose des fabricants et ignore les DTU 40.22 de mai 1993 et le cahier 3560 du CSTB de mai 2006,
    - dans des bâtiments qui ne semblent pas avoir été équipés de manière identique ("la laine de verre a été protégée de l'environnement extérieure par un pare-air fixé sur les chevrons et surmonté d'un panneau de contreventement en OSB"),
    - sur un lieu qui n'est pas mentionné,
    - sur une durée de 10 semaines mais dont les résultats portent uniquement sur 5 jours.
    Compte tenu du nombre et de l'importance des approximations relevées dans le protocole de test, les résultats présentés ne sont pas exploitables scientifiquement. Le mode de pose a été réalisé de manière à enfermer les matériaux testés entre 2 parois étanches aux infiltrations d'air ce qui revient à reproduire des conditions très proches de celles du laboratoire avec la boîte chaude gardée. Ces tests s'apparentent par conséquent davantage à un test de laboratoire destiné à mesurer la résistance thermique d'un isolant qu'à un test in situ visant à mesurer la performance thermique de l'isolant une fois mis en oeuvre. L'ensemble de ces remarques permet de conclure qu'il ne s'agit pas d'un véritable essai in situ, parce qu'au moins deux principes directeurs des essais in situ n'ont pas été respectés.

    Les matériaux n'ont pas été mis en oeuvre comme ils le sont dans la réalité du bâtiment. Or dans un test in situ, il ne faut pas chercher à reproduire les conditions particulières utilisées en laboratoire pour mesurer des caractéristiques suivant une méthode normalisée.

    Les résultats portent sur une période trop courte. Or dans un test in situ, il faut laisser les bâtiments-tests réagir aux variations de conditions climatiques, ce qui nécessite une durée importante (environ deux mois) et ne pas extraire de résultats partiels sans les justifier.
    La campagne d'essais in situ réalisée à l'échelle européenne par 5 laboratoires membres de l'EOTA (European Organisation for Technical Approval) est basée sur un protocole autrement plus professionnel. Les caractéristiques des matériaux testés sont décrites de manière précise, les bâtiments de tests ont été rigoureusement étalonnés avant le début des essais, les matériaux ont été posés dans les règles de l'art et selon les prescriptions des fabricants, dans des bâtiments équipés de manière strictement identique, sous différents climats (Finlande, Lituanie, Angleterre, Irlande, France, Espagne) et les résultats porteront sur 3 mois consécutifs de tests d'hiver et d'été.
    Il est important de noter à cet égard que le CSTB qui est également membre de l'EOTA a refusé de participer à cette campagne d'essais in situ, dont l'objet est pourtant d'apporter à la communauté scientifique des résultats obtenus en toute indépendance par 5 laboratoires opérant suivant le même protocole de tests.

    Le SFIRMM préconise par conséquent de ne pas se fier aux résultats de ce rapport et de se conformer aux tests menés par les 5 laboratoires de l'EOTA dont les résultats serviront à alimenter les travaux scientifiques menés en particulier au niveau du Comité Européen de Normalisation.

    (1) PREBAT : Programme de recherche et d'expérimentation sur l'énergie du bâtiment.

  4. #3
    poulif

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Citation Envoyé par ingalss Voir le message
    Déjà, en mai dernier, le SFIRMM (Syndicat des fabricants d'isolants réflecteurs minces multicouches), contestait le CSTB
    Arf. Déja, en lisant ça, on commence à se marrer.

    Citation Envoyé par ingalss Voir le message
    La laine de verre n'a pas été mise en oeuvre de manière réglementaire.
    LE SFIRMM essaye donc de nous expliquer que la LDV a été trop bien posée, puisqu'elle a dépassé les performances de son produit. Il serait donc de bonne guerre de ne pas poser la LDV mieux que la réglementation, sous peine de concurrence déloyale

    Le coup des conditions de laboratoire, pas mal aussi.

    Pour moi, de 2 choses l'une : ou le CSTB était sous la pression des Fabricants de LDV, ou le SFIRMM est de mauvaise foi, ou les 2. Dans tous les cas cette guerre commerciale ne va pas nous avancer beaucoup plus.

  5. #4
    Garlik

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Le sujet a deja ete debattu a de nombreuses reprise sur ce forum et ailleurs, mais peu importe...

    LE SFIRMM essaye donc de nous expliquer que la LDV a été trop bien posée, puisqu'elle a dépassé les performances de son produit. Il serait donc de bonne guerre de ne pas poser la LDV mieux que la réglementation, sous peine de concurrence déloyale
    Ce qui est encore plus amusant, c'est de constater que les objections du SFIRMM militent pour le fait que, posee ainsi, la LDV serait moins performante que ce a quoi on est suppose attendre. Ce qui irait donc encore plus dans le sens d'un desaveu de ces isolants minces.

    J'aime bien aussi ce passage :
    Les matériaux n'ont pas été mis en oeuvre comme ils le sont dans la réalité du bâtiment. Or dans un test in situ, il ne faut pas chercher à reproduire les conditions particulières utilisées en laboratoire pour mesurer des caractéristiques suivant une méthode normalisée.
    Si on suit ce raisonnement, les isolants minces devraient donc etre poses sans la moindre lame d'air, comme c'est le cas de la plupart des poses reelles puisque l'on prend generalement un tel isolant pour une utilisation en epaisseur contrainte. Or une telle pose est extremement penalisante pour ces isolants puisqu'ils ne reflechissent alors plus rien et leur pouvoir isolant se reduit donc a celle de la conductivite thermique.

    De toutes facon, ceci ne retire RIEN a ce que j'avais deja fais remarquer dans un autre fil :
    Le principal argument commercial des fabricants d'IMR reste justement la faible epaisseur du support pour, selon leurs dires, un pouvoir isolant au moins egal a celui d'une epaisseur de LDV de 20 cm. L'interet majeur reside donc la possibilite de pose dans un espace reduit.

    Or, ces memes fabricants, au travers, entre autre, de la mise en place de tests in-situ, nous disent aussi que la pose optimale de l'IMR est obtenue en maintenant une lame d'air de 10 cm de chaque cote de l'isolant. Ce qui implique alors un encombrement identique a celui d'une laine de verre.

    D'ou ma question : quel est l'interet d'acheter un isolant deux a trois fois plus cher que de la LDV, pour une isolation et un encombrement identique ???

  6. Comparatifs

    Gagnez du temps et de l'argent grâce à nos comparatifs de produits de l'univers de la maison. Parmi nos sujets :
  7. #5
    Jeannot31

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Merci de vos contributions, mais mon but en ouvrant cette discussion n'était pas de relancer le débat sur les isolants minces sur la base de tests effectués par les uns ou les autres car on pourra toujours taxer les uns ou les autres de partialité (à tort ou à raison) en fonction d'intérêts divergents.
    Ce qui m'intéressait au travers de cette discussion, c'était bien d'avoir l'avis d'utilisateurs en fonction de leur propre expérience : Quels isolants ont-ils utilisés ? Quel est leur avis critique sur le résultat en termes de confort et de consommation d'énergie ?
    En ce qui concerne les avis basés sur les déclarations du CSTB, du SFIRMM ou d'ISOVER, je pense qu'ils ont déjà été donnés de manière plus ou moins pertinente sur de nombreuses autres discussions et de nombreux autres forums...

  8. A voir en vidéo sur Futura
  9. #6
    Garlik

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Silence eloquent de la communaute...

  10. Publicité
  11. #7
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Silence eloquent de la communaute...
    Eh oui , tu leur as coupé le sifflet ..

    j'abonde parfaitement dans ton sens , comme architecte , je sais le prix des isolations et leur encombrement/performances et le prix d'un IMR me fait bondir !

    Surtout qu'à la longue-même dans une lame d'air soi-disant non ventilée mais pas toujours bien réalisée - une couche de poussière finit par recouvrir le dessus réfléchissant la chaleur et que ce dernier ne devient plus réfléchissant mais absorbeur de chaleur ...

  12. #8
    Jeannot31

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Je suis étonné que sur un sujet aussi polémique aucun utilisateur n'ait son mot à dire. C'est à croire que seuls les gens qui n'ont jamais testé les isolants minces ont quelque chose à dire. C'est quand même bizarre !
    Si le marché des isolants minces est en croissance, cela signifie que des gens en achète.
    Alors quelle que soit votre expérience, bonne ou mauvaise, faites nous la partager !

  13. #9
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    ce serait plutôt le fait que des gens peu au courant de cette problématique acceptent sans rechigner les propositions des artisans ravis de poser un matériau ausi cher et aussi facile à poser ..leur marge devient confortable !

    a suivre ...

  14. #10
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Alors quelle que soit votre expérience, bonne ou mauvaise, faites nous la partager !
    dans 5 ou 10 ans ..les mécontents vont affluer : charpentes pourries , champignons et moissisures si l'IMR a été mal posé par des artisans incompétents qui n'ont pas respecté les impératifs de ventilation de la charpente !

  15. #11
    Ulyssesourd

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Hello,

    Faites une experience : Prenez des sacs isothérmiques pour y mettre des produits congelés, et comparez l'isolant qui y est dedans avec l'IMR...
    Quand je transporte un produit congelé avec ce sac, en 2 heures, c'est décongelé...Donc pour moi cet isolant mince est médiocre...Donc l'IRM c'est pareil : comment vous voulez isoler toute la maison avec une couche aussi fine ? Du jamais vu ... ou c'est un exploit ?
    A+

  16. #12
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    pas con , l'ulysse ..faisons un concours entre ces deux isolants

    faisons deux cubes (un peu la même procédure que le CSTB) de 1m de côté en ctb ou agglo ..qui seront exposés dehors pas trop proches l'un de l'autre ..

    l 'IMR sera protégé recto et verso par une lame d'air de
    10cms et une paroi en ctb interne et une autre externe

    la LDV de 200mm sera placée entre ces mêmes parois dans l'autre cube

    plaçons dans chaque cube une bouteille en PVC percée remplie de glace ,

    une petite vitre côté nord permet de visualiser la bouteille

    Le perdant sera celui qui aura moins bien protégé la glace ...(eau complètement écoulée )

  17. Publicité
  18. #13
    Ulyssesourd

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Je sais déjà qui va perdre

  19. #14
    ericsg

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Bonsoir,
    Utilisateur d'isolants actis pour ma maison depuis 6 ans et je n'ai que de satisfactions.
    Seul point négatif: phoniquement nul ou presque( masse ressort masse )
    L'isolant étant trop mince pour jouer le role du ressort
    Hiver impécable en conso
    Ete idem grenier beaucoup plus frais qu'avec de la laine de verre ou roche
    Gain de place en sous pente et mur
    par contre j'ai gardé laine de verre pour la partie plafond
    pour même maison avec actis et laine de verre température au dernier étage avec un écard de 5 degrés avec actis
    utilisation de tri iso super 9 + Tri iso mur
    bonsoir

  20. #15
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Ete idem grenier beaucoup plus frais qu'avec de la laine de verre ou roche
    ah un retour positif ..sympa de vous être manifesté

    Une question: vous aviez viré la laine de roche avant de placer l'IMR ? sinon , comment pouvez-vous être si affirmatif sur la qualité de l'ambiance dans votre grenier ?

    En tous cas , l'IMR aurait été un très bon complement d'isolation à de la laine de verre ou de roche déjà en place, tout en conservant une bonne isolation acoustique !

    Combien avez-vous payé l'Actis au m2 fourni posé ?

  21. #16
    etpourquoipas

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Citation Envoyé par ericsg Voir le message
    Ete idem grenier beaucoup plus frais qu'avec de la laine de verre ou roche
    Gain de place en sous pente et mur
    par contre j'ai gardé laine de verre pour la partie plafond
    si je comprends bien vous avez de la laine de verre sur le sol au grenier et de l'isolant mince agraphé à la charpente du grenier, c'est bien ça?

  22. #17
    boblebricooleur

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    bonjour,

    je me rattache au sujet qui m'interesse. j'ai un charpentier qui viens jeudi prochain et qui me propose un isolant mince en laine de mouton. d'apres lui, il en a mis dans sa maiosn et ca marche très bien. Je verifierai si possible.
    qualsu'un en a t il deja entendu parlé ?

    (s'il le faut je peux creer un nouveau post)

    merci

  23. #18
    Jeannot31

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Je vois que plusieurs d'entre vous ont participé au sondage mais ne sont pas intervenus dans la discussion.
    Pourriez-vous expliciter quel isolant vous avez utilisé et ce qui motive votre avis ?
    Merci.

  24. Publicité
  25. #19
    raynat32

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Citation Envoyé par Jeannot31 Voir le message
    Bonjour à tous,

    Je m'intéresse aux isolants minces (IMR) et j'aimerais avoir des retours d'expérience de personnes qui utilisent ou ont utilisé des isolants minces.
    J'ai parcouru plusieurs fils de discussion traitant du sujet, visiblement très polémique, mais la plupart des intervenants donnent un avis théorique sur la base des tests effectués par le CSTB. Par contre, on trouve rarement de personnes qui les ont réellement testés chez eux !
    Alors si vous utilisez un isolant mince (quelle qu'en soit la marque) seul ou en combinaison avec un isolant traditionnel, venez partager votre expérience ! Quel(s) isolant(s) avez-vous utilisé? Etes-vous satifisfait du résultat ? ...
    le constructeur de ma maison a mis du tri iso super 9 à la place de 20 cms de laine de verre.

    Résultat : 50 % de consommation d'énergie en plus

    Une expertise judiciaire par 2 experts conclu :

    -1- à l'inefficacité de ce type de produits
    -2- à la dangerosité de ce type de produits
    -3- à l'impossibilité de respecter à la pose les lames d'air immobiles.

    Il faut refaire la toiture et procéder à une isolation par panneaux sandwich polyuréthane sur chevrons, pour éviter une trop grande casse.

  26. #20
    mary22

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Bonjour,
    nous rénovons l'interieur d'une grande maison en pierre l'hiver dernier nous avons laissé la vielle isolation (veille laine de verre tassée sur toiture) avec passage d'air ... c'est le toit au dessus du salon car nous avons une mezzanine autant dire qu'on a chauffé les oiseaux...
    Comme mon mari voulait garder les poutres apparentes nous avons choisi la XLaine 17 IRM en laine de mouton, bon on est en train de la poser , on attaque la face SUD et nous sommes en été on a pas finit et je vous dirait s'il y a du changemet en hiver car je suis frileuse et ne souhaite pas avoir froid l'hiver prochain nous avons un poele à granulés qui a marché l'hiver dernier à environ 2T et demi.
    Ce que je peux dire c'est que cet isolant est plus maniable et plus agréable que la LDV. Bon il n'y aura pas encore de lambris mais vous tiendrez au courant de ma conso par rapport à l'année dernière et la température...

  27. #21
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Ce que je peux dire c'est que cet isolant est plus maniable et plus agréable que la LDV.
    Vous risquez d'être déçue si vous faites un bon relevé des consommations

    -attention à faire exactement la part des vraies économies réalisées :

    1-d'une part, en stoppant les fuites d'air à travers la toiture -que vous signaliez plus haut , ce qu'un bon pare-vapeur à 1€ le m2 fait tout aussi bien

    2- d'autre part , grâce à la présence de l'IMR lui-même et de SES DEUX lames d'air NON VENTILEES , ce que fait aussi bien 5 ou 6 cms de LDV neuve

    3 - sans oublier la vieille LDV et son R résiduel

    Question : avez vous placé l'IMR au-dessus de la LDV ??? par dessus la charpente: poutres , chevrons et voliges ???

  28. #22
    mary22

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Bonjour,
    je reste attentive à votre mise en garde et reste prudente, car nous n'allons pas poser le lambris de suite nous allons voir si cet isolant SEUL est efficace, je rappelle que c'est un 17 couches avec laine de mouton, donc on ne va pas pour le moment rajouter de LDV. Nous avons agraphé l irm ur les liteaux donc il y a une lame d'air et donc rien d'autre.
    Je ne manquerais pas de vous tenir au courant car il est bien que chacun donne son expérience afin de se faire une opinion car à part des expériences en labo... PUis l'alu ne condense pas d'après mon mari alors la charpente ne devrait pas pourrir, j'ajouterais que dans la pièce à côté nous mettons de la laine de verre alors nous aurons vraiment un test de ce produit.
    Merci à tous et à bientôt

  29. #23
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    PUis l'alu ne condense pas d'après mon mari alors la charpente ne devrait pas pourrir,
    Si j'ai bien suivi votre description , vous avez posé l'IMR SUR les voliges , par-dessus toute la charpente ?

    Ce qui bloquera la vapeur d'eau en hiver et gardera humide voliges,chevrons et poutres ...risque de pourriture ou d'attaques par les insectes et champignons qui adorent à la fois chaleur et humidité ...

    gardez un oeil sur les voliges/chevrons avec un testeur d'humidité ...

    Si cette IMR avait été posée SOUS la charpente , laissant donc une bonneventilation sous les tuiles , alors ok...sauf que vous aurez tout simplement la même isolation que 3 à 5 cms de LDV neuve ..

  30. #24
    Garlik

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Le nombre de couches ne change rien à l'affaire, en dehors de l'argument commercial bien sur. Le R global dépend de l'épaisseur de chaque couche et de la conductivité thermique de chacun des matériaux. Au final c'est donc surtout l'épaisseur totale de l'IMR qui sera dimensionnant.

    Pour ce qui concerne votre test, je peux dores et déjà vous dire qu'il sera faussé ; si vous testez l'IMR avec sa face réfléchissante à nue, ses performances seront meilleures que si il est caché derrière un lambris.

    C'est d'ailleurs une des deux manières avec laquelle les fabricants d'IMR testent leurs produits ; face réfléchissante à nue.

    Dans ces conditions, les Infra rouges sont biens réfléchis en grande partie dans la pièce et les pertes par rayonnement sont donc très faibles. Dès que l'on recouvre l'IMR, par du lambri par exemple, le revettement absorbe les IR et retransmet alors l'énergie absorbée par conduction vers l'IMR. Et comme ces matériaux sont nuls en isolation par conduction....

    Pour bien faire il faudrait donc :
    - soit laisser la face réfléchissante à nu coté intérieur de la maison et se chauffer uniquement avec des panneaux rayonnants. Question : êtes vous prêt à vivre dans un cube métallique ?
    - soit, comme le préconisent les fabricants, tendre l'IMR dans un cadre, de façon parfaitement étanche et au milieu de 2 lames d'air non ventilées de 10 cm chacune.

    Dans le second cas, on obtient l'équivalent (voire un peu moins) de 20 cm de LDV. Oui, mais l'encombrement est identique (20 cm d'épaisseur). Aucun intérêt donc.

    Pour ce qui est de la condensation, n'importe quel matériau, même l'aluminium, est susceptible de provoquer ce phénomène dès lors où l'air est brutalement refroidit. C'est encore plus vrai avec des IMR dans la mesure où ils sont très peu isolant et provoque donc un gradient de température important.

  31. Publicité
  32. #25
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    on obtient l'équivalent (voire un peu moins) de 20 cm de LDV. Oui, mais l'encombrement est identique (20 cm d'épaisseur).
    Beaucoup moins que les 20cms de LDV !!

    IMR + 2 lames d'air de 10cms de chaque côté = maximum du R =2

    beaucoup moins que le R de 20cms de LDV = 5 !!!!

    En plus le m2 IMR=2 à 3 fois plus cher que le m2 LDV !!!!

    Sauve qui peut !!

    si vous testez l'IMR avec sa face réfléchissante à nue, ses performances seront meilleures que si il est caché derrière un lambris.
    Exact en partie , si on met un thermomètre dans la pièce et un radiateur rayonnant (la fameuse lampe halogène utilisée lors des tests par les fabricants ) , celui-ci sera influencé par les IR réemis par l'IMR sur le bulbe du thermomètre...

  33. #26
    mary22

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    Bonsoir à tous,
    je crois que j'ai ravivé le débat ; alors je crois que je me suis mal exprimée, en fait nous avons placé l irm à l 'intérieur (en dessous la charpente donc) sur les chevrons et donc les solives ne sont pas en contact avec l'irm et respecte une lame d'air suffisante...Bon ensuite nous mettrons du lambris avec une nouvelle lame d'air. Concernant la condensation de l'alu, je vais me renseigner dans google pour voir ce qu'il en ait.

  34. #27
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    En résumé :

    -vous allez avoir un peu froid en hiver
    -vous avez payé cher un IMR 2 x plus cher au M2 que de la LDV en 20cm
    - l'IMR est 2 x moins isolant que 20cm de LDV....
    -de plus la lame d'air entre le IMR et les solives n'est pas immobile , en plus de l' empoussièrement de la face côté extérieur = grosse perte en résistance thermique = R descend en dessous de 1.5
    contre 5 pour la LDv en 20cm ...

    je vous laisse méditer ..


    tenez-nous au courant ...ne serait-ce que pour nous dire que nous nous sommes trompés .

  35. #28
    mary22

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    sur un point je suis sur de quelque chose que vous avez cité, l IRM est cher à l'achat...Pour le reste je vous tiens au courant et sans vous offensez j'espère que vous vous trompez...sinon c'est de l'arnaque et je ne comprendrais pas pourquoi ces matériaux seront toujours en vente si chers...Bon s'il y a d'autres utilisateurs de ce type de produit 'il se fasse connaitre pour savoir si cela vaut le coup d'investir dans un IRM

  36. #29
    marsan09

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    bonjour,
    J'ai isolé un cumulus avec une chute d'isolant mince et je me suis rendu compte que ça me permettait de comparer sa valeur isolante à celle de l'isolant d'origine.
    L'isolant mince est plaqué contre le cumulus d'un côté et de l'autre en contact avec l'air du local, il n'est donc pas posé comme recommandé, ave une lame d'air de chaque côté.
    L'épaisseur isolant cumulus est de 3cm, en périphérie j'ai ajouté 10mm d'isolant mince 5 composants /alu/bulles/mousse/bulles/alu/
    et sur le dessus du 7 composants 10mm /plastique aluminisé pa/mousse/pa/mousse/pa/mousse/pa/
    J'ai fait plusieurs séries de mesures qui donnent sensiblement les mêmes résultats.
    Aucune différence entre les deux isolants minces.
    Les mesures sont faites avec un thermomètre ordinaire au 1/2 degré près, j'ai essayé d'avoir un système le plus possible en équilibre, donc mesures le matin, résistance chauffante coupée.
    Mesures dans l'ordre de l'intérieur vers l'extérieur :
    Teau = 43°C (mesure de la température de l'eau chaude) , Tintermédiaire = 30°C (mesurée en glissant le thermomètre entre la carcasse et l'isolant mince) , Text = température du local.
    deltaT1 = Teau - Tintermédiaire = 43-30 = 13°C
    deltaT2 = Tintermédiaire - Text = 30-23 = 7°C
    rapport deltaT2 / deltaT1 = 7/13=0,54
    Par comparaison, le pouvoir isolant de l'isolant mince est 0,54 de l'isolant d'origine, il est donc équivalent à 3cm*0,54 = 1,6cm de certainement de la mousse de polyuréthane.
    J'admets la présence d'erreurs de mesure mais l'ordre de grandeur de la qualité de l'isolant est là : 1cm d'isolant mince isole comme entre 1 et 2 cm d'isolant traditionnel.

  37. #30
    herakles
    Animateur Habitat

    Re : Avis d'utilisateurs d'isolants minces (IMR)

    sinon c'est de l'arnaque et je ne comprendrais pas pourquoi ces matériaux seront toujours en vente si chers..
    Voici un lien plutôt édifiant

    Et une possibilité d'essai rigoureux , à condition de bien respecter la mise en oeuvre rigoureuse

    -2x4 plaques de polystyrène de 100mm pour faire 2caissons de 1m de côté et de 1m de haut
    -mise en place d'un fauxplafond = fermacell ou lambris dans les deux cas
    -au-dessus , lame d'air100mm+IMR+lame d'air 100mm+tuiles ou plaques d'ardoises (caisson 1)
    ou laine de roche 200mm+lame d'air 40mm+ tuiles ou ardoises (caisson 2)

    avec l'été qui arrive , c'est le bon moment pour avoir une source chaude

    mettez dans chaque caisson une sonde de température comme indiqué sur ce blog ...et relevez les températures heure par heure ...vous serez vite fixée ...

    Après les essais , faites cadeau du caisson le plus confortable à votre toutou....



    http://pagesperso-orange.fr/sudoku.l...lant/index.htm

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Cherche avis d'utilisateurs du chauffage électrique
    Par Skaro dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 3
    Dernier message: 12/08/2007, 21h51
  2. TIPE:recherche d'isolants thermiques
    Par seb08 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/07/2007, 15h06
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...