Répondre à la discussion
Page 4 sur 7 PremièrePremière 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 91 à 120 sur 188

Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?



  1. #91
    Peter 1962

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?


    ------

    Bonjour Polar Bear !

    -----

  2. Publicité
  3. #92
    bibice

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par Philou67 Voir le message

    De grâce... c'est si difficile à comprendre ???
    Mince, voila que ca recommence, et moi qui essaye de faire une synthese, c'est pas gagné.

    Si vous n'etes pas d'accord, faites comme moi : ignorez et continuez à développer votre avis...

    Vu qu'on cherche de plus en plus profondément et que je vois passer plein d'avis, je commence à réflechir à une vision tres large du probleme et essayer d'expliquer ce qui peut se passer dans le poele et au niveau des contraintes dans les briques, mais ca va surement prendre des pages... et du temps.

    En resumé :

    1 définir dans un poele l'évolution des températures en fonction des zones et des évènements.
    2 définir les contraintes que cela representent pour les briques, quelles sont les degradations que cela va representer, et quelles sont les caractéristiques que les briques vont devoir présenter pour y résister.


    Petite précision de RDM. Le choc thermique est indépendant du temps à la base. Parler de changement rapide de température est mal approprié.
    Alors pourquoi le test de choc thermique demande un changement de température brusque? Le test doit etre facile à réaliser. La méthode du test permet de supprimer le facteur conductivité, L'objectif étant d'avoir sur l'échantillon une température ambiante sur l'enveloppe extérieure et le coeur de l'échantillon toujours à 950°C.
    Il serait possible de concevoir un test avec une éprouvette ou les deux cotés serait forcés à une température chacun, sans forcement avoir besoin d'aller vite. Vous gardez un bout de l'échantillon à température ambiante et vous chauffez l'autre jusqu'à 950°C, vite ou pas vite, peut importe, vous obtiendrez le même résultat. Dans ce sens c'est tres difficile de faire le test car il faut avoir le matériel pour chauffer en meme temps un coté à 950°C? tout en gardant l'autre à température ambiante (qu'il faut donc refroidir pour combattre l'apport de calories du à la conduction).
    il est beaucoup plus facile de mettre dans le four et plonger ensuite l'eprouvette dans l'eau.

    Maintenant, la suite va me prendre du temps car je pense que de petits schéma seront beaucoup plus clair qu'un treeees long discours...

    Bibice
    Avoir le courage d'entreprendre quelque chose est l'un des principaux facteurs du succès.

  4. #93
    PassageBref

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Voila ceci est mon tout dernier message sur cet excellent forum et je vous rassure je ne viens pas ici perturber votre fabuleux débat, je n’ai pas jugé nécessaire de participer à ce dialogue. J’ai juste décidé aujourd’hui de venir vous saluer en vous communiquant des infos.

    Je ne caches pas bien sur que j’ai alimenté en informations plusieurs personnes dont certaines ce sont exprimées et d’autres on gardé un peu de retenue.

    Tout le monde aura compris que le problème vient de cette phrase du livre de chevet du pdm, et qui se traduit par « la brique idéale doit avoir un faible taux d’alumine car elle résiste ainsi davantage aux chocs thermique etc…. »

    Il à même été argumenté sur ce sujet que les chocs thermiques étaient violents dans un pdm.

    En restant concentré sur cette simple phrase, on voit qu’il y a beaucoup à dire.

    J’ai fait passer de nombreuses fiches techniques où l’on voit bien que des briques à fort taux d’AL2O3 ont des résistances meilleures aux chocs thermiques ainsi qu’une bien meilleure résistance mécanique que des briques à faible taux.

    Attention, ça ne veut surtout pas dire que les forts taux sont meilleurs, c’est la structure générale du matériau qui détermine sa résistance aux chocs thermiques.

    Le taux d’Alumine détermine l’indice de réfractarité du matériau en question.

    Ce qui m’a fait dire que cette fameuse phrase n’est pas juste.

    Quand au choc thermique dans un pdm voir ce qui suit :

    Le seul moment où il peut y avoir un choc thermique sur vos pdm, n’est pas dans la montée ou descente en température sur un poêle correctement conçu mais à l’instant du rechargement (pour ceux qui rechargent bien sur)

    Le principe de base de fonctionnement du choc thermique est d’abord lier à la conductivité thermique du matériau puis de sa résistance mécanique et de son coefficient de dilatation, viennent ensuite la chaleur spécifique ainsi que l’épaisseur du matériau.

    L’explication la plus simple et réaliste est :

    Quand vous ouvrez votre porte pour recharger alors que le foyer est bien chaud, la température de surface des briques de la boite à feu va chuter jusqu'à un point d’équilibre avec l’ambiant environnant.
    Cette baisse de température va forcer l’extraction des calories de la brique vers sa face intérieure (donc celle ou la température environnante est moins élevée) jusqu'à un certain équilibre, mais avec un temps bien plus long (qui dépend de la conductivité du matériau en question)
    Donc vous avez à cet instant une différence de température entre le cœur de la brique et sa face intérieure, ce qui se traduit par une tension, cette tension dépend de la résistance mécanique à la traction qui est 10 fois inférieure à la résistance en compression (mentionnée sur toute bonne fiche technique.
    Cette tension (donc par définition ce retrait) est dépendante aussi du coefficient de dilatation thermique.
    Si les tensions que vous créer à l’occasion de votre rechargement sont supérieures à la résistance mécanique, elles vont bien entendu se transformées en fissures qui vont se propagées en s’agrandissant jusqu’a rencontrer par exemple un trou (porosité), la fissure s’arrêtera ici et n’ira pas obligatoirement jusqu'à la rupture (mais par contre s’ouvrira à chaque montée en température et favorisera ainsi les attaques chimiques conduisant à une destruction du matériau à plus ou moins long terme).
    A ce moment, vous avez tous compris qu’une meilleure conductivité sera une propriété intéressante pour limiter les effets causés par la force de traction (le flux thermique s’extrayant plus rapidement de la brique avec une conductivité plus importante)

    Ensuite et en toute logique, l’épaisseur du matériau a aussi son importance (moins votre brique sera épaisse et plus rapidement elle se mettra en température d’équilibre) ce qui signifie qu’une brique sur chant offrira une meilleure performance qu’une brique à plat.
    Vous pensez à juste titre qu’une brique sur chant à moins de résistance mécanique mais la méthode dans un pdm est d’en avoir deux cotes a cotes.)
    Vous pensez que la porosité va aider vos matériaux à mieux encaisser les chocs, il y a un peu de vrai sauf que la porosité réduit aussi considérablement la résistance mécanique, surtout si vous utiliser la brique idéale qui doit avoir une porosité de 50%.

    Tout ceci nous amène au coefficient de dilatation thermique qui plus il est faible et ….. je vous laisse deviner la suite

    Voyez vous dans cette explication un passage ou le taux d’alumine est directement lier à la résistance aux chocs thermiques.

    Le taux d’Alumine détermine l’indice de réfractarité du matériau en question.

    J’avais prévenu que le domaine des matériaux réfractaires est très complexe et encore nous ne sommes même pas à la porte du domaine des céramiques techniques.

    On ne peut donc expliquer le choix de la brique idéale en se basant uniquement sur son taux d’alumine.
    C’est la raison pour laquelle je dis que le contenu de cette phrase de 4 lignes tirées du livre de chevet du pdm est une erreur dans sa quasi-totalité.

    Le but n’est pas de blesser les personnes, mais d’établir la vérité sur ce sujet.
    Etant bon joueur, je dirais que c’est l’éditeur qui n’a pas recopié correctement le texte de la phrase en question.

    ###

    Maintenant si des personnes veulent entretenir un dialogue dans la technique, la simplicité et je souhaite la bonne humeur, je vous invite à vous connecter ici ### Merci de compléter le champ "site web" de votre profil

    Désolé d’en faire la promotion Philou mais de toute façon vous auriez eu l’info très rapidement, alors autant que je vous l’annonce en live.

    Avec mes sincères salutations à tous
    Polar Bear

    Ps en fichier attaché un extrait de la norme en cous EN 993-11, il n’est pas utile de créer une
    norme spécialement applicable aux petites chauffes d’un pdm
    Images attachées Images attachées
    Dernière modification par Philou67 ; 11/02/2010 à 10h12. Motif: ad hominem

  5. #94
    Philou67

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par PassageBref Voir le message
    Maintenant si des personnes veulent entretenir un dialogue dans la technique, la simplicité et je souhaite la bonne humeur
    C'est ce que j'appelle de tous mes vœux, ici même, et depuis bien longtemps... mais je crois que c'est un vœu pieu.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  6. #95
    dedal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    .
    Je suis vraiment triste de la tournure que prennent les choses.
    Bibice, notamment, a tenté de porter et nourrir les questions posées ici (et moi j'ai appris des choses, je crois), nous aurions tous été avisé de suivre son exemple en dépassionant la "discussion".

    Au final, on va peut-être seulement réussir à "savoir" qui a la [auto censuré], et qui a la [auto censuré]. C'est peut-être une incidence de la masculinité du forum.

    C'est vraiment dommage.


    ps : chapeau à Philou pour tenter de conserver le fil.
    .
    Dernière modification par dedal ; 10/02/2010 à 19h25. Motif: les enfants nous lisent
    - et le chameau dit à la chamotte : masse-moi, c’est au poil... -

  7. #96
    Gaffal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Hello Polar et merci pour ces interventions haut de gamme...
    Dans 20 ans tu postera une photo de ton coeur de chauffe !
    Sinon concernant la notion de choc thermique, j' ai l' impression que c' est un peu comme le mur du son...
    Si le flux de chaleur est supérieur à la conductivité de la brique, les differences de temp augmentent exponentiellement , les contraintes de dilatation aussi, et bang...liberation des tensions mecaniques...
    Je retiendrait de tout ça:
    Brique refractaire Alumine 38 - 42%
    peu de fer et de quartz
    porosité 17-20%
    En attendant avec curiosité la fiche de la "finnish"

  8. Publicité
  9. #97
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Bonsoir,

    J'ai comme l'impression que les regards accusateurs se posent sur ma personne. Hors je rappelle que dans cette affaire je n'ai aucune position personnelle. Je me suis borné à rappeler le consensus général et ce dans le but unique de continuer à apporter au constructeur réaliste des données fiables et validées par les années et par les artisans les plus renommés de la planète.

    Ce rappel aurait du appeler les uns et les autres a plus d'humilité. En lieu et place on m'a servi du "il n'a pas dit ca" puis du " en fait il l'a dit mais en fait il pensait autre chose " etc...jusqu'à frôler l'absurde. J'ai donné des liens et des liens mais rien n'y fît.

    Même quand MF dit il y a un mois ce qu'il dit ( et qui ne fait que résumer la pensée de tous les autres ) on trouve encore le moyen d'ergoter. Alors que voulez-vous que je fasse si ce n'est pas ce que certains veulent entendre?

    Tout ca pour quoi? Eh ben pour rien car il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    acheter moins, acheter mieux

  10. #98
    dedal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    .
    Pour ma part, certainement pas de regards accusateurs, ni pour toi ni pour PB, des regrets seulement. Je continue de penser (très modestement, et peut-être à tort) que vous avez tous deux énormément apportés aux PdMs, notamment auto-construits, depuis 2/3 ans.

    Mais force est de constater que la "discussion" a beaucoup tourné à l'affrontement entre toi et PB, masquant peut-être un affrontement entre 2H et MF - au moins entre leur conceptions et choix constructifs du PdM à contre courant (1).

    Moi je n'ai pas le niveau technique pour arbitrer, et surtout je ne crois pas que ce soit nécessaire. Chacun devrait poser ses considérations, conseils, explications, expérimentations, mesures, et que sais-je... et voilà.
    Débattre ensuite, s'il est possible et voulu de... débattre. C-a-d pas juste ça
    Au final, chacun lira, fera ses choix, et en sera responsable pour lui-même. Vous vous leurrez si vous croyez qu'il en est autrement. Comment serait-il concevable de s'engager dans une auto-construction, sans être totalement responsable de ses propres choix, fussent-ils grandement guidés par un forum.

    Un forumeur a dit il y a quelques semaines que désormais, sur le fil construction réaliste, tels choix de construction était indiscutablement ceux à suivre. Eh bien, si c'est indiscutable, ça n'est pas la peine de participer à un forum de discussion (ni d'en créer un autre d'ailleurs ).

    Longue vie quand même à haut poêle. C'est rigolo, depuis 2 heures, tous les FSmen s'inscrivent sur HP
    La plupart sous le même pseudo... mais il y a aussi un "toutalargile" (riri... ? ).

    Si vous voyez apparaître un ririmason, ça sera peut-être moi...

    Vive les pseudos !

    .
    Dernière modification par dedal ; 10/02/2010 à 21h05.
    - et le chameau dit à la chamotte : masse-moi, c’est au poil... -

  11. #99
    dedal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    et choix constructifs du PdM à contre courant (1).
    Ah oui, le petit (1)...
    C'était pour dire que quand même, brique low ou high, une brique à plat ou 2 briques sur champs... bon.
    Mais ça reste grosso modo des poêles à accumulation bâti, en brique, à contre courant, sur une architecture extrêmement similaire...
    Tous ceux qui "débattent" ici, ont au moins 1 fois par jour (en ce moment) le même plaisir de démarrer un TD dans un PdM à contre courant.

    Ça donne un coté querelle des frères ennemis...
    .
    - et le chameau dit à la chamotte : masse-moi, c’est au poil... -

  12. #100
    chataxe

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Bonsoir,
    +1 pour Dedal
    Je viens de faire ma 1er visite sur l’autre forum et j’ais vue que j’étais déjà considéré comme stéato-rigide sans rien avoir dis

    Citation Envoyé par dedal Voir le message
    Tous ceux qui "débattent" ici, ont au moins 1 fois par jour (en ce moment) le même plaisir de démarrer un TD dans un PdM à contre courant
    Ben non on est au moins 2 qui n’ont pas accès au Graal

    Je ne voudrais pas compliquer le débat, mais est-ce que la brique est le meilleur matériau pour le cœur ?
    Non je ne pense à la pierre mais aux bétons qu’utilisent au moins 2 constructeurs français et un hollandais (mais peut-être uniquement par commodité pour mouler des pièces rigide et pas trop fragile ?)
    Et dans ces constructeurs il y en a un qui utilise aussi les briques, si un forumeur le connait bien, ou peut-être sur un des nombreux salons alsaciens…….
    A+

  13. #101
    LutopiSTe

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par Philou67 Voir le message
    De grâce... c'est si difficile à comprendre ???
    C'est surtout le moment que je fasse un break, parce que sinon je vais devenir complètement insupportable....
    @+
    Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. (Jean Jaurès)

  14. #102
    LutopiSTe

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par dedal Voir le message
    ... des regrets seulement.
    Le forum de FS ne va pas s'arrêter pour autant, et les débats ne seront surement pas plus calme de l'autre côté, ça marque juste une différence dans la façon d'aborder les les choses.
    Moi aussi je tiens à féliciter Philou d'arriver à garder son calme mais quelle idée d'être modérateur! même pas le droit de péter une pile de temps en temps........
    En tout cas n'espérez pas vous être débarrassés de moi! je prends une petite pause pour concrétiser mon sevrage tabagique et je reviens zeeeeeeeeeeen (c'est dur!)

    cordialement
    Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. (Jean Jaurès)

  15. Publicité
  16. #103
    dedal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    .
    Ahhh... c'est ça... ce coté "faut pas m'emmerder en ce moment"
    Fallait le dire plus tôt, on doit pouvoir bricoler des patchs au CO
    .
    - et le chameau dit à la chamotte : masse-moi, c’est au poil... -

  17. #104
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Bjr,

    Je reprends encore une fois un passage du mail de MF car il m'intrigue:

    This is probably way more than is necessary for our own application.
    In France people seem to think that we need a brick with a high
    aluminum content. And that a brick with more Aluminum is better and less expensive. This is correct if you are working with very high constant temperature in an industrial situation. We are not. We are working with constantly variable low temperatures.

    Cette brique est probablement trop chargée en Alumine pour nos besoins de pdm. En France, les gens croient qu'on doit travailler avec des briques contenant beaucoup d'AL et que plus il y a d'AL meilleur c'est. Ceci est vrai pour des installations industrielles travaillant à très hautes t° ce qui, n'est pas notre cas. Un pdm travaille avec des t° relativement basses t° mais variables.

    "En France les gens"? C'est qui les gens? pas Madame Trucmuche ou Monsieur Durant quand même...Vous n'avez pas une idée?

    Et si derrière cet acharnement il y avait tout bêtement un intérêt commercial?
    acheter moins, acheter mieux

  18. #105
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    @ gaffal,

    J'ai cherché la composition de cette "finnish firebrick" qu'ils appellent là bas " domestic firebrick" mais je ne trouve rien de plus que ce qui est écrit dans le bouquin de HH:

    In Finland a special firebrick has been developped expressely for masonry heaters. While its melting point of 1300° does not qualify the domestic firebrick as a genuine firebrick, the temperature limit of that brick is well above the maximum temperature reached in masonry heater. Because the domestic firebrick withstands thermal shock so well, it is actually superior to standard firebrick...

    The closest equivalent to the finnish domestic firebrick in North America is the readily available low duty firebrick.


    J'en déduis que si vous voulez avoir la composition de cette brique il suffit d'obtenir celles de la low duty puisqu'elle a été jugée proche de la domestic firebrick.

    PS si certains ont des problèmes de traduction qu'ils le disent et je traduirai.
    acheter moins, acheter mieux

  19. #106
    Philou67

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Je ne pense pas qu'il y ait un intérêt commercial.
    En fait, taux d'alumine élevé signifie taux de quartz faible. L'argument soutenu par PB est qu'il est plus important d'avoir un faible taux de quartz qu'un faible taux d'alumine.

    Et moi, je demande la chose suivante, à laquelle je n'ai toujours pas eu de réponse (ou seulement partielle) :
    - quel retour d'expérience sur 30 ans avons nous des PDM construit avec un coeur à base de brique à faible taux d'alumine ?
    - quel retour d'expérience sur 30 ans avons nous des PDM construit avec un coeur à base de brique à faible taux de quartz ?

    Qu'on soit fixé une fois pour toute !
    S'il n'y a pas de différence fondamentale sur l'usure du poêle dans les deux cas, le débat technique n'aurait plus lieu d'être.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  20. #107
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Pour cela il te suffit de connaître la composition de la low duty puisqu'on voit bien que le consensus est dans le sens de cette brique et que tous les constructeurs de la MHA disent la préférer.
    acheter moins, acheter mieux

  21. #108
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Ben non:

    The ideal firebrick for masonry heater is low in alumina and low in quartz and, because of its relative porosity, can absorb up to 25% of its weight in water. p 67 HH & AB
    acheter moins, acheter mieux

  22. Publicité
  23. #109
    Philou67

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    ririmason, une brique avec un faible taux d'alumine ET un faible taux de quartz n'existe pas (semble-t-il), puisque ce sont les deux composants principaux des briques. Réduire l'un augmente l'autre et vice-versa. Il faut donc choisir entre l'alumine et le quartz, lequel des deux à le plus fort impact sur la pérennité de la brique une fois dans le cœur.

    Je répète encore : utiliser une brique pendant trente ans n'apporte pas l'information que cette brique est adaptée. Quel est le retour d'expérience : une étude sur des dizaines de poêles dans le cas de l'usage de chaque type de poêle ?
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  24. #110
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Je n'ai fait que citer HH et AB qui semble être l'ouvrage de référence en la matière. C'est tout ce que je peux faire.

    Il me semble que si cela n'était pas possible ils ne l'auraient pas écrit d'autant plus ils ont reçu l'appui du cimentier qui a développé la "domestic firebrick".
    acheter moins, acheter mieux

  25. #111
    LutopiSTe

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Ce que je veux dire c'est qu'on ne peut plus avancer sans de nouveaux éléments, il va falloir comparer des fiches techniques, et même surement en chercher de plus détaillées que celles dont on dispose à ce jour.
    Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. (Jean Jaurès)

  26. #112
    Philou67

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    J'ai une question sans doute idiote : la composition de la stéatite s'apparente-t-elle plus à celle d'une brique à faible taux d'alumine ou d'une brique à faible taux de quartz (pour ses propriétés de résistance aux chocs thermiques ; je mets chocs thermiques en italique pour ne pas choquer bibice) ?

    Je pose cette question car je connais au moins un cas avéré dans mon entourage (et je crois d'autres se sont signalés sur le forum) où des pierres se sont délitées dans le temps (je ne peux dire s'il s'agit de réactions à des chocs thermiques, à des chocs mécaniques, à des réactions chimiques, ...).
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  27. #113
    Gaffal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    C' est clair qu' on ne peut avoir un faible taux d' AlO3 et en meme temps un faible taux de SiO2 ! se serait un non sens !
    Ex brique HIHEAT 35.7Al 57.9Si (definie comme High-heat duty alumina)
    Vs brique TS42 42Al 52Si

    Nulle part non plus n' est mentionné le taux de SIO2 sous forme de quartz, à priori, lors de la cuisson ils ont etés transformés en composés stables...

    En tout cas il est difficile de se faire un tableau comparatif normalisé !
    Pour l' instant la Bony40SR tire bien son epingle du jeu
    avec une meilleure conductivité et un taux de dilat plus faible...

    Je trouve le debat interessant , viril, mais fait avancer le sujet dans le bon sens...
    rien sur goggle concernant la "finnish firebrick"

  28. #114
    camalot

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    salut,
    je suis très heureux de trouver dans ce forum des gens qui ont, ou plus modestement, essaient d'avoir une démarche scientifique poussée des sujets qui les passionnent. Je félicite surtout les autodidactes qui ont toujours amené des idées neuves et libres de tout carcan.
    Je connais bien le milieu de la recherche scientifique, j'y travaille. Je suis novice en terme de PDM mais les nombreuses heures de lectures et les débats endiablés que j'ai pu suivre me permettent d'en apprendre tous les jours.
    Il y a toutefois dans toute démarche scientifique une méthodologie qui fait l'aller-retour entre théorie et expérimentation.
    Vous etes en train de perdre l'ouverture d'esprit, et plus grave, des intervenants de qualité en manquant de rigueur dans la méthodologie. Tant que des retour d'expériences ne verrons pas le jour, le débat ne fera que s'envenimer.
    Les plus grands se trompent, ce sont les plus grand parcequ'ils font le tour de force de changer d'avis.
    Bon, allez, j'ai assez fait mon malin...
    bravo à tous.

  29. Publicité
  30. #115
    Philou67

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par camalot Voir le message
    Il y a toutefois dans toute démarche scientifique une méthodologie qui fait l'aller-retour entre théorie et expérimentation.
    C'est bien là que je souhaite appuyer... la démarche scientifique ne s'arrête pas à la recherche d'une théorie. Elle se démontre par l'expérience.
    Or, dans ce contexte particulier, l'expérience peut durer des années. Qui plus est, pour être rigoureuse, elle doit être menée dans des conditions bien établies. Or, il n'est rien de plus difficile à obtenir qu'un fonctionnement "normalisé" une fois les poêles installés chez les usagers.
    Le seul moyen de réaliser une expérimentation valable, serait de la réaliser en laboratoire. Je ne sais pas non plus si une méthode de vieillissement accélérer est pertinente et/ou possible.

    Mais quand je regarde au final, le résultat de cette discussion, je n'ai pas l'impression que l'enjeu de ce choix technique soit PRIMORDIAL pour la satisfaction (sur le long terme) d'un poêle.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  31. #116
    Gaffal

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Une doc en faveur de Ririmason
    http://www.traditionaloven.com/artic...re-clay-bricks

    c' est pas pour du pdm !
    73% de SiO2 , conductivité de 1, porosité 30%
    ça ne me semble pas trop adapté...

  32. #117
    bibice

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par Gaffal Voir le message
    Sinon concernant la notion de choc thermique, j' ai l' impression que c' est un peu comme le mur du son...
    Si le flux de chaleur est supérieur à la conductivité de la brique, les differences de temp augmentent exponentiellement , les contraintes de dilatation aussi, et bang...liberation des tensions mecaniques...
    Euh, j'ai rien compris...

    Je viens de faire un petit schéma (mon premier, j'essairai dans faire d'autres pour les explications si ca convient)

    Ca represente le test de choc thermique. Partant d'un etat d'origine à 20°C, l'echantillon est porté au four à 950°C et se dilate.
    Puis il est plongé dans l'eau à 20°C. L'objectif etant d'avoir la paroi à 20°C,et le coeur à 950°C.
    A 20°C, la matière veut se retracter,mais à 950°C elle reste dilatée. Dans la partie à 20°C se créé de la traction. dans la partie à 950°C de la compression. C'est comme tirer betement sur des eprouvettes.
    Si la contrainte de traction est supérieure à la limite de résitance de la matière, ca casse.

    Ensuite pourquoi ca casse toujours du coté froid, parceque la limite de rupture pour la brique est 10 fois plus faible en traction qu'en compression.
    Images attachées Images attachées  
    Avoir le courage d'entreprendre quelque chose est l'un des principaux facteurs du succès.

  33. #118
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par Gaffal Voir le message
    Une doc en faveur de Ririmason
    stp arrête de me présenter comme le meneur d'une théorie par rapport à l'autre. Je n'y connais rien en la matière et je ne fais que rapporter la connaissance de ceux qui savent dans le domaine du pdm.
    acheter moins, acheter mieux

  34. #119
    bibice

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    Citation Envoyé par Philou67 Voir le message
    C'est bien là que je souhaite appuyer... la démarche scientifique ne s'arrête pas à la recherche d'une théorie. Elle se démontre par l'expérience.
    Or, dans ce contexte particulier, l'expérience peut durer des années. Qui plus est, pour être rigoureuse, elle doit être menée dans des conditions bien établies. Or, il n'est rien de plus difficile à obtenir qu'un fonctionnement "normalisé" une fois les poêles installés chez les usagers.
    Le seul moyen de réaliser une expérimentation valable, serait de la réaliser en laboratoire. Je ne sais pas non plus si une méthode de vieillissement accélérer est pertinente et/ou possible.

    Mais quand je regarde au final, le résultat de cette discussion, je n'ai pas l'impression que l'enjeu de ce choix technique soit PRIMORDIAL pour la satisfaction (sur le long terme) d'un poêle.
    Effectivement, la durée de vie des poeles est telle, et l'utilisation de l'un à l'autre tellement differente, q'uil est difficile de coupler theorie avec pratique.

    Cela étant dit (je n'ai pas encore défini toute la démarche que je veux suivre), nos maitres maçons rencontrent, comme on le voit sur le site de la MHA, des poeles en sal état. Avec un peu de formation sur les matériaux, beaucoup d'indices sur les causes des destructions seraient détectables.

    Par exemple,

    la casse par choc thermique crée une fissure nette d'un bout à l'autre.
    la casse par fatigue va présenter sur les fissures des stries indiquant la propagation de la fissure
    si les briques partent en poussière, la cause sera autre, comme une attaque chimique par exemple.

    La démarche est-elle réalisée?

    Une enquete approfondie des poeles abimés peut nous en apprendre beaucoup...

    Bibice
    Avoir le courage d'entreprendre quelque chose est l'un des principaux facteurs du succès.

  35. #120
    ririmason

    Re : Construction d'un poêle à inertie : quels sont les risques et comment les traiter ?

    @ bibice,

    Tu as certainement vu les photos en page 64 et 65. On y voit 2 briques réfractaires chauffées à 950° et puis plongées dans un bac d'eau froide.

    Une bonne brique, selon les auteurs, doit pouvoir résister à ce choc thermique répété 20 à 30 fois.
    acheter moins, acheter mieux

Page 4 sur 7 PremièrePremière 4 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. QR - Grossesse tardive : quels sont les risques ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/01/2010, 23h35
  2. Quels sont les risques liés aux grattes-ciels ?
    Par tuquefbensaib dans le forum Actualités
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/11/2008, 16h52
  3. quels sont les composants d'un satellite d'observation
    Par Le nain du 31 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/02/2008, 14h13
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 10/07/2006, 12h25
  5. Débris spatiaux : quels sont les risques de collision ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/04/2005, 12h09
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...