Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide



  1. #1
    HAL10

    Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide


    ------

    Bonjour,
    Confronté à un projet complexe et à des avis contradictoires, je tente d’organiser le questionnement qui se pose.

    Le projet :

    A Lodève (Hérault), en centre ville,
    dans un local de 15 m² (3 m x 5 m ; H : 3 m) situé au rez-de-chaussée d’un immeuble très ancien
    avec des murs en pierre de 50 cm humides (capillarité et surtout infiltration latérale)
    et un plafond en bois supportant le carrelage du premier étage,
    je prépare la construction d’un bassin de rééducation hors sol, maçonné et carrelé, de 2 m sur 3,
    avec 1,2 m d’eau maintenue à 34° et avec couvercle étanche isolé de 10 cm (plateau rigide).
    Dans la même pièce, je prévois une douche et un sauna traditionnel de 3 m² (7 m³).
    (voir plan)

    Les murs seraient carrelés, sauf le sauna, dont les murs et le plafond seraient en lambris bois.
    La douche et le sauna seraient situés en haut des marches, à une hauteur de 65 cm, sur un sol de béton carrelé au-dessus d’un volume vide ouvert sur celui de la pièce.
    Par ce vide, la partie humide du mur resterait accessible (à plat ventre).

    Le problème est que je ne sais quelle isolation choisir, sachant que la mini piscine sera utilisée par une seule personne une heure le matin et une heure le soir, tous les jours, et que le sauna sera utilisé pendant 20 à 25 minutes 3 à 4 fois par semaine. Le reste du temps, la température du local (22 m³ d’air) peut chuter sans problème, car un chauffage rapide serait à prévoir en saison froide (aérotherme de 3 kW), à moins que le poêle du sauna (9 kW turbo) ne puisse remplir cet office (vu qu’il serait placé derrière une vitre coulissante). Ce problème d’isolation est moins exigeant que dans le cas d’une pièce d’habitation. A la limite, il ne se pose que pour le sauna (3 m²), pour limiter le temps de chauffe. A noter aussi que l’eau à 34°C réduit les besoins du nageur pendant ses exercices.

    Une VMC auto fonctionnerait en permanence pour évacuer l’humidité du local et éviter la condensation (piscine dotée d’un couvercle étanche 22 h par jour et douche utilisée seulement pour le rafraîchissement lié aux séances de sauna).

    L’ennui, c’est l’humidité du mur qui donne sur une cour dont le sol (calade de galets) est plus élevé de 65 cm (voir coupe profil). A l’intérieur, la hauteur de la marque d’humidité est de 65 cm.

    Malheureusement, il y a urgence, je ne peux me permettre d’attendre que le mur sèche. Cette contrainte de temps est sérieuse (vitale) et doit être sérieusement prise en compte pour décider de ce qu’il faut faire vis-à-vis du problème d’humidité. Il se peut donc que le mieux soit d’enduire les murs sans les isoler (terre crue ?), pour qu’ils respirent, et de n’isoler que le sauna dans une cabine en bois.
    >> Qu’en pensez-vous ?

    Comme le montrent les photos de l’état actuel, seule la chape du niveau zéro est faite, le reste est en projet. Juste des pistes soumises à votre appréciation.

    Un des professionnels consultés m’a dit : « A votre place, je rendrais étanche le mur enterré côté cour et je ferais une injection de résine hydrophobe en bas du mur à l’intérieur. Je finirais par un enduit de chaux aérienne sur tous les murs intérieurs. Ensuite : lame d’air aérée + laine de roche, Placoplatre hydrofuge et carrelage ». Selon lui, les fondations, qui baignent déjà dans la terre humide, ne la craignent pas et le fait que les remontées cessent leur éviterait d’être traversées par la migration des sels destructeurs.
    >> Qu’en pensez-vous ?

    Un second me proposait la solution suivante : coller/cheviller du Poratec (perspirant) en 5 cm directement contre le mur humide (et les autres murs). Simple lambris côté sauna et carrelage sur les autres murs. Le fabricant dit que le Poratec (chaux + sable + ciment) n’est pas une « éponge » et qu’on peut le poser sans risque « même sur un mur gorgé d’eau ».
    Le Poratec : http://www.stdb.fr/panneau-mineral/
    >> Qu’en pensez-vous ?
    >> La bonne solution est-elle un mix des deux solutions ?

    Un troisième m’avait suggéré une « solution » avec des panneaux Lux Elements (en polystyrène expansé), qui rend l’âme à 60°C alors que le sauna monte à 90.

    Un autre vient de me proposer une solution (qui me tente) avec panneaux de liège expansé rainuré :
    « Avec votre mur encore humide, je vous conseille les panneaux de liège expansé rainuré 80 mm, car ils sont étanches à l’air. Procédez par collage en plot avec du mortier-colle spécial pour murs très humides (+ chevilles pour isolants rigides). Posez ensuite un treillis dans l’enduit et lissez d’une dernière couche de finition avec un enduit. Si votre enduit est minéral, votre système sera respirant et perméable à la vapeur d’eau. Le liège est imputrescible et n’est pas altérable par l’humidité. Suite à votre traitement, votre mur séchera peu à peu vers votre cour extérieure. La finition pourra être en lambris (vissé sur lattage) ».
    >> A-t-il tort ?

    La pose d’un drain est exclue car il n’y a pas d’exutoire dans la cour.

    On m’a conseillé des drains de mur (siphons atmosphériques), un modèle espagnol (SPI) avec mini ventilateurs 5 volts (des assécheurs très efficaces) :
    http://www.innovaidea.es/fr/notice-dimplantation/

    Il n’y a aucune conduite d’eau liée à ce mur (pas de fuites).
    Le décroûtage des murs vient d’être soigneusement effectué.
    Le transfert d’humidité étant surtout latéral, l’électro-osmose est exclue.

    Dernières questions :

    1) Coller/cheviller le Poratec (perspirant) directement contre le mur humide, est-ce une bonne idée ?
    Quelle différence entre le Poratec et le Multipor ?
    Comme Poratec et Multipor semblent fabriqués avec adjonction d'aluminium, ne risquent-ils pas de dégager des émanations toxiques (sauna à 90°C).
    Dans la fabrication de produits concurrents, le blanc d’œuf semble remplacer l’aluminium. Voir le Neopor :
    http://www.neopor.com/en/fagent.htm
    et l’Isocell-Minéral :
    http://www.construire-sain.com/projetisolext.html
    Mais les performances sont-elles équivalentes ?
    Ne faut-il pas leur préférer les planelles de pierre ponce (mais aussi composée de 2 % d’aluminosilicates, radioactive et sujet à des émanations de radon, prisonnier des alvéoles) ?
    Ou faut-il opter pour des panneaux de liège expansé rainurés ?
    Ou du Foamglas ?

    2) Imperméabiliser et étancher la partie enterrée du mur (côté cour) pour limiter l’infiltration latérale, est-ce une bonne idée ?

    3) Les drains de murs espagnols (SPI) côté cour, est-ce une bonne idée ou un enduit de chaux aérienne suffit-il ? En pompant l’humidité, ces drains n’accélèreraient-ils pas la capillarité (et les dépôts de sels migrants) ?

    4) Percer aussi ce Poratec avec des SPI vers l’intérieur (dans le vide sous le sauna), est-ce une bonne idée ?

    5) Faut-il aussi injecter de la résine hydrophobe à la base du mur pour limiter les remontées ?

    6) Est-il judicieux de remplacer l’enduit extérieur actuel par de la chaux ?
    Dans ce cas, dois-je opter pour la chaux grasse Strasservil ?
    Je n’ai pas réussi à trouver la Strasservil qui pourrait convenir (la gamme est vaste : http://www.travaux.com/p/gamme-weber-strasservil).
    >> Quelle chaux grasse Strasservil choisir ?

    7) Refaire les joints de chaux/sable des calades de la cour, est-ce une bonne idée ?

    8) Couvrir les abords du mur extérieur par un abri (voir coupe), est-ce une bonne idée ou est-ce totalement superflu ?

    9) Ne pas fermer l’ouverture (vers la cour : 1 m x 0,50 m) au-dessus du faux plafond, est-ce une bonne idée ? Ou vaut-il mieux la fermer et brancher là une aspiration par la VMC (entrée d’air depuis le local sec) ?

    10) Faut-il envisager un déshumidificateur ?

    J’espère avoir bien posé le problème.
    Je me demande quelle est la combinaison gagnante de ces techniques.
    A moins que vous n’ayez à proposer autre chose.

    Merci de votre aide.

    Plans et photos :
    https://www.flickr.com/photos/724974...57666437886795

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    HAL10

    Red face Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    J'ai eu l'avis (également contradictoire) de trois architectes.

    Un architecte me conseille laine de roche semi rigide + placoplatre + peinture hydrofuge.
    Un autre ne jure que par le Fermacell (+ laine de roche et freine-vapeur).
    Le dernier m'a suggéré : panneaux polystyrène/placo, avec grille d'aération en haut et en bas.

    Ces "solutions" me laissent dubitatif.
    C'est pourquoi je demande l'avis des internautes.

    Même problème avec les pro en matière de ventilation.
    L'un me conseille une VMC double flux (dans l'Hérault !),
    l'autre une VMI, un autre une VMC hygro...
    Je pense opter pour une VMC auto fonctionnant en permanence.

    Info :
    Il le Poratec a remplacé l'Isocell Mineral et est dépourvu d'aluminium.

    La cause de l’humidité est en train d’être traitée.
    Mais je ne pourrai attendre que le mur soit sec.

    Il semble que le Poratec, qui laisse respirer le mur, s’accommode d’une telle situation.
    Il serait collé à même le mur, sans lame ventilée.

    Le liège est un peu perspirant, comme un freine vapeur. Je crains que ce soit insuffisant, tant pour la régulation de l’humidité du mur que pour celle du local.
    Et le liège ne peut porter un carrelage.

    J’hésite entre VMC auto et VMC hygro,
    qui peut s’arrêter par temps sec alors que l’air a encore besoin d’être renouvelé.

    La solution qui semble se profiler est la suivante :
    Murs : ITI en Poratec 80 mm + carrelage (lambris abachi dans le sauna).
    Plafond : panneaux de liège expansé rainurés 80 mm sur rails métalliques,
    avec finition en tapisserie de liège (rouleaux de 5,5 m x 0,70 ; 2 mm).
    Jonction mur/plafond : silicone.

    Toute critique est la bienvenue.
    Merci.

  4. #3
    HAL10

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Voici qu'un autre artisan maçon me conseille un cuvelage intérieur "intégral".
    Que les murs se débrouillent à respirer vers l'extérieur.
    Est-ce que ça tient la route ?

    Je soupçonne toutefois qu'à 95°C, les produits destinés à hydrofuger le mortier ne se mettent à libérer des COV.
    Je me trompe ?
    Dernière modification par HAL10 ; 02/04/2016 à 15h06.

  5. #4
    HAL10

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    A l'opposé du zéro respiration, par cuvelage hydrophobe,
    on me suggère une respiration maximale, avec enduit de terre crue.
    Mais le lambris bois du sauna (en abachi) risque de ne pas aimer.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    HAL10

    Smile Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Suite à la visite d'un architecte :
    Pour un usage si spécifique,
    dans une situation aussi spécifique (quoique courante en nos régions)
    et avec une telle contrainte de temps,
    la solution est peut-être :

    A l’extérieur :
    − Décaisser et décrouter fondations
    − Imperméabilité de la partie enterrée (2 couches croisées de chaux)
    − Étanchéité de la partie enterrée (membrane bitumeuse collée)
    − Décaissement comblé par 1 m³ de verre expansé (si terre perméable)
    − Décrouter enduit mur et le remplacer par enduit chaux-sable (NHL 2 non bâtardé)
    − Rejointoyer les calades (chaux + sable)
    − Abri protégeant le sol de la pluie (avancée de 1 m).

    A l’intérieur :
    − Décrouter
    − Primaire d’accrochage
    − Mortier haute densité avec résine
    − Couche résine
    − Cuvelage des murs avec mortier hydrofuge (base en bouteille).
    − Injection de résine hydrofuge à la base des murs (ou au dessus du civelage ?)
    Sicalatex, Dipétanch, Murprotec (45°), Sika, Siplast ou autre ?
    >> Ainsi, le mur sera sec à l’intérieur

    Canalisations plomberie, câbles électriques, huisseries
    Isolation thermique intérieure en Poratec 5 cm (4 murs et plafond)

    >> Côté piscine :
    Carrelage (sur Poratec avec enduit tramé)

    >> Côté sauna :
    Structure du sauna autoportante en bois (contre le Poratec sans le percer)
    Lambris abachi (ayous) 15 mm

    Ceci n'est plus un post, mais un journal.
    Comme quoi le journal est peut-être un post qui s'emballe en l'absence de réponses.

  8. #6
    HAL10

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Pour info, voici la solution de MURPROTEC :

    1) Décaper

    2) D’abord effectuer les injections sous pression (avant le cuvelage qui les recouvre)
    avec un produit breveté Murprotec (angle 45°) plus haut que cuvelage (à 1,6 m de ht)
    + injections verticales pour barrière verticale sur murs adjacents
    Sur les autres murs : injections à 12 cm du sol (en 3 fois) (local + studio)
    Tarif : 310 €/ml (garanti 30 ans)

    3) Cuvelage (mur principal + retours de 50 cm sur murs latéraux) :
    − Primaire d’accrochage avec résine
    − Mortier haute densité avec autre résine
    − Couche de finition avec résine
    − Total = 2 cm
    Tarif : 430 €/m² (garanti 10 ans)

    Coût total 2 pièces = 12.121 €

    >> Extérieur : rien à faire

    Contrôle quelques mois plus tard, avant travaux.

  9. Publicité
  10. #7
    HAL10

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Il me semble que le problème se pose comme suit :
    Existe-t-il un moyen d’habiller les murs (isolation et finition)
    permettant de ne pas attendre leur séchage après cuvelage,
    le séchage devant alors s’effectuer lentement vers l’extérieur ?

    Revoici les plans, schémas de principe et photos (celles de la cour incluses) :
    https://www.flickr.com/photos/7249747@N ... 6437886795

    Voici la solution que je soumets à votre appréciation :
    À l’intérieur :
    1) Injection de résine hydrophobe (pour murs en pierre poreuse) à 1,60 m de haut
    + en continu avec injections verticales sur les murs latéraux, à 50 cm de l’angle
    + en continu avec injections à 12 cm du sol à la base des autres murs.
    2) Cuvelage du mur humide sur toute sa hauteur et cuvelage des murs latéraux sur ces 50 cm.
    3) Comme il n’est pas possible d’attendre le séchage du cuvelage plus d’un mois, il faudrait accélérer ce séchage, sachant que le local, n’ayant pas encore de fenêtre, est à l’air libre :
    − en insérant des drains de mur sur la face extérieure (des « SPI® » siphons atmosphériques dotés de ventilateurs internes de 5 volts) ?
    − en chauffant le local pendant ces 15 jours au moyen d’un aérotherme ?
    >> Conseillez-vous d’autres méthodes de séchage ?
    4) L’enduit de cuvelage devant pouvoir encore respirer, le meilleur isolant serait peut-être le Poratec, en 5 cm, collé directement dessus (sans chevillage pour ne pas percer le cuvelage), car le Poratec (béton cellulaire allégé) permet cette respiration (qui le sécherait lui-même peu à peu, la ventilation aidant).
    5) Côté sauna, des tasseaux verticaux en Douglas seraient fixés seulement en haut et en bas, sur deux rails horizontaux, rivés au plafond et au sol du sauna (qui est surélevé de 65 cm).
    6) Le lambris en abachi seraient fixé (en pose horizontale) sur ces tasseaux verticaux, une aération étant induite de bas en haut (entrée d’air sous la plinthe et sortie sous le plafond).
    7) VMI Helios (par insufflation) au lieu de VMC, car l’air est alors brassé jusque dans ses moindres recoins en plus de pouvoir être chauffé (séché).

    À l’extérieur :
    − Imperméabiliser de la partie enterrée (2 couches croisées de chaux)
    − Étancher de la partie enterrée (membrane bitumeuse collée)
    − Décrouter la partie visible du mur et la remplacer par un enduit chaux-sable (NHL 2)
    − Rejointer (de chaux + sable) les calades et les dalles couvrant le sol de la cour
    − Insérer des drains de mur sur la face extérieure (SPI® dotés de ventilateurs internes)

    PS :
    Je pense opter pour le Poratec, car on m’a dit que l’isolation devait absolument être en contact avec la maçonnerie, une cloison de doublage avec lame d’air pouvant causer deux problèmes graves :
    1) Le mur étant froid et l’air circulant étant chaud et humide, il y aurait condensation, accentuant l’humidité du mur au lieu de le sécher.
    2) Cela favoriserait le développement de champignons, dont la mérule (champignon dévastateur).

    L’étanchéité à l’air du local serait assurée par le Poratec directement collé sur le cuvelage. L’air qui circulerait entre le lambris bois et le Poratec aurait pour seule vocation d’éviter les moisissures au dos du bois, comme dans la pose de tout lambris bois.

    Merci de me dire où ça ne va pas.

  11. #8
    mocadaca

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Bonjour, je trouve votre projet très intéressant, ou en est-il? je cherche également a installer chez moi un bassin d'eau chaude, pouvez vous me donner des tuyaux concernant le chauffage du bassin et la déshumidification de la pièce? merci pour votre aide

  12. #9
    HAL10

    Re : Isolation intérieure sur vieux murs de pierre humide

    Bonjour Mocadaca,
    Je vous ai envoyé un message privé pour que vous puissiez me contacter par mail.

Discussions similaires

  1. Traitements des vieux murs en pierre enterrés
    Par martosny dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 12
    Dernier message: 13/02/2017, 13h29
  2. Isolation interieure sur mur humide
    Par pulpul16 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 16
    Dernier message: 20/01/2015, 18h05
  3. Isolation intérieure de murs en pierre de 50
    Par Namaste_777 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 17
    Dernier message: 14/01/2013, 16h35
  4. Murs de refends et isolation interieure...
    Par perrus53 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 6
    Dernier message: 07/05/2012, 16h25
  5. Isolation intérieure de vieux murs pour PDM
    Par macceddy dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 13
    Dernier message: 23/01/2007, 07h10
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...