Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 31 à 34 sur 34

plafond , une alternative au placo ?



  1. #31
    jorgvalen

    Question Re : plafond , une alternative au placo ?


    ------

    Bonjour : Je suis un plaquiste qui a un petit blog sur le placo, mais aujourd’hui c’est moi qui aimerait poser une question sur le placo en lieu d'en repondre.
    Pendant presque 18 ans j’ai été en contact avec du placo –radioactif - , de la laine de verre –radioactive J- des enduits et des ennuis. A part, de devenir peut être un peu phosphorescent et d’avoir mal à mes articulations à force de faire les joints- et non d’en fumer -, est-ce que je risque quelque chose à force d’être en contact avec toutes ces mauvaises choses?
    Merci Jorge http://placo.blogspot.com/

    -----

  2. Publicité
  3. #32
    MadMac

    Re : plafond , une alternative au placo ?

    Bonjour Jorge.

    J'attends avec impatience les reponses qui pourraient t'etre donne. Parce que le coup des materiaux radioactifs me semblent etre vraiment le super coup de pub pour vendre du fermacell soit-disant plusbienbeaucoupmieux parce que ecolo.

    Toutefois, la question me parait serieuse. Meme tres. Et peut-etre faudrait-il faire un post a part entiere pour recueillir des informations correctes.

    Ton inquietude devrait peut-etre aussi , et surtout se porter sur les peintures et autres solants bien costauds utilises dans le batiment ... et que le "pros" manipulent souvent sans protection. Ca ca cartonne bien plus vite et surement que l'eventuelle radioactivite du placo.


    En tous cas ton blog est pleins d'informations et des mesinformations aussi. Les isolants minces (outch), pas besoin d'isolation sur un mur de 45cms de pierre (re-outch) et d'autre encore ... issus des sacro-saintes habitudes francaises du batiment. Mais il y a aussi pas mal de choses utilent sur la pose du placo. Mais j'ai pas encore trouve de pose sur ossature bois, qui serait un minimum pour ne pas avoir de perte thermique comme avec l'ossature metallique
    Dernière modification par MadMac ; 05/11/2006 à 08h39. Motif: ch'tit mot sur les peintures

  4. #33
    Philou67
    coresponsable des forums

    Re : plafond , une alternative au placo ?

    Citation Envoyé par madmac
    En tous cas ton blog est pleins d'informations et des mesinformations aussi. Les isolants minces (outch), pas besoin d'isolation sur un mur de 45cms de pierre (re-outch) et d'autre encore ... issus des sacro-saintes habitudes francaises du batiment. Mais il y a aussi pas mal de choses utilent sur la pose du placo. Mais j'ai pas encore trouve de pose sur ossature bois, qui serait un minimum pour ne pas avoir de perte thermique comme avec l'ossature metallique
    Je fais les mêmes recherches en ce moment, avec notament des informations sur les sections et les entraxes de l'ossature. Par ailleurs, j'ai un problème de tassement à gérer dans mes cloisons, je dois impérativement laisser un joint de 2 à 3cm verticalement pour permettre une descente du plancher du 1er. J'ai bien envie d'utiliser des équerres ...

    Au passage, le site de Xell@ fourni un guide de pose pour les maisons ossatures bois Suisse qui est bien plus complet que la version pour la France (rubrique "téléchargement").

  5. #34
    Narduccio

    Re : plafond , une alternative au placo ?

    Pour ce qui est de la radioactivité des divers matériaux de construction, il y a ceux qui sont connus pour leur radioactivité, tel le granit. Puis, il y a ceux qui peuvent éventuellement présenter une certaine radioactivité, soit parce que l'on n'a pas pris les bons matériaux, soit par suite d'erreurs de manipulations.

    Prenons le cas du "placo", il est fait à base de gypse. Le gypse est-il radioactif ?
    Voici ce qu'il en est dit ici:
    Les autres inconvénients de l'utilisation du phosphogypse pour fabriquer du plâtre résident dans l'extrême finesse du gypse obtenu qui rend difficile son utilisation dans le cas de plâtres à enduire. La radioactivité de certains phosphogypses, liée à la présence de traces d'uranium dans le minerai phosphaté, rend leur utilisation délicate dans le bâtiment.
    En fait, si l'on respecte la règlementation, on doit contrôler l'activité en sortie de chaîne (à l'entrée aussi, mais c'est pour la protection des travailleurs). Si l'activité est inférieure au seuil légal, il n'y a pas de risque. Le problème, c'est que certains supposent que si on contrôle, c'est que c'est radioactif. Dans ce cas, il faut aller faire ces courses avec un compteur geiger, parce que tout ou presque est radioactif. Notre alimentation recèle du potassium 40, d'origine tout à fait naturelle, mais qui est plutôt radioactif.
    Quant à la laine de roche, si je me souviens bien, le problème venait du fait qu'un fabriquant s'était servit d'un déchet faiblement radioactif qu'il avait mélangé aux autres matières premières. Le mélange e=étant largement sous le seuil.
    On se trouve là face à 2 logiques:
    - la première constate que ce qui rend dangereux un produit radioactif, c'est l'énergie interne qu'il contient et qu'il va rejeter tant qu'il ne l'aura pas dissipé. Donc, on prend le seuil connu pour l'apparition des premiers effets (avec un marge de sécurité, parce que l'on n'arrive pas à définir ce seuil de manière précise). On divise ce seuil par 100. Ensuite, pour une utilisation privée, on tient compte du nombre d'heure qu'il y a dans une année, et on divise ce seuil par 8760h. On obtient ainsi un dédit de dose. Tous matériaux dépassant ce débit ne doit pas être mis en contact avec les populations.
    Exceptions faites de certains matériaux traditionnels (le granit par exemple), parce que si on appliquait cette règle, on devrait détruire toutes les maisons de certaines zones, voire interdire l'habitat dans ces zones.
    - la seconde disqualifie a-priori tout matériaux susceptible d'avoir en soi de la radioactivié, faisant de son éventuelle présence une tâche indélébile qui de disparait pas, même si dans la réalité, c'est le cas. Des déchets faiblement radioactifs à l'origine et qui donc, 30 ans après ne portent plus en eux de traces radioactives visibles, sont toujours considérés comme déchets et ne peuvent être déclassés.

    Pour les travailleurs que l'on qualifiait, il y a quelques années de DATR (Directement Affectés aux Travaux sous Rayonnements ionisants), la terminologie à changé. On divise le seuil par la durée de travail. Comme les calculs ne furent pas refait au passage à 35h, on prend 52 semaines - les 4 semaines de congés multiplié par 40 heures hebdomadaires soit : 1920h. On tient aussi compte des divers autres éléments pour définir les seuils des personnels DATR.

    Les plâtriers et travailleurs du bâtiment sont soumis aux même règles que la population générale.

    Dans de nombreuses zones, du fait du besoin en potassium des végétaux, les matériaux d'isolation d'origine végétale peuvent être plus radioactifs que les matériaux d'origine minérale. Je pense que la vérification avec un compteur geiger devrait être édifiante à plus d'un titre.
    Dernière modification par Narduccio ; 05/11/2006 à 10h52.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

Page 2 sur 2 PremièrePremière 2

Discussions similaires

  1. comment faire une saignée dans un plafond
    Par burzum01100 dans le forum Technologies
    Réponses: 12
    Dernier message: 23/01/2008, 16h51
  2. L'hydrogène, une chimère ou une alternative crédible ?
    Par miniTAX dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 410
    Dernier message: 15/06/2007, 17h31
  3. Une vie alternative possible ?
    Par thunderman dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 24
    Dernier message: 03/12/2006, 01h22
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...