Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?



  1. #1
    Tartelati

    Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?


    ------

    Bonjour.

    Je m'excuse par avance si la question a déja été débattue. Et cela ne m'étonnerait pas, mais je n'en ai pas trouvé de trace.
    La question est simple: j'entends partout autour de moi que lorsque l'on part en vacances, il est plus rentable de laisser le chauffage car "sinon, en rentrant, le chauffage va cracher à fond pour rattraper la température".
    En cherchant sur google, je vois qu'il est plus rentable de baisser vers 14-16 °C plutôt que de le couper, car en dessous, de la même façon, "ca va être énergivore de rattraper la température de consigne".

    Mais je ne comprends pas trop ces arguments. J'ai l’impression en réfléchissant que dans tous les cas, il vaut mieux le couper, quelle que soit la température extérieure, quelle que soit la durée de l'absence. Je m'explique: si on ne considère pas l’énergie qui sort du chauffage, mais celle qui sort de la maison: c'est bien la même non ? Celle qui sort de la maison est celle que l'on consomme, donc celle que l'on paye. C'est celle qui en premier lieu est sorti du chauffage. Donc si on compte l’énergie qui sort de la maison (murs, portes, fenêtres, VMC, etc), on constate que la déperdition dépend, selon la fameuse loi de Newton, de la différence de température. Si on coupe tout pour une semaine de vacance. Alors la température intérieure va chuter en forme d'exponentielle inverse pour converger vers la Textérieur. On a donc le flux thermique de l'intérieur vers l'extérieur qui va décroitre en exponentiel inverse. Et donc, lorsque l'on remet le chauffage, il va cracher très fort pour retrouver sa température de consigne, et la Delta T va augmenter, le flux thermique également. Si l'on considère en comparaison le scénario où l'on ne coupe pas le chauffage: alors le flux thermique allant à l'extérieur est constant dans le temps.
    Si on considère donc un graphique de la puissance allant de l’intérieur vers l'extérieur en ordonnée, et le temps en abscisse, avec t-départ l'instant du départ en vacances et t-retour l'instant du retour, alors dans le scénario où l'on coupe le chauffage, la courbe a un "trou" entre t-départ et t-retour, un trou qu'on ne retrouve pas dans le scénario où l'on ne coupe rien. C'est bienla surface de ce trou qui correspond à l'économie d'énergie fait en coupant le chauffage par rapport à un scénario où l'on ne coupe rien.

    Ce raisonnement qualitatif de coin de table n'a pas la prétention de révolutionner ce qu'il se dit depuis longtemps, mais je ne vois pas ce qui ne va pas dans ce raisonnement. Je ne vois pas ce qui manque qui justifie ce qu'il se dit sur les sites: à savoir qu'il est plus rentable de laisser son chauffage à 16 °C. Je ne vois pas, dans mon raisonnement, ce qui ferait apparaître une température seuil en dessous de laquelle il est moins rentable de mettre sa maison avant de partir en vacances.

    Si vous avez des éléments de réponses, ça éclairerait ma curiosité ! Je vous remercie à l'avance !

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    cornychon

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour,

    Un des liens que tu cherches:

    https://www.astuces-pratiques.fr/fin...-des-economies
    La seule chose plus dangereuse que l'ignorance est l'arrogance.

  4. #3
    Tartelati

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    je te remercie vivement: le lien exprime exactement ce que je pense ! Mais comment expliquer que ce n'est pas ce qui est communiqué ? il suffit de googler "couper chauffage vacances" pour avoir de liens disant l'inverse.

  5. #4
    Larzacien

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    bonjour, Déjà, on peut un peu nuancer :

    - le logement est-il en copropriété assez bien isolée est-il chauffé dessous, dessus, sur les côtés ? (auquel cas, même sans chauffage on a au moins 15°

    - habite-t-on dans une maison dont les 4 murs sont "au grand air" ?

    - la maison est-elle isolée thermiquement ? (maison très récente ? plus ancienne mais isolée thermiquement tout de même ? très ancienne en pierre et pas encore isolée ? ou isolée thermiquement par l'extérieur ?

    - quel type de chauffage ? radiateurs électriques ? chaudière gaz ? mazout ?

    - le volume à chauffer ou la surface à 2,50 m de haut maxi ?

    - la durée de l'absence ?

    - et aussi la saison donc la température ? par exemple en ce moment pour une absence de plus de 2 ou 3 jours, on n'est pas à l'abri du gel des installations. Ne pas oublier que le renouvellement de l'air alors qu'il n'y aurait aucun chauffage fait baisser la température.

    On voit bien qu'il n'y a pas que le côté économie d'argent qui entre en jeu.

    Si l'on prend l'exemple d'une résidence secondaire soit non isolée thermiquement, soit isolée par l'extérieur, avec une semaine d'absence avec les températures actuelles, suivant le climat qui joue aussi, on a un risque de gel des installation en plus de se cailler lorsqu'on arrive, et ça va être long pour remonter la température.

    Idéalement, en dehors des périodes de grand froid, il faudrait avoir une personne de confiance dans le voisinage, qui aille appuyer sur le bouton du chauffage 24 heures avant notre arrivée en mettant le chauffage tout doux, histoire de "déglacer" la maison, ou alors avoir un "chauffage connecté"

    Sinon, avec un chauffage très réactif comme une PAC AIR/AIR par exemple un appartement ou une maison est très vite chaude.

    Donc tout ça est à nuancer, même si dans l'absolu, un chauffage éteint ne consomme pas" comme aurait pu le dire Lapalisse.
    Et on ne peut pas chauffer "plus fort" que ce que permet le chauffage. On n'a pas un accélérateur comme avec la voiture. Mais le chauffage (soit radiateurs élec, soit chauffage central) mettra plus de temps s'il faut remonter la température que lorsqu'il faut juste la maintenir. Pour remonter la température, il faudra un certain temps pendant lequel le thermostat ne coupera pas tant que la température réglée n'est pas atteinte. Donc on ne met pas les thermostat à 28°, ça ne sert à rien, ça ne chauffera pas plus vite, mais si on oublie on va surconsommer.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    cornychon

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Citation Envoyé par Tartelati Voir le message
    je te remercie vivement: le lien exprime exactement ce que je pense ! Mais comment expliquer que ce n'est pas ce qui est communiqué ? il suffit de googler "couper chauffage vacances" pour avoir de liens disant l'inverse.
    Effectivement, beaucoup de gens affirment que couper le chauffage, ne permet pas de faire des economies. Ces affirmations ne sont pas accompagnées de demonstration scientifiques

    Prenons un cas très simple :

    J’ai un chauffage de 2000 W qui fonctionne en permanence.

    Avec ce chauffage, à l’équilibre thermique, j’ai +20°C int.

    Je coupe le chauffage, la température intérieure baisse.

    Au bout d’une heure, je remets le chauffage de 2000 W.

    La température remonte, jusqu’à retrouver les +20°C intérieurs.

    J’ai économisé 2000 Wh


    Citation Envoyé par Larzacien
    Déjà, on peut un peu nuancer :
    Dernière modification par cornychon ; 12/01/2021 à 10h56.
    La seule chose plus dangereuse que l'ignorance est l'arrogance.

  8. #6
    lucienpel

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour

    Tartelati :
    <J'ai l’impression en réfléchissant que dans tous les cas, il vaut mieux le couper ...... >

    comme déja évoqué dans des réponses précédentes la réponse ne peut pas être binaire :
    oui il faut couper, non il ne faut pas couper le chauffage

    Il faut prendre en compte un tas de paramètres du genre :
    maison individuelle ou appartement
    avec 'quel degré' d'isolation
    température mini pouvant être atteinte durant l'absence
    durée de l'absence , 1 jour, 1 semaine, 1 mois, ....
    .......
    Cdt

  9. Publicité
  10. #7
    fonfred

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Citation Envoyé par cornychon Voir le message
    Prenons un cas très simple :

    J’ai un chauffage de 2000 W qui fonctionne en permanence.
    Avec ce chauffage, à l’équilibre thermique, j’ai +20°C int.
    Je coupe le chauffage, la température intérieure baisse.
    Au bout d’une heure, je remets le chauffage de 2000 W.
    La température remonte, jusqu’à retrouver les +20°C intérieurs.
    J’ai économisé 2000 Wh
    Approximatif: En théorie si tu fait ça il fera de nouveau 20°C dans la maison au bout d'un temps infini. Et ceci même sans aucune inertie (juste un flux de chaleur), avec l'inertie c'est encore ralenti. Pour remonter en température dans un délai correct il faudra plus de 2000 W. Je le vois très bien à la maison avec une régul climatique sans sonde interne. Après une semaine à 15°C en hiver si je ne booste pas il faut 2-3 jours pour revenir proche de la T consigne.

    - Une PAC qui sort de l'eau plus chaude durant la période de boost va perdre un peu en rendement.
    - Il y aura forcément une période oscillatoire si on veut un asservissement pas trop mou et donc un dépassement de la consigne.
    - La T de confort étant lié à la T de l'air et des murs si on alterne des périodes fraiches et chaudes la T murs sera plus faible pour un confort identique il faut donc une Tair plus grande.
    - Un PCBT en contact avec le sol ou VS, va moins dissiper durant la période d'absence mais plus lors de la phase de boost car il sera plus chaud que la T d'équilibre.

    Donc s'il ne fait pas de doute qu'il faut baisser le chauffage pour une absence de plusieurs jours , mesurer l'économie juste avec l'aire entre les deux courbes est vraiment un cas idéal.
    Dernière modification par fonfred ; 12/01/2021 à 12h37.

  11. #8
    ManuTaden

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour
    J'ai un avis assez simple : je n'ai pas envie de retrouver mon habitation sous la glace à mon retour.
    Donc, je vais faire le nécessaire pour qu'elle soit hors gel pendant mon absence en ne coupant jamais complètement le chauffage.
    en fonction du lieu : maison seule, maison avec mitoyenneté, appartement ... et de la situation géographique ainsi que du moyen de chauffage le résultat sera différent.
    Mais il faut aussi tenir compte de la durée de l'absence, un long week end sera différent de 3 semaines.
    Personnellement, c'était mode hors gel, dès que l'absence était supérieure à 4 ou 5 jours, soit la plupart du temps en appartement 8 à 10° sur le thermostat, et plutôt 10 à 12° en maison.

  12. #9
    TioChanclas

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour,

    Généraliser une réponse à cette question est impossible.

    C'est à chacun qu'il appartient de mesurer en combien de temps il retrouve sa température de consigne...

    Dans ma maison principale (isolée), avec un deltaT int-ext de 20°, il faut à peine une heure pour regagner les 5° perdus dans les chambres sur la journée. Je coupe tous les jours toute la journée.
    Dans ma maison secondaire dont les murs ne sont pas isolés et sont en pierre, à puissance de chauffe identique, il faut plusieurs jours pour gagner les mêmes 5°.
    Forcément, le coût du degré de confort n'est pas le même!

  13. #10
    Tartelati

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Mon avis pour l'instant est bien que cela ne dépend de quasiment rien: j'ai l'intuition qu'il vaut toujours mieux couper le chauffage que le baisser. Dans les réponses que vous avez apportées, je ne suis convaincu que par le lien de Cornychon qui met en avant un paramètre qui fait que cela peut dépender (sur le plan du cout), c'est la question des tarif de journée/de nuit. Je m'explique sur pourquoi j'ai l'impression que cela ne dépend de rien d'autre et qu'il vaut mieux, énergétiquement et financièrement, couper le chauffage:

    @Larzacien

    Toutes les considérations que tu soulèves influencent la vitesse de décroissance de la température, une fois le chauffage coupé, et la vitesse de croissance de la température, une fois le chauffage remis. Sauf erreur de ma part (que je vous saurais gré de me montrer), peu importe que la maison soit une gigantesque maison haute de plafond mal isolée, chauffée au radiateur électrique ou le studio sans fenêtre entouré d'appartements, isolé, chauffé à la PAC. Peu importe, tout cela ne fait que changer la pente de la température lorsque l'on coupe le chauffage et lorsque l'on remet ce dernier. Mais quelle que soit la situation de la maison étudiée, comme le dit le lien de Cornychon, et comme j'essaye de l'expliquer dans mon 1e post:
    Je ne m'intéresse pas à la dynamique de la température. Je m'intéresse à la véracité de l'intuition que j'essaye d'expliquer: il vaut toujours, énergétiquement et financièrement, couper son chauffage plutôt que de le baisser.
    Je ne m'intéresse pas non plus au confort des gens dedans, au temps qu'il faudra pour repasser de X°C aux 22°C de consigne (par exemple). Je reste dans une situation théorique qui n'a pas touours d'intérêt dans le réel puisque je me doute que dans une maison TRES mal isolée, personne n'a envie de passer 1 semaine à retrouver ses 20 °C.


    @Lucienpel

    Et bien je ne vois pas pourquoi la réponse ne peut pas être binaire. Les "tas de paramètres" ne changent que les pentes de la température par rapport au temps. mais la surface sous cette courbe restera toujours, il me semble, inférieure à la surface sous la courbe de température constante à température de consigne, pour une maison dans laquelle on ne coupe pas le chauffage. Cf lien de Cornychon. Encore une fois, je ne m'intéresse pas à la dynamique du truc, ni au confort des gens. Je veux juste étudier la véracité de l'affirmation selon laquelle il vaut toujours mieux, d'un point de vu énergétique et financier, couper le chauffage plutôt que de le baisser ou le garder.

    @Fonfred
    Oui il faudrait un temps infini mais c est dans une expérience de pensée. Si on est à 19,9°C au lieu de 20°C, alors on peut considérer que c'est pas si mal et qu'au final, on a quand même économisé de l'énergie.
    Même si tu boost ton chauffage pour rattraper rapidement ta consigne, je ne vois pas comment cela peut te rendre perdant par rapport au scénario où tu ne coupes pas le chauffage. Si l'on ne considère toujours que la chaleur qui se transmet par les interfaces de la maison à l'extérieure, alors booster ton chauffage ne te fais pas perdre plus à l'exterieur que si tu ne coupe pas le chauffage. Si Tint1(t) est la température intérieur dans le scénario 1: on coupe le chauffage et Tint2(t) la température intérieur du scénario 2 "on ne coupe pas le chauffage", alors comme ce qui s'échappe est de la forme hequivalent.S(Tint - Text), je ne vois pas comment on pourrait avoir Tint1(t)>Tint2(t), quelle que soit la tronche de la maison. En prenant en compte que ces température Tint sont celles aux interfaces, pas celle en sortie de bouche de chauffage. Donc bref je vois pas ce que le boost change: où me trompe-je si je me trompe ?

    @ManuTaden
    Là encore, je ne m'intéresse pas au confort de l'habitant puisque celui ci n'a pas de rapport avec ce sur quoi je voudrais réflechir: la véracité de l'affirmation "couper le chauffage vaut toujours mieux que de ne pas le couper ou le baisser"
    "Mais il faut aussi tenir compte de la durée de l'absence, un long week end sera différent de 3 semaines." Cf ci-dessus: ceci ne change que la pente de la courbe de température, pas le fait que la surface sous la courbe reste toujour inférieure à la surface sous la courbe de température constante (c'est à dire si on coupe pas le chauffage)

  14. #11
    TioChanclas

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour Tartelati,

    le truc c'est que votre problématique n'est pas contextualisée, et n'appellera pas la même réponse dans une maison isolée ou pas, dans une maison en ITE ou dans une ITI...
    De plus, la dépense énergétique reste nécessairement à corréler avec la notion de confort (en effet, on n'accepte peu, aujourd'hui, de rentrer chez soi avec 8°, et de devoir attendre plus d'une semaine pour remonter et atteindre les 19° de consigne).

    Voici comment je formulerais les choses (en habitat principal) :
    Dans une maison fortement isolée par l'intérieur et étanche à l'air, il est ridicule de craindre la chute progressive et lente de la température puisqu'à votre retour, la remontée en température sera très rapide grâce à la très faible inertie : il est donc bon, en toutes circonstances de couper le chauffage en cas d'absence.
    Dans une maison faiblement isolée ou isolée par l'extérieur, à cause de la très forte inertie des murs qui seront longs à chauffer, il est mauvais de couper trop longtemps le chauffage car le confort sera très long à revenir.

    Je sais bien que j'oppose confort et dépense énergétique, mais ça me parait indispensable.

    J'attends avec curiosité des approches chiffrées de votre part ou d'un autre.

    Bonne journée.

  15. #12
    fonfred

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour Tartelati,

    Au final il y a gain sauf à vraiment mal gérer. sauf que tu ne réponds pas vraiment à mes interrogations.
    Comme dis plus haut il faut au moins 3 jours chez moi pour passer de 15 à 19.5-20 sans boost. donc à moins d'un grand inconfort il faut chauffer fort durant quelques temps.
    Je disais: on perd en rendement sur la PAC dans ce cas, on pourrait répondre à raison qu'on en gagne lors de la température réduire ( je ne sais pas si ça s'équilibre).
    Je parle d'overshoot je pense qu'il est très difficile de l'éviter.
    Je parle de T de confort (mur+air) je le constate au taf ou je suis à coté d'une grande fenêtre, il me faut 2 à 3° de plus qu'à la maison pour le même confort.
    Pour le boost dans le cas d'un PCBT l'interface vers l'extérieur c'est bien la température de la dalle qui est à la température du chauffage et non de la maison.

  16. Publicité
  17. #13
    fonfred

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    C'était (c'est ?) la mode de l'asservissement par sonde extérieur sans capteur d'ambiance. Cette technique est totalement incompatible avec la modulation de la température intérieur.

  18. #14
    Pilpoill

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par fonfred Voir le message
    C'était (c'est ?) la mode de l'asservissement par sonde extérieur sans capteur d'ambiance. Cette technique est totalement incompatible avec la modulation de la température intérieur.
    Si tous les clients d’installations pouvaient le savoir avant de signer leur devis...
    Je n’en connais que chez Okofen mais ça doit exister chez bien d’autres vu tes propos.
    SmartXS 10kW 10/2017. Silo aspi 500kg. Cycle moyen avec ECS 52 min. Courbe 0.9/32

  19. #15
    Ciscoo

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour

    Citation Envoyé par fonfred Voir le message
    Bonjour Tartelati,

    sans boost...
    Qu'appelles-tu boost dans le cas de la PAC ? Si c'est fonctionnement avec appoint électrique, effectivement, ce n'est pas une bonne idée coté économie d'énergie.

    @ plus
    Cisco66

  20. #16
    fonfred

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Citation Envoyé par Ciscoo Voir le message
    Bonjour



    Qu'appelles-tu boost dans le cas de la PAC ? Si c'est fonctionnement avec appoint électrique, effectivement, ce n'est pas une bonne idée coté économie d'énergie.

    @ plus
    juste le fait d'augmenter la température du circuit d'eau par rapport au régime stationnaire. le COP étant dépendant du delta T.

  21. #17
    SK69202

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    La question n'est pertinente que pour un logement et une période de vacances donnés.
    Pour qu’il y ait économie, il faut que l’énergie dépensée durant le scénario à double consigne soit inférieur à celle dépensée pour maintenir la consigne haute.
    (2014)
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  22. #18
    Ciscoo

    Re : Chauffage : Est-ce contre productif de le couper en vacances ?

    Bonjour

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    La question n'est pertinente que pour un logement et une période de vacances donnés.
    (2014)
    Perso, je ne comprend pas qu'un bâtiment fonctionnant un certain temps avec un ralenti puisse consommer plus qu'en fonctionnant sans ralenti, sauf si le rendement du moyen de production de chaleur a un rendement ou un COP plus mauvais longtemps pendant la relance qu'en fonctionnement normal.

    Pour reprendre le lien donné par SK69202 (Merci pour le lien), le bâtiment passif avec ralenti consomme -27 %, le passif, - 3%, par rapport au même bâtiment sans ralenti.

    @ plus
    Cisco66

  23. Publicité

Discussions similaires

  1. Couper son bois de chauffage
    Par bouilland2 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 55
    Dernier message: 12/04/2016, 06h18
  2. couper son bois chauffage
    Par kiss170 dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/12/2010, 07h54
  3. poêle dans vieille cheminée : contre-productif et dageureux pour la cheminée?
    Par erikat dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/11/2008, 10h58
  4. ECS intégrée dans un ballon d'hydroaccumulation : contre-productif en été ?
    Par anigel dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 8
    Dernier message: 27/04/2008, 23h04
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...