Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Une simple question (VIH)



  1. #1
    TPEinfo

    Une simple question (VIH)

    Bonjour ou bonsoir,
    Nous avons besoins de vos avis concernant une question sur un travail scolaire important :
    Selon vous, quelles seraient les enjeux/conséquences de l'éradication du virus du SIDA ?
    Que pensez vous du nouveau vaccin divulguer dernièrement ?

    Merci de vos réponse, Cordialement.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Hazel

    Re : Une simple question (VIH)

    Selon vous, quelles seraient les enjeux/conséquences de l'éradication du virus du SIDA ?

    Des millions de morts en moins chaque année. La fin de la plus grande pandémie mondiale.


    Que pensez vous du nouveau vaccin divulguer dernièrement ?


    C'est bien... une bonne piste et une avancée pour la recherche, aux résultats modestes cependant.
    On est pas prêt d'avoir un vaccin miracle contre le VIH avant longtemps.
    D'ici là: prévention +++

  4. #3
    hanan etteghriti

    Re : Une simple question (VIH)

    33,2 millions, le nombre de personnes séropositives au VIH dans le monde.
    2,5 millions, le nombre de personnes nouvellement séropositives au VIH en 2007.
    2,1 millions, le nombre de personnes mortes du sida en 2007.
    Ce qui permet d'estimer à plus de 25 millions le nombre de morts depuis le début de la maladie en 1981. L'organisation note une stabilisation du taux d'infection (c'est-à-dire du nombre de personnes infectées par rapport à la population globale), ce qui amène à penser que l'on a atteint le pic de l'épidémie et que celle-ci se stabilise
    Cependant, le nombre de personnes infectées a augmenté, en raison de l'augmentation de la population et de l'accès aux trithérapies (qui retarde les décès).


    Evitez de mettre en gros et en rouge : on l'impression que vous hurlez, merci.
    Dernière modification par myoper ; 03/03/2010 à 08h24.

  5. #4
    jcm

    Re : Une simple question (VIH)

    l'OMS a annoncé en effet la baisse des nouvelles contaminations mondiales ( seul facteur significatif ) alors même que les séropositifs s'accumulent par leur survie et que les gens se protègent moins.
    la raison est très simple : les séropositifs soignés avec succès ( 95% de ceux qui sont soignés ), ont des charges virales indétectable ou suffisemment faible et deviennent non contaminant.

    On a là l'explication de l'axe nouveau des campagnes de prévention qui insistent sur le dépistage , qui plus est précoce ( la période de séroconversion étant celle des charges virales les plus élevées )....alors même que les tests de dépistage sont au contraire en recul malgré ces campagnes d'incitation ( du moins en France ).

    Le grand public est globalement totalement ignorant et désinformé sur cet effet préventif radical des traitements, pour des raisons essentiellement catégorielles ici, politiques là, religieuses là-bas, ou encore "stratgéiques".
    Les traitements servent peut-être plus à réduire l'épidémie qu'à protéger la vie des séropositifs, malgré ce qu'on entend ( personnellement, quand je mets en balance l'avantage médical certes réel à être soigné au plus tôt et les inconvénients sociaux ravageurs pour l'individu dont la séropositivité est révélée, il n'y a pas photo et il ne faut pas s'étonner si le nombre de tests passés a été en baisse ces 3 dernières années )

    Influer le comportement sexuel s'est révélé possible mais définitivement limité : au contraire, dans les pays où le sida a fait le plein, l'augmentation du taux de personnes soignées a entrainé une baisse immédiate des contaminations nouvelles.
    Assurément, il n'est pas besoin de quelconque vaccin pour réduire grandement l'épidémie, mais les difficultées politiques pour élargir l'accès au traitement sont énormes.

    La question financière peut se poser pour certains pays, elle ne se pose nullement chez nous : une augmentation rapide du couple dépistage/traitement aurait des retombées financières long terme très gagnantes, mais cette décision suppose un conflit entre intérets divergents...;ce qui est d'ailleurs bien le cas aujourd'hui, avec un CNS allié aux épidémiologistes qui préconisent un changement de paradigme ( sujet à développer en complément ) alors que de nombreux acteurs anciens de lutte contre le sida s'y opposent.


    ****************************** ***

    La question posée ne consiste donc pas à philosopher sur une hypothèse improbable.
    Maintenant, pour répondre aux conséquences sur l'éradication du sida, c'est un sujet de philosophie, de sociologie, ...plus que de sciences.

    remarquons que plus le sida recule, moins les gens se protègent, cela dérangerait-il certains ? C'est probablement la question qui distinguera la bonne copie de la mauvaise, laquelle se contenterait de dire qu'il y aurait moins de mort, et moins de dépenses....

  6. #5
    myoper

    Re : Une simple question (VIH)

    Citation Envoyé par jcm Voir le message
    l'OMS a annoncé en effet la baisse des nouvelles contaminations mondiales ( seul facteur significatif ) alors même que les séropositifs s'accumulent par leur survie et que les gens se protègent moins.
    la raison est très simple : les séropositifs soignés avec succès ( 95% de ceux qui sont soignés ), ont des charges virales indétectable ou suffisemment faible et deviennent non contaminant.
    Sophisme.
    Outre de pouvoir prouver que cela suffirait a diminuer l'épidémie (et on ne voit pas pourquoi).
    Il faut prouver que ce n'est pas transitoire.
    Il faut savoir combien ils sont a être soignés.
    Il faut prouver qu'ils sont non contaminants.
    Il faut prouver qu'ils ont des charges virales "suffisamment faibles".
    Aucun de ces points n'est établi.
    D'ailleurs, personne au monde n'est capable de dire ce qu'est une charge virale "suffisamment faible".
    Il faut déterminer ce que veut dire succès (jusqu'a présent, cela veut dire "allongement de la durée de vie et pas "non contaminant").



    On a là l'explication de l'axe nouveau des campagnes de prévention qui insistent sur le dépistage , qui plus est précoce ( la période de séroconversion étant celle des charges virales les plus élevées )....alors même que les tests de dépistage sont au contraire en recul malgré ces campagnes d'incitation ( du moins en France ).

    Le grand public est globalement totalement ignorant et désinformé sur cet effet préventif radical des traitements, pour des raisons essentiellement catégorielles ici, politiques là, religieuses là-bas, ou encore "stratgéiques".
    Cela explique exactement le contraire.



    Influer le comportement sexuel s'est révélé possible mais définitivement limité : au contraire, dans les pays où le sida a fait le plein, l'augmentation du taux de personnes soignées a entrainé une baisse immédiate des contaminations nouvelles.
    Oui, c'est quand même aussi un des buts.

    Assurément, il n'est pas besoin de quelconque vaccin pour réduire grandement l'épidémie, mais les difficultées politiques pour élargir l'accès au traitement sont énormes.
    Oui, pas besoin de vaccin en une ou trois prises, un traitement quotidien avec de multiples comprimés hors de prix (pour certains) avec des effets secondaires importants marche aussi "pas trop mal" mais on peut aussi demander une abstinence totale et l'arrèt de l'usage illicite des drogues injectables (...).


    La question financière peut se poser pour certains pays, elle ne se pose nullement chez nous : une augmentation rapide du couple dépistage/traitement aurait des retombées financières long terme très gagnantes, mais cette décision suppose un conflit entre intérets divergents...;ce qui est d'ailleurs bien le cas aujourd'hui, avec un CNS allié aux épidémiologistes qui préconisent un changement de paradigme ( sujet à développer en complément ) alors que de nombreux acteurs anciens de lutte contre le sida s'y opposent.
    En France, les tests, les traitements et le suivi sont libres, gratuits et c'est largement diffusé.



    ... remarquons que plus le sida recule, moins les gens se protègent, cela dérangerait-il certains ? ....
    Oui, cela dérange ceux qui vont dépenser de l'argent pour soigner tous les nouveaux contaminés qui se découvrent chaque jour.

    Sur ces 886 tests VIH et questionnaires, 157 participants ont été diagnostiqués séropositifs pour le VIH. Soit une prévalence biologique de 17,7% [ 15,3%- 20,4%]. Parmi ces HSH séropositifs pour le VIH, si 80% d’entre eux connaissaient leur statut sérologique, 20% méconnaissaient leur séropositivité.
    A noter que 886, c'est presque la moitié de 2000 - je dis cela juste pour ceux qui vont me dire a juste titre que l'échantillion n'est pas très élevé.


    Environ 900 HSH ont participé à cette enquête et accepté un prélèvement biologique (gouttes de sang auto-prélevé au bout du doigt). Par l’utilisation du test d’infection récente sur ces prélèvements, le taux d’incidence du VIH a été estimé dans cette population à 7,5 cas pour 100 personnes par an (intervalle de confiance à 95% : 4,5-10,5). Ce qui traduit que dans cette population, parmi 100 HSH séronégatifs, plus de 7 personnes se contaminent en une année (entre 4,5 et 10,5 si on tient compte de l’intervalle de confiance).
    Et on a ces chiffres avec un accès gratuit a la prévention, traitements, dépistages mais moins les préservatifs (suivant).
    De la a dire qu'ils sont sous utilisés ...


    http://www.invs.sante.fr/presse/2009...109/index.html
    http://www.invs.sante.fr/presse/2010...gay/index.html
    Dernière modification par myoper ; 07/05/2010 à 10h22.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    jcm

    Re : Une simple question (VIH)

    Myoper, vous êtes meilleur sophiste que moi.

    "il faut prouver qu'ils sont non contaminants" : .....c'est fait par Hirschel ! ( directeur et chercheur du principal centre européen d'épidémiologie sida en Europe ) , j'ai donné les références de son interview la plus récente récente sur le site allopapamamanbébé, le 14 Avril 2010.
    à comparer avec ce que dit sida info service sur le sujet, et mesurer les conséquences dramatiques que les infos de sida info ont eu sur des couples sérodiscordants par le passé !
    Que signifie non contaminant ? La capote ne rend pas non contaminant et n'est pas fiable à 100%. Doit-on en conclure pour autant qu'elle n'est pas un moyen de réduire l'épidémie ?

    ***********************
    Plus sérieusement,
    Seriez-vous d'accord au moins avec ceci ?

    1 : mieux le sida est soigné, moins les gens se protègent (hypothèse )
    2 : les gens se protègent de moins en moins ( observation , et peu importe l'échantillon que j'ai cité dans une étude récente sur les HSH, les enquêtes à grande échelle se trouvent dans les papiers de l'ANRS qui suit de près ces données auprès de toutes les populations concernées, homos, hétéros, celibataires , migrants etc...).
    et savez-vous enfin ceci après avoir lu les références Hirschel :
    - les rapports sans préservatif avec un séropositif en charge virale sanguine indétectable depuis 6 mois sont protégés?

  9. Publicité
  10. #7
    myoper

    Re : Une simple question (VIH)

    Vous ne répondez absolument pas au message 5, ce qui permettrait de valider, à minima, votre point de vue.

    Citation Envoyé par jcm Voir le message
    Myoper, vous êtes meilleur sophiste que moi.
    Évitez, svp, les attaques personnelles et les insultes car cela ne souligne que votre manque d'arguments pertinents, d'autant que jusqu’à présent vous n'avez pas relevé d'erreur sur ce que j'avance.


    "il faut prouver qu'ils sont non contaminants" : .....c'est fait par Hirschel ! ( directeur et chercheur du principal centre européen d'épidémiologie sida en Europe ) , j'ai donné les références de son interview la plus récente récente sur le site allopapamamanbébé, le 14 Avril 2010.
    à comparer avec ce que dit sida info service sur le sujet, et mesurer les conséquences dramatiques que les infos de sida info ont eu sur des couples sérodiscordants par le passé !
    Vous ouvrez plusieurs fils postez des interview partiales qui ne sont pas des arguments scientifiques et qui sont sans intérêt particulier, on ne peut donc comprendre ce que vous voulez dire ici.


    Que signifie non contaminant ?
    Ce que ça veut dire : qui ne provoque pas et dans quelques conditions que ce soit, une contamination.

    La capote ne rend pas non contaminant et n'est pas fiable à 100%. Doit-on en conclure pour autant qu'elle n'est pas un moyen de réduire l'épidémie ?
    Bien sur, il me semble que c'est ce qui est préconisé, non ?



    1 : mieux le sida est soigné, moins les gens se protègent (hypothèse )
    Cela va dépendre des populations, on ne peut généraliser mais je suis d'accord pour dire que cela peut procurer un sentiment de sécurité non fondé.

    et savez-vous enfin ceci après avoir lu les références Hirschel :
    - les rapports sans préservatif avec un séropositif en charge virale sanguine indétectable depuis 6 mois sont protégés?
    Si on veut dire qu'il y aurait moins de risques de contaminations que si le patient n'était pas traité ou avait une charge virale détectée lors des contrôles (et en dehors ?), c'est oui.

    Si on entend par la qu'ils ne peuvent pas transmettre le VIH (et d'autres IST), c'est faux.
    Dernière modification par myoper ; 18/04/2014 à 16h58. Motif: faute

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Une question "originale" sur la fiabilité du test vih
    Par mickael333 dans le forum MST : SIDA, syphilis, hépatite...
    Réponses: 13
    Dernier message: 14/06/2009, 18h29
  2. une simple question svp
    Par qualiticien dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 31/07/2007, 14h24
  3. Une question simple
    Par nicoemc2 dans le forum Archives
    Réponses: 6
    Dernier message: 20/02/2007, 13h08
  4. Une simple question
    Par Area dans le forum Archives
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/06/2006, 14h37
  5. Une Simple Question
    Par m4oo dans le forum Électronique
    Réponses: 4
    Dernier message: 17/04/2006, 21h59