Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Evolution biologique : quels débouchés?




  1. #1
    Eilura'
    Invité
    Je passe en 2e année de DEUG SV et je vais commencer à choisir mes premières options cette année.
    Je suis passionnée par l'évolution biologique depuis 3 ans (j'ai convaincu mon binôme en term de faire notre TPE dessus) et je me suis déjà renseignée sur les DEA (le DEA) sur le sujet. Je n'en ai trouvé qu'un (Mécannisme et histoire de l'Evolution ou quelque chose comme ça je n'ai plus l'intitulé en tête).
    Ce que j'aime avant tout c'est la théorie elle même là il y a plusieurs issues :
    -ou bien je fais de la géologie et je deviens paléontologue, j'ai été voir mon prof de géol en amphi dans la discussion il m'a dit que persone ne bossait sur la théorie de l'évolution.
    -ou bien je fais biologie et je m'interesse à l'écologie, aux écosystème, etc. J'aime bien aussi l'ontogènese qui est directement en rapport avec l'évolution (n'est-ce pas?).
    J'ai besoin des conseils de quelqu'un qui à bossé dans la filière (Cécile?)
    pour savoir si j'ai bon espoir de vouloir travailler sur l'évolution et si oui quelles option prendre...

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Yoyo
    Salut,

    Ca va etre difficile de te donner des arguments precis vu que tu n'es qu'en DEUG et qu'aux 7-8 annees que je citais dans un message precedent faut don en rajouter 2 (si tu rentre en deuxieme année)... bref je crois que toi seule pourra determiner quelle voie t'interesse reellement.
    MAis je ne pense pas que tout soit cloisoné, renseigne toi sur les passerelles eventuelles entre les domaines, si en cours de route tu t'appercois que ca ne te plait pas.

    Sinon je pense que la meilleure personne pour te repondre devrait etre kinette

    yoyo

  4. #3
    kinette
    Bonjour,
    Je passe en 2e année de DEUG SV et je vais commencer à choisir mes premières options cette année.
    Je suis passionnée par l'évolution biologique depuis 3 ans (j'ai convaincu mon binôme en term de faire notre TPE dessus) et je me suis déjà renseignée sur les DEA (le DEA) sur le sujet. Je n'en ai trouvé qu'un (Mécannisme et histoire de l'Evolution ou quelque chose comme ça je n'ai plus l'intitulé en tête).
    Bon en fait il y en a plein de DEA de biologie qui peuvent te permettre d'aborder l'évolution biologique (sous différents angles).
    Il y a des DEA de paléontologie (Pal-sed à Dijon, paléontologie à Montpellier, et il doit y en avoir quelques autres...), des DEA plus écologie/évolution: Montpellier, Paris...
    Des DEA plus spécialisés (mais où on peut faire de l'évolution): parasitologie, systématique, biomathématiques...
    Ne pas non plus négliger les filières plus "biochimiques", plus centrées sur l'évolution au niveau de l'ADN (il y a des travaux passionnants sur par exemple l'évolution des transposons chez les drosophiles...).
    Si le côté "technique" de le biologie moléculaire ne te rebute pas, et le fait de travailler sur des tubes Eppendorf plus que sur des bestioles vivantes ne te gène pas.

    Ce que j'aime avant tout c'est la théorie elle même là il y a plusieurs issues :
    -ou bien je fais de la géologie et je deviens paléontologue, j'ai été voir mon prof de géol en amphi dans la discussion il m'a dit que persone ne bossait sur la théorie de l'évolution.
    Hum... je dirai que sa réponse est fausse.
    C'est sûr personne ne bosse sur la théorie de l'évolution en général... mais énormément de monde travaille sur des parties de cette théorie!!!

    -ou bien je fais biologie et je m'interesse à l'écologie, aux écosystème, etc. J'aime bien aussi l'ontogènese qui est directement en rapport avec l'évolution (n'est-ce pas?).
    Bon, j'ai l'impression qu'on t'a mal renseigné.
    Oui on peut bosser sur l'évolution.
    Je connais par exemple plein de personnes qui travaillent sur l'évolution de différentes formes de résistance à des ennemis naturels.
    Un de mes collègues bosse sur l'évolution de différentes formes de coopération entre parasites...
    D'ailleurs je connais des personnes qui travaillent plus sur les aspects théoriques à l'aide de modèles mathématiques, et d'autres qui travaillent plus sur des aspects expériementaux.

    J'ai besoin des conseils de quelqu'un qui à bossé dans la filière (Cécile?)
    pour savoir si j'ai bon espoir de vouloir travailler sur l'évolution et si oui quelles option prendre...
    Bon, pour ce qui est de l'espoir, oui tu peux en avoir mais il va falloir t'accrocher.
    Quand j'étais en DEUG notre prof de génétique nous a demandé qui voulait faire de la recherche... pas mal de mains se sont levées et elle nous a assuré que sur toutes les personnes présentes (on était plus de 300) seulement peut-être un y arriverait... bon... en ce moment je fais de la recherche. Je ne sais pas si je continuerai, mais j'en fais

    Pour les options... je dirais qu'en Deug ça n'a pas grande importance, il faut surtout choisir ce qui plaît et où on a des chances de bien réussir.
    Qu'as-tu comme options disponibles?
    Puis ne pas se reposer seulement sur les cours, lire beaucoup, faire des stages...

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.


  5. #4
    John78
    Bonjour

    Je crois qu'il faut quand même être très réaliste sur les possibilités de devenir chercheur en bio évolutive en France. Elles sont très faible, et je sais de quoi je parle. Non seulement d'un strict point de vue scolaire il y a peu de DEA (voir post Kinette, stricto sensus, il n'y a que 2 DEA, un à Paris "Biodiversité" celui que j'ai fait et un à Lyon "Biométrie"), encore moins de bourse de thèse et pratiquement aucune possibilité de post-doc en France. Sauf à plus ou moins se réorienter vers des domaines plus appliqués (ce que je fais actuellement) l'obtention d'un boulot stable relève du parcours du combattant. Il est plus avantageux d'avoir un bon niveau en génétique moléculaire ou bioinfo ou bio du devellopement etc etc... et de donner une orientation "évo" à tes etudes et à tes sujets de recherche. Et c'est un conseil basé sur du vécu et pas des "on dit".

    Et puis franchement avoir 8 ans d'études, un post doc et se retrouver à faire cours en collège, c'est quand même triste. Passion ou pas. Donc, bien réfléchir avant de se lancer et toujours avoir un plan B en tête.

    A+
    John

  6. #5
    kinette
    Hello,
    Non seulement d'un strict point de vue scolaire il y a peu de DEA (voir post Kinette, stricto sensus, il n'y a que 2 DEA, un à Paris "Biodiversité" celui que j'ai fait et un à Lyon "Biométrie"),
    Ah non... je vais penser que tu le fais exprès... et bon je ne veux pas encore une fois prêcher pour ma chapelle mais à Montpellier il y a un DEA qui s'appelle "Biologie de l'Evolution et Ecologie", titre suffisament explicite il me semble...
    Et il faut peut-être aussi voir ce qu'on entend par "travailler sur l'évolution".
    Parce que beaucoup de personnes qui bossent sur le comportement font de l'évolution.
    Travailler sur les parasites, c'est aussi souvent toucher à l'évolution. Faire de la systématique c'est aussi faire de l'évolution.
    J'ai une amie qui bosse sur l'hybridation des chênes (qui a de gros aspects évolutifs) qui a fait son DEA à Marseille.
    Donc entre les DEA de Tours, Marseille, Lyon, Montpellier, Paris, du Museum, de Lille, de Rennes, etc... y a de quoi faire.
    Le problème est bien plus que le DEA de trouver ensuite des bourses de thèse.

    encore moins de bourse de thèse et pratiquement aucune possibilité de post-doc en France. Sauf à plus ou moins se réorienter vers des domaines plus appliqués (ce que je fais actuellement) l'obtention d'un boulot stable relève du parcours du combattant. Il est plus avantageux d'avoir un bon niveau en génétique moléculaire ou bioinfo ou bio du devellopement etc etc... et de donner une orientation "évo" à tes etudes et à tes sujets de recherche. Et c'est un conseil basé sur du vécu et pas des "on dit".
    Oui ça il ne faut pas se leurrer, ça n'est pas facile...
    De toute façon comme je disais avant: les personnes qui travaillent sur l'évolution travaillent sur des "bouts" de la théorie, donc il faut nécessairement se spécialiser.

    Et puis franchement avoir 8 ans d'études, un post doc et se retrouver à faire cours en collège, c'est quand même triste. Passion ou pas. Donc, bien réfléchir avant de se lancer et toujours avoir un plan B en tête.
    Bon, personnellement je ne vois pas en quoi c'est "triste" de faire de l'enseignement après avoir fait de la recherche. Si c'est un choix pourquoi ça devrait être considéré comme un échec de se tourner ensuite vers un autre domaine?
    Y a plein de personnes qui actuellement font des jobs pour lesquels ils sont surqualifiés. Finalement je trouve assez horrible le comportement des personnes qui disent autour "quand même, à quoi ça sert de faire tant d'études, si c'est pour en arriver là" (avec le ton dans la voix de la pitié, comme si l'enseignement avait quelque chose de dégradant).

    OK c'est une bonne chose par contre de se dire qu'on va tout faire pour arriver à ce dont on a envie, mais qu'en cas de problème on pourra toujours se retourner et faire autre chose.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    John78
    Citation Envoyé par kinette
    Ah non... je vais penser que tu le fais exprès... et bon je ne veux pas encore une fois prêcher pour ma chapelle mais à Montpellier il y a un DEA qui s'appelle "Biologie de l'Evolution et Ecologie", titre suffisament explicite il me semble...

    A Paris, il y a un DEA d'Evolution et un DEA d'Ecologie. A Montpellier, vous etes des génies vous faites le programme des 2 DEA en 1 seul.
    Aie aie aie, je m'attends au pire....




    Le problème est bien plus que le DEA de trouver ensuite des bourses de thèse.

    Je suis d'accords.


    Bon, personnellement je ne vois pas en quoi c'est "triste" de faire de l'enseignement après avoir fait de la recherche. Si c'est un choix pourquoi ça devrait être considéré comme un échec de se tourner ensuite vers un autre domaine?

    C'est triste si se n'est pas un choix. Et c'est rarement un choix. Plutôt une obligation devant le peu de débouché en recherche, ne me dis pas le contraire. Ca me rapelle un cas caricatural mais authentique d'une fille possédant une thèse, ne trouvant pas de boulot de chercheur, qui a raté plusieur fois le CAPES et qui est devenue controleur au Trésor public. Véridique. J'arrive pas à trouver quelques chose de réjouissant là dedans.


    Y a plein de personnes qui actuellement font des jobs pour lesquels ils sont surqualifiés. Finalement je trouve assez horrible le comportement des personnes qui disent autour "quand même, à quoi ça sert de faire tant d'études, si c'est pour en arriver là" (avec le ton dans la voix de la pitié, comme si l'enseignement avait quelque chose de dégradant).

    La surqualification n'a rien à voir la dedans, je connais plein de gens qui ont fait une thèse en bio et qui bosse en informatique avec un super salaire et job tout a fait gratifiant. Simplement le même métier ils auraient pu le faire 4 ans plus tôt sans passer par un thèse, au smic et dans des conditions de travails plus que précaire. Je ne souhaite a personne d'en arriver à se dire qu'ils ont paumé X années de leurs (courte) vie à faire des choses inutiles et qui n'aboutissent sur rien.

    Mais enfin comment on peut bien vivre le fait de s'etre investits à donf pendant 4 ans sur un truc et un beau jour, ben c'est finit ! Au revoir, changer de métier et débrouillez vous ! C'est forcément une grosse remise en question voire une frustration devant l'échec et le manque de reconnaissance. Enfin, certain ont une famille, des charges, des obligations financières, comment ils font ? Comment t'explique à ton conjoint, tes enfants, ta famille, ben que papa, chéris ou le fiston il est chomeur, bientôt sans revenus et qu'il va reprendre des cours, changer de boulot et passer le concours ? Je ne vois vraiment rien de réjouissant....

    A+
    John

  9. #7
    kinette
    A Paris, il y a un DEA d'Evolution et un DEA d'Ecologie. A Montpellier, vous etes des génies vous faites le programme des 2 DEA en 1 seul.
    Aie aie aie, je m'attends au pire....

    Bah de toute façon si tu regardes les sujets du DEA d'écologie y a en fait pas mal d'évolution (celui d'évolution je connais moins)...
    Puis la formation de Montpellier... comment dire... c'est pas moi qui l'ai faite donc je ne me sens en rien responsable de sa qualité et des ses éventuels défauts ( ).

    Sinon, bon non OK c'est pt'être pas réjouissant que après avoir bossé dans un domaine on se retrouve obligé de faire autre chose...
    Mais il ne faut pas non plus voir tout en noir non plus... et réagir ainsi n'arrange rien.
    Au lieu de trouver absolument horrible qu'un thésard puisse faire autre chose que de la recherche, il faudrait peut-être justement un peu se préoccuper de la valorisation de la thèse pour d'autres choses que la recherche elle-même, aider les thésards à tirer leur épingle du jeu...
    Au lieu de simplement considérer que c'est affreux qu'ils se retrouvent à faire autre chose.

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  10. Publicité
  11. #8
    Cécile
    J'ai besoin des conseils de quelqu'un qui à bossé dans la filière (Cécile?)
    Non, désolée, j'étais chimiste dans une autre vie, pas biologiste. Mais Kinette et John s'y connaissent très bien.
    Ca me rapelle un cas caricatural mais authentique d'une fille possédant une thèse, ne trouvant pas de boulot de chercheur, qui a raté plusieur fois le CAPES et qui est devenue controleur au Trésor public.
    Y paraît que y'en a même qui finissent journalistes !!!

  12. #9
    Gilles Furelaud
    Concernant le DEA d'écologie de paris (UPMC), je connais pas mal de gens qui l'ont fait, et il peut parfaitement mener à bosser en évolution, surtout en fonction du labo choisi. Ceci m'amène à dire (merci aux thésards de me contredire si je m'emballe un peu) que le plus important n'est pas forcément le DEA choisi, mais surtout le labo dans lequel on le fait, et le sujet de DEA (puis de thèse of course).

    C'est vrai que l'on pourrait penser qu'en DEUG, c'est un peu tôt pour réfléchir à cela, mais au moins, cela peut te permettre de bioen choisir tes modules optionnels (en particulier en maitrise), afin de maximiser tes chances d'être pris dans le DEA de ton choix.
    En tout cas, bon courage ! Et bravo pour le choix : l'évolution, de manière général, c'est passionnant !

  13. #10
    Eilura'
    Invité
    C'est pas un choix, je suis passionnée malgré moi!

  14. #11
    seb
    Citation Envoyé par Gilles Furelaud
    Ceci m'amène à dire (merci aux thésards de me contredire si je m'emballe un peu) que le plus important n'est pas forcément le DEA choisi, mais surtout le labo dans lequel on le fait, et le sujet de DEA (puis de thèse of course).
    Absolument!!
    d'abord parce que tu vas passer au moins 4ans de ta vie sur le sujet et dans l'équipe , il est donc important que le sujet te passionne!
    De plus par la suite tu seras jugé sur ton travail de thèse et non sur ton DEA (qui n'est qu'un accessit à la thèse). Choisis donc judicieusement petit scarabée!

    A+

    seb

Discussions similaires

  1. prépa bcpst quels débouchés?
    Par marionc21 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 51
    Dernier message: 03/02/2013, 10h54
  2. Biologie: Quels Debouchés????
    Par lafollederobes dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 68
    Dernier message: 12/11/2012, 21h03
  3. BTS audiovisuel, quels débouchés ?
    Par *-margaux dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/06/2009, 22h21
  4. Quels débouchés après l'INSA ?
    Par Juloes dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 16/10/2007, 06h41
  5. quels débouchés pour quels masters?
    Par whitepony dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/10/2007, 21h44