Discussion fermée
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 38

Electron : onde ou particule ?



  1. #1
    Texanito

    Electron : onde ou particule ?


    ------

    Bonjour,

    Dernièrement, je me suis interessé à l'électron car je voulais tenter de comprendre comment se faisait-il qu'il ne perde pas de l'énergie au fil du temps et finisse par se coller au proton (je n'ai toujours pas eu ma réponse d'ailleurs) mais il y a autre chose qui me turlupine :

    Je suis tombé sur des discussions où il était fait mension de la physique quantique et de la non position d'un électron. J'ai en fait cru comprendre que l'électron n'était pas un corps géométrique proprement dit mais plutôt une onde que l'on ne pourrait pas localiser.
    Mais malgré mes recherches sur plusieurs forums je n'ai trouvé aucune réponse précise et unanime a ce sujet.

    L'électron est-il un corps géométrique tel qu'on nous l'enseigne au lycée sous la forme d'une petit bille tournant autour du noyau ou bien une onde donc pas de forme ??

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    invite34596000666

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Il est les deux en même temps. C'est la dualité onde-corpuscule
    --> http://fr.wikipedia.org/wiki/Dualité_onde-particule

  5. #3
    mach3
    Modérateur

    Re : Electron : onde ou particule ??

    L'électron est-il un corps géométrique tel qu'on nous l'enseigne au lycée sous la forme d'une petit bille tournant autour du noyau ou bien une onde donc pas de forme ??
    ce n'est ni une onde ni une particule mais présente les caractéristiques de l'une ou l'autre selon les situations. Comme un cylindre, qui selon l'angle ou on le regarde parait comme un cercle ou comme un rectangle mais n'est ni l'un ni l'autre. Le terme quanton est parfois utilisé pour définir ce type d'objet mi-particule mi-onde.

    Tu n'as pas du chercher assez , il y a eu pas mal de discussions la-dessus ici même il n'y a pas longtemps, notamment celle-ci : http://forums.futura-sciences.com/thread163279.html

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  6. #4
    Texanito

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Je ne suis pas sur de comprendre

    Il est donc desfois une particule puis quelques instant plus tard c'est une onde ??

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    Coincoin

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Salut,
    Non, il n'est ni l'un ni l'autre. Tout comme le cylindre ressemble par certains aspects à un rectangle et par d'autres à un cercle mais n'est ni l'un ni l'autre.

    Personnellement, je préfère l'ornithorynque comme exemple...
    Encore une victoire de Canard !

  9. #6
    invite34596000666

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par Coincoin Voir le message
    Personnellement, je préfère l'ornithorynque comme exemple...
    C'est quoi cet exemple ? Connais pas…

  10. Publicité
  11. #7
    Texanito

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Ah oki merci ^^ Demain je vais me la pétér un peu devant ma prof de physique et devant mes potes

  12. #8
    Coincoin

    Re : Electron : onde ou particule ?

    C'est quoi cet exemple ? Connais pas…
    C'est la même chose en remplaçant "cylindre" par "ornithorynque", "rectangle" par "canard" et "cercle" par "castor". Ça enlève l'aspect magique de la dimension supplémentaire et ça renforce l'aspect bâtard de la bête. Mais c'est assez personnel comme métaphore.
    Encore une victoire de Canard !

  13. #9
    invite34596000666

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Lol

    L'ornithorynque, c'est la preuve que Dieu a le sens de l'humour (je sais plus où j'ai entendu ça…)

  14. #10
    invite431

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Citation Envoyé par guerom00 Voir le message
    Lol

    L'ornithorynque, c'est la preuve que Dieu a le sens de l'humour (je sais plus où j'ai entendu ça…)
    Va raconter cela à l'ornithorynque

  15. #11
    PopolAuQuébec

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Citation Envoyé par baguette Voir le message
    Va raconter cela à l'ornithorynque
    Excellente idée

    La présence d'un observateur pourrait le transformer soit en canard, soit en castor

  16. #12
    Gwyddon

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Bonsoir,

    N'oubliez pas les autruches..
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  17. Publicité
  18. #13
    ketchupi

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Citation Envoyé par baguette Voir le message
    Va raconter cela à l'ornithorynque
    bah ils ne doivent pas mal le vivre, sinon, y aurait déjà eu une manif !!

    rapport aux évènements qui se passent en France actuellement...... bon ok je sors.....
    On ne force pas une curiosité, on l'éveille. Daniel Pennac

  19. #14
    frje33

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par Coincoin Voir le message
    Salut,
    Non, il n'est ni l'un ni l'autre. Tout comme le cylindre ressemble par certains aspects à un rectangle et par d'autres à un cercle mais n'est ni l'un ni l'autre.

    Personnellement, je préfère l'ornithorynque comme exemple...
    Je ne vois pas ce le paralléle avec le cylindre vient faire içi.
    s'il est vrai que les choses peuvent apparaitrent sous différents aspects
    selon l'angle d'observation ,la réalité existe indépendement de toutes observations!
    l'univers n' a pas attendu que l'on vienne l'observer pour exister!
    En fait quelque chose doit manquer pour concilier le comportement tantot corpusculaire et tantot ondulatoire
    déjà on peut remarquer que le comportement d'un grand nombre de photons est toujours ondulatoire
    il est corpusculaire quand on a les photons un par un
    Mais que veut dire envoyer des photons un par un ?
    Pour prendre l'image d'une vague ,chaque goutte est une particule et l'ensemble des particules en un mouvement est une vague
    en quelque sorte la vague est lié au mouvement et ne peut ezxister au repos
    et s'il en etait ainsi des particules?
    nul n'a jamais obervé de parrticule au repos et on peut penser que le mouvement ferait partie de la particule elle meme ou plutot d'un flot de particules

    Dans l'experience des fentes d'YOUNG ,quand on envoit les photons un par un
    un grand nombre de photons reconstitue les interférences
    Tout se passe comme si ,le phénoméne etait observé au ralentit
    et que chaque photon envoyé ne l'etait pas séparement comme on le pense mais comme faisant partie du meme flux lumineux !!
    autrement dit vouloir isoler une particule de lumiere n'aurait pas de sens
    dans un phénoméne lumineux ,pas plus que d'isoler une goutte d'eau dans une vague pour expliquer le mouvement de la vague!!

  20. #15
    Coincoin

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Citation Envoyé par frje33 Voir le message
    Je ne vois pas ce le paralléle avec le cylindre vient faire içi.
    Toi aussi tu préfères l'analogie avec l'ornithorynque ?

    En fait quelque chose doit manquer pour concilier le comportement tantot corpusculaire et tantot ondulatoire
    Pas d'un point de vue formel. C'est simplement au niveau de la vulgarisation qu'il est difficile que les objets quantiques ont à la fois des caractéristiques corpusculaires et des caractéristiques ondulatoires.

    déjà on peut remarquer que le comportement d'un grand nombre de photons est toujours ondulatoire
    Non. Si je t'envoies une palanquée de photons gamma, tu ne verras pas l'aspect ondulatoire.

    il est corpusculaire quand on a les photons un par un
    Non. L'expérience des fentes d'Young en envoyant les photons un par un montre un caractère ondulatoire.

    Pour prendre l'image d'une vague ,chaque goutte est une particule et l'ensemble des particules en un mouvement est une vague
    Non. L'image n'est pas suffisante. En effet, chaque électron a un comportement ondulatoire.

    Dans l'experience des fentes d'YOUNG ,quand on envoit les photons un par un
    un grand nombre de photons reconstitue les interférences
    On commence à observer des interférences même pour quelques photons.


    Il faut bien se rendre compte que ce que certains considèrent comme paradoxale ne révèle que les difficultés qu'a la vulgarisation à faire passer des concepts bien éloignés des conceptions intuitives. D'un point de vue formel, il n'y a aucun problème : le "quanton" n'est ni une onde ni un corpuscule, même s'ils partagent des caractéristiques.
    Encore une victoire de Canard !

  21. #16
    curieuxdenature

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Bonjour frje33

    En fait quelque chose doit manquer pour concilier le comportement tantot corpusculaire et tantot ondulatoire
    Autrement dit, tu ne fais que répéter ce que Coincoin disait : en observant une boite de conserve vue de dessus on voit un cercle, vue de face c'est un rectangle.
    Menfin, à ce que j'ai constaté jusqu'à présent, celui qui sait ce qu'est un photon ne prend pas le risque de vendre la mèche.
    L'electronique, c'est fantastique.

  22. #17
    chaverondier

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par frje33 Voir le message
    S'il est vrai que les choses peuvent apparaitre sous différents aspects selon l'angle d'observation, la réalité existe indépendemment de toute observation !
    Peut-être, mais en est-on vraiment sûr ? Sait-on décliner, sans difficulté d'interprétation, cette affirmation en terme de prédictions réfutables par l'expérimentation. Vu que l'on ne peut pas (que l'on ne sait pas ?) attribuer aux "objets" (1) de propriété indépendante à la fois de l'observateur et des grandeurs qu'il choisit d'observer (2), ça donne à la réalité une interprétation qui l'éloigne du sens commun. Le plus dur, c'est le caractère non commutatif de l'algèbre des observables quantiques, caractère en conflit assez dur avec notre perception intuitive classique du monde qui nous entoure (3). Ca l'éloigne même tellement qu'il y a encore des discussions pour savoir si la localité (largement confirmée expérimentalement) est compatible ou pas avec une interprétation réaliste des entités physiques observées (4).

    D'une façon un peu plus large, la levée de problèmes d'interprétation
    * de l'irréversibilité (5),
    * de l'entropie,
    * de la mesure quantique,
    * de la non localité quantique,
    * de l'indéterminisme de la mesure quantique,
    * de l'incompatibilité entre mesure quantique et mécanique quantique unitaire,
    * de l'incompatibilité entre espace-temps-matière-gravitation et mécanique quantique...
    pose de sérieux problèmes.

    Si ça se trouve, dans plusieurs études délicates en physique, nous sommes en partie confrontés à des problèmes de langage et de perception intuitive du monde qui nous entoure, là où nous croyons être confrontés à des problèmes essentiellement mathématiques ou physiques (5).

    (1) notion d'ailleurs délicate eu égard à la non séparabilité quantique.

    (2) contextualité de la mesure quantique : le résultat de la mesure ne dépend pas seulement des propriétés de l'objet observé. Il dépend aussi de la propriété que l'on décide d'observer.

    (3) perception intuitive classique modélisable par l'algèbre commutative des observables de l'état d'un "système classique". De cette algèbre commutative d'observables, on peut faire émerger un espace de phase modélisant l'état du système observé. Cet espace est tel que les observables classiques de l'état du système s'y décrivent par des fonctions continues sur cet espace, cf le théorème de Gelfand.

    En mécanique quantique, on a bien une algèbre d'observables, mais cette algèbre n'est plus commutative. On perd la possibilité de décrire simultanément toutes les propriétés physiques que l'on peut extraire de l'observation d'un système. Ces propriétés deviennent une caractéristiques de l'interaction entre l'observateur et le système observé et non une caractéritique objective du système. Heureusement, on conserve l'intersubjectivité. Deux observateurs observant le même système sont d'accord sur ce qu'il observent (à condition toutefois de bien respecter le viel adage de bison futé : boire ou observer, il faut choisir).

    (4) et ce malgré le théorème de Bell et la violation des inégalités de Bell. Comme d'habitude, l'attaque se fait traitreusement au niveau des hypothèses du théorème en question.

    (5) Déjà, tout notre langage exprime les choses et les actions en les plaçant dans un temps préexistant indépendemment de tout observateur ou de tout acte d'observation (nos phrases s'expriment presque systématiquement au présent, au passé ou au futur). Dès lors, comment être en mesure de concevoir que le temps puisse émerger de phénomènes physiques (ou plutôt d'échanges d'information entre observateur et monde observé) présentant un caractère plus fondamental ?

  23. #18
    livre

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par Texanito Voir le message
    Il est donc des fois une particule puis quelques instant plus tard c'est une onde ??
    H.Poirier , Il n'y a plus de paradoxes quantiques, Science et Vie, Nr.1019, pp.58-69 (Août 2002)

  24. Publicité
  25. #19
    adri662

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par frje33 Voir le message
    la réalité existe indépendement de toutes observations!
    l'univers n' a pas attendu que l'on vienne l'observer pour exister!
    En fait quelque chose doit manquer pour concilier le comportement tantot corpusculaire et tantot ondulatoire
    Justement non, la mecanique quantique n'a pas pour pretention de decrire formellement la Nature, mais tente de decrire et de facon deterministe, l'interaction entre l'observateur et la Nature. C'est la reduction du paquet d'ondes.
    Et ceci prend vraiment un sens lorsque l'on veut mesurer des objets infiniment petits ; Mesurer un photon, revient a le detruire (puisqu'il est capte par l'instrument de mesure), ou au mieux, a transformer ses proprietes. Il convient alors de se poser la question :
    Le photon que je viens d'observer est-il le meme que celui qui serait passe sans que je n'interagisse avec lui ?
    On convient que cette question n'avait pas lieu d'etre poser lorsque les objets observes etaient macroscopiques (comme une pomme). Le fait de regarder une pomme tomber, n'influe pas (a priori) sur ses proprietes.
    On dit d'ailleurs qu'il y a une barriere Quantique/Classique, et qu'au dela de cette barriere les lois la theorie passe de classique a quantique, et inversement. Cependant, on ne connait pas la position exacte de cette barriere.

    Enfin, je suis tout a fait d'accord avec Coincoin quand il dit qu'un "quanton" n'est ni une onde ni un corpuscule. Cependant comme le mot fonction d'onde ne parle pas a une representation de l'esprit, il devient confortable de puiser dans des concepts compris, les proprietes appropriees, parfois d'une onde ou d'un corpuscule.

  26. #20
    chaverondier

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    La mecanique quantique n'a pas pour pretention de decrire formellement la Nature, mais tente de decrire, et ce de facon deterministe, l'interaction entre l'observateur et la Nature.
    A ce jour, on ne cherche plus trop dans cette direction. Certains, comme A. Zeilinger, W. Zurek, M. Bitbol ou C. Rovelli cherchent plutôt, au contraire, à faire émerger naturellement, d'une approche informationnelle de la mécanique quantique, les raisons de l'indéterminisme de la mesure quantique.
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    On dit d'ailleurs qu'il y a une barriere Quantique/Classique, et qu'au dela de cette barriere la theorie passe de classique a quantique, et inversement. Cependant, on ne connait pas la position exacte de cette barriere.
    C'est tout le mystère de la mesure quantique. Un certain nombre de physiciens pensent que cette barrière, c'est tout simplement l'observateur lui-même et que le phénomène observé de réduction du paquet d'onde découlerait de l'interaction de l'observateur avec le système observé (qu'il soit ou pas conscient de cette interaction d'ailleurs).
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Enfin, je suis tout a fait d'accord avec Coincoin quand il dit qu'un "quanton" n'est ni une onde ni un corpuscule.
    Exprimé autrement, on peut dire que la propriété acquise par l'objet observé à l'issue de l'observation dépend de ce qu'on observe (cad dépend du contexte expérimental de l'observation) et on ne peut pas observer simultanément des observables qui ne commutent pas. Ce que l'on qualifie de dualité onde-corpuscule est, me semble-t-il, la manifestation (appliquée au cas particulier des observables conjuguées d'impulsion et de position) du caractère non commutatif de l'algèbre des observables des systèmes quantiques (cad en fait de tous les systèmes physiques quand on descend à un niveau de description plus fin que celui correspondant à la description classique des systèmes et phénomènes physiques).

  27. #21
    adri662

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par chaverondier Voir le message
    on ne peut pas observer simultanément des observables qui ne commutent pas. Ce que l'on qualifie de dualité onde-corpuscule est, me semble-t-il, la manifestation (appliquée au cas particulier des observables conjuguées d'impulsion et de position) du caractère non commutatif de l'algèbre des observables des systèmes quantiques
    Non la dualite onde/corpuscule, ne vient pas de l'algebre lineaire non commutatif. Les inegalites de Heisenberg (en Energie/temps ou impulsion/position) sont elles, une consequence de cet algebre, et predisent une imprecision infranchissable sur la mesure.
    La dualite onde/corpuscule est vraiment un moyen d'etre capable de decrire des proprietes de la particule quantique. cependant cela n'a pas vraiment de sens quantique, c'est juste essayer de ramener la particule a des concepts que l'on peut comprendre et interpreter.

    Citation Envoyé par chaverondier Voir le message
    (cad en fait de tous les systèmes physiques quand on descend à un niveau de description plus fin que celui correspondant à la description classique des systèmes et phénomènes physiques).
    Il n'est pas possible de decrire une balle de tennis, objet macroscopique, avec la theorie quantique. Il n'est pas possible de parler et calculer la longueur d'onde de De Broglie d'un tel objet. Et pas parce que la theorie quantique est trop lourde, mais parce qu'elle ne s'applique pas aux objets macroscopiques.

  28. #22
    bashad

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Salut!

    cercle ou rectangle une visualisation:

    http://quark.chez-alice.fr/quantic.html

  29. #23
    chaverondier

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Non la dualite onde/corpuscule, ne vient pas de l'algebre lineaire non commutatif. Les inegalites de Heisenberg (en Energie/temps ou impulsion/position) sont elles, une consequence de cet algebre, et predisent une imprecision infranchissable sur la mesure.
    Intrinsèquement, les inégalités de Heisenbeg ne prédisent aucune imprécision que se soit. L'inégalité delta x . delta p > hbar/2 est relative au produit de la dispersion de la fonction d'onde exprimée dans la "base" des positions par la dispersion de cette même fonction d'onde exprimée dans la "base" des impulsions. Or l'observable position et l'observable impulsion sont des observables conjugées si bien que le passage d'une représentation à l'autre s'effectue par transformation de Fourier. Cette inégalité découle donc en fait d'une propriété de la transformation de Fourier.

    Pour autant, ces inégalités restent vraies sans que cela ne mette en cause, de quelque façon que ce soit, le caractère déterministe des évolutions quantiques (en dehors, bien sûr, du processus de mesure quantique, lequel processus ne respecte pas la dynamique déterministe, réversible et unitaire des évolutions quantiques pour des raisons qui restent encore objet de discussion).
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Il n'est pas possible de decrire une balle de tennis, objet macroscopique, avec la theorie quantique et pas parce que la theorie quantique est trop lourde, mais parce qu'elle ne s'applique pas aux objets macroscopiques.
    Houla ! Il faut vite publier le papier qui en apporte la preuve. Ca devrait faire un tabac.

  30. #24
    adri662

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par chaverondier Voir le message
    Intrinsèquement, les inégalités de Heisenbeg ne prédisent aucune imprécision que se soit.
    Enfin, alors explique moi comment obtenir une valeur de l'impulsion sans imprecision, en meme temps qu'une valeur de la position.
    Je suis d'accord avec toi, sur le fait que cela ne remet pas en cause le caractere deterministe de la mecanique quantique (puisque l'on peut parler de superposition d'etats).
    Cependant je maintiens que l'algebre non commutatif (matriciel) caracterise l'imprecision sur la mesure par exemple par : [P,R] = ihbar
    Ce n'est pas une propriete de la transformee de fourier. Mais c'est mon opinion j'aimerai que tu developpes la tienne.

    Houla ! Il faut vite publier le papier qui en apporte la preuve. Ca devrait faire un tabac.
    Je parlai de la decoherence quantique (bien connue), par exemple avec l'experience de pensee du paradoxe du chat de Schrodinger..

  31. Publicité
  32. #25
    chaverondier

    Re : Electron : onde ou particule ??

    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Enfin, alors explique moi comment obtenir une valeur de l'impulsion sans imprecision, en meme temps qu'une valeur de la position.
    Pour cela, il faudrait (entre autres) que ces deux observables commutent, ce qui n'est pas le cas.
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Cependant je maintiens que l'algebre non commutative caracterise l'imprecision sur la mesure par exemple par : [P,R] = ihbar .
    L'imprécision de la mesure quantique se manifeste dès lors que le système observé n'est pas dans un état propre de l'observable mesurée. Dès que deux observables ne commutent pas, il n'est pas possible de les diagonaliser dans une base Hilbertienne commune. De ce fait, si on prend le cas de l'observable spin de l'électron par exemple et les observables conjuguées de spin vertical et de spin horizontal, si j'obtiens une mesure très précise de spin vertical, à l'issue de ma mesure de spin vertical, mon électron est dans un état propre de spin vertical (spin up ou spin down). Je ne peux alors pas avoir, en même temps du moins, une mesure très précise de spin horizontal (car mon électron ne peut pas être, en même temps, dans un état propre de spin horizontal et dans un état propre de spin vertical).

    Cela n'a rien avoir avec une quelconque imprécision de mon état de spin. Dès que mon électron est dans un état de spin vertical up par exemple, son état de spin est parfaitement connu. Simplement, l'état de spin vertical up étant un état quantique superposé vis à vis de l'observable de spin horizontal, je ne sais pas le résultat que va me donner une mesure de spin horizontal. C'est donc la mesure quantique (et pas les inégalités de Heisenberg) qui sont la cause de l'incertitude quantique.

    Par contre, il s'avère que les produits d'incertitudes de mesure d'observables conjuguées respectent bien les inégalités de Heisenberg. De ce fait, on affuble parfois ces inégalités du qualificatif d'incertitude ou encore d'indétermination de Heisenberg, qualificatifs que j'estime trompeurs, l'un comme l'autre, car ils tendent à attribuer aux inégalités de Heisenberg elles-mêmes une indétermination dont l'origine se situe dans le processus de mesure quantique lui-même et non dans le caractère conjugué des observables concernées par ces inégalités (je mets de côté l'inégalité de Heisenberg temps-énergie puisque le temps n'est pas une observable en MQ).
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Ce n'est pas une propriete de la transformee de Fourier.
    Si, si. La transformée de Fourier d'une gaussienne est une gaussienne et le produit de leurs dispersions est égal à 1/2. On montre qu'il s'agit là d'un minimum.
    Citation Envoyé par adri662 Voir le message
    Je parlais de la decoherence quantique (bien connue), par exemple avec l'experience de pensee du paradoxe du chat de Schrodinger...
    Où mieux encore, avec les expériences bien réelles du laboratoire Kastler Brossel (cf cohérence quantique et dissipation, magistère de physique 2003 de Jean Dalibard http://www.phys.ens.fr/~dalibard/Not...stere_2003.pdf). Cela n'empêche nullement les effets quantiques de se manifester à l'échelle macroscopique à travers des phénomènes tels que les SQIDS, l'hélium superfluide ou encore les condensats de Bose Einstein.

  33. #26
    detlaf

    Re : Electron : onde ou particule ??

    merci chaverondier, mais en ce qui me concerne je suis dans ta lecture larguer on boxe pas dans le même niveau... du coup tout m'échappe! plus j'avance moins j'en sais j'en prends un coût sur la tête!

  34. #27
    Hphilo

    Cool Re : Electron : onde ou particule ?

    Bonjour,
    L'éléctron est à la fois onde et particule(i.e. matière). D'ailleurs il est de mème pour tout "objet" dans la nature. Sa nature corpusculaire n'a pas besoin d'ètre expliquée ( il possède une masse non nulle ). Passons à l'aspect ondulatoire:
    La lumière 'dévoile' son aspect ondulatoire en faisant, entre autres, la fameuse expérience de Young( au Lycée). En fait deux sources de lumière s'interfèrent et donnent une image dans laquelle il y a alternance entre des franges lumineuses et sombres. Or, en faisant exactement la mème chose pour des éléctrons ( un faisseau d'éléctrons au lieu de la lumière) on obtient une image similaire( au lieu des franges lumineuses on a des zone denses en éléctrons et au lieu des franges sombres, des zones moin denses)!
    Il faut avoir dans l'esprit les lois de la mécanique quantique
    sont autres que celles du 'bon sens'.
    Je pense enfin que le livre (classique) de R.Feynmann Quantum Mechanics te fera de bien. Bien qu'il est de niveau superieur.

    Bonne journée

  35. #28
    Hphilo

    Cool Re : Electron : onde ou particule ?

    Bonjour,
    L'éléctron est à la fois onde et particule(i.e. matière). D'ailleurs il est de mème pour tout "objet" dans la nature. Sa nature corpusculaire n'a pas besoin d'ètre expliquée ( il possède une masse non nulle ). Passons à l'aspect ondulatoire:
    La lumière 'dévoile' son aspect ondulatoire en faisant, entre autres, la fameuse expérience de Young( au Lycée). En fait deux sources de lumière s'interfèrent et donnent une image dans laquelle il y a alternance entre des franges lumineuses et sombres. Or, en faisant exactement la mème chose pour des éléctrons ( un faisseau d'éléctrons au lieu de la lumière) on obtient une image similaire( au lieu des franges lumineuses on a des zone denses en éléctrons et au lieu des franges sombres, des zones moin denses)!
    Il faut avoir dans l'esprit les lois de la mécanique quantique
    sont autres que celles du 'bon sens'.
    Je pense enfin que le livre (classique) de R.Feynmann Quantum Mechanics te fera de bien. Bien qu'il est de niveau superieur.

    Bonne journée

  36. #29
    gatsu

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Bonjour,

    Ce sujet a déjà été abordé ici

    On voit que la réponse n'est pas forcément évidente en fonction du point de vue utilisé.

  37. #30
    job909
    Invité

    Re : Electron : onde ou particule ?

    Salut, l'électron est une particule qui possède une masse , elle est chargée négativement et comme pense tout le monde sa géométrie doit être est sphérique . Le photon est une onde électromagnétique , l'électron libre est un type d' ondes radioactives (bêta moins ) , mais ce n'est pas une ondes. pour l'énergie , quand l'électron s'excite ( passant de l'orbital atomique k à L ) il absorbe le photon et donc acquit l'énergie du photon absorbé , quand l'électron est en transition ( passant de l'orbital atomique L à k ) il cède le photon et donc perd l'énergie du photon cédé .

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Particule = onde ?
    Par Novocaine dans le forum Physique
    Réponses: 34
    Dernier message: 30/08/2007, 11h51
  2. dualité onde particule
    Par exam dans le forum Physique
    Réponses: 37
    Dernier message: 03/06/2007, 19h54
  3. Onde et particule..
    Par manu_mars dans le forum Physique
    Réponses: 2
    Dernier message: 14/09/2005, 21h39
  4. onde et particule
    Par Ortie dans le forum Physique
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/02/2005, 14h13
  5. onde/particule
    Par quetzal dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/10/2004, 18h31