Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

rayonnement de freinage et particules chargées



  1. #1
    gatsu

    rayonnement de freinage et particules chargées


    ------

    Bonjour,

    Je souhaiterai savoir pourquoi est ce qu'on ne tient pas compte de la perte d'énergie par rayonnement de freinage lors de la modélisation de l'experience de Rutherford, et de façon générale pourquoi est ce que ce n'est souvent significatif que pour les electrons ou positrons ?

    J'imagine que la réponse à ma premiere question doit répondre à la deuxième mais bon .
    Il est clair que ça ne doit pas être significatif pour les noyaux d'helium mais je ne vois pas trop pourquoi...

    Si quelqu'un a une idée je suis preneur !
    merci d'avance !!

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Tizoo

    Re : rayonnement de freinage et particules chargées

    La perte d'énergie par brehmstrahlung est relié à l'accélération. Dans l'expérience de Rutherford, au moins pour les électrons qu'on mesure de l'autre coté de la feuille, l'accélération n'est pas énorme. Du coup, la perte d'énergie est faible.
    En plus, cette perte d'énergie est assez compliqué à calculer...

  4. #3
    Poual

    Re : rayonnement de freinage et particules chargées

    Salut,

    Physiquement: Le rayonnement de freinage est lié à la décélaration d'une particule chargée. Si tu la décéleres un grand coup, elle émet un fort rayonnement.
    Le proton (par exemple) est presque 2000 fois plus lourd que l'électron. Or, on sait qu'une particule lourde a plus d'inertie (il est plus difficile de la dévier et donc de la décélerrer) qu'une particule légère. Du coup, ce facteur 2000 diminue fortement le rayonnement de freinage étant donné qu'on ne peut pas aisément la dévier.

    Mathématiquement: Je viens de trouver un pdf donnant la formule de probabilité d'émettre un rayonnement de freinage: http://ipnweb.in2p3.fr/rayonnements-...-Electrons.pdf

    La probabilité est proportionnelle à avec Z charge des noyaux cibles et M masse de la particule incidente. Du coup, pour le proton, on a 4 000 000 fois de chance d'obtenir un rayonnement de freinage...

    Voilà, j'espère répondre à ta question.

    Ps: en plus dans l'expérience de Rutherford, la feuille d'or est fine (6000 angström) du coup ça diminue encore la probabilité d'émettre un rayonnement de freinage...

    ++

  5. #4
    gatsu

    Re : rayonnement de freinage et particules chargées

    Merci à tous les deux !

    Je cherchais en fait à éviter un raisonnement classique et essayer de le justifier en raisonnant simplement avec un formalisme de choc relativiste pour avoir des ordres de grandeurs mais je crois que c'est pas si facile que ça...

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    gatsu

    Re : rayonnement de freinage et particules chargées

    Je viens de me rendre compte aussi que ce qui me gène c'est que j'ai toujours vu (même en collision quantique) qu'on traitait le problème de Rutherford comme une collision élastique qui fondamentalement n'en est pas une, existe t il un traitement qui explicite les corrections (si il y en a) à apporter à l'angle de diffusion ou à la vitesse finale ?

Discussions similaires

  1. Interaction particules chargées et matière
    Par Novocaine dans le forum Physique
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/02/2008, 15h08
  2. accélération de particules chargées
    Par titan481 dans le forum Physique
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/10/2007, 23h34
  3. Interactions particules chargées/matières
    Par BioBen dans le forum Physique
    Réponses: 18
    Dernier message: 14/04/2007, 17h56
  4. Rayonnement des particules chargées
    Par Latouffe dans le forum Physique
    Réponses: 27
    Dernier message: 13/11/2006, 17h33
  5. rayonnement solaire ou rayonnement du poele de masse
    Par ceyrat dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 25
    Dernier message: 28/04/2006, 13h22