Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Les phobies, pour ou contre



  1. #1
    loullou

    Smile Les phobies, pour ou contre


    ------

    On dit souvent que les phobies empechent de vivre correctement et donc qu'il faut les enlever.
    Justement n'est ce pas humain d'en avoir ? Ne faudrait-il pas garder certaines peurs ?
    Ne serions nous pas des robots si on avait une totale maitrise de nos pires peurs ?
    Permettent-elles de nous rendre plus forts ?
    Après tout la nature humaine a bien été faite, pourquoi enlever cette part d'humanité ?
    La peur est elle innée ou aquise ?
    D'après moi la peur pourrait donner des ailes ...

    A vous de débattre

    ps : c'est mon sujet de TPE, "Des phobies bénéfiques ?"

    -----

  2. #2
    haricotnain

    Re : Les phobies, pour ou contre

    J'ai lu une fois que la peur des araignées serait innée et présente chez quasiment tout le monde, mais à des degrés divers. Il y a bien longtemps, ceux qui présentaient ce caractère auraient été sélectionné pour l'avantage évolutif qu'il produit (ils évitaient les morsures d'araignées au venin très toxique).
    Info, évidemment, à vérifier...

    Après, je pense qu'il y a peur et phobie.

    A mon sens, la phobie est une peur irrationnelle, envahissante et handicapante pour celui qui en est sujet.

    Par contre, en dehors de ces cas pathologiques, la peur est évidemment une émotion très utile, puisqu'elle nous incite à éviter les dangers et à ne pas prendre des risques inutiles.

  3. #3
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Le terme de "phobie" a une définition très précise.
    La phobie est une crainte angoissante spécifique
    1) déclenchée par un objet ou une situation n'ayant pas en eux-mêmes un caractère dangereux
    2) disparaissant en dehors de l'objet ou de la situation, ce qui entraine des conduites d'évitement caractéristiques
    3) au-delà du contrôle volontaire bien que le malade soit conscient du caractère absurde de sa crainte.
    Source ; Psychiatrie de l'adulte, Lemperière et Feline, ed .MASSON
    Tout ça pour dire que la phobie est une maladie., demander si on est pour ou contre est absurde.
    Non la phobie n’est pas bénéfique, pas plus que la névrose, les troubles délirants ou obsessionnels, les psychoses, bref toutes les maladies mentales.
    Il vous faut revoir votre titre. Que vous parliez de "peur", oui, ça prend un sens. Mais pas de "phobie".
    Dernière modification par mh34 ; 09/11/2011 à 21h41.

  4. #4
    Xoxopixo

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Loullou
    Ne serions nous pas des robots si on avait une totale maitrise de nos pires peurs ?
    J'aurais dit l'inverse.

    Pour exemple, la panique succitée par la vue d'un serpent est automatique.
    Etant humain et non robot, il est possible de maitriser sa peur à la vue d'un serpent.

    Je me réfère de plus pour cela à une experience personnelle.
    Etant jeune, farfouillant dans une mare j'avais vu un joli point doré au fond de celle-ci, et m'etant approché pour voir ce dont il s'agissait, je m'etait rendu compte subitement qu'il s'agissait d'un serpent.
    Une inoffensive couleur à collier.

    Pris par surprise j'ai paniqué, me suis retourné et ai couru tout droit à travers toute la prairie sans reflechir, sinon à cavaler comme un poulet sans tête.
    Sait-on jamais que le reptile m'aurait couru après sur cent metres.
    C'est automatique, la reflexion ne joue pas.

    Citation Envoyé par Haricotnain
    Il y a bien longtemps, ceux qui présentaient ce caractère auraient été sélectionné pour l'avantage évolutif qu'il produit
    Dans le cas de figure précedement évoqué, un serpent agressif m'aurait mordu par le fait d'avoir effectué un geste brusque.
    Le comportement de fuite instinctif ne présente pas ici un avantage selectif.
    Si j'avait été un rat, peut-être que ma vitesse et la petite taille m'auraient effectivement épargné l'attaque.
    Le reflexe inné de peur, si il présentait un avantage à une époque viendrait alors effectivement de très loin.
    Je ne sais pas trop quoi penser du coup.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    invite2313209787891133
    Invité

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Bonjour

    Citation Envoyé par haricotnain Voir le message
    J'ai lu une fois que la peur des araignées serait innée et présente chez quasiment tout le monde, mais à des degrés divers. Il y a bien longtemps, ceux qui présentaient ce caractère auraient été sélectionné pour l'avantage évolutif qu'il produit (ils évitaient les morsures d'araignées au venin très toxique).
    Non, la seule peur qui soit véritablement innée est la peur du vide : Si on pose un bébé sur une plaque de verre il aura peur, mais on lui tend un serpent, un rat ou une araignée il cherchera à les saisir.
    Si par contre on lui montre un de ces animaux et qu'on frape un grand coup sur une cymbale il en aura peur, et continuera à associer cette peur à l'animal.

  7. #6
    jiherve

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Bonsoir,
    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Le terme de "phobie" a une définition très précise.


    Tout ça pour dire que la phobie est une maladie., demander si on est pour ou contre est absurde.
    Pas mieux sauf cancer pour ou contre!
    Ceci ne serait il pas un non-sens ?
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  8. #7
    myoper
    Modérateur

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par Dudulle Voir le message
    Non, la seule peur qui soit véritablement innée est la peur du vide : Si on pose un bébé sur une plaque de verre il aura peur
    Plusieurs, apparemment :
    De plus, certaines peurs, comme celles des serpents, du vide, de l'obscurité, de l'eau... existeraient en nous à l'état latent. Une expérience célèbre consistant à placer un bébé sur une plaque de verre montre combien l'enfant a peur du vide sans jamais avoir fait encore la moindre chute.
    http://www.rvd-psychologue.com/phobies-emetophobie.html

    Mais ça ne se voit qu'a partir de 6 mois : http://books.google.fr/books?id=52RP...page&q&f=false
    Eleanor Gibson note que la peur (évitement de la falaise) apparait vers 6 mois
    Mais je me demande le niveau de preuve de tout ça ?
    Dernière modification par myoper ; 09/11/2011 à 23h29.

  9. #8
    invite2313209787891133
    Invité

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Non justement, tous les enfants ont peur du vide, mais seulement certains auront peur de l'eau ou de serpents; parce qu'ils les auront déjà associé à une notion de danger. On ne peut dès lors pas parler de peur innée.

  10. #9
    myoper
    Modérateur

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Oui mais c'est la façon dont a été déterminé ce "tous" qui m’intéresse (et la fait que ce ne soit qu'a partir de 6 mois, pas avant et comment c'est expliqué) car mis sur le même plan que les autres, par exemple dans ce lien (ce qui voudrait dire que le "tous" aurait été sur estimé et/ou le "certain" sous estimé).

  11. #10
    Xoxopixo

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par Dudulle
    Non, la seule peur qui soit véritablement innée est la peur du vide : Si on pose un bébé sur une plaque de verre il aura peur, mais on lui tend un serpent, un rat ou une araignée il cherchera à les saisir.
    Un bébé peut-être...
    Mais pas un enfant.
    Inné ne signifie pas "à la naissance".
    D'ailleurs c'est assez peu utile pour un bébé de tenter de fuire devant un serpent.
    Surtout si ce sont les parents qui se chargent de la fuite ou de l'attaque, ça ne peut être qu'une gène.

    J'avais également lu le fait que l'enfant en bas age ne réagissait pas instinctivement à la vue d'un serpent.
    Par contre une étude recente tend à démontrer que la peur instinctive se developpe de manière innée chez l'enfant.
    Citation Envoyé par Maxisciences
    En faisant analyser divers symboles à des adultes et surtout à des enfants qui n'ont jamais été confrontés à ce type d'animaux, Judy DeLoache et son équipe ont démontré que nous retrouvions plus rapidement une photo de serpent au milieu de photos de fleurs qu'une photo de fleur au milieu de photos de serpents.
    Cette aptitude à identifier plus rapidement la "menace" générée par la présence d'un serpent, et ce même chez les jeunes enfants, serait donc innée et génétiquement transmise depuis des générations.
    Les résultats de l'étude sont parus dans la revue spécialisée Psychological Science.
    http://www.maxisciences.com/serpent/...nes_art65.html

    Voici ce qui en est dit sur Wikipedia
    Citation Envoyé par Wikipedia
    Le fait que les chimpanzés, en milieu naturel, ont pratiquement toujours peur des serpents n'en fait pas une peur instinctive. R.A. Hinde remarqua que cette peur n'était pas présente chez les animaux élevés en laboratoire[32]. Nous savons maintenant que cette peur est transmise par observation ; un singe développera sa peur simplement en observant un autre singe avoir peur d'un serpent[33]. Bien que la peur des serpents ne soit pas plus innée chez l'humain, il est démontré que celui-ci possède une capacité innée à reconnaître beaucoup plus rapidement et efficacement la forme des serpents que celle de tout autre objet[34]. Il en est de même pour les araignées[35].

    Nous pouvons voir ici deux mécanismes de déclenchement. Le premier, inné, est celui de l'imprégnation de la vermine dont le stimulus clé est la peur d'un congénère orientée vers une vermine quelconque. Le second est un mécanisme empreint dont le stimulus clé est la vue de la vermine en question. Nous pouvons présumer que le mécanisme d'imprégnation est facilité, de façon innée, en ce qui concerne certaines vermines comme les serpents, les rongeurs ou les araignées qui induisent des phobies courantes chez l'humain.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Instinc...r_des_serpents

    A noter, concernant le cas personnel évoqué plus haut, que déja à cette époque je manipulais sans crainte les orvets.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Orvet
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  12. #11
    Xoxopixo

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par Xoxopixo
    Inné ne signifie pas "à la naissance".
    Je me rend compte que cette formulation est maladroite.
    Inné, au sens étymologique désigne justement un caractère hereditaire qu'un être possède à la naissance.

    Ce que j'exprimais ici, c'est que le caractère qui découle de l'inné n'apparait pas nécessairement dés la naissance.
    Et bien entendu, un caractère inné est même anterieur à la naissance si on se réfère à son origine génétique.
    Pour être précis, un caractère est inné à la conception et peut s'exprimer (un peu comme un phénotype) par la suite.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  13. #12
    loullou

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Mais n'y aurait-il pas de phobies bénéfiques ?

  14. #13
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Je vous ai donné la définition de ce qu'est une phobie.
    C'est une maladie.
    Je n'ai pas d'exemple de maladie ayant des côtés bénéfiques.

  15. #14
    invite2313209787891133
    Invité

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    Oui mais c'est la façon dont a été déterminé ce "tous" qui m’intéresse (et la fait que ce ne soit qu'a partir de 6 mois, pas avant et comment c'est expliqué) car mis sur le même plan que les autres, par exemple dans ce lien (ce qui voudrait dire que le "tous" aurait été sur estimé et/ou le "certain" sous estimé).
    Il y a 2 explications pour ça, une 1ere "évolutionniste" consisterai à dire qu'avant 6 mois les enfants ne se déplacent pratiquement pas, ils ne risquent pas vraiment de tomber dans le vide et ce n'est qu'après que leur peur du vide est utile.
    La seconde est plus physiologique: Avant 6 mois un enfant est complétement myope, il ne voit net qu'à très faible distance et ne peux évaluer les distances.

    En ce qui concerne la façon dont ces observations ont été effectuées je ne me souviens pas du nom de l'auteur, mais c'est un grand classique en psychologie.

    Pour xoxopixo: wikipedia passe encore, mais maxisciences est un véritable ramassis de conneries; il faut éviter de le citer comme source.

  16. #15
    myoper
    Modérateur

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par Dudulle Voir le message
    Il y a 2 explications pour ça, une 1ere "évolutionniste" consisterai à dire qu'avant 6 mois les enfants ne se déplacent pratiquement pas, ils ne risquent pas vraiment de tomber dans le vide et ce n'est qu'après que leur peur du vide est utile.
    La seconde est plus physiologique: Avant 6 mois un enfant est complétement myope, il ne voit net qu'à très faible distance et ne peux évaluer les distances.
    Ça, c'est plutôt le pourquoi et ce qui m'a fait tiquer, c'est précisément qu'il n'y a pas beaucoup de différence entre un enfant de 5 ou 6 mois concernant la vue et la mobilité et la "variabilité interindividuelle" peut faire qu'on va trouver des enfants de 5 mois plus mobiles ou avec une meilleure vue que d'autres de 6 mois ...


    En ce qui concerne la façon dont ces observations ont été effectuées je ne me souviens pas du nom de l'auteur, mais c'est un grand classique en psychologie.
    C'est ce qui me fait me demander si ce classique n'est pas basé que sur une unique étude de de quelques sujets qui aurait un niveau de preuve alors assez faible. D’où ma question mais merci quand même.

  17. #16
    Xoxopixo

    Re : Les phobies, pour ou contre

    Citation Envoyé par Dudulle
    Pour xoxopixo: wikipedia passe encore, mais maxisciences est un véritable ramassis de conneries; il faut éviter de le citer comme source.
    Il est vrai que les explications fournies sont assez sommaires, et que les mécanismes ne sont pas fournis.
    Ce qui prête à critique justifée effectivement, je l'admet.

    Plus technique ?
    En voici en voila.

    Citation Envoyé par Wormbook
    C. elegans behavioral assays encompass a wide range of behaviors and approaches. When combined with current molecular biological, electrophysiological and optical recording techniques, behavioral assays have been remarkably successful in assessing the contribution of genes and specific neurons to behavior. Generous researchers who specialize in each technique have contributed the following protocols. We hope that by providing a resource for the community, that behavioral studies in C. elegans will be made easier, more accessible and clearer for neuroscience researchers in general.
    http://wormbook.org/chapters/www_behavior/behavior.html

    Une explication pourquoi l'étude du nématode est importante pour comprendre en quoi un aprentissage est lié à la génétique.
    Citation Envoyé par Edge
    That process of changing the strength of synapses between nerve cells is mediated by genes. It actually requires the switching on and off of genes in order to change the synapses. These genes we now know, because of work on fruit flies, are called the CREB genes. There are about 17 of them in that particular system, and they're also in mammals and humans as well. They prove that memory and learning is a genetic process. That doesn't mean that it's a hereditary process—of course not. What we're talking about here is changing the expression of the genes in real life in response to what is literally the formation of a new memory—a new experience, in other words.

    So the simple linear model of going from genes to behavior, which both the nature people and the nurture people have subscribed to—the nurture people saying, that model doesn't work, the nature people saying, that model does work—is wrong. It's nothing as linear, as deterministic, or as frightening as nurture people would have you believe, nor is it anything nearly as linear as the nature people would have you believe. It's much more interesting than that. With these feedback loops, from behavior back into the expression of genes, it means that the process of the creation of human nature and the alteration of human nature throughout your life intimately involves genes and experience at the same time. The more genes you have, the more genetic programs you have, the more experience you can get into the organism.
    http://www.edge.org/3rd_culture/ridl...ley_print.html

    On voit donc que les comportements ou "capacités" sont assujétis à la génétique, d'une part. (la part innée)
    Constatation faite également en ce qui concerne la capacité à apprendre le langage.
    Présence du gène FOXP2 chez la souris, le chimpanzee et l'être humain.
    Citation Envoyé par Edge
    That's a good example, because for the first time we've now got a gene, the FOXP2 gene on chromosome 7, which looks like it may be an important cog in that machinery. It would be surprising, given it's the first gene that we've been able to look at, if it was the most important cog, but it's certainly one of them. What happens is that if that gene is broken you get, essentially, a human being with a great difficulty in generalizing grammatical rules and in developing fluent speech. You get a general language disorder. But what's interesting about that gene is that although you might say, "Well, here's the language gene, and humans have got it and nobody else has it," this is not so—it's present in mice; and chimpanzees, orangutans and every other mammal has this gene. Indeed, it's a very highly conserved gene with very little change over the past few million years.
    http://www.edge.org/3rd_culture/ridl...ley_print.html

    Et que l'environnement induit une modification des gènes permetant une transformation synaptique et l'acquisition d'une réponse plastique à des nouvelles situations.
    La situation modifiant l'expression d'un gène. (stress etc)

    Ce qui acrédite l'hypothèses précedentes concernant la peur du serpent, mais ne la prouve pas spécifiquement, il est vrai.
    Il faudrait pour cela que des experiences, soient menées concernant une étude des transformations neuronales chez l'être humain selon la mises en situation face au serpent. De manière spécifique. Ce qui j'imagine ne sera pas fait avant longtemps, étant donné l'interet assez limité de ce cas de figure.
    En bon vivant, rien ne vaut un bonne logique ternaire.

  18. #17
    invite2313209787891133
    Invité

    Re : Les phobies, pour ou contre

    xoxopixo: Tu m'étonnera toujours; comment fait tu pour pondre des pavés pareils sans jamais énoncer la moindre remarque pertinente ?

Discussions similaires

  1. IDEE pour lutter contre les manques d'eau sur terre et contre l'elevation du niveau de la mer
    Par barbe74 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 21
    Dernier message: 28/06/2011, 19h10
  2. question sur les phobies
    Par Amethyste dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/09/2010, 01h12
  3. soigner les phobies
    Par mamieleognan dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/04/2010, 17h04
  4. [Génétique] Les ogm : Pour ou Contre ?
    Par ogmania dans le forum Biologie
    Réponses: 10
    Dernier message: 11/01/2008, 08h42