Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 31 à 33 sur 33

Complexe d'Oedipe



  1. #31
    Invité

    Re : Complexe d'Oedipe


    ------

    Bonjour Fredj

    Je crois pour ma part que cette "hypothétique conscience archaïque" est définitivement "aliénée" (modifiée par l'inscription dans le langage).

    Derrière cette formule "le langage sert de garde-fou plus ou moins efficace" je lis que le langage protège effectivement contre l'angoisse (il n'est pas impossible que certaines formes d'autisme soient liées à l'absence de cette protection du langage, mais aussi de l'imaginaire, contre le "réel").
    Lacan s'intéressait aussi aux psychotiques... mais je me sens incompétent sur cette question (qui ne saurait en tout état de cause être tranchée en deux mots).

    "Vérité" peut être utilisé de plusieurs façons...
    A cet instant il évoque pour moi la vérité de la castration... qui est celle ci: tout ce que nous énonçons s'énonce du lieu de la parole... rien ne peut être dit de ce lieu qui ne s'énonce de lui... tous nos propos sont frappés par cette incomplétude... cette incomplétude implique que l'expression d'une demande quelconque, laquelle s'enracinant dans un désir, renvoie dans les limbes tout ce que ce désir a de rebelle à l'inscription (la réduction) dans des mots qui restent toujours insuffisants... laissant subsister un manque dont réémerge le désir...

    Mais il est possible que demain je formule autre chose ...
    La psychanalyse est peut être une invitation à la folie... mais une folie rigoureuse.

    -----

  2. Publicité
  3. #32
    fredj

    Re : Complexe d'Oedipe

    Bonjour, tout ça ne me parle qu'à moitié... encore un mauvais tour du langage ? Du moment que ça a du sens pour toi...
    Par contre je crois comprendre ce que tu dis du désir et du manque, qui se rapproche de ce que Freud appelait la "réserve libidinale" qu'il appuyait sur une vision des neurones des plus farfelues. Bref, que la satisfaction totale d'un désir est mortifère, puisque c'est le manque qui génère le désir et sans ce manque, nous serions probablement des légumes.
    Et je ne crois pas qu'on ait le choix de la folie. Je citerais Dali à ce propos "La différence entre un fou et moi, c'est que moi je ne suis pas fou."

  4. #33
    Invité

    Re : Complexe d'Oedipe

    Bonjour fredj,

    En effet les références de Freud à la biologie sont parfois délirantes... Je crois qu'il se sentait obligé de se référer aux sciences dures d'une part pour éviter les dérives mystiques à la Jung et d'autres part pour satisfaire à l'idéologie matérialiste du moment... Saussure avait le même souci...

    Par ailleurs , oui la satisfaction totale est impossible...lorsque nous approchons un peu trop près de l'objet de notre fantasme, l'angoisse nous envahit...
    Il faut s'appeler Georges Bataille pour oser aller jusqu'au bout..

    Quand je parle de folie, c'est métaphoriquement... par opposition à la normopathie

Page 2 sur 2 PremièrePremière 2

Discussions similaires

  1. géométrie complexe trop complexe
    Par heperion dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 6
    Dernier message: 14/10/2007, 21h05
  2. TS complexe
    Par Descarte dans le forum Mathématiques du collège et du lycée
    Réponses: 36
    Dernier message: 12/11/2006, 22h38
  3. complexe....complexe....
    Par the strange dans le forum Science ludique : la science en s'amusant
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/04/2006, 22h47
  4. nb complexe
    Par davidtripo dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 13
    Dernier message: 22/10/2004, 23h06