Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Se soigne-t-on trop?



  1. #1
    ixi

    Se soigne-t-on trop?


    ------

    Salut,

    J'ai une question un peu bizarre, donc je vais essayer d'être clair:

    Se soigne-t-on trop?

    Je ne parle pas ici des gens qui souffrent de pathologies graves, mais de tout un chacun, qui, dès le moindre bobo ou petit rhume, se soigne? Ne risque-t-on pas, à terme, de fragiliser nos défenses?

    De même, dès que les températures baissent, on met du chauffage, etc...Est-ce qu'on ne pourrait pas se développer mieux en se mettant un peu plus à l'épreuve? (sans exagérer, genre dormir dans le congélo!! )
    Mais l'organisme n'apprendrait-il pas mieux à réguler sa température interne si on utilisait moins la clim ou le chauffage?
    On voit de plus en plus d'aliments qui renforcent les défenses immunitaires. Est-ce que nos organismes ne risquent pas "régresser" à cause de toutes ces aides extérieures?

    -----
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    Neutrino

    Re : Se soigne-t-on trop?

    Citation Envoyé par ixi
    Se soigne-t-on trop?
    Il y a deux sens différents au mot soigner, une nuance que le français trahit contrairement à l'allemand et à l'anglais:
    "care" : prendre soin dont notamment la médecine préventive, pour éviter que la maladie ne survienne ou qu'une maladie chronique évolue négativement
    "cure" : soigner, la médecine curative, intervenir de façon à rétablir la santé quand elle est compromise
    Hors dans le monde actuel, la médecine préventive est nettement dévalorisée par rapport à la médecine curative:
    - On préfère déployer l'arsenal de notre puissance pharmaco-chimique plutôt que d'appliquer des règles d'hygiène de vie élémentaire, des trucs connus de longue date etc
    - La médecine préventive est peu glorifiante pour le médecin (cf. la piètre estime sociale envers les médecins du travail), et contraignante et restrictive pour la personne, elle la responsabilise.
    - La médecine préventive s'étale dans la durée (mettre une écharpe tout l'hiver) alors que la médecine curative est brève et ponctuelle (une semaine d'antibio si on tombe malade).

    Bref, dans notre société de consommation et de libertés, on préfère risquer la maladie et "consommer" des soins que de limiter notre mode de vie pour éviter la maladie.
    Non, la question n'est pas idiote ixi : c'est un débat fondamental concernant la pratique médicale actuelle! Prévenir ou guérir? Hygeia ou Esculape?

    Je ne parle pas ici des gens qui souffrent de pathologies graves, mais de tout un chacun, qui, dès le moindre bobo ou petit rhume, se soigne? Ne risque-t-on pas, à terme, de fragiliser nos défenses?
    L'hypothèse "hygiéniste" de l'augmentation de la fréquence des allergies postule que l'absence d'infections pendant l'enfance provoque un déséquilibre du système immunitaire (certaines populations de globules blancs l'emportent sur d'autres). Mais d'une part elle n'est pas démontrée (il y a d'autres hypothèses explicatives), et d'autre part elle se limite à dire que c'est pendant la maturation du système immunitaire que tout ça se joue : une aseptie totale pendant la vie adulte après une enfance exposée aux germes n'amènerait pas plus d'allergies (on parle bien ici de corrélations, pas de causalité directe et brute).

    De même, dès que les températures baissent, on met du chauffage, etc...Est-ce qu'on ne pourrait pas se développer mieux en se mettant un peu plus à l'épreuve? (sans exagérer, genre dormir dans le congélo!! )
    Mais l'organisme n'apprendrait-il pas mieux à réguler sa température interne si on utilisait moins la clim ou le chauffage?
    La réponse est simple : avant le chauffage, les gens mettaient une couche de vêtements supplémentaire. Si nous avons perdus notre pelage c'est bien parce que nous sommes capables de réguler nous-mêmes notre température correctement.
    Par contre, l'habitude joue un rôle important face aux extremums de températures : une température caniculaire est mieux supportée par les vieillards des régions habituées aux canicules, on l'a constaté l'an dernier.

    On voit de plus en plus d'aliments qui renforcent les défenses immunitaires. Est-ce que nos organismes ne risquent pas "régresser" à cause de toutes ces aides extérieures?
    Aucun risque puisque ces aliments ne renforcent en rien les défenses immunitaires : il s'agirait alors de médicaments!

    Le truc des yahourts à boire par exemple consiste à laisser dans le lait beaucoup de bactéries non pathogènes, celle qu'on trouve dans la "flore intestinale". Plus les bactéries non pathogènes sont nombreuses dans l'intestin, plus la place sur les parois pour s'accrocher manque aux bactéries pathogènes. Ca s'appelle la compétition à la fixation aux muqueuses. Elle est abolie par une nourriture aseptisée qui n'apporte aucune bactérie non pathogène et par certains antibiotiques qui tuent la flore intestinale, causant les diarhées associées à la prise d'antibiotiques.

    La compétion à la fixation aux muqueuses fait partie des défenses immunitaires passives, comme les peptides antibiotiques secrétés par les parois de la trachée ou les barrières épithéliales comme la peau.
    Les pubs sur ces produits jouent sur la confusion entre "défenses immunitaires", terme vague dans lequel on peut mettre tout ce qu'on veut, et "système immunitaire", terme scientifique qui désigne l'ensemble des organes et des tissus qui participent à la réaction contre le non-soi : foie, rate, ganglions lymphatiques, thymus.

    Cordialement

  5. #3
    ixi

    Re : Se soigne-t-on trop?

    Merci pour ces explications.

    mais je ne pense pas que ma question est celle de prévenir ou guérir?
    En effet quand prévenir serai mettre un écharpe et guérir, laisser et prendre des médicaments après, moi je dis, essayer avce l'habitude de diminuer les artifices de prévention qu'on utilise. Par exemple, vivre à 15 degré dans sa maison en hiver (je le fais) plutôt que 18 ou 19.

    Pendant tout mon collège-lycée, je faisais 7 km de vélo tous les jours, sous la pluie (en plus, c'était à Rennes ), contre le vent, le froid...et ce sans manteau (je suis un peu taré ). Resultat, pas une seule fois ne serait-ce qu'un petit rhume depuis le primaire (plus de 12 ans!!). Je me demande si j'ai habitué mon organisme à être super résistant ou si c'est une coincidence?

    De même, est-ce que laisser l'organisme se débrouiller tout seul en cas de plaies (pas non plus des coups de hache!!) pourrait permettre à l'organisme d'apprendre à se défendre mieux et plus rapidement contre les infections?

    Je ne parle pas ici de perte de pelage sur plusieurs générations mais à l'échelle d'un individu!!

    Et d'ailleurs, le fait que tu parles de la perte du pelage est intéressant. J'ai l'impression que par le progrès (technique), on ralentit, voire détourne, l'évolution animale. Je sais que c'est pas facile à vérifier, il faut plusieurs siècles, mais c'est mon intime conviction...
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  6. #4
    doryphore

    Re : Se soigne-t-on trop?

    Citation Envoyé par Neutrino
    - La médecine préventive s'étale dans la durée (mettre une écharpe tout l'hiver)
    Eh bien là, je rejoins un peu l'avis de ixi, je sais que je suis incapable de ne pas oublier de mettre mon écharpe tous les jours donc je n'en mets jamais et je ne me porte pas plus mal.

    Je pense que l'erreur que l'on fait souvent, c'est d'habituer notre corps à un confort certain et de faire une petite impasse un coup qui nous coûte cher.
    Alors qu'une attitude un peu moins protectionniste permet progressivement à l'organisme à s'habituer aux conditions extérieures.
    Donc éviter les maisons chauffées à 23°C et de mettre un anorak aux premiers raffraichissements de l'automne.
    D'ailleurs quand je reviens des sports d'hiver en avril, je suis toujours surpris quand je retourne dans le nord de voir les gens vêtus d'anorak alors que je me balade sans problème en T-shirt.
    "Plus les choses changent et plus elles restent les mêmes..." Snake Plisskein

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    coco

    Re : Se soigne-t-on trop?

    Citation Envoyé par ixi
    De même, est-ce que laisser l'organisme se débrouiller tout seul en cas de plaies (pas non plus des coups de hache!!) pourrait permettre à l'organisme d'apprendre à se défendre mieux et plus rapidement contre les infections?
    L'organisme n'apprendrait pas à mieux se défendre, il a déjà tout l'arsenal pour ça... à la limite il produirait des anticorps (limités dans le temps) et developperait une mémoire contre ces microbes, ce qui lui permettrait de mieux se défendre la fois suivante.
    Mais aussi, il se pourrait que lors de la première infection par ce microbe, le temps de réponse assez long la première fois, laisse le champ libre à un germe pathogène, ce qui pourrait provoquer dans le plus mauvais des cas septicémie et mort... si toujours pas soigné...
    Donc ces quelques gestes simples de désinfection sont vraiment souhaitables pour ne pas prendre de risques inutiles...

  9. #6
    ixi

    Re : Se soigne-t-on trop?

    d'accord!! mais ne t'inquiète pas je me désinfecte en cas de plaies, c'est surtout une question!!
    En réfléchissant, je me suis dit que mes idées ressemblaient à la technique du vaccin: mettre l'organisme dans une situation (un tout petit peu) dangereuse, pour qu'il apprenne à réagir dans des cas plus graves....
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  10. Publicité
  11. #7
    Neutrino

    Re : Se soigne-t-on trop?

    eh bien il est clair que de mettre en contact l'organisme avec certains microbes quand il est jeune et apte à réagir vite vaut mieux qu'un premier contact tardif...

    L'exemple de l'écharpe était sans doute mal choisi, mais regardez bien l'aversion actuelle pour la réduction du confort au nom de l'épanouissement individuel : on n'arrivera pas à faire arrêter les gens de fumer, etc. Les gens préfèrent aller chez le technicien du corps, le réparateur d'organes, alias le médecin, une fois qu'ils ont suffisament déconné pour se rendre malades.

  12. #8
    invite36602837

    Re : Se soigne-t-on trop?

    Ben personnellement, disons que mon hygiene de vie n'est pas parfaite en terme de prevention, et je ne prend pas de medic (sauf mal de crane, mais c'est cronique chez moi) mais je doit dire que les maladies ont tendance a me passer dessus sans s'arreter. La seule fois ou j'ai du prendre des medics quant j'était malade, c'est parce que mon dentiste m'avais fais 8 anesthesie dans la bouche pour m'arracher 4 dents (je m'en souvient encore, c'est pour vous dire) et qu'il m'avais endormi un ganglion (celui sous la machoire) et 1 heure après, j'étais au lit avec 40°C de fievre et une grippe carabinée qui m'as embeter pendant 1 bonne semaine.

    Sinon, je pense qu'il vaut mieux etre au contacte des maladies plutot que de vivre dans une sphere aseptisée. Parce que le corps va justement s'entrainer. Et j'irais un peu dans le sens de Coco en disant qu'effectivement, il a tout sous la main, encore faut-il qu'il sache utilisé ce qu'il a a dispo. Ce n'est pas parce que tu as de la moelle oseuse que tu pourra forcement fabriquer des globules blancs. C'est le problèmes des cancereux. D'ailleurs, les personnes qui sortent de chimio, on leur donne des stimulants immunitaire pour qu'il se depeche de recrée leur globules blancs qui ont été detruit par la seance de chimio. Donc il faut a la fois entrainer ses defense a reconnaitre 1 ennemi (le principe du vaccins), mais en plus, faut l'entrainer a produire des anticorps (que je qualifierais de "formation continue" du corps a la defense). C'est comme beaucoup d'organe, si oon les utilisent pas, ils s'attrofie. Et je pense que c'est valable pour le systeme immunitaire. Mais c'est pas pour autant qu'il faut avoir des comportement a risque. Disons que si on a passer une journée normale d'un employer de bureau et qu'on se lave les mains des qu'on mange (je parle pas des toilettes), ben je dirais que c'est signe d'une paranoia aux microbes. Sinon, a ce prix, on ne vis que par les alicaments et on fini tous avec des pillule genre le Cinquieme Element (quant lilu met des pillules au micro-onde et qu'elle recupere un gros poulet roti) ou actimel.

Discussions similaires

  1. Je RAM , mais je me soigne ( mais combien Mo?)
    Par prof01 dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 41
    Dernier message: 13/09/2007, 17h34
  2. Prépa scientifiques pas trop dur, pas trop nulles...
    Par Nriz dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/01/2006, 16h09
  3. Carte-mère trop ancienne,DD trop récent...
    Par thebiboun34 dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/11/2004, 20h46
Découvrez nos comparatifs produits sur le sport et la santé.