Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Justesse des informations du dossier Secourisme ?




  1. #1
    Kyrliann

    Justesse des informations du dossier Secourisme ?

    Voilà plusieurs fois que je lis sur des forums francophones des choses qui auraient provoqué une crise cardiaque (justement...) à mon formateur en secourisme.
    En effet, celui-ci a lourdement insisté sur le fait qu'il ne faut jamais laisser allongée une victime d'infarctus du myocarde (crise cardiaque) ou d'AVC qui est consciente. Or, curieusement c'est systématiquement ce qui est dit de faire sur les forums / sites qui traitent du sujet... ... soit-disant pour mettre la victime "à l'aise", comme si c'était ça son plus gros problème
    La seule chose correcte au niveau "position de repos" est l'idée sous-jacente qu'il faut éviter à la victime de faire des efforts. Il suffit de regarder des services d'urgence emmener des victimes d'infarctus conscientes; elles sont toujous SEMI-ASSISES sur la civière ! (ou alors c'est qu'il y a un autre problème...)
    Maintenant, vu que c'est un forum scientifique, je vais quand même argumenter
    L'explication qu'on m'a donné en formation est la suivante et elle est valable autant pour l'infarctus que pour un AVC :

    On maintient assis pour éviter d'augmenter la pression du sang au niveau du coeur et du cerveau car les vaisseaux sanguins ne sont pas à 100% hermétiques. Si la pression augmente, le plasma sanguin peut les traverser et se retrouver dans les tissus, donc :
    1- Vu que le plasma sort au niveau du "bouchon", tout ce qui reste dans le vaisseau sont les cellules sanguines -> épaissisement du sang et augmentation du bouchon !!!
    2 - Si la quantité de plasma qui s'échappe est trop grande, on peut risquer un choc hypovolémique vu que, techniquement, on perd de la "qualité de sang"
    3 - Si la pression est trop forte, on risque une déchirure du vaisseau (à votre avis, qu'est-ce qu'un AVC hémorragique si ce n'est l'équivalent d'une rupture d'anévrisme précédée d'un "bouchon" ???)

    D'un autre côté je ne demande qu'à apprendre, je suivrai donc avec attention si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi il faut quand même allonger ce type de victime, et ce, juste pour "qu'elle soit à l'aise"

    Deuxièmement, ce n'est plus le seul point qui m'ai fait sursauter ;
    étant donné que mon brevet est reconnu au niveau européen et que les cours étaient constitués des dernières procédures mises à jour il y a à peine 2 ans, je trouve relativement inquiétant qu'une entité comme la croix rouge continue à véhiculer ce qui me semble être les anciennes procédures.
    Exemple : depuis 2 ans, la procédure européenne pour la réanimation cardio-pulmonaire n'est plus 15 compressions + 2 insufflations mais de 30 compressions + 2 insufflations

    Etant donné que tous les pays de l'UE et institutions de ces pays sont tenus de calquer les procédures de ce type sur le modèle européen, comment se fait-il qu'il y ai un retard de plus de 2 ans au niveau d'une institution de l'envergure de la croix rouge ?
    Je ne dis pas que toutes les anciennes procédures sont forcément mauvaises, mais si elles ont changé c'est surtout parce que les nouvelles sont meilleures...

    -----


  2. #2
    Fred-CRF

    Re : Justesse des informations du dossier Secourisme ?

    Bonjour,

    il est surprenant que l'on ait parlé d'infarctus du myocarde ou d'AVC dans une formation secouriste destinée au grand public. Dans ce type de formation, on fait référence aux malaises sans faire référence à la cause médicale mais seulement aux signes observables (douleur serrant la poitrine ou du ventre, mal de tête intense et inhabituel, sueurs abondantes, pâleur intense, etc.) La conduite à tenir pour la mise au repos est toute simple :

    en cas de gêne respiratoire, l’installer en position assise ou demi-assise. Dans les autres cas, l’allonger sauf si elle adopte spontanément une autre position.
    C'est tout. La justification : en cas de malaise le cerveau a besoin de sang d'où la position allongée. Si le cerveau n'est pas assez irrigué vous risquez une perte de conscience qui s'ajoutera aux signes du malaises, ce qui ne va pas arranger vos affaires ni celles de la victime. L'exception de la gêne respiratoire : la position 1/2 assise est celle qui implique le moins d'efforts pour les muscles responsables de la ventilation. Comme rien ne sert d'avoir un cerveau bien irrigué si le sang n'est pas chargé en oxygène, on privilégie la fonction ventilatoire.

    Pour ce qui est de la réanimation cardio-pulmonaire, la Croix-Rouge française enseigne effectivement le rythme de 30/2, comme il est indiqué dans le référentiel national depuis janvier 2007.

    Si on vous a enseigné autre chose dans une délégation de la Croix-Rouge, vous pouvez m'envoyer un message privé pour m'indiquer à quel endroit et avec quel moniteur, afin que l'on fasse le point avec lui.

Discussions similaires

  1. Je cherche des informations sur les conditions de stockage des déchets radioactifs
    Par stan16 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 12/01/2009, 14h09
  2. Actu - Une collision de satellites évitée de justesse !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 11
    Dernier message: 10/07/2007, 07h34
  3. Listing des formations secourisme
    Par Crist33 dans le forum Secourisme spécial Croix-Rouge
    Réponses: 8
    Dernier message: 11/06/2007, 22h15
  4. Réforme du secourisme recyclage des IS
    Par patrick81 dans le forum Secourisme spécial Croix-Rouge
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/03/2007, 09h18