Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

[Témoignage & question]j'ai eu à intervenir




  1. #1
    titux

    [Témoignage & question]j'ai eu à intervenir

    Bonjour,

    Si vous souhaitez critiquer, avant de le faire, merci de lire le message entier,
    et en le faisant essayez d'être constructif Merci d'avance.

    Ce qu'il s'est passé :

    J'habite dans un FJT où sont présents 2 veilleurs la nuit.
    J'ai passé mon PSC1 il y a 1 mois.
    Vers minuit tout à l'heure, l'ami d'une résidente a débarqué
    paniqué car son amie a avalé 14 comprimé d'un même médicament (TS).

    Un des veilleurs est allé la voir avec lui. Le veilleur est redescendu,
    j'hésitais à aller la voir, partagé entre ça ne me regarde pas et elle
    est en danger. Le veilleur a appelé le 15 en remontant la voir,
    je l'ai suivi. Quand je suis arrivé dans sa chambre, elle était allongée
    sur son lit, très vaseuse/somnolente. Rapidement, elle s'est plainte de
    ne plus pouvoir respirer, elle demandait de l'eau et son médicament mais je lui
    ai répondu que je n'avait le droit de rien lui donner. Son ami voulait la mettre
    en PLS mais je lui ai proposé la position semi-assise contre moi puis
    contre le mur avec son oreiller. On l'a faite parler pendant quelques minutes,
    jusqu'à ce qu'elle perde connaissance. Là j'ai décidé de la mettre en PLS au sol.
    Avant de la mettre en PLS, j'ai vérifié si elle respirait. Ce n'était pas le cas.
    Inconsciente et ne respirant plus, j'ai commencé le massage cardiaque à 30:2,
    comme je l'ai appris il y a 1 mois. Plusieurs fois elle s'est réveillée et
    a reperdu conscience, pendant ses phases de conscience je la faisais parler.
    Je ne sais combien de cycles j'ai pu faire mais la plupart du temps elle
    reprenait conscience avant la fin du massage, je n'ai eu à faire les
    2 inssuflations qu'une fois. Au moment où l'équipe (1 homme, 1 femme) est arrivé
    elle venait de reprendre conscience, l'homme a pris son pouls, je lui ait
    expliqué ce qu'il s'est passé. Avant de monter dans l'ambulance, l'homme a brieffé
    les 2 veilleurs. J'ai cru entendre sur la fin que ce que j'avais fait était dangereux
    étant donné que son coeur marchait bien et que mon massage aurait pu la tuer.

    Là où j'ai du merder :

    1 - Quand j'ai commencé le massage, j'ai dû demandé à son ami de rappeler le 15
    (je ne me souviens plus trop) car j'entendais vaguement une conversation sur ses
    pertes et reprises de conscience. A un moment il m'a dit de la mettre en PLS.
    Ca m'a choqué et j'ai pris sur moi de continuer, car ce qui primait pour moi
    était de la voir consciente et respirer.

    Ce n'était peut-être pas la bonne décision, mais sur le moment, dans le feu de l'action,
    je ne cautionnais pas l'idée de la laisser en PLS sans respirer pour que ça s'empire.

    2 - J'aurais peut-être du lui donner son médicament quand elle le réclamait, mais la seule
    idée que j'ai eu a été l'interdiction de donner quoi que ce soit à une victime.

    Au moment où j'écris, je suis partagé entre :
    - lui donner aurait peut-être évité qu'elle arrête de respirer et du coup de faire
    la réanimation.
    - quand une victime réclame un médicament on lui pose dans la main et elle le prend.
    Mais là avant même sa première perte de conscience, je lui ai demandé de me serrer la main
    mais elle n'en avait pas la force, j'aurais donc eu à lui administrer... ...
    - son médicament aurait pu réagir avec ceux qu'elle avait déjà avalé.

    Mes questions :

    Est ce que j'ai merdé quelque part, d'après vous ? Si oui, là où je pense ? ou ailleurs ?

    Le commentaire de l'homme qui a pris ma relève, me laisse de grands doutes sur lui et
    sur moi.
    Est-il médecin ou ambulancier? sachant qu'il avait un gilet estampillé "Ambulancier"
    dans le dos et qu'il devait avoir un moniteur cardiaque vu qu'on entendait des bips par la
    fenêtre ouverte.
    D'après cet homme le coeur de la jeune fille fonctionnait, mais comment aurais-je pu
    le savoir ? Vu que j'ai suivi au maximum ce que j'ai appris il y a 1 mois, où la prise
    de pouls a été semble-t-il supprimée et à laquelle je n'ai pas pensé.
    Donc moi simple secouriste de base sans aucune formation médicale,
    qu'est ce que je fais pour différencier une victime inconsciente, qui ne respire pas mais a
    le coeur qui bat, et une victime inconsciente, qui ne respire pas et dont le coeur ne bat pas,
    sachant que la prise de pouls ne figure plus au programme.
    Je pense savoir prendre un pouls mais en ai-je le droit dans le cadre d'une telle intervention ??

    Ce que je me dis pour me tranquilliser de toutes ces questions est que j'ai agit en mettant en
    relation ce que j'ai appris avec ce que je constatais, c'est à dire :
    elle était inconsciente et ne respirait pas => je réanime + alerte du 15 car urgence vitale.


    Je ne poste pas pour me faire valoir de quelque sorte que ce soit. Je ne tire ni gloire,
    ni honte d'être intervenu de la sorte. Je suis simplement assez sensible et je me pose des
    questions sur cette intervention, ai-je bien agi ? ou pas ? Qu'est ce que j'ai oublié et à
    quoi je dois penser si je suis de nouveau confronté à ce genre de chose ?

    D'autre part, la longueur de mon message vous poussera certainement à pensé que je suis choqué
    d'y avoir participé. C'est en quelque sorte vrai. Je suis également très surpris d'avoir été capable
    de réagir car j'ai très peu confiance en moi. Je ne pensais, ni ne souhaitais avoir à le faire un jour,
    c'est une sensation assez irréelle. Je n'ai pas eu peur pendant, ni depuis, c'est normal ?

    Au moment où j'écris, cette jeune fille de 18 ans est dans un hôpital, elle est prise en charge.
    La dernière fois que je l'ai vue elle semblait plutôt bien au regard de ce qu'il s'est passé, elle
    nous faisait des petits signes depuis sa chaise à roulettes.

    Voilà
    Merci pour les réponses que vous pourrez m'apporter.

    Bien à vous
    Antoine

    -----


  2. #2
    Fred-CRF

    Re : [Témoignage & question]j'ai eu à intervenir

    Bonjour,

    Pour commencer sachez qu'il est naturel d'être perturbé quelque temps après une intervention, d'autant plus que ce n'est pas votre quotidien, et que vous avez le sentiment que celle ci s'est mal passé. Toutefois vous devriez normalement cesser d'y penser d'ici quelques jours. Toutefois si vous continuez à être mal à l'aise après quelques jours, faites vous aider par votre médecin habituel.

    Concernant l'intervention il est difficile de dire si vous avez bien fait ou non, mais a priori vous avez bien respecté la procédure. Le point délicat est de vérifier la ventilation après avoir libéré les voies aérienne en desserrant tout ce qui peux gêner la ventilation et en faisant une bascule prudente de la tête en arrière. La bascule de la tête en arrière est indispensable chez l'inconscient, sinon il est impossible qu'il respire.

    Quoiqu'il en soit sachez qu'il n'est pas nécessairement dangereux de faire des compressions abdominales. Cela n'entraîne pas d'arrêt cardiaque comme on le disait autrefois. C'est pour cela que l'on a supprimé la palpation du pouls dans la formation du grand public. Seul inconvénient : la victime aura l'impression d'avoir eu un troupeau d'éléphants qui lui est passé dessus et des fractures de côtes peuvent arriver chez des personnes fragiles (personnes âgées en particulier).

    L'intervenant secouriste qui a critiqué votre intervention n'est pas très malin. Le meilleur moyen pour que les victimes de malaises ou d'accident meurent, c'est de ne rien faire. C'est prouvé statistiquement. Donc il vaut mieux agir, même maladroitement, que de se contenter d'attendre les secours.

    Sur le fait de savoir si la victime avait toujours une circulation efficace alors que vous pratiquiez un massage cardiaque : c'est peut être bien le cas, mais ce n'est pas certain, donc à nouveau l'intervenant secouriste qui vous a critiqué n'était pas fondé à le faire. De plus, de toute évidence, votre action a eu pour effet de stimuler la victime, alors qu'en PLS elle se serait peut-être enfoncé dans un coma profond (et si effectivement elle était en arrêt ventilatoire elle serait morte !)

    L'important c'est que la victime va bien, et que ce ne serait peut-être pas le cas si vous n'aviez rien fait.

  3. #3
    titux

    Re : [Témoignage & question]j'ai eu à intervenir

    Merci beaucoup pour votre réponse, elle me soulage.

    La jeune fille est sortie de l'hôpital dans l'après midi à sa demande.
    Elle va bien, n'a aucune séquelle autre qu'une douleur au sternum
    et un poil vaseuse et fatiguée quand j'ai discuté avec elle vers 16h.
    Elle s'en tire bien sachant que d'après le médecin régulateur du samu, lors de nos appel, elle risquait au moins le coma.

    Après pour apporter encore quelques détails, sur le moment je n'ai pas du tout pensé à ouvrir son col et sa ceinture. Ce point figure dans la procédure, je n'ai pas à en discuter sa présence simplement à le faire.
    Dans le cas qui me concerne, elle portait un polo dont le col n'était pas boutonné et un pantalon de jogging. Pour cette fois c'est passé mais secourir quelqu'un portant cravate-chemise en oubliant ce point pourrait être plus délicat. Du coup j'ai vraiment peur de l'oublier de nouveau si cela se reproduit, mais il faudra que j'y pense.

    Sinon pour vérifier si elle respirait j'ai basculé sa tête. Autant que je pouvais, sans non plus risquer de lui casser le cou. Le point délicat à ce niveau est qu'a chaque nouveau cycle de compressions thoracique, elle reprenait conscience en se cambrant en arrière, toussant et inspirant tout l'air qu'elle pouvait puis je la faisait parler.
    En se cambrant, sa tête bouge obligatoirement ce qui explique peut-être le mal que j'ai eu à lui faire les inssuflations malgré le fait que pendant ces inssuflations je poussais progressivement sa tête en arrière pour y parvenir. Au bout de la 2è inssuflation elle s'est mise à tousser.

    Sinon juste un détail sur la formation, cela parait peut-être évident, mais il serait peut-être bon de préciser de masser 30 fois OU jusqu'au premier signe de vie, éventuellement appuyer/argumenter sur l'efficacité du massage et expliquer quelques réactions classiques d'une victime massée qui reprend conscience. Car quand j'ai posé mes mains sur elle je savais absolument pas où j'allais, je me suis demandé si c'est vraiment efficace et jusqu'à quand je masse, on m'a dit 30, je suis parti pour 30 et j'ai commencé.
    Ces petits détails m'auraient éventuellement aidé sur le coup et après coup. Car 1h après avoir écrit le 1er message j'ai commencé a avoir une peur rétrospective monstre avec plein de questions. Mais depuis 16h où je l'ai revue sur pattes, je lâche du lest petit à petit.

    Pour conclure, même si c'est une expérience dure à encaisser, la vie tient à pas grand chose et il en faut peu pour faire pencher la balancer du bon côté. Ici tout le monde s'en sort bien, c'est le plus important.

    Encore un grand merci à vous Fred.

    Portez vous bien, tous.
    à la prochaine

    Antoine


Discussions similaires

  1. Une intégrale faisant intervenir erf
    Par julien_4230 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 7
    Dernier message: 22/04/2009, 14h00
  2. Réponses: 2
    Dernier message: 11/11/2008, 18h59
  3. [Blanc] Intervenir sur un four Scholtès C786 GEA CE ancien
    Par leodes dans le forum Dépannage
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/07/2008, 14h43
  4. [Blanc] essai de validation merci de ne pas y intervenir(la modération)
    Par yoyofsg91 dans le forum Dépannage
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/07/2008, 00h02
  5. [temoignage] Question sur les traumatisme de l'enfance
    Par Brunelle dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 20/09/2007, 22h12