Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

un accident que je n'oublie pas



  1. #1
    mariehélène

    un accident que je n'oublie pas

    Bonjour,
    le message de olivemal du 15/09, m'a impressionné ( je trouve qu'il remarquablement géré la situation )et me donne envie de raconter une expérience traumatisante pour moi.
    J'ai 48 ans,je suis secouriste depuis des années et jamais je n'ai eu à intervenir sur des cas graves (seuls quelques malaises tout à fait bénins) jusqu'à l'année dernière ( le 31/05 )où je me suis arrêtée sur un accident de la route.
    Face à face entre 2 véhicules.
    des personnes présentes avaient déjà organiser l'arrêt de la circulation dans les 2 sens.
    Je n'ai jamais perdu mon sang froid mais mon coeur battait très vite et fort.J'ai d'abord été choquée par l'attitude des gens qui parlaient tranquillement de l'accident à proximité des gens blessés gravement.
    Dans la 1ère voiture, la conductrice non attachée avait été projetée dans la vitre droite côté passagé.
    dans la 2ème voiture, le couple était incarcéré dans de la tôle effroyablement déformée; la maman hurlait qu'elle voulait mourir, elle avait son bras derrière le siège du papa; le papa était transpercé par de la tôle et une fracture ouverte au bras, il était extrèmment pâle, incapable de parler, sur le point de perdre conscience.
    j'ai pu constaté que la première femme, pour moi, était décédée, je n'ai pas trouvé son pouls, elle était froide et marbrée.
    j'ai " choisi" si on peut dire çà, de m'occuper du couple , j'ai d'abord pu constaté qu'il n'y avait plus d'enfant dans le siège enfant à l'arrière alors que la ceinture était toujours attachée.
    j'ai cherché par tous les moyens de trouver l'enfant dans cet amas de tole , la voiture était en équilibre sur une barre de sécurité,l'arrière en hauteur. j'ai abandonné ma recherche car je risquais fortement de déséquilibrer le véhicule. J'étais consciente que le papa allait mourir alors je lui ai parlé , parlé, parlé tout en caressant ses cheveux. Chaque fois que je parlais , il ouvrait les yeux, il souffrait horriblement , j'essayais de calmer la maman qui avait certainement compris que son enfant allait mal.
    malheureusement tous ces gestes de secourisme que l'on nous apprend , je ne pouvais les mettre en oeuvre, je me sentais démunie et seule.
    j'ai réussi à maintenir la conscience du papa jusqu'à l'arrivée du samu.Ils ont mis la 1ère femme dans un sac, pendant qu'une équipe s'occupait de désincarcérer le couple tout en injectant sans doute des calmants.
    Et là j'ai craqué, mes jambes flageolaient, j'ai vomi,pleuré tout en retournant dans ma voiture.
    j'ai pleuré toute la journée, je pensais au couple tout le temps, j'ai appelé l'hopital dans l'après midi pour savoir comment ils allaient.
    dans un premier temps on m'a répondu qu'on ne pouvait rien me dire, puis devant mon désarroi intense un médecin m'a pris en ligne. il m' expliqué qu'on s'occupait du couple et que leur vie était en danger.
    Je lui ai dit que je me suis sentie tellement inutile devant cette atrocité que je m'en voulais énormément. Il m'a expliqué que devant une telle situation, personne ne peut rien faire sans matériel et que le fait que je maintienne la conscience du papa avait déjà permis de la maintenir en vie.enfin je me raccroche à cette idée.
    j'ai appris plus tard que l'enfant était décédé sur le coup, ainsi que la femme. .
    J'ai de nouveau appelé l'hopital plus tard , j'avais besoin d'avoir des nouvelles, j'ai su qu'ils étaient toujours en réanimation mais que leurs vies n'étaient plus en danger.

    J'ai eu mon recyclage secourisme cette semaine et enfin j'ai pu en parler, en pleurant beaucoup, mais un énorme sentiment de culpabilité est toujours là.
    n'aurais je pas dû masser cette femme que j'ai " déclarée " décedée ?
    les questions restent et la hantise de devoir un jour de nouveau intervenir. Je tiens à rester secouriste mais je suis fragilisée.
    voilà je voulais exprimer tous ces doutes.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    CRF-Miklc

    Re : un accident que je n'oublie pas

    J’ai pris un peu de temps avant de vous répondre car pour ne rien vous cacher je me suis pris votre témoignage de plein fouet et il m’a tout simplement bouleversé. Pour dire vrai, en quinze ans de secourisme et malgré des centaines d’interventions dont certaines très éprouvantes, je n’ai jamais été confronté à une situation pareille.

    Néanmoins, dans ce type d'intervention, il faut dissocier l'aspect froidement technique et l'aspect émotionnel. Techniquement, lorsque vous êtes seule et que vous avez plusieurs victimes, il faut bien commencer par quelqu'un. La logique veut qu'on commence par la victime la plus accessible, ce que vous avez fait. L'absence de pouls pouvait signifier soit qu'elle était en arrêt cardiaque, soit qu'elle était décédée. Dans les deux cas il est impensable de vous bloquer en pratiquant une RCP. Vous deviez vous concentrer sur les personnes conscientes ce que vous avez fait. Vous aviez trois autres victimes. Vous avez délibérément ignoré celle qui allait le mieux (la femme qui hurle donc qui est consciente donc qui peut attendre) et l'enfant introuvable pour vous concentrer sur la victime qui avait le plus besoin d'être secourue. En surveillant ainsi la conscience de votre victime vous lui avez plus que probablement sauvé la vie. Je ne suis pas d'accord avec vous quand vous dites que vous n'avez pas pratiqué les gestes que vous avez appris. Vous avez été bien au-delà. Rassurer, parler, stimuler sont des gestes de premiers secours essentiels. D'après ce que je lis, vous avez parfaitement géré la situation.

    Que vous vous soyez effondrée après est plus que légitime. Car reste l'aspect émotionnel. Comment accepter d'avoir ignoré une personne arrêt ? Comment accepter le décès d'un enfant ? Je n’ai pas la prétention d’avoir de réponses mais il me semble important que vous en parliez et que vous l’écriviez. Je crois que vous devez évacuer et dompter ces souvenirs, aussi si vous souhaitez en discuter par mail en privé ou via le forum, je suis à votre disposition.

  4. #3
    mariehélène

    Re : un accident que je n'oublie pas

    Comme je vous remercie pour ces mots d'apaisement.
    je vous écris en pleurant mais je ressens comme un soulagement car vous avez comme "posé" la situation que j'ai vécu.
    Le fait que vous m'expliquiez l' aspect technique et l'aspect émotionnel.
    Pour l'approche de l'aspect technique de la situation je me rends compte à vous lire, que j'ai sans doute fait plus que je ne pensais et c'est comme si l'on m'otait un grand poids.
    je ne vous remercierai jamais assez d'avoir pris le temps de me répondre, si posément, avec des mots si justes qu'il touchent mon coeur.
    De ne pas se sentir jugée mais comprise est un réconfort incommensurable. Je vais pouvoir commencer à effectivement dompter ces souvenirs qui me hantent car vous m'avez permis d'enfin posé cette culpabilité pour y réfléchir plus serainement.
    Vraiment du fond du coeur, je vous suis reconnaissante.
    marie-hélène

  5. #4
    Narduccio

    Re : un accident que je n'oublie pas

    Je voulais vous féliciter Mariehélène.
    Je suis secouriste du travail depuis plusieurs années et chef de secours dans une centrale nucléaire, donc un milieu industriel avec des risques assez importants. Je ne me suis jamais retrouvé en situation de mettre en pratique toutes ces "capacités" en dehors d'éxercises. Il y a déjà eu des morts (crise cardiaque) ou des bléssés graves (électrisés) sur le site, mais par chance, jamais pendant mes périodes de service.
    Ma grande peur est que le jour où je me retrouverais dans une situation réelle à devoir gérer des bléssés, ou des morts, de découvrir ce jour-là que je n'en suis pas capable. Je crois que cette "frayeur" atteint toutes les personnes susceptibles d'intervenir et n'en ayant pas encore eu l'occasion. J'espère que je ne saurais jamais, j'espère, pour moi et pour les autres que jamais je ne me retrouve face à ces instants cruciaux. Mais si jamais c'est le cas, j'espère que je saurais intervenir aussi efficacement que vous.
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  6. #5
    mariehélène

    Re : un accident que je n'oublie pas

    merci Narduccio pour votre soutien.
    Je comprends parfaitement votre appréhension à devoir intervenir un jour, d'autant que vous avez l'air d'être confronté souvent à des accidents graves, même si ça ne vous est pas arrivé directement pour l'instant.
    Mais rétrospectivement quand les collègues vous en parlent, sans doute devez vous réfléchir aux actes que vous auriez du faire, si cela était tombé sur vous, et quand on y pense, on a l'impression qu'on n'aurait pas su faire.
    Ce que moi, je retiens de mon expérience, c'est que le sang froid est là pendant l'intervention, sans que l'on puisse expliquer pourquoi. C'est déjà peut-être primordial de ne pas être envahi par la panique. Ensuite est ce qu'on est capable de tout gérer et de ne rien oublier, je ne sais pas et c'est là que la " frayeur " dont vous parlez apparait.
    Après coup je peux le dire, on a l'impression qu'on aurait du et pu faire plus.
    Bien que je module cette phrase grace à la reponse de MIKLC de la croix rouge qui a mis du baume sur ma blessure tant il a su trouver les mots qui "calment". Pour la première fois depuis l'année dernière, ce we je me suis accordée le droit d'être faillible sans m'en vouloir.
    Je reste persuadée que nous ne sommes pas assez nombreux comme secouristes, alors nous devons vaille que vaille continuer à nous investir. Même si nous ne devons sauver qu'une seule vie, c'est la vie que nous sauvons.
    voilà, moi j'ai trouvé sur ce forum depuis avant hier, un apaisement à cet incessant doute qui me tenaillait. Je continuerai à y venir pour discuter si vous en avez envie.
    marie-hélène

  7. A voir en vidéo sur Futura

Sur le même thème :

    Sur le même sujet

    Définitions

Discussions similaires

  1. Accident et audition
    Par Comment ça marche dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 2
    Dernier message: 29/07/2007, 10h14
  2. Accident avec du chlore
    Par mik42 dans le forum Chimie
    Réponses: 6
    Dernier message: 05/06/2007, 06h44
  3. urgent urgent google n'oublie pas mes recherche
    Par FAY9AL dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 7
    Dernier message: 30/01/2007, 20h50
  4. Accident de congélateur
    Par Quetzalcoatl. dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 5
    Dernier message: 06/10/2006, 22h10
  5. comment signaler un accident
    Par aude.130 dans le forum Secourisme spécial Croix-Rouge
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/07/2004, 21h43