Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Et si c'était aussi simple?



  1. #1
    nyogoso

    Et si c'était aussi simple?

    Bonsoir à tous,une idée m'est apparu hier en lisant ceci;j'aimerai connaître la vraisemblance d'une telle idée...
    Alors hier en surfant j'ai découvert cecilus on éjacule,plus on réduit notablement les risques de cancer de la prostate car on élimine les substances cancerigènes...etc

    Une fois cela lu,je fut d'abord étonné par cette assertion(sérieuse et apparement connue de tout les spécialistes) puis je ne tarda à faire un parallèle avec des idées reçues du genre:allaiter tard ou ne pas avoir d'avoir enfant en faveur des cancers du sein;ou de cancers matriciels.

    Alors de tout ça j'en déduisit ceci:Le cancer ne serait donc qu'une forme d'expression de la perte de fonction ou de la résistance d'une cellule à des signaux voulant modifier le rôle de cette cellule...Le sein ne sert à rien il se cancérise;la prostate(qui sécrète des substances comme le fructose lors de l'éjaculation) ne servant plus beaucoup elle se cancérise plus facilement(même chose pour le testicule?);les cancers gastro-entérologiques(du à une modification de l'alimentation,notament boissons?);cancers pulmonaires(tabagisme;pollutio n)...Cela expliquerait pourquoi à l'époque(ou dans les pays) où on vivait le plus naturellement(sans tabac,pollution,alcool,nourrit ure naturelle,sexualité plus élévé) on y retrouvait moins de cancers.

    Deuxième chose qui m'est venu à l'esprit,les cancers sont rares avant 50 ans,or on vit de plus en plus vieux...est-ce que le cancer ne serait tout simplement pas physiologique donc normal dans les pays à haute espérance de vie(occidentaux);et donc une forme d'expression de la sénilité d'un organisme ou organe?On imaginerait donc plusieurs scénarios aboutissant à un cancer:soumettre à une cellule un travail qui n'est pas le siens(tabagisme et pneumocytes);soumettre à une cellule un travail qui est le sien mais en quantité trop grande(trop de soleil sur une peau et cancer de la peau);ne pas fournir de travail à une cellule(perte de fonction;cancers de la peau après exposition solaire suite à une privatisation )

    Et donc en fin de compte,le cancer serait une limite naturelle à la conquête humaine de l'immortalité?Qu'en pensez vous?
    Je ne cherche pas à imposer mes idées,juste les discuter et gentiment les réfuter...Le cancer est un sujet qui commence à me parler de plus en plus,donc voilà...si il y a des spécialistes.
    (NB:je connais les théories sur le cancer,donc pas de p53 ou AktPkB ou autres clownerie de la bio du cancer)
    Merci,cordialement,nyogoso

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    myoper

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Juste pour préciser un peu (bonsoir aussi ).

    Citation Envoyé par nyogoso Voir le message
    ...on réduit notablement les risques de cancer de la prostate car on élimine les substances cancerigènes...etc
    A moins que j'ai raté quelque chose, c'est pour le moment un constat et on n'en connait pas le mécanisme.

    Le cancer ne serait donc qu'une forme d'expression de la perte de fonction ou de la résistance d'une cellule à des signaux voulant modifier le rôle de cette cellule...Le sein ne sert à rien il se cancérise;...
    Une forme d'expression, c'est une autre façon de décrire un effet mais ça ne permet pas d'en tirer une relation de cause(s) à effet(s) (ça ne sert plus à rien, donc ...).

    Cela expliquerait pourquoi à l'époque(ou dans les pays) où on vivait le plus naturellement(sans tabac,pollution,alcool,nourrit ure naturelle,sexualité plus élévé) on y retrouvait moins de cancers.
    Le tabac et l'alcool datent de ... ... et une sexualité (ne pas confondre avec natalité) peut être moins importante que de nos jours ou dans des pays développés bénéficiant de plus de temps libre, de techniques de contraception répandues.
    La pollution était différente mais on ne peut pas dire moins importante quand les structures sanitaires (égouts, canaux ...) étaient moins développées ou inexistantes.

    Deuxième chose qui m'est venu à l'esprit,les cancers sont rares avant 50 ans,or on vit de plus en plus vieux...est-ce que le cancer ne serait tout simplement pas physiologique donc normal dans les pays à haute espérance de vie(occidentaux);et donc une forme d'expression de la sénilité d'un organisme ou organe?
    Oui, c'est un constat : avec le temps le risque de cancer augmente et on a l'exemple de la prostate dont la cancérisation devient quasiment la règle passé un certain âge.

    soumettre à une cellule un travail qui n'est pas le siens
    Ou en excès : on parlera plutôt de stress.
    Et donc en fin de compte,le cancer serait une limite naturelle à la conquête humaine de l'immortalité?
    En tous cas, parmi toutes les inconnues qui se posent, ce fait semble bien représenter un facteur limitant.

    Voir les mots clefs (http://learn.genetics.utah.edu/conte...its/telomeres/ , http://www.edk.fr/reserve/print/e-do...ent_article.md , http://www.sciencedaily.com/releases...1004143131.htm ).

  4. #3
    LXR

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Citation Envoyé par nyogoso Voir le message
    (NB:je connais les théories sur le cancer,donc pas de p53 ou AktPkB ou autres clownerie de la bio du cancer)
    Merci,cordialement,nyogoso
    Sans doute une maladresse de ta part, mais ce ne sont pas simplement des théories, ce sont des modèles expérimentaux démontrés, et certainement pas des clowneries puisque ce sont sur les aspects moléculaires que se bâtissent les futures thérapies.

    Pour l'immortalité, tu ne croyais peut-être pas si bien dire. En effet, il y a une corrélation inverse entre le vieillissement cellulaire et la probabilité de cancer. Les mécanismes du vieillissement cellulaire sont des barrières contre l'apparition de cancers. De plus, ce qui confère l'immortalité à une cellule, la télomérase (encore une clownerie ), est surexprimée dans plus de 80% des cancers.

  5. #4
    javahl

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Citation Envoyé par nyogoso Voir le message
    ... j'en déduisit ceci:Le cancer ne serait donc qu'une forme d'expression de la perte de fonction ou de la résistance d'une cellule à des signaux voulant modifier le rôle de cette cellule...
    Que des signaux extérieurs puissent perturber le fonctionnement d’une cellule ne représentent qu’un aspect de la carcinogénèse. Celle-ci est surtout la manifestation d’une accumulation progressive de mutations somatiques modulée par des facteurs de risque (ou interviennent des facteurs physiques et chimiques) et génétiques qui vont permettre à une cellule d’acquérir des propriétés malignes. Au cours de cette évolution, des mécanismes de contrôle du cycle cellulaire et de réparation de l’ADN tentent de corriger ces mutations et si c’est insuffisant, d’amener une cellule tarée vers l’apoptose. Mais ces mécanismes ne sont pas toujours efficaces et, au fil du temps, des cellules accumulent des mutations qui ne sont pas réparées et sont même reproduites au cours des prochaines mitoses. Bien entendu, avec le temps, le nombre de cellules mutées augmentent et s’accumulent dans les organes. C’est pour cette raison qu’il y a une relation entre vieillissement et cancer, mais pas seulement pour cette maladie ; Certaines mutations sont létales et la cellule disparaitra, des mutations affectent des gènes réprimés et n’ont donc aucune conséquence majeure, des mutations perturbent le fonctionnement des organistes intracellulaires (produisant une altération du fonctionnement des organes) et enfin, certaines mutations permettent à une cellule de franchir des étapes vers la malignité.

    Ces étapes ont été définies comme des évènements biochimiques. Mais ces étapes sont aussi une forme de régression permettant à une cellule d’échapper aux règles de fonctionnement de la communauté cellulaire. Ces règles sont complexes et sont sous la dépendance de facteurs de croissance, de la sur-expression de certains gènes ou l’inverse, de l’altération du fonctionnement des protéines qui contrôle le cycle cellulaire et la mitose…. La nature et la manière donc ces gènes relatifs aux évènements de la carcinogénèse seront affectés, déterminent l’indice d’agressivité d’un clone néoplasique. Par exemple une ou plusieurs mutations permettront à une cellule tarée de se fixer plus facilement dans un autre organe, d’augmenter son indice mitotique… Globalement, plus une cellule mutée est indifférenciée (plus elle est pauvre en organites intracellulaires qui lui permettent d’assurer une fonction biologique), plus elle est agressive.

    Avec le temps, un clone néoplasique évolue également. D’autres cellules appartenant à ce clone vont continuer à régresser et à acquérir de nouvelles propriétés pour former de nouveaux clones d’autant que les protéines de contrôle du cycle cellulaire sont altérées empêchant toute réparation possible. C’est pour cette raison que des clones néoplasiques finissent par exemple par devenir résistants à des cytotoxiques de chimiothérapie. L’objectif des recherches actuelles est de définir toutes les mutations impliquées dans la carcinogénèse afin d’apporter une réponse ciblée.

  6. #5
    Tellure

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Bonjour,

    Ton but est donc le débat.
    Alors pour saper un peu ta théorie sur la "perte de fonction" et l'apparition de cancer je reviens sur un des éléments de ta théorie:
    Dans le cas du cas du cancer du testicule, il s'agit d'un cancer typique de l'homme jeune ( pic de l'apparition entre 20 et 35 ans) donc, pour moi, sans doute l'âge auquel il servent le plus.

    Autre point sur le vieillissement: un point particuliers sur la sensibilité des populations. En effet certains cancer sont plus rares chez les japonnais (alimentations et génétiques) alors qu'il s'agit de la population présentant le plus de centenaires

    Comment rebondis-tu?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    javahl

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Citation Envoyé par Tellure Voir le message
    Alors pour saper un peu ta théorie sur la "perte de fonction" ...
    Je précise que ce n'est pas ma théorie mais un résumé des connaissances actuelles sur la carcinogénèse ; tu trouveras plus de détails sur cette théorie par ex dans un ouvrage collectif « cancérologie fondamentale » de Par Roger Lacave, Christian-Jacques Larsen,Jacques Robert bien qu'il a déjà pris quelques années.

    Citation Envoyé par Tellure Voir le message
    je reviens sur un des éléments de ta théorie:
    Dans le cas du cas du cancer du testicule, il s'agit d'un cancer typique de l'homme jeune ( pic de l'apparition entre 20 et 35 ans) donc, pour moi, sans doute l'âge auquel il servent le plus.
    Je pense que tu es encore bien jeune pour ne pas savoir qu’après 35 ans bien des hommes plus âgés ont une activité sexuelle comparable sinon plus... Quant à la relation entre cancer du testicule et sa fréquence par rapport à l’âge, ce n’est pas le seul qui présente cette particularité et on suppose qu’il y a un facteur génétique, Certains chercheurs ont même évoqué une relation de certains médicaments comme le paracétamol très utilisé de nos jours durant la grossesse...

    Citation Envoyé par Tellure Voir le message
    Autre point sur le vieillissement: un point particuliers sur la sensibilité des populations. En effet certains cancer sont plus rares chez les japonnais (alimentations et génétiques) alors qu'il s'agit de la population présentant le plus de centenaires

    Comment rebondis-tu?
    Mais c’est aussi la population qui présente un indice de cancers le plus élevé au monde (voir le 2e rapport du WCRF). Ce n’est pas parce qu’une population est vieille qu’il y a moins de cancers. En outre, la répartition des cancers est différente par rapport aux pays occidentaux. S’il y a moins de cancers du sein, l’indice du cancer de l’estomac est l’un des plus élevés au monde. Bien entendu ces différences sont en rapport avec l’environnement dont l’alimentation joue un rôle important ; l’atteste l’augmentation considérable des cancers du sein au Japon depuis que les japonaises ont gouté au Mac Do.
    Il y a aussi des données qu’on oublie souvent dans certaines études bâclées qui faussent les conclusions : l’âge d’émergence des cancers par rapport à l’espérance de vie d’une population et l’évolution de l’espérance de survie de ceux qui sont atteints par cette maladie. L’une montre qu’il est possible de faire reculer la date d’émergence de cette maladie avec une meilleure hygiène de vie, et l’autre que les progrès dans les traitements augmentent l’espérance de survie. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’on ne se vaccine pas contre le cancer en changeant son mode de vie ou son alimentation. On intervient simplement sur des facteurs de risques ce qui veut dire que des personnes respectueuses d’une certaine hygiène de vie peuvent avoir la malchance d’être quand même atteinte d’un cancer (il y a un facteur de probabilité lié aux mutations aléatoires qu’on ne peut ignorer). Et ce recule de facteurs de risque fait aussi reculer l’âge d’apparition des cancers au profit d’autres maladies dégénératives liées au vieillissement qui ont alors plus de chance d'accompagner la fin de notre parcours.
    Dernière modification par javahl ; 13/05/2011 à 17h03.

  9. Publicité
  10. #7
    LXR

    Re : Et si c'était aussi simple?

    Citation Envoyé par javahl Voir le message
    Je précise que ce n'est pas ma théorie mais un résumé des connaissances actuelles sur la carcinogénèse
    Je suppose que Tellure s'adressait à nyogoso puisqu'il reprend exactement les éléments lancés par ce dernier.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. c'était quoi?
    Par franzin dans le forum Astronautique
    Réponses: 2
    Dernier message: 26/09/2008, 10h09
  2. Lire la date doit être aussi simple que lire l'heure ?
    Par polynesie dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/06/2007, 13h52
  3. la philo c'était ce matin...
    Par superneric86 dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 21
    Dernier message: 15/06/2004, 20h29