Bonjour, cliquez-ici pour vous inscrire et participer au forum.
  • Login:



+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 5 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 74

Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

  1. ofmika

    Date d'inscription
    mai 2006
    Localisation
    Illkirch - Alsace
    Messages
    1 283

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour Yoko83,

    D'abord merci pour ce compte rendu détaillé.

    Moi-même je me pose plein de questions sur le système de ventilation.

    Par contre, il est vrai que ta maison n'est pas la maison classique habituelle et que ton volume est relativement important.

    J'aimerai savoir : si ta maison avait été d'une forme disons cubique et d'un volume moins important, ferais tu toujours le choix de la VMI® ou te serais tu orienté vers une VMC DF (qui rentrerais dans ton budget initial) ? Pour quelles raisons ?

    Merci

    Michel

    -----

     


    • Publicité



  2. karl89

    Date d'inscription
    décembre 2006
    Localisation
    yonne(89)
    Âge
    43
    Messages
    62

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    bonjour,
    très bel exposé, bien écrit.
    j'ai bien vu pour les conduits pour les apports d'air mais par où l'air vicié est il extrait?
     

  3. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Pour Jypou,
    ------------

    Non, il n'est pas prévu d'extracteurs indépendants, ni dans la cuisine ni dans les salles de bains.
    En fait, je me réserve cette option en dernier recours, si l'étanchéité de la maison ne suffirait pas, et dans ce cas l'air insufflé ne trouverait pas "son chemin" jusqu'aux ouvertures des salles humides. Car, bien sûr, chaque pièce humide (ici une salle de bains et une salle de douche) doit comporter une ouverture "passive" vers l'extérieur. Une simple "grille" suffirait, mais le mieux est de rajouter une sorte de clapet antiretour (comme celles pour hottes de cuisine, mais ici la membrane est élastomère, tarée à une pression d'ouverture beaucoup plus faible; je mettrai un lien vers le modèle plus tard), empêchant l'air extérieur de rentrer (en cas de vent par exemple) ; il ne pourra que sortir. Si la maison n'est pas suffisamment étanche, l'air s’échappera par les "défauts d'étanchéité" ; ce n'est pas un mal en soi mais l'air ne sortira plus par ces grilles prévues, donc les pièces humides...le resteront.

    La VMI® met la maison en surpression (imperceptible, bien sûr, car immédiatement compensée par les fuites d'air ou les bouches de sorties prévues), et non pas en dépression comme les VMC classiques simple flux ; Je n'y vois que des avantages, notamment améliorer le tirage de votre cheminée/poêle à bois et non le réduire. C'est le même principe pour la ventilation de votre voiture.

    La solution retenue pour la régulation moteur : je fonctionne en pression constante, car comme je le disais c'est pratique lorsque l'on est amené à ouvrir ou fermer certaines bouches, mais l'EVOLYS V permets de basculer d'un simple appui vers le mode débit constant (je peux même programmer une pression constante à certaines heures, puis basculer vers débit constant à d'autres).

    Le schémas de principe est tout au début du post, "2) Les plans" : en vert les prises d'air, en orange l'insufflation. Il est vrai que je n'ai pas rajouté sur la plan les grilles d'évacuation des salles d'eau.


    à ofmika :
    ---------

    Je te mets en copie le mail que j'avais envoyé à un commercial, qui malgré cela n'a jamais compris le principe de la VMI® :

    Bonjour,

    Concernant la double flux, il est vrai qu’au départ, je ne jurais que par cela dans le cadre d’une rénovation avec un objectif basse consommation.
    Le livre sur la « conception bioclimatique » de JP Oliva (p190) m’avais cependant déjà éveillé, il y a quelques années, au fait qu’il pouvait exister d’autres systèmes, parfois plus simples, qui pouvaient faire aussi bien dans certains cas voir mieux.

    Dans mon cas précis :

    Différents problèmes, que vous avez d’ailleurs évoqués :

    - Des grandes distances à parcourir, induisant des pertes de charges élevées, d’où une consommation électrique des moteurs plus importante
    - La maison n’est pas au niveau « passif » question étanchéité (même si j’y travaille)

    Concernant ce dernier point, j’avais déjà été alerté par différents ouvrages (notamment celui du CSTB) sur l’absolue nécessité d’avoir une étanchéité quasi-parfaite (du niveau passif ! et non pas BBC, insuffisante !), afin de prétendre à un rendement de la double-flux permettant de réaliser des économies.
    Tout défaut d’étanchéité => autant d’air qui rentre par ces « ouvertures non sollicitées » et qui ne passent pas par l’échangeur => le rendement s’effondre. Celui-ci chute encore lorsque l’on place les conduits en volume non chauffé (on passe de de 90% à 70%), il chute encore lorsque l’échangeur est également placé dans ce type de volume (on passe de 70% à 50%) réf : CSTB : « Ventilation double Flux dans le résidentiel » : conception, mise en œuvre et entretien, janvier 2011.

    Le cas de la VMI® :
    Dans le cas de la VMI®, puisqu’on ne récupère pas de calorie de l’air vicié, il faut trouver un système de « préchauffage » basé sur la récupération d’énergie gratuite, c’est pourquoi ces systèmes sont très souvent voir systématiquement proposés en couplage d’un puits canadien, d’une serre ou véranda solaire, ou même d’un capteur à air.
    On peut faire au contraire un système TRES économique, lorsque qu'il est conçu de cette façon, tout en adaptant le volume d’air à renouveler en fonction de la nécessité.
    - Un 1er avantage de la VMI®, effectivement on met le bâtiment en surpression, l’air vicié s’échappe directement par des ouvertures calibrées, placées stratégiquement (salles de bains, WC…) ; si le bâtiment n’est pas 100% étanche, l’air s’échappera par ces fuites mais n’engendrera aucune baisse de rendement (car on a décidé de faire rentrer xxx m3/h d’un air préchauffé gratuitement, de toutes façons), plus aucune sensation de courants d’air froid car celui-ci ne rentre plus par ces fuites d’air, justement.
    - Le 2ème et très gros avantage de la VMI® : elle peut aisément, à l’aide d’un by-pass, faire office de répartiteur de chaleur dans toute la maison. Dans mon cas, je chaufferai 600m3 uniquement via un poêle à bois (Bullerjan, pour les connaisseurs), la VMI® reprendra directement l’air au-dessus du poêle pour aller l’insuffler dans les autres pièces SANS AUCUNE PERTE DE CALORIES (je m'autocorrige : c'est faux, c'est fonction de l'isolation des tuyaux) ; Dans le cas de la double-flux, avant toute distribution, l’air aspiré sort de l’habitation, via l’échangeur ; certes, il réchauffe l’air entrant, mais même avec le meilleur rendement du monde, une partie des calories est gaspillée…
    - 3ème avantage : à débit égal, la consommation électrique est divisée au minimum par 2 par rapport à une ventilation double flux
    - 4ème avantage : la VMI® permet d’atteindre des débits de surventilation beaucoup plus élevés par rapport à une DF, dans mon dimensionnement actuel, j’atteints aisément 900m3/h, sans gêne acoustique (conduits bien dimensionnés pour vitesse de l’air faible) ce qui est utile pour la surventilation nocturne en été
    - 5ème : Au minimum 2 fois moins de longueur de conduits à nettoyer par rapport à une DF

    En conclusion : Même si je suis certain que les systèmes DF sont très performants voir indispensables pour atteindre un objectif basse conso, dans des cas bien précis et maitrisés, je suis extrêmement séduit par les qualités de la VMI®.
    Reste que ce système est réservé à des maisons pouvant intégrer un préchauffage de l’air basé sur la récupération d’énergie gratuite, ou dont le besoin de renouvellement d’air est très faible (maison avec faibles COV, murs perspirants…) ; le top étant d’associer les deux.

    Enfin, je tiens à signaler qu’à ma connaissance, il n’existe aucun système de VMI® commercialisé qui tienne la route, le seul (Vent**airsec) étant un gadget n’ayant rien d’une approche basse consommation (préchauffage de l’air électrique, un seul point d’insufflation, très faible volume d’air insufflé).
    C’est pourquoi les connaisseurs de ce système le mettent bien souvent eux-mêmes en œuvre.



    Donc, pour répondre à ta question :

    - Si ma maison avait été de forme cubique, donc une possibilité d'avoir des longueurs de gaines relativement modestes,
    - si j'avais eu comme chauffage un autre système qu'un poêle à bois ou si la répartition de la chaleur avait été optimale dans toute la maison,
    - Si ma maison avait une étanchéité extrêmement soignée, du niveau "passif" (autrement le rendement de l'échangeur s’effondre) ; à ce propos il serait intéressant d'avoir des retours d'expérience de Double Flux installées en rénovation
    - Si j'avais eu la possibilité de placer l'échangeur ET les gaines en volume chauffé (cela va à l'encontre de ce que m'avait avancé le commercial de chez PAUL, qui m’affirmait que les échangeurs testés par le CSTB étaient d'une ancienne génération, pas ce problème avec le leur...)
    - et au détriment de la consommation électrique (qui à débit égal, consomme au moins deux fois plus, vu qu'il y a deux moteurs ; sans parler des pertes de charge induites par un réseau obligatoirement plus complexe),
    - et de la maintenance (le réseau d'extraction ne peut pas avoir de filtre, me semble-t-il, donc s'encrasse très vite ? A confirmer)

    Dans ce cas oui, j'aurais probablement pris une Double Flux.

    A noter que, il y a environ 2 ans, j'ai lu une étude très intéressante et indépendante ( grrr, je n'arrive plus à mettre la main dessus), qui affirmait, dans sa conclusion, que, pour qu'une double flux soit rentable, comparée à une simple flux Hygro, il fallait qu'elle soit ARRETEE (cad ventilation par ouverture des fenêtres) au moins 4 à 6 mois de l'année (excusez mon imprécision). Je crois cependant que l'étude avait été réalisée en région PACA, l'objet était de savoir si oui ou non ces (ma) régions gagnaient à utiliser ce système de renouvellement d'air...


    à karl89,

    Voir plus haut, même réponse.

    Sujet à suivre car la comparaison insufflation / double flux m’intéresse toujours !
    Dernière modification par yoko83 ; 18/11/2012 à 23h44.
     

  4. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    http://mob44.canalblog.com/archives/...3/7440262.html

    Je me demande si l'article n'était pas ce lien sur le site du PREBAT, mais il ne semble plus disponible...
     

  5. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Et si vous voulez de la lecture pour la nuit :

    http://tel.archives-ouvertes.fr/docs...se_J_Koffi.pdf
     


    • Publicité



  6. Jypou

    Date d'inscription
    octobre 2012
    Localisation
    Gif (91) et près de Tarbes (65)
    Âge
    55
    Messages
    837

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Merci pour tes réponses.
    la maintenance (le réseau d'extraction ne peut pas avoir de filtre, me semble-t-il, donc s'encrasse très vite ? A confirmer)
    Dans une double flux, à cause de l'échangeur thermique, il y a un filtre dans le caisson. Ceci n’empêche pas le réseau d'extraction de s'encrasser entre les bouches de reprise et le caisson.
    Il existe des bouches équipé de filtre, mais c'est plutôt pour des laboratoires et des débits importants (elles ont une dimension par exemple de 600mm par 600mm).
    Les conso élec sont proportionnelles aux pertes de charges.
    Les pertes de charges sont la somme de celles du réseau, de l'échangeur thermique et du filtre.
    En supprimant l'échangeur, on fait une grosse économie.
    Le filtre même peu encrassé, peut créer autant de perte de charge que le réseau. Donc il est important de le nettoyer. Tu dois le constater puisque tu as une indication de la conso.
    A+
     

  7. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Effectivement, je dois nettoyer très souvent le filtre de reprise d'air du poêle, qui s'encrasse vite (poussières de suie lorsque j'ouvre le poêle, notamment).
    L'idéal est 1 fois par semaine.
    Pour le filtre G4 extérieur (filtre à plis), nettoyage tous les 6 mois, ca doit suffire.
     

  8. vinsurvain

    Date d'inscription
    novembre 2009
    Localisation
    Montauban
    Âge
    59
    Messages
    708

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Je découvre ce fil : bravo !
    Dernière modification par vinsurvain ; 05/02/2013 à 09h36.
     

  9. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Merci

    Je vais poster prochainement mon compte rendu de saison hivernale, et les petites modifications que je souhaite apporter (pas grand chose, juste partie filtration)

    J'ai vu tes problèmes liés aux condensats, hallucinant !
    Effectivement, le calorifugeage des gaines d'extraction me semble être la bonne solution. Vois le bon côté => c'est vraiment de l'air humide que tu évacue de ta maison, donc ta ventilation est efficace !
     

  10. KroM67

    Date d'inscription
    décembre 2006
    Âge
    45
    Messages
    3 649

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonsoir,

    Super installation, chapeau. Et merci pour ce retour fort intéressant...

    Citation Envoyé par yoko83 Voir le message
    Pour résumer => toutes les bouches de la maison ouvertes en grand => le moteur va augmenter son débit en grand. Une seule bouche ouverte => il diminue au mini (30%). Cela permet d'avoir à chaque bouche finalement, un débit constant, quelque soit l'ouverture des autres bouches...
    Du coup j'imagine que si on ouvre une fenêtre, le moteur va tourner à fond...
     

  11. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Non, car le capteur mesure la pression dans le conduit juste après la sortie moteur.
    C'est donc la pression insufflée qui est gérée.
    Je pense que même avec une maison 100% étanche, il doit exister certaines contraintes / lois physiques qui font que pression insufflée est différente de la pression de la maison.
     

  12. SK69202

    Date d'inscription
    septembre 2006
    Localisation
    Sud Armoricain
    Messages
    16 645

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Je pense que même avec une maison 100% étanche, il doit exister certaines contraintes / lois physiques qui font que pression insufflée est différente de la pression de la maison.
    S'il n'y a pas de gradient de pression, il ne peut pas y avoir de mouvement d'air.
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César
     

  13. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Dit comme cela, c'est plus clair
     

  14. Moux

    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    Touraine
    Messages
    368

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour Yoko83,

    Tout d'abord félicitation pour la réalisation et surtout merci de partager cette expérience avec nous! Je vais réaliser moi même mon réseau aéraulique dans notre futur maison avec tunnel à galet. Mon objectif est d'obtenir une installation silencieuse même à fort débit (maxi 800m3/h). Les conduits sont donc surdimensionnés ainsi que les bouches d'aspi et de soufflages. Je pensais utiliser la même technique que toi avant les bouches d'insufflations : du phoniflex en 50 mm d'épaisseur. Mais la laine de verre ne me plait pas du tout, je vais donc moi aussi utiliser ton isolant en fibre de polyester recyclé. J'en viens donc à ma question :

    Comment as-tu fait pour remettre le "polyester/alu pare vapeur" correctement après avoir changer l'isolant? Tu as des phots de cette manip?

    D'avance merci .
     

  15. yoko83

    Date d'inscription
    octobre 2009
    Localisation
    Puget sur Argens
    Âge
    47
    Messages
    176

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Je n'ai pas de photos de la manipulation, mais elle est très simple :

    - couper ta gaine Phoniflex (de préférence celle en 50mm d'épaisseur, cela atténue encore mieux http://www.france-air.com/Portals/0/...FT_2996_32.pdf ) à la bonne longueur
    - à 2 personnes : 1 tient le pare vapeur d'un côté, l'autre tire doucement la gaine et l'isolant
    - une fois déposé, tu t'apercevra que l'isolant n'est rien d'autre qu'un rectangle de laine de verre, qui entoure la gaine. Ce n'est pas un "O" fermé. Il est juste maintenu en place par le pare vapeur
    - Découpe la fibre de polyester recyclé aux mêmes dimensions (attentions aux crampes avec des ciseaux, c'est costaud...). Si tu n'as pas la même épaisseur d'isolant (le polyester sera surement plus épais), tu peux séparer une couche plus fine de ouate de polyester, en tirant délicatement dessus.
    - mettre en place la nouvelle ouate, autour de la gaine ; pour la maintenir en place, je l'ai personnellement scotchée avec du scotch alu à 4 - 5 endroits (attention, ne pas utiliser un autre scotch qui serait inflammable).
    - remettre le pare vapeur (attention, fragile, sensible au déchirement et au poinçonnage : si tu travailles sur le sol, attention aux cailloux par ex)

    Autrement, comme je l'indiquais, il existe à présent des gaines déjà équipées en ouate de polyester, le seul inconvénient étant que je ne les trouve pas en 50mm d'épaisseur (seulement 25mm)

    Avec ceci placé à toutes tes bouches, et une installation bien dimensionnée, tu auras une ventilation parfaitement silencieuse, même à haut débit. Il faudra tout de même faire attention au type de bouche que tu mettras en place, car celles-ci génèrent plus ou moins de bruit d'air lorsque tu réduis leur débit de sortie (comme dans la voiture, lorsque l'on ferme presque totalement un aérateur).
    Je suis encore allé hier chez quelqu'un équipé en pompe à chaleur + split comme chauffage... impressionnant de voir ce que les gens peuvent endurer comme bruit de fond tout en trouvant ça "normal"...
     


    • Publicité







Sur le même thème :





 

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 04/04/2012, 18h09
  2. retour expérience sur installation VMI®
    Par OCIV dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/05/2011, 20h46
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 03/07/2009, 11h02
  4. renovation et VMI®?
    Par enguerrand02 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/01/2009, 22h38
  5. reportage sur la rénovation de l'observatoire
    Par RT3669 dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/12/2007, 13h27