Répondre à la discussion
Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 83

[comportement] biologie de la séduction



  1. #31
    quetzal

    Re : biologie de la séduction


    ------

    pas si enorme que ça estellarana, la conscience reflexive, qui se connait, est définie chez l'humain comme sapiens-sapiens... ou une double capacité de savoir, celle de savoir qu'il sait.. ou de se reconnaitre en tant qu'individu... elle est mise en valeur par l'expérience du mirroir, tu sait la tache de couleur sur le front.. si je ne trompe tout les delphiniens ont cette capacité ainsi que certains chimpanzé "agé"(exploration de l'intérieur de la bouche par exemple via un mirroir... c'est se reconnaitre comme objet de connaissance... on a longtemps pensée qu'elle étais le propre de l'homme, jusqu'a ce que l'ethologie y regarde de plus près..

    quand est-il des travaux sur les cultures des groupes de chimpanzé, il parraitrait qu'ils font aussi de la politique...
    est-ce que les chercheurs note une réelle transmition des languages, et une amélioration constante de génération en génération, ou note t'on, une sorte de pallier/plafond dans l'apprentissage d'un language symbolique de type humain...

    est-ce que les delphiniens sont capable d'apprendre un language qui nous permettrais de communiquer avec eux?? ou cela reste encore très "physique"

    -----

  2. Publicité
  3. #32
    coco

    Re : biologie de la séduction

    Bon, c'est vrai je ne connais pas l'encéphale de dauphin, mais avec l'encéphale des autres hominidés, j'avais cru comprendre que nous avions quelques différences "architecturales" et un développement quelque peu différent...(pas beaucoup, mais un peu...)... c'est vrai, les brindilles utilisées par les chimpanzés font merveille... mais nous pouvons faire un peu mieux... sans rabaisser les chimpanzés, je m'empresse de rajouter...
    Et tant que je tiens une spécialiste, j'en profite...
    Y a-t-il dans la Nature des espèces qui sont plus cruelles que la nôtre??? y a-t-il des guerres et des massacres comme dans la nôtre??? y a-t-il autant de suicides que dans l'espèce humaine... pour des idées et non pas pour la protection de l'espèce et de manière programmée...
    Oui, je sais les dauphins, les baleines...

  4. #33
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    Une différence en terme de manifestation n'est pas forcément une grosse différence en terme d'essence. Par exemple, si l'on prend un agoraphobe et un claustrophobe, en terme de manifestation c'est complétement opposé mais en terme d'essence, c'est très proche. Ce sont tous les deux des phobiques qui ressentent un vécu de peur face à un objet (l'espace pour l'un, l'enfermement pour l'autre)
    Peut-on se focaliser sur nos perceptions extérieures pour determiner une différence entre les humains et les autres espèces ? Il faudrait peut-être prendre un(d') autre(s) point(s) de référence.

    Apparemment, une petite différence entre l'homme et les autres espèces crée une manifestation très différente. Quelques 1% de gènes différents avec le singe qui permettent une différence technologique notable. Et encore le progrès technologique n'est rien sans structure sociale évoluée. La plus grosse partie de l'évolution technologique est infiniment proche dans le temps et ne se retrouve pas de partout. L'homme moyen (dans l'espace et dans le temps) est un homme pauvre qui ne sait pas lire ni écrire.

    Regardons aussi les pathologies mentales. On vous retire une partie infime du cerveau et vous n'êtes plus le même...
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

  5. #34
    Estellanara

    Post Re : biologie de la séduction

    Quetzal, effectivement, les chimpanzés possèdent cette conscience réflective. J’invoque encore une fois Washoe qui est la mieux étudiée. Ils ont fait le test de la tache de couleur avec elle avec succès. Et elle s’est même identifiée en tant que chimpanzé, différente des humains. D’ailleurs, ça lui plaisait pas beaucoup apparemment…
    De la politique je ne sais pas. Mais j’ai lu des trucs passionnants sur l’organisation des groupes de bonobos. Un collègue m’a dit qu’ils en avaient parlé sur Arte. Les bonobos ont l’habitude de gérer les conflits par le sexe…Ca laisse rêveur.
    Concernant Washoe et Loulis, on a pu constater en direct qu’elle lui transmettait le langage des signes. Il babillait avec les mains. Je n’ai pas connaissance des travaux sur les générations suivantes et je ne sais donc pas si ma maîtrise de ce langage va en s’améliorant. Il serait aussi intéressant de savoir si les chimpanzés du programme relachés dans la nature ont transmis leur savoir. J’imagine d’ici une horde sachant zapper, utiliser un micro-onde, un robinet, sortant de la forêt pour réclamer la télé et des burgers…
    Les japonais font parallèlement des études sur des chimpanzés en leur faisant utiliser un clavier comportant des signes écrits. Je ne sais pas non plus où ça en est. Faudrait que je m’abonne à Science…
    Les dauphins sont capables d’apprendre un langage fait de sifflements simples. Mais les études sont surtout pratiquées dans l’autre sens. Les scientifiques cherchent à reproduire leur langage avec des dispositifs sous marins.

    Coco, la structure de l’encéphale ne présage pas du niveau d’intelligence, comme tu dois le savoir ni des capacités intellectuelles diverses. Gros cerveau circonvolué ne veut pas toujours dire plus futé. Par exemple, les néanderthaliens avaient un cerveau plus gros que le notre… Notons au passage que le terme intelligence est un gigantesque fourre tout qui recouvre entre autre :
    Capacité de calcul, empathie émotionnelle, mémoire, sensibilité musicale et artistique, adaptabilité…
    Il est vrai qu’au niveau de l’artisanat, nous sommes apparemment les plus productifs de la planète. Mais au niveau destruction écologique, on est les premiers aussi pour les mêmes raisons.
    Moi, une spécialiste ? Houlala, non. Une personne intéressée et lisant pas mal disons.

    Tu me demandes si il y a dans la nature des espèces plus cruelles que la notre. Difficile de le dire. J’ai vu des babouins mâles dominants massacrer tous les petits de l’ancien mâle dominant. Ca peut paraître affreux mais il protège ainsi ses droits à la reproduction. Les animaux ne se battent pas sans raison. Je crois qu’on pourrait ainsi établir un parallèle avec les principales causes de conflit chez nous. Les guerres, c’est bien souvent des rivalités hiérarchiques ou de territoire. C’est un terrain glissant comme question.

    Pour la question du suicide, c’est encore plus épineux. On observe des échouages de cétacés mais il ne semble pas que ce soit le fait d’un suicide. D’après ce que j’ai lu, il s’agirait plutôt d’un dérèglement cérébral (maladie, pollution, vieillesse) qui les empêche de se diriger correctement. Ils se retrouvent donc sur la côte par erreur. D’ailleurs, quand on arrive à les remettre à l’eau, ils repartent… Mais bon, quand on sauve un suicidé humain, il retrouve souvent soudain le goût de vivre.

    Le deuxième exemple qui vient en tête est celui des lemmings, qui dit-on, se suicident par milliers quand leur population devient trop importante. Mais un article paru dans Science en 2003 réfute cette histoire pourtant populaire. Les fluctuations cycliques du nombre de lemmings seraient uniquement dues aux rééquilibrage nombre de prédateurs/nombre de proies. Et quand les lemmings deviennent trop nombreux, des groupes se séparent et partent à la recherche de nouveaux territoires. Après, s’il leur arrive malheur en route, c’est simplement le fait du hasard. Les lemmings se jetant dans la mer pour y mourir seraient simplement des lemmings distraits croyant qu’il s’agit d’une rivière et tentant de traverser à la nage.

    Cependant, citons encore cette bonne vieille Washoe. Elle avait complètement arrêté de se nourrir quand son premier bébé est mort. Elle ne signait plus qu’un seul mot : bébé. De là à en conclure qu’elle était en dépression et qu’elle se serait laissé mourir… Je conclurais donc que nous n’en savons pas encore assez pour dire qu’il existe des suicides chez les autre animaux au sens où nous l’entendons. Peut être en découvrirons nous. Mais bon, c’est ça aussi la science : on est jamais sur de rien, on remet sans arrêt en question les hypothèses.

    Epikurieu, on est bien obligés de se focaliser sur nos perceptions personnelles pour réfléchir et s’interroger vu qu’on ne dispose de rien d’autre. Je sais bien que ce n’est pas l’idéal mais tout est à l’aune de nos perceptions. Comment en faire abstraction ?
    Protagoras a d’ailleurs écrit à peu de choses près que l’homme est mesure de toutes choses. Toute connaissance a forcément pour fondement la sensation, chacun a son propre avis lié à ses propres sensations. On ne peut donner de vérité absolue car on ne perçoit la réalité qu’à travers le filtre de nos sensations.
    Le progrès technologique dont tu parles n’est qu’une différence de degrés. Qu’est-ce qui dit que dans quelques millions d’années, le chimpanzé n’en sera pas à l’ère industrielle ? Et nous, on sera du gibier pour des gorilles chasseurs de jungle… mais je m’égare…
    Tout à fait d’accord pour les pathologies mentales. Je ne dirais pas qu’elles existent ou n’existent pas dans le reste du règne animal. C’est juste qu’on n’en a pas observé de vraiment significatives.
    Un dernier petit mot concernant ta signature. Egoïsme et cruauté ne me paraissent pas du tout contraires. L’égoïsme, c’est de vouloir son propre plaisir sans penser aux conséquences sur les autres. Mais la cruauté, c’est de faire du mal aux autres pour son propre plaisir, non ?
    Et puis, ne sommes-nous pas tous égoïstes ? Après tout, chacun de nos actes est motivé par la recherche du plaisir. Même quand on se montre généreux avec autrui, c’est bien parce que ça nous fait plaisir, non ?

    Je vous laisse réfléchir et vous salue bien bas, Estellanara

  6. #35
    Estellanara

    Re : biologie de la séduction

    Petit correctif:
    il faut lire "si La maîtrise de ce langage va en s'améliorant".
    Pfouloulou, j'ai du mal moi...

  7. #36
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    Estellanara, je suis d'accord avec toi. Pour te le montrer, il faut que j'explicite les intentions de mon message. Mes intentions étaient de relativiser la notion de différence entre humain et les autres espèces animales en donnant un panorama de points de vue très relatifs. Pour le reste, voyons en détail.

    Epikurieu, on est bien obligés de se focaliser sur nos perceptions personnelles pour réfléchir et s’interroger vu qu’on ne dispose de rien d’autre. Je sais bien que ce n’est pas l’idéal mais tout est à l’aune de nos perceptions. Comment en faire abstraction ?
    Là, c'est moi qui me suis mal expliqué. Je me reprends. Je ne voulais pas dire qu'il ne fallait pas utiliser nos perceptions, je voulais plutôt dire qu'il faut observer des paramètres pertinents. Par exemple, quand on a découvert que la terre était ronde il a fallu observer et raisonner. Mais, on ne pouvait pas observer directement la terre qui semblait plate.

    Le progrès technologique dont tu parles n’est qu’une différence de degrés. Qu’est-ce qui dit que dans quelques millions d’années, le chimpanzé n’en sera pas à l’ère industrielle ? Et nous, on sera du gibier pour des gorilles chasseurs de jungle… mais je m’égare…
    J'ai dit qu'il y avait une "différence notable". Cette phrase sous-entend la notion de degré. Sinon, j'aurai dit : seuls les hommes ont une technologie. J'ai dit ça justement pour montrer que cette différence technologique ne provient pas forcément de grand chose. Si ça peut te rassurer, je dis tout le temps " les hommes et les autres espèces" ce qui signifie que je considère les hommes comme des animaux. Et, je ne pense pas non plus que l'homme est plus différent que les autres espèces. Si je parlais de paramètres d'observations pertinents, c'était pour montrer que la mesure de différence est difficile entre homme et autres espèces. Pour la mesurer, je ne pense pas qu'il faille se focaliser sur des paramètres arbitraires tels que la quantité technologique.

    Egoïsme et cruauté ne me paraissent pas du tout contraires. L’égoïsme, c’est de vouloir son propre plaisir sans penser aux conséquences sur les autres. Mais la cruauté, c’est de faire du mal aux autres pour son propre plaisir, non ?
    Je ne voulais pas enoncer une vérité absolue, je voulais faire relativiser la notion d'égoïsme qui est souvent confondue avec la cruauté par une comparaison quasi mathématique (mais très relative) : "du bien pour soi" et "du mal pour les autres". il y a "bien" d'un côté et "mal" de l'autre et il y a "soi" d'un côté et "autre" de l'autre. Chaque instance est l'inverse de l'autre. Mais d'un autre point de vue, tu as aussi raison.

    A+,

    PS : c'est normal qu'il y ait des malentendus. La communication c'est trop complexe pour qu'on se comprenne du premier coup. D'autant que les intentions sont souvent implicites.
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

  8. Publicité
  9. #37
    coco

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Estellanara
    Coco, la structure de l’encéphale ne présage pas du niveau d’intelligence, comme tu dois le savoir ni des capacités intellectuelles diverses. Gros cerveau circonvolué ne veut pas toujours dire plus futé. Par exemple, les néanderthaliens avaient un cerveau plus gros que le notre… Notons au passage que le terme intelligence est un gigantesque fourre tout qui recouvre entre autre :
    Capacité de calcul, empathie émotionnelle, mémoire, sensibilité musicale et artistique, adaptabilité…
    Il est vrai qu’au niveau de l’artisanat, nous sommes apparemment les plus productifs de la planète. Mais au niveau destruction écologique, on est les premiers aussi pour les mêmes raisons.
    Moi, une spécialiste ? Houlala, non. Une personne intéressée et lisant pas mal disons.
    Bon, d'accord, les néanderthaliens avaient un cerveau plus gros que le nôtre... mais moins bien irrigué paraît-il...
    Je sais pour l'intelligence... m'étonnerait que j'en ai parlé... je dois avoir parlé de capacités... Homo sapiens est très productif en effet pour la conception d'objets... mais aussi nous sommes très nombreux, ceci expliquant la destruction écologique... nous n'y pouvons rien... il faut bien vivre...
    C'est bien ce que je disais une personne qui lit beaucoup devient spécialiste!

    Attention au regard très directionnel que nous avons sur les choses...

  10. #38
    Bufo v

    Re : biologie de la séduction

    Salut,
    Citation Envoyé par Estellanara
    Tu me demandes si il y a dans la nature des espèces plus cruelles que la notre. Difficile de le dire. J’ai vu des babouins mâles dominants massacrer tous les petits de l’ancien mâle dominant. Ca peut paraître affreux mais il protège ainsi ses droits à la reproduction.
    Eh bien je serais curieux de savoir où tu as vu cela ?
    Pour ce que j'ai pu lire ou voir sur les babouins (Papio anubis en tout cas) leurs relations ne présentent pas une telle violence... Chez les Hamadryas peut être ?? L'extraordinaire travail effectué par Shirley Strum sur la bande de Pumphouse au Kenya démontre tout au contraire que c'est la stratégie d'intégration qui prévaut chez ces primates. Où d'ailleurs les mâles qui réussissent le mieux à séduire les femelles ne sont ni les dominants, ni les plus agressifs, mais ceux qui possèdent les meilleures compétences sociales, à savoir les meilleurs "réseaux de connaissances" au sein du groupe et ceux qui ont lié de solides amitiés avec les femelles et les jeunes. Un mâle trop agressif est craînt, et donc évité tant que faire se peut. Toujours d'après elle, l'agression d'un "enfant" entraîne la plupart du temps une réaction ferme du groupe vis à vis de l'agresseur. Curieusement d'ailleurs les mâles agressifs et partant les dominants, sont les nouveau venus dans le groupe (venant d'une autre bande), pas toujours les plus vieux ni les plus balèses.
    Une façon de se faire remarquer ?... quand on ignore tout des réseaux sociaux en place...
    A+
    Bufo v

  11. #39
    camaron

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Estellanara
    Bonjour,
    Par exemple, si on fait vivre ensemble des femmes, leurs menstruations finissent par avoir lieu à la même date. Etonnant, non ?
    .

    C'est effectivement trés etonnant. J'imagine que les monastères sont propices à ce genre d'observation.

    Quels sont les mécanismes envisagés ?

  12. #40
    camaron

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Bufo v
    Bonjour,
    Ce n'est pas le propre de l'Homme, de nombreuses espèces animales pratiquent le sexe pour le plaisir, et pas seulement chez les primates. La reproduction est loin d'être toujours une finalité dans le monde animal ...
    Je suis un peu surpris par cette déclaration car à part l'homme il n'y a pas d'autres animaux qui pratiques le coït sans qu'il y ai une possibilité de reproduction issu de cet acte. Pour les mammifères, à part l'homme et le bonobo, les femelles n'accepte les mâles que lorsqu'elle sont fécondes. Pour les autres animaux je ne sais plus mes je ne connais pas d'exemple d'oiseau pratiquant l'accouplement en dehors des périodes fécondes.

  13. #41
    Bufo v

    Re : biologie de la séduction

    Salut,
    Citation Envoyé par camaron
    Pour les autres animaux je ne sais plus mes je ne connais pas d'exemple d'oiseau pratiquant l'accouplement en dehors des périodes fécondes.
    Ben si ! C'est fréquent chez les anatidés (oies, canards) pour ce qui me vient tout de suite à l'esprit. Pour être honnête c'est en captivité que je l'ai observé le plus souvent. Evidemment in natura c'est plus difficile à voir ! Concernant les mammifères j'ai pu le noter hier encore pour le cheval (la jument est pourtant pleine). Par ailleurs observé perso aussi chez le sanglier, le ragondin, des primates autres que chimpanzé et bonobo....D'autre cas existent signalés par la littérature, mais il faudrait que je retrouve les sources.
    Enfin il convient de ne pas oublier que ces relations n'ont pas qu'une fonction reproductive, mais souvent aussi sociale.
    A+Bv

  14. #42
    camaron

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Bufo v
    Salut,
    Concernant les mammifères j'ai pu le noter hier encore pour le cheval (la jument est pourtant pleine). .
    A+Bv
    J'avoue être trés surpris car je n'ai jamais observé personnellement de telles attitudes chez des animaux de ferme Bovins, Ovin ou porcs. Mes profs, comme mes lectures m'ont toujours annoncés aussi ce constat.

    Mais effectivements un cheval qui monte une jument pleine c'est une contre exemple irréfutable.

  15. Publicité
  16. #43
    Bufo v

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par camaron
    Mes profs, comme mes lectures m'ont toujours annoncés aussi ce constat..
    Si tu savais le nombre de choses qu'on ne trouve pas dans les bouquins et que les profs ignorent. Le terrain et le temps que l'on consacre à l'observation... ça c'est une bonne école

    Mais effectivements un cheval qui monte une jument pleine c'est une contre exemple irréfutable
    Ce n'est pas exceptionnel, mais relativement fréquent. La jument n'est toutefois pleine que de 3 mois.

  17. #44
    yoh

    Re : biologie de la séduction

    salut

    ^^J'ai entendu parlé d'une expérience réalisé dont le but était de mesurer le sex à pile de différents hommes a l'aide de leur odeur.
    Pour celà on a fait sentir à différentes femmes le tee shirt d'hommes ayant préalablement dormis avec.
    LA conclusion a été surprenante, puisque pour une femme donnée, elle choisissait toujours l'homme ayant le génotype le plus différent du sien ( ils ont du probablement choisir certains gènes indispensable à notre organisme et les comparer, désolé je ne me souviens plus lesquels ).
    Ce reportage est passé il y a quelques temps sur arte, si quelqu'un aurait quelques renseignements de plus a donné, pourrait il les communiquer. merci

    ###N'oublié pas le dauphin qui lui aussi pratique l'accouplement pour le plaisir. Et qui est il me semble l'espèce qui a le plus gros volume cérebrale. Les dauphins auraient ils pu être les maîtres du monde
    Les bonobos ne sont que des bêtes de sexe a coté.

  18. #45
    kinette

    Re : biologie de la séduction

    Bonjour,
    le but était de mesurer le sex à pile de différents hommes
    Ces hommes avaient des prothèse?

    N'oublié pas le dauphin qui lui aussi pratique l'accouplement pour le plaisir. Et qui est il me semble l'espèce qui a le plus gros volume cérebrale. Les dauphins auraient ils pu être les maîtres du monde
    Je ne savais pas qu'ils s'accouplaient pour le plaisir... par contre j'ai lu que les mâles n'hésitaient pas à se mettre à plusieurs pour violes les femelles... ça change un peu l'image qu'on se fait de ces bestioles...

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  19. #46
    yoh

    Re : biologie de la séduction

    bonsoir

    OOOUUUPPS
    Non ses hommes n'avaient pas des prothèses.
    Désolé j'ai françisé le mot angais, tous du moins du point de vue de l'orthographe
    sex à pile s'ecrit sex appeal( honte sur moi et mes 10 000 futures réincarnations )
    Dans ce cas là il désigne l'attrait sexuel.

    Par contre quoi toi entendre par violer (qui est un terme creé par les humains, et je ne sait pas s'il est possible de l'adapter au monde animal).

  20. #47
    le wilsonien

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Epikurieu
    Bonjour,

    je me pose différentes questions sur les sources biologiques de la séduction :
    - quelles sont les localisations cérébrales ?
    - quelle est la part de la génétique, de l'épigénétique et de l'acquis dans la séduction ?
    - Existe-t-il des états physiologiques spécifiques au "séduit" ?
    - Existe-t-il des rituels comportementaux universels dans le rapport de séduction ? Si oui, quels sont-ils ?

    Je recherche des réponses pluridisciplinaires pour éclairer le débat :
    - éthologie, neurosciences, sociologie (ce n'est pas de la biologie mais ça éclaire le débat "biologique"), ethnologie...etc.
    je suis désolé mais je ne cerne pas l interet de cette kestion ...
    peut etre parceque je suis moche et ke je l'assume completement

    sinon tu parle de seduction de koi ? de ki ?
    faire les yeux doux a sa tante pour avoir le dernier X-men a noël sa s'appelle aussi de la seduction ...
    des nanas ? des mecs ?
    ya bcp de choses ki sont abordé dans un sujet pareil ... et tout d abord es ce moral de parler de seduction ?

    Eviter le style sms sur ce forum SVP... Merci.
    Dernière modification par coco ; 19/10/2004 à 07h44.

  21. #48
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    je suis désolé mais je ne cerne pas l interet de cette kestion ...
    S'intéresser à cette question ne veut pas dire que c'est pour apprendre à séduire (y aurait bien d'autres façons bien plus performantes pour apprendre ça que la science).

    Mais le mieux est de te donner des applications potentielles de ce genre de question :
    - se prémunir des séducteurs-manipulateurs.
    - se prémunir des dogmes et certitudes concernant le cortège des sentiments amoureux et d'attirance. Par exemple, une personne nous plait. Nous plait-elle parce qu'elle nous séduit superficiellement ou nous plait elle parce que c'est "le coup de foudre" et qu'on l'aimera toute sa vie quoi qu'il advienne ? Sommes nous attirés parce que c'est "écrit" ou parce que nous sommes soumis à des pulsions totalement animales.

    Pour moi, un bon moyen de vivre sa vie, c'est de se questionner même si l'on ne trouve pas de réponse. Le simple questionnement permet le recul et de relativiser les certitudes que l'on nous inculque.

    sinon tu parle de seduction de koi ? de ki ?
    Justement, cela fait partie de la question. Y a t-il un même phénomène de fond qui se produit pour faire "les yeux doux à sa tante" et dans la séduction amoureuse ? Y a t-il une ou plusieurs séductions ?

    et tout d abord es ce moral de parler de seduction ?
    Peut-être voulait tu dire éthique ? Pour moi, la morale est bien trop souvent affaire de certitudes subjectives sur la vie, qui changent dans le temps et la géographie (le questionnement sur la rotondité de la terre était immoral par exemple...). Et dans ce cas, pour moi la science ne s'inscrit pas dans la morale et heureusement. Maintenant si tu voulais dire ethique : pour moi un questionnement est toujours ethique, c'est son application qui ne l'est pas forcément.

    Ah, j'oubliais ! Il y a une dernière raison pour laquelle je posais cette question : l'immense plaisir qu'il y a à comprendre
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

  22. Publicité
  23. #49
    Süzel

    Re : biologie de la séduction

    Moi je travaille pour un TPE sur l'action ou non (=attirance "chimique" entre deux individus)des phéromones chez l'homme. Ca marche chez les animaux, dès que j'en saurai plus sur l'homme j'écrirai. Sinon, procure toi le hors série Science et Vie Junior "le sexe chez les humains", il y a un dossier consacré à la biopsychologie de l'amour.

  24. #50
    L'Hérétique

    Re : biologie de la séduction


    Salut,
    Interressante et ammusante discution que ce fil!!

    Avez-vous pensé au "mensonge" lors de la seduction chez les humains ?
    En est-il de même avec certains animaux ?
    A+

    H.S. Quetzal : très interressant la question posée sur l'usage de l'iboga dans un autre forum, tu devrais lancer un débat dessus !! (j'ai été voir le fil que tu donnais, j'en suis encore tout retourné des applications possibles! )

  25. #51
    Yoyo

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Epikurieu
    S'intéresser à cette question ne veut pas dire que c'est pour apprendre à séduire (y aurait bien d'autres façons bien plus performantes pour apprendre ça que la science).

    Mais le mieux est de te donner des applications potentielles de ce genre de question :
    - se prémunir des séducteurs-manipulateurs.
    - se prémunir des dogmes et certitudes concernant le cortège des sentiments amoureux et d'attirance. Par exemple, une personne nous plait. Nous plait-elle parce qu'elle nous séduit superficiellement ou nous plait elle parce que c'est "le coup de foudre" et qu'on l'aimera toute sa vie quoi qu'il advienne ? Sommes nous attirés parce que c'est "écrit" ou parce que nous sommes soumis à des pulsions totalement animales.
    Salut,

    ne crois tu pas qu'au contraire lorsqu'une personne nous plait (et qu'on lui plait) il ne sert pas a grand chose de se poser des questions sur le pourquoi du comment, mais qu'il est preferable de profiter du moment present passé en compagnie de cette personne et de voir ou les choses nous ammene.

    Si il est bien de se poser quelques questions, s'en poser trop est inutile voir meme inhibiteur.

    Yoyo

  26. #52
    coco

    Re : biologie de la séduction

    Citation Envoyé par Yoyo
    ne crois tu pas qu'au contraire lorsqu'une personne nous plait (et qu'on lui plait) il ne sert pas a grand chose de se poser des questions sur le pourquoi du comment,
    D'accord avec ça...
    Si on se pose des questions, ce n'est plus de la séduction... mais de la reflexion et alors (peut-être )début de mensonge, comme je l'ai vu écrit plus haut... la séduction échappe à l'analyse...

  27. #53
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    ne crois tu pas qu'au contraire
    Pourquoi "au contraire", on est d'accord il me semble. Je disais que je n'avais pas lancé ce sujet pour apprendre à séduire puisque comme tu le dis :

    lorsqu'une personne nous plait (et qu'on lui plait) il ne sert pas a grand chose de se poser des questions sur le pourquoi du comment, mais qu'il est preferable de profiter du moment present passé en compagnie de cette personne et de voir ou les choses nous ammene.
    Ensuite, se prémunir des dogmes amoureux pour moi ça sert non pas à séduire mais à faire des choix conscients sur sa façon de vivre sa relation amoureuse. Par exemple, des dogmes sur la relation amoureuse peuvent pousser quelqu'un à avoir une relation hétérosexuelle par exemple, alors que la relation homosexuelle lui serait préférable. Ou alors à se marier alors qu'elle s'épanouirait dans des relations éphémères ou le contraire....
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

  28. #54
    evospin

    les phéromones

    je n'est pas tout lu, mais je n'ai pas vu une seule fois cité le mot phéromone, aujourd'hui certains spécialistes comme james Kohl par exemple que les phéromones sont déterminantes pour ce qui est du choix du partenaire sexuel et donc de la séduction au point qu'ils considèrent que l'homme agit plus en fonction des phéromones sexuels que de la vue (la vue serait une association ou un souvenir du message chimique).
    au niveau de la séduction, il y a chez l'homme comme chez la femme des critères de beauté universels
    pour l'homme se sont la taille (plutot grande), la symétrie et le ratio tour de taille /tour de hanches egal à 0.90.
    pour la femme les critères sont plus déterminants car elles ont subie subit une pression sélective plus importante pendant la période glaciaire les critères sont
    -présence de poitrine
    -ratio taille/hanches égal a0.70, 0.80
    -visage symétrique
    -jeunesse (les fabricants de produits de cosmétiques ont de beaux jours devant eux)
    il en existe d'autres mais je ne vais pas tous les énumérer
    si une femme possède ces critères et qu'en plus elle émet des phéromones sexuels, l'homme normal sera forcément séduit.

    pour les femmes la séduction n'est pas la même suivant leur periode du cycle menstruel. en début et fin de cycle leur attente est plutot ,un homme "stable" et attentionné qui pourra leur apporté confort et réconfort. en milieu de cycle (ovulation) ce sera plutot le contraire ,un homme type aventurier et baroudeur parce qu'il possède possède un pool génétique souvent plus aventageux.

    à noter que tout ce que j'ai dit est à prendre de façon statistique chaque cas particulier est différent.
    pour plus d'info contactez moi

  29. Publicité
  30. #55
    kinette

    Re : biologie de la séduction

    Bonjour,
    au niveau de la séduction, il y a chez l'homme comme chez la femme des critères de beauté universels
    Ah????
    pour l'homme se sont la taille (plutot grande), la symétrie et le ratio tour de taille /tour de hanches egal à 0.90.
    pour la femme les critères sont plus déterminants car elles ont subie subit une pression sélective plus importante pendant la période glaciaire les critères sont
    -présence de poitrine
    -ratio taille/hanches égal a0.70, 0.80
    Certains peuples doivent être par conséquent extrêmement frustrés... parce que ces mesures présentées comme "idéales" peuvent être très éloignées de la moyenne observée sur la population non?
    (j'aime beaucoup ce terme "universel"... quand on voit les échantillons sur lesquels se basent généralement ce genre d'études...)

    si une femme possède ces critères et qu'en plus elle émet des phéromones sexuels, l'homme normal sera forcément séduit.
    Hé ben... c'est quand même formidable ça. Forcément séduit...
    Et dans le cas contraire?

    à noter que tout ce que j'ai dit est à prendre de façon statistique chaque cas particulier est différent.
    Ah les statistiques...

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  31. #56
    kinette

    Re : biologie de la séduction

    PS: quelle est pour toi la définition du terme "phéromone"? Quelles preuves que ça existe chez l'homme?
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  32. #57
    evospin

    Re : biologie de la séduction

    Les phéromones sont des substances volatiles (comme les odeurs) qui se concentrent dans les sécrétions (glandes apocrines) et exhalations corporelles (y compris notre souffle). Chez les autres animaux, les phéromones sont détectées par un organe à la base des narines (l’organe voméronasal (VNO), appelé aussi organe de Jacobson). Il est présent chez les humains, mais il y a toujours débat pour savoir s’il y est, ou non, fonctionnel (ex. : Berliner et al., 1996 ; Monti-Bloch et. al., 1998). Il n’y a par contre plus de doute que les humains répondent aux phéromones des autres humains avec le même pattern de changements hormonaux que celui trouvé chez les autres mammifères." (GOUILLOU)

    la preuve que cela existe regarde dans mes autrez post tu en trouveras.

    tu connais la courbe de gauss, la majorigté des personnes se trouvent avec un ratio taille/ hanche égal à 0.70 0.80. Après il y toujours des femmes qui n'auront pas ce ratio mais elle seront considérées en général par les hommes comme moins belles.c 'est injuste mais c'est prouvé. c'est le meme principe qu'avec le QI. dans toute les populations humaine ce ratio existe tu peux lire le livre "hommes-femmes:l'evolution des différences humaines sexuelles" de GEARY si tu ne me crois pas.
    nous sommes sur un forum scientifique donc quand tu dis ce "genre" d'études j'ai l'impression que tu ne les prends pas aux sérieux, que c'est de la pseudo-science. pourtant j'ai pris ces conclusions à partir d'ouvrages scientifiques , peut être n'en connaissais tu pas l'existence?

  33. #58
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    Il n’y a par contre plus de doute que les humains répondent aux phéromones des autres humains avec le même pattern de changements hormonaux que celui trouvé chez les autres mammifères
    A une époque, j'ai lu des infos sur les phéromones et ça me semblait réaliste, aujourd'hui j'avoue que je ne sais plus. Personnellement, j'ai entendu qu'il y avait eu différentes études menant à des résultats contradictoires. Qu'en penses tu ?
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

  34. #59
    evospin

    Re : biologie de la séduction

    je te conseille d'aller voir le site de James kohl il est en anglais mais tu verras qu'aujourd'hui il y a des preuves sciebtifiques qui montrent que les phéromones agissent sur l'homme. www.pheromones.com
    aujourd'hui certaines phéromones ont clairement été identifiées.

  35. #60
    Epikurieu

    Re : biologie de la séduction

    En fait, quand je parle d'études contradictoires, je parle d'études d'un côté qui disent "c'est prouvé, les phéromones agissent sur l'homme" et des études d'un autre qui disent "c'est prouvé, les phéromones n'agissent pas sur l'homme". En sciences cognitives, on parle d'un phénomène très intéressant : "le biais de confirmation". Par exemple, si tu dois prouver que tous les corbeaux sont noirs, la plupart des gens chercheront des corbeaux noirs et c'est une erreur. C'est ce que l'on nomme un biais de confirmation. On cherche à prouver une chose en sélectionnant les informations qui la confirment. Le seul moyen valable pour montrer que tous les corbeaux sont noirs est de chercher des corbeaux qui ne sont pas noirs. Dans notre cas, c'est pareil, si tu veux prouver que les phéromones agissent sur l'homme, on est obligé de chercher les contre exemple, à savoir s'intéresser aux études qui confirment le contraire. Là, tu ne me donnes que les arguments "pro hormones". J'aimerais donc savoir comment tu délibères sur ces contradictions en incluant dans ton discours les arguments "pro hormones" et "anti hormones" ?
    Le contraire de l'égoïsme (du bien pour soi), c'est la cruauté (du mal pour les autres)

Sur le même thème :

Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 12
    Dernier message: 24/07/2007, 23h49
  2. [biologie du comportement] mes 2 chats
    Par mimisse dans le forum Biologie
    Réponses: 7
    Dernier message: 06/07/2007, 20h26
  3. besoin d'un vrai prof de biologie pour explication des comportement des anima
    Par majid813 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/12/2005, 21h28
  4. [comportement] comportement innée
    Par quetzal dans le forum Biologie
    Réponses: 9
    Dernier message: 06/09/2004, 22h18