Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 68

coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée




  1. #1
    patansouis

    coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour,

    Je viens d'équiper un forage d'une pompe Lowara 1.5kw immergée à 57 m
    Dans la pompe il y a un clapet anti retour, j'en ai mis un autre à 10m de la pompe comme préconisé sur la doc de la pompe et un en sortie de pompe.
    La pression est donnée par un réservoir à vessie de 100litres réglé à 3.5b de pression haute et 2bars de pressions basse
    La sortie du forage est constituée de 2 coudes afin de former une épingle à cheveux de manière à aller chercher le tuyau qui passe en fond de fosse à forage et le clapet anti retour haut est placé dans la descente, voir photo


    Le démarrage de la pompe s'effectue bien ,le tuyau de refoulement bouge à peine.
    A l'arrêt de la pompe le tuyau de refoulement se souleve de 3 à 4 cm au niveau de la sortie du forage.
    Dans un premier temps j'ai pensé que le coup de bélier venait du réservoir à vessie, j'ai imaginé que l'eau par effet de retour plus à pression du ballon venait cogner sur le clapet vertical et soulever le refoulement
    J'ai fait l'essai de mettre tout mon poids sur le té où arrive le clapet et le tuyau du réservoir , le refoulement se soulève toujours. j'en déduit que le coup de bélier est provoquer dans le tuyau de refoulement entre la pompe et la sortie. mis je n'ai plus d'idée

    le clapet en position de descente verticale est il bien placé? devrait il être dans le tube du forage à la sa sortie?

    de la sortie du forage je pars depuis un té vers a droite de la photo vers le réservoir à vessie et à gauche de la photo vers un arrosage, le vanne en attente est pour un départ vers un autre arrosage.

    Lorsque je constate le coup de bélier, je tire de l'eau côté arrosage (haut de la photo) donc à ce moment la pompe alimente et l'arrosage et le réservoir à vessie

    Je me pose cette autre question:
    le forage devrait il être seul en bout de ligne?
    Est il judicieux d'alimenter un arrosage directement depuis la pompe?
    est ce que toute les dessertes devrait être entre pompe et réservoir à vessie?

    Merci de vos conseils pour m'aider à résoudre ce problème de bélier
    IMG_0257.JPG

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    yakafautcon

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Toutes les pompes ont ce phénomène, ceci est dû à l'arrêt brutal du moteur, de la circulation de l'eau dans le tube et à son élasticité. il faut faire très attention à la fixation du câble d'alimentation qui risque de se rompre. Dans un puit on peut fixer des ailettes sur le corps de pompe pour atténuer ce choc.

  4. #3
    omega.067

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    bien le bonjour
    pour éviter ce phénomène, en industrie, on utilise un démarreur/décélérateur progressif, maintenant, il faut voir si le jeu en vaut la chandelle
    Michel
    Si les ricains n'étaient pas là, vous seriez tous en germanie, à saluer je ne sais qui


  5. #4
    patansouis

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    merci pour ces deux réponses

    c'est ce que je suis en train de rechercher, j'ai vu que schneider diffuse des boitiers démarreur - ralentisseur progressif mais ils sont en triphasé et chez moi je suis en monophasé.
    Je vais tout de même essayer de mettre le clapet de sortie directement sur le tuayu de refoulement dans le tubage du forage.

  6. #5
    40CDV20

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bjr,
    En matière de régimes transitoires il n'y a pas de solution universelle. Ce peut être coûteux, peu fiable, difficile à mettre en oeuvre, encombrant,...On voit rarement des solutions de type DIY qui fonctionnent bien. Il y a qq années j'ai constaté au Portugal, sur des forages la mise en place d'un faible ratio de recyclage sur le refoulement.
    Sorte de by-pass, à les écouter ça marche bien et c'est sans entretien (aucune pièce mobile)
    Cdt

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour,
    Le réservoir à vessie est il loin de la sortie du forage (longueur horizontale) ?
    Si c'est le cas c'est une source de problèmes.

  9. #7
    patansouis

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    le réservoir est à 11m du forage.
    Aujourd'hui j'ai retiré le clapet vertical à l'extérieur du forage mais sans grand succès
    Je pense le mettre sur le haut du refoulement dans le tubage de manière à ce qu'il soit avant l épingle à cheveux
    Autre constatation que j'ai faite, le tuyau de refoulement du fait de son poids et aussi de sa forme, bien que je l'ai déroulé et laissé étendu 6 jours au soleil conserve quelques ondulations, a tendance à s'enfoncer de quelques 10 centimètres dans le tubage. Il me semble que les coups de bélier perdent de leur force lorsque je tire sur le tuyau, donc je le temps. Peut etre que cela réduit aussi les frottements de l'eau à l'intérieur?

    Donc la question que je me pose est ce qu'il doit être fixé en ahut de forage ou rester libre ce que je pense afin d'éviter les contraintes mécaniques au niveau de son raccordement à la pompe

  10. Publicité
  11. #8
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonsoir,
    Je ne suis pas un spécialiste de l’hydraulique ; j’ai juste 3 puits avec pompe immergée type pompe forage, et mes voisins ont aussi de telles installations, donc une certaine expérience mise en commun.

    11 m c’est peu et ce n’est pas cette longueur qui pose problème. Elle ne fait qu’y contribuer.

    Vous avez une colonne d’eau de 57 m + 11 m = 68 m qui est en mouvement quand la pompe tourne. Cela fait une belle inertie. L’arrêt de la pompe revient à fermer un robinet à sa sortie, pas instantanément certes, mais dans un temps court. Il est normal que la colonne d’eau « embarque » le tuyau avec elle.

    Je pompe à plus faible profondeur (18 m) dans mes 3 puits et pour réduire le problème j’ai mis du polyéthylène de 1’’ ¼ sur la colonne montante du fonds jusqu’à la surface, alors que tout mon réseau est ensuite en 1’’. J’ai donc réduit la vitesse dans la colonne montante et l'effet de bélier.

    Vous avez évoqué la solution électrique (progressif). Il existe une solution hydraulique de mon invention (peut être une ânerie), mais je n’ai jamais vu personne l’utiliser et moi non plus. Il faudrait faire descendre un 2eme tuyau depuis la surface jusqu’à la sortie de la pompe (dans un forage c’est un peu à l’étroit). Ce tuyau serait bouché en surface et contiendrait de l’air sous pression.
    A l’arrêt de la pompe il se mettrait à débiter dans l’autre tuyau pour compenser l’effet de succion de la colonne de 68 m et on ne verrait presque plus de coup de bélier. Les clapets anti retour éviteraient l’effet d’oscillation en retour.

    Il me semble que les coups de bélier perdent de leur force lorsque je tire sur le tuyau, donc je le temps. Peut etre que cela réduit aussi les frottements de l'eau à l'intérieur?
    Je ne crois pas à la réduction des frottements à l’intérieur.
    En tirant sur le tuyau vous l’allongez un peu grâce à son élasticité et l’effet d’embarquement par le coup de bélier parait moindre ensuite, parce qu’en partie compensé par la restitution d’élasticité. Mais comme vous l’avez dit, mieux vaut ne pas tirer sur le raccord côté pompe, même si on sait qu'il résiste au poids de la pompe.

  12. #9
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour,

    A mon avis, comme dis plus haut, c'est le diamètre de tuyauterie qui est trop faible et entraîne une vitesse d'eau trop importante.

    Quel est le diamètre de ce tube?

    Quel est le type de pompe?

  13. #10
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Re,
    Avec une puissance de 1,5 KW pompant à 57 m de profondeur et refoulant dans un ballon vers 3 Bars, on ne doit pas voir un débit supérieur à celui de mes pompes de 1 KW (de mémoire) pompant à 18 m et refoulant dans les mêmes conditions.

    Le déplacement du tuyau de 3 à 4 cm sous l'effet du coup de bélier n'est pas considérable. Mais pour éviter la casse il aurait peut être fallu remplacer les deux tés par un court flexible de même section de passage.
    Dernière modification par SULREN ; 11/06/2018 à 20h52.

  14. #11
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Dernière modification par Jean PESTE ; 11/06/2018 à 20h52.

  15. #12
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    RECTIFICATION:
    Au post #10 il faut lire bien sûr: les deux coudes et pas les deux tés, à remplacer par un flexible.

  16. #13
    patansouis

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour çà tous et merci pour vos réponses

    Donc concernant le tuyau c'est un PEHD diamètre 40, diamètre de sortie de la pompe, jusqu'au ballon où là j'ai une réduction 1" 1/4 >1" donc environ 70m
    la pompe c'est une Lowara 4GS15 à 19 étages avec un moteur de 1.5kw
    cette pompe selon sa courbe est capable de débiter 1.8m3/h à 120m jusqu'à 5.6m3/h à 40m

    telle qu'elle est installée et comprenant les pertes et longueur de tuyau elle travaille en milieu de courbe soit environ entre 2.4 et 3m3/h mais c'est à mesurer précisément.
    de visu le débit en sortie d'une vanne de diamètre 40 est assez important

    Par contre l'idée de mettre un flexible à la place des deux coudes du haut ne me semble pas idiote du tout
    Concernant l'idée de mettre un second PE, bien que je n'ai pas tout compris, semble impossible du fait du manque de place dans la colonne de 100mm surtout 10m au dessus de la pompe où il y a un clapet anti retour

    D'ici deux jours, faute de temps, je vais remettre le clapet en haut de refoulement dans la colonne et je vous tiens informé des résultats

  17. #14
    yakafautcon

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Ta pompe lorsqu'elle tourne vrille le tube dans le sens opposé de sa rotation et l'allonge à la mise en pression. Vu la longueur du tube la vrille est importante et l'allongement non négligeable. Lors de l'arrêt dévrille du tube et il reprend sa longueur de repos d'ou ce rebond. Seule la position du clapet anti-retour en sortie de pompe permettrai de limiter l'allongement du tuyau mais pas sa rotation qui comme je l'ai dit plus haut qui ne peut être contrecarré que par la mise en place d'ailettes sur le corps de pompe à condition d'avoir de la place.

  18. #15
    omega.067

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    bien le re bonjour
    autre "truc" éventuel
    il faut placer en "dérivation", sur un Té ou autre, mais avant le premier clapet anti-retour accessible, une vanne magnétique, qui s'ouvre quelques secondes avant l'arrêt de la pompe, puis se referme quelques secondes après l'arrêt de la pompe.
    pour ce, il suffit de "retarder" l'arrêt de la pompe via un relais temporisé , alors que la vanne sera elle commandée via un autre relais temporisé, l'ensemble étant bien sur régis par le pressostat habituel
    c'est une variante que j'avais adoptée, lorsque je devais vidanger une partie du tuyau de refoulement du puits, qui faisait 60m , du fait que celui-ci aboutissait directement dans un château d'eau de 50m, et que la différence haut/bas "fabriquait" une tension d'électrolyse assez "dévastatrice" sur les tubes d'inox dans le puits, il y avait donc une partie en légère pente de 40m, qui elle était en PE (donc isolante), mais il fallait vider l'eau contenue dans cette "manchette" , pour éviter le passage du courant dans l'eau
    le système fonctionne toujours depuis 40 ans, à chaque remontée de la pompe (tous les 10 ans) on ne constate plus de piqûre sur les tuyaux
    Michel
    Si les ricains n'étaient pas là, vous seriez tous en germanie, à saluer je ne sais qui

  19. #16
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Oui, super ces solutions.

    Qui est capable de nous calculer la vitesse linéaire du fluide (de la flotte) dans cette conduite?

    Ensuite, pour les problèmes de mécanique, (torsion, etc ) on verra.

    Pour moi, du DN40, vu le débit, est trop juste, Au pif, DN65 serais plus justifié, est ça passe dans le puits en DN 100.

    DN 80 serais encore plus confortable, surtout pour l'ensemble des contraintes mécanique de l'ensemble.

    Bref, une formule sachant que l'écoulement idéal ne dois pas dépasser 1.5m/s?

    Un seul clapet de pied devrais suffire selon moi
    Dernière modification par Jean PESTE ; 12/06/2018 à 21h29.

  20. #17
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonsoir,
    Qui est capable de nous calculer la vitesse linéaire du fluide (de la flotte) dans cette conduite?
    Le calcul est facile à faire, mais pour éviter d'y entrer des éléments au pifomètre il faut avoir la caractéristique de la pompe et si possible la hauteur d'eau dans le forage au-dessus de son aspiration.

  21. #18
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Alors je t'invite de bien relire ce fil, toutes les données sont indiquées par note questeur au post#13

  22. #19
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Citation Envoyé par SULREN Voir le message
    Bonsoir, Le calcul est facile à faire.
    Maintenant que tu as ces données, a toi.........

  23. #20
    barda

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Ce calcul est suffisamment simple pour ne pas mériter une polémique:

    la section d'un tuyau de 40 est de 0,1256 dm2, soit un volume de 1,2 litre au mètre linéaire; 3,6 m3/h, c'est 1 litre par seconde; on en conclut aisément que dans un tuyau de 40 débitant environ 3 m3/h, la vitesse de l'eau sera inférieure à 1 m/s... donc, très confortable…


    Deux questions à patansouis:

    - as tu vérifié l'état de la membrane de ton réservoir à vessie ?

    - quelle est la nature du cable soutenant la pompe ?


    Si ces deux éléments n'apportent aucune piste de réponse, il est probable que la pression lors du pompage déforme légèrement le tuyau de refoulement (obligatoirement non parfaitement rectiligne et sans doute un peu vrillé) et que celui-ci reprend sa forme de repos à l'arrêt du pompage… Cela n'a aucun caractère de gravité, sauf si ces variations faisaient peiner les raccords de sortie de puits, entraînant une fuite (mais ce serait simple à détecter).

    Ce qui me gêne le plus est ce "coup de bélier"; peut-être un léger retard de fermeture du clapet situé à 10 mètres de la pompe (fermeture brusque après inversion du courant d'eau ?); et es tu sûr de l'utilité du clapet de tête de puits?

  24. #21
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour,
    Jean PESTE a écrit:
    Pour moi, du DN40, vu le débit, est trop juste, Au pif, DN65 serais plus justifié, est ça passe dans le puits en DN 100.
    Alors je t'invite de bien relire ce fil,
    @Jean PESTE
    Tu ferais mieux de bien relire toi-même ce fil avant d'inviter les autres à le faire.

    Patansouis n'a pas parlé de DN40 comme tu le dis, mais de diamètre 40 et il s'agit de diamètre extérieur puisque plus loin il parle de 1''1/4
    C'est donc du DN32 (en principe diamètre extérieur 42,4).

    Quant à ta suggestion de passer en DN65 ou DN80...…...no comment!!!
    Dernière modification par SULREN ; 13/06/2018 à 07h12.

  25. #22
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    au temps pour moi, j'attends donc vos solutions.

  26. #23
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Citation Envoyé par SULREN Voir le message
    Bonjour,
    Jean PESTE a écrit:

    @Jean PESTE
    Tu ferais mieux de bien relire toi-même ce fil avant d'inviter les autres à le faire.

    Patansouis n'a pas parlé de DN40 comme tu le dis, mais de diamètre 40 et il s'agit de diamètre extérieur puisque plus loin il parle de 1''1/4
    C'est donc du DN32 (en principe diamètre extérieur 42,4).

    Quant à ta suggestion de passer en DN65 ou DN80...…...no comment!!!
    Alors, toi, tu propose quoi? Des clapets? Des flexibles? C'est un problème de vitesse, comment y remédier??

    https://www.tomeiwatersolutions.com/...33.gp.27711.uw

  27. #24
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Re,
    J’admets de mon côté que j’aurais pu aller chercher les caractéristiques de la pompe sur Internet.

    Alors, toi, tu propose quoi? Des clapets? Des flexibles? C'est un problème de vitesse, comment y remédier??
    -1) La pompe est une pompe pour forage, donc sensée pomper à plusieurs dizaines de m de profondeur et d’avoir à refouler dans un long tuyau de remontée jusqu’à la surface.
    Le fabricant a prévu une sortie pompe en 1’’1/4 (dixit patansouis)
    Patansouis a monté en sortie pompe un tuyau de 1’’1/4. C’est donc correct.
    (Je monte toujours un tuyau d’un diamètre un peu supérieur, mais c’est parce que je suis maniaque).

    -2) Les clapets :
    Le clapet anti-retour sur la pompe suffit en général. Si j’ai bien tout lu, dans le cas présent le fabricant a conseillé d’en monter un autre 10 m au-dessus de la pompe. Cela crée une petite perte de charge supplémentaire, mais présente l’avantage suivant.
    Le coup de bélier constaté à l’arrêt de la pompe quand la tuyauterie est longue entre pompe et ballon, n’est pas un coup unique, mais un train de 3 ou 4 oscillations.
    J’ai eu le cas sur 2 de mes puits et j’ai mis en évidence ce train à l’aide d’un manomètre.
    La surpression part d’abord vers le ballon, puis elle revient vers le puits à cause de l’élasticité du PE et cette onde en retour vient donner un coup de marteau sur le clapet anti-retour de la pompe et risque à terme de l’abîmer. Mieux vaut donc faire encaisser ce coup de marteau par un clapet peu coûteux à remplacer.
    Puis l’onde repart dans l’autre sens et s’amortit chaque fois.

    -3) Flexible :
    Pas facile à trouver en DN32, mais comme je l’ai dit, un flexible éviterait que le mouvement du tuyau vertical crée des contraintes sur le tuyau horizontal.

    -4) Vitesse :
    Je dois m’absenter pendant la matinée et je ferai plus tard le calcul de débit dans le cas précis du réseau de patansouis.
    Il est fort probable qu’on soit dans un domaine de vitesse tout à fait normal et que le mouvement du tuyau soit à accepter.
    Si on veut le réduire : DN plus fort ………ou solution du 2eme PE en parallèle dont j’ai parlé dans un post précédent, mais que ne n’ai jamais expérimenté.

    Dans le cas de mes 2 puits à trains d’oscillations "dévastateur", j’ai monté à 20 m de la pompe un petit ballon à vessie de quelques litres pour absorber le coup de bélier.
    Dernière modification par SULREN ; 13/06/2018 à 08h07.

  28. #25
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Précision:
    ou solution du 2eme PE en parallèle dont j’ai parlé dans un post précédent, mais que ne n’ai jamais expérimenté.
    Désolé: J'ai oublié de préciser que cette solution, à supposer qu'elle soit efficace, n'est pas envisageable dans le cas de patansouis, car il serait plus facile pour lui d'augmenter le diamètre. Mais elle l'était dans le cas de mes 2 puits distants du ballon principal.

  29. #26
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Re,
    Comme promis, dès mon retour chez moi j’ai fait le calcul du réseau de patansouis, un peu à la va vite.

    J’ai pris les hypothèses suivantes :
    - Profondeur du forage = 57 m , en supposant que c’est une veine et qu’il y a très peu de hauteur d’eau au-dessus de la crépine de la pompe.
    - Pression dans le ballon au moment de l’arrêt de la pompe par le pressostat = 3,5 bars (information de Patansouis)
    - Tuyau entre pompe et ballon de surpression = PEHD PN 32 (1’’1/4) de 68m de long
    (je néglige les pertes de charge des coudes et raccords)
    - Température de l'eau pompée = 10°C
    - Rugosité effective du PEHD = 0,00001 m
    - Courbe caractéristique pression/débit de la pompe prise sur Internet

    Je trouve :
    - Coefficient de frottement dans le tuyau = 0,024 (calculé par la formule de Colebrook-White)
    - Débit au moment de l’arrêt de la pompe = 3,3 m3/h
    - Perte de charge entre pompe et ballon = 0,34 bar (correspondant à 3,47 m de hauteur d’eau)
    - Pression au refoulement de la pompe au moment de son arrêt = 5,7 + 3,5 + 0,34 = 9,54 bars
    - Vitesse de l’eau au moment de l’arrêt, donc du coup de bélier = 1,139 m/s

    A vérifier par d’autres, parce que je n’avais pas utilisé mon outil de calcul depuis longtemps et que j’ai pu faire une coquille dans l’introduction d’une donnée (mauvaise unité, rugosité tuyau, etc)
    En cas de désaccord je referai les calculs de façon plus posée.
    Dernière modification par SULREN ; 13/06/2018 à 11h08.

  30. #27
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Citation Envoyé par SULREN Voir le message
    Le fabricant a prévu une sortie pompe en 1’’1/4 (dixit patansouis)
    Patansouis a monté en sortie pompe un tuyau de 1’’1/4. C’est donc correct.
    (Je monte toujours un tuyau d’un diamètre un peu supérieur, mais c’est parce que je suis maniaque).
    Donc, si tu a une longueur de tuyaux de 10 m ou 350 m, tu met du 1 1/4.

    Ça me rappelle des chauffagistes qui installent un tuyau de gaz en Cu de 22 car c'est en 22 sur la chaudière, que tu sois a 1 m du compteur avec 3 coudes ou au 8 eme étage avec 100 m de tube et 25 coudes.

    Pourquoi se faire suer a calculer..............On a toujours fais comme ça.

    http://www.pompes-direct-le-blog.com...oup-de-belier/
    Dernière modification par Jean PESTE ; 13/06/2018 à 19h39.

  31. #28
    patansouis

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonjour et merci pour vos réponses, explications et solutions

    Je vois que certains sont vraiment intéresses par ce sujet et ça me permet d'apprendre!!

    Déjà je vais répondre aux questions qui sont posées

    Le réservoir à vessie est neuf

    Le forage 69m mais j'ai descendu la pompe à 57m afin qu'elle travaille dans sa courbe, plus bas elle en sortait
    L'eau est en permanence à 4.5m du sol soit 52.50m de la pompe

    La pompe est suspendue au moyen de 2 cordes en nylon de 8mm. J'avais opté pour du câble inox de 4mm mais le fournisseur m'a orienté vers la corde, il ne devait pas avoir d'inox, et je vois que c'est ce qui est le plus vendu. Donc étant prudent j'ai mis deux cordes chacune partant d'un oeil de fixation prévu sur le corps de pompe et en haut à un gros anneaux le tout avec des cosses cœur en inox et serre câbles.

    Après avoir bien lu toutes les explications que vous apportez, j'en arrive à me dire que lorsque je vois le tuyau se soulever de 3 à 4 cm au niveau de deux coudes qu'il y a peut être des coups de bélier mais aussi des actions mécaniques dues à la légère rotation de la pompe lors de son arrêt + ce même mouvement appliqué au PEHD + le mouvement appliqué par l'eau au PEHD du fait qu'il ne soit pas rectiligne
    J'en arrive donc à la conclusion qu'en fin de compte je m'affole peut être un peu vite pour un phénomène qui doit être présent dans quasiment la totalité des forage ayant les mêmes caractéristiques que le mien
    Il est certain qu'il est souhaitable que tout reste fixe et qu'il n'y ait pas d'acoups et de chocs

    Donc demain je vais remettre mon clapet mais cette fois directement en sortie du PEHD en haut de tubage et je vais faire l'essai de baisser la pression du réservoir à 3 bars ensuite je vous tiens informé de mes observations.
    Bonne soirée à tous.

    Maintenant l'idée de mettre une section de tuyau plus grosse je comprend mais pourquoi alors les fabricants sortent des pompes 4"" en sortie 1"1/4 prévues pour des tuyaux de 40?

  32. #29
    SULREN

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    Bonsoir,

    @Jean PESTE:
    Désolé, tu biaises volontairement la discussion !

    1) La discussion portait sur le diamètre du tuyau de remontée du fond du forage jusqu’à la surface, vis-à-vis du phénomène du coup de bélier. Elle ne portait pas sur la section du tuyau dans l’ensemble du réseau d’irrigation.
    Je dis :
    - Que le fabricant de la pompe dont on parle ici, sait qu’elle sera utilisée dans un forage dont la profondeur pourrait aller jusqu’à 120 m, puisque depuis cette profondeur elle peut encore fournir 1,8 m3/h en surface.
    - Qu’il sait qu’il n’y aura pas de possibilité de monter un anti-bélier sur ce tuyau, à cause de l’étroitesse du tube du forage
    - Que s’il prévoit une sortie de pompe en 1’’1/4 c’est qu’il invite à y raccorder un tuyau de 1’’1/4 et qu’il pense que cela ne posera pas de problème.

    Je ne vois donc pas pourquoi l’utilisateur, patansouis, irait à l’encontre de la réflexion du professionnel (et je fais la distinction entre un fabricant de pompes qui a des bureaux d’études et un plombier, qui dans un cas sur N peut avoir été mal formé).
    Et tu ne peux toi aussi que lui donner raison, puisque la vitesse que j’ai calculée est de 1,13 m/s et que tu avais dit :
    Bref, une formule sachant que l'écoulement idéal ne dois pas dépasser 1.5m/s?
    2) Si maintenant on se pose la question de la section du tuyau pour la distribution de l’eau :
    -a) On analyse les choses sous l’angle de la perte de charge : sur les 350m dont tu parles, pour le débit de 3,3 m3/h avec un diamètre de 1’’1/4 elle atteindrait 1,75 bars. L’utilisateur peut parfaitement l’accepter, selon les critères : prix du tuyau, volume à transférer, pression acceptable en extrémité, etc.
    -b) On analyse les choses sous l’angle des coups de bélier (sujet de ce fil) :
    La section et la longueur ne posent pas de problème. Il suffit de monter un petit ballon anti-bélier au sommet du forage, au départ des 350 m. (C’est ce que j’ai fait sur mes 2 puits distants du ballon principal, dont j’ai parlé plus haut).

    FAUT IL CALCULER OU PAS ?
    Je n’ai encore jamais rencontré de particulier qui avait calculé les pertes de charge du réseau d’irrigation de son jardin, que ce dernier fasse 500 m2 ou 10000 m2. Et les choses fonctionnent bien dans tous les cas que j’ai pu observer.
    Si je me suis donné les moyens de le faire, ce n'est pas par nécessité, mais parce que j'aime tout analyser, que j'ai les moyens de me créer les outils qu'il faut et parce que cela m'amuse (….plus que de faire du sodoku)

    Les gros utilisateurs d'irrigation (agriculteurs, maraîchers, etc) font calculer les tuyaux par leur installateur je suppose, probablement avec des outils simples (abaques, formules simplifiées) parce qu’ils sont toujours sur de l’eau et dans des conditions « standards ». Ils n’ont peut-être pas besoin d’outils plus précis et généraliste comme le mien.
    Dernière modification par SULREN ; 13/06/2018 à 20h39.

  33. #30
    Jean PESTE

    Re : coup de bélier à l'arrêt d'une pompe immergée

    On va considérer que tu a raison, que je n'ai pas d’expérience, que je me trompe, que je biaise le débat, que je polémique, soit.

    Vois tu, je suis plombier chauffagiste, je fais cela du matin au soir depuis mon enfance, étant fils de simple plombier.

    J'ai pu voir pas mal de cas, j'en tire toujours une expérience pour tenter de comprendre le pourquoi du comment et améliorer si possible le prochain chantier.

    Je suis même assez demeuré pour passer mon temps libre sur un forum a faire partager le peu que je connais

    C'est idiot, ma femme n'est pas contente.

    Dorénavant, quand j'aurais une telle installation a dimensionner, je ferais appel a ton expertise pour parvenir a mes fins

Page 1 sur 3 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Démarrage pompe - Coup de bélier
    Par Tonny55 dans le forum Technologies
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/06/2017, 08h36
  2. [Thermique] Coup de bélier étonnant.
    Par martin87 dans le forum Dépannage
    Réponses: 0
    Dernier message: 18/01/2017, 21h05
  3. Coup de bélier
    Par Thorgal46 dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 15/07/2015, 19h22
  4. Coup de bélier
    Par solze dans le forum Physique
    Réponses: 10
    Dernier message: 16/06/2014, 15h42
  5. coup de belier
    Par gerard63 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/03/2009, 17h46