Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Principe de précaution..?



  1. #1
    Castelcerf

    Principe de précaution..?


    ------

    Bonsoir,

    Des réponses que j'ai pu lire sur ce forum; et de ce que je savais déjà avant; j'en arrive à la conclusion que les effets du changement climatique ne pourront sans doute pas être prédis
    avec une précision certaine, avant que ceux ci n'arrivent;
    Plusieurs possibilités futur existent;
    un changement facon graduelle et relativement lente.
    ou un emballement causant un changement brusque n'est pas excluable de facon certaine.
    Face à ce constat de changement qui lui est certain;
    Les scientifiques ne devraient ils pas pour une fois ! et une seul abandonner leur principe scientifique pour le principe de précaution.
    Je suis d'accord avec le fait que cela devrait être aux politiciens d'avoir ce rôle; d'analyser la situation; les possibilités et de tirer le meilleur chemin pour l'avenir de la famille humaine.
    Seulement force est de constater que le monde que l'homme à construit ne permet pas aux hommes de pouvoirrs ce genre de considérations. Il est trop complexe, instable et immature.

    Pour une fois les scientifiques ne devraient ils pas vouloir affoler la population; menacer les hommes de pouvoirs d'irresponsabilité; bref de se mouiller plus que nécessaire en prenant le risque de se tromper par précaution?
    Je sais que certain font déjà beaucoup; mais à cause du principe de doute de la science; les arguments sont toujours relativiser attenuant l'effet que les analyses pourraient avoir.

    En gros si je devais expliquer mes pensées par une metaphore:
    si vous êtiez dans un immeuble avec une famille à l'étage et que vous dormiez au rez de chaussée. Vous sentez une odeur de fumée venant de la cave vous n'avez pas la clef et ne pouvez pas vérifier si c'est bien un feu mais vous vous en doutez; vous savez que la maison est dangereusement inflammable; si c'est vraiment un feu il faut se dépêcher de sortir ou les fumées nocives tueront rapidement tout le monde car la maison est vieille et n'as pas été équipé de systême anti-incendie..
    Vous allez prévenir la famille;
    c'est le père de famille qui detient les clefs de la cave. Lorsque vous lui annoncez la nouvelle; vous avez plusieurs possibilités:
    Allez vous essayez de faire comprendre la gravité du danger au père de famille; pour qu'il prennent la décision d'affoler le reste de la famille pour les faire sortir à temps; ? en prenant le risque que celui ci ne réalise la situation et préfère vous donnez les clefs pour aller vérifier vos dires; avec la possibilité que le temps d'être sûr de la cause dela fumée; faire sortir les enfants sois trop tard ?
    Ou allez vous prendre sur vous et assumez la possibilité de vous tromper en mentant légèrement en annoncant un feu de facon certaine pour affoler directement toute la famille pour que celle ci sorte directement?
    Si vous faites le deuxième choix vous aurez peu être l'air ridicule et vous en voudra de ce reveil en sursaut quand on saura que la fumée était causée par les restes du feux dans la cheminée; mais cela n'en valait il pas le coup ?

    Vous voyez ce que je veux dire ?
    Les scientifiques sont les mieux placez pour vraiment parler et faire prendre conscience à la société de ce qui se passe; et c'est ce qu'ils font... mais j'ai l'impression qu'il se cache un peu derrière la philosophie de la science pour rejetez la décision des actes sur les politiciens.
    La situation et l'inconnu lié à cette situation n'est elle pas suffisament grave pour crée quelquechose d'exceptionnel et une entorse aux règles habituelles?

    Bref un post un peu long pour une question un peu bête.. Mais en tant que pauvre graphiste; je me sens bien impuissant face à tout cela et j'aimerai que des personnes puissent elles; faire bouger les choses, je me disais que les scientifiques pourraient être ces personnes la ? Pourraient ils s'unir pour devenir une force quelquechose qui influ la direction du monde plustot que de juste lui apporter conseil et innovation;
    Ou faudra il attendre désespérement un changement utopique de la mentalité général des populations; tellement préocupé par le présent et les jeux de romes...

    Ou bien peu être faut il mieux être réaliste et juste résigner face au changement; l'accepter lui et ses conséquences et pensée dans nos actes à comment on peu encore influencer pour le meilleur la civilisation qui sucèdera la notre.

    En fait une question assez personnel; si vous ôtez votre "robe de scientifique" quel analyse portez vous sur la situation et la société; quels sont vos espoirs, vos utopies; vos doutes; vos peurs ?

    J'éspère que je n'ai pas été trop complexe; (et que je n'ai pas fait trop de fautes de frappes/d'orthographes) ca m'arrive souvent ^^.
    Amicalement;
    et merci d'avance si vous prenez déjà le temps de lire, puis de comprendre ce que je veux dire et encore mieux d'y répondre.

    -----

  2. #2
    Robert Kandel

    Re : Principe de précaution..?

    RK : Je trouve qu'on invoque trop souvent « le principe de précaution » (PP) à toute les sauces.

    D'abord, pour donner l'alerte en situation de danger extrême immédiat, il ne s'agit pas de PP. De manière générale, je pense qu'il y a des problèmes psychologiques, qu'on soit scientifique ou non : la peur de se ridiculiser si on se trompe, le refus de voir le pire... J'ai lu quelques témoignages de géophysiciens qui se trouvaient en vacances au bord de l'Océan Indien le 26 décembre dernier. Certains avouent avoir hésité pendant une ou deux minutes, mais ils ont donné l'alerte assez rapidement pour que les quelques dizaines de personnes présentes sur la plage et à l'hôtel se mettent en sécurité. Je n'ai pas trouvé de témoignages de personnes qui auraient pu mais qui n'ont pas donné l'alerte, et qui ont survécu, mais ce n'est pas surprenant. Comme je l'ai écrit dans mon livre « Les Eaux du Ciel » (Hachette, 1998, p. 58) : « Un promeneur du bord de mer qui voit la mer brusquement « se vider » , se retirer au loin, a tout intérêt à courir au plus vite vers les hauteurs, car la mer reviendra en une énorme vague pouvant tout balayer sur des centaines de mètres. »

    Et quand au milieu de la nuit, il y a quelques années, j'ai été réveillé par l'odeur de la fumée pénétrant dans mon appartement depuis la cage d'escalier, je n'ai pas attendu 15 secondes (il en fallait plus pour lire votre question) pour appeler les pompiers (ils étaient déjà sur place, un insomniaque au nez sensible les avait déjà appelés), et nous étions tous à respirer dehors sur les terrasses dans la minute qui suivait.

    Il existe une littérature sérieuse sur le principe de précaution. Il reste plus facile à trouver l'application du principe en rétrospective qu'en prospective. Et souvent, la réponse vient de la façon dont on pause la question. En 1938, le choix des CFC a éliminé les dangers d'explosion de l'ammoniaque utilisé pour la réfrigération ; fallait-il refuser les CFC nouveaux au titre du PP ? Ce n'est qu'à partir des années 1970 que l'on pouvait même soupçonner les dégâts que cela allait faire à la couche d'ozone, et ce n'est qu'en 1985 que l'on les a reconnus.

    De toute façon, si je peux faire une application personnelle du PP dans mes choix de mode de vie, si je veux avoir une influence plus large en éclairant les décideurs, il faut absolument que je garde ma « robe de scientifique ». Le problème est difficile, je me suis rendu compte que si je présentais trop complètement les complexités et les incertitudes de la situation, mes auditeurs ne retenaient que ce qui confortaient leurs préjugés. Donc j'essaie de faire plus simple, mais toujours en tant que scientifique. Pas question d'affoler la population ! Il y a déjà bien trop de publicitaires et de prédicateurs comme ça.

  3. #3
    Valérie Masson-Delmotte

    Re : Principe de précaution..?

    J'ai lu votre long message et compris votre suggestion, mais il est difficile de faire une réponse simple.

    Je pense que nous avons le devoir de transmettre nos connaissances, informer le grand public et les décideurs des enjeux du changement climatique, des ordres de grandeur, des risques associés.

    A titre personnel, je pense que le changement climatique est inéluctable, et qu'il faut déjà s'y préparer. Ethiquement, je ne peux pas accepter que nous soyons conscients du problème et que nous ne fassions rien pour limiter les dégâts, donc je sors régulièrement de ma "tour d'ivoire" pour convaincre de l'importance d'agir. Cependant ceci n'a de sens qu'au niveau international. S'il est un groupe de chercheurs qui fait de son mieux pour convaincre de la nécessiter de prendre en compte le risque climatique, c'est bien l'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) qui rendra sa prochaine évaluation de l'état des connaissances sur le changement climatique en janvier 2007.

    Je note une véritable révolution culturelle en Europe vis à vis des enjeux du climat, avec une perception assez large du risque climatique, et un grand nombre d'initiatives très concrètes et efficaces au niveau local ou régional. D'une certaine manière, éviter de gâcher de l'énergie est rentable et vertueux en terme de climat. Au niveau international, il faudra suivre très attentivement le respect des engagements dus suite au protocole de Kyoto et les négociations pour la suite à donner à Kyoto, ainsi que la mise en oeuvre la plus rapide possible de nouvelles technologies (véhicules peu gourmants; techniques de séquestration du CO2). Si je suis optimiste, je me dis que le changement climatique est un formidable défi qui pourrait permettre de prendre en compte des éléments environnementaux dans le fonctionnement des échanges internationaux, qui va stimuler des innovations...

    Ce que je redoute vraiment, c'est une instabilité politique (se battre pour l'énergie -pétrole..., pour l'eau) et une radicalisation des électeurs, dans les démocraties (vulnérabilité au changement climatique + absence de stratégie claire). Par exemple, en France, je trouve que le sujet du changement climatique a été totalement absent du débat sur la constitution européenne et en général absent des grandes tables rondes politiques (ex 100 minutes pour convaincre).

    Enfin, je voudrais ajouter un dernier point : prenez n'importe quel magazine et regardez les publicités. A quoi fait-on rêver les gens? De grosses voitures (typiquement, 4x4 ou monospaces, avec arguments "nature"); de vols vers des pays lointains; en été, de climatisation...

    De quel mode de vie rêve-t-on pour nos enfants, et à quel prix, en terme de climat?

Discussions similaires

  1. Principe de précaution
    Par ipsos101 dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/02/2007, 19h51
  2. Question à M. Robert KANDEL. Principe de précaution.
    Par THOMAS83 dans le forum Changement climatique, a-t-on raison de s'inquiéter ?
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/10/2005, 15h53
  3. Principe de précaution
    Par paulb dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 11
    Dernier message: 21/07/2004, 17h22
  4. Principe de précaution
    Par quetzal dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 34
    Dernier message: 09/06/2004, 08h22
  5. principe de précaution
    Par Cécile dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 26
    Dernier message: 08/04/2003, 20h46