Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Le "beurre de chlore"



  1. #1
    niarkinounet

    Question Le "beurre de chlore"


    ------

    bonjour!

    Alors voilà, je suis actuellement en stage dans une usine produisant, entre autre, du chlore. Aujourd'hui, j'ai appris l'existence de ce qui s'appelle vulgairement le "beurre de chlore". Mon maître de stage m'a expliqué qu'il s'agit d'un dépôt qui peut se former quand il y a du condensat d'eau dans une canalisation transportant du chlore (gazeux). Le "beurre de chlore" serait un espèce de dépot jaunatre dont la texture rappellerait celle du beurre, d'où le nom de "beurre". Or, d'aussi loin que je sache, l'eau et le chlore font la réaction suivante:

    H20 + Cl2 -> HCl + HOCl

    Est ce que le "mélange" de ces deux acide pourrait être ce fameux "beurre de chlore"?
    Ou serait-ce juste une propriété d'une solution aqueuse à haute concentration en chlore?

    Auriez vous quelques ressources liées à ce "beurre de chlore" éventuellement? je n'en ai pas trouvé pour l'instant (mais si j'en trouve, je partagerait ça asap)

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Resartus

    Re : le "beurre de chlore"

    Bonjour,
    Si l'on en croit ce lien https://books.google.fr/books?id=Q4R...ter%22&f=false

    ce serait un produit de dégradation des résines constituant les canalisations

    Maintenant, si elles sont en métal, cela ne pourra pas être la bonne explication...
    Dernière modification par Resartus ; 21/08/2019 à 14h33.
    Why, sometimes I've believed as many as six impossible things before breakfast

  4. #3
    niarkinounet

    Re : le "beurre de chlore"

    c'est pas ça, ce dépot peut se former dans n'importe quelle canalisation. Mais après, vu que c'est pas un terme "officiel", ça peut être la raison pour laquelle autant de dépôts différents ont ce surnom (car je suis tombé sur ce document qui dis que le calcaire est du "beurre de chlore").

  5. #4
    moco

    Re : le "beurre de chlore"

    Bonsoir,
    Une seule chose est certaine, c'est qu'un tel dépôt ne se produira jamais à la suite d'une réaction entre Cl2 et H2O. Cl2 et H2O peuvent réagir, mais ils ne formeront jamais de substances insolubles dans l'eau. A mon avis, ce dépôt doit être dû à l'action du chlore sur des impuretés en suspension dans l'eau. L'eau potable est de l'eau courante qui a été traitée par du chlore, de l'ozone ou d'autres agents qui tuent les bactéries et autres agents pathogènes. Mais les cadavres de ces agents étrangers subsistent dans l'eau potable. Ils ne sont pas nocifs. Mais ils sont toujours là. Et je serais assez prêt à croire que parfois, ils puissent former des dépôts dans les conduites d'eau.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Resartus

    Re : le "beurre de chlore"

    Bonjour,
    Sur votre lien, on parle de canalisations où circule de l'eau javelllisée et un peu calcaire.
    Rien à voir avec le chlore gazeux, même plus ou moins humide dont vous parlez dans votre question : d'où viendrait le calcium?

    Le chlore gazeux étant plutôt méchant avec de nombreux métaux, il me semblerait étonnant qu'il y a des canalisations avec le métal en contact direct
    Si vos conduites sont métalliques, êtes-vous bien sûr qu'elles ne sont pas révétues d'une couche protectrice intérieure?

    .
    Why, sometimes I've believed as many as six impossible things before breakfast

  8. #6
    40CDV20

    Re : le "beurre de chlore"

    Bjr,
    J'ai également entendu parler de cette "margarine" il y a un bon quart de siècle mais sans m'y intéresser plus que ça, car c'est de la chimie .

    Métallurgiquement parlant, on dispose de quantité de métaux et alliages parfaitement résistants au chlore froid et sec. Humide il attaque tous les métaux communs exceptés le titane et le tantale. Il n'y a donc pas de souci avec des équipements industriels bien conçus. Ceci dit on trouve encore quelques installations anciennes "imparfaites" en matière de matériaux (réacteurs, canalisations, condenseurs,...)
    A la sortie des cellules d'électrolyse le chlore est chaud et humide, le séchage se fait majoritairement sur H2SO4 dans des tours à garnissage. Rien qui puisse apparemment conduire au beurre.
    Par contre, et c'est possiblement un début de piste, l'électrolyse classique (Hg°, diaphragme, membrane), n'est pas le seul moyen d'obtention de chlore (électrolyse d'HCl, procédé Udhe ou oxydation catalytique, procédés Deacon et Kel-Chlor). Il est donc question de catalyseurs,...
    A noter aussi, les installations basiques (électrolyse) mixtes séchage/liquéfaction ou interviennent d'autres ingrédients pour ne citer que CCl4,...
    Question à narkinounet, comment est produit ce chlore, et où précisément se forme ce beurre ? Sur ce qui est rapporté, c'est en sortie du refroidisseur que l'essentiel de l'eau est condensée !
    Cdt
    Dernière modification par 40CDV20 ; 22/08/2019 à 10h00.

  9. Publicité
  10. #7
    niarkinounet

    Re : le "beurre de chlore"

    Bonjour!

    J'ai pas pu répondre ces derniers jours. Du coup, ce beurre de chlore, on le trouve dans les canalisations (quel que soit le matériau de la canalisation) où il y a du chlore humide. la température influencerait la formation de ce dépôt

    Il semblerait qu'on puisse le retrouver dans des canalisations à la sortie de salles d'électrolyse (pour produire du chlore, on peut électrolyser de la saumure).
    ça semble logique cependant qu'on puisse en trouver à cet endroit là car d'autres ions d'alcalino-terreux (Mg2+ et Ca2+ majoritairement) avec de l'hydrogène et de l'oxygène.

    Cependant, on pourrait aussi le trouver dans des milieux où il n'y a que du chlore (https://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/accident/43434/)

  11. #8
    40CDV20

    Re : le "beurre de chlore"

    Bonjour,
    Comme je le disais, j'ai déjà entendu parler de ce fameux beurre mais sans jamais l'avoir constaté de visu. Je suis assez familier de la techno de ces cellules, mais préférentiellement dans le domaine du génie des matériaux, donc pas exactement en génie des procédés.
    Par n recoupages, et plus particulièrement de sources (déjà anciennes) venant de chez Atochem (à Fos/s/Mer, cellules MDC d'Oxytech/ Diamond Shamrock), je suis arrivé à "circonscrire" cette fameuse production de beurre à l'environnement des cellules à diaphragmes/saumure (technique qui tout comme le procédé au mercure est en régression, au bénéfice de la membrane). En y regardant de près, on constate que ce fameux diaphragme est composé de fibres d'amiante projetées sur la cathode et liées par une co-projection d'une résine fluorée (laquelle), l'ensemble étant polymérisé par la suite. C'est très proche du mat de verre à fibres coupées et polyester.
    Je n'ai pas d'avis tranché, l'amiante produit parfaitement connu, peut il être dégradé par le dichlore ? ou est ce ce fameux liant fluoré qui en serait l'origine ? Contrairement à une idée largement diffusée, tout ce qui est fluoré n'est pas universellement résistant. Si on examine la saumure, elle est obligatoirement traitée en vue de l'élimination des ions Ca2+ et Mg2+ (par NaOH/Na2CO3) en raison d'un risque de colmatage par précipitation sous forme d'hydroxydes. Ca va donc en opposition avec ce que tu dis , et c'est à peu près tout.
    Le dichlore gaz sort des cellules chaud et humide, et est dirigé vers le refroidisseur, suivit lui même du filtre où l'eau condensée est extraite en continu. Ce n'est pas de l'eau de chlore pour autant (au sens usuel, solution saturée, fortement acide et oxydante). Dans ce parcours, je ne vois rien qui puisse initier un "effet baratte"

    Il y a nécessairement une ou plusieurs explications à ce phénomène. Il faut tomber dessus.
    De mon expérience, ce qui s'en rapproche est la formation "d'une sorte de beurre", également dans une cellule d'électrolyse mais d'électrodéposition du chrome. Il s'agit d'un électrolyte (CrO3 250g/l - H2SO4 2,5g/l) qui a la fâcheuse tendance "à vésiculer" sous l'effet d'un violent dégazement cathodique, phénomène que l'on contrarie par l'emploi entre autre d'un tensioactif fluoré. L'expérience a montré que le fort milieu oxydant du bain dégradait progressivement ce surfactant en une sorte de pâte fluide jaunâtre, qu'il fallait écumer régulièrement.
    Cdt

  12. #9
    niarkinounet

    Re : le "beurre de chlore"

    bonjour 40CDV20.
    Tu as raison, en bon stagiaire que je suis, j'ai confondu les ions qui étaient enlevés (Mg2+ et Ca2+) avec l'ion principal gardé (Na+). au moins, je saurais ce qu'il ne faut pas mettre dans mon rapport
    Dans tous les cas, merci pour ta réponse! de mon coté, j'ai rien trouvé sur internet, je devrais peut être demander aux techniciens et ingénieurs qui peuvent en rencontrer dans leurs procédé.

    crdt

Discussions similaires

  1. Dioxyde de chlore et chlore actif
    Par 63yoyo dans le forum Chimie
    Réponses: 11
    Dernier message: 19/02/2018, 08h09
  2. Formule calcul chlore libre avec ph et chlore total
    Par fredlynx dans le forum Chimie
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/09/2009, 00h45
  3. La physique admet-elle les liaisons chlore-chlore ?
    Par Horrigan dans le forum Chimie
    Réponses: 75
    Dernier message: 27/01/2009, 13h15
  4. chlore libre/chlore total
    Par titebruune dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/01/2009, 18h15
  5. Le beurre, l’argent du beurre et le c…
    Par BioTop dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/09/2006, 10h28