Répondre à la discussion
Page 2 sur 6 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 173

Critique scientifique de films




  1. #31
    Jacques 1515

    Re : Critique scientifique de films

    Sur un autre domaine que la SF, on trouve souvent dans les films ce qu'on appel l'impasse mexicaine
    il s'agit d'un duel à 3 où chaque protagoniste souhaite tuer les 2 autres mais n'a pas la même précision de tir : la question quelle doit etre sa stratégie ?
    les ex sont nombreux chez Tarantino ou Morricone
    on peut calculer la proba de chacun
    je peux développer sur un ex pour ceux qui le souhaite

    -----


  2. Publicité
  3. #32
    da23real

    Re : Critique scientifique de films

    Tiens plutôt marrante celle là comme critique :
    http://www.premiere.fr/Cinema/News-C...elle-tue-Padme

    Sinon dans "le jour d'après" je crois que c'est une tornade qu'on voit au début dans los angeles est-ce qu'un tel événement est possible quel que soit l'état du climat ? A priori les conditions sont un couloir de plaines sans obstacles entre les zones polaires et tropicales, ce qui n'est pas trop le cas de LA. Ils auraient étés plus judicieux de montrer de grands incendies dans cette zone, là je crois que les évènements récents sont dignes d'un scénario catastrophe.
    Sinon pour les loups à new york après quelques heures de black-out je ne pense pas avoir besoin de demander le taux de crédibilité !!
    Occupe toi de la technologie avant que la technologie s'occupe de toi

  4. #33
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Salut,

    On peut avoir des tornades n'importe où. En, Belgique on en a régulièrement (tous les quelques années) dont une qui a provoqué des dégâts considérables à Leglise.
    http://www.lavenir.net/cnt/dmf201209...on-etait-videe

    Il suffit donc que les conditions météorologiques/climatiques s'y prêtent.
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  5. #34
    Aglid

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    : les films sont un divertissement et n'ont aucune raison d'avoir un fondement scientifique (exemple : les films sur les schtroumpfs).
    Oui et non... ça dépend beaucoup de l'état d'esprit, à savoir si le film ou la série se prend au sérieux ou non.
    On peut accepter qu'une fiction "sérieuse" fasse des compromis entre la réalité et le divertissement, comme les bruits dans l'espace lors d'une bataille spatiale.
    Par contre, quand le scientifique de génie aux cinq doctorats fait une bourde que même un amateur comme moi pourra facilement déceler... ça casse l'ambiance. C'est là que tu te rappelles que le gars c'est juste un acteur et qu'il ne sait pas de quoi il parle.

    Un exemple qui me passe par la tête... "Flash est plus rapide que l'instant de Planck!"
    Genre... à quelle vitesse ça court une durée?

    Mais bon, les DC Comics ne se prennent pas au sérieux... enfin j'espère.
    Je pense surtout à une série comme Star Gate où la scientifique t'offre régulièrement un véritable cours de science (elle a mieux buché le sujet que la team flash). Par conséquent, le public excusera moins facilement qu'elle dérape et raconte n'importe quoi (ce n'est pas pour autant que ça n'arrive pas).

  6. #35
    Mickey-l.ange

    Re : Critique scientifique de films

    Bonjour,

    Je ne saisis pas bien cette discussion.

    Hollywood c'est Hollywood, c'est-à-dire du conte de fées.

    Est-ce que, dans les westerns, on se demande s'il est possible qu'un "méchant" vise longuement avec un fusil à canon long un Eastwood de service, et le rate, alors que l'Eastwood de service se retourne et tire au jugé avec un revolver à canon court, et fait mouche ?
    Est-ce que dans les westerns, on se demande s'il est possible - en étant assis sur une monture aussi instable qu'un cheval - de couper d'une seule balle de fusil à plusieurs centaines de mètres, la corde d'un pendu ?
    Est-ce que dans les films de guerre, on se demande s'il est logique que, quand des "méchants" lancent sur des "bons" une grenade, l'un des "bons" a le temps de crier "Grenade !" et tous les "bons" ont le temps de trouver un abri sûr avant l'explosion, alors que quand un "bon" lance une grenade sur des "méchants", les "méchants" sautent immédiatement en l'air ?

    Hollywood est un ramassis de grosses ficelles, SF ou pas SF.
    Dernière modification par Mickey-l.ange ; 06/01/2018 à 09h23.

  7. #36
    Jacques 1515

    Re : Critique scientifique de films

    C'est évident que le cinéma c'est du cinéma et heureusement sinon ce serait des documentaires
    La contradiction vient du terme science dans la SF et surtout que la SF préfigure parfois la science, ceci est amplifié par les média
    Les exemples sont nombreux depuis Jules Verne, Tintin,

    Les lois physiques sont contournables

    Jusqu'à très recemment je pensais que la téléportation était théoriquement impossible : aujourd'hui un enfant de 10 ans sait envoyer une photo, ...
    On me retorquera que ce n'est que de l'info mais avec les imprimantes 3D on peut teleporter des objets...et on sait fabriquer des cellules vivantes avec une 3D

    Donc si on sait dissocier les cellule humaines, puis transport et re-assemblage en 3D , on téléporte .....
    peut être dans 50 ans !

  8. #37
    SK69202

    Re : Critique scientifique de films

    Hollywood c'est Hollywood, c'est-à-dire du conte de fées.
    Ou un message politique, sociétal, voire propagande pure.

    Les lois physiques sont contournables

    Jusqu'à très recemment je pensais que la téléportation était théoriquement impossible : aujourd'hui un enfant de 10 ans sait envoyer une photo, ...
    On me retorquera que ce n'est que de l'info mais avec les imprimantes 3D on peut teleporter des objets...et on sait fabriquer des cellules vivantes avec une 3D

    Donc si on sait dissocier les cellule humaines, puis transport et re-assemblage en 3D , on téléporte .....
    peut être dans 50 ans !
    Hollywood a besoin de téléporter là où jamais personne n'a été, ça un enfant de 10 à 100 ans, n'est pas prêt de le faire.
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  9. Publicité
  10. #38
    Mickey-l.ange

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par Jacques 1515 Voir le message
    La contradiction vient du terme science dans la SF et surtout que la SF préfigure parfois la science, ceci est amplifié par les média
    Les exemples sont nombreux depuis Jules Verne, Tintin,
    Je me demande si l'on ne surestime pas les fameuses intuitions de Jules Verne (cela dit indépendamment de son talent d'écrivain, ce qui est une autre question).
    Il faudrait vérifier au cas par cas. Ainsi, le sous-marin du Capitaine Nemo s'appelle "Nautilus" à la ressemblance d'un sous-marin ayant réellement existé 69 ans plus tôt : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nautilus_(Fulton)
    Et je n'aurais pas aimé être à bord de son obus.
    Quant à Tintin ?
    Et d'une manière générale, il ne faut pas confondre imagination et invention.

    Ensuite, il ne faut pas que l'arbre cache la forêt.
    Peut-être que certains auteurs de SF - Jules Verne, Arthur Clarke plus récemment - ont eu quelques intuitions, mais la masse des BD, romans et films de SF peut, globalement, paraître encombrée de beaucoup de loufoqueries.

    Il y a ainsi les mots passe-partout censés justifier beaucoup de choses.
    Chez certains défenseurs du paranormal, il y a une récupération de certains concepts comme l'intrication quantique ou la dualité onde-corpuscule pour prétendre "justifier" la télépathie ou la prémonition. Comme leurs ouvrages s'adressent à des lecteurs en général scientifiquement incultes, cela peut marcher au bluff.
    En SF, c'est un peu pareil, avec l'utilisation à tort et à travers des mots "trou noir, trou de ver, matière noire, faille spatio-temporelle, hyperespace, autres dimensions, univers parallèles..."
    Ainsi, il a à peine quelques jours, je suis tombé par hasard sur un bout de téléfilm où l'on "expliquait" la prétendue énigme du Triangle des Bermudes par une accumulation de matière noire au fond de l'océan !

    Pour cela, X-Files était symptomatique, avec les explications de la "scientifique" Dana Scully.
    Le chef-d'oeuvre est un épisode mettant en scène un accélérateur de particules. Lequel accélérateur ne ressemble pas vraiment au LHC, mais est une simple pièce contenant un vague appareillage dans un coin et une chaise en bois au milieu !
    Un physicien est frappé par un flux de particules, à la suite de quoi son ombre devient... un trou noir ! Dans lequel disparaissent les personnes touchées par cette ombre...

    Jusqu'à très récemment je pensais que la téléportation était théoriquement impossible : aujourd'hui un enfant de 10 ans sait envoyer une photo, ...
    On me rétorquera que ce n'est que de l'info mais avec les imprimantes 3D on peut teleporter des objets...et on sait fabriquer des cellules vivantes avec une 3D

    Donc si on sait dissocier les cellule humaines, puis transport et re-assemblage en 3D , on téléporte .....
    peut être dans 50 ans !
    Là encore, attention.
    Entre téléporter quelques informations concernant quelques particules et l'ensemble des données concernant un organisme macroscopique vivant à recréer ensuite ?
    Ou le cas de l'invisibilité : il existe des dispositifs créant une certaine "invisibilité" à certaines longueurs d'onde selon certains angles précis, mais on est loin de la "cape de Harry Potter" abondamment mentionnée dans l'introduction des articles de vulgarisation.

    Les enfants et adolescents veulent voir du merveilleux.
    Ils veulent des superhéros qui, comme Clint Eastwood, atteignent leurs cibles sans avoir besoin de viser.
    Ils veulent des contes de fées façon Star Wars ou Avatars - ou même Interstellar -, lookés un peu modernes à coup d'appareillages et de pseudo-mots scientifiques sortis de leur contexte.
    Dernière modification par Mickey-l.ange ; 06/01/2018 à 14h07.

  11. #39
    da23real

    Re : Critique scientifique de films

    Je ne crois pas qu'on attende la même chose d'un western et d'un film sur le climat ou même catastrophe. Je reste convaincu qu'un film réaliste pourrait être palpitant. Il faudrait peut-être un award du réalisme !
    Occupe toi de la technologie avant que la technologie s'occupe de toi

  12. #40
    Mickey-l.ange

    Re : Critique scientifique de films

    Bonjour,

    Le cinéma est un medium, en tant que tel il est le support de contenus d'un extrême à l'autre.
    Mais il existe certes des sous-catégories.
    Il peut exister des films qui se veulent réalistes, comme ce que l'on nomme les "drames psychologiques" ou souvent le "cinéma d'art et essai".

    La SF, tout comme le fantastique, la comédie, le western, le polar, le peplum, les films pour enfants, relève de son côté des "films de genre" qui valorisent plutôt l'aspect spectaculaire et s'affranchissent souvent du réalisme.
    Ainsi est-il réaliste que, dans les films d'action, les voitures explosent pour un oui pour un non ?
    La SF introduit juste ses propres manquements au réalisme ?
    Dernière modification par Mickey-l.ange ; 08/01/2018 à 08h13.

  13. #41
    da23real

    Re : Critique scientifique de films

    A la réflexion je pense qu'un film comme "apocalypto" est assez réaliste tout en étant haletant. A l'exception peut-être de la scène où il court plus vite que le jaguar, j'ai beau avoir vécu un truc similaire (pied nu avec une meute de chiens derrière moi) je sais qu'on peut battre des records dans ces conditions mais là un jaguar je me pose la question. Quand bien même la bête n'aurait pas bondi tout de suite je pense qu'elle aurait du lui sauter dessus.
    Occupe toi de la technologie avant que la technologie s'occupe de toi

  14. #42
    QuébecEcho

    Re : Critique scientifique de films

    Bonjour,
    Permettez-vous d'ajouter mon petit grain de sel sous la forme de trois coquilles, qui m'ont marqué un peu plus que les autres :
    1. Dans Stargate (Saison 2 épisode 16 : Une question de temps -- A Matter of Time), dans la séquence du début, on peut admirer une étoile double en train d'avaler sa soeur, se transformer soudain en trou noir. À partir de cet instant des tas d'objets sont maintenant attirés par le trou noir. Pourtant on sait que si les dimensions de l'étoile ont changé, sa masse -et par le fait même sa force de gravitation- sont restés les mêmes. Le nouveau trou noir ne devrait donc pas attirer plus d'objets qu'avant sa transformation.
    2. Dans le film contact (1997), la très belle séquence du début du film associe un effet de distance à un décalage dans le temps d'émissions de radio (plus on s'éloigne de la Terre, plus les emissions de radio sont anciennes). Mais voilà, alors qu'on a pas encore dépassé l'orbite de Mars (distante de quelques minutes-lumière), nous sommes déjà rendus à capter la radio dans les années 80 ...alors qu'on devrait se trouver à environ 17 années lumières de la terre.
    3. Je vous ai gardé la meilleure pour la fin. Dans l'épisode pilote de StartTrek Discovery, le méchants Klingons activent «le Phare» qui envoie un puissant signal de ralliement à d'autres vaisseaux Klingons. Le signal consiste en une brillante lumière, censé instantanément atteindre des vaisseaux ...situés à des années-lumière de distance.
    Bonne journée à tous
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  15. #43
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Salut,

    Citation Envoyé par QuébecEcho Voir le message
    Dans Stargate (Saison 2 épisode 16 : Une question de temps -- A Matter of Time), dans la séquence du début, on peut admirer une étoile double en train d'avaler sa soeur, se transformer soudain en trou noir. À partir de cet instant des tas d'objets sont maintenant attirés par le trou noir. Pourtant on sait que si les dimensions de l'étoile ont changé, sa masse -et par le fait même sa force de gravitation- sont restés les mêmes. Le nouveau trou noir ne devrait donc pas attirer plus d'objets qu'avant sa transformation.
    Ca c'est drôlement bien vu. Ca m'avait totalement échappé lorsque j'ai regardé.

    Citation Envoyé par QuébecEcho Voir le message
    Je vous ai gardé la meilleure pour la fin. Dans l'épisode pilote de StartTrek Discovery, le méchants Klingons activent «le Phare» qui envoie un puissant signal de ralliement à d'autres vaisseaux Klingons. Le signal consiste en une brillante lumière, censé instantanément atteindre des vaisseaux ...situés à des années-lumière de distance.
    On a exactement la même anomalie dans le film "Battle Ship" (de méchant E.T. captent sur leur planète un signal.... qui vient d'être émis vers leur étoile). Pourtant pour une étoile proche ils auraient facilement pu aménager l'histoire pour parler d'une émission réalisée quelques années auparavant.
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  16. #44
    ansset

    Re : Critique scientifique de films

    bjr,
    il est évident que quand les scénarii "utilisent" la relativité, ils ne gardent que certains points utiles au récit , et oublient volontairement les autres.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  17. #45
    Mickey-l.ange

    Re : Critique scientifique de films

    Bonjour,

    Pendant ce temps, un film comme Le grand tout demeure invisible...

  18. #46
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    il est évident que quand les scénarii "utilisent" la relativité, ils ne gardent que certains points utiles au récit , et oublient volontairement les autres.
    Pour les séries comme les films ils ont des experts (scientifiques, médecins, ou autre). Mais :
    - j'ai l'impression qu'ils ne les écoutent pas toujours
    - ils utilisent des licences poétiques (libertés prises avec le réalisme dans le but de servir le récit)
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  19. #47
    Jacques 1515

    Re : Critique scientifique de films

    Tout les films de SF ou pas ont des incohérences.
    L'une m'amuse dans le 1er King Kong où le gorille est enfermé dans un enclos en bois sur une ile lointaine
    Pourquoi y a t il une ouverture à cette barrière et surtout pourquoi n'arrive t il pas à l'escalader alors qu'un peu plus tard dans le film il escalade à mains nues l'Empire State Building beaucoup plus haut et plus lisse !!!

  20. #48
    pm42

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par Jacques 1515 Voir le message
    pourquoi n'arrive t il pas à l'escalader alors qu'un peu plus tard dans le film il escalade à mains nues l'Empire State Building beaucoup plus haut et plus lisse !!!
    Il a peur des échardes.

  21. #49
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Ce n'est filmé que d'un seul coté. De l'autre coté il est marqué sur la palissade : "ne pas approcher".
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  22. #50
    QuébecEcho

    Re : Critique scientifique de films

    Bonjour
    Citation Envoyé par Jacques 1515 Voir le message
    Pourquoi y a t il une ouverture à cette barrière et surtout pourquoi n'arrive t il pas à l'escalader alors qu'un peu plus tard dans le film il escalade à mains nues l'Empire State Building beaucoup plus haut et plus lisse !!!
    Surtout que si on prend en compte la loi des proportions, dans le meilleur des cas,le pauvre Kong aurait à peine pu ramper misérablement sur les sol.
    Alors, l'imaginer aller faire zouave sur l'empire state building...
    Sans compter que les parois de briques de l'édifice étaient trop fragiles pour supporter un tel poids.
    Mais je m'arrête ici, histoire de préserver (ce qui reste de) la magie de ce film culte.
    Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais)

  23. #51
    da23real

    Re : Critique scientifique de films

    Tiens dans le hors série numéro 1 science & vie junior ils écrivent que la gravité artificielle du vaisseau tournant de "2001, l'Odyssée de l'espace" ne serait pas terrible pour le système sensoriel du cosmonaute.
    Plus loin il est précisé qu'une sortie dans l'espace exige de longues heures de décompression. Exit donc les scènes où on en voit enfiler un scaphandre en urgence pour aller reparer la navette endommagée par un astéroïde ou autre tir de laser !!

    Sinon il n'y aurait pas quelques critiques de monstres sur le plan médical pour rigoler ?
    Occupe toi de la technologie avant que la technologie s'occupe de toi

  24. #52
    myoper

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par da23real Voir le message
    Plus loin il est précisé qu'une sortie dans l'espace exige de longues heures de décompression.
    Ils ne sont pas à pression de 1 atmosphère ?
    Myorphalotriptopyrogénètopterophale.

  25. #53
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Salut,

    La gravité artificielle est jouée par la rotation. La force centrifuge jouant le rôle de gravité. Mais la force centrifuge n'est pas la même pour les pieds et la tête de celui qui se tient sur la paroi extérieure ! Cela provoque des forces (Coriolis) qui peuvent provoquer des nausées.

    Pour que cet effet désagréable soit négligeable il faut que la roue fasse une certaine taille. De mémoire (à vérifier) de l'ordre de 200 m.

    Pour la décompression je suis perplexe. On ne peut pas mettre quelqu'un a trop basse pression (suffocation) et à haute pression ce serait inutile et pas sans risque. Par con séquent les temps éventuels de décompression sont minimes
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  26. #54
    ansset

    Re : Critique scientifique de films

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    Pour que cet effet désagréable soit négligeable il faut que la roue fasse une certaine taille. De mémoire (à vérifier) de l'ordre de 200 m.
    souvenir identique ( pour le rayon je crois ) et il me semble que c'est "en gros" le cas pour ce film dans mon souvenir pour la station autour de la lune ; mais effectivement pas du tout pour le vaisseau allant vers Jupiter.
    Dernière modification par ansset ; 11/03/2018 à 15h14.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  27. #55
    Geb

    Re : Critique scientifique de films

    Bonsoir,

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    La gravité artificielle est jouée par la rotation. La force centrifuge jouant le rôle de gravité. Mais la force centrifuge n'est pas la même pour les pieds et la tête de celui qui se tient sur la paroi extérieure ! Cela provoque des forces (Coriolis) qui peuvent provoquer des nausées.

    Pour que cet effet désagréable soit négligeable il faut que la roue fasse une certaine taille. De mémoire (à vérifier) de l'ordre de 200 m.
    Je me souviens que j'avais trouvé un topo sur la question, que j'avais mis en lien dans une autre discussion il y a déjà 8 ans :

    Citation Envoyé par Geb Voir le message
    Un peu de lecture (112 pages ) sur le sujet : Preliminary Assessment of Artificial Gravity Impacts to Deep-Space Vehicle Design

    Pour les paresseux, les pages 7 à 9 suffiront pour avoir une idée du sujet :

    La mise au point d’un système de gravité artificielle serait une des grandes avancées permises par un voyage vers Mars. En effet, il n’existe aucune donnée indiquant par l’expérience qu’une gravité partielle serait suffisante pour diminuer les effets physiologiques de la microgravité.

    De la même façon, aucune étude n’a permis de savoir si le passage de l’équipage dans une centrifugeuse pour un temps limité sur la journée permettrait d’éviter les effets délétères de la microgravité. Il est possible que le corps souffre d’effets de réadaptation à chaque cycle.

    Le seul moyen de faire ces expériences serait une station spatiale rotative dans laquelle on pourrait faire varier la gravité subie par les astronautes : difficile, long et très cher. C’est pourquoi, les systèmes de gravité artificielle ont été étudié sur des installations au sol et que leur but est de mimer un environnement terrestre : soumettre l’équipage à une gravité continue équivalente à 1 g.

    Quelques exemples d’expériences en milieu spatiale ont été menés. Les satellites artificielles Kosmos 782 (1975) et Kosmos 936 (1977) ont soumis des fourmis, des tortues, des rats et des plantes à un séjour de 18 à 19 jours en centrifugeuse (un groupe témoin à 0 g et un autre à 1 g).

    Les américains se sont limités aux bactéries, aux cellules sanguines humaines et à des graines, lors de la mission D1 du Spacelab en octobre 1985.

    Dans les années 60-70, 4 grandes installations au sol ont été construites aux USA et en URSS : la « Pensacola Slowly Rotating Room » et la « Rockwell Rotating Test Facility » aux Etats-Unis, et les installations « MVK-1 » et « Orbita » en Union Soviétique.

    C’est à partir des résultats obtenues dans ces seules installations que tous les systèmes de gravité artificielle sont imaginés actuellement. Les sujets des expériences, étaient soumis à une gravité variable (1 à 1,4 g) dans une centrifugeuse pendant plusieurs semaines d’affilé.

    A une rotation de 4 tours par minute, certains sujets étaient naturellement immunisés contre les effets secondaires (qui pouvaient s’apparenter à un mal de mer), tandis que les autres sujets parvenaient à s’y adapter rapidement, bien qu’au prix d’une légère baisse de performance.

    C’est sur ces conclusions que la NASA imagine tous ces systèmes de gravité artificielle comme un dispositif rotatif de 56 m de long, tournant à une vitesse de rotation maximale de 4 tours par minute, ce qui permet de maintenir une gravité artificielle de 1 g.
    Cordialement.
    Dernière modification par Geb ; 11/03/2018 à 19h05.

  28. #56
    shub22

    Re : Critique scientifique de films

    Je mentionne le film "Déjà vu" avec Denzel Washington sur le voyage dans le temps via un trou de ver. Un thriller où il s'agit de prévenir un attentat...
    Le conseiller scientifique du film n'est autre que Brian Greene, scientifique assez connu et spécialiste de la théorie des cordes je crois
    Hêtre ou ne pas hêtre, tout est des peupliers

  29. #57
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Salut,

    Citation Envoyé par shub22 Voir le message
    Le conseiller scientifique du film n'est autre que Brian Greene
    Ah tiens, je ne savais pas. J'ai beaucoup aimé ce film. J'adore le passage quand il pointe le stylo laser sur "'l'image".
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

  30. #58
    shub22

    Re : Critique scientifique de films

    Un des meilleurs films récents en SF depuis, "Déjà vu" avec Denzel Washington . Il y a aussi Interstellar que j'ai bien aimé.
    Hêtre ou ne pas hêtre, tout est des peupliers

  31. #59
    Dynamix

    Re : Critique scientifique de films

    Salut

    Citation Envoyé par Deedee81 Voir le message
    Mais la force centrifuge n'est pas la même pour les pieds et la tête de celui qui se tient sur la paroi extérieure ! Cela provoque des forces (Coriolis) qui peuvent provoquer des nausées.
    Que vient faire Coriolis dans cette histoire ?
    Ce qui provoque la force de Coriolis , c' est le mouvement . Rien à voir avec la force centrifuge .

  32. #60
    Deedee81

    Re : Critique scientifique de films

    Salut,

    Citation Envoyé par Dynamix Voir le message
    Que vient faire Coriolis dans cette histoire ?
    Ce qui provoque la force de Coriolis , c' est le mouvement . Rien à voir avec la force centrifuge .
    Ca arrive à tout le monde de s’emmêler les pinceaux (encore un méfait de la force de Coriolis ).
    Désolé.
    Tout est relatif, et cela seul est absolu. (Auguste Comte)

Page 2 sur 6 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 85
    Dernier message: 28/12/2014, 10h59
  2. Critique scientifique des travaux des bogdanov.
    Par Folie-de-Kaler dans le forum Débats scientifiques
    Réponses: 53
    Dernier message: 23/07/2013, 20h58
  3. [Divers] Analyse critique des articles scientifique
    Par t0yt0y dans le forum Biologie
    Réponses: 12
    Dernier message: 21/02/2009, 11h42
  4. critique et journaliste scientifique
    Par Seirios dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 19
    Dernier message: 25/07/2006, 18h05