Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Navette martienne




  1. #1
    _Goel_

    Navette martienne

    Bonjour,

    je me pose la question : accélérer un vaisseau spatial demande beaucoup d'énergie. Pour un aller retour vers mars, cette énergie sera consommée 4 fois : accélération + décélération, aller + retour.

    Pourquoi ne pas faire un gros vaisseau (genre ISS), inhabités, qui serait propulsé par des moteurs ioniques, et qui dans un premier temps (une disaine d'années) effectuerait une accélération continue au point d'atteindre une très grande vitesse.

    A ce moment, lors du passage du vaisseau sur une orbite terrestre assez basse (pas trop pour les frottements atmosphériques), on ferrait décoller un module comprenant : aucun vivre, rien, juste une capsule avec des hommes comprimés à l'intérieur, sur une grosse fusée. on aurait alors "juste" à accélérer ce petit module habité et léger : gain d'énergie, et gain de temps car le vaisseau "mère" aurait déjà sa vitesse. Le voyage serait alors très rapide.
    Une fois arrivé sur mars, on pourrait alors, par ricochets dans l'atmosphère faire perdre la vitesse à une module du gros vaisseau mère, en économisant de l'énergie. (Même principe pour le retour)


    Qu'en pensez-vous ?

    -----

    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  2. Publicité
  3. #2
    PaulHuxe

    Re : Navette martienne

    Je suis peut-être stupide, mais...
    si on accélère de manière continue un vaisseau pendant quelques années, commment peut-il passer suffisamment près de la terre pour y envoyer un petit vaisseau ?


    Sachant évidemment que cette accélération ne peut pas se faire sur une orbite fixe (plus on va vite, plus cette orbite s'élargirait, jusqu'à quitter l'orbite terrestre...

  4. #3
    _Goel_

    Re : Navette martienne

    Le but est de considérer le vaisseu comme une sonde spatiale (genre voyager) qui accélèrerait par effet de fronde sur les différentes planètes rencontrées ainsi que par son moteur ionique. lorsque la planète participant à l'effet de frond se trouve être la Terre, on fait décoller le module contenant juste l'équipage.
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme


  5. #4
    korozion

    Re : Navette martienne

    Comme ca je dirais :

    - Limite physique des astronautes qui ne supporteraient pas la force exercée lors du décollage.
    - Risque d'obsolécence du matériel embarqué
    - Probabilitée d'échec trop importante et inacceptable au vu des enjeux (en temps, en argent et en vies).

  6. #5
    invite765732342432
    Invité

    Re : Navette martienne

    J'aime bien le concept, mais il a quand même pas mal de limites (en plus de celles mentionnées par korozion

    Citation Envoyé par _Goel_ Voir le message
    on ferrait décoller un module comprenant : aucun vivre
    Les vivres, il faut bien qu'elles partent, comme les hommes, de la Terre (à moins de supposer que le gros vaisseau fournisse de lui même des aliments, mais là ça devient un vaisseau monde)
    => capsule alourdie

    gain d'énergie, et gain de temps car le vaisseau "mère" aurait déjà sa vitesse.
    Faire une manoeuvre d'amarrage avec un vaisseau rapide parait assez difficile et va nécessiter des moteurs directionnels et du matériel spécifique (sas&co)
    => capsule encore alourdie

    De plus, ça rajoute un besoin fenêtre de lancement extrêmement réduit pour pouvoir "attraper" le gros vaisseau (je suppose qu'il ne passera pas très souvent à proximité de la Terre)

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Urgon

    Re : Navette martienne

    Même remarque que Paul Huxe : si on accélère la navette "à grande vitesse", elle aura alors une trajectoire parabolique, donc plus en orbite autour de la Terre. Ou, dit à l'inverse, pour rester en orbite autour de la Terre, il faut que la navette reste à vitesse assez faible (à moins de tourner 100 mètres au dessus du sol ! )

  9. #7
    _Goel_

    Re : Navette martienne

    Citation Envoyé par korozion Voir le message
    - Limite physique des astronautes qui ne supporteraient pas la force exercée lors du décollage.
    Ben il suffit de prolonger la période d’accélération… non ?
    - Risque d'obsolécence du matériel embarqué
    Il y a peu d’obsolescence dans le spatial. Les technologies utilisées ne sont jamais récentes. Il y a trop de risques. Les technologies on toujours plusieurs années d’existence pour s’assurer de leur robustesse, d’autant plus qu’elles sont critiques. (y’a qu’à regarder les technologies des navettes spatiales !)
    Donc, non, pour moi, l’obsolescence n’est pas un critère.
    - Probabilité d'échec trop importante et inacceptable au vu des enjeux (en temps, en argent et en vies).
    Le but de mon raisonnement est de faire des économies : grâce à un trajet plus court en temps, on peut espérer embarquer moins de vivres (masse à accélérer plus faible). Le fait d’utiliser une propulsion ionique ainsi que les effets de fronde permet d’économiser de l’argent, comparé à une propulsion « conventionnelle »


    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    J'aime bien le concept, mais il a quand même pas mal de limites (en plus de celles mentionnées par korozion

    Les vivres, il faut bien qu'elles partent, comme les hommes, de la Terre (à moins de supposer que le gros vaisseau fournisse de lui même des aliments, mais là ça devient un vaisseau monde)
    On revient à ce que j’ai dit : les vivres, l’infrastructure lourde et tout le gros de la charge utile seraient envoyé en « avance de phase » pour accélérer tranquillement et à moindre coût par des moteurs ioniques et l’effet de fronde.
    Faire une manœuvre d'amarrage avec un vaisseau rapide parait assez difficile et va nécessiter des moteurs directionnels et du matériel spécifique (sas&co)
    Perso, j’ai toujours eu du mal à voir pourquoi arrimer 2 vaisseaux était si difficile ! On n’a pas encore trouvé de moyens fiables pour faire un amarrage rapide et automatisé, depuis Soyouz ou la Navette ?
    De plus, ça rajoute un besoin fenêtre de lancement extrêmement réduit pour pouvoir "attraper" le gros vaisseau (je suppose qu'il ne passera pas très souvent à proximité de la Terre)
    Oui, en effet…
    Peut-être serait-il judicieux de faire 2 modules de transport pour diminuer les chances d’un échec…

    La question qui me vient à l’esprit, c’est surtout : « Combien de temps faudra-t-il attendre pour que vaisseau mère repasse à proximité de Mars pour récupérer les astronautes ? »
    (eh oui, faudra pas rater la repêche pour le voyage retour !)

    C’est vrai que mon système semble plus complexe, mais pourrait-on imaginer un seconde vaisseau « de secours » en orbite permanente autour de Mars, qui pourrait être utilisé par n’importe quelle mission en péril (contenant un module d’amarssage/décollage + capacité de retour vers la Terre), et ce même pour des missions « conventionnelles » ?
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  10. Publicité
  11. #8
    Gilgamesh

    Re : Navette martienne

    Pour l'idée d'autobus planétaire, y'a le projet d'Aldrin :

    http://tregouet.org/edito.php3?id_article=134

    (article original : "A Bus Between the Planets" de James Oberg et Buzz Aldrin"p. 58-60," "Scientific American", " mars 2000)

    a+
    Parcours Etranges

  12. #9
    _Goel_

    Re : Navette martienne

    Ahh cool ! le 1er homme à avoir marché sur la lune confirme mes dires !
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  13. #10
    CM63

    Re : Navette martienne

    Au fait, l'idée d'Arthur Clarke : tendre un câble, avec le fullerene, maintenant c'est possible ?

  14. #11
    Gilgamesh

    Re : Navette martienne

    Citation Envoyé par _Goel_ Voir le message
    Ahh cool ! le 1er homme à avoir marché sur la lune confirme mes dires !
    Attention quand même, l'idée d'axer ta réflexion sur la durée de la période d'accélération n'est pas pertinente. L'idée de bus interplanétaire se base sur l'effet de fronde, c'est un raisonnement sur l'énergie du mobile et c'est un peu la règle cardinale en physique : toujours commencer par un raisonnement sur l'énergie.

    a+
    Parcours Etranges

  15. #12
    _Goel_

    Re : Navette martienne

    Citation Envoyé par Gilgamesh Voir le message
    Attention quand même, l'idée d'axer ta réflexion sur la durée de la période d'accélération n'est pas pertinente. L'idée de bus interplanétaire se base sur l'effet de fronde, c'est un raisonnement sur l'énergie du mobile et c'est un peu la règle cardinale en physique : toujours commencer par un raisonnement sur l'énergie.
    Ben c'est pas le principe de ma démarche ????
    Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme

  16. #13
    PaulHuxe

    Re : Navette martienne

    Citation Envoyé par CM63 Voir le message
    Au fait, l'idée d'Arthur Clarke : tendre un câble, avec le fullerene, maintenant c'est possible ?
    Hélas, ça ne marche pas.

    On peut imaginer une ceinture à 36000 km, en orbite géostationnaire, relié à la terre par des cables.
    Le problème c'est que, aux altitudes intermédiaires, l'orbite stable n'est pas géostationnaire. Les cables subiront donc des tensions considérables et permanentes sur toute leur longueur, car ils auront tendance à vouloir "tourner" plus vite à ces orbites.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Vie Martienne Terrestre et Evolution
    Par Lord Predator dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 11
    Dernier message: 21/07/2008, 18h43
  2. orbite martienne
    Par quetzal dans le forum Planètes et Exobiologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 29/06/2007, 10h04
  3. Biodégradation d'une sonde martienne
    Par Sens interdit dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 41
    Dernier message: 25/10/2005, 20h14
  4. Que pensez-vous de la conquête martienne?
    Par Seb2003 dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 115
    Dernier message: 19/07/2005, 22h12
  5. Sonde martienne
    Par vince dans le forum Actualités
    Réponses: 13
    Dernier message: 22/10/2003, 21h25