Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 35

Travailler à son compte dans l'électronique?



  1. #1
    MonkeyForever

    Travailler à son compte dans l'électronique?


    ------

    Bonjour à tous, j'espère que vous allez bien.

    Je suis fraîchement diplômé d'un master 2 en "électronique" (plus précisément EEA, Electronique, Électrotechnique, Automatique, option microélectronique) et j'aimerais bien travailler à mon compte par la suite.

    Je m'adresse à vous car je ne sais pas trop sur quoi diriger ma future activité, je sais juste que je veux me focaliser sur la partie hardware.

    Concernant mes compétences:
    Coté électronique analogique:
    J'ai de l'expérience en conception de circuits imprimés (différents projets effectués au long de ma scolarité et de mes expériences en entreprise, notamment réflexions sur les solutions électroniques qui répondent aux cahiers des charges des clients, recherche et dimensionnement des composants, saisies de schémas électroniques, placements / routages, générations des fichiers de fabrication sur Altium Designer et Kicad notamment et commandes des PCB).

    Coté électronique numérique
    J'ai étudié tout le flow de conception de circuits intégrés en passant par la description comportementale du circuit, la simulation jusqu'à la synthèse du circuit. J'ai notamment réalisé un projet basé sur un automate de Moore.
    J'ai également programmé des FPGA en VHDL (Altera Cyclone etc).

    Il est évident que je n'ai pas l'expérience d'un ingénieur confirmé mais je pense qu'il est quand même possible de monter mon activité dans l'un de ces domaines en approfondissant mes connaissances.

    Maintenant je m'adresse à vous car je pense que certains d'entres vous ont déjà été confronté à mon problème et peut être que votre expérience pourra m'aider. Je ne sais pas à l'heure actuelle dans quoi me lancer ? qu'est-ce qui à le plus d'avenir ? si je dois me mettre en freelance ou monter une entreprise individuelle ? Qu'elle activité conviendrait le mieux à quelqu'un qui aime travailler seul? etc

    Je suis à votre écoute et je suis preneur du moindre conseil !

    Bonne journée

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    penthode

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    hello ,

    il te manque donc l'expérience du terrain.

    le passage par un poste salarié est incontournable pour "se frotter à la réalité"

    ainsi que pour te monter un réseau de relations pour la suite
    Dernière modification par penthode ; 20/08/2018 à 09h56.
    Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s'annonce ou se perpétue.

  4. #3
    Vincent PETIT
    Animateur Électronique

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Salut,
    Citation Envoyé par penthode Voir le message
    le passage par un poste salarié est incontournable pour "se frotter à la réalité"
    Je suis d'accord. Je me souviens que tout juste sortie de l'école, j'ai été embauché dans un labo de R&D pour faire du développement hard 70% / soft 30% et je pensais être opérationnel, j'en étais persuadé ! Mes collègues m'ont dit, en se foutant de ma poire, "T'inquiète pas mon gars tu comprendras très vite que tu ne sais pas grand chose en réalité" ..... les salops ! Bah ils avaient raisons.

    L'expérience terrain on ne l'apprend pas à l'école.

    J'ai découvert tout ce qu'il fallait prendre en compte en plus dans un développement professionnel :
    - Décrypter des cahiers charges légendaires "faire le même produit que le concurrent mais avec ça en plus" (génial !)
    - Les normes applicables au métier où est destiné ton produit. 1 projet = plusieurs normes à digérer.
    - Les contraintes d'industrialisation, les bancs de tests automatiques, ce qu'implique un process vague sur tes empreintes de composants (nous on en faisait encore), les mires pour les machines de dépose de composants, les mises en planche de la production.
    - Le versionnage hard des pcb "avec des points de programmation" où l'opérateur vient faire quelques soudure par ci par là ce qui change la manière dont va réagir le hard ou le soft.
    - La CEM et les formations que j'ai du passer.
    - Les spécificités genre développement SIL I, II voir III (sureté de fonctionnement) et tous les calculs de dérating/MTBF/Sécurité intrinsèque/Les états de défaut/Les solutions de replie...
    - Tous les gardes fous lorsque tu sais que ton produit va sortir à 10 000 unité / an.
    - Les retours d'expériences des équipes de maintenance/installation qui t'expliquent que pour faire un câblage en haut d'une échelle, tes borniers supers bien choisies, sont de la crotte en barre en réalité !
    - Les contraintes avec les autres métiers (mécanique/chimie/optique pour mon cas.)
    - La réutilisation en priorité des composants déjà en production pour ne pas devoir gérer je ne sais combien de référence.
    - Gérer les problèmes d'obsolescences.
    - Gérer l'aspect certification de l'appareil, avec la rédaction d'un document d'étude, de test pour le marquage CE.
    - Gérer l'intégration des documents dans le référentiel (norme ISO9001).
    - Gérer les problèmes multi-approvisionnement (genre les borniers Phoenix contact avec Wurth qui font les mêmes, avec la même colorie, ça va mais comment tu fais avec ABB qui eux sont juste d'une autre colorie mais que le côté marketing y voit un problème esthétique intolérable... alors que nous autres électronicien on s'en fou un peu d'avoir des connecteurs emboitables vert et blancs)
    - ... (je pourrai écrire des pages et des pages rien que de trucs qui viennent en plus du vrai boulot)
    (ps je n'ai pas encore parlé de pur développement électronique hard/soft)

    Bref, j'ai fait du développement pur pendant 6 ans, avant de changer de carrière, et je n'ai jamais appris autant de choses dans toute ma vie et en si peu de temps mais c'est surtout parce que ma boîte m'a laisser me planter (si tu savais au début le nombre de proto que j'ai pu mettre à la poubelle suite à des massacres lors des tests CEM, où des problèmes de non compatibilité avec des connecteurs, avec les parties mécaniques etc...) Il faut se planter beaucoup pour réussir du premier coup. Et comme dit penthode ça te permet de te faire un réseau, ne serait ce que les clients de ta boîtes (pas cool) ses concurrents et les fournisseurs.

    Soit !
    Tu veux travailler à ton compte ? Moi je pense que tu peux car il y a de la demande et certain marché sont entrain de "tout doucement" montrer leurs nez. L'IoT industriel (pas le grand public) et des besoins d'automatisation entre autres. Tu pourrais bénéficier d'une perte de compétences électronique monstrueuse en France et aussi de l'invasion toujours plus grande du secteur l'informatique sur le secteur électronique, il y a des SSII habituées à l'informatique qui s'essayent à l'informatique embarqué mais elles ne veulent pas s'embêter avec le hard et préfère le faire faire à d'autres pour ne pas embaucher et investir dans du matériel coûteux.

    Est ce que tu vas réussir facilement ? Aucune idée mais un des gros problèmes si tu te lances, c'est l'achat de ton matériel (oscillo/alim/analyseur de spectre/etc...) ça monte super vite et si tu te contentes de pas cher alors tu seras limité en spéc (bande passante par exemple) et du coup ça limitera les marchés potentiels. Amortir tout ça vite c'est compliqué.

    Que tu sois freelance (genre consultant en système embarqué) ou en société/entreprise je ne vois pas vraiment de différences autres que juridique évidemment.

    ps : concernant les normes, dans mon labo nous avons déjà fait soutraiter lorsqu'on était charrette, nous fournissions les normes métiers à notre presta.
    Là où il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème.

  5. #4
    MonkeyForever

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Je te remercie pour la réponse ultra-détaillée Vincent et à toi aussi Penthode, ça fait plaisir d'entendre ce genre de conseils, c'est ce qu'il nous manque à nous les débutants. Tous les points que tu as cité sont très intéressants et je vais les considérer un par un.

    Concernant mon expérience professionnelle, il est vrai qu'elle n'est pas large, j'ai travaillé en tout 2 ans en entreprise (PME et grosse boîte), je suis donc très loin d'avoir acquis suffisamment d'expérience dans le domaine, mais je comptais justement acquérir cette expérience au fil du temps, en commencer par travailler sur des projets plus "light", je pense que certaines entreprises ne seraient pas contre de travailler avec un junior pour réaliser des projets moins importants et donc que ça leur reviendrait moins coûteux que passer par un bureau d'étude plus qualifié mais donc plus cher...

    C'est sûr qu'au début c'est très difficile, de un pour améliorer ses connaissances techniques "tout seul" et d'autre part pour trouver des clients. Je pense qu'il faut vraiment étudier le marché avant de se lancer mais c'est vrai que ce n'est pas évident quand on ne est pas confronté à la réalité du métier au quotidien.
    C'est pourquoi je passe par vous pour vraiment me faire une idée avant de me lancer dans quoi que ce soit.

  6. Comparatifs

    Gagnez du temps et de l'argent grâce à nos comparatifs de produits. Parmi nos sujets :
  7. #5
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Bsr,

    je vais en rajouter un peu....

    Savoir lire (ou écrire) un contrat....même entre les lignes...

    J'ai eu l'occasion de travailler (dans une grosse boîte) avec des Anglais et des Américains.....
    là où (De France) on t'envoie tout seul, tu te trouves en général face à 3 personnes :

    - l'ingénieur qui ne fait que de la technique pure
    - le juriste qui connaît toutes les lois du (des) pays
    - le "contract manager" qui connaît par cœur toutes les lignes du contrat.

    Et personne ne répond à la place de l'autre.....ils envoient la question à celui qui est compétent.
    C'est redoutable...mais très efficace.

    Et ça, on ne l'apprend pas à l'école ! (du moins chez nous...peut-être à l'université de Stanford ?)

    Bon courage pour la suite

    Cordialement,
    JY
    A+

  8. A voir en vidéo sur Futura
  9. #6
    Vincent PETIT
    Animateur Électronique

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Je me permets d'ajouter encore quelques petites remarques.
    Si tu te lances (chose que je te souhaite) saches qu'il y a de la concurrence locale bien sur mais aussi un peu étrangère et elle est redoutable par ses prix attractifs et elle prend parfois des petits marchés. Il y a des BE qui émergent des pays à bas coût et il ne faut pas les sous estimer.

    Là ou toi tu peux te vendre c'est sur de la haute plus-value, par exemple :
    - tu sais faire de l'instrumentation et tu maîtrises les techniques de développement faible bruit (tout le monde ne maîtrise pas ça),
    - par ta polyvalence hard et soft + une ou deux spécialités (optique ? chimie ? Mécanique ?) c'est un plus qui a fait défaut à notre sous-traitant Indien parce que nous on faisait de l'électronique/chimie/optique/mécanique/informatique.
    - tu fais de la radio-fréquence, qui est un domaine assez pointu et les compétences sont rares (enfin moi je trouve mais certain confirmeront je pense)
    - tu te places dans un marché de niche comme j'étais moi avec la détection des gaz toxiques et explosifs mais c'est souvent très très très coûteux et contraignant en certif et en normatif,
    - tu travailles avec quelques grands comptes qui généralement font tourner les entreprises locales, j'ai connu un boîte au nord de Paris qui a vécu longtemps de petits projets simples pour un grand groupe industriel,

    Autour de l'électronique il y a toujours une culture scientifique à développer sinon tu auras du mal à décrocher des clients. Imagine que tu te lances et que ton peut client veut une chaîne de traitement et d'amplification d'un signal issu d'un récepteur infrarouge (disons une diode) qu'il souhaite mettre dans un interféromètre de Michelson et que tu sais pas ce que c'est (ou pire encore que tu répondes "Ah tiens c'est fou ça, je le connais aussi Michelson, je l'ai encore vu la semaine dernière... comment il va ?") Tu pourrais croire qu'il est question d'amplifier à fond quelques malheureux photons qui arrivent sur la diode alors que le but c'est de mesurer la variation de luminosités de franges d'interférences.

    Tu vois ce que je veux dire ?
    Là où il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème.

  10. Publicité
  11. #7
    jojo150393

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Voici une vidéo qui peut t’intéresser :
    https://www.youtube.com/watch?v=ycmglHh52v4

    Bon la voie du mec est particulière mais il connait bien son job.

    Au début, pour avoir des clients, je penses qu'il faut avoir une spécialité avec pas mal de demande (exemple sur carte à base STM32, chaine d'acquisition, hyperfréquence...). Le problème c'est qu'il faut savoir faire, mais aussi savoir faire rapidement. Si tu passes plus de la moitier du temps à apprendre comment faire, tu seras jamais rentable et t'arriveras pas à gagner de l'argent.
    Comme la vidéo l'explique, le premier emploi est décisif pour trouver une spécialité et pouvoir ensuite trouver quelques clients pour débuter.

  12. #8
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par Vincent PETIT Voir le message
    ............
    - La CEM et les formations que j'ai du passer.
    ...............
    bsr,

    pour moi, ça, c'est déjà un métier à part entière.....

    Il faut être tombé dedans quand on était petit....

    cdlt,
    JY
    A+

  13. #9
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Re,

    regarde aussi ce que les Chinois mettent aujourd'hui sur le marché...
    les Arduichose ou équivalents sont à des prix dignes de la consommation de ta lampe de chevet (LED) un soir d'été.

    Donc fuite en avant, il faut produire ce que les autres ne savent pas (encore) faire.
    Je crois que pour le soft, l'Inde n'est pas mal... La Corée et la Chine pas loin....

    Il ne reste que quelques domaines un peu pointus...
    hyperfréquences, par exemple

    Mais comme il a déjà été dit, les matériels de mesure dans ces domaines coutent un peu cher....(plusieurs dizaines ou centaines de milliers d'euros).
    Pas à la portée de tout un chacun....

    Maintenant, il existe peut-être aussi des niches dans la réparation et le recyclage des appareils électroménagers,
    à voir,

    Cdlt,
    JY
    A+

  14. #10
    penthode

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    une dernière observation....

    ne t'attends pas à faire 35 heures !! ça va mieux en le disant
    Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s'annonce ou se perpétue.

  15. #11
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par penthode Voir le message
    une dernière observation....

    ne t'attends pas à faire 35 heures !! ça va mieux en le disant
    on a inventé le "forfait jour" pour les cadres....
    JY
    A+

  16. #12
    jiherve

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    bonsoir,
    en effet la seule limite c'est 11h de non présence sur site!
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  17. Publicité
  18. #13
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    bonsoir,
    en effet la seule limite c'est 11h de non présence sur site!
    JR
    effectivement,

    si Brestois, tu dois aller à Bordeaux pour une journée, de mémoire, tu te lèves vers 4h du matin pour décoller vers 6h pour Orly, et tu arrives à Mérignac vers 9h.
    Le soir, tu repars vers 19h30 pour Orly, et vers 21h30 pour Brest.
    Et tu te couches à minuit.....n'ayant passé que 9h maxi sur site.

    Heureusement que la bouffe est géniale sur Air France ( ou Hop, ou Air inter, ou ...(ça change tout le temps))

    JY
    A+

  19. #14
    penthode

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par annjy Voir le message
    on a inventé le "forfait jour" pour les cadres....
    JY
    je cause pour un entrepreneur.
    Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s'annonce ou se perpétue.

  20. #15
    jiherve

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Bonjour,
    pour répondre au sujet j'ai presque 50 ans d’électronique derrière moi dont 42 en R&D et jamais je ne me lancerais dans une telle aventure car c'est devenu beaucoup trop compliqué d'un point de vue normatif et beaucoup trop couteux en investissement pour pouvoir espérer surnager. Pour de l'embarqué aéro il y a autant de dépenses et donc de temps coté doc et certif que du coté étude développement, mise au point etc !
    Ceci dit à moins d’être un dieu il faut au moins 10 ans de pratique pour pouvoir être efficace c'est à dire faire du bon à 99% du premier coup condition quasi impérative si l'on ne veut pas bouffer la baraque.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  21. #16
    DAUDET78

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par Vincent PETIT Voir le message
    - tu travailles avec quelques grands comptes qui généralement font tourner les entreprises locales, j'ai connu un boîte au nord de Paris qui a vécu longtemps de petits projets simples pour un grand groupe industriel,
    C'est ce que j'ai fait de 81 à 92 . Mais il n'y avait pas les CEM, les dossiers, la soudure sans plomb, les normes sur l'amiante etc ....
    Citation Envoyé par penthode Voir le message
    ne t'attends pas à faire 35 heures !! ça va mieux en le disant
    ca m'a couté un divorce . Quand ça merde et que tu dois faire la recette du matos à la fin du mois .......
    J'aime pas le Grec

  22. #17
    jiherve

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Re
    Pour le divorce pas besoin d’être à son compte , cadre sup dans une grosse boite suffit, je suis passé à coté mais de justesse!
    Donc la qualité de vie privée est aussi à prendre en compte dans ses choix de carrière car au final c'est tout ce qui reste lorsque l'on rejoint la cohorte des retraités( des parasites selon certains).
    JR
    Dernière modification par jiherve ; 21/08/2018 à 10h12.
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  23. #18
    abracadabra75

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par DAUDET78 Voir le message
    Quand ça merde et que tu dois faire la recette du matos à la fin du mois .......
    Bonjour.
    Sans oublier que seul on ne peut que courir deux lièvres, pigeons, clients (???) à la fois et que payer le collaborateur à la fin du mois est problématique car ce sont les fond qui manquent le plus...
    Il n'y a que dans le dictionnaire où 'réussite' vient avant 'travail'.

  24. Publicité
  25. #19
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par jiherve Voir le message
    Ceci dit à moins d’être un dieu il faut au moins 10 ans de pratique pour pouvoir être efficace c'est à dire faire du bon à 99% du premier coup condition quasi impérative si l'on ne veut pas bouffer la baraque.
    JR
    Salut, JR
    (et les autres)

    Je te trouve bien optimiste pour le domaine CEM....
    du bon à 99% du premier coup, avec seulement 10 ans d'expérience....

    j'aurais mis 30 ans !

    cdlt,
    JY
    A+

  26. #20
    DAUDET78

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par abracadabra75 Voir le message
    Sans oublier que seul
    On était trois, avec un copain plus commercial/gestionnaire que moi ....
    et que payer le collaborateur à la fin du mois est problématique car ce sont les fond qui manquent le plus...
    On a décalé de temps en temps la paye en fin de mois ... sauf pour la câbleuse .

    Mais, avoir sa boite, c'est un rêve que je ne regrette pas. On a tenu 10 ans. Un mauvais payeur, un projet que le client décale, et c'est le bouillon .

    Mais au moins, à la retraite maintenant, je ne peux pas dire que je n'ai pas essayé de réaliser ce phantasme .
    J'aime pas le Grec

  27. #21
    jiherve

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Re
    Annjy ici il n'est même pas encore question de CEM mais de l’électronique + soft, la CEM c'est pour le dessert !
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  28. #22
    jojo150393

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Je penses quand même que vous exagérez un peux sur l'expertise nécessaire. Si la volonté est de monter une vrai entreprise alors les compétences seront plus au niveau du commerciale, gestion, management et autres trucs chiants
    Maintenant pour être un simple freelance il y a quand même pas mal de demandes qui n'exigent pas d'être un gourou de l'électronique. Il n'y a pas que des demandes de trucs hyper complexes avec toutes les normes etc. Justement, le marché à viser est plus les micro-productions pour l'industrie pour faire des machines-outils, des cartes de tests et d'automatisme et pour une seule carte, je penses pas que le ptit chef de projet va aller se taper un indien avec son accent impossible a comprendre et va prendre le petit freelance qui est venu le démarcher la veille.
    Dernière modification par jojo150393 ; 21/08/2018 à 13h11.

  29. #23
    Vincent PETIT
    Animateur Électronique

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par jojo150393
    le marché à viser est plus les micro-productions pour l'industrie pour faire des machines-outils, des cartes de tests et d'automatisme
    Même avec ça, tu es cerné par les normes, malheureusement.

    A partir du moment où on parle de matériel fini électrique/électronique c'est cuit, il faut le marquage CE !
    https://www.entreprises.gouv.fr/libr...es/marquage-CE

    Et c'est là que commence les problèmes car qui dit marquage CE dit conformité aux normes (dont la CEM + normes applicables aux domaines) et on tombe dans tout le bordel de certification et autres exigences. C'est obligatoire en Europe mais c'est surtout pour des questions d'assurances.

    Si quelqu'un se blesse avec ton appareil ou que celui-ci cause un dégât sur quelque chose, c'est le labo certificateur qui endosse les responsabilités car c'est lui qui a vérifié si tu étais bien conforme aux normes (j'ai eu l'occasion de participer un petit peu à ce genre de tests avec les normes associées, l'appareil doit résister à x chutes d'une hauteur de y mètres, si il y a un carter métallique ça conductivité est vérifiée, on vérifie si il y a une vis dédiée pour le raccordement à la terre, on vérifie si il n'y a pas de pièce coupante, on vérifie ou contrôle son degrés IP, la CEM et la conformité à la norme métiers, par exemple dans le cas de mon ancien job où ma centrale devait interroger ses 256 capteurs de détection de gaz en moins de 1s car c'est la norme qui demandait ce 1 seconde) bref si tu n'as pas la norme du métier tu es mal car tu passes à côté de trop de chose.

    Exemple d'une discussion que j'ai eu ici https://forums.futura-sciences.com/e...-de-fuite.html à propos de la norme EN 60950 (Matériels de traitement de l'information - Sécurité - Partie 1 : exigences générales) que j'ai comparé à celle ci EN 61010 (Appareils électriques de mesurage, de régulation et de laboratoire - Sécurité - Partie 1 : exigences générales). Je résume, cette personne a conçu un produit avec une alimentation sur son pcb, un convertisseur flyback AC/DC .... et bing ! .... obligé de sa taper la norme pour connaître les distances d'isolements et tous les trucs bien spéciales du genre la distance doit être augmenter entre phase et neutre si on est à plus de 2000m d'altitude


    Bon après il y a des parades :
    • Vendre un produit non fini comme c'est le cas pour les cartes de développement (Arduino et ses shields par exemple) et la douche froide c'est de croire que tu peux à la fin vendre un empilement de cartes non certifiées
    • T'autocertifier, c'est tout à fait possible, tu certifies que l'appareil répond à toutes les exigences, mais faut serrer les fesses très fort car si jamais il y a un problème et que quelqu'un accuse ton appareil et que tu as menti, tu es mal, même ton assurance va se dégager.
    • Concevoir un produit pour un client qui n'a vraiment aucune exigence ou pour les petits clients faute de gros moyen (ça arrive aussi, c'est surement ce que tu voulais dire jojo150393)

    Tout ça demande une expérience qu'on apprend pas à l'école et c'est un énorme boulot avant de démarrer concrètement

    Concernant l'expérience en CEM, je n'irai pas jusqu'a dire qu'il faut 30 ans d'expériences, moi en 6 ans mais de manière intense (car j'avais accès à la salle de torture en open bar) + formation lourde, j'arrivais vers la fin à faire passer mes produits du premier coup et même en poussant les tests de pré-certif en gamme spatiale pour la chambre anéchoïque uniquement (pas en injection direct ou couplage car je n'avais pas conçu mon produit pour qu'il évacue de tels courants, j'aurai tout pété) Quoi que tout bien réfléchie, si j'avais pas eu accès à ce labo de pré-certif, il était possible qu'il m'eut fallut une 15aine ou 20aine d'année quand même.

    @MonkeyForever
    Je pense toujours qu'il est possible de se lancer (sérieusement) mais ce n'est pas simple.
    Là où il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème.

  30. #24
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par Vincent PETIT Voir le message
    .............
    Concernant l'expérience en CEM, je n'irai pas jusqu'a dire qu'il faut 30 ans d'expériences, moi en 6 ans mais de manière intense (car j'avais accès à la salle de torture en open bar) + formation lourde, j'arrivais vers la fin à faire passer mes produits du premier coup et même en poussant les tests de pré-certif en gamme spatiale pour la chambre anéchoïque uniquement (pas en injection direct ou couplage car je n'avais pas conçu mon produit pour qu'il évacue de tels courants, j'aurai tout pété) Quoi que tout bien réfléchie, si j'avais pas eu accès à ce labo de pré-certif, il était possible qu'il m'eut fallut une 15aine ou 20aine d'année quand même.
    ............
    un truc amusant....la foudre sur un équipement avionique....
    Bon, on n'est plus en chambre anéchoïque, OK.

    Mais quand on voit les dégâts sur un premier proto.....on se dit que ce n'est pas un débutant qui conçoit les calculateurs des Airbus......heureusement !
    Il faut des années d'expérience !
    Et dans ce cas, ce n'est pas du soft qu'il s'agit.....

    Bonne soirée,
    JY
    A+

  31. Publicité
  32. #25
    jiherve

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    bonsoir,
    en effet ce ne sont pas des débutants et pourtant ils en ch..t quelque fois,toujours en fait car c'est vraiment très difficile.
    JR
    l'électronique c'est pas du vaudou!

  33. #26
    QueNenni

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Je pense que créer sa boite ex nihilo dans le domaine de l'électronique industrielle c'est impossible.
    Je vois, j'oublie. Je fais, je retiens.

  34. #27
    annjy

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par QueNenni Voir le message
    Je pense que créer sa boite ex nihilo dans le domaine de l'électronique industrielle c'est impossible.
    c'est un peu pour ça que j'avais évoqué le dépannage électroménager au post #9....

    cdlt,
    JY
    A+

  35. #28
    MonkeyForever

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Bonjour à tous, je me suis absenté du topic pensant qu'il avait bidé car je n'ai pas reçu de mail m'indiquant que quelqu'un avait posté.. et aujourd'hui je vous toutes vos réponses et je vous en remercie

    @annjy Salut à toi merci pour tes réponses, oui il est évident que lancer sa propre activité nécessite des compétence extra-scientifiques, à ne surtout pas négliger et j'en suis conscient. En tout cas au vu de réponse j'en déduis que se lancer la dedans et réussir rélève de l'exploi, ducoup je vais essayer de chercher si je peux me placer sur une autre activité en rapport avec mes compétences et l'électronique en générale, l'idée de réparer des appareils électroménager et une idée à creuser ! Il faut savoir que je cherche avant tout à m'éloigner le plus possible du salariat afin de travailler pour moi et mes clients seulement, mes expériences pro m'ont vraiment montrées que le travail en équipe n'est pas fait pour moi et que travailler seul sur des projets dont je suis directement responsable me semble être ce qui m'épanouira le plus. L'activité est "secondaire" (entre gros guillemets ")

    @Vincent PETIT Salut et merci pour tes réponses, on sent bien que tu as du vécu dans l'activité et que tu es passé par là toi aussi. Si j'ai bien compris tu me conseilles de plutôt me spécialiser dans un domaine tout en élargissant ma culture scientifique plutôt que de rester dans la conception hardware "globale" la ou il y a énormément de concurrence. Et je vois que tu insistes sur l'aspect normatif, je te comprends j'ai travaillé quelques temps dans un laboratoire de certification CEM et je voyais les mec indépendants qui voulaient sortir leur produit et .. qui galéraient

    @penthode Salut à toi, oui je sais évidement que les 35h sont de l'histoire TRES ancienne pour un entrepreneur. (ça serait trop facile sinon)

    @Jiherve Merci pour ta réponse, au moins tu as le mérite d'être direct . Si tu penses que ce lancer dans cette activité c'est du suicide, tu aurais des idées d'autres activités qui pourraient convenir à mon profil? En 50 ans de carrière tu as du en voir passer des personnes et des métiers ! (Ps: ce n'est pas toi qui fait des vidéos sur youtube ? peut être que je confond..)

    @jojo150393 Salut jojo, merci pour la vidéo elle à l'air super intéressante, je vais la visionner. Donc d'après toi, il vaut mieux se spécialiser lors d'un premier emploi, d'accord tu avis rejoins l'avis de pas mal de personnes.

    Pour l'instant ce topic m'a éclairé les yeux sur pas mal de points je vous en remercie, ça m'est indispensable. A l'heure actuel je n'ai pas le bagage pour monter une activité de conception directement, il me faut avoir plus d'expérience dans le domaine. Peut être que je peux diriger mes recherches sur une activité qui demande moins de connaissances techniques en ingénierie mais qui reste en rapport avec mes compétences techniques et l'électronique en général.

    Bonne journée à vous.

  36. #29
    Ragnis

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Citation Envoyé par annjy Voir le message
    un truc amusant....la foudre sur un équipement avionique....
    Bon, on n'est plus en chambre anéchoïque, OK.

    Mais quand on voit les dégâts sur un premier proto.....on se dit que ce n'est pas un débutant qui conçoit les calculateurs des Airbus......heureusement !
    Il faut des années d'expérience !
    Et dans ce cas, ce n'est pas du soft qu'il s'agit.....

    Bonne soirée,
    JY
    C'est exactement ca !!
    "Allez on va tester l'équipement"... pouf une centrale I en moins... oh 300/400k c'est pas grave

    Avec les normes c'est très compliqué de pouvoir sortir un produit. Bon sauf si tu veux utiliser le produit dans le désert.. là t'auras le droit mais je ne suis pas sur que ce soit utile.

    Cdt.

  37. #30
    Vincent PETIT
    Animateur Électronique

    Re : Travailler à son compte dans l'électronique?

    Ta conclusion est un peu dure !
    Je continue de penser que tu peux quand même te lancer mais, au vu de toute les réponses, pas dans n'importe quoi. Si je remets l'église au milieu du village et me recentre sur ta question initiale.

    Tu souhaites travailler à ton compte en électronique, tu peux faire :
    • Bureau d'études quasi impossible car il faudrait avoir rouler sa bosse un peu partout et avoir accumuler beaucoup d'expérience (Puissance, RF, Détection, Mesure et instrumentation, Audio, Embarqué, Aéro-Spatial-Défense, Automobile ...

    • Conception/Fabrication de produits finis très compliqué a cause du travail normatif (coûteux en plus) et il faut faire face à la concurrence sauf a inventer un truc qui n'existe pas mais de toute manière un jour ou l'autre quelqu'un viendra faire concurrence.

    • Travailler pour un grand compte en tant que presta/marché gré à gré Ça c'est possible car j'ai connu une boîte qui le faisait, c'était des choses très simples (petites automatisations, cartes relais, des capteurs ici et là et autres demandes dans le genre "je voudrai que quand l'opérateur fini de charger sa palette, je reçois un mail") par contre je ne sais pas si c'était rémunérateur ? Souvent tu n'as pas 36 clients quand tu fais ça donc méfiance sur la pérennité.

    • Consultant en systèmes embarqués possible mais il faut avoir l'oeil et des idées, tu visites des entreprises et tu proposes des axes d'améliorations/automatisations en vendant tes solutions plus ou moins complexes et rien ne t'empêche d'être intermédiaire entre ton client et la solution que tu peux faire soustraiter à un bureau d'études expérimenté.

    • T'associer à des startups qui se lancent dans l'IoT qui dit IoT dit forcément hardware à un moment donné mais tu vas t'approcher du bureau d'études sauf a t'associer à des startups qui ne veulent pas faire une usine à gaz ou un satellite. Le cycle des startups IoT est souvent celui là :

      - Proof of Concept sur Arduitruc ou Raspmachin,
      - Recherche d'un marché et souvent elles font toutes la même erreur car cette étape devait être la première (elles espèrent créer la demande en réalité comme dans l'industrie des applications mobiles où ça fonctionne, de manière éphémère mais ça fonctionne un temps),
      - Financement via partenaire + plateforme crowdfunding pour avoir des fonds et faire soustraiter chez un bureau d'études,
      - Souvent dépôt de bilan car pas de réel marché ni de demande.

      Rien ne t'empêche de faire un peu d'électronique pour tous ces gens

    Après il y a des inconvénients comme la charge de travaille en dent de scie pour les deux derniers et surtout si tu n'as pas de marché gré à gré (entendre par là que tu as négocier une somme à l'année et en échange on peut t'en demander plus ou moins. Ça se fait beaucoup et partout) et il y a ton age qui jouera un peu contre toi pour le consulting.
    Là où il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème.

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. quel programme choisir pour travailler dans l'electronique médicale
    Par electro-girl dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 0
    Dernier message: 31/12/2013, 14h42
  2. Un conseil pour compte tour electronique
    Par milou 34 dans le forum Électronique
    Réponses: 12
    Dernier message: 10/10/2009, 19h46
  3. Compte tour electronique
    Par zgoume dans le forum Électronique
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/03/2007, 13h59
  4. compte tour electronique à led pour moto
    Par xmen34 dans le forum Électronique
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/11/2005, 15h15
  5. Compte tours electronique ? qui sait modifier ?
    Par pyclic30 dans le forum Électronique
    Réponses: 2
    Dernier message: 18/07/2004, 14h02
Découvrez nos comparatifs produits sur l'informatique et les technologies.