Répondre à la discussion
Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 101

OGM : une solution contre la famine?




  1. #1
    Dismay_

    Exclamation OGM : une solution contre la famine?

    Bonsoir

    Je ne sais pas si cette question à une réelle place sur ce forum mais voilà c'est important.

    Pensez que les OGM sont une solution envisageable pour lutter contre la faim dans le monde?

    A defaut de laisser crever des centaines de milliers de gens dans le monde, n'est il pas préférable de nourrir les populations de cette manière bien que nous ne connaissons pas les eventuels effets sur l'homme?

    Je vous remercie d'avance,
    Bonne soirée à tous

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Ryuujin

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Envisageable à long terme, oui ; les premières causes de famines dans le monde sont d'après les stats de 2004 la sécheresse et les inondations.

    On commence à avoir des outils pour améliorer les rendements en situation de sécheresse, mais les OGM en question sont en cours de test, on ne peut pas s'avancer avant d'avoir les résultats de leur première génération.

    Pour le reste, les OGM actuellement commercialisés ne permettent que de réaliser dans certains cas une petite économie en épandant moins de pesticides (insecticides, herbicides), ils ne risquent pas de révolutionner la lutte contre la faim.

    Il y a également une autre piste, dans le cadre de la lutte contre les carences alimentaire : les variétés fortifiées. Le riz doré est entré dans sa phase de test finale.
    En Inde, il y a également la protato, une pomme de terre enrichie en protéines qui est en phase de tests, et il y a également un riz enrichi en fer qui fait l'objet de recherche.


    Je ne pense pas m'avancer en disant que ce n'est pas actuellement un axe de recherche majeur ; ces projets ne sont pas des projets à gros budget etc...

  4. #3
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    des recherche sur l'insertion d'un gène de résistance au sel sont poursuivie déjà depuis plusieurs années. Elles devraient permettre de mettre en valeur de grandes surface actuellement stériles notamment dans le Sahel.
    Les essais effectués à l'époque sur les anciennes salines du midi ont été alors massacrés par les demeurés anti OGM et doivent être poursuivis hors d'atteinte de ces obscurantistes. On envisage de créer des espèces céréalières halophytes et cela permettrait de faire face à l'augmentation de population de ces régions actuellement déshéritées de notre planète.
    Et cela devient urgent.


  5. #4
    benlamb

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Si on faisait un peu moins d'élevage intensif, et si on mangeait un peu moins de viande, on aurait un peu plus de place pour nourrir les hommes, au lieu de faire pousser du soja pour engraisser les bêtes...

    Si on gaspillait un moins (avez vous vu "le marché de la faim" ?), on pourrait nourrir plus de gens...

    Si on faisait pousser des cultures vivrières et pas de la canne à sucre, du mais et des palmiers pour faire des biocarburants, on pourrait nourrir plus de gens...

    Si on arrêtait de subventionner les agricultures occidentales, on favoriserait un peu plus les cultures vivrières et pas les cultures d'exportations dans les pays du Sud...

    Il y a suffisamment de variétés de riz, de patates et de tous autres plantes : on a pas besoin de "crééer" génétiquement de nouvelles plantes, qui tomberont sous un brevet d'une multinationale...On peut encore faire des croisements !
    Les OGM sont une solutions à court terme, il faut voir plus loin !

  6. #5
    invite765732342432
    Invité

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par Dismay_ Voir le message
    Pensez que les OGM sont une solution envisageable pour lutter contre la faim dans le monde?
    Le problème de la faim n'est pas tellement un problème de quantité de nourriture, mais plutôt un problème de répartition.
    Hormis les cas cités plus haut, les OGMs n'apporteraient pas tellement de solutions supplémentaire à grande échelle.

    A defaut de laisser crever des centaines de milliers de gens dans le monde, n'est il pas préférable de nourrir les populations de cette manière bien que nous ne connaissons pas les eventuels effets sur l'homme?
    Ethiquement, c'est assez discutable... Ca revient à utiliser des populations pauvres pour faire des tests.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Ryuujin

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Le problème de la faim n'est pas tellement un problème de quantité de nourriture, mais plutôt un problème de répartition.
    tu veux dire que les gens qui vivent dans des zones non suffisamment productives sont condamnés à être les mendiants des pays du nords, ou à l'exil ?

    C'est une belle vision des choses, mais je ne peux pas m'empêcher de ne pas y adhérer ; les agriculteurs du Sud ne veulent pas de nos dons massifs qui détruisent toujours plus leur agriculture, et qui les rendent toujours plus dépendants des dons. Ils veulent pour la plupart pouvoir produire suffisamment pour se nourrir, et sans la conccurence déloyale de nos énormes exploitations mécanisées.

    Il y a des problèmes de répartitions. Mais il y a AUSSI des problèmes de production ; quant un continent totalise à lui seul plus du tiers des famines d'origine climatique, réduire le problème à un problème de répartition des ressources est une véritable insulte.

  9. #7
    invite765732342432
    Invité

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    tu veux dire que les gens qui vivent dans des zones non suffisamment productives sont condamnés à être les mendiants des pays du nords, ou à l'exil ?
    Je ne sais pas où tu es allé lire ça dans mes propos...
    Le problème de la répartition, c'est justement que les pays victimes de famines ont parfois tendance à exporter plutôt que d'utiliser en local.

    Pour les pays où il y a un réel problème de production, je dirais plus que c'est un problème de surpopulation: Si le terrain n'est pas valable, on ne peut pas être nombreux à vivre à cet endroit. Et si on veut quand même y vivre, alors forcément, on doit être capable d'importer la nourriture (que ce soit en demandant de l'aide en permanence ou en produisant suffisamment d'argent pour acheter la nourriture aux voisins)
    Sinon, famine.

    Les solutions OGMs sont éventuellement là pour permettre d'augmenter la population acceptable dans une zone...

  10. Publicité
  11. #8
    doneP

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Bonjour

    JE suis en partie d'accord avec Benlamb.

    Alors oui des plantes halophytes çà parait géniale: mais pourquoi en arrive t'on à ces extrêmités. La salinité des sols (historiquement utilisée à des fins agricoles) est souvent liées à l'irrigation (pour produire plus). Les plaines de mésopotamies (israêl, palestine) ou les peuples se battent aujourd'hui pour des tas de cailloux étaient il y a quelques millénaires des plaines fertiles à l'origine de notre propre civilisation!

    Est ce qu c'est une "insulte" de dire que les ressources sont mal réparties ou est ce plutôt insultant la manière dont nos merveilleuses industries agri-agroalimentaires agissent sur la répartition mondiale des ressources agricoles.

    En effet, les agriculteurs du sud ne veulent pas de nos dons: Ces dons ont permis de tuer les modèles agricoles locaux avec des espèces vivrières locales: ces dons européens et américains ont menés à ce que les populations locales (plusieurs générations durant) ont délaissée et souvent définitivement perdu leur propre savoir et culture agricole. Rappelons également que les pays du sud sont souvent inexorablement fortement endettées vis à vis de nos pays (héritage post coloniale), l'argent servant à bouché une partie de nos déficits publiques sert à creusé le creusé les déficits locaux de ces pays.

    Le café, le cacao que nous buvons le matin d'ou viennent t'ils?
    J'entends déjà la mouatteur des doigts sur les claviers pour ressortir les grands préceptes de la logique économiques: rappelons que derrière ils y a des humains qui ont besoisn de manger tous les jours.

    De toute façon, nos mentors Cargill, Monsanto, Dupond de Nemours, Novartis, Avantis décide un peu notre place non?

  12. #9
    boblebricooleur

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    les ogm n'apporte rien (sauf des milliards de benefices à quelques personnes).
    et pour le moment, l'apport de pesticides sur les plants transgeniques reste toujours aussi important qu'avant, voir pire, mettant en perile l'ensemble des petits producteurs ainsi que la biodiversité des cultures.

    il faut savoir qu'aujourd'hui, les grands groupes essaies de nous faire croire que les ogm sont des solutions miracles apportant paix et santé au monde entier. c'est peut etre vrai sur le papier, mais sur le terrain, c'est different.

    pour les septiques comme felicha, qui traitent les anti ogm de demeurés et d'obscurantistes, je vous engage à lire le livre le monde selon monsanto, de marie monique Robin.

    que vous soyez pour ou contre les ogm, ca fait reflechir.

    bonne journée

  13. #10
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    felicha a eu l'occasion de voir de près les méthodes de culture traditionnelles africaines.
    Elles pouvaient suffire lorsque un territoire grand deux fois comme la France avait à nourrir 2 millions d'habitants. Les abjects colonialistes ont malheureusement apportés les vaccins, et quelques notions d'hygiène et la population du même territoire atteint aujourd'hui 8 millions d'habitants.
    Avec la culture traditionnelle qui n'avait pas changé depuis le néolithique l'hectare cultivé de mil rapporte 200 kilogrammes de grains par an.
    (ce qu'un agriculteur européen utilise comme semence)
    Il faut dire que le seul instrument de travail est le baton à fouir. Un simple baton lesté d'une pierre. On a un petit sac de grains autour du cou et on zig zague dans le champ en chantant une mélopée. de temps à autre on enfonce le baton et on met un grain dans le trou et on recommence trois mètres plus loin.
    Les tiges du mil servent à faire le feu pour chauffer la gamelle. Les sols qui sont chauds et secs pendant des périodes de 4 mois consécutifs sont totalement dépourvus de matière organique et donc de vie tellurique qui pourrait les régénérer et y apporter un peu d'azote.
    Pourtant ces régions reçoivent 800 mm d'eau par an, autant que les régions françaises les plus arrosées, mais il n'existe aucun systéme de stockage. Les sols sont naturellement salés, pas par l'irrigation qui n'y a jamais été pratiquée, mais parce que la région est une mer asséchée comme en témoignent les nombreux fossiles de cétacés.
    Il existe bien dans ces pays des centres de recherche agronomiques qui font ce qu'ils peuvent, mais les traditions restent écrasantes.
    Le sud du Texas a un climat sensiblement identique et la production d'un hectare y atteint 4 à 6 tonnes de céréales.

  14. #11
    benlamb

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par felicha Voir le message
    mais les traditions restent écrasantes.
    Et heureusement les OGM vont changer tout ça

    Citation Envoyé par felicha Voir le message
    On a un petit sac de grains autour du cou et on zig zague dans le champ en chantant une mélopée. de temps à autre on enfonce le baton et on met un grain dans le trou et on recommence trois mètres plus loin
    ça me laisse sans voix...c'est sûr que avec des exemples comme ça, on va arriver à faire manger des OGM à toute la planète...
    Il y a sûrement des améliorations à faire dans un système agricole comme le décrit si bien Félicha, mais de là à débarquer avec OGM qui vont ramener 6 tonnes à l'Ha...On peut imaginer autre chose non ?

  15. #12
    silenzio

    Wink Re : OGM : une solution contre la famine?

    Je ne connait pas le problème en profondeur mais je voudrais apporter une pierre soit pour l'édifice soit pour le jardin ;vous-tous me jugerez quelque soit le résultat à terme...

    Le système des brevets possède une durée de validité qui expirera à un moment donné...

    Les OGMs conserveront leurs spécifités quelqu'elles soient au-delà des générations...

    Les hybrides quelques soient leur statut légal ne sont valables que sur une seule et unique génération...

    A votre avis dans quel sens va s'orienter la recherche industrielle ???

    Je vous laisse réfléchir à cette question sans notions d'enjeux quels qu'ils soient et je ne peux que vous inviter à prendre du recul vis à vis de la surpopulation supposée en gardant à l'esprit que si vous faites le ratio rendement agraire/population ;vous aurez un résultat se rapprochant de notre moyen-age avant les guerres/épidémies....

    Il reste du chemin à faire autant pour nous (décroissance peut-être) que pour eux (...) sachant que le climat et les mentalités évoluent ;il existe peut-être une(d') autre(s) voie(s) que d'autres trouveront sans que les idées reçues qui NOUS font ne viennent perturber ce cheminement et même au-delà ;il en fait partie intresèque malgré ou avec nous...

    Nous ne sommes que le reflet d'une époque et seront jugés à l'aune d'une autre quoique nous fassions ; ne l'oublions jamais : le temps ne nous donnera jamais raison que le temps d'une époque...

  16. #13
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    il faudrait également que les anti ogm qui se figurent qu'il n'y a que le maïs de Monsanto ou autre multi nationale qui soit en cause, sachent que les recherches sur ce type de végétaux se poursuivent dans les services de recherche d'états comme le Burkina Fasso ou le Mali avec des participants européens. La bas il n'y a pas de faucheurs pour mettre leur travail en l'air. Ces services n'ont rien d'une multi nationale et le but de leurs recherches est l'amélioration du bien être de la population.

    Qu'il y a dans tous ces états des jeunes européens ou américains volontaires qui travaillent envoyés là par des organisations non gouvernementales pour tenter d'apporter dans ces pays de techniques plus performantes, pour les aider à équiper les forages de pompes, pour les aider à créer des retenues d'eau sur les rivières trop souvent sèches, pour instruire la population sur l'usage des engrais et même de machines agricoles comme des charrues, nettement plus performantes que les bâtons à fouir.

    Bien que nous soyons ici, sur un forum consacré à la recherche et à la connaissance, je crois de mon devoir d'ajouter que mon activité professionnelle m'a amené à contacter les sphères dirigeantes de certains de ces états et que j'en ai conservé un sentiment de tristesse et d'écoeurement..
    Se remplir les poches pendant que les administrés crèvent de faim est bien trop souvent la norme . détourner l'argent des organismes internationaux est un sport très pratiqué.
    quand on n'a jamais vu la réalité de près il vaut mieux se taire !

  17. #14
    doneP

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par felicha Voir le message

    Qu'il y a dans tous ces états des jeunes européens ou américains volontaires qui travaillent envoyés là par des organisations non gouvernementales pour tenter d'apporter dans ces pays de techniques plus performantes, pour les aider à équiper les forages de pompes, pour les aider à créer des retenues d'eau sur les rivières trop souvent sèches, pour instruire la population sur l'usage des engrais et même de machines agricoles comme des charrues, nettement plus performantes que les bâtons à fouir.
    Là, tu parles d'exporter de notre package de "bonne" pratiques de bon samaritains, il y là dans ces pratiques quelques relans de colonialistes bobo ( c'est nous les meilleurs). Mais connais tu les conséquences à moyen terme de ces "bonnes pratiques"!!??
    Les traditions restent écrasantes, n'en déplaise, de quel droit doit ton les briser?. Notre propre société sont des feux de paille, flamboyante mais près à s'écrouler à chaque dollard gagné par le baril de pétrole. Nos sociétés de consommation ont cassé presques tous nos modes de vie traditionnel (et pas forcément les plus mauvaises): résultat : au départ exode rurale et bidonville (Bécassine (), Argentine, Brési), puis Surpopulation dit extension urbaine, violence ... en passant par le poulet à la dioxine, déclin de la diversité biologique, les pollutions de l'eau , de l'air, des sols, de l'espace, de l'esprit sans doute un peu...C'est sur on mange tous à notre faim aujourd'hui mais à quel prix et pour combien de temps.

    Les traditions sont faites pour évoluer, ca prend du temps mais ca permet peut être de faire moins des co...neries.

    De plus, je ne suis pas toujours sur qu'en voyant la vérité de près on soit toujours les mieux placer pour parler, en tout cas on peut discuter, débattre (c'est l'objectif de ce forum) bref d'être amené à réfléchir autrement et de se faire parfois les idées reçus

  18. #15
    doneP

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par doneP Voir le message
    De plus, je ne suis pas toujours sur qu'en voyant la vérité de près on soit toujours les mieux placer pour parler, en tout cas on peut discuter, débattre (c'est l'objectif de ce forum) bref d'être amené à réfléchir autrement et de se faire parfois les idées reçus
    L'allégorie de la caverne: on peut être près de quelque objet, mais on n'en voit peut être que l'ombre

  19. #16
    wizz

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par felicha Voir le message
    felicha a eu l'occasion de voir de près les méthodes de culture traditionnelles africaines.
    Elles pouvaient suffire lorsque un territoire grand deux fois comme la France avait à nourrir 2 millions d'habitants. Les abjects colonialistes ont malheureusement apportés les vaccins, et quelques notions d'hygiène et la population du même territoire atteint aujourd'hui 8 millions d'habitants.
    Avec la culture traditionnelle qui n'avait pas changé depuis le néolithique l'hectare cultivé de mil rapporte 200 kilogrammes de grains par an.
    (ce qu'un agriculteur européen utilise comme semence)
    Il faut dire que le seul instrument de travail est le baton à fouir. Un simple baton lesté d'une pierre. On a un petit sac de grains autour du cou et on zig zague dans le champ en chantant une mélopée. de temps à autre on enfonce le baton et on met un grain dans le trou et on recommence trois mètres plus loin.
    Les tiges du mil servent à faire le feu pour chauffer la gamelle. Les sols qui sont chauds et secs pendant des périodes de 4 mois consécutifs sont totalement dépourvus de matière organique et donc de vie tellurique qui pourrait les régénérer et y apporter un peu d'azote.
    Pourtant ces régions reçoivent 800 mm d'eau par an, autant que les régions françaises les plus arrosées, mais il n'existe aucun systéme de stockage. Les sols sont naturellement salés, pas par l'irrigation qui n'y a jamais été pratiquée, mais parce que la région est une mer asséchée comme en témoignent les nombreux fossiles de cétacés.
    Il existe bien dans ces pays des centres de recherche agronomiques qui font ce qu'ils peuvent, mais les traditions restent écrasantes.
    Le sud du Texas a un climat sensiblement identique et la production d'un hectare y atteint 4 à 6 tonnes de céréales.
    Tu prends le Sud du Texas, puis:
    -tu supprimes les engrais
    -tu supprimes les insecticides
    -tu supprimes les herbicides
    -tu supprimes les engins mécaniques
    -tu supprimes les pompes qui permettent l'irrigation
    Laisse les agriculteurs se démerder "naturellement", disons à arme égale avec les africains puisque c'est à eux que tu compares.
    Puis reviens nous voir dans 20 ans pour nous dire ce que ça a changé (une fois que les mauvaises herbes et les insectes nuisibles se seraient adaptés aux OGM)

  20. #17
    Burt67

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Oui et non, parce qu'il y a OGM et OGM.

    Oui, l'OGM peut être un moyen de développer l'agriculture dans des conditions où naturellement les rendements seraient trop faibles. Mais il ne faut pas croire qu'on soit capable de faire pousser un épi de Maïs sur un caillou en plein désert. De plus il existe des OGM depuis très longtemps comme les clémentines, les roses, certains poivrons et piments, etc.

    Mais l'OGM tel qu'on l'entend aujourd'hui est avant tout destiné à pallier l'inéficacité de certains pesticides contre des nuisibles résistants aux phytosanitaires traditionnels. Les risques sanitaires sont là, mais ce n'est même pas tant ça qui m'inquiète. Ce qui me gène davantage c'est que les brevets de ces OGM sont tenus par certaines grosses firmes qui ont une situation de quasi-monopole sur le marché mondial avec toutes les dérives auxquelles cela peut conduire. Cette dépendance des petits exploitants vis-à-vis de grosses compagnies est particulièrement dangereuse.

  21. #18
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    il existe de nombreuses variétés de tomates OGM qu'on trouve en sachets dans tous les supermarchés et qui ne font l'objet d'aucun brevet en cours. . N'oublions pas que la tomate culture d'origine tropicale est produite aujourd'hui, en hiver dans des serres à peine chauffées aux Pays Bas qui sont loin d'avoir un climat tropical.
    On fait une fixation sur le maïs Monsanto qui résiste à la pyrale; mais à coté, comme le fait remarquer un intervenant de nombreux labo ont développé des OGM qui touchent bien plus d'espèces végétales. Cela va du Colza à des arbres fruitiers . Que ces labos prennent des brevets afin de pouvoir se payer de leur travail et continuer leurs recherches, cela me semble plus judicieux que d'aller défiler en demandant aux contribuables de les entretenir.
    Comme l'a fait remarquer un participant, les brevets ne protègent l'inventeur que quelques années, après, tout le monde peut les utiliser.
    Les anti ogm me rappellent les anti pommes de terre qui ont retardé en France la plantation e ces légumes pendant deux siècles. Quelques fois en disant qu'il ne s'agissait pas d'un légume chrétien.
    Espagnols, allemands, italiens, Néerlandais, Irlandais ont commencé à consommer des patates quelques années après leur découverte en Amérique. La France a du attendre Parmentier sous Louis XV quelques années avant la révolution de 1789 causée en grande partie par le famine.
    L'académie française de médecine était alors contre la consommation de pommes de terres sous prétexte qu'elle était une solanacée et donc toxique comme la morelle noire !

  22. #19
    benlamb

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par felicha Voir le message
    il existe de nombreuses variétés de tomates OGM qu'on trouve en sachets dans tous les supermarchés et qui ne font l'objet d'aucun brevet en cours. . N'oublions pas que la tomate culture d'origine tropicale est produite aujourd'hui, en hiver dans des serres à peine chauffées aux Pays Bas qui sont loin d'avoir un climat tropical
    Des Tomate OGM ? En êtes vous bien sûr ? Pas en France en tout cas

    Je ne vois pas en quoi la culture de tomates OGM sous serre aux Pays Bas va résoudre le problème de la fin dans le monde. D'ailleurs, c'est là que je vois une partie du problème : on dépense une énergie folle à faire pousser des légumes tropicaux en hiver...Alors qu'en Afrique ça pousse seul et sans OGM. Si on pouvait d'abord régler pas mal de problèmes environnementaux, comme privilégier les cultures vivrières, la dégradation des sols, les pollutions diverses, je suis sûr qu'on pourrait largement se passer d'OGM

  23. #20
    kinette

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Bonjour,
    Il me semble qu'on voit ici pas mal de raisonnements simplistes, manichéens.

    Tout d'abord côté OGM, comme certains l'ont rappelé, il y a une différence entre les OGM développés par la recherche publique et ceux type Montsanto, développés dans un but de rentabilité et d'invasion du marché (brevets, etc...) qui posent des problèmes économiques (main-mise sur l'agriculture), et aussi amènent à s'interroger sur leur impact écologique (herbicides associés pour ceux qui résistent aux herbicides, problèmes d'impact sur la faune pour ceux qui résistent aux insectes, même s'ils évitent de disperser des insecticides dans l'environnement, et problème de sécurité alimentaire: s'assure-t-on correctement de l'innocuité des protéines insérées?...).

    Du côté de la recherche publique, les buts ne sont pas les mêmes et sont plus philanthropiques. Ca n'empêche évidemment pas de faire des erreurs, et on a vu par le passé des projets agricoles échouer, car non adaptés aux pays, au climat, etc...
    Toutefois, actuellement les agronomes des "pays en voie de développement" ont de bonnes formations, et connaissent aussi la réalité de leur pays. Ils ont donc je pense une meilleure idée des problèmes à régler, et de ce que peuvent apporter les OGM. S'imaginer qu'on arrivera à nourrir tout le monde avec des "méthodes traditionnelles" est être un peu rêveur... je suis passée au Maroc... il y a 30 ans, ma mère me raconte que les champs de blé (blé dur) étaient très très clairsemés. Actuellement, on voit de beaux champs, avec des épis serrés. Je ne pense pas qu'on puisse ici aller morigéner contre le changement, et parler de développement illogique.
    Évidemment tout le pays n'a pas suivi ce chemin, et dans le sud j'ai aussi vu les champs clairsemés et récoltés sans machines...
    Si on arrive à modifier l'agriculture sans faire appel aux OGM, c'est déjà bien. Les OGM ne sont évidemment pas LA solution, il ne faut pas se leurrer. Par contre, si on arrive à modifier des variétés, pas seulement par croisement, mais aussi par génie génétique, en ne faisant pas n'importe quoi, en s'assurant que ce n'est pas dangereux, pourquoi pas. Les SI restent importants, et il faut rester vigilants.

    Je tiens aussi à expliquer que par génie génétique on ne fait pas nécessairement que des trucs "quasi impossibles naturellement": un OGM n'est pas nécessairement produit par ajout d'un gène étranger. On peut aussi produire des mutations dirigées, qui peuvent arriver naturellement: duplication de gène (pour augmenter la production d'une protéine déjà naturellement présente), extinction d'un gène (pour éliminer une substance produite par la plante), récupération d'un gène présent dans une variété d'une même espèce pour la transmettre à une autre variété de la même espèce. Dans de tels cas, on a déjà une bonne part des inquiétudes liées aux OGM qui n'ont pas lieu d'être.
    De même, le transfert de gène correspondant à une protéine normalement consommée (produite par une plante alimentaire) dans une variété alimentaire est relativement sûr.

    Je comprends parfaitement l'envie de conserver le charme des "exploitations traditionnelles", qui paraissent plus naturelles, ont effectivement souvent un impact moins fort sur l'environnement. C'est aussi mon rêve, mais on ne peut pas non plus nier les besoins humains... l'important serait d'essayer d'y répondre intelligemment.

    Bien cordialement,
    K
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  24. #21
    doneP

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par felicha Voir le message
    il existe de nombreuses variétés de tomates OGM qu'on trouve en sachets dans tous les supermarchés et qui ne font l'objet d'aucun brevet en cours. . N'oublions pas que la tomate culture d'origine tropicale est produite aujourd'hui, en hiver dans des serres à peine chauffées aux Pays Bas qui sont loin d'avoir un climat tropical.
    A peine chauffé : c'est relatif, il doivent créer en plus une luminosité artificielle adaptée à la photopériode de la plante (J'ai un cas auprès de chez moi, il dégage une luminosité si forte (visible à 20km au moins) que la luminosité de la ville de Rennes est a peine perceptible).
    L'agriculture aujourd'hui est surtout focaliser sur certaines espèces, regardons nos champs: blé et maïs. Des variétés considérées comme non rentable ont pratiquement disparu de nos paysage (orge, blé noir, seigle, triticale...) pourtant ces variétés sont adaptée à des conditions pédoclimatiques souvent difficiles, ces espèces ont peu de cultivar car elles n'ont pas bénéficié de beaucoup de recherche ou d'amélioration. Dans le modèle agricole présents, on a préféré amendé, drainé (30% de SAU en Bretagne) pour mettre du maïs et du Blé. En définitif, on a pollué nos réserves en eau, on a plus d'inondations et de coulée de boue, quand deux ou trois année de sécheresse se suive, les réserves en eau sont vides...
    On arrive ensuite à des situations comme en Espagne ou importe de l'eau parce que l'agriculture intensive à durant des décennies épuiser toutes les réserves: LE niveau des nappes phréatiques résultats de milliers d'année de pluviométrie ne s'en remète plus. On va surement trouvé des solutions (OGM moins gourmande en eau, désalement de l'eau de mer)
    La solution de facilité est toujours la plus forte... Je conçois qu'une société moderne durable doit avant tout mesurer, peser la valeur de chacun de ces actes et ne pas toujours penser que quoi qu'il arrive on trouvera toujours une solution.

  25. #22
    Ryuujin

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Je ne sais pas où tu es allé lire ça dans mes propos...
    C'est le prolongement logique de ton propos. Si pour toi ce n'est pas un problème de production locale, mais de "répartition", cela signifie logiquement que les pays les plus productifs doivent nourrir les autres.

    Le problème de la répartition, c'est justement que les pays victimes de famines ont parfois tendance à exporter plutôt que d'utiliser en local.
    Ca, très franchement, je n'y crois pas une seconde : quand il y a sécheresse, on ne peut pas faire de canne à sucre, de maïs, de café, de cacao ou autre : ce genre de problème climatique touche toutes les cultures, indifféremment.

    Trouve moi donc un pays souffrant de la famine qui exporte plus qu'il n'importe, et bon courage...
    S'ils avaient vraiment quelque chose à exporter, alors il n'y aurait pas de problème de répartition des ressources à l'échelle mondiale, puisqu'ils auraient des ressources ; ils pourraient les vendre pour se procurer de la nourriture.
    Le problème, c'est que lorsqu'on ne peut pas faire de la petite agriculture vivrière, on peut encore moins faire de l'agriculture pour l'exportation...


    Pour les pays où il y a un réel problème de production, je dirais plus que c'est un problème de surpopulation: Si le terrain n'est pas valable, on ne peut pas être nombreux à vivre à cet endroit.
    C'estun point de vue, mais je le trouve cynique et inhumain : si on a les moyens techique de produire suffisamment sur ces terres pour nourrir ceux qui y habitent, non, ce n'est pas un problème de surpopulation : c'est un problème technique, de production.
    Ce n'est pas vrai : ce n'est pas l'exode ou la mort ; il y a très peu d'espaces où l'on ne peut vraiment plus envisager de produire.


    Les solutions OGMs sont éventuellement là pour permettre d'augmenter la population acceptable dans une zone...
    Tu n'as pas l'impression que tu oublies la population déjà existante ? C'est elle qu'il faut nourrir avant tout, et il ne sert strictement à rien de parler malthusianisme etc...etc... : elle est déjà là cette population, il faut lui permettre de subvenir à ses besoins.


    La salinité des sols (historiquement utilisée à des fins agricoles) est souvent liées à l'irrigation (pour produire plus).
    L'irrigation pour produire plus, c'est en France ça. Dans la plupart des pays du Sud, l'irrigation c'est pour produire tout court.
    Et en situation de sècheresse entrainant une famine (car c'est bien de ça qu'on parle) il s'agit bien de trouver de nouveaux moyens de produire.

    L'intérêt principale de ces OGM halophytes, ce n'est pas tant qu'ils poussent mieux sur des sols salés : c'est qu'on peut les arroser moins, et qu'on peut les arroser avec de l'eau salée (par exemple un mélange d'eau douce et d'eau de mer, ou d'eau d'une nappe phréatique salée inexploitable en temps normal).


    Est ce qu c'est une "insulte" de dire que les ressources sont mal réparties
    C'est une insulte de tout réduire à un problème de répartition des ressources.
    Les agriculteurs ne sont ni des mendiants, ni des pions qu'on peut déplacer d'une région ou d'un pays à l'autre comme on l'entends ; ils ont souvent une fierté, et un attachement à leur pays, à leurs terres.


    Le café, le cacao que nous buvons le matin d'ou viennent t'ils?
    Moi ça me gène pas de leur acheter du café ou du cacao tant que ce que ca leur rapporte à l'hectare leur permet de mieux se nourrir en important.
    S'il s'agit d'un échange blé/café où économiquement et alimentairement parlant les pays producteurs de café sont gagnants, ya aucun problème, j'en boirai une tasse chaque matin.
    Le problème, c'est que ce n'est généralement pas le cas.


    pour les septiques comme felicha, qui traitent les anti ogm de demeurés et d'obscurantistes, je vous engage à lire le livre le monde selon monsanto, de marie monique Robin.
    que vous soyez pour ou contre les ogm, ca fait reflechir.
    Effectivement : cela fait réfléchir de voir tout ce qu'on peut vous faire croire avec quelques affirmations bidon.
    Si le "public" était en charge des projets de développement et cie en Afrique, cela fait un bail que ce continent serait une sorte de réserve à l'américaine...
    Pas une réserve naturelle, non, un vaste ghetto où on empêche tout changement, et donc toute adaptation...

    Boblebricoleur, remets un peu tes préjugés en question, et va lire des trucs sérieux sur le sujet, on en reparlera après.


    Il y a sûrement des améliorations à faire dans un système agricole comme le décrit si bien Félicha, mais de là à débarquer avec OGM qui vont ramener 6 tonnes à l'Ha...On peut imaginer autre chose non ?
    Et pourquoi pas ? On va quand même pas refuser une solution sous prétexte qu'elle risque de bien marcher, ça serait un comble...


    A votre avis dans quel sens va s'orienter la recherche industrielle ???
    Tu oublies deux points très importants :
    1) la plupart des hybrides ne sont pas rentables à ressemer => pas de marché noir. Alors que pour les OGM, niveau marché noir, ça cartonne...
    2) on peut aussi breveter des hybrides et des croisements...

    Cela change tout, n'est-ce pas ?


    Là, tu parles d'exporter de notre package de "bonne" pratiques de bon samaritains, il y là dans ces pratiques quelques relans de colonialistes bobo ( c'est nous les meilleurs). Mais connais tu les conséquences à moyen terme de ces "bonnes pratiques"!!??
    Non : elle parle de mettre au point de nouvelles techniques adaptée au climat qui change, à l'aridification qui gagne du terraine etc...etc...
    Il est clair qu'on ne va pas leur apporter de la vigne et cie, ne dites donc pas n'importe quoi, et renseignez-vous un peu sur le travail de ces gens avant de leur cracher allègrement au visage.

    Et cette volonté de faire de l'Afrique une sorte de réserve d'indiens qui devraient conserver toutes leurs pratiques etc... alors même qu'elles ne suffisent plus à nourrir leur population, ce n'est pas un néo-colonialisme bobo ? La technique, c'est fait pour évoluer. Pour les nostalgiques, on a la vidéo et les musées ; l'Afrique n'est pas un musée pour bobos fanas d'Alma mater et cie.


    ( c'est nous les meilleurs)
    Oui, c'est vrai, c'est nous les meilleurs, et pas par hasard : parcequ'on a le monopole de la recherche scientifique, des études longues, des recherches et projets de développement etc...etc...
    En plus de centraliser l'essenciel des moyens en terme de recherche et cie, on draine l'Afrique de ses cerveaux.
    Où pensez-vous que les spécialistes mondiaux de l'agronomie, du développement agricole enseignent ? à Bamako ? Ou à Paris et cie ?


    Mais l'OGM tel qu'on l'entend aujourd'hui est avant tout destiné à pallier l'inéficacité de certains pesticides contre des nuisibles résistants aux phytosanitaires traditionnels.
    Drôle de raisonnement ; ce n'est pas parceque la majorité des plantes OGM commercialisées actuellement sont destinées à limiter l'emploi d'intrants qu'on ne peut pas en faire d'autres.


    Ce qui me gène davantage c'est que les brevets de ces OGM sont tenus par certaines grosses firmes qui ont une situation de quasi-monopole sur le marché mondial avec toutes les dérives auxquelles cela peut conduire. Cette dépendance des petits exploitants vis-à-vis de grosses compagnies est particulièrement dangereuse
    1) c'est faux : il n'y a pas que des grosses multinationales sur ce marché, il y a également des petites compagnies qui profitent d'un marché local.
    2) et qu'est-ce qui empêche les états et ONG de mettre au points leurs OGM ? Nan parceque mine de rien, les OGM pour les projets de développement, ce n'est pas des multinationales qu'ils vont venir ; ce n'est as leur taff.
    Ils vont venir des programmes de l'ONU, de programmes nationaux (recherches universitaires etc...) et cie.


    Évidemment tout le pays n'a pas suivi ce chemin, et dans le sud j'ai aussi vu les champs clairsemés et récoltés sans machines...
    De même, j'ai vu des récoltes à la faucille (qui ont sans doute encore lieu ainsi actuellement), des céréales battues à la main etc... Et ce n'était pas il y a 30 ans.


    L'agriculture aujourd'hui est surtout focaliser sur certaines espèces, regardons nos champs: blé et maïs. Des variétés considérées comme non rentable ont pratiquement disparu de nos paysage (orge, blé noir, seigle, triticale...) pourtant ces variétés sont adaptée à des conditions pédoclimatiques souvent difficiles, ces espèces ont peu de cultivar car elles n'ont pas bénéficié de beaucoup de recherche ou d'amélioration. Dans le modèle agricole présents, on a préféré amendé, drainé (30% de SAU en Bretagne) pour mettre du maïs et du Blé.
    Svp, ne mélangez pas tout : les problèmes de famines, c'est pas en Bretagne ni en Espagne à ma connaissance...

  26. #23
    invite765732342432
    Invité

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Ca, très franchement, je n'y crois pas une seconde : quand il y a sécheresse, on ne peut pas faire de canne à sucre, de maïs, de café, de cacao ou autre : ce genre de problème climatique touche toutes les cultures, indifféremment.
    Trouve moi donc un pays souffrant de la famine qui exporte plus qu'il n'importe, et bon courage...
    Tu oublies un point important: on ne peut pas se nourrir de café ni de cacao. Si un pays consacre une partie de ses surface agricoles "de qualité" à des cultures non-vivrières, forcément il y aura moins de nourriture dispo en cas de problème climatique.
    La question n'est donc pas qui exporte plus qu'il n'importe, mais qui exporte des produits agricoles qui ont monopolisé des terres utiles pour les cultures vivrières.

    S'ils avaient vraiment quelque chose à exporter, alors il n'y aurait pas de problème de répartition des ressources à l'échelle mondiale, puisqu'ils auraient des ressources ; ils pourraient les vendre pour se procurer de la nourriture.
    S'il y a des problèmes de famine, les prix de la nourriture s'envolent. Et donc ils n'ont plus les moyens de se payer assez de nourriture. Une règle simple du marché.

    Tu n'as pas l'impression que tu oublies la population déjà existante ? C'est elle qu'il faut nourrir avant tout, et il ne sert strictement à rien de parler malthusianisme etc...etc... :
    J'ai dit: augmenter la population acceptable. S'il y a famine, c'est que la population a déjà dépassé la limite.

    Je passe sur le reste de ton commentaire pour en venir à un point essentiel (pour moi):
    Je répète que le problème n'est pas la famine, mais la population: Quels que soient les moyens techniques de production de nourriture, tant que la population augmente, il y aura des risques de famine.
    En particulier dans les pays secs où l'espace habitable est beaucoup plus important que l'espace cultivable.

    Tu peux mettre en oeuvre tous les moyens que tu veux, si la population ne reste pas en dessous du seuil permettant au pays de s'auto-suffire (en comptant les exportations), alors il y aura famine.
    Et c'est aussi valable en France, sauf que nous avons la chance de vivre dans un pays tempéré et humide où le seuil "acceptable" de population est incroyablement haut.

  27. #24
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    ouf, je constate qu'il y a aussi dans ce forum quelques esprits équilibrés qui développent des idées que je n'aurais pas osées avancer moi même de peur de me faire traiter de colonialiste bobo et attardé.

    Je signale que les OGM ont été produits bien avant d'utiliser les méthodes actuelles qui tentent d'introduire dans le génome des gènes aux propriétés intéressantes.
    Avant d'avoir mis ces méthodes au point, on tentait de modifier les génomes en tentant de provoquer des mutations dans les végétaux.
    Par exemple j'ai lu qu'on traitait les étamines de certaines plantes avec des produits tels la colchicine, mais également avec d'autres réactifs.
    Ou encore que l'on soumettait les plantes en période de reproduction à des irradiations qui entraînaient soit la mort du végétal, soit la création d'une nouvelle espèce présentant des caractères inattendus.
    Ces méthodes provoquaient des mutations très aléatoires et totalement imprévisibles.
    D'abord, il y avait la création d'une majorité de plantes stériles, ensuite, de nombreux mutants ne présentaient aucun caractère intéressant, par contre sur un millier de grains obtenus, il y en avait un ou deux qui présentait une amélioration par rapport à la plante d'origine. Cette méthode de travail prenait énormément de temps et n'aboutissait pas toujours à un résultat intéressant.
    Les variétés de tomates pouvant se développer sans problème sous des climats non tropicaux ont été ainsi mise au point dans les années 30 par traitement des étamines à la colchicine. Même le périodique Sciences et Vie de l'époque l'a publié et il doit être possible de retrouver ces articles dans les archives de cette publication, il y a donc plus de 70 ans. Ces variétés n'ont pas été brevetées, ce n'était pas la mode; mais elles sont aujourd'hui cultivées dans le monde entier. (Il n'y a pas que les tomates il y a aussi le colza qui était signalé toxique pour l'homme et que l'on nous sert aujourd'hui sous la forme d'huile comestible. ce ne sont que deux exemples)
    et personne à ma connaissance n'a attrapé la diarrhée en consommant des tomates produites en hiver.

  28. #25
    Santépub

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par Dismay_ Voir le message
    Bonsoir

    Je ne sais pas si cette question à une réelle place sur ce forum mais voilà c'est important.

    Pensez que les OGM sont une solution envisageable pour lutter contre la faim dans le monde?

    A defaut de laisser crever des centaines de milliers de gens dans le monde, n'est il pas préférable de nourrir les populations de cette manière bien que nous ne connaissons pas les eventuels effets sur l'homme?

    Je vous remercie d'avance,
    Bonne soirée à tous
    Je me sens obligé de réagir à ce que tu as dit... Et de prendre un exemple similaire au tient...
    A defaut de ne pas loger de centaines de personnes en france, n'est il pas preferable de loger les personnes dans des habitats insalubres??
    Le principe de precaution est en effet tres utilisé en ce moment envers et contre tout mais il faut laisser le temps au temps et ne pas faire n'importe quoi dans un sens ou dan l'autre

  29. #26
    Ryuujin

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Si un pays consacre une partie de ses surface agricoles "de qualité" à des cultures non-vivrières, forcément il y aura moins de nourriture dispo en cas de problème climatique.
    Tu oublies que les cultures pour l'exportation ne sont pas données, mais vendues, et rapportent de l'argent qui peut servir à importer de la nourriture en cas de problème.

    Ton raisonnement est simpliste : toute culture pour l'exportation n'est pas nécessairement mauvaise. Elle est mauvaise si elle ne permet pas de se procurer plus de nourriture que des cultures vivrières.


    S'il y a des problèmes de famine, les prix de la nourriture s'envolent. Et donc ils n'ont plus les moyens de se payer assez de nourriture. Une règle simple du marché.
    Uniquement si le pays est fermé à l'importation. Je doute que cela soit courant.
    Et je rappelle mine de rien que les premières causes de famines sont bien les sècheresses et inondations, qui n'épargnent pas non plus les cultures pour l'export que je sache !


    Je répète que le problème n'est pas la famine, mais la population: Quels que soient les moyens techniques de production de nourriture, tant que la population augmente, il y aura des risques de famine.
    C'est tout simplement inhumain : la population actuelle, on ne peut pas la changer.
    Donc lorsqu'il y a famine, le problème n'est pas la population, mais la famine.
    A moins de laisser délibérément mourrir ces gens, on ne peut que chercher à résoudre la famine, pas à faire baisser la population !!


    Tu peux mettre en oeuvre tous les moyens que tu veux, si la population ne reste pas en dessous du seuil permettant au pays de s'auto-suffire (en comptant les exportations), alors il y aura famine.
    Ce seuil n'est pas fixe : il dépend des rendements. Et on a aujourd'hui énormément de marge de manoeuvre en terme de rendement.

    Dire que le problème, c'est la population, cela revient à dire à un malade que le problème, ce n'est pas sa maladie, c'est qu'il est encore en vie pour en souffrir !


    A defaut de ne pas loger de centaines de personnes en france, n'est il pas preferable de loger les personnes dans des habitats insalubres??
    Pour ces personnes, sans doute que si. Mais pour les responsables sur qui retombera le moindre accident, non.

  30. #27
    invite765732342432
    Invité

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Tu oublies que les cultures pour l'exportation ne sont pas données, mais vendues, et rapportent de l'argent qui peut servir à importer de la nourriture en cas de problème.
    Ton raisonnement est simpliste : toute culture pour l'exportation n'est pas nécessairement mauvaise. Elle est mauvaise si elle ne permet pas de se procurer plus de nourriture que des cultures vivrières.
    Les lois (générales) du marché ne sont pourtant pas super compliquées: En cas d'abondance, la nourriture coute peu cher, en cas de pénurie, elle coute très cher.

    En temps normal, on vend X tonnes de café pour acheter Y tonnes de nourriture. Ca nourrit une population donnée.
    En cas de sécheresse (phénomène global et pas local), les récoltes de café et de nourriture baissent. Les prix augmentent un peu pour le café (parce que ce n'est pas une ressource de première nécessité) et les prix de la nourriture flambent (parce que c'est indispensable et que la demande est incompressible).
    Et les prix des autres exportations restent constantes.

    Résultat: on produit moins de café que l'on vend un peu plus cher pour acheter de la nourriture qui coute beaucoup plus cher.
    Les autres exportations permettent d'acheter beaucoup moins de nourriture
    Les ressources ne sont plus suffisantes pour alimenter la population => Famine.

    Si la culture du café avait été remplacée par des cultures vivrières, le manque de nourriture aurait été plus faible, et la flambée des prix restreinte.
    Les autres exportations auraient donc permis d'acheter davantage de nourriture que dans le cas précédent (mais moins qu'en temps normal).
    Les ressources ne sont toujours pas suffisantes, mais tout de même plus abondantes que dans le cas précédent => on peut espérer une disette.

    Quel est le problème dans ce raisonnement ?

    C'est tout simplement inhumain : la population actuelle, on ne peut pas la changer.
    La population, ça évolue tout seul.
    Si un pays a une démographie hyper-dynamique, ça provoquera des famines quoiqu'il arrive. Et toute la bonne volonté n'y changera rien.
    Ca n'empèche pas de faire des efforts pour aider ces pays, mais tant que la démographie n'est pas adaptée aux ressources disponibles, il y aura des famines, c'est une évidence.

    Ce seuil n'est pas fixe : il dépend des rendements. Et on a aujourd'hui énormément de marge de manoeuvre en terme de rendement.
    Ce seuil est effectivement variable. Mais si tu augmentes ce seuil de 10% (c'est déjà bien), et que pendant ce temps la population augmente de 10% aussi, les problèmes ne sont pas près de s'arranger.

    Dire que le problème, c'est la population, cela revient à dire à un malade que le problème, ce n'est pas sa maladie, c'est qu'il est encore en vie pour en souffrir !
    Non, ça revient à dire à un malade que tant qu'il ne fait pas attention aux bases de l'hygiène, ils continuera à tomber malade. On peut le soigner à chaque fois, mais son corps continuera à s'affaiblir.
    Par ailleurs je n'aime pas du tout ton analogie maladie/famine qui permet de tirer n'importe quelle conclusion. Prière de ne pas continuer.

  31. #28
    doneP

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Je ne sais pas si le démontage systématique (phrase par phrase) de certains intervenants est le moyen le plus approprié pour faire avancer un débat (Avis des modérateurs?).
    Désolé pour le terme de" néo colonialisme bobos" qui ne visait pas à atteindre une personne. J'ai voulu cependant qualifié un certain nombre de personne qui, sous couvert d'avoir ( à juste titre parfois) une grande culture , pense devoir inculquer à autrui (de culture sensé plus faible) la manière dont il doit agir.

    Résoudre la famine dans le monde est probablement la plus belle utopie de l'humanité.
    Face à cette utopie deux camps s'affronte et face à la équation (ressource/ population), le premier pense qu'il faille agir en aval avec toutes les solutions technologiques dont l'on dispose sur le moment ou dont on disposera dans le futur; tandis que le deuxième pense qu'il faut essayer d'abord de modifié le système en amont avant d'employer l'artillerie lourde. Ces deux philosophies sont louables c'est domamge de les opposer?

  32. #29
    Ryuujin

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    Les lois (générales) du marché ne sont pourtant pas super compliquées: En cas d'abondance, la nourriture coute peu cher, en cas de pénurie, elle coute très cher.
    Faudrait savoir ce que tu dis : si c'est un problème de répartition et non de production, il ne peut pas y avoir de pénurie ; il y a toujours la possibilité d'importer de la nourriture !!
    Ou alors, c'est comme je le disais que les productions destinées à l'exportations ne dégagent pas autant de revenu qu'elles le devraient.

    Mais bon, on est en train de chercher des noises aux moustiques là : pour la n-ième fois, les premières causes de famines sont les sécheresses et inondations, et jusqu'à preuve du contraire, elles ne sont pas spécifiques des cultures vivrières !!!


    Quel est le problème dans ce raisonnement ?
    tous ses postulats implicites :
    - tu supposes le pays en question incapable d'importer de la nourriture. les prix des productions locales flambent. Une famine au Sahel ne se voit que très peu à Chicago.
    - "Si la culture du café avait été remplacée par des cultures vivrières, le manque de nourriture aurait été plus faible, et la flambée des prix restreinte." sauf que là, tu supposes que ces cultures vivrières auraient produit, elles.
    Et comment elles auraient fait pour produire en pleine sécheresse ?


    La population, ça évolue tout seul.
    Si un pays a une démographie hyper-dynamique, ça provoquera des famines quoiqu'il arrive. Et toute la bonne volonté n'y changera rien.
    Ca n'empèche pas de faire des efforts pour aider ces pays, mais tant que la démographie n'est pas adaptée aux ressources disponibles, il y aura des famines, c'est une évidence
    1) lorsqu'il y a déjà famine, il est complètement ridicule de parler de régulation démographique etc... Ou totalement inhumain, selon que tu considère une régulation sur plusieurs générations alors qu'on est dans un contexte d'urgence, ou que tu considères une régulation très rapide par la mort d'un grand nombre d'individus.

    2) ce n'est pas une question de ressources disponibles. Les ressources disponibles sont énormes ; ces zones sont les plus ensoleillées, beaucoup ont accès à une ressource illimitée d'eau (salée), et globalement, ces zones reçoivent autant de pluie que les zones agricoles fertiles des USA.
    C'est une question d'efficacité dans l'exploitation de ces ressources.
    Lorsqu'il tombe 800 mm d'eau sur un mois au lieu de 4 ou 5, ce n'est pas la ressource qui manque. Ce sont les moyens techniques qui permettraient de l'exploiter toute l'année.

    Et c'est toute ton erreur : en effet, si c'était un problème de ressources, là, ok, l'Afrique serait condamnée à se dépeupler un grand coups quoi qu'on fasse ; des ressources, une fois qu'il n'y en a plus, il n'y en a plus.

    Mais non : c'est un problème de ressources EXPLOITEES ; ce continent REGORGE de ressources, et on ne peut pas dire qu'il a un potentiel ridicule en terme d'agriculture. Ce qui manque, ce sont les ressources ACCESSIBLES. Et on peut augmenter l'accessibilité de ressources.


    Ce seuil est effectivement variable. Mais si tu augmentes ce seuil de 10% (c'est déjà bien), et que pendant ce temps la population augmente de 10% aussi, les problèmes ne sont pas près de s'arranger.
    que les choses soient claires : nous n'avons pas à parler de réguler leurs populations. Ce sont LEURS oignons ; pour le coups, nous méler de cela, c'est pire que du colonialisme, c'est traiter ces peuples comme les animaux d'une réserve !!!
    Ils réguleront leurs populations dans la mesure de leur volonté et de leurs moyens, mais nous n'avons pas de leçons de morale à leur donner : on leur apporte des moyens techniques, et on s'écrase.


    J'ai voulu cependant qualifié un certain nombre de personne qui, sous couvert d'avoir ( à juste titre parfois) une grande culture , pense devoir inculquer à autrui (de culture sensé plus faible) la manière dont il doit agir.
    We don't need no education ?
    Ouais, bah en attendant, si on paye des profs précisément pour ce que tu essaye de dénoncer, c'est sans doute pas par snobisme : il y a vraiment des gens qui connaissent mieux le sujet que d'autres, et c'est tout bénef s'ils partagent cette connaissance et cette compréhension.
    Le droit à l'ignorance crasse n'existe pas.


    Ces deux philosophies sont louables c'est domamge de les opposer?
    Sauf que lorsqu'il y a déjà famine, on est dans ce qui s'appelle "une situation d'urgence", et que le second "camps" ne propose que d'hypothétiques solutions à très très long terme...

    Et pour le coups, les dérives du second sont graves : de quel droit pourrait-on décider de qui peut avoir tant ou tant d'enfants ?!?

  33. #30
    felicha

    Re : OGM : une solution contre la famine?

    il y a eu à la fin du 18ème siècle un britannique qui se prétendait économiste et qui préconisait la limitation des naissances pour faire face à la famine endémique qui régnait alors en Europe.
    Famine qui a été d'ailleurs la cause principale de la révolution française.
    Pourtant, à cette époque les méthodes de l'agriculture étaient uniquement "bio", on ignorait totalement l'usage des fertilisants hors le fumier de ferme et la population du globe ne dépassait guère un milliards d'individus.
    A titre d'exemple, notre pays, la France ne comptait que 20 millions d'habitants! dont 18 millions crevaient de faim.
    Dans le meilleur des cas, le poids de céréales récolté à l'hectare ne dépassait que rarement les 400 kilogrammes et bien souvent à peine 100 kilogrammes.
    (j'utilise des unités plus récentes que les setiers et autres arpents)

    Cet économiste distingué était de très bonne société ( officiellement, il était pasteur anglican) et par conséquent plein de compassion pour ses concitoyens.

    Il a par exemple suggéré que l'on interdise aux classes pauvres de se marier, et comme à cette époque, faire un gosse en dehors des liens sacrés du mariage était un péché mortel, il pensait avoir ainsi trouvé un moyen d'assurer une vie plus confortable à ceux qui en disposait déjà.

    Cette personne s'appelait Thomas Malthus et ses théories sont connues aujourd'hui sous le nom de malthusianisme.

    La première usine de superphosphate a été mise en service en 1810 en Irlande et en quelques années la famine disparu alors que la population allait en croissant.
    Aujourd'hui, nous sommes 6 milliards,
    d'une part la durée de vie qui n'était guère que 40 ans du temps de ce brave Thomas Malthus est en train de dépasser les 70 ans; d'autre part l'hygiène inéxistante faisait qu'un enfant sur deux mourrait les premiers jours de son existence.

    Certains pays ont adapté leur production agricole aux besoin de leur population, d'autres sont restés au moyen âge quand ce n'est pas comme dans certains pays africains au néolithique.
    Il est certain que la population mondiale ne peut continuer à augmenter sans que l'on organise une certaine régulation aujourd'hui relativement facile à concevoir, les moyens anticonceptionnels sont disponibles.
    La Chine en pénalisant fiscalement les familles qui ont plus d'un enfant l'a parfaitement compris,Sa population actuelle dépasse trois fois la population de l'Europe.
    mais interdire à des pays de faire des enfants alors qu'ils disposent d'immenses surfaces mal utilisées en raison des incompétences locales , relève directement de cette théorie avancée par ce bobo du 18ème siècle appelé Malthus.
    Combien d'intervenants admirent cette abjection?

Sur le même thème :

Page 1 sur 4 12 3 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Gazon OGM contre le danger du pet des vaches
    Par acropole dans le forum Actualités
    Réponses: 7
    Dernier message: 17/06/2008, 06h01
  2. [Divers] OGM : Pour/contre?
    Par Mrikzik dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/04/2008, 20h31
  3. [Génétique] Les ogm : Pour ou Contre ?
    Par ogmania dans le forum Biologie
    Réponses: 10
    Dernier message: 11/01/2008, 07h42
  4. Le basalte : une solution pour lutter contre le réchauffement climatique ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 17
    Dernier message: 01/04/2006, 18h23