Répondre à la discussion
Page 3 sur 3 PremièrePremière 3
Affichage des résultats 61 à 88 sur 88

les toilettes sèches, comment ça marche?



  1. #61
    MANOU29

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?


    ------

    Citation Envoyé par elementer Voir le message
    Bon là , je pense être en pleine crise utopique .çui là cordialement
    Hummm, Hummm,
    Selon vous, quelle était la destination de l'épandage du contenu des camions avec gros tuyaux qui stationnaient pendant un peu plus d'heure devant les habitations de particulier, dans les petits bourgs tout les 4 ou 5 ans, en laissant une odeur dans le quartier ? et que l'on appellait : la pompe à m.... ?

    -----

  2. Publicité
  3. #62
    benaciate

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par elementer Voir le message
    Il y aura peut - être même , mais d'ici une poignée d'années , des collectes de résidus finaux humains pour les personnes n'ayant pas la chance d'être pourvues de coin jardin. Bon là , je pense être en pleine crise utopique . Il y aura bien un petit malin qui sentira le vent venir et nous retrouverons nos miracles sous forme d'engrais . Il est pas prêt d'avoir le certificat "BIO" çui là

    cordialement
    Sentir le vent venir, quelle belle expression, enfin je suis rassuré pour mes futures offrandes.
    A quand l'introduction en bourse..........
    Cordialement et à plus sur une autre file.

  4. #63
    elementer

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par MANOU29 Voir le message
    Hummm, Hummm,
    Selon vous, quelle était la destination de l'épandage du contenu des camions avec gros tuyaux qui stationnaient pendant un peu plus d'heure devant les habitations de particulier, dans les petits bourgs tout les 4 ou 5 ans, en laissant une odeur dans le quartier ? et que l'on appellait : la pompe à m.... ?
    Ah??? Sérieux je n'en avais pas idée

    Citation Envoyé par benaciate Voir le message
    ...
    A quand l'introduction en bourse..........
    Cordialement .
    Retour d'avis , mais peut faisable

    Bonne nuité à tous
    J'ai déjà bu du mauvais vin , mais jamais de bonne Eau ( Grand oncle )

  5. #64
    SK69202

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Bonjour,

    pourquoi une discussion sur l'eau de pluie fini en pompe a m.... et en toilette seche ?
    Dérive, tendant à vouloir convaincre que l'eau de pluie peut (doit) être d'un autre usage ; que la toillette sèche est éconologiquement recommandable ; lorque faire se peut.
    Etonnant en effet, mais je n'ai pas réussi à trouver d'études sur l'absence de contamination du sol par les tas de compost alimentés en déjections issue des toilettes sèches.
    On trouve un tas de sites qui vous en disent des merveilles, mais l'absence de contamination des nappes souterraines par le tas de compost arrosé par la pluie et les ruissellements qui suivent, n'est pas évoquée.

    Le principal problème planétaire de l'eau de boisson est la contamination fécale, pas de savoir si c'est légal ou pas de boire l'eau que l'on a sous la main et aux prix que l'on est prêt à payer.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  6. #65
    MANOU29

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Etonnant en effet, mais je n'ai pas réussi à trouver d'études sur l'absence de contamination du sol par les tas de compost alimentés en déjections issue des toilettes sèches.
    @+
    Bonjour,
    Probablement pour la même raison que l'on ne trouve aucune publication concernant l'épandage des boues résultantes après assainissement industriel ou communal. Dans certaines régions, vente locale en compost sec (de mémoire et à vérifier !) au titre de la "valorisation".

  7. #66
    ofmika

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Le principal problème planétaire de l'eau de boisson est la contamination fécale, pas de savoir si c'est légal ou pas de boire l'eau que l'on a sous la main et aux prix que l'on est prêt à payer.
    Désolé de te contredire mais le principale problème est de fournir de l'eau dite potable aux populations (et je pense au tiers monde et aux pays émergents qui sont bien plus nombreux que nous). L'eau pure est une ressource qui se fait rare et ce n'est pas parce qu'elle est "encore" abondante chez nous qu'il faut absolument la gaspiller.

    Le principale problème des stations c'est d'éliminer les matières fécales. C'est pour cela qu'un assainissement individuel n'est possible que si celles ci ne sont pas dans le circuit => toilettes sèches.

    Et selon toi, où passe la merde qu'ont traité les stations d'épurations ?

    Du temps où nos parents étaient encore gosses (jusqu'en 1960 voir plus), les WC étaient dehors (du moins à la campagne) et la merde était récupérée quand la fosse était pleine et jetée sur le tas de fumier qui devenait du compost. Je l'ai encore vécu quand j'avais 10 ans.
    Je n'ai jamais lu que la qualité des eaux souterraines s'était dégradée à cause de cela. Par contre, par la pollution industrielle aucun doute....

    Un compost c'est pas juste de la merde empilée, c'est un mélange de merde, de détritus alimentaire, de coupe de végétaux. C'est ce mélange qui permet une dégradation dans de bonnes conditions de la merde qu'on y a mis.

    Sinon tu peux toujours conserver au sec les étrons et les utiliser comme combustible en hivers. Cela marche avec les bouses de vache alors peut être que les étrons humains font aussi l'affaire....

    Michel

  8. Publicité
  9. #67
    elementer

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Bonjour

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    pourquoi une discussion sur l'eau de pluie fini en pompe a m.... et en toilette seche ?
    C'est ce qui arrive en règle générale dans une conversation , un sujet est lancé les idées sont échangées et au bout d'un temps donné , ce sont X sujets qui ont été + ou - discutés.

    ca n'a rien a voir : en france il pleut assez pour avoir de l'eau pour les usage normaux sans tout changer
    Dommage la pensée , êtes vous certains de cette affirmation ? Si tel était le cas , nos nappes n'auraient t-elles pas plus fière allure ?

    Citation Envoyé par MANOU29 Voir le message
    Bonjour,

    Dérive, tendant à vouloir convaincre que l'eau de pluie peut (doit) être d'un autre usage ; que la toillette sèche est éconologiquement recommandable ; lorque faire se peut.

    Bonne journée.
    Pas en ce qui me concerne. Je pensais que sur un forum comme FSG , les personnes venues échanger arrivaient à échanger avec un peu plus de rationalité . Même si la perfection n'existe pas , des échanges d'idées peuvent faire tendre en ce sens .

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Bonjour,





    Etonnant en effet, mais je n'ai pas réussi à trouver d'études sur l'absence de contamination du sol par les tas de compost alimentés en déjections issue des toilettes sèches.
    On trouve un tas de sites qui vous en disent des merveilles, mais l'absence de contamination des nappes souterraines par le tas de compost arrosé par la pluie et les ruissellements qui suivent, n'est pas évoquée.

    Le principal problème planétaire de l'eau de boisson est la contamination fécale, pas de savoir si c'est légal ou pas de boire l'eau que l'on a sous la main et aux prix que l'on est prêt à payer.

    @+
    Vu sous cet angle , il va falloir placer des bouchons anaux , ou éliminer toute forme de vie animale . Je suppose que vous ne consommez aucune viande ? Car l'élevage fait certainement plus de dégâts .Tous végétariens

    Citation Envoyé par MANOU29 Voir le message
    Bonjour,
    Probablement pour la même raison que l'on ne trouve aucune publication concernant l'épandage des boues résultantes après assainissement industriel ou communal. Dans certaines régions, vente locale en compost sec (de mémoire et à vérifier !) au titre de la "valorisation".
    C'est là toute la problématique du "recyclage " , jusqu'où peut-on aller , et est-ce véritablement rentable ( écologiquement parlant )

    Citation Envoyé par ofmika Voir le message
    Bonjour,


    Sinon tu peux toujours conserver au sec les étrons et les utiliser comme combustible en hivers. Cela marche avec les bouses de vache alors peut être que les étrons humains font aussi l'affaire....

    Michel
    Composition : +/- 75% d'eau - le reste bactéries mortes et notamment de la cellulose (environs 1/12 masse totale ) . Donc ...
    Il me semble que ces rejets doivent être <300gr/J , après c'est la diarrhée.

    Ca risque de faire pas mal de soucis et boulot pour peu de chaleur non

    cordialement
    J'ai déjà bu du mauvais vin , mais jamais de bonne Eau ( Grand oncle )

  10. #68
    MANOU29

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par ofmika Voir le message
    Un compost c'est pas juste de la merde empilée, c'est un mélange de merde, de détritus alimentaire, de coupe de végétaux. C'est ce mélange qui permet une dégradation dans de bonnes conditions de la merde qu'on y a mis.
    Michel
    Bonjour,
    Un certain Lavoisier aurait dit "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" Il y a "matière" à discutions.
    Bonne journée

  11. #69
    SK69202

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Bonjour,

    L'eau potable, c'est celle qui ne vous rend pas malade au point de vous empêcher de continuer vos activités, pas celle qui à meilleur goût, moins de ci ou plus de ça ou qui est dure à fabriquer ou qui est conforme à une directive.

    On peut toujours discuter des pesticides, des métaux lourds, des poussières ou autres gènes cosmiques qui viennent d'où on sait où d'où on ne sait pas, ce qui tuent le plus et éventuellement très vite, c'est la déshydratation due aux diarrhées.
    D'accord c'est un peu oublié par chez nous et on a parfaitement le droit de s'inquiéter d'autres substances.

    Si le recyclage biologique des rejets biologiques humains marchait si bien, le problème d'accès à l'eau "potable" n'en serait pas un, dans la grande partie de la planète qui pratique le "tas de compost".

    Je ne néglige pas les germes que peut introduire le bétail dans les champs, mais j'ai une analyse des eaux de mon puits vieille de 40 ans où les germes fécaux sont déjà présents.
    La cabane et le tas de compost de recyclage qui étaient là à cette époque, c'est à dire depuis que le puits avait été creusé, étaient pourtant placé à plus de 30 mètres du puits. La maison à cette époque étant la seule au milieu des champs.

    Ce que je demande, c'est quelqu'un a t-il des mesures de l'innocuité, vis à vis des eaux de ruissellement, des tas de compost domestique en particulier ceux comportant des rejets de toilettes sèches, après on pourra comparer aux autres filières de traitement, c'est tout.

    Edit: Ok, on va tâcher de revenir à l'autre extrémité du tube.

    @+
    Dernière modification par SK69202 ; 21/11/2008 à 07h53. Motif: edit
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  12. #70
    elementer

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Bonjour SK69202

    en ce qui me concerne , je n'ai rien d' officiel ou même officieux. Maintenant , si l' on prend les process d'épuration actuels , et que l'on voit où termine les boues ; pensez vous que ça changera quelque chose ? Moi , je crois que OUI . Mon raisonnement tient en ce sens :

    La pluie , bien qu'ayant un effet véhicule sur le purin créer par les déjection incriminées , aura aussi un effet Solvant . La problématique actuelle réside plus dans les concentrats en amont des station que sur autre chose Non , à partir de ce moment et si on prend en considération le potentiel Azote et Phosphore qui pourrait filtrer au travers de ce process naturel , ne peut on y voir un plus pour l'environnement . Je serais surpris que l'on me démontre logiquement que dans le cas précis de la TLB , les éléments sus - cités nous fassent un aller direct dans les Eaux naturelles ?

    Donc , en laissant faire dame nature , un équilibre doit se créer simplement et tant soit peut qu'une eau de pluie soit utilisée pour les humidifications c'est tout bénèf , ou pas loin .

    Qu'en pensez vous ?

    cordialement

    Ps : Pour ce qui est des problèmes d' empoisonnement liés à l'eau dans de trop nombreux pays , il y a qu' à voir le souci de surpopulation au m² et le Non compostage . Et il faut prendre aussi en considération les charognes et autre trucs Beurk flottants ou immergés .
    J'ai déjà bu du mauvais vin , mais jamais de bonne Eau ( Grand oncle )

  13. #71
    ofmika

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par elementer Voir le message
    Composition : +/- 75% d'eau - le reste bactéries mortes et notamment de la cellulose (environs 1/12 masse totale ) . Donc ...
    Il me semble que ces rejets doivent être <300gr/J , après c'est la diarrhée.
    Bonjour,

    Quand j'étais ado, on avait fait des feux de camp avec quelques branches mais essentiellement avec des bousses de vache sèches. Cela avait fait un bon feu et il chauffait quand même bien....

    Michel

  14. #72
    elementer

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Oui , je n'ai pas dis le contraire . Juste qu' il en faut une certaine quantité ( humains ) pour obtenir un potentiel de matière première en utilisation chauffage .

    cordialement
    Dernière modification par Philou67 ; 22/11/2008 à 07h46. Motif: Citation inutile
    J'ai déjà bu du mauvais vin , mais jamais de bonne Eau ( Grand oncle )

  15. Publicité
  16. #73
    MANOU29

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par ofmika Voir le message
    Bonjour,
    Quand j'étais ado, on avait fait des feux de camp
    Michel
    Bonjour Michel, et tout le moune su le plato,
    Quand il y avait du rab, on couvrait les cabanes...

    Le fil des toilettes sèches est condamné, puisque similaire à celui de l'eau : des comparaisons qui s'imposent : eaux industrielles/ eaux naturelles ; Toilettes industrielles centralisées ou potentiellement comme le dit elementer, décentralisées (régie), et toilettes artisanales
    Concernant les retombées bactériologiques ...Pas plus que cela d'informations sur l'eau industrielle alors que l'eau artisanale subit les attaques. Aucune information sur le devenir des boues industrielles qui je le rappelle, contiennent autant, sinon plus, de résidus de médicaments et autres polluants que les toilettes sèches ; (attention portée par les utilisateurs).

    Pour que la discution avance, il faudra donc l'intervention de chimistes, biochimiste et surtout de l'information concernant les : "tenants du titre". Il ne suffit pas de dire que le challenger est un minable. Requiem in pace.
    Plus c'est simple, moins c'est compliqué.

  17. #74
    streshydrique

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Citation Envoyé par MANOU29 Voir le message
    Pas plus que cela d'informations sur l'eau industrielle alors que l'eau artisanale subit les attaques. Aucune information sur le devenir des boues industrielles qui je le rappelle, contiennent autant, sinon plus, de résidus de médicaments et autres polluants que les toilettes sèches ; (attention portée par les utilisateurs).
    Bonjours, maintenant les plus grosse industries ont leurs propres station d'épuration, car les collectivités ne voulait plus les traiter (problème de gestion de la step, problème du devenir des boues moins facilement valorisable) et qu'il y a des subventions des agences de l'eau.

    Le devenir des boue industrielle dépend donc avant tout de leurs composition. Si ce sont des industrie agro-alimentaire, la filière d'assainissement sera sûrement par voie biologique, si c'est une industrie plutôt metallurgie, chimie... sera plutôt par voie physico-chimique.

    Il y a plusieurs valorisation possible, valorisation matière (compostage, épandage) ou valorisation énergétique (incinération), si les boues ne peuvent être valorisé elle seront vitrifié et stocké en CET.

    A part les industrie agro-alimentaire les boues d'industrie ne corresponde pas aux normes pour subir une valorisation matière (généralement) elle seront donc en priorité incinéré, si elle ne le peuvent pas elle seront stocké.

    Quand on peut faire une valorisation matière on fait juste faire un épaississement de boues pour éviter de transporter trop d'eau, mais ce cas est rare pour les industrie (plus courant pour les collectivités)

    La plupart des industrie peuvent donc faire une valorisation énergétique, mais pour optimiser la filière elle procède a la déshydratation ou au séchage de la boue, brûler de l'eau n'étant pas rentable de tout point de vue.

  18. #75
    elementer

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Conclusion ?

    On se rapproche plus de la filière agro , non ? Donc la valorisation par compostage demeure une bonne solution . Vous parlez des Grosses industries et de la valorisation calorifique ; si elles ne peuvent être répandues , c'est bien lié à un certain facteur risque ? Et qu'en est-il une fois incinérées ? Les "retombées " ? Ou le principe des poeles de masse est utilisé pour arriver à un minimum de rejet et un max de "résultats " .
    Pour ce qui est de l'agro alimentaire , il doit y avoir un beau nid d'agents pathogènes de toutes sauces là dedans ? Et là il n'y a pas de soucis particuliers à faire pousser de bons et généreux légumes avec . => traitement biologique =+1
    J'ai déjà bu du mauvais vin , mais jamais de bonne Eau ( Grand oncle )

  19. #76
    streshydrique

    Re : Récupération de l'eau de pluie : ne serait-ce pas un luxe sans aucun vrai intéret ?

    Le compostage des boues est en effet, a mon sens la plus performante, mais le compostage doit etre fait corectement.
    Le facteur "risque" des boues, c'est par rapport a concentration en metaux lourd.

    Les usine d'incineration (les moderne) sont équipé en filtre efficace pour le traitement des fumé, et les cendre (matiere minerale) sont envoyer en CET.

    De toute façon, il y a plein de polluant de partout, soit on concentre la pollution (incineration) soit on la dilue (épandage direct) soit on fait un peut des deux (compostage, on concentre avec le compostage, tout en dilluant avec l'apport de MO vegetale, puis on redilue suivant l'épandage :agricole, urbain, maraichage).

    Les normes d'épandage sont donc le degrés de pollution par dillution acceptable.

    Quand je parle de traitement biologique, c'est que l'on épure grace aux microoganisme, ce ne sont pas des microorganisme pathogene car elle se developpe dans un milieu particulier (on peut meme parler d'agrosysteme) qui n'est pas celui de notre corps. Ainsi lors de l'épuration la trés grosse parties des pathogene meurt trés vite (changement de milieux) et sont bouffé par les "bonne". Celle qui reste a la sortie dans les boue, sont les pathogene qui presente des formes de resistance (oeuf d'helminthe, spore et autres kystes) ou des "chansseuse".

    Les rare pathogenes restante ne resiste pas aux compostage qui leurs presente des nouveau milieu (le milieu du composte change aux cour du processus et les population bacterienne avec)

    Le truque, c'est que je ne sais pas si des anayses comparative on été faite entre le compostage direct de feces et le compostage de boue. en terme d'etude bacteriologiqe.
    Dernière modification par Philou67 ; 25/11/2008 à 07h13. Motif: Citation inutile

  20. #77
    bel-insecte

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Bonjour,

    CO2: je viens sur le web car je pense que l'homme pourrait reprendre une place d'utile à la nature au lieu de s'y opposer en croyant être hygiénique?: Je voulais verifier combien de CO2 on pourrait stocker en "engraissant" des arbres avec nos déjections au lieu de polluer inutilement l'eau potable. Je salue au passage les détracteurs qui ont le courage de s'opposer encore à la ts pour la porter (tel l'air qui freine mais porte l'avion). je pense que les enfants de 2100 seront écoeurrés en lisant des livres d'histoire ancienne, de lire q'entre 1900 et 2020 les gens de tous pays se sont mis à chier et pisser dans leur eau de boisson et de douche. en asie, on puise dans un puits et on chie dans le même sol. en occident, on bouffe des vegetaux et poissons pollués par nos déjections non compostées et on pollue plus loin.

    Pour ne pas faire que poser la question qui précède, je voudrais aussi apporter 2 infos aux néophytes:

    Odeur: la ts n'a pas d'odeur, faut il aller sur des salons comme primevère (12 mars à Lyon) ou à la foire ecobio d'Alsace (pont de l'ascension, colmar) pour s'en convaincre: des ts installées dans le hall d'eurexpo lyon accueillent 40 000 visiteurs sur 3 jours, pas d'odeur, par contre si on va aux toilettes classiques bien carrelées et rincées, c'est épouvantable même en essayant de masquer l'odeur avec de la naphtaline dans les urinoirs...

    Volume compost: le compost ne réduit pas de moitié, mais des 4/5ème sans exagération. j'en ai fait l'expérience après avoir accueilli chez moi 50 campeurs pendant 1 mois, car on avait bien mis le compost entre des palettes carrées pour rassurer les esprits , et 1 an après tout avait fondu!
    - le copeau à besoin de l'azote des excréments pour se décomposer, et il en stocke les précieux éléments qui serviront aux plantes. posé à même la terre, il absorbera les petites pluies mais mieux vaut composter au pied d'un arbre ou dans un endroit plein de racines de végétations productives en bois et feuilles, pour qu'en cas de grosse pluie les éléments qui seraient rincés soient recyclés en formant du bois (stockage carbone). ds milliards de minuscules créatures de la terre communiquent alors dans le compost. certains desherbants et médicaments se trouvent détruits par certains champignons et bactéries, après 2 ou 3 ans. Alors que dans l'eau, ils vont directement à la mer ou les poissons sont sexuellement malformés, par exemple, à cause des tonnes de pilules contraceptives qui s'y déversent à cause des wc

  21. #78
    Popeye28

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?


  22. Publicité
  23. #79
    ecolami

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Article interessant à lire! Il montre aussi les difficulté ADMINISTRATIVES d'une diversification d'activité non agricole par des agriculteurs.
    Les toilettes sèches augmentent le volume de déchet en nécessitant l'apport d'un absorbant solide. Dans le meilleur des cas le déchet de déchet reste à proximité de son lieu de production. L'usage d'un absorbant biodégradable augmente la quantité de CO2 émise.

  24. #80
    Philou67

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    L'usage d'un absorbant biodégradable augmente la quantité de CO2 émise.
    Une source, une explication ? (je fais référence à ceci).
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  25. #81
    KATDEN

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Salut à tous,
    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Les toilettes sèches augmentent le volume de déchet en nécessitant l'apport d'un absorbant solide. Dans le meilleur des cas le déchet de déchet reste à proximité de son lieu de production. L'usage d'un absorbant biodégradable augmente la quantité de CO2 émise.
    J'ai un peu de mal à comprendre le sens de cette réponse. L'intérêt des toilettes sèches c'est la dégradation par transformation simple sans énergie, sans gros travaux, sans PVC, sans tracteur/tonne pour vider une fosse etc.... L'absorbant solide c'est de la sciure, elle même un "déchet" de scierie facilement dégradable. D'ou vient l'augmentation de CO2 des toilettes sèches VS toilettes à eau (ou chimiques dans le cas présent)?

  26. #82
    ecolami

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Bonjour,
    L'intérêt des toilettes sèche se justifie quand il n'est pas possible de faire autrement.
    Dire qu'on emploie un absorbant biodégradable signifie obligatoirement qu'il se décomposera en formant du CO2. (entre autres choses).
    Donc a la fin on a décomposé un absorbant qui avait piègé du carbone. On pourrait mettre un absorbant minéral (genre litière a chat) et alors seul le CO2 provenant des matières absorbée pourrait se former.
    Dire que "dans le meilleur des cas le déchet de déchet reste à proximité du lieu de production" signifie en clair que tout ça (l'absorbant souillé) est envoyé au fond du jardin, si possible dans un composteur. Suivant la nature de la biodégradation l'ammoniaque sera détruite en azote et eau mais une partie sera convertie en matière organique (>protéines, ADN etc..) nécessaire pour que le compostage se fasse. La conversion en nitrate est (sans doute) possible aussi. Mais les cellules vivantes ont besoin d'ions ammoniums et si elles n'ont que des ion nitrates elles doivent les réduire d'abord.

    Une petite remarque (hors sujet!) sur les WC chimiques: les produits chimiques ajoutés empêchent la biodégradation et il ne reste plus alors comme , vraie, solution que d'incinérer ce liquide. Si on l'envoie en station d'épuration biologique le désinfectant présent fera son travail dans la station: toutes les bactéries épuratrices seront détruites. J'ai travaillé dans une usine de traitement de déchets et nous avons reçu plusieurs années les résidus de toilettes chimique des trains SNCF.
    Dernière modification par ecolami ; 08/06/2015 à 18h56.

  27. #83
    Philou67

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Dire qu'on emploie un absorbant biodégradable signifie obligatoirement qu'il se décomposera en formant du CO2. (entre autres choses).
    Donc a la fin on a décomposé un absorbant qui avait piègé du carbone.
    C'est bien ce que je pensais : l'absorbant est neutre en ce qui concerne l'émission de CO2 (il y a quelque part un arbre qui a été planté à la place de celui qui a été utilisé et qui a produit la sciure, en tout cas pour du bois géré durablement).
    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    L'usage d'un absorbant biodégradable augmente la quantité de CO2 émise.
    Donc cette affirmation est fausse.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  28. #84
    ecolami

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Quand j'ai répondu au sujet du CO2 je ne l'ai pas fait dans une optique globale mais en considérant le problème des toilettes sèches uniquement.
    Dans ce cadre mon explication est vraie.
    Les toilettes sèches ne sont pertinentes quand on n'a pas d'autre possibilité. Elles nécessitent un apport considérable de matière absorbante et un travail pénible d'entretien.

  29. Publicité
  30. #85
    KATDEN

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Salut,
    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Quand j'ai répondu au sujet du CO2 je ne l'ai pas fait dans une optique globale mais en considérant le problème des toilettes sèches uniquement.
    Dans ce cadre mon explication est vraie.
    Les toilettes sèches ne sont pertinentes quand on n'a pas d'autre possibilité. Elles nécessitent un apport considérable de matière absorbante et un travail pénible d'entretien.
    donc tu soutiens que du point de vue du CO2, les toilettes sèches sont moins performantes que les classiques à eau ? même en considérant ce que dit Philou67 (neutralité du bilan CO2) ?
    Je pense qu'il faudrait faire un bilan chiffré comparant divers points comme : le traitement de l'eau pour la chasse d'eau VS sciure, les travaux de terrassement avec les matériaux PVC VS un seau, les vidanges camion citerne VS le seau sous le bras jusqu'au fond du jardin ... et j'en oublie certainement (nettoyage des algues vertes par exemple en partie dûe aux toilettes à eau ?). Au delà du CO2, il y a la problématique du phosphore qui est une ressource finie et qui est perdu avec les toilettes à eau.

  31. #86
    Philou67

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Citation Envoyé par ecolami Voir le message
    Quand j'ai répondu au sujet du CO2 je ne l'ai pas fait dans une optique globale mais en considérant le problème des toilettes sèches uniquement.
    Si tu ne regardes que l'aspect "local" du CO2, dans ce cas, ce n'est pas un problème, car le problème du CO2 et de l'effet de serre, est global. C'est le bilan carbone qui est important pour l'effet de serre, pas les rejets seuls !

    Donc l'argumentation tel que tu le présente n'a aucune valeur concernant le CO2. C'est juste un constat qui n'amène en soit aucun problème/inconvénient.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  32. #87
    bel-insecte

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    non mais je rêve, "volume déchets" et "Co2"...
    1) que deviendraient les copeaux de bois sinon? brulés? compostés? même s'ils n'étaient pas employés pour les TS (toilette seche).
    2) le compostage rejette un peu de carbonne, mais pas autant que la combustion.
    3) nous ne sommes pas en presence de dechets nocifs dont le volume poserait problème, mais au contraire d'humus precieux. la ferilité du sol et la reussite de toute culture bio en dépend. Hors cultures, c'st un moyen de faire des forets fruitieres, enrichir en humus est toujours un avantage. encore + dans les sols pauvres et secs. mais aussi les lourds et trempés... Et combien de carbonne un pipi-caca permet il alors de se stocker, en faisant reculer le désert (au lieu d'aller se mêler a nos reserves d'eau potable, certes plus loin de nos yeux)?
    ###
    Dernière modification par Philou67 ; 15/06/2015 à 10h35. Motif: Pas de pub, svp

  33. #88
    ecolami

    Re : les toilettes sèches, comment ça marche?

    Citation Envoyé par bel-insecte Voir le message
    non mais je rêve, "volume déchets" et "Co2"...
    1) que deviendraient les copeaux de bois sinon? brulés? compostés? même s'ils n'étaient pas employés pour les TS (toilette seche).
    2) le compostage rejette un peu de carbonne, mais pas autant que la combustion.
    [...]
    ###
    Je n'ai rien contre cette technique, elle a son utilité dans certaines conditions.
    Mais imagine-t-on vraiment que ça devienne l'unique solution, surtout en ville? Non.
    J'aime bien la remarque avec les copeaux de bois qui sous entend que c'est un déchet n'ayant aucune autre application et disponible en quantité illimitée. Ponctuellement ce peut être vrai. (Les agglomérés et autres panneaux de particules sont fait avec du déchet de bois)
    Dire que le compostage rejette peu de carbone par rapport à la combustion repose sur quel scénario? Je ne vois pas.. Si j'avais lu que le compostage rejetait plus lentement le C02 que la combustion c'était clair.

Page 3 sur 3 PremièrePremière 3

Discussions similaires

  1. Toilettes Sèches
    Par Daive dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 80
    Dernier message: 09/01/2011, 19h28
  2. toilettes sèches
    Par ankks dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 21/04/2007, 14h24
  3. toilettes sèches
    Par solairesam dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 23/05/2006, 07h12