Page 9 sur 9 PremièrePremière 9
Affichage des résultats 241 à 256 sur 256

Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?



  1. #241
    invite094352

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?


    ------

    Bonjour, j'ai lu avec attention ce fil, ayant eu un épisode assez étrange au cours de ces dernières années, je cherche des informations qui pourraient expliquer ma mésaventure.

    J'ai pris à 21 ans 250 microgrammes de LSD. Je fumais déjà pas mal de cannabis et j'ai pris là la claque de ma vie. Le début de l'expérience fût agréable, puis rapidement tourna au cauchemar quand la drogue atteint son pic. Parano, impression de devenir totalement fou, mourrir, rester dans cet état + sens tous mélangés + hallus bref...
    Le Bad trip avec un gros B.
    Pendant plus de 6 mois, j'ai eu des remontées assez violentes et j'ai développé avec ça une peur maladive que cela recommence, que je reste bloqué. Avec les années qui passent, cela a disparu, plus de remontées, mais la peur de me faire droguer à mon insu s'installa.
    (sans que ce soit maladif, dans le sens où je ne faisais que surveiller mes verres dans les lieux publics etc...)

    8 ans plus tard, alors que tout allait bien, pendant mon boulot, j'observais soudainement mon esprit en train d'imaginer des choses débiles concernant ma belle famille (j'ai rien contre eux) avec des extra-terrestres, un complot contre moi... j'avais la lucidité de pouvoir observer mon esprit dérailler sans le contrôler, et d'un coup je me suis dit, ça y est, on t'a drogué !!!

    Et là, je suis parti complètement en vrac... je me suis rendu dans un hôpital en expliquant que je pensais qu'on m'avait fait prendre du Lsd à mon insu (mon employeur et aussi cousin de ma femme lol), tremblant de tout le corps, avec des frissons, comme fiévreux, avec des hallucinations auditives.

    Un psychiatre me prend en charge d'urgence, on m'allonge, et on me demande illico de prendre une pillule bleue et un verre dans lequel il y aurait des gouttes. Mon esprit commença à tricoter et la peur m'empêcha de prendre la médication. J'ai dû faire appeler ma femme, pour être sûr qu'il ne m'arrive rien (parano/complot). Je me rendais en même temps compte de la gravité de mon état, d'en être arrivé au point d'inclure le personnel de l'hôpital dans mon délire... J'étais vraiment coupé en deux, une partie de moi subissais les émotions peur/anxiété généralisée/parano/complot/extraterrestres et l'autre se disait mais qu'est ce qui se passe bordel !!!

    Après la prise du médicament, je me transforma en bisounours sans plus de problèmes, drogué pour de bon pour le coup, et ma femme me ramena chez moi.

    Les mois qui suivirent furent terribles pour notre couple, je n'avais plus envie de rien, mon esprit trouvait tout inutile. Je ne voyais plus aucun motif de vivre et pourtant je vivais.
    Je ne pouvais plus manger avec ma belle famille, j'avais une peur inqualifiable qui me submergeait rien que d'oser penser à manger avec eux. Convaincu d'avoir été drogué, mais en même temps une autre partie de moi se forçait à se dire non, c'est n'importe quoi, tu as pété un boulon et c'est tout. J'avais des colères facilement, je pleurais facilement, j'avais toutes les émotions décuplées, mais mon éventail sensitif ne comportait ni la joie, ni l'envie, le désir ou toute forme positive. J'ai donc pensé que je faisais une dépression.

    Je me suis forcé à manger avec ma belle famille pour me prouver que tout venait de moi, que j'avais créé une psychose. J'y suis arrivé avec beaucoup de mal.
    J'ai ensuite décidé d'aller consulter dans un CMP car je sombrais. On m'a mis sous Risperdal direct dès la première consultation. je prenais 1mg je crois (1cachet).

    Le traitement a duré 8 mois, j'ai demandé à arrêter car je me sentais guéri, ils ont pensé que c'était ok. J'ai eu une longue période introspective pendant le traitement, il y a même eu des passages de peurs, variations d'humeurs, phobies diverses et variées contre lesquelles j'ai lutté, anxiétés. J'ai pu voir et juger toute ma vie, comprendre tout ce qui m'a amené à péter un cable, j'ai eu à un moment la compréhension du fonctionnement de l'esprit humain, dans un passage où mes sensations étaient exacerbées, je sentais ce qui était bon ou pas pour l'esprit.
    Chaque chose que l'on regarde à la télé ou que l'on lit, s'imprime dans l'esprit. Du coup, j'avais peur de regarder à la télé des choses "violentes" puisque j'en comprenais les conséquences dans l'esprit.
    J'ai eu l'impression de sortir d'un mauvais rêve de 30ans, de n'avoir pas suivi le bon chemin et d'avoir été en quelque sorte punis.

    Voilà 7 mois que j'ai arrêté le traitement. Mon humeur est stable, je me sens beaucoup mieux sans ces foutus médicaments qui m'ont toute de même aidé à passer un cap bizarre que je ne m'explique toujours pas.
    Avec le recul, j'ai l'impression d'être atteint d'auto-hypercrédulité, comme une espèce d'hypocondrie mais qui ne toucherait pas que la maladie. Mon esprit fait des amalgames avec de nombreux éléments que j'occulte. J'arrive plus où moins à contrôler ces espèces de pensées parasites qui compliquent ma vie. J'ai toujours des espèces de "délires", des constructions de pensées, amalgames liés aux extra-terrestres, ils sont déjà parmi nous, infiltrés partout, lisent nos pensées etc... mais je les occulte facilement car mes sensations sont normales à présent.

    Ça vient par périodes, j'ai des moments de calme, et d'autres où je dois faire des efforts plus conséquents.
    J'ai remarqué que peu avant mon pétage de cable, je dormais anormalement, ma mémoire foutait le camp.
    Je me pose toujours des questions sur ce qui m'est arrivé, et sur ce qui m'arrive puisque visiblement des choses bizarres se passent dans ma caboche .
    Je me dis que c'est tout moi qui créer ces conneries, et qu'il n'y a pas aucune raison de flipper.
    Ah j'oubliais de dire que je n'ai pas d'hallucinations visuelles, si ce n'est des phosphènes lorsque la lumière se fait manquante (souvent bleus, et très présents la nuit quand je conduis).
    J'ai oublié aussi de dire que je ressens des choses à travers le regard des gens, cela arrive parfois à me perturber lors de discussions, car j'ai trop d'informations à gérer en même temps. Je ne sais comment l'exprimer. Je ne sais pas si c'est du domaine de l'interprétation ou pas.
    Ah j'oublie aussi de dire que j'ai vécu récemment une période ou il y avait pleins de synchronismes auxquels je prêtais attention et était surpris. Comme si quelque chose me donnait des indices pour me montrer son existence.

    Les psychologues et psychiatres ne m'ont rien dit sur ma "pathologie". Je leur avais fait part de ma peur de faire une entrée dans la schizophrénie, ils ne m'ont jamais répondu. Il faut dire que j'ai pris grand soin de ne pas tout dire aux psychiatres (eux aussi devraient être analysés) de peur d'être interné et séparé de ma famille, ce qui reviendrait à m'assassiner ni plus, ni moins.

    J'ai étalé ma vie façon pâté déstructuré, c'est difficile pour moi d'avoir une rigueur littéraire intéressante. J'ai du mal à me souvenir de tout et dans le bon ordre.

    Bon j'ai relu, le style et le contenu font un peu allumé, mais c'est pas grave, le but était de confronter ce que j'ai vécu à des gens diagnostiqués schizophrènes ailleurs que sur Doctissimo remplis de trolls.
    Après avoir lu beaucoup d'infos sur la schizophrénie, il me semble que contracte quelques symptômes. Je n'en n'ai plus peur si on me l'annonce, c'est déjà ça.

    -----

  2. Publicité
  3. #242
    Landscape

    Smile Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Bonjour à tous et toutes. J'ai une pathologie de la maladie psychique de la question du forum. Je prends mes médicaments depuis cinq ans avec des rechutes passagères mais qui ne durent pas. J'ai lu les témoignages des personnes concernées. Alors mes questions ont eu des réponses. Je connais bien l' UNAFAM et je suis suivis par le cmp. Mes années passées au lycée ont été difficile, la maladie s'est déclarée à mes 22 ans durant le bac que j'ai triplé. J'ai été vite soigné.
    Mais je ne comprenais pas, et je continuais à m'abimer. J'étais mythomane et rebelle à un tel point que j'ai eu un choc émotionnel (j'ai perdu ma mère, il y a 12 ans) et de culture (voyage Maroc). Voila je suis stabilisé, mais je relève la tête après chaque echec. Je suis bien accompagné par ma famille, même si certains ne comprennent pas mon cas (amis). Bref j'ai quelques allucinations comme j'entends les voisins, ou des bruits et je les détourne de leurs sens. J'ai une phobie, la sociale. Elle est énervante. Je suis devenus timide et j'ai pris des kilos.
    Mes études m'ont permis de m'évader. Je vais rentrer dans la vie active en tant que ouvrier paysagiste, ça me plait. Même si je suis travailleur handicapé, je ne l'utiliserai pas pour mes débuts de vie professionelles. J'ai juste une carte chance, si nous pouvons appeler ça de la chance (la cotorep). Ce n'est pas ironique, c'est juste que j'ai entendu que c'est dur de trouver un emploi avec la carte cotorep.
    J'ai une question, j'ai un problème sur la vie sentimentale. Comment ne pas vivre célibataire toute sa vie? Quels sont les conseils pour une vie amoureuse épanouie avec une non malade?

  4. #243
    Rikoo99

    Thumbs up Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Bonjour à toutes et à tous,

    J'ai lu avec attention le fil de cette discussion et tiens tout particulièrement à remercier Rhedae qui m'a éclairé sur certains aspects de cette maladie qui me concerne.

    Je pense qu'il n'est pas nécessaire et que ce serait de mauvais aloi de stigmatiser cette maladie, car les faits sont avérés et statistiquement les schizophrènes ne sont pas un danger pour la société, tout au plus sont t'ils un danger pour eux même car comme on l'a vu dans le fil de ce débat nombreux d'entre eux se suicident ou vivent un enfer du fait même des symptômes de la maladie (notamment le délire de persécution...).

    Il est prouvé que les schizophrènes ne sont pas en général des personnes agressives, donc pas blâmable pour la sécurité d'autrui. En effet le taux d'homicides générés par des schizophrènes est assez proche de celui de la population générale. Les cas qui aggravent les comportements agressifs des patients sont les prises abusives de drogues qui lèvent les inhibitions, ou encore le fait de ne pas suivre son traitement.
    Les médias font largement l'amalgame entre la schizophrénie et la psychose, l'une étant une maladie mentale qui touche 1% de la population, l'autre étant une perversion qui tend à faire souffrir autrui. Les feuilletons policiers sont à l'origine de la mauvaise image que le grand public a de la schizophrénie: les sérials killers ne sont pas des schizophrènes mais des psychopates, ne pas confondre!

    Toutes maladies mentales confondues le milieu carcéral regroupe 1/5 de malades mentaux... Cela voudrait-t'il dire qu'il faille stigmatiser les 4/5 d'autres incarcérés qui sont considérés comme ayant la faculté d'être sain d'esprit?

    Généralement la schizophrénie génère :
    • une désorganisation de la pensée (difficulté à la prise en compte du contexte, problèmes de mnésiques, troubles de l'attention),
    • des idées délirantes,
    • un retrait affectif et social,
    • des difficultés scolaires et professionnelles.

    Si vous souhaitez relancer cette discussion fort intéressante à mon sens ce serait avec plaisir!

    Cordialement,

    Éric
    L'esprit tel un parachute ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert

  5. #244
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par Rikoo99 Voir le message
    Les médias font largement l'amalgame entre la schizophrénie et la psychose, l'une étant une maladie mentale qui touche 1% de la population, l'autre étant une perversion qui tend à faire souffrir autrui.
    Les psychoses ne sont pas des perversions : http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychose.

    Tu sembles confondre avec psychopathie.

    Ces confusions dans les termes témoignent que tous ces troubles et maladies psychiques (schizophrénie, psychopathie, etc...) sont pas simples à définir et qu'elles le sont essentiellement par les grandes catégories de comportement qui en découlent (ce qui est un peu réducteur).
    Dernière modification par invite7863222222222 ; 11/08/2009 à 10h28.

  6. #245
    Rikoo99

    Wink Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par Rikoo99 Voir le message
    Bonjour à toutes et à tous,

    Les médias font largement l'amalgame entre la schizophrénie et la psychose, l'une étant une maladie mentale qui touche 1% de la population, l'autre étant une perversion qui tend à faire souffrir autrui. Les feuilletons policiers sont à l'origine de la mauvaise image que le grand public a de la schizophrénie: les sérials killers ne sont pas des schizophrènes mais des psychopates, ne pas confondre!

    Éric

    Désolé mais j'ai dit psychose au lieu de psychopathie, merci pour la correction! Cela dit les personnes qui souffrent de psychopathie sont bien des psychopathes. Je ne suis pas un spécialiste, j'essaie juste d'apporter ma pierre à l'édifice!
    L'esprit tel un parachute ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert

  7. #246
    invite7863222222222
    Invité

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par Rikoo99 Voir le message
    Cela dit les personnes qui souffrent de psychopathie sont bien des psychopathes.
    Oui et non des psychotiques.

  8. Publicité
  9. #247
    Cendres
    Modérateur

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par Rikoo99 Voir le message

    Désolé mais j'ai dit psychose au lieu de psychopathie, merci pour la correction! Cela dit les personnes qui souffrent de psychopathie sont bien des psychopathes. Je ne suis pas un spécialiste, j'essaie juste d'apporter ma pierre à l'édifice!
    Précisons d'ailleurs que les psychopathes ne sont pas des malades mentaux, et que moins de 10 % (suivant les pays et études) des tueurs en série arrêtés et expertisés s'avèrent être schizophrènes, et quasi-exclusivement shizophrènes paranoïdes. Tout le reste est composé de psychopathes (à différents degrés) (ou sociopathes, ou personnalités anti-sociales).
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  10. #248
    locutus13

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Avant de stigmatiser qui que se soit, il faut être sure de soi !

  11. #249
    Rikoo99

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par locutus13 Voir le message
    Avant de stigmatiser qui que se soit, il faut être sure de soi !
    cela n'avance en rien le fil de la discussion, tout au plus n'y verrais-je que redondance!
    L'esprit tel un parachute ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert

  12. #250
    invité6543212033

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Pour préciser, un schizophrène n'est jamais sûr de lui, son cerveau travaille indépendamment de sa conscience ... ... le doute persiste ...

  13. #251
    locutus13

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Bonjour octanitrocubane, tu écris qu'un schizophrène n'est jamais sûr de lui. Parle-tu du "cerveau gauche" du schizophrène ?

    Il est vrai que l'esprit humain est un couple (inconscien ; conscien).

    Il est vrai que l'umain est un couple (esprit ; corp).

    Les problèmes du couple (équilibre ; lucidité) condamne-t-il les schizophrènes à l'exclusion, à la stigmatisation ?

    Je pense que non.

    Les méthodes de la "cognition sitée" sont solide, simple et avant tout pratique.

    Comme tous le monde, les schizophrènes peuvent apprendre à apprendre. Quelque soit leur état de santé.

    Les nombreus centres de santé qui offrent d'apprendre à apprendre,
    facilites ainsi la maturité du patien.

    Mieu informé et mieu formé, le patien peu mettre en oeuvre des principes simples et pratiques.

    Ainsi (équilibre ; lucidité ; cognition) font parties des ressources qui permettent aux schizophrènes d'être bien dans leur vie.

  14. #252
    cafelix

    Re : Doit-on stigmatiser les schysophrènes ?

    Citation Envoyé par Rhedae Voir le message
    faux.... un schyso n'est pas une dedoublent
    de pesonalité ... c'et une idée recue .. dsl


    Bravo pour votre commentaire.

  15. Publicité
  16. #253
    ansset
    Animateur Mathématiques

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    bonjour tous,

    je n'ai pas tout lu, et je ne suis pas spécialiste.
    mais j'ai un ami shizo rencontré il y a qcq années dans un HP, suite à une TS de ma part.

    je l'ai revu hier, il était en pleine forme, et on a un peu parlé.
    comme souvent, si je le revois, c'est après un enième sejour pour lui en HP.( 3 mois pour son dernier sejour )
    si je dis qu'il allait bien, c'est qu'il a il me semble, un recul par rapport à sa maladie.
    un recul qu'il n'avait pas avant.
    -il a compris que cette histoire allait probablement le suivre toute sa vie.
    -il prend les choses comme elles viennent ; donc quand il se sent partir dans un délire, il anticipe avant de partir trop loin ( medocs, consultation ).
    a ce titre , il est suivi par un psychologue qui ne cherche pas à le "soigner" mais à mieux s'écouter et decrypter s'il part ailleurs.
    -il peut en rigoler lui-même , et même faire des blagues à sa femme parfois.

    il confirme que les troubles de sommeil sont souvent un facteur dechanchant ou associé.
    il confirme qu'il ne cherche plus des boulots potentiellement stressants, le stress lui provoquant des reflexes paranoiaques.
    il confirme que sa femme et son fils sont des sortes d'ancres pour lui.
    et comme il ressent de mieux en mieux si il "part" ou pas, il multiplie ses repères..

    j'ai oublié de préciser qu'il était extrèmement intelligent et totalement adorable.

  17. #254
    invite231234
    Invité

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Salut à tous !

    Il paraitrait qu'on associe le mot schizo un peu trop souvent surtout dans les médias et les rumeurs locales, il ne faudrait pas oublier qu'un schizo est une personne en souffrance ainsi que sa famille, alors cessons de stigmatiser les schizos !

  18. #255
    mh34
    Responsable des forums

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Du calme, Arxiv. je n'ai lu aucune message de qui que ce soit sur ce forum allant dans ce sens.

  19. #256
    invite231234
    Invité

    Re : Doit-on stigmatiser les schizophrènes ?

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    Du calme, Arxiv. je n'ai lu aucune message de qui que ce soit sur ce forum allant dans ce sens.
    Mais je suis calme, le truc c'est qu'il me semble qu'en dehors du forum toi et moi avons une vie ... non ?

Page 9 sur 9 PremièrePremière 9

Discussions similaires

  1. Enseignement sup : Doit-on supprimer les prépas ?
    Par Yoyo dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 80
    Dernier message: 05/02/2012, 15h26
  2. Qui Doit Payer Les Reparations De Chauffage
    Par saispasalors dans le forum Dépannage
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/11/2006, 14h56
  3. Scan oneline peut-on ou doit-on les faire souvent
    Par roro123 dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/05/2006, 07h09
  4. Schizophrènes de tous les pays, unissez-vous !
    Par Tenacatita dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 27
    Dernier message: 08/03/2006, 18h05