Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Toiture, séisme et cyclone



  1. #1
    LGDA

    Salut !

    Je ne suis pas nippologue qualifié mais ta remarque sur les tuiles vernissées (voir ici http://forums.futura-sciences.com/viewtopic.php?t=402 , Mer, 21 Mai 2003 - 22:54 ) a retenu toute mon attention !

    Citation Envoyé par BESACIER
    Cce qui est sur c'est que la plupart des victimes dans les maisons individulles ont été ecrasées par la couverture en tuiles émaillées très lourdes et que l'incendie qui ensuite a ravagé la ville a fait plus de morts que le TdT donc un conseil : dis leur de vivre dans une maison en ossature bois avec une toiture légère
    Or donc, sachant que les tuiles vernissées sont avant tout des tuiles ordinaires recouvertes d'émail, je me suis demandé pour quelle raison les Japonais qui doivent certainement être des gens pragmatiques comptant leurs sous installent-ils donc majoritairement ces tuiles lourdes et chères ?

    Par comparaison, en France, les tuiles vernissées sont pour ainsi dire réservées à des bâtiments historiques tels que les Hospices de Beaunes parce que le surcout du vernissage les rend inintéressantes pour la plupart des autres habitations.

    Par conséquent, j'ai cherché quels sont les caractéristiques des tuiles vernissées et j'ai constaté qu'elles sont de deux ordres :
    - très grande résistance aux agressions climatiques, une tuile ordinaire ne résiste en principe pas plus de 100 ans aux cycles gel-dégel, l'eau de pluie qui va imbiber la terre cuite va progressivement fragiliser la tuile et à terme amener à l'éclatement de celle-ci sous l'effet du gel (en hiver) ou de la chaleur (en été) alors qu'une tuile vernissée peut résister plusieurs centaines d'années sans aucun dommage
    - poids nettement plus important puisque le poids de l'émail s'ajoute à celui de la tuile

    Je me suis demandé quelles étaient les raisons qui pourraient inciter les Japonais à privilégier ces tuiles chères, j'ai noté les arguments suivants :
    - durée de vie : argument qui peut avoir son importance dans le cas d'un batiment public tel que les Hospices de Beaunes mais qui devient caduc pour une résidence privée
    - résistance au gel et autres agressions climatiques : les batiments de nos régions sont couverts de tuiles non vernissées et la durée de vie d'un toit européen étant certainement sensiblement la même que pour un toit japonais non vernissé, cet argument ne semble pas non plus être le bon
    - poids supérieur : il reste donc à examiner les conséquences d'un poids supérieur

    Une tuile lourde va certainement mieux résister au vent, or il se trouve que le Japon est une ile relativement très longue mais aussi très étroite, ce qui fait que la facade maritime est très importante et l'arrière-pays jamais très éloigné de l'océan. De plus le Japon est souvent balayé par des cyclones (appelés localement typhons)

    Par conséquent, on peut conclure que les Japonais se servent de tuiles vernissées pour ne pas avoir à aller rechercher leur toiture chez le voisin après chaque cyclone.
    De plus, une tuile vernissée ou non sur la tête est tout sauf un don du ciel...
    Dans un tel cas de figure, le surcout de l'émail compense largement le risque d'envol du toit, d'autant plus que les cyclones sont nettement plus fréquents que les tremblements de terre !
    Certe, cet avantage face au vent se révèle être fort dangereux en cas d'effondrement du toit à cause du poids très important de la couverture de tuile.

    Dans ce cas, ton conseil de construire une maison avec ossature en bois et toiture légère équivaut à recommander le port du casque en cas de coup de vent !
    Et si le toit est recouvert de tole ondulée comme c'est le cas dans beaucoup de pays du tiers-monde, ce sont des guillotines qui volent !!

    Malgré tout, ta réponse m'a donné une idée !!

    Supposons qu'on construise une maison avec ossature en bois, sur un seul niveau (pas d'étage, d'ou moindre cout de construction et moindre prise au vent) et un toit léger en tole. Ceci fait, on coule également un énorme bloc de béton à chaque coin de la maison (un mètre cube de béton soit environ 2.5 à 2.6 tonnes par bloc)
    Il suffit ensuite de recouvrir la maison avec un filet métallique du même type que celui qui sert pour les ouvrages pare-éboulement pour résoudre le problème de l'envol du toit !!
    pose de filet

    test de filet

    Crédit photographique : http://www.alpideco.it/francese/Fototeca.html

    Une telle maison serait ainsi résistante aux séismes grâce à sa structure légère en bois et le risque de décès en cas d'effondrement fortement minimisé par le poids réduit de la couverture.
    De plus, en cas de fort coup de vent, le filet solidement ancré par les contrepoids de béton s'opposerait efficacement à l'envol des toles et aux conséquences potentiellement mortelles pour les personnes se trouvant sur leur trajet aérien.

    Une telle réalisation pourrait se faire dans toutes les régions sujettes aux cyclones et aux tremblements de terre, par exemple l'Amérique centrale, l'Indonésie, le Japon, les iles du Pacifique.
    Et même si la zone n'est pas à risque sismique, cette protection contre le vent se justifie par le fait que même si le vent est assez fort pour provoquer l'effondrement de la maison, le filet va retenir les divers éléments dangereux au lieu de les laisser s'envoler.
    Bien sur, les contrepoids en béton doivent être dimensionnés en conséquence !

    Voili, voilà, c'est une idée que j'ai eue et que j'ai développé en qq minutes, je doute fort qu'elle soit appliquable telle quelle. C'est pourquoi je la soumets au feu nourri de vos critiques !!

    N'hésitez pas à attaquer chaque point qui vous semble douteux !

    Merci de votre collaboration ;o)

    -----
    [URL=http://forsv.hmt-forum.com]LGDA[/URL]

  2. Publicité
  3. #2
    vince

    Mmmmh et quid de l'isolation thermique? Une maison ça sert quand même avant tout à pas mourir de froid.


    Non?

  4. #3
    Anthracite

    Citation Envoyé par LGDA
    N'hésitez pas à attaquer chaque point qui vous semble douteux !
    Ouf: pfuut !
    0
    Qui hésite...

  5. #4
    kinette

    Bonjour,
    L'idée de départ me semble bonne.
    La faiblesse du système pourrait résider justement dans ces fameux contrepoids, parce que des contrepoids en béton, ça doit pouvoir faire mal aussi non? (à moins qu'ils soient eux-même protégés, pas exemple dans un logement souterrain).
    Il faut aussi se soucier de la résistance des câbles d'acier, je ne sais pas si c'est le matériau le plus adapté pour les secouses sismiques (en cas de rupture dans un tel système ça pourrait être dramatique).

    Bien sûr faudrait voir aussi ce que ça représente en terme de coût...

    K.i ferai bien vérificatrice des travaux finis...
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Cécile

    Salut LGDA,

    Le Japon a d'énormes problèmes de place ... d'où les immeubles partout. Donc la solution de maisons à un étage ne peut être intéressante qu'à certains endroits plutôt ruraux.

  8. #6
    LGDA

    Salut Cécile !

    Si le problème de la place existe effectivement au Japon, il est moins flagrant dans d'autres régions...
    L'idée que j'ai ainsi développée sur un coin de table peut être mise en oeuvre partout ou soufflent des tornades, pas seulement au Japon.

    Salut Kinette !

    J'ai mal expliqué mon idée...
    En fait, dans mon esprit, les contrepoids ne doivent pas reposer sur le sol mais être enterrés dans celui ci, si la qualité du sol le permet.
    Par exemple, sur un sol rocheux, il serait préférable de forer des trous pour y sceller les ancrages à filets au lieu de couler des blocs de béton à même le sol ou bien de creuser le sol pour y couler le béton...

    Mon idée est en fait de tendre un filet sur la maison pour éviter l'envol du toit en cas de tempête parce que cela permet d'éviter la projection d'objets dangereux et aussi parce que ça permet dans une zone sismique de construire des toits légers moins susceptibles de provoquer l'effondrement de la maison.
    A partir de là, la manière d'ancrer les filets dans le sol est secondaire...
    De toute façon, même si les blocs reposent simplement sur le sol, le risque de les voir s'envoler est très faible.
    Le vent peut soulever du sable mais je n'ai jamais vu voler des pierres !

    Par contre, il est clair que les contrepoids doivent être assez lourds pour retenir le filet si celui-ci est soulevé par le vent s'engouffrant sous la toiture.

    Salut Vince !
    Cette idée n'est pas incompatible avec un toit bien isolé, comme je le dis plus haut, le but est simplement de permettre d'utiliser des matériaux légers pour contruire le toit.
    En fait, comme la plupart des matériaux d'isolation sont légers, un tel toit est même ce qu'il y a de mieux puisque le risque d'envol des éléments de construction légers est ainsi annihilé

    A tous,
    Je vous remercie de vos remarques, elles m'ont aidé à vérifier le bien-fondé de cette idée.
    [URL=http://forsv.hmt-forum.com]LGDA[/URL]

  9. Publicité

Discussions similaires

  1. toiture vegetalisée
    Par Iforire dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 19
    Dernier message: 17/08/2013, 08h09
  2. isolation toiture
    Par boblebricooleur dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 10
    Dernier message: 25/07/2008, 20h06
  3. debord de toiture
    Par mauriceetjeannine dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 6
    Dernier message: 17/11/2007, 15h54
  4. toiture en bache
    Par sandra2007 dans le forum Technologies
    Réponses: 2
    Dernier message: 03/08/2007, 21h58
  5. Isolation toiture
    Par Aurélien55 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 10
    Dernier message: 27/10/2006, 14h13