Répondre à la discussion
Page 5 sur 128 PremièrePremière 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 121 à 150 sur 3828

Isolation par l'extérieur



  1. #121
    Elnourso

    Re : Isolation par l'extérieur


    ------

    Bonsoir,

    pour info, une dame que je connais et qui travaille avec des sous-traitants dans le bâtiment, m'a dit que des polonais (déclarés, hein ) l'ont étonnée sur leurs connaissances en matière de techniques d'isolation; Normal, ils ont l'habitude dans leurs contrées de poser de meilleures isolations...
    Ca peut être une piste à creuser.

    -----

  2. Publicité
  3. #122
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    Salut rbodeba
    Citation Envoyé par rbobeda
    Bon, cela dit, j'ai eu le même problème nque tout le monde pour l'iso par l'extérieur. Finalement, c'est bien vers l'autoconstruction qu'il faut aller.
    Je crois aussi, le seul problème est l'absence de garantie décénnale. Si on veut vendre, y'en a que ca risque de rebuter...

    Citation Envoyé par rbobeda
    Pour les fortes épaisseurs (je veux dire plus de 15cm), les tiges filetés ne me semblent pas vraiment conseillées, c'est un pont thermique à chaque fois, et c'est non négligeable. Il est préférable de passer en couches croisées, pour éviter les ponts thermiques entre les plaques, et pour éviter ceux dus aux chevilles. EN gros, on utilise un cheville plastique à frapper en 1ere couche si on est sur de la maçonnerie, et puis une simple vis à tête large sur la 2eme couche. Ca revient bcp moins cher aussi en chevilles.
    Et si on fait 2 ou 3 couches croisées (de toutes façon l'isolant le plus épais qu'on trouve sous nos contrées doit être 10 ou 12 cm !) avec des tiges filetées ?
    Sur quoi tu visse ta vis à tête large pour la 2ème couche ?

    Regarde la photo sur le lien:http://www.passivhaus-roenn.de/html/...merfeld_3.html

    Ca ressemble bien à des tiges filetées, et c'est pour une maison passive !
    Je suis perplexe...

    A+
    Z

  4. #123
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour ami de la pétrochimie,

    Ca semble assez peu logique qu'il s'agisse de métal. Le lambda de l'acier est de 60 à 100. Donc un super conducteur thermique. Imagine qu'il s'agisse de tiges de 8 mm, à 10 tiges par m², sur une maison de 100m² ça peut monter à 0.15m² de surface. Ca parait peu mais si tu considères que l'acier est 2000 fois moins isolant que le PS, tu verras que ça pose un gros pb (tu divises les perfs par 2 ou pas loin, suffit de faire une règle de trois)
    Il s'agit vraisemblablement de plastique, mais je ne connais pas ce système. Il existe des fixations pour isolants à rupture de pont thermique. (en poypropylène) qui encaissent des surcharges suffisantes pour des isolants épais. Mais pour pouvoir vraiment mettre de l'épaisseur, il faut qu'elles ne travaillent qu'à l'arrachement, pas au cisaillement, donc il faut poser l'isolant au sol, et prévoir une rupture de pont thermique avec la dalle (ce qui est fait ici).
    Personnellement, ça me parait la façon la moins raisonnée de construire, mais bon, c'est la méthode allemande : je bétonne, j'isole à mort, je ventile grave, et j'ouvre une baie vitrée plein Est (mais en triple vitrage, bien sûr Pas sûr que ce soit la solution la plus moderne, la plus durable, ni la plus écologique surtout.
    Si tu t'orientes vers de l'autoconstruction en plus... Autant s'orienter vers ce qui est performant et accessible uniquement à l'autoconstructeur (genre :végétal, en grosse épaisseur, bientôt disponible chez tous les agriculteurs du coin
    En tout cas, indépendamment du matériau utilisé, il est primordial de quantifier les besoins, d'estimer les déperditions, etc... => bilan thermique au minimum, que tu peux faire toi-même si tu as le temps.
    Je veux simplement dire par là que partir sur 30 à 40 cm de PS en mur semble dû à une erreur de calcul ou de conception (mais bon, je ne connais pas tous les tenants et les aboutissants, il s'agit peut-être d'une chambre froide en plein Sahara, je ne sais pas )

  5. #124
    Elnourso

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour à tous,

    Je suis tombé sur ce document PDF.
    Je ne l'ai pas encore lu en entier, mais il est centré sur l'isolation extérieure.

    Belgium, one point

  6. #125
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    Merci Elnourso pour ton lien.
    Y'a plein de documents intéressants (ca fait de la lecture !)

    rbodeba,
    J'ai fait le calcul de la résistance thermique des tiges filetées, c'est clair, faut éviter à tout prix l'acier, y'a pas photo, t'as raison 100%

    Le but de super-isoler est "simple": éviter de mettre un chauffage...
    On n'est pas non plus obligé de faire une maison bête avec les baies vitrées mal orientées. On peu faire quand même des choses raisonnables pour utiliser le solaire passif intelligement (c'est ce que j'ai essayé de faire chez moi, en plus du chauffage solaire 16m2 de capteurs en pergola).
    Mais là il faut être cohérent et super-isoler partout pour éviter les ponts thermiques.
    Pour le sol c'est pas évident:
    - si on fait un plain-pied faut faire un radier sur isolant (c'est pas trop courant en France...)ca me fait un peu flipper !
    - ou alors mettre un bon isolant au sol intérieur (20cm) et le premier rang de mur en béton cellulaire pour éviter le pont thermique (je sais pas si c'est compatible avec un mur en brique creuse !) et isolation extérieure.
    - si y'a une cave, comment l'isoler : isolation au plafond de la cave, mais la porte+escalier qui monte à l'étage, pas évident à isoler, ou alors encore radier sur isolant (mais avec 2 niveaux, bonjour le poids!)

    D'ailleurs, pour les canicules d'été, je sais pas si c'est très bon d'isoler la cave: on beneficie plus de la fraicheur de la terre. Ca doit être bien en Allemagne, mais dans le sud de la France...

  7. #126
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Salut,

    Ta problématique est intéressante mais pas nouvelle : va voir sur mon site , projet Maison du Clos (maison individuelle) tu as un pdf à télécharger.
    Ca te donnera une idée de résolution pour le sol : le terre-plein isolé, qui te permet en outre de bénéficier d'une bonne inertie. D'autres produits que le verre cellulaire peuvent être utilisés au sol : le TMS (mousse de polyuréthane) pas écolo du tout car grosse énergie grise, mais très isolant et résistant à la compression dans une certaine mesure.
    Ce que je veux juste dire par "pourquoi isoler autant ?" ce n'est pas que c'est "mal" d'isoler, c'est qu'il devient inutile de sur-isoler au-dessus d'un certain seuil, sous peine de voir s'accumuler la chaleur dans le logement (chaleur dégagée par l'équipement électrique). Il est aussi possible d'isoler différemment (pas forcément "étanche", la filière Passive Haus n'est qu'une solution parmi d'autre), ou d'utiliser des matériaux permettant d'abaisser la t° de confort (typiquement les bois).
    Ca se calcule, l'apport solaire se calcule aussi en fonction de ta région (ainsi le solaire thermique actif est sans doute superflu si tu utilises de telles quantités d'isolants : moins de capteurs suffiraient à simplement produire l'eau chaude, par exemple, ou moins d'isolation pour équilibrer l'ensemble).
    Ton budget semble assez élastique, tant mieux pour toi.
    Je m'attache quant à moi à concevoir des habitations bon marché et basse énergie (de l'ordre de 1100 €/m2) accessibles au plus grand nombre, et le plus propres possibles.
    C'est aussi ça, je pense, une démarche écologique cohérente : construire efficace, avec ce qu'il faut là où il faut. Ne pas oublier que les matériaux de construction sont déjà, de par leur simple fabrication, une source de pollution.
    Et bien sûr, mais ça tu l'as compris je vois, le plus gros investissement au départ, c'est la matière grise (notamment pour traiter les détails, ponts thermiques, optimiser le volume du bâtiment, faire un bilan thermique précis du projet...).

  8. Publicité
  9. #127
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    Très intéressant ton document, rbodeba.
    Effectivemnt, ca donne des idées. C'est pas banal comme sol.
    Ca me fait poser quelaues questions:
    - tu n'as pas peur que les cailloux du hérisson endommagent l'isolant. Tu as lis du liège, c'est super dense, ok. Mais avec de la mousse de polystirène (extrudé) ou de polyuréthane, c'est plus mou...
    - C'est donc le monomur de soubassement qui fait la jonction des isolants pour éviter le pont thermique. Bien joué. Un monomur en soubassement, ca craint pas trop ? Ca aide pas l'eau, non ? Ou alors tu l'as bien protégé en extérieur ET en intérieur. Avec quoi ?
    - Tu as mis un chauffage au mur. Mais si tu avais voulu mettre un chauffage au sol, tu aurais pu ? Il aurait chauffé le dessus ET le dessous, donc ta dalle+hérisson. C'est faisable tu crois ?

    Et pour le confort d'été, tu as beaucoup d'inertie, vu la masse. Mais quand ta masse est chaude....

    D'ailleurs, je me demande: comment on fait pour garder une maison fraiche en été
    Revenons aux choses simples (mais pas évidentes !)...

    Le chauffage au mur avec enduit à la terre, ca me rappelle mon installateur de chauffage solaire, c'est sa spécialité (je crois qu'il a pas trop de concurrence). Il l'a fait au musée de Martre-tolosane, près de Toulouse. C'est pas lui qui va le faire des fois ?
    Il fait des trucs sympas en matière de construction écologique. Vous devriez voues entendre.
    Un lien:
    http://www.collectifaupieddumur.org/

  10. #128
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Salut Zeitoun,

    - ce n'est pas du liège sous le hérisson, mais du verre cellulaire. Supporte 50 T/m². Le liège ne serait pas assez costaud. Donc de ce côté là, pas de pb. Je serai peut-être obligé de passer en mouse PU, là, plus que 4T/m², mise en place plus délicate. Mais bon, ça doit se faire en principe. On part sur environ 800kg/m² de masse.
    - monomur en soubassement : s'étanchéifie comme n'importe quel soubassement (goudronnage intérieur) + rupture de capillarité au niveau de la semelle + drain ext.
    - Chauffage au sol : à déconseiller si on veut conserver le bénéfice du terre-plein. Un chauffage au sol non isolé sera inefficace car masse énorme à chauffer => irrégulable, pas du tout adapté au bioclimatisme (surchauffes en cas de journée ensolleillée). Qui plus est, peu de surface est réellement nécessaire pour assurer le complément.
    - Quand la masse est chaude en été : ben justement, il faut tout faire pour qu'elle ne chauffe pas => pergolas, puits canadien, ventilation nocturne, serre largement ventilable. Il est vrai que trop d'inertie tue l'inertie (cas des vieilles maison en pierre en cas de canicule prolongée)
    - Le projet est en Ardèche, je connais ARESO et j'ai dû rencontrer un ou deux intervenants sur un stage. Mais sur ce projet, ce sera autoconstruit (chape terre AKTERR*) comme le reste de l'install solaire.

  11. #129
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    rebonjour rbodeba,

    Il existe de la mousse XPS (polystirene extrudé) de couleur verte, d'un fabricant allemand bien connu nommé styrodur 5000CS qui résiste à 25T/m2 (c'est pour une déformation <2% sur 50 ans). C'est pas mal...
    Oups, désolé, c'est mon côté pétrolier qui ressort...

    La doc que j'ai trouvé sur le verre cellulaire parle juste de résistance à la rupture. C'est vrai que le verre n'est pas élastique du tout.

    Pour l'étanchéité du monomur, tu met quoi comme rupture de capillarité ? "Au niveau de la semelle", tu veux dire avant de poser le premier rang sur le béton de fondation ?

    Le chauffage au sol avec chappe épaisse: chez moi, j'ai une chappe de 20cm (béton) sur isolant (XPS de 6cm) avec chauffage au sol. Ca fait pas mal d'inertie, mais c'est ce qu'on voulait pour stocker le chaleur venant du chauffage solaire. La régulation s'en sort très bien (retard de l'ordre de 4 heures). Avec ton hérisson ca commence à faire beaucoup quand même....

    Le sol de la maison du clos, c'est pour un intérieur chauffé. Et pour une cave+garage (enterrés ou semi-enterrés), tu ferais pareil ?

    Pour ton soubassement, tu aurais pu mettre du béton cellulaire à la place du monomur. Tu as déja essayé ca ?
    Je me demandais si le mortier au ciment adhérait bien dessus. Bicoz les vendeurs de béton cellulaire disent de n'utiliser que leur colle à eux...

    De l'enduit terre en autoconstruction!!! Ton client il est motivé, chapeau...

    Que veux-tu dire par "trop d'inertie tue l'inertie " ?

    Bon, j'espère que les autres lecteurs de ce fil s'intéressent à notre discussion !!!!!

  12. #130
    Nikau

    Re : Isolation par l'extérieur

    oui oui ! Je ne suis pas vraiment concerné mais ça m'intéresse vivement.

    EDIT : par contre, qu'est-ce que tu entends par 4 heures de retard ? Si gros coup de soleil, surchauffe ?

  13. #131
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    Nikau,

    Non, les apports solaires directs ne sont pas assez importants pour ca (le capteur fait casquette en été).
    Je veux dire que quand le chauffage se met en route (solaire ou l'appoint gaz), il faut 4 heures avant de voir la température de la maison monter.
    C'est un truc classique en régulation: un retard dans une boucle est en général super pour la faire osciller !
    Mais le programme de gestion du capteur en tient compte et démarre le chauffage (quand y'a pas eu de soleil de plusieurs jours bien sûr) avant que le température ne tombe trop.
    Enfin les 4 heures, c'est surtout en solaire. En appoint gaz, la puissance disponible est plus forte (20kW) donc ca démarre plus vite.
    Le plus délicat est d'éviter de démarrer l'appoint à 8h du matin alors que la journée est ensoleillée et que le solail va commencer à chauffer à 9-10h!!!
    On y arrive à peu près (réglage de la régulation).
    Ca marche pas mal sur mon capteur de marque savoyarde....
    En revanche j'ai eu plein de petits problèmes mineurs, mais chiants (fuites, enduit intérieur du ballon qui part, carte de la chaufière naze 2 fois, électrovanne naze... vive la garantie!).
    Donc la fiabilité globale...bof j'ai essuyé les platres !

  14. #132
    Nikau

    Re : Isolation par l'extérieur

    je parle bien des apports solaires passifs en hiver. Si le soleil donne sur ta dalle, tu n'as pas trop chaud avec un délai de 4h pour la régulation ?

  15. Publicité
  16. #133
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bjr,

    Zeitoun, tu es effectivement dans une logique "solaire actif", pas bioclimatique. Une approche bioclimatique met d'abord l'accent sur le solaire passif, pour couvrir au moins 70% des besoins en chauffage, voire plus. C'est relativement incompatible avec un PSD, qui déphase beaucoup, et qui va chauffer au moment ou le solaire passif sera le plus bénéfique.

    Le béton cellulaire : très poreux, et surtout compatible avec la chaux, son principal composant. Super support pour les stucs, enduits brossés à la chaux, etc... à condition de bien l'humidifier avant.
    En soubassement, je ne sais pas, je ne connais pas d'exemple.

  17. #134
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    Nikau,

    Je n'ai pas suffisamment de surface de vitrage au sud pour, en hiver, avoir surchauffe. Donc les 4 heures ne sont pas un problème.

    Je pense qu'il faudrait une sacré surface au sud pour avoir surchauffe en hiver !
    Et puis tu peux toujours les occulter ! Mais en hiver, ce serait vraiment bête...

    rbodeba, tu caricatures !
    Il est vrai que ma maison actuelle est plus solaire actif que passif, mais y'a quand même des apports passifs, faut pas exagérer. Ce n'est pas du bioclimatique au sens puriste, mais c'est un compromis.

    Tu crois que 70% du chauffage peut être couvert par le solaire passif ? Ca me parait beaucoup....
    Et puis comment tu mesures ce que tu "aurais consommé sans solaire passif".....??? 70% de quoi...
    Je demande à voir sur un cas réel, mesuré sur quelques années...
    Et puis il y a l'eau chaude sanitaire. Il te faut bien du solaire actif, plus un appoint autre (en hiver en tout cas, en été, le solaire seul peut pratiquement suffire).

    Les baies au sud, c'est bien mais si tu en mets beaucoup tu risques:
    1) surchauffe en été: ca c'est facile à éviter avec une casquette contre les apports directs.
    Une fenêtre, ca a quand même une Rth plusieurs fois plus faible qu'un mur isolé (Rth ~0.5 à 1 contre 3 à 10 pour un mur) donc:
    2) en hiver si il n'y a pas de soleil et qu'il fait froid, tu as pas mal de déperditions
    3) en été, s'il fait chaud, même si tu fais de l'ombre et évites les apports directs, le delta T fait chauffer ta maison !

    Bref, pour tes 70%, faut tout bien concevoir (et tous les archis n'en sont pas capables, loin s'en faut), et puis je demande qu'a être convaincu.

    Pour moi les kWh les moins chers sont ceux qu'on ne consomme pas, donc on isole !

    Enfin bref, revenons à nos moutons, j'ai quelques questions qui me brulent les lèvres, enfin le clavier !

    1) Le sol de la maison du clos, c'est pour un intérieur chauffé. Et pour une cave+garage (enterrés ou semi-enterrés), tu ferais comment pour garder la maison fraiche en été ?
    2) Quel est le secret d'une maison "froide" en été ? Si tu mets un terre-plein non isolé, tu utilises la fraicheur de la terre en été, mais tu te cailles les pieds en hiver, non ?
    Y'a pas des ruses pour l'utiliser intelligemment ?
    3) Ca existe des chevilles polypropilène très longues pour fixer mon isolant 30-40cm en extérieur (avec isolant posé au sol pour ne pas que les fixations travaillent en cisaillement) ? moi j'ai pas trouvé des aussi longues
    4) Pour l'étanchéité du monomur, tu mets quoi comme rupture de capillarité ? "Au niveau de la semelle", tu veux dire avant de poser le premier rang sur le béton de fondation ?

    A+

  18. #135
    nelaighys

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour à tous,
    habitant dans une maison de construction traditionnelle XIX°-XX° avec des murs en pierres de grès de tout venant de 65cm de large, je reste sur ma faim après le parcours de tous les fils traitant de l'isolation par l'extérieur de préférence:Je ne me vois pas appliquer des plaques isolantes avec chevilles sur des murs composites: rien à voir avec des murs de briques ou parpaings. Par ailleurs, constatant dans nos campagnes bourguignonnes les méfaits des enduits-ciment avec des remontées d'humidité sur les murs au-delà de 2mètres, je suis extrèmement attachée au principe de la perspiration défendue par Rbobeda. Je rechercherais donc plutôt une solution de type enduit chaux-chanvre à l'extérieur pour éviter les ponts thermiques mais aimerait avoir une confirmation de cette possibilité et les contre-indications éventuelles. Peut-être faut-il terminer par un enduit chaux? Avec une hydrofugation de cette dernière couche? Faut-il se prémunir des remontées d'humidité des fondations? Des chaux différentes sont-elles à employer selon les couches pour respecter la structure perspirante du mur? Quelles épaisseurs faudrait-il prévoir pour une performance raisonnable? Est-il judicieux de faire également un enduit chaux-chanvre à l'intérieur?
    Il me semble que le bâti ancien est encore très présent dans les campagnes et que maîtres d'ouvrages et artisans pourraient être intéressés par des précisions à ce sujet. Merci donc de vos suggestions.

  19. #136
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Tu crois que 70% du chauffage peut être couvert par le solaire passif ? Ca me parait beaucoup....
    Dans un bâtiment passif, on essaye plutôt d'être à 90%.
    Le solaire passif est tout à fait quantifiable. C'est aussi pour ça que dans une logique bioclimatique, on privilégie un facteur solaire important du vitrage / une isolation maxi, souvent obtenue à partir de couches réflectrices qui ont tendance à limiter les déperditions mais aussi les apports solaires. Les déperditions sont alors compensées par des volets plus performants (fortes épaisseurs da

  20. #137
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    oups, c'est parti tout seul... La suite :

    ... fortes épaisseurs de bois légers dans des précadres bois, par exemple.
    3) en été, s'il fait chaud, même si tu fais de l'ombre et évites les apports directs, le delta T fait chauffer ta maison !
    Brises-soleils, pergolas, stores, casquettes etc... sopnt autant d'outils pour limiter les apports directs et les apports diffus. Enfin, le puits canadien a là aussi un rôle important à jouer quand il est possible de le mettre en place.
    Enfin, les apports solaires se gèrent aussi par le choix des matériaux et leur pouvoir déphasant => très déphasant au sud, en toiture, très isolant au nord, plus de matériaux lourds dans le volume habité que dans les murs si possible. Si on est pointilleux, on peut aller jusqu'à choisir les couleurs des finitions : plutôt sombre, ôcres profonds, sur les murs lourds, le sol, les parois directement éclairées en hiver, plutôt clair sur les cloisons légères.
    On cherche aussi à avoir un volume compact plutôt qu'éclaté, on crée des espaces tampons pour favoriser la partie sud.
    Pour moi les kWh les moins chers sont ceux qu'on ne consomme pas, donc on isole !
    D'accord avec toi, mais pas seulement. Et pas obligé non plus de vivre dans un thermos.
    Si tu veux du concret, du mesuré, de l'existant (depuis 98) va voir ça :
    http://www.areso.asso.fr/IMG/pdf/Ca-bioclim-mail.pdf
    Résultat impressionnant par rapport à l'isolation mise en oeuvre assez faible finalement (35cm de chènevotte en toiture, mais lambda de 0.048, correpond à moins de 30 cm de cellulose, et seulement 10 cm de copeaux + 10 cm de torchis en murs). On est loin des 40 cm de PS et avec des matériaux autrement plus propres et adaptés à l'homme (oui, je veux dire pas là : respirants )
    Pour en revenir à tes questions :
    1- ben le sous-sol, ce n'est déjà pas le pied à gérer. Donc je me poserais déjà la question de savoir si je peux faire autrement. Si c'est déjà construit... il te reste la dalle épaisse à l'étage, isolée dessous
    Avec des refends permettant de mettre des éléments lourds à l'étage (genre qq tonnes de briques pleine, de terre crue, de béton banché pour les amateurs de gris) Mais là ça se apsse au niveau de la conception avant tout.
    2 - On en a déjà parler (isoler sous hérisson)
    3- Non, et celle de 20 cm coutent une fortune. Mieux vaut donc passer en couches croisées, mais plus dur avec du PS (le liège s'y prete cependant)
    4 - lit de béton hydrofugé (très courant)

  21. #138
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Citation Envoyé par nelaighys
    Bonjour à tous,
    habitant dans une maison de construction traditionnelle XIX°-XX° avec des murs en pierres de grès de tout venant de 65cm de large, je reste sur ma faim après le parcours de tous les fils traitant de l'isolation par l'extérieur de préférence:Je ne me vois pas appliquer des plaques isolantes avec chevilles sur des murs composites: rien à voir avec des murs de briques ou parpaings. Par ailleurs, constatant dans nos campagnes bourguignonnes les méfaits des enduits-ciment avec des remontées d'humidité sur les murs au-delà de 2mètres, je suis extrèmement attachée au principe de la perspiration défendue par Rbobeda. Je rechercherais donc plutôt une solution de type enduit chaux-chanvre à l'extérieur pour éviter les ponts thermiques mais aimerait avoir une confirmation de cette possibilité et les contre-indications éventuelles. Peut-être faut-il terminer par un enduit chaux? Avec une hydrofugation de cette dernière couche? Faut-il se prémunir des remontées d'humidité des fondations? Des chaux différentes sont-elles à employer selon les couches pour respecter la structure perspirante du mur? Quelles épaisseurs faudrait-il prévoir pour une performance raisonnable? Est-il judicieux de faire également un enduit chaux-chanvre à l'intérieur?
    Il me semble que le bâti ancien est encore très présent dans les campagnes et que maîtres d'ouvrages et artisans pourraient être intéressés par des précisions à ce sujet. Merci donc de vos suggestions.
    Salut,
    L'enduit chaux-chanvre est une solution efficace surtout en forte épaisseur, car peu isolant (lambda de 0.1 environ)
    - Avantages : très respirant, donc adapté aux enduits extérieurs, amis intérieurs aussi car mu proche de celui de la pierre (dépend de la pierre, bien sûr, le granit par ex respire peu)
    - On doit cependant absolument terminer par une couche de finition mince à la chaux aérienne, qui protègera des eaux de ruissellement. (mieux vaut l'armer pour éviter les fissures : fibre ou treillis de verre)
    - l'enduit peut être fait à la NHL2 en deux ou trois couches, on dépasse cependant rarement 5 à 6 cm
    - Pour de plus fortes épaisseurs, il y a la technique des colombages (en intérieur ou extérieur, mais évidemment plus efficace à l'extérieur)
    - A l'intérieur, un enduit chanvre coupe l'effet de paroi froide, et permet d'avoir une t° de confort plus faible.

    Il y a déjà eu un fil sur ce sujet
    http://forums.futura-sciences.com/thread86654.html

  22. Publicité
  23. #139
    bmorl

    Lightbulb Isolation par l'extérieur (tentative d' autoconstruction)

    Bonjour à tous,
    Je projette d'améliorer mon habitat par une isolation extérieur. Ayant peu de moyens, mais possédant un atelier de menuiserie, je pense surtout à exploiter au maximum le matériaux bois que je connais bien. Au niveau de l'isolant j'opte évidemment pour un mélange copeaux/chaux/retardateur de flamme (je ne me souvient plus du nom du produit!) .Pour la fixation sur le mur, je m'inspire des poutre en I destinées au charpente; avantage : grande solidité, absence de pont thermique et profondeur facilement variable . Pour les copeaux, une simple dégau-rabot est une excellente machine à en fabriquer, il serait souhaitable d'utiliser du chêne, du châtaignier ou, un must, de l'acacia (résiste même aux thermites!).Une inconnue demeure pour le choix et le pourcentage de la chaux que je connais mal. Je vous joins un petit schéma qui sera plus explicite. Merci de vos suggestions.
    Images attachées Images attachées  

  24. #140
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    rbodeba,

    Comment tu fais pour fixer ton isolant s'il est en plusieurs couches (2 ou 3) croisées (ce qui est logique pour des fortes épaisseurs). Srtout les couches extérieures. Si quoi elles tiennent ?
    Pourquoi le liège est bien adapté pour ca ? Tu peux expliquer ?

    La maison charmeaux de l'Areso est très intéressante (je l'avais déja vue sur leur site), mais la mise en oeuvre n'est pas à la portée du premier venu !
    Tu as intéret d'être à la campagne, d'avoir de la place et du temps pour faire un maxi d'autoconstruction, vu les techniques mises en oeuvre !
    Et moi, le temps, j'en ai pas trop : 3 jeunes enfants et un boulot dans le privé....

    C'est pour ca que je cherche un truc plus facile à mettre en oeuvre par des artisans, plus proches des techniques "classiques" à la francaise !
    Et mon budget n'est pas extensible !

  25. #141
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Salut Zeitoun,

    Je n'ai pas de solution valable pour des épaisseurs de 20 cm ou plus. En couches croisées, tu peux fixer d'abord une couche très épaisse (100mm par ex) puis couvrir avec 60 ou 80 mm.
    Première couche fixée par plots de map au mur, puis chevillées avec chevilles à frapper plastique, puis 2eme couche fixée avec qq plots de map puis vissée directement dans la couche du dessous avec rondelles plastique. Tu ne peux pas le faire sur des isolants trop souples ni peu denses, le liège s'y prête bien car à raison de 10 vis de 100 mm par m² c'est quasi inarrachable, contrairement au PS. Cette solution est pérenne, le liège ne bougeant pas dans le temps, ni à l'humidité. Les ponts thermiques sont très limités par cette technique.
    Il existe aussi des chevilles a frapper te permettant de fixer les 2 couches en une fois, jusqu'à 180 mm, soit un R de 4.5 pour du liège (ajouter le support).
    Cependant, trouver des artisans pour ce genre de boulot... faut pas rêver, pas en France en tout cas.
    Après, il faut envisager d'autres solutions, comme le mur manteau, par exemple.
    Enfin, si tu veux autoconstruire une isolation ultyre efficace pour pas cher, évidemment, la paille : 34 cm d'isolant pour un R de 6 à 7 minimum. Reste à traiter trois problèmes :
    -la parfaite évacuation de l'humidité du logement, qui peut se faire directement à travers les murs selon leur composition
    - la mise au sec obligatoire du bas du mur sans créer de pont thermique (plusieurs méthodes possibles, rien d'insurmontable)
    - Et le plus dur à surmonter : vaincre un certain nombre d'idées reçues qui ont encore la vie dure ( ah mais ça va prendre feu, oh là là et s'il y a du vent, ou un loup, que va-t-il se passer, etc...)
    Enfin bon, un certain nombre de nos concitoyens ont déjà franchi le pas, c'est bon signe et ça se développe.

  26. #142
    Elnourso

    Post Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour à tous,
    J'ai fait un résumé pour ce qui concerne m a rénovation dans ce fil afin de ne pas tout emmêler dans ce fil spécifique.
    Venez laisser vos remarques/réflexions.

  27. #143
    penzo

    Re : Isolation par l'extérieur

    Citation Envoyé par rbobeda
    Il existe aussi des chevilles a frapper te permettant de fixer les 2 couches en une fois, jusqu'à 180 mm, soit un R de 4.5 pour du liège (ajouter le support).
    Cependant, trouver des artisans pour ce genre de boulot... faut pas rêver, pas en France en tout cas.
    Sur notre chantier, nous isolons la semelle et le muret de soubassement fait en brique rouge BGV avec des panneaux de liège (2x4cm).

    Pour la semelle, on peut utiliser directement un pistolet de scellement avec un clou composé en 2 parties : un partie e acier/carbone qui va poinconner le béton ou la maconnerie et une partie en PE qui s'enfonce dans le liège.

    Pour la brique creuse, cela ne semble pas fonctionner pour cause d'éclatement possible de la brique.
    On voit demain un représentant de chez Hilti pour faire des tests sur le terrain. Doit-on s'armer de sa perceuse et faire les trous dans le liège et la brique puis enfoncer la fixation ? réponse demain sans doute.
    "L'important, c'est de se mettre en route" Bernard Moitessier

  28. #144
    forrestgump

    Re : Isolation par l'extérieur

    voila un exemple d'isolation exterieur sur un hopital.
    Ossature metallique, laine de verre de 100 mm, et panneaux compact en finition...peut etre pas l'ideal pour une maison particuliere et puis l'ossature metallique doit generer pas mal de ponts thermiques.
    Images attachées Images attachées

  29. Publicité
  30. #145
    zeitoun

    Re : Isolation par l'extérieur

    rbodeba,

    Par mur manteau, tu entends un mur non porteur devant l'isolant pour le protéger ?
    Finalement, c'est peut-être le plus simple...
    De la brique de 7cm d'épaisseur, ca doit suffire.
    Que faut-il respecter: une fondation dessous, un chainage je suppose ? Il ne faut pas l'accrocher au mur porteur à la hauteur de son chainage ?
    Ca va encore faire des ponts thermiques... mais enfin moins que des tiges filetées ! (y'en a moins).
    Et l'isolant, faut quand même le fixer un peu au mur. Faut laisser une lame d'air entre mur manteau et isolant, non ? Comment tu fais ?

    Pour calculer la largeur de la casquette pour faire de l'ombre en été tout en laissant passer le soleil en hiver, tu fais comment ? Tu supposes quoi ?
    Y'a peut-être un petit logiciel qui fait ca ? C'est pas *très* compliqué mais un peu fastidieux. Faut équilibrer pertes dû au vitrage et apport thermique été/hiver.
    T'as un bouquin la-dessus peut-être ?

  31. #146
    elgedea

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour,
    question liminaire à une réflexion plus profonde :
    pour reprendre l'isolation d'une maison de plein pied par l'extérieur, est-il nécessaire de dégager les fondations pour descendre ? Si oui, sur quelle profondeur ?
    Pardon d'avance, mais j'ai pas fait de recherche sur le fil...
    Merci d'avance

  32. #147
    elgedea

    Re : Isolation par l'extérieur

    Bonjour,

    je repose ma question, surtout que j'ai fait une recherche sur le fil entre temps...
    Donc une maison de plein pied, sur dalle et pas vide-sanitaire, si je veux reprendre par l'extérieur l'isolation, est-ce qu'il faut décaisser les fondations pour faire descendre l'isolant et si oui sur quelle profondeur en fonction de quoi ?

    Merci d'avance !!

  33. #148
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    Réponse : oui, faut isoler le soubassement
    Jusqu'où : le plus profond possible en théorie (1m50) si ta dalle n'est pas isolée dessous ce qui semble être le cas.
    En pratique : décaisser jusqu'à tomber sur la semelle des fondations, déjà c'est pas mal. Aller plus profond sera problématique.
    Du dessous au dessus, on doit en principe trouver :
    - béton de fondation (L60 H50 au moins)
    - semelle (c'est le dessus des fondations en fait)
    - soubassement (en parpaings de 20 souvent)
    - rupture de capillarité (feuille bitumée en général)
    - le mur proprement dit

  34. #149
    elgedea

    Re : Isolation par l'extérieur

    Ouïllouïllouïlle...
    Merci pour les précisions, ça met la barre haute haute...
    mais quand même, je comprends pas la nécessité de descendre aussi bas. Je suppose que c'est pour diminuer la surface d'échange du mur (béton plein donc conducteur de chaleur) avec la terre (pourtant elle même relativement isolante); mais du coté intérieur, cad sous la dalle (dont je ne connais pas l'isolation), qui ne descend certainement pas plus bas que la semelle, je garde cette surface d'échange.
    En tout cas ça complique mon projet...

  35. #150
    rbobeda

    Re : Isolation par l'extérieur

    "pourtant elle même relativement isolante"

    C'est le nerf de la guerre. La terre sèche isole relativement, comme tu dis, on peut arriver suivant sa composition à un lambda de 0,7 et encore. Disons que c'est un assez mauvais conducteur de chaleur. Humide, par contre...
    Les pertes thermiques empruntant le chemin le plus court, tu peux par exemple faire le calcul des déperditions sur la bande périphérique de 1m de la maison en modélisant ton cas grossièrement.
    Si tu as isolé disons jusqu'à 30 cm de profondeur le chemin à parcourir depuis l'intérieur (sur dalle) est d'environ 1 m à la louche avant d'arriver à l'ext. (la traversée des fondations étant plus aisée du fait de leur forte conductibilité)
    Donc les déperditions sont de l'ordre de (20-0)*0.7/1=14 W/m² sur cette bande de 1 m, s'il fait 20° dedans et 0 dehors. Pour 100 m² au sol, ça va faire qqch comme 560W, soit 13,5 kWh par jour, soit peut-être 1600 kWh pour la saison de chauffe. Ce n'est pas négligeable, et en fait c'est plus car un peu de chaleur passe directement à travers l'isolant et le mur de soubassement. Je n'ai pas compté non plus ce qui se trouve après la bande de 1 m périphérique (le milieu de la maison quoi)
    Si tu isoles sur 1m, la distance à parcourir sera plus proche de 3 m, donc tu divises par 3 les déperditions.
    Si ta dalle est isolée dessous, le pont thermique n'est présent que sur la périphérie de la dalle (sur son épaisseur) et là c'est plus facile.
    Voilà pourquoi il faut descendre le plus bas possible, mais en pratique la limite est bien souvent la base du mur de soubassement.

Page 5 sur 128 PremièrePremière 5 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. S.o.s. Isolation Par L'exterieur
    Par sylvain.valy dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 4
    Dernier message: 18/04/2008, 10h11
  2. Isolation par l'extérieur (sous bardages)
    Par Absolut1212 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 7
    Dernier message: 29/12/2007, 17h38
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...