Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 2
Affichage des résultats 31 à 41 sur 41

Comment faire monter l'eau capillaire.




  1. #31
    Touche-à-tout

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    Dans le cas de l'utilisation d'une tarière, ajouter une fer pour former une cuvette n'est pas bien compliqué, découpe ou formage et soudure.
    Voici une photo pour illustrer mon propos:
    dsc_0319.jpg
    Le papier représente la forme (exagérée) du fer.
    A l'usage, la terre a déjà tendance à former un bourrelet autour du trou, il sera ici plus important.
    Néanmoins, si cette technique est efficace, elle est plus adaptée à la mise en place de plants déjà développés en pépinière et demande pas mal de temps.

    Malheureusement, le reboisement est une activité extrêmement complexe car de nombreux paramètres viennent s'imbriquer dans le processus et en compliquent fortement la maîtrise. Un forum est difficilement l'endroit où monter un tel projet. Le mieux est de se documenter au préalable pour avoir une idée de ce à quoi on a affaire, d'en déduire quelles compétences il faut avoir et donc qui consulter. Cela doit permettre des échanges aboutissant à la définition de limites raisonnables et d'éviter la dispersion.

    Cette discussion reste cependant intéressante et me donne des idées, j'y reviendrai si je parviens à les développer suffisamment.

    Cordialement,
    Nicolas.

    -----

    Images attachées Images attachées

  2. Publicité
  3. #32
    Nicolas321

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Merci Nicolas,

    Je vois ce que tu veux dire avec la tariere, c'est simple et efficace. Faire un genre de cuvette aiderait aussi pour enfoncer un peu l'arbuste et le rapprocher de l'eau du sol.

    C'est vrai que c'est un programe complexe mais d'un autre cote le gars d'Eden a reussi.

    J'ai trouve un autre exemple d'une personne qui a plante 1 million d'arbres en Ethiopie:
    http://www.youtube.com/watch?v=qa69MVyGNkA
    Il ne semble pas etre biologiste ou agronome. Dans une autre video il dit qu'il va maintenant planter des arbres fruitiers pour les communautes.

    De plus je lisais sur la technique de culture du cafe a l'ombre et ca disait que ce type de culture semi-naturelle permettait aux oiseaux, aux reptiles et autres animaux de vivre. Donc peut-etre qu'il n'y a pas besoin que la foret soit parfaite pour etre reellement utile aux ecosystemes. Et j'imagine qu'en l'espace de 100 ans la foret redeviendrait completement primaire.

    Apres y avoir repense, je me demande concernant le carton si l'humidite ne passerait pas a travers et ne s'evaporerait pas. Surtout pendant la saison seche ou il fait tres chaud. Avec du plastique on n'aurait pas ce probleme.

    De plus peut-etre qu'avec un plastique on arriverait a avoir de l'eau de condensation le matin.

    Je pensais aussi a une autre idee... avoir un plan d'urgence en cas de secheresse. Par exemple j'enverrais les planteurs vaporiser les arbustes avec de l'acide absissique pour mettre les plantes en etat de dormance et diminuer leur evaporation. Il faudrait aller vite d'un arbre a l'autre, 15 secondes pas plus. Il faudrait que je me tienne au courant des previsions climatiques pour la saison seche, a savoir si elle sera particulierement forte et me tenir pres avec tout le materiel. Il y a tellement d'idees...

    C'est vrai que c'est un gros programme... je ne connais pas la place, je ne connais personne la bas... c'est l'aventure... mais je me vois deja au milieu de ma foret de 10 millions d'arbres... minimum!

    Je pense peut-etre suivre des cours de foresterie cet automne, c'est vrai que j'ai enormement a apprendre.

    Je suis biensur interesse par des idees que tu pourrais avoir si ca ne te derange pas de m'en faire part.

    Au plaisir,
    Nicolas.

  4. #33
    Touche-à-tout

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    Oui, il y a beaucoup à apprendre, sur les arbres eux-mêmes, sur le sol, le climat, la technique... Mais aussi sur la configuration sociale et politique du lieu. Il est en effet un volet capital concernant la valeur du terrain: a qui appartient-il et le (ou les) propriétaires est-il assez stable pour éviter d'éventuelles rivalités, détournements ou autres contrariétés. C'est très sensible, car les us et coutumes sont très variables d'une région à une autre, entre ethnies, tribus, clans. Politiquement parlant, un tel projet peut être bien accueilli mais être détourné par suite d'influences. On a déjà abordé le problème de la sécurité, éviter les mauvaises fréquentations n'est pas si facile car tout le monde peut retourner sa veste.

    Techniquement, Il y a pas mal de documentation sur le net, une recherche rapide donne quelques liens intéressants sur des expériences en cours mais aussi un retour sur des expériences passées, sur le terrain ou "en laboratoire". Les japonais ont un document en français plutôt fourni, je suis sûr qu'on trouve des infos à la pelle, le tout est d'en faire une synthèse pour définir les grandes lignes d'un projet raisonnable.
    C'est à partir de ces grandes lignes qu'un tel projet peut être développé: elles servent à la présentation de l'idée et à décrire les objectifs, les moyens nécessaires, les acquis et prérequis auprès des partenaires potentiels. Dans un second temps, si l'idée est retenue, c'est le lieu d'implantation qui permettra de préciser les détails, chaque intervenant ayant alors des données plus fiables pour affiner le projet. Ce sont des préalables indispensables pour ne pas se faire surprendre sur place par un obstacle imprévu qui bloque tout alors qu'on n'a pas les moyens de le traiter.

    Pour ce qui est du problème de sécheresse, je n'ai pas de réponse toute faite. Je crois bien que personne n'en a d'ailleurs, et la nature se débrouille comme elle peut. D'ailleurs, il faut reconnaître que si l'homme n'était pas passé par là, la forêt serait encore en place aux endroits visés, signe que s'il y en avait, c'est que l'endroit est propice à son développement. Carton ou plastique, je ne sais pas, ce sont des essais à faire. Je pense qu'un simple paillage serait suffisant et a le mérite d'être faisable avec des matériaux trouvés sur place.

    Pour la "culture semi-naturelle" pour faire venir oiseaux et reptiles, que faut-il ? Des insectes. Que faut-il pour faire venir les insectes ? Des fleurs. ==> Jachère fleurie (rapide et sans entretien). Un autre type de culture est bien sûr possible mais il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de conflit d'intérêt avec des producteurs voisins et que la production ne prenne pas le pas sur le reboisement. L'équilibre est à trouver parcelle par parcelle, selon les besoins et possibilités locales.
    Il faut de toute façon des insectes pour féconder certaines espèces végétales. A partir du moment où il y a des fleurs, un peu d'apiculture et ce sont d'autres avantages qui apparaissent.

    Un tel projet est passionnant mais présente de nombreux aspects intrdépendants qu'il n'est pas prudent, ni possible d'ignorer sans remettre en cause les chances de succès. Il y a certes des expériences réussies, mais on peut penser que ça n'a pas été facile et que bien des détails ont été des casse-têtes et n'ont pas été expliqués à fond. Certains chiffres font état d'une forte irrégularité, liée souvent à des événements extérieurs, qui ne remet pas en cause la validité du projet mais limite son efficacité.

    Les projets utopiques me plaisent car j'aime quand on peut prouver que la volonté peut triompher des obstacles et qu'il suffit juste de s'y mettre au lieu de seulement dire "c'est fou".
    Perso, la partie qui m'intéresserait serait de développer des techniques "portables", pouvant être transposées facilement à d'autres lieux, d'autres configurations, pour mulitiplier les initiatives et faciliter leur mise en oeuvre en évitant d'avoir à tout refaire à chaque fois. Je ne suis absolument pas expert en la matière, mais si je peux souffler quelques idées, je le ferai. Je dois d'ailleurs en travailler quelques-unes avant d'en parler...

    Cordialement,
    Nicolas.

  5. #34
    Nicolas321

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    Je pensais a la plupart des points dont tu as parles et tu as raison de souligner que la difficulte du projet est loin d'etre uniquement technique. Juste le fait d'avoir la residence permanente dans le pays cible n'est peut-etre pas evident.

    Un autre facteur dont il faut aussi tenir compte est le rechauffement de la planete. La foret que je creerais serait-elle capable de survivre a quelques degres de plus et aussi possiblement a un changement local de pluviometrie?

    Concernant l'idee du plastique, carton, paillage, quelque soit la technique utilisee, ce serait bien si elle impliquait des emplois crees localement.

    Pour revenir brievement a l'idee d'un kit, en y reflechissant encore, il pourrait etre fabrique juste avec du fil de fer pour la structure et du plastique. J'ai regarde les prix des materiaux fabriques en Chine, il pourrait couter tres peu cher, de l'ordre de 25 centimes. Si c'etait possible de le reutiliser 20 fois ou plus cela pourrait vraiment valoir la peine. 2-3 centimes pour avoir l'effet concentrateur d'eau et limiter l'evaporation serait une tres bonne affaire.

    A part ca, je continue a me documenter sur le sujet. Par exemple, j'ai lu quelques pages sur les produits contenant des mycorrhizes. Ils ont l'air tres efficaces pour aider le developpement des racines et l'absorbtion des nutriments et de l'eau. Ca pourrait peut-etre etre une bonne idee surtout pour des terres qui ont ete defrichees et qui sont probablement appauvries. Les mycorrhizes etant des champignons, saurais-tu si il est possible de les cultiver soi-meme?

    Concernant l'idee de la jachere fleurie, cette technique pourrait-elle est utilisee dans les pays tropicaux? Il me semble en general d'apres les photos et les films de ces regions il n'y a pas l'air d'y avoir beaucoup de fleurs.

    Concernant l'endroit a choisir, j'avais en tete de reboiser des regions peripheriques a des forets primaires existantes, afin d'augmenter leur surface pour les rendre plus viable ecologiquement, ou bien peut-etre faire rejoindre 2 morceaux de forets primaires. J'imagine que reboiser les terres publiques ne doit pas trop poser de probleme. Par contre, pour les terres privees, il s'agit de convaincre les proprietaires. Si ceux-ci ne veulent pas faire replanter de la foret naturelle, peut-etre qu'il serait possible de les convaincre de convertir leurs terres en cultures ombragees comme des cultures de cafe ou autre. Il pourrait meme y avoir l'idee de monter une cooperative de cafe, ce qui leur ferait un petit revenu supplementaire.

    Je vais continuer a lire sur le sujet un peu tout les jours. C'est interessant et a la fois un challenge d'arriver a trouver comment faire.

    Bonne reflexion concernant tes idees, j'espere qu'elles germeront!

    Au plaisir,
    Nicolas.

  6. #35
    Touche-à-tout

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    Le problème est à prendre dans l'autre sens. Il faut commencer par cibler un pays où l'on peut s'installer (parler la langue, avoir des contacts, connaître un minimum la culture). Il faut ensuite identifier une région susceptible d'être reboisée et chercher à savoir si c'est d'intérêt environnemental prioritaire, si populations et autorités y seraient favorables. C'est une phase de présélection qui peut/doit se faire sur plusieurs secteurs afin de permettre un choix et des solutions de repli.
    A partir des données de chaque site, on peut alors commencer à établir un diagnostic et un modèle d'intervention, dans lequel on peut ajoute telle chose, adapter telle autre...
    La base restant effectivement d'identifier parfaitement les interactions possibles avec les propriétaires, sans jamais oublier que leurs préoccupations sont plus immédiates que le réchauffement ou autres considérations environnementales. On tape dans le foncier, donc l'aspect juridique doit être béton, ce qui nécessite d'autres personnes compétentes. Je ne pense pas qu'il soit raisonnable de chercher à convaincre qui que ce soit, il faut des volontaires et contractualiser tous les engagements pour ne pas travailler en pure perte.
    Je ne pense pas non plus que ces pays aient besoin de qui que ce soit pour mettre en place des cultures de café ou autre. Le plus souvent, c'est justement pour cultiver qu'ils défrichent, même pas pour exploiter le bois puisqu'ils le brûlent... D'ailleurs, intervenir sur la partie culture risque comme je l'ai déjà dit d'éveiller la méfiance de ceux qui sont en place. Je verrai plutôt la mise en place de filières non existantes et ne faisant pas concurrence à ce qui se fait déjà, tout en donnant le possibilité de changer les habitudes et de passer à de la culture raisonnée. C'est une démarche à long terme et il ne faut pas s'attendre à des résultats rapides et faciles.

    Pour la jachère fleurie, ou pour le reboisement lui-même, la composition se fait en fonction des lieux, avec des espèces locales. En France non plus on n'a pas beaucoup de zones exclusivement couvertes de fleurs. C'est pour ça que les jachères fleuries ont été créées, pour occuper et rendre utiles des terrains non cultivés par obligation, avec divers bénéfices. Le but est de recréer une chaîne alimentaire biologique renouvelable bénéficiant aux végétaux et aux animaux, constituants essentiels des forets. C'est donc très variable en fonction du pays (climat, type de terres, relief) et changera du tout au tout entre un projet situé en zone tropicale ou semi-aride.

    Pour la fabrication des kits, pas besoin d'aller en Chine, il faut du local, rien que du local. Ca fait partie de mes "sujets de recherche".

    Quant aux plants mycorhyzés, j'en connais le principe mais pas les détails. Je pense que toute personne recevant une formation adaptée peut faire ce qu'elle veut avec le temps et les moyens, mais cela me semble ajouter beaucoup de travail et donc de coût dans une situation où on ne peut pas se le permettre. Le projet étant déjà assez complexe, il faut absolument utiliser les techniques les plus simples possibles. C'est bon à savoir, pour des cas difficiles, mais c'est du dernier ressort.

    Sans aller jusqu'à parler de succès du projet, je dirai que rien que la possibilité de sa mise en route est conditionnée par le réalisme, la faisabilité et la cohérence de l'ensemble. Avec tout les points que nous avons abordé, il est clair que ce n'est pas l'aventure d'un seul homme mais bien d'une équipe qui rassemble les compétences, ce qui amène la crédibilité, et éventuellement des soutiens. Je pense avoir donné la plupart des éléments principaux, il faut les remettre dans l'ordre, les structurer et développer, communiquer dessus, apprendre, rencontrer des gens intéressés par l'idée...
    Mais ici, ce n'est pas le meilleur endroit. Nous sommes sur un forum de jardinage, ce serait déjà mieux dans le forum environnement, et je ne suis pas spécialement compétent dans ce domaine, juste curieux de la chose. Peut-être que dans quelques temps, quand l'idée aura mûri, que des questions plus précises viendront et qu'elles susciteront alors plus d'intérêt et de réponses.

    Cordialement,
    Nicolas.

  7. #36
    AMATY

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Je suis tout à fait d'accord avec l'approche de Touche-à-tout,
    Je n'irais pas au-delà, mais je te conseillerais de prendre une semaine de vacances auprès de l'équipe qui a planté 52 millions d'arbres...
    Ou du moins de rencontrer le responsable... Ainsi tu auras en main, toutes les cartes en main...
    Enfin presque, car chaque pays doit être un nouveau cas à étudier...

    Je te souhaite de réussir dans tes projets...
    N'oublie pas de nous tenir au courant de ton évolution, de tes recherches et 1ères plantations...
    Ainsi, tu pourrais faire des émules...
    A+
    ....

  8. #37
    Nicolas321

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour Amaty et Touche-a-tout,

    Il faut que je continue de reflechir a ce projet. Je ne sais pas encore si je vais le faire, ca a l'air complique et je suis loin d'avoir les competences requises. Peut-etre que contribuer a des programmes existants ( financierement et par volontariat ) serait bien plus simple, surtout pour commencer.

    Je vais peut etre essayer contacter la personne en charge du programme Eden, je vais voir.

    Cela dit, si vous avez d'autres idees, je reste interesse. J'ai quelques idee personnellement mais je suis tout a fait ouvert a d'autres.

    Au plaisir,
    Nicolas.

  9. Publicité
  10. #38
    Touche-à-tout

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    A mon avis, l'engagement associatif ou humanitaire n'a de sens que lorsqu'il est fait en personne. Le don financier, s'il est indispensable, ne fait rien physiquement et n'apporte rien personnellement; c'est une démarche totalement différente de celle de l'action sur le terrain, la finalité étant pourtant la même.
    Le fait de participer directement aux opérations d'une structure existante est on ne peut plus formateur pour tous ceux qui veulent/peuvent tenter d'apporter un plus, une amélioration.

    Donc, se renseigner auprès d'une structure opérationnelle est une des premières étapes (après un max de documentation). Aller voir sur place comment ça se passe est un excellent moyen de tester sa motivation et sa capacité (résistance) aux conditions de l'expatriation en zone quasi-hostile. Enfin, avant d'envisager ladite expatriation, une période d'essai à proximité de chez soi, en zone test, permet de se rôder, d'affiner ses propres techniques et outils, de disposer d'une "vitrine" à présenter en support de présentation du projet.

    Les compétences à acquérir vont effectivement bien au-delà du jardinage, j'ai déjà cité quelques métiers juridiques, scientifiques et techniques, mais il y a aussi un volet financier et communication. Il faut avoir la capacité de faire passer son message, du susciter la confiance et provoquer l'investissement des autres. Tout cela repose sur la crédibilité du projet, et si certains cas se présentent sous la forme d'un seul homme, c'est pour sa capacité à communiquer, mais il faut bien comprendre que c'est forcément un travail d'équipe.
    Je pense que des recherches en termes d'initiatives locales, d'associations, permettrait d'entrer en contact avec des compétences utiles pouvant former un noyau de départ. Un site, un blog, un forum pour se faire connaître, quelques expérimentations pour valider des idées et le point pour décider d'aller plus loin. C'est ce qui me paraît le plus raisonnable pour se lancer dans ce genre d'aventure.
    Si le fait de piloter seul me paraît difficile, je ne veux pas décourager pour autant. Une bonne volonté ne doit surtout pas être perdue mais plutôt canalisée vers une moyen de l'utiliser à bon escient. Un détour pouvant mener à un meilleur chemin...

    Cordialement,
    Nicolas.

  11. #39
    Nicolas321

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    Je crois que je vais essayer de donner ce que je peux a la fondation Eden. Je comprends bien que le volontariat est une demarche personnelle interessante, mais je suis quelqu'un de pragmatique et je veux avoir le maximum de resultat. Que ce soit moi qui plante les arbres ou une fondation deja existante, ce n'est pas important.

    Si je travaille en France ( ou au Canada, etant donne que j'ai la double citoyennete ), je peux economiser pas mal d'argent pour pouvoir contribuer. C'est une forme d'engagement personnel aussi. Je peux me fixer comme objectif de planter tel nombre d'arbre par annee.

    En tout cas je vais voir, mais j'ai bien l'intention de faire quelque chose d'une maniere ou d'une autre.

    Au plaisir,
    Nicolas.

  12. #40
    AMATY

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Je ne sais pas encore si je vais le faire, ça a l'air complique et je suis loin d'avoir les compétences requises.
    Ah! Ben Non...Nicolas, Pas question de s'arrêter ainsi...
    Compliqué... Bien sûr au début, mais au bout d'un certain temps on appréhende bien mieux...C'est valable pour tout les boulots...
    Les compétences, tout le monde en a... tout comme ce qui a l'air compliqué...

    Un projet, ça se construit... De bout en bout...
    Ce n'est pas le tout de discuter sur un Forum, bien que Touche-à-tout t'a donné de grandes lignes directives, mais faut il tracer sur le papier chaque point, le décortiquer le développer > Rien ne doit être oublier (et là le stage dans ton association t'aidera à faire pratiquement les 3/4 de ce travail)...
    Une fois ce travail réalisé, tu vas pouvoir commencer à fixer tes objectifs, chiffrer les besoins en argent, et naturellement créer une association...
    Ensuite un bon tweet sur 2 ou 3 réseaux sociaux et tu vas trouver des sponsors pour t'aider...Il faudra bien sûr balancer des comte-rendus...
    A+
    ....

  13. #41
    Touche-à-tout

    Re : Comment faire monter l'eau capillaire.

    Bonjour,

    La fondation Eden ne plante pas d'arbres, elle incite passivement les agriculteurs du Niger à semer des plantes vivaces pour protéger leurs cultures. C'est un projet noble, rien à y redire. Mais il y a plein d'autres projets dans le genre un peu partout dans le monde. On peut effectivement se contenter d'en soutenir un ou plusieurs financièrement, ou s'intéresser à un nouveau site, ce n'est pas ce qui manque. J'aurai tendance à dire, mais c'est un avis purement personnel, que les projets existants ont moins besoin d'aide que de temps pour faire effet. Au contraire, les destructions étant tellement nombreuses, c'est plutôt sur la multiplication des initiatives qu'il faut tabler pour répandre la bonne pratique. Eden a l'avantage de jouer finement en montant l'exemple, en donnant la preuve irréfutable aux populations locales et en obtiennent donc l'adhésion par intime conviction. Et ça, c'est inestimable car c'est ce qui assure la viabilité de ce genre d'initiative. On peut en effet reboiser ce qu'on veut, si les locaux gardent leur habitude de brûler, on risque de voir son travail partir en fumée...

    La démarche peut être transposée à bon nombre de régions du monde, parfois plus proche qu'on ne pense. Si je prends la France pour exemple, je peux citer la disparition progressive des forets littorales par déplacement des dunes de sable, la disparition des rangées d'arbres entre les champs ou le long des routes, les hectares disparus par feux de foret.
    La France a la chance de disposer d'une filière bois opérationnelle mais qui pourrait largement mieux faire. L'aspect énergie n'est pas le moindre mais la prise de conscience du potentiel n'est pas encore là. Elle est par contre bien plus évidente ailleurs dans le monde, où les atteintes à la foret sont bien plus flagrantes.

    Malheureusement, les initiatives en tous genres soufrent d'une dispersion des moyens et ne chabitent pas. J'ai mis en évidence les différents aspects qu'un projet pouvait avoir, les métiers et techniques impliqués, or il est extrêmement rare qu'ils soient tous présents. On voit donc fleurir des projets d'installations solaires dans le désert, mais sans plantations. Des projets de plantations, mais sans éoliennes, des projets d'écoles, mais sans irrigation... Une vraie approche écologique c'est un tout, c'est pour ça qu'on parle d'éco-système dont l'homme, les insectes, les fleurs et l'eau ne sont que quelques éléments. L'idéal serait de rassembler différentes initiatives dont la synergie décuplerait l'efficacité et faciliterait la mise en oeuvre.
    Imaginons une base de plantation couplée à une ferme solaire/éolienne, avec une installation de digestion des effluents boueux... Imaginons que tout cela ne soit pas une énorme installation, mais au contraire à l'échelle d'un module transportable et facilement reproductible, cela permettrait d'en evoyer plusieurs, là où il faut permettant ainsi de multiplier l'action sur le terrain sans immobiliser la "maîtrise d'oeuvre".
    Je ne sais pas si je me suis assez bien exprimé, mais je développerai l'idée si besoin.

    Il y a donc bien de nombreuses façons d'aider au reboisement et bien qu'aucune ne soit mauvaise par définition, je pense qu'il reste à développer quelque chose de plus polyvalent, efficace et rentable sur le long terme. Pas financièrement, mais en résultat "organique". Les bonnes volontés ne doivent donc pas être découragées face à l'ampleur de la tâche mais bien éclairées dès le départ pour optimiser leur parcours.

    Cordialement,
    Nicolas.

Page 2 sur 2 PremièrePremière 2

Discussions similaires

  1. monter l'eau par pression atmosphérique
    Par yiei dans le forum Physique
    Réponses: 15
    Dernier message: 10/09/2011, 14h33
  2. Faire monter de l'eau avec de la chaleur
    Par Npyu dans le forum Physique
    Réponses: 14
    Dernier message: 10/09/2011, 14h28
  3. Allergique à l'eau, comment faire ?
    Par clem8 dans le forum Allergies
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/04/2009, 19h54
  4. Actu - Comment faire bouillir de l'eau avec 30 fois moins d'énergie
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 20
    Dernier message: 12/07/2008, 17h12
  5. Comment faire réapparaitre l'encre effacé par l'eau ?
    Par aureliadz dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 29/06/2005, 19h11