Répondre à la discussion
Page 8 sur 10 PremièrePremière 8 DernièreDernière
Affichage des résultats 211 à 240 sur 274

Comment alléger et nourrir le terrain?



  1. #211
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?


    ------

    Jamais de doryphores ? Tu vas en faire, des envieux.

    Tu peux essayer la culture "à plat" (sans butter) sous couvert (foin et/ou BRF) pour pas que les tubercules ne verdissent.

    Et déterrer avec un "croc" (une sorte de U à l'envers au bout d'un manche) ou avec un "crochet à 4 dents" (une sorte de fourche à 4 dents, faisant un angle de 90° avec le manche) - c'est ce que j'avais utilisé lors de mon essai. Tu le plantes bien entre deux plants, pour ne pas "piquer" les tubercules, et tu tires vers toi... Cela va super-bien. Même sur une terre jamais travaillée comme c'était mon cas !

    La récolte après que les fanes ne soient naturellement sèches optimise le rendement (transfert de l'énergie contenue dans les tiges et les feuilles). Si tu veux que les patates restent plus "fermes" à la cuisson (pour les frites, les salades de pdt...), je te recommande de les faucher (rotofil) environ 15 jours plus tôt. Les pdt, encore "vertes", sont alors plus riches en protéines, et se tiennent mieux à la cuisson. Complètement mures, elles "feutrent" plus. Mais cela dépend aussi beaucoup de la variété ! Cela peut aussi éviter que les tubercules ne soient contaminés par le mildiou, qui s'installe généralement au moment où les feuilles se dessèchent...

    Et tu peux faire les 2 ! Moitié / moitié...

    -----
    Dernière modification par Did67 ; 17/02/2016 à 11h41.

  2. Publicité
  3. #212
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Bonjour

    Je suis un lecteur assidu des conseils de Did67 et cette année je veux essayer sa méthode.J'ai besoin d'être conseillé ayant à ma disposition plusieurs amendements,à savoir:Cendre de Bois,Compost,BRF,Paille,et Foin.
    J'ai bien enregistré que la couche de foin doit être d'au moins 20 cm;je pense que cette épaisseur doit s'appliquer également à un mélange des amendements cités plus haut.Par quel amendement faut-il commencer et dans quel ordre ? Est-ce-que cette suite parait logique:Cendre,Compost,Foin,Pa ille,BRF ?

    Afin d'accélérer la décomposition du foin et de la paille est-il souhaitable de les broyer ? Merci beaucoup !!

    Cordialement
    Dernière modification par lesapotres ; 25/02/2016 à 12h07.
    Les Pieds sur Terre,la Tête dans les Etoiles

  4. #213
    max55thir

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par lesapotres Voir le message
    Bonjour

    Je suis un lecteur assidu des conseils de Did67 et cette année je veux essayer sa méthode.J'ai besoin d'être conseillé ayant à ma disposition plusieurs amendements,à savoir:Cendre de Bois,Compost,BRF,Paille,et Foin.
    J'ai bien enregistré que la couche de foin doit être d'au moins 20 cm;je pense que cette épaisseur doit s'appliquer également à un mélange des amendements cités plus haut.Par quel amendement faut-il commencer et dans quel ordre ? Est-ce-que cette suite parait logique:Cendre,Compost,Foin,Pa ille,BRF ?

    Afin d'accélérer la décomposition du foin et de la paille est-il souhaitable de les broyer ? Merci beaucoup !!

    Cordialement
    Moi je ne mettrai que cendre puis compost puis foin
    pas de paille car moins nutritif que le foin donc aucun intérêt
    Le BRF, c'est quand même long à se décomposer donc je l'utiliserai autour de fraises ou de fleurs par exemple

    On va attendre la réponse du "chef" !!

  5. #214
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Bonjour

    Citation Envoyé par max55thir Voir le message
    ...On va attendre la réponse du "chef" !!
    Merci beaucoup Max55thir pour tes conseils très avisés.
    Attendons, comme tu dis, la réponse du "Chef"

    Cordialement
    Les Pieds sur Terre,la Tête dans les Etoiles

  6. #215
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Pas de "chef", s'il vous plait. Même si j'ai bien compris que c'était dans un bon esprit. Ce n'est pas dans ma façon de voir le monde, des chefs... Et pourquoi pas des dictateurs ?

    Bon, c'est courageux de vouloir suivre ce que je fais, vu les violentes contradictions dont j'ai été l'objet ici... mais je suis ravi (lors du salon "BIObernai", j'avais fait une démonstration avec le panneau "Je ne vends rien ; je donne des idées" ; donc ravi de donner des idées ici aussi).

    Beaucoup des questions posées ont des éléments de réponse dans tout ce que j'ai écrit, pêle-mêle, sur le forum éconologie : http://www.econologie.com/forums/agr...3846-1150.html

    Je sais c'est long, c'est brouillon, mais il y a énormément de choses.

    J'ai, vu les questions de plus en plus fréquentes, commencé à rassembler les idées dans ce qui pourrait devenir une brochure ou un livre... Mais ce ne sera pas prêt cette saison. L'année prochaine sans doute.

    Sans écrire 30 pages :

    a) les cendres sont des éléments minéraux ; c'est "mort" ; ils n'apportent rien aux êtres vivants du sol, qui travaillent pour nous, en tout cas ne les nourrissent pas ; ces éléments sont cependant nécessaires aux plantes.

    Donc à mettre en fumure de fond, en premier.

    Attention : petites doses (à la petite cuillère).

    Et doublement attention si votre sol est déjà calcaire (pH supérieur à 7). Là, vous risquez des blocages de certains éléments tels le fer, le phosphore. Et vous vous écarterez encore plus du pH "idéal" pour les plantes, qui est de 6,5 à 7 (sol légèrement acide à neutre).

    En sol acide (pH inférieur à 7), sur socles cristallins (granit, sables, schistes par exemple), la richesse en calcium des cendres sera favorable et redressera la situation. Là, on pourra être plus généreux. Cela remplacera le chaulage, tout en apportant d'autres éléments encore.

    2) Le compost est de la matière organique déjà partiellement décomposée en tas. Une partie de l'énergie que renfermait la matière de départ est partie en chaleur (le tas a chauffé ; même si cela ne s'est pas senti, cette chaleur a été produire par les bactéries et est partie ; c'est la raison ppour laquelle je ne suis pas fan du compostage, mais je préfère la "décomposition en surface", qui nourrit les êtres sur tout le sol du jardin).

    Donc c'est un apport d'éléments nutritifs utiles pour les plantes, mais comme nourriture pour les êtres du sol, c'est plutôt pauvre (car déjà décomposé). On peut l'assimiler à un mélange d'engrais organiques et de "matières pré-humifiées"...

    Sur ce compots, les daventcies peuvent proliférer : il faut donc le mettre en second et le couvrir par "une bâche biologique" (c'est-à-dire une couche de foin, de BRF ou de paille).

    3) Le BRF est du bois. Sa décomposition aura un effet dépressif possible : les champignons qui vont le décomposer vont manquer d'azote et vont "l'emprunter" au sol. Ils vont entrer en compétition, dans un premier temps, avec les plantes, qui seront moins vertes, moins luxuriantes.

    Par ailleurs, sa décomposition, à un certain stade, peut libérer des "anti-germinatifs" naturels. Je déconseille donc du BRF en apport massif (en couche de surface capable de bloquer les adventices) là où on va semer.

    Je l'utilise pour les plants, et en particulier les plants ayant une "caractère" de forêt : framboisiers, fraisiers...

    4) Le foin est de mon expérience, la couverture du sol "idéale", en couche épaisse (une vingtaine de cm au départ). Cela bloque totalement et pour environ 6 mois le développement des adventices (et évite donc la binette). On coupe des lignes de 2 cm de large, dans lesquelles on sème les légumes, sans déranger le foin entre les lignes de semis. Donc la couverture de foin devra être mise partout où on pense semer. Sans BRF alors.

    On peut aussi planter directement à travers : petist bulbes d'oignons ou échalottes, ou plants en godets et même racines nus.

    Le foin, outre bloquer les adventices et éviter le binage, va se décomposer en nourrissant vers de terre, bactéries, champignons. Il va libérer tous les éléments nutritifs dont les pantes auront besoin. Donc rendre inutile tout recours à des engrais (chimiques ou biologiques).

    Il va protéger le sol contre déssèchement et chocs des gouttes de pluies. Donc économiser l'eau et éviter des binages après pluie (sol "encrouté").

    5) La paille est sans intérêt. C'est comme du foin, en plus pauvre, plus cellulosique, donc qui nourrit moins bien les êtres du sol ou les plantes. Il a un léger effet dépressif. Il peut être utilisé en couvertrue à la place du foin, si on n'en trouve pas, à condition de compenser sa pauvreté : sur le compost donc (dont il va capter une partie de l'azote, qui n'ira pas aux plantes), et éventuellement en y mélangeant des tontes de gazon en couches fines (pour pas que cela ne chauffe et ne fermente)...

    Voilà rapidement et en résumé.

  7. #216
    max55thir

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    En fait, j'ai dit presque la même chose mais en 3 lignes !!!

  8. Publicité
  9. #217
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Oui.

    J'ai fait le choix d'expliquer autant que possible. Ce qui prend un peu plus de place. Dans l'espoir que chacun, comprenant les mécanismes, n'applique pas "ma" recette, mais "sa" recette... Les mécanismes fondamentaux sont à peu près les mêmes partout. En revanche, si on veut aller dans le sens de la nature, s'appuyer sur ses "ressorts", il faut adapter à sa situation. Un "paysage" naturel n'est pas le même d'un endroit à l'autre, ce n'est pas un hasard.

    Je voulais préciser pour les cendres : mon "un petit peu" n'était pas précis. Il s'agit de mettre quelques kgs par are (100 m², ou un carré de 10 m par 10 m). Plutôt un peu chaque année, pour ne pas trop chambouler la chimie du sol et déstabiliser les êtres vivants du sol, parfois très sensibles (au pH, aux minéraux,...).

  10. #218
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Merci beaucoup Did67 pour tes conseils.Ci dessous une question posée précédemment qui m'intéresse en
    ce sens que je souhaite arriver le plutôt possible à l'obtention d'un sol ad hoc.
    Citation Envoyé par lesapotres Voir le message
    Afin d'accélérer la décomposition du foin et de la paille est-il souhaitable de les broyer ?
    Cordialement
    Dernière modification par lesapotres ; 25/02/2016 à 19h14.
    Les Pieds sur Terre,la Tête dans les Etoiles

  11. #219
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    La réponse est : "ça dépend !".

    Si tu veux, comme moi, ne jamais avoir à biner, alors il ne faut surtout pas que cette couche de foin se décompose trop vite. Dès que la terre serait "un peu à nue, de ci, de là", les graines des adventices vont germer. Ta planche de légumes va s'enherber. Donc travail de desherbage en perspective !

    Pour cette raison, je mets une couche assez épaisse de foin, tel quel, que je ne touche surtout pas. Juste découper des sillons les plus étroits possibles, dans lesquels semer (sans remettre de foin, sinon, cela ne lève pas !).

    Si tu veux au maximum accélérer la vitesse de décomposition de ton foin, dans l'idée de "nourrir" le plus rapidement ton sol, et par ricochet tes légumes, alors tu pourrais broyer. Il reste que ce serait beaucoup de travail pour pas grand chose. Il reste qu'il vaut mieux que la décomposition se fasse tout au ong de la corissance des légumes. Or la croissance des plantes et la vitesse de décomposition du foin vont de pair car ils sont liés à la température et à l'humidité. Les deux phénomènes s'ajustent donc naturellement !

    Ce qui est important, c'est que ton foin soit humide. Donc l'étaler le plus vite possible pour que la pluie le mouille à fond. Il restera humide en profondeur et se décomposera de façon continue. Après quelques jours (selon la température), tu soulèves et tu verras des filaments bancs : les champignons sont déjà à l'oeuvre. Les bactéries le seront aussi, mais elles ne se voient pas aussi facilement (faudrait un microscope qui grossisse X 1 000).

    L'action sur les vers de terre est beaucoup plus lente. Ils se reproduisent lentement ! Donc l'aggradation du sol (le contraire de dégradation) se mettra en place progressivement et pourra se faire par étapes en quelques années. Sur une prairie, cela va plus vite car le "cheptel" de vers est naturellement plus important que dans un jardin motoculteuré ou bêché, où ils ont été décimés.

    Une couche d'environ 20 cm de foin "disparait" en environ 6 mois ! C'est juste le temps de récolter les légumes, de voir les premières "adventices" s'installer et... de remettre une couche. Se réjouir de ces adventices, qui, une fois "étouffées", seront de l'excellente nourriture pour les vers, champignons, bactéries... Il ne faut donc pas se contrarier si à l'approche de la récolte, la parcelle s'enherbe ! S'en réjopuir. Y voir de la bonne biomasse qui piège les éléments minéraux encore disponibles et qui capte l'énergie lumineuse pour en faire de la nourriture pour la vie du sol. Dérouler à nouveau du foin suffira pour contrôler l'affaire !

  12. #220
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par lesapotres Voir le message
    je souhaite arriver le plutôt possible à l'obtention d'un sol ad hoc.
    Soyons honnête : tout va dépendre d'où tu pars.

    Si tu as un sol de jardin usé, où la pluspart des vers ont été chassés ou tués par le motoculteur, où, pendant des années, tu as maintenu le sol nu (donc pas de collemboles, pas de cloportes, pas tout ce qui va "démantibuler" la matière organique fraiche - car rien à grailler pour eux !), où, pendant des années, tu as accumulé des résidus de pesticides (y compris "bio", tel la "bouillie bordelaise", avec du cuivre qui est un poison pour les organismes du sol et qui se stocke dans le sol), il se peut que le processus soit un peu plus lent !

    Travailler avec le vivant, cela ne marche pas comme une poudre de perlimpinpin ! Imagines que demain, dans un lotissement, on laisse faire la "vie". Il faudra des années avant d'avoir la forêt originelle.

    Donc selon l'état de "dévastation", il faudra du temps. Certains organismes reviennent vite, dès les premiers mois. D'autres mettront plus longtemps.

    L'idéal, de façon fort curieuse, mais finalement fort logique, c'est de partir .... d'une prairie ou d'un gazon. Il y aura déjà pas mal de vers. Chaque année, après la fauche ou la tonte (si c'est un gazon), des brins de paille sont tombés au sol et ont entretenu des "décomposeurs". Tout est donc déjà en place. Tu mets du foin, donc tu nourris, et cela explose en 6 mois ! Il n'y aura pas eu de traitements, donc pas de poison dans le sol.

    L'image la plus facile, c'est d'imaginer un levain. Tu le sors, tu remets farine et sucre, et très vite ça bouillonne ! Bon, un sol, c'est beaucoup beaucoup plus complexe, mais c'est le principe.

    A ceux qui ont de la place, je recommande donc de laisser tomber le "vieux jardin", avce son sol usé, maltraité, peut-être un peu empoisonné. Et de l'ensemencer avec du trèfle et de le faucher pendant quelques années. Et d'installer le jardin à coté, dans une prairie, un verger, un bout de gazon qu'on sacrifie... On pourra revenir dans quelques années.

    Et si cela n'est pas possible, sans doute faudra-t-il environ 5 ans pour que tout redevienne au "top". Mais, je rassure tout de suite : il y aura déjà des effets positifs visibles dès la première année ! Et des récltes qui dépasseront déjà ce qu'on a connu. La vie est, heureusement, extrêmement résiliente ! Autour de Tchernobyl, cela grouille !
    Dernière modification par Did67 ; 26/02/2016 à 14h25.

  13. #221
    Etoile66

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    Je te propose une méthode étonnante : ne rien faire si ce n'est de couvrir en permanence de foin... et laisser travailler les êtres vivants du sol sans les massacrer ! Le BRF en effet peut aussi jouer un rôle, même sans l'enfouir...

    Voir : http://forums.econologie.com/jardine...e-vt13846.html
    Absolument exact. Voilà des années que je ne retourne plus la terre.

    La 1ère année, en automne mettre des cartons d'emballage, sans scotch ni trucs imprimés. Les poser sur l'herbe ou le sol, mettre du fumier par-dessus. Arroser.
    Au printemps, les vers de terre et autres organismes ont mangé le carton et le fumier, ont tout transformé en terre, l'herbe est morte puisqu'elle n'avait plus de lumière pour faire sa photosynthèse, à part les pissenlits qui ont de profondes racines et les chardons. Je les ai enlevés à la main, ils n'ont pas repoussé.

    Tous les ans, à l'automne, je rajoute une couche de carton et de fumier, la pluie d'autome, hiver et printemps mouille le tout, les vers de terre se régalent - ils adorent le carton - et retournent toute la terre en l'enrichissant.

    Pour repiquer, pas besoin de violence, la terre est meuble, on peut même laisser les cailloux.
    Mais en été, quand il fait chaud, il faut pailler ou mettre l'herbe tondue entre les plantes. Sinon la terre va se déssécher.

    Le BRF se fait soi-même avec un broyeur.

    J'ai essayé, mais je préfère y mettre le fumier de mes chèvres et poules que les vers de compost ont transformé en humus pendant l'année précédente...
    Et chaque année je disperse du calcaire dolomitique pour que le ph soit meilleur et le sol enrichi de calcium/magnésium que les plantes "pompent".
    Le calcaire dolomitique contient 22 % de calcium et 11% de magnésium.

    Sur le terrain, j'ai aussi construit des plates-bandes surélevées qui me permettent de jardiner sans me baisser. Un vrai plaisir.

    Voici une photo de mon jardin l'été dernier:

    plate bandes 03.jpg

    Je mélange légumes et fleurs et pratique le compagnonage végétal.
    Certaines plantes en aiment d'autres, ou pas... Comme les gens...

    C'est impressionnant comment cela marche !

    Et je couvre les choux de filets à maille fine pour empêcher les papillons et mouches du choux d'y déposer leurs larves. Pour cela j'ai planté des poteaux en bois et étendu des fils de fer. Le voile se pose dessus, sur les côtés des plates-bandes en bois, j'ai mis des épingles à linge clouées qui servent à fixer les voiles.

    Wäscheklammer.jpg

    Résultat, des choux immenses... comme ce Filderkraut que j'adore légèrement frit à la poele avec une goutte de sauce soja... en accompagnement de viande ou poisson, légèrement croquant et un peu sucré, un délice...

    spitzkohl.jpg

    En hiver, ce sont des voiles d'hivernage qui me permettent d'avoir des salades, de l'ail et des légumes frais toute l'année. Pourtant j'habite dans un climat où il gèle bien l'hiver...

    Bonne culture !

    La terre est toujours un miracle qui héberge des milliers d'êtres vivants - souvent détruits par les produits chimiques.

    Mais elle a tout pour produire quand on sait l'utiliser et l'aimer...

    Un petit coucou de mes chèvres...

    Chèvres octobre 2011.jpg

  14. #222
    Etoile66

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    Il te faudra déterrer tes pdt. Ce qui va remuer le sol. A mois de cultiver donc uniquement à plat, sous biomasses épaisses - ce qui marche parfaitement !
    Les pdt, je ne les enfouis pas bcp, mets de la paille par-dessus et qd je les récolte, il suffit de tirer la tige, elles viennent toutes seules, il suffit après de retasser le sol, carton et fumier par-dessus en attendant le printemps. Ou je plante d'autres légumes qui donneront en hiver.

  15. Publicité
  16. #223
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Nous serions presque d'accord.

    Je déteste cette mode déplorable de l'usage au jardin du carton.

    Certes, c'est de la cellulose et cela se décompose, en nourrissant les organismes vivants. Plutôt les cellulolytique. Comme la paille, cela n'est pas très équilibré, et va donc "bloquer" temporairement un peu d'azote, mais cela marche parfaitement.

    A mon sens, le carton doit être recyclé pour éviter qu'on ne coupe de nouveaux arbres pour produire de nouveaux cartons.

    Par ailleurs, s'il existe, en Europe, des lois interdisant depuis quelques années l'utilisation d'encres toxiques, qu'en est-il des pays tiers, tels la Chine d'où viennent une part importante de nos cartons d'emballage ? Par ailleurs, les cartons étant dans une proportion importante du carton ou du papier recyclés, quelle certitude qu'il n'y ait pas, là-dedans, encore des encres d'avant ?

    Enfin, je doute que les mécanismes restent parfaitement aérobies sous le carton, même si l'air "contourne" les plaques... Cela fait un film assez étanche.

    Donc pour moi, la "bonne" biomasse pour couvrir, c'est le foin (de mauvaise qualité, ayant pris l'eau, qui traine, vieux...) car rapport C/N équilibré, quasi idéal, car excellente nourriture pour les vers anéciques (ceux qui creusent des galeries et font des aller-retour entre la surfce et la profondeur) car couvrant b ien, en couche d'environ 20 cm au départ, le sol jusqu'à la récolte, car aéré et perméable...

  17. #224
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Etoile66 Voir le message

    Tous les ans, à l'automne, je rajoute une couche de carton et de fumier, la pluie d'autome, hiver et printemps mouille le tout, les vers de terre se régalent - ils adorent le carton - et retournent toute la terre en l'enrichissant.
    Ce que je te propose, ppour améliorer ton système, c'est de maintenir une couverture permanente de foin. Pas la paille.

    POur résumer, il ya dans ton sol les vers, qui travaillent pour toi. Il y a les champignons, qui s'occupent de la lignine, constituant du bois. Et qui sont des extrcateurs puissants de minéraux, associés aux racines des légumes (mycrorhizes). Et il ya les bactéries, qui sont des "chimistes", bouclant les cyles : cycle de l'azote, nitrification, fixation biologique, etc...

    Un jadrin au top est un jardin qui "mélange" ces ingrédienst vivants.

    La paille est riche en C, mais pauvre en N. Sa décomposition va en emprunter... Idem le carton.

    Le BRF est encore plus pauvre en N, riche en C, forte teneur de lignine. Seuls les champignons sont efficaces, avant d'être eux-mêmes mangés et digérés... Je le mets en masse pour les plantes issues des forêts, notamment les arbustes : framboisiers, fraises, cassis, myrtillers, etc... Les fraises bougent dans mon jadrin, chaque année, comme cela les surfaces traitées en foin auront une phase BRF unef ois tous les 10 ans environ...

    Le foin est équilibré : il est dans, les jours qui suivent l'épandage, attaqué par les champignons ; puis il passe par une phase de "compostage de surface" (le mot est incorrect car cela ne chauffe pas) par les bactéries. C'était de l'herbe, donc de la matière "verte", qui ne va pas emprunter l'azote au sol... Même s'il a séché et qu'il a maintenant l'apparence d'une matièrre brune, il faut le "penser" comme une matière verte assez fermentescible (selon l'âge de l'herbe au moment de la fauche)...

    Donc j'ai des couches de foin en permanence. Pour semer, je coupe un étroit sillon, avec un couteau à pain, sans déranger le foin entre les rangs. Pour repiquer, je le fais directement à travers le foin. Pour planter aussi, directement, en dérangeant le moins possible.

  18. #225
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    J'ai oublié : n'étant pas éleveur, je n'ai pas de fumier.

    Si j'en avais, je le mettrais sous une couche de foin, plus mince que les 20 bons cm que j'utilise, pour bloquer les adventices.

    Selon comment sont nourris les animaux, le fumier, ce n'est que du foin dont les animaux ont "extraits" le meilleur pour eux. Il a bien sûr été mastiqué, attaqué lors du passage dans l'estoùac et le tube digestif, et se décomposera plus vite. Dans l'alimnettaion, le foin peut-être complémenté par des sources de protéines, dont une partie, pas complètement digérée, se retrouvent dans le fumier. Et tout ça, c'est mélangé avec de la paille, qui l'appauvrit en azote par rapport au foin d'origine, mais l'enrichit en cellulose...

    Comparé au foin, le fumier est donc plutôt un maatériau pauvre. L'ilusion vient du fait que traditionnellement, il est traité en tas, qui chauffe : le C est "brulé" par les bactéries. La masse diminue considérablement. Et donc les minéraux, qui eux ne partent pas en fumée, se concentrent. Et donc les apports de minéraux sont concentrés. Mais il n'y en a pas plus que dans le foin / complément alimentaire de départ !

    Dans un système où on a du fumier, le seul avantage du foin mis en surface, c'est de rester "intact" en surface pendant quelques semaines, 2 ou 3 petits mois. Le foin, en surface, se déssèche, ne se décompose pas si vite et remplace donc les bâches plastiques qu'on utilise parfois. Ou le carton, ici, que je n'aime donc pas ! Tout en étant biodégradable et nutritif pour les organismes du sol. Et c'est ce qui permet de se passer complètement de binette et de pioche. En plus de la bêche.

  19. #226
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Etoile66 Voir le message
    Et chaque année je disperse du calcaire dolomitique pour que le ph soit meilleur et le sol enrichi de calcium/magnésium que les plantes "pompent".
    Le calcaire dolomitique contient 22 % de calcium et 11% de magnésium.
    Je suppose donc que tu as une terre à tendance acide, sur une roche genre granite ou schistes par exemple ?

    Le chaulage, je dis ça pour les autres forumeurs, ne doit pas être une pratique systématique. Si on a une terre "neutre", voire calcaire, ce serait négatif. Plantes et organismes vivants du sol "fonctionnent" mieux avec un pH neutre ou tès légèrement acide (pH de 6,5 à 7). Trop remonter le pH, par des chaulages là où cela n'est pas indiqué, conduirait à des blocages (phosphore, fer, ...) et à une vie biologique moins active. Toutes les catégories d'organismes cités (vers, bactéries, champignons) sont extrêmement sensibles au pH.

  20. #227
    Etoile66

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    Nous serions presque d'accord.
    Je déteste cette mode déplorable de l'usage au jardin du carton.
    Certes, c'est de la cellulose et cela se décompose, en nourrissant les organismes vivants. Plutôt les cellulolytique. Comme la paille, cela n'est pas très équilibré, et va donc "bloquer" temporairement un peu d'azote, mais cela marche parfaitement.
    A mon sens, le carton doit être recyclé pour éviter qu'on ne coupe de nouveaux arbres pour produire de nouveaux cartons.
    Enfin, je doute que les mécanismes restent parfaitement aérobies sous le carton, même si l'air "contourne" les plaques... Cela fait un film assez étanche.

    Donc pour moi, la "bonne" biomasse pour couvrir, c'est le foin (de mauvaise qualité, ayant pris l'eau, qui traine, vieux...) car rapport C/N équilibré, quasi idéal, car excellente nourriture pour les vers anéciques (ceux qui creusent des galeries et font des aller-retour entre la surfce et la profondeur) car couvrant b ien, en couche d'environ 20 cm au départ, le sol jusqu'à la récolte, car aéré et perméable...
    Merci de votre contribution. Pour préciser:

    Personnellement, je n'ai utilisé le carton que la première année, du carton SANS étiquette ni encre, sur lequel j'ai mis du fumier. Le tout a très, très bien fonctionné.
    Idem pour la serre à tomates que j'ai installée sur un coin non retourné où poussait de l'herbe depuis des décennies. Les vers ont "labouré" la terre, l'herbe a disparu et j'ai pu y repiquer mes tomates dans une terre toute meuble...

    Quant au recyclage, bien sûr que je recycle tout le papier et tout le carton. Mais quand je reçois un GROS colis, je garde le carton, enlève les étiquettes et le scotch, pour éventuellement l'utiliser sur un nouveau coin de jardin non travaillé. Je trouve que c'est le moyen le plus efficace et le plus simple. Et ce n'est pas cette mince couche de carton qui va empoisonner mes vers ou mes légumes.

    Sur les autres plates-bandes déjà "meubles", où je pratique la rotation des cultures, je mets tous les automnes ou hivers, l'humus qui s'est formé dans mes tas de compost.

    C'est pour moi toujours fascinant de voir comment les vers de compost - j'en avais commandé 1.000 l'année dernière - transforment le fumier de mes chèvres et poules en terre... par brouettes entières...

    Au fil du temps, j'ai constaté que les meilleurs tas ce sont des barres en bois toutes simples emboîtées les unes aux autres que l'on peut démonter facilement pour tout enlever jusqu'au ras du sol... puis je re-remplis le tout du compost de l'année précédente pour qu'il se transforme en terre... Le cycle dure donc 2 ans.

    Les vers "labourent" le sol bien plus finement que tout appareil... et transforment tout en terre fertile.

    Connaissez-vous aussi les petits bouts de charbon de bois dans le sol ? Ils deviennent le refuge de milliers de mini-organismes qui fertilisent le sol. C'est ce que les scientifiques ont appelé la Terra preta. C'est impressionnant !

    Je pratique aussi la permaculture depuis quelques années. Les légumes récoltés n'ont plus rien de commun avec ce qui se vend en supermarché !

    Quand j'entends les agriculteurs se plaindre, je me demande pourquoi on ne revient pas à cette agriculture toute simple qui produit naturellement... et pourquoi ils ne s'organisent pas en coopératives de vente comme ils sont organisés en coopératives de production. Ils se laissent manger sur le dos par la grande distribution. C'est un cycle infernal. Mais tant qu'ils seront subventionnés, rien ne changera.

    Quant aux "nuisibles", il y a toujours leurs prédateurs. Il suffit juste de les connaître et de les utiliser à bon escient. Je viens à bout de tout... sauf des rats et des limaces.

    Comme je n'ai pas de chat, les rats se font une belle vie sous ma maison de jardin et viennent la nuit manger les restes des poules... C'est le seul truc dont je n'arrive pas à me débarrasser.

    Les limaces, je les attrape à la tombée du jour, des centaines, qui sortent pour manger. Je n'ai pas de hérisson dans le jardin, sinon il en viendrait à bout...

    Rien n'a fonctionné contre les limaces, j'ai tout essayé. Les pièges à bière fonctionnent très bien, j'en ai tué des milliers ainsi, les plus petites, les poules les ont mangées. Mais un voisin m'a dit que l'odeur de la bière attirait toutes les limaces des jardins alentours... Ce qui semble vrai.

    Si vous avez un bon conseil contre les limaces et les rats - sans hérisson ni chat - je prends.

  21. #228
    Etoile66

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    Donc j'ai des couches de foin en permanence. Pour semer, je coupe un étroit sillon, avec un couteau à pain, sans déranger le foin entre les rangs. Pour repiquer, je le fais directement à travers le foin. Pour planter aussi, directement, en dérangeant le moins possible.
    Idem à travers le compost... J'ai aussi tout essayé et en suis restée au compost répandu sur le sol, c'est ce qui marche le mieux. Avec la pluie en déluge de cet hiver, tout est meuble...

    Quand le soleil va revenir, je vais mettre du foin humide sur le sol pour qu'il ne se déssèche pas. Ou les voisins qui tondent l'herbe me donnent le contenu de leur tonte qu'ils me jettent par-dessus la barrière. Je le mets sur les plates-bandes. Les vers se délectent... et cela protège les plantes de la sècheresse.

  22. Publicité
  23. #229
    Etoile66

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    Selon comment sont nourris les animaux, le fumier, ce n'est que du foin dont les animaux ont "extraits" le meilleur pour eux. Il a bien sûr été mastiqué, attaqué lors du passage dans l'estoùac et le tube digestif, et se décomposera plus vite. Dans l'alimnettaion, le foin peut-être complémenté par des sources de protéines, dont une partie, pas complètement digérée, se retrouvent dans le fumier. Et tout ça, c'est mélangé avec de la paille, qui l'appauvrit en azote par rapport au foin d'origine, mais l'enrichit en cellulose...

    Comparé au foin, le fumier est donc plutôt un maatériau pauvre. L'ilusion vient du fait que traditionnellement, il est traité en tas, qui chauffe : le C est "brulé" par les bactéries. La masse diminue considérablement. Et donc les minéraux, qui eux ne partent pas en fumée, se concentrent. Et donc les apports de minéraux sont concentrés. Mais il n'y en a pas plus que dans le foin / complément alimentaire de départ !

    Dans un système où on a du fumier, le seul avantage du foin mis en surface, c'est de rester "intact" en surface pendant quelques semaines, 2 ou 3 petits mois. Le foin, en surface, se déssèche, ne se décompose pas si vite et remplace donc les bâches plastiques qu'on utilise parfois. Ou le carton, ici, que je n'aime donc pas ! Tout en étant biodégradable et nutritif pour les organismes du sol. Et c'est ce qui permet de se passer complètement de binette et de pioche. En plus de la bêche.
    OK. Juste une précision, mon "fumier" est fait aussi de paille décomposée, car la litière des chèvres est changée tous les jours et je mets le tout sur le tas de compost. J'ai 6 tas de compost côte à côte pour pouvoir faire la rotation... J'ai déjà mis de la paille sur les pdt par exemple, mais après la récolte, la paille reste sur le sol, c'est moins agréable pour replanter autre chose. Je n'aime pas trop la paille en fait.

  24. #230
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Re-bonjour.

    J'ai oublié de préciser un point : ma "tactique" n'est pas de pratiquer ceci ou cela, permaculture ou autre. Après un infarctus, je me suis demandé comment produire suffisamment de légumes, dans mon jadrin, sans engrais ni pesticides, et surtout sans aucun travail (autre que semer ou planter et récolter). Mon obsession est donc : produire sans travail (et bein sûr, sans engrais et sans pesticides). C'est ma seule religion.

    Je ne fais donc pas de compost. Car c'est du travail. Pas énormément. Supprimer le compostage, c'est toujours ça de gagné. C'est comme biner : ce n'est pas la mort. Mais si on met tout ensemble, on risque de trouver que le jardin, c'est beaucoup de travail.

    Je pense surtout qu'optimiser la vie du sol, c'est nourrir tous les organismes du sol, là où ils sont. Savoir qu'un ver anécique (ceux qui font le sgaaleries verticles), ne se déplace pas plus de 2 ou 2,5 mètres par an ! Or mettre la biomasse en tas, c'est la concentrer. A 10 m, les vers pleurent. Le tas qui chauffe, c'est de l'énergie qui part en "fumée". Cette énergie, je préfère que les vers en bénéficient partout où ils sont, partout où ils travaillent...

    Néanmoins, je stocke temporairement les déchets de cuisine dans des "composteurs", mais c'est du stockage de biomasse à froid. J'ai donc encore quelques "vieilles habitudes" de "sol propre" - et donc des appréhensions à balancer mes épluchures, mes déchets ménagers tout le temps, et partout. Mais ce serait idéal ! Donc, chez moi, pas de compostage. Dès que j'ai une planche de libre, je répartis. Je mets tout de suite du foin pardessus, toujours pour "bâcher naturellement" et bloquer toute adventice. C'est propre. Et après, je sème ou plante directement là-dedans.

    J'ai attentivement étudié la question des vers de terre (une excellent ouvrage de Marcel Bouché - Des vers de terre et des hommes / Ed Actes Sud).Comme j'étudie les autres organismes vivants du sol. J'ai résumé sur econologie.

    Mais il faut savoir que les vers "lombricomposteurs" ne sont pas du tout les vers travailleurs du sol. Les uns sont des "épigés", vers de surface, qui se multiplient vite et qui sont sombres. Les autres, des anéciques, spécialisés dans le creusement des galeries verticales. Ils ne sortent que la nuit, chope un brin de foin, qu'ils entrainent. Ils se retourennt et laissent un turricule - ce mélange de terre et d ematière organique, stable et riche. Ils remontent ainsi environ 1 cm de terre par an. Le tas de compost favorise les premiers. La matière organique éparpillée, surtout si elle est fine et si elle peut être entraînée dans les galeries, les seconds.

    Depuis, exit pour moi les tas de composts. Même si ça marche ! Le jardinage conventionnel, avec engrais et pesticides, marche aussi ! Donc "ça marche" n'est pas, pour moi, un argument. Cela marche même bien, rien à redire. Mais il y a, à mon avis, bien mieux encore : éparpiller la matière organique fraiche, éviter que l'énergie ne parte en fumée !

    Pour les tontes, je suis devenu plus prudent : j'utilise en couches fines, sinon, tu peux observer un tassement qui peut devenir une sorte de croute freinant la circulation de l'air. Un peu comme une "moquette". Quitte à en remettre régulièrement. Saupoudrer à chaque tonte plutôt que d'en mettre une bonne couche, qui va se tasser sous la pluie, les brins coller ensemble. Comme il faut nourrir les êtres du sol, il faut leur assurer un maximum d'air pour qu'ils respirent et transforment l'énergie contenu dans la nourriture (exactement comme nous, ce sont des hétérotrophes ; si on te donne à manger mais qu'on t'étrangle à moitié, tu ne sera spas à ton top !). Tous les processus favorables sont aérobies. Il faut aussi éviter que cela ne chauffe près des pieds des légumes, par fermentation. Les tontes sont une subtances favorable aux bactéries. Donc il vaut mieux laisser sécher en étalant sur un coin de prairie fauchée, pendant deux ou trois jours. Enfin, savoir que c'est très riche en azote et que même naturel, l'excès d'azote finit par rendre les légumes trop verts, trop succulents, déséquilibrés et trop attractifs pour leurs prédateurs (pucerons par ex).

    Avec le temps, j'ai tendance à utiliser un mélange tonte / feuilles mortes ou tontes / paille, pour équilibrer une subtances trop riche en azote avec une substances trop riche en cellulose. Je rétablis donc artificiellement une biomasse "semblable à du foin" ! Si j'ai bien compris, c'est ce que tu fais en mettant des tontes sur la paille. Donc parfait.

    Je n'ai guère de problèmes de limaces, bien que je sois situé en plein milieu de prairies. Juste en début de printemps, quand les limaces sont actives (elles le sont déjà !) mais que leurs prédateurs (carabes; staphylins...) sont encore endormis. Là, sur les premières lignes de semis sensibles (salades, carottes...), je traite au Ferramol (un phosphate de fer, dont les deux "composantes, après décomposition, sont inoffensifs : fer et phosphates sont utiles). Ensuite, quand il fait meilleur, l'équilibre s'installe. Je ré-introduit des allées enherbées entre mes planches, car elles sont très favorables aux carabes, qui y vivent et lancent leur raids anti-limace de là. J'avais un peu zappé dans mon premier élan.

    J'ai d'énorme sproblèmes de rats-taupiers (ou campagnols terrestres). Je piège. Le gros de mon boulot, en saison. Avec la cueillette, et en même temps !

    Et accessoirement : de sangliers et de biches (j'ai du cloturer) et ... d'oiseaux, attirés par mes vers. Qui grattent et... ensevelissent mes semis qui lèvent ! Je dois donc mettre des filets.

    Je connais les terra preta (ou biochar). Mais je ne pratique pas. Donc je n'en parle pas. C'est une piste intéressante, mais à mon avis, prudence, il faut : a) un gisement ligneux (où trouver tout ce bois ?) ; b) une unité pour carboniser en valorisant et traitant les gaz (sinon, ne jamais oublier qu'un feu qui fume est une des pires pollutions - inutile de critiquer le Diesel, qui est propre à coté du moindre feu). Comme le chauffage au bois mal conduit (qui fume bleu), il ya des tas de bonnes idées, écolo sur le papier, qui sont des désastres environnementaux ! Mais intoxiqué par les modes, beaucoup n'y voit que du...feu ! Maintenant, si on a fait du feu (mais j'évite : j'essaye d'utiliser toute biomasse en surface, dans mon jardin - donc il ne reste guère que les ronces que je brule car comme j'ai la manie de m'asseoir dans mon jardin pour observer, gartter, il m'arrive de planter de sépines quand je mets les ronces dans mon broyeur ; elles ne font pas de charbon), balncer les quelques morceaux de charbon, pourquoi pas ?

  25. #231
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Etoile66 Voir le message
    la paille reste sur le sol, c'est moins agréable pour replanter autre chose.
    Je sème et plante systématiquement dans des couches encore assez épaisses (15 cm) de foin.

    Pour cela je coupe un sillon de 2 cm de large, je laisse le foin entre rangs sans le toucher - il va me protéger le sol -, je gartte le fond du sillon, dont j'ai enlevé le foin et je sème direct là-dedans. Très vite, le légumes sort des feuilles, ocuppe la place, étouffe les quelques adventices qui voudraient pointer et... tout pousse sans un coup de binette ou de pioche !

    Je trouve ça très agréable : souvent, je "tarvaille" assis ! Pour repiquer par ex. Là, avec le plantoir, je "pique" directement à travers le foin, sans ouvrir de sillon comme pour semer.

    La paille, c'est pareil, mais un petit effet dépressif car sa décomposition va "pomper" de l"azote dans le sol, ce qui va manquer aux légumes. Bien sûr, une fois décomposée, l'azoite "retournera" au sol... Mais il faut avoir conscience que le processus de décompsoition et la croissance des légumes sont synchrones : ils se font "à fond la caisse" quand il fait humide et chaud ! Donc la compétition s'exacerbe à ce moment-là.

    La solution : le foin !

  26. #232
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par Etoile66 Voir le message
    Avec la pluie en déluge de cet hiver, tout est meuble...

    Quand le soleil va revenir, je vais mettre du foin humide sur le sol pour qu'il ne se déssèche pas.
    Chez moi aussi, des sols de prairie (l'an dernier), assez compacts, se sont... nettement ameublis durant l'hiver. Et ils vont continuer. Dans un an ou deux, j'aurais du "couscous" ! Sans un coup de bêche, de pioche, de corchet, de binette...

    Je n'attendrais pas pour mettre le foin : si tu le mets maintenant, il va bien s'humidifier par les pluies et c'est autant qu'il ne pompera pas dans le sol. Regardes bien le foin après environ 1 semaine, et soulèves : tu verras un réseau phénoménale de filaments de champignons, qui sont en train de le dégirer. Ces filaments sont capables de transporter l'eau, comme autant de capillaires. Si tu mets du foin sec plus tard, ils vont la remonter du sol. Si tu mets maintenant, tu alimentes l'hydratation du foin et la croissance des champignons à partir des pluies, sans déjà "taper" dan les réserves du sol.

    NB : le réseua de filaaments s'étend sur des m². Il transporte ausis les minéraux, comme par ex le phosphore que les champignons arrivent à extraire d'entre les filaments argileux et mettre à disposition des légumes.

    Plus tard, l'eau et les nutriments "stockés" dans la masse spongieuse des champignons aideront les plantes à grandir et à passer des coups de sécherrese, en lien avec les mycorhizes (ces champignons associés aux poils absorbants des plantes).

    Donc à mon avis, c'ets mieux d emettre le foin avant la saison de culture, fin d'automne à tout début de printemps (j'en ai mis encore il ya 10 jours, mais normalement, c'est dans la deuxième quinzaine de novembre que je prépare ma saison de l'année d'après).

  27. #233
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Bonjour
    Ne trouvant pas du foin j’ai acheté de la luzerne.Peut-elle remplacer le foin ?
    Merci de votre répense .

  28. #234
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Oui.

    Elle sera un peu plus riche en azote. Donc "plus nutritive" pour le sol et les êtres vivants du sol. Au bout du processus, ce sont tes légumes qui en profiteront.

    Et sans doute avec des tiges plus rigides, qui, comme la paille, pourront laisser passer la lumière entre les brins... L'écran "antigerminatif" sera probablement un peu moins efficace car ce sera moins "une moquette étanche", plus un enchevêtrement de tiges rigides...

    Cela peut aussi être plus difficile à couper, pour ouvrir les sillons, pour y semer !

    Je n'ai pas essayé. C'est donc ce que "je pense" ! Ce serait bien qu'on ait un retour après un essai !

  29. Publicité
  30. #235
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Cela n'a pas été trop cher ? Le foin de luzerne est normalement un fourrage de meilleure qualité que le foin de graminées ("herbes")...

    Je parlais de stiges : souvent, quand on la fane et qu'on l'andaine pour la presser, elle perd une partie de ses folioles. Le rouleau ne renferme alors presque plus que le stiges... Mais on pressant juste au bon moment, le matin, etc... les garicultyeurs savent limiter ce phénomène. Si c'est le cas, elle renfermera encore ses folioles, plus riches, plus tendres, et plus opacifiants.

    Mais il est vrai que dans le midi, la luzerne, avec ses racines pouvant faire 2 ou 3 mètres voire plus, est remarquablement résistante à la sécheresse et, de ce point de vue, plus "adaptée" à votre climat. Pour les "jardiniers paresseux" du midi, un retour d'expérience serait très intéressant.

  31. #236
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Bonjour

    Je suis d’accord sur l’inconvénient que représentent le tiges de la luzerne et sur la difficulté
    à y créer un sillon pour les semis. La semaine prochaine je compte acheter du foin, je pourrai ainsi comparer leurs effets respectifs .

    Une balle de luzerne coûte 9,45 € et le foin 1€ de plus .

    Le moment venu je ne manquerai pas de faire part de mon expérience.

    Cordialement

  32. #237
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Ah la vache !!!!!!!!!!!!

    Chez nous, on trouve les balles parallélépipédiques à 2 ou 3 euros !

    Ce sont les jeunes qui le fument ?

  33. #238
    lesapotres

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Bonjour

    Effectivement la balle de 90X45x35 cm, achetée en grande surface dédiée aux
    choses agricoles , est très chère.
    Dans le Var les prairies sont rares,mais je pense que il doit exister dans la partie
    haute du département quelque agricultéur qui élève les moutons et chez qui je
    vais me renseigner.

  34. #239
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    As-tu regardé sur le fameux site où on vend tout, dont le nom commence pa le masculin de "la", continue par le contraire de "mauvais" et se termine par là où finissaient, de mon temps, les mauvais élèves ?

  35. #240
    Did67

    Re : Comment alléger et nourrir le terrain?

    Citation Envoyé par lesapotres Voir le message

    Effectivement la balle de 90X45x35 cm, achetée en grande surface dédiée aux
    choses agricoles , est très chère.
    Oui. Cela doit cibler la petite "animalerie domestique" - c'est un très gros marché, le "manque de nature" qui conduit les gens à élever lapins nains, hamster, etc... dans des cages.

Sur le même thème :

Page 8 sur 10 PremièrePremière 8 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Zoologie] Comment nourrir une chenille
    Par yorelchr dans le forum Biologie
    Réponses: 14
    Dernier message: 23/09/2014, 17h53
  2. Comment nourrir un faon ? SVP
    Par mamamarmotte dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 7
    Dernier message: 24/07/2010, 14h14
  3. comment nourrir un chat malade
    Par calodisir dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 5
    Dernier message: 15/07/2010, 01h36
  4. [Zoologie] Comment nourrir un scorpion
    Par bob2703 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/08/2008, 16h50
  5. Comment bien se nourrir en ville ?
    Par OEMIOYAGA dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 34
    Dernier message: 12/05/2007, 22h13