La sensibilité en médecine, en véto ...
Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

La sensibilité en médecine, en véto ...



  1. #1
    invite31bb351a

    La sensibilité en médecine, en véto ...


    ------

    Bonjour

    J'ai une question qui me taraude l'esprit depuis un petit moment.
    Pour ceux qui sont passés par médecine ou études vétérinaires, on voit parfois des scènes assez difficiles comme un décès, une opération etc.

    Mais étiez-vous déjà assez peu "touché" de voir ça, ou est-ce à force d'en voir, de savoir le pourquoi et le comment de ce phénomène vous êtes devenus moins sensibles ?

    J'espère avoir été claire, et ne pas poser une question trop bête

    Bonne soirée

    -----

  2. #2
    invitef630c7a7

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    être touché, ça veut un peu rien dire tout seul, ça dépend du degré... Et puis médecine, c'est pas forcément généraliste ou légiste, donc si tu fais dentiste, peu importe... Faudrait détailler un peu plus

  3. #3
    invite855d83ac

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Je ne parle pas personnellement, mais des gens du milieu disent que les premières fois sont impressionantes, comme on peut s'y attendre.
    C'est à force d'y être confronté quotidiennement ou au moins régulièrement que l'on est moins affecté, même si ça ne devient jamais vraiment anodin.

    Tu as peur de ne pas t'y faire ?

  4. #4
    invite31bb351a

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Ce que je veux dire par "être sensible" c'est avoir du mal à supporter la vue d'une opération ou autre.
    Pour médecine, je parlais de la médecine "du corps" (pas des dents quoi), quoi que certaines opérations sont peut-être sensibles aussi, mais là je n'ai pas d'exemple précis.

    iouou ==> en effet, je me demande si je vais m'y faire, car j'ai fait un stage en 3ème (j'entre en première) chez un véto, et pendant la castration d'un chat, je me suis déjà pas sentie super bien ...

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    invitef630c7a7

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    mouais, bah ça peut évoluer avec l'âge, mais si le sang te dégoûte, je te déconseille fortement médecine quand même... La vraie médecine, c'est pas les beaux schémas d'écorchés, si tu fais une mine crispée à la vue de tes patients, ça craint...

  7. #6
    inviteeb70be2e

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    On se fait à énormément de choses, je te rassure...
    A peu près tout étudiant en médecine a fait un malaise au cours d'une de ses 1ères opérations...

  8. #7
    inviteac8d26a9

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Citation Envoyé par etoile64 Voir le message
    A peu près tout étudiant en médecine a fait un malaise au cours d'une de ses 1ères opérations...
    Pas en chirurgie j'imagine, sinon...

  9. #8
    inviteeb70be2e

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Citation Envoyé par Da_warrior Voir le message
    Pas en chirurgie j'imagine, sinon...
    Une opération, c'est de la chirurgie...

    Demande à une population d'étudiants en fin d'études : je pense que plus de 3/4 d'entre eux a déjà fait un malaise au début des études...

  10. #9
    Ecthelion22

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Salut,
    j'ai fait un stage en 3ème (j'entre en première) chez un véto, et pendant la castration d'un chat, je me suis déjà pas sentie super bien ...
    Si c'était bien une castration (donc chat mâle, à différencier d'une ovario sur une femelle), c'est pas très bon signe parce qu'il s'agit d'une intervention qui saigne très peu, qui est rapide et sûrement la moins impressionnante puisqu'il n'y a même pas tout le temps des points de sutures (ça dépend de la technique que le véto utilise).
    Par contre, une ovario, pour la première fois, ça peut saigner pas mal et être un peu impressionnant quand on est jeune.

    Après faut voir. Il est sûr que ne pas se sentir bien dès qu'un patient ou un animal a un souci, c'est quasi rhédibitoire à la fois pour suivre des études longues et où on est obligé de passer par tous les types de médecine (impossible d'éviter les autopsies en véto par exemple) et pour l'exercice professionnel (un client, que ce soit en médecine humaine ou vétérinaire, qui sent que le praticien n'est pas en pleine possession de ses moyens lui fera moins confiance et ça peut poser des problèmes pour les suivis de traitements par exemple).
    Apparemment, à lire les réactions des autres, en médecine humaine on se blinde petit à petit, mais en véto, je dirais qu'à l'inverse, la grande majorité des élèves en ENV (donc qui ont déjà la vingtaine, ça change aussi un peu les choses) supportent bien les situations qui pourraient choquer, tant au niveau de la vue que de l'odeur... Après, il est normal que certains soient plus sensibles que d'autres. Il est important de se détacher du cas le plus possible pour éviter justement une trop grande sensibilité et pouvoir réagir correctement sans perdre ses moyens. D'où un recours assez fréquent à l'humour noir... (Ce qui fait dire à ma petite soeur qui a le même âge que toi que je suis sans-coeur !)

    En véto en plus, tu es obligée (ou presque) de pratiquer à la fois la médecine classique en consultation mais aussi de réaliser des opérations tous les jours (opérations de stérilisation pour les vétos en canine, césariennes, déplacement de caillette et autres urgences en bovine et chirurgies importantes et variées en équine).


    Je pense qu'il te faudrait refaire un stage l'été prochain par exemple histoire de voir si la vue du sang ou d'une souffrance quelconque te pose toujours autant de problème. Et au moins là, avant d'entrer en terminale, tu auras une bonne idée sur le fait de poursuivre ce choix d'orientation ou pas.

    Cordialement,
    Ecthelion

  11. #10
    invitef630c7a7

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    de toute façon, tu entres en première ( S, j'imagine, et j'espère, car je pense que c'est plus raisonnable ), donc t'auras encore quelques petites dissections devant toi... bon, c'est sûr, une souris, ça n'a pas l'impact psychologique de découper quelqu'un de sa propre espèce, mais c'est toujours un indice et une petite mise en situation

  12. #11
    inviteac8d26a9

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Citation Envoyé par etoile64 Voir le message
    Une opération, c'est de la chirurgie...
    Ah bon je croyais que tu parlais d'opération dans le sens "mission dans le milieu professionnel, c'est à dire l'hôpital.

  13. #12
    invite31bb351a

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Bonsoir

    Merci à tous pour vos réponses.

    Par rapport à la castration que j'ai vu, je pense que c'est le produit que le véto mettait, qui avait presque la couleur du sang, et mon cerveau à pas du faire assez vite la différence

    La dissection de la souris en 3ème ne m'a pas génée, même si c'est vrai que l'odeur est horrible !

    Par contre, plus j'y réfléchie, plus je me dis que la médecine humaine, c'est pas pour moi.

    Enfin bon, j'ai encore du temps devant moi.

    Bonne soirée.

  14. #13
    saila

    Re : La sensibilité en médecine, en véto ...

    Je voudrais pas te décourager encore plus mais je pense qu'en médecine le pire n'est pas forcément les opérations de chirurgie ... qui finalement sont généralement assez "propres".

Discussions similaires

  1. Questions études véto et médecine.
    Par invite2fadfecb dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 7
    Dernier message: 09/08/2008, 14h59
  2. sensibilité des u.s.
    Par inviteb52f6202 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 8
    Dernier message: 21/06/2008, 10h27
  3. sensibilité micro db ou v/pa
    Par inviteb0132557 dans le forum Électronique
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/03/2008, 13h56
  4. Appel à expérience et témoignages autour de médecine/biologie/véto
    Par invite9dad5e96 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/08/2007, 17h31