Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Biologie evolutive.



  1. #1
    Patynette

    Biologie evolutive.

    Bonjour à tous.
    Je suis en terminal S, spé SVT. Je suis en train de faire plusieurs recherche pour me faire une idée des métiers envisageables.
    Je suis très attiré par le métier de chercheur en biologie évolutive, sans vraiment savoir en quoi consiste ce métier ni comment y accéder. Est-ce des études difficiles ? ou longues ? Une école comme l'ENS pourrait être envisagé ?
    Merci de me répondre, je suis dans le flou.
    Cordialement.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    furanohana

    Re : Biologie evolutive.

    Pour faire de la recherche en évolution, la voie "classique" est de passer par une fac de Bio : L3 en sciences de la vie puis M1-M2 en évolution, et ensuite thèse. Au final, chercheur correspond donc à un Bac+8, à quoi il faut ensuite rajouter des "stages post-doctauraux" (= en gros, travail de recherche sur des missions de 1 à 3 ans en général, souvent à l'étranger), pour au final essayer d'être pris au CNRS, comme maître de conférence dans une université, ou dans des organismes comme le Museum d'Histoire Naturelle par exemple.
    Bref, il s'agit donc d'études longues (même si, à partir de la thèse, bien qu'officiellement "étudiant" on fait de la recherche, avec un (petit) salaire), et assez difficile dans la mesure où il y a une sélection à l'entrée en M2, et pour obtenir une bourse de thèse ensuite. La motivation est donc un point important.

    Les ENS sont une des voies "alternatives" pour un tel projet. Pour cela, il faut passer par une prépa (BCPST a priori pour ce domaine) et soit intégrer une ENS par concours (attention, c'est difficile...) soit intégrer une ENS comme étudiant (sur dossier, après une prépa ou après deux années universitaires L1-L2 ; mêmes cours suivis que les normaliens, mais sans toucher de salaire, les élèves normaliens étant fonctionnaires-stagiaires). L'avantage de la BCPST, c'est que cela n'empêche pas de continuer en L3 si on n'est pas pris aux ENS, donc on garde la possibilité de la voie "classique" ; deuxième avantage : en évolution, une certaine utilisation de mathématiques peut être possible, et passer par une BCPST permet d'avoir une formation plus solide qu'à l'université (en fac de Bio) dans les sciences "dures" (maths, physique, chimie), ce qui peut se révéler un vrai plus par la suite.

    Pour ce qui est du travail "quotidien" d'un chercheur en évolution, je pense que c'est très variable selon les thèmes de recherche... En effet, il y a de nombreuses manières manières de travailler sur l'évolution, qui ne feront pas toutes appel aux mêmes outils. Si vous voulez en savoir réellement plus, ce que je vous recommanderai, cela serait d'essayer de prendre contact avec des chercheurs en évolution (si vous êtes en région parisienne, essayez de fouiller du côté du museum, sinon cherchez du côté de la fac de bio la plus proche - mais sans garantie que des gens bossent sur l'évolution là-bas...) pour discuter avec eux, éventuellement aller une semaine ou deux en stage dans un laboratoire. N'hésitez pas aussi à en parler à votre prof de SVT : peut-être connait-il/elle des gens dans ce domaine ?

  4. #3
    Guillaume69

    Re : Biologie evolutive.

    Il y a aussi des gens qui travaillent sur une problématique, quelle qu'elle soit et qui sont amené à la replacer dans une perspective évolutionniste.
    Quelques exemples :
    En développement, où des études comparatives entre plusieurs taxons peuvent être menés pour expliquer des différences morphologiques et fonctionnelles. On parle d'évo-devo (evolutionary developmental biology), tu peux googler ça tu trouveras pas mal de liens).
    L'évolution du système immunitaire est pas mal étudié aussi.
    La génomique s'intéresse à savoir pourquoi les génomes sont organisés d'une façon ou d'une autre dans différentes espèces
    etc.

    Bref, même sans étudier directement les mécanismes mis en jeu au cours de l'évolution (spéciation, forces évolutives, évolution moléculaire), ni sans avoir de vastes connaissances en biologie évolutive (pour caricaturer: être un crack en biologie des organismes, connaître les différentes approches systématiques par coeur, ou encore avoir travaillé sur des fossiles dans un musée ^^), il est possible de jouer avec l'évolution et de répondre à des quest

    Tout dépend ce qui t'intéresse, au fond ... Ca se fera avec le temps, au cours de tes études.

  5. #4
    Ryuujin

    Re : Biologie evolutive.

    Il est également possible de passer par à peu près n'importe quelle bonne école d'ingé en biologie (pas seulement l'ENS ; entrer en prépa en visant seulement les ENS, c'est un peu...suicidaire).

    Il y a pas mal de masters recherche qui traitent cette thématique.

  6. #5
    Patynette

    Re : Biologie evolutive.

    Merci beaucoup pour vos réponse (je ne les avait pas vu depuis le temps !)
    Donc furanohana, il semblerait que le métiers de chercheur demande de longues études, qui n'aboutissent pas à un salaire très glorieux pour toute ces années d'études si je comprend bien.
    Il faudrait peut être que je me réoriente ! Mais la recherche est quelque chose qui me passionne beaucoup, n'y-a-t-il pas de métier rapportant plutôt bien au sein de la recherche ?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    furanohana

    Re : Biologie evolutive.

    En effet, il faut de la passion pour faire de la recherche. Cela demande de la persévérance et un travail important. Au niveau du salaire, même s'il n'est en général pas à la hauteur de ce qu'on pourrait attendre à ce niveau de qualification, il n'est pas non plus ridicule du tout. Pour info, vous trouverez ici les salaires (indiqués en points d'indices de la fonction publique) pour les CR (= chargés de recherche = chercheurs ayant un poste fixe) du CNRS : http://www.dgdr.cnrs.fr/drh/remuneration/grilles/cr.htm (l'aspect le plus complexe étant d'obtenir un poste... ce qui est loin d'être évident car il y a beaucoup de candidats pour peu de places)
    Valeur du point d'indice majoré au01/07/2010 : 55,5635 € Brut

    Il est probablement possible de gagner plus en allant dans le privé, mais pour cela il faut faire une recherche appliquée (or tout ce qui touche à l'évolution correspond à de la recherche fondamentale, faite dans les université, au CNRS, etc.)

  9. Publicité
  10. #7
    Patynette

    Re : Biologie evolutive.

    Mon professeur me propose d'aller dans un prépa bio. Il parait que celle de Lyon est plutôt bien. Mais après la prépa bio que peut-on faire ?
    J'ai aussi vu l'existence de Magistère. Mais après quelque recherche je ne trouve rien de bien explicatif sur ce que c'est. Quelqu'un pourrait-t-il m'éclairer ?
    Dernière modification par Patynette ; 18/10/2011 à 17h08.

  11. #8
    furanohana

    Re : Biologie evolutive.

    Passer par une BCPST vous permettra d'avoir des bases solides en biologie de manière générale, ainsi qu'en mathématiques (de plus en plus utile/indispensable en évolution).

    Après une BCPST, il y a plusieurs possibilités :
    - poursuivre en L3 à l'université (il y a des systèmes d'équivalence pour cela), par exemple pour continuer vers de la recherche fondamentale ;
    - intégrer une école d'ingénieur (ou vétérinaire), et là il y a une grande diversité. Pour avoir un petit aperçu, une petite liste se trouve là : http://bcpst.prevert.free.fr/spip.php?article10 (note : une petite mise à jour s'imposerait pour certains noms d'écoles, prendre en compte certaines fusions, etc.)
    Pour ce qui est de l'université, il y a en particulier la possibilité de candidater pour intégrer un magistère (dossier + entretien). Les magistères sont des parcours L3-M1-M2 (donc 3 ans) intégrés, à vocation de former des chercheurs ; il s'agit de formations "d'élite" des universités, à petits effectifs (entre 30 et 60 étudiants en gros). En particulier, des magistères sont assurés par les Ecoles Normales Supérieures (Lyon, Ulm + formation équivalente à Cachan). Les magistères de Ulm et Lyon peuvent être une très bonne voie d'entrée vers de la recherche en évolution (mais il faut tout de même un bon niveau pour y être admis).

  12. #9
    Patynette

    Re : Biologie evolutive.

    Je me demande pourquoi les concours de ENS sont aussi difficile ? Aussi difficile que la première année de médecine ?

  13. #10
    furanohana

    Re : Biologie evolutive.

    Les concours ENS sont largement plus difficiles que ceux de première année de médecine. La raison en est multiple :
    - beaucoup de candidats pour peu de places (et en général ce sont les meilleurs de prépa qui présentent le concours) ;
    - les ENS veulent des étudiants avec un très haut niveau scientifique, d'où une difficulté volontairement élevée des épreuves ;
    - attirance pour les ENS : car les normaliens sont payés ; car cela permet de continuer à "vraiment faire de la biologie (ou de la géologie)" à haut niveau, dans la lignée de l'enseignement suivi en prépa ; prestige des ENS ;
    - car c'est une voie permettant d'obtenir avec plus de probabilité un poste d'enseignant en classe prépa ; de même, le fait d'être normalien aide lors des premières recherches de laboratoire de stage, donc avantage pour quelqu'un se destinant à la recherche ;
    etc.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Alcool et psychologie évolutive ..?
    Par Sandeman dans le forum Neuropsychologie et Psychologie
    Réponses: 35
    Dernier message: 12/07/2011, 20h17
  2. cursus pour devenir chercheur en biologie évolutive
    Par damien9233 dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 6
    Dernier message: 16/07/2010, 19h38
  3. [Evolution] Origine évolutive des sentiments
    Par Koranten dans le forum Biologie
    Réponses: 20
    Dernier message: 26/07/2008, 17h20
  4. [Offre] Stage écologie évolutive
    Par Tigrouneophyte dans le forum Stages
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/03/2008, 13h06
  5. Robotique évolutive
    Par valj dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/06/2007, 14h07