Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Rapport Période radioactive/Activité



  1. #1
    alliiccee

    Question Rapport Période radioactive/Activité

    Bonjour! Il y a quelquechose que je ne saisis pas bien concernant le rapport entre période radioactive et activité d'une source. Lors d'une question d'un QCM, on nous demandait ce qui était le plus dangereux en terme d'effets radiobiologiques : une période physique courte ou une période longue? J'ai répondu que c'était la période courte car à mon sens, plus une source émettait une radioactivité en un temps faible, plus c'était dangereux. Or on m'a répondu qu'au contraire un élément radioactif ayant une période longue est bien plus délétère... je ne comprends vraiment pas pourquoi puisqu'à priori son activité sera moins importante? ... de l'aide svp , je ne comprends pas où je fais fausse route...
    De plus, si l'on considère 2 sources radioactives d'activité égale à 500 MBq, l'une (source A)a une période de 59jrs, l'autre (B) a une période de 50jrs. Après un temps t, il est marqué dans mon cours que l'activité de A sera supérieure à l'activité de B... je ne comprends pas pourquoi , j'aurais dit l'inverse puisque la période de A est plus longue...
    Comme vous l'avez compris, je suis un peu embrouillée
    Merci de votre aide

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Jeanpaul

    Re : Rapport Période radioactive/Activité

    L'activité c'est le nombre de désintégrations par seconde, elle est proportionnelle au nombre d'atomes présents et inversement proportionnelle à la période.
    Donc au départ, c'est la matière de plus courte période qui a le plus d'activité.
    Mais au bout d'un certain (!) temps, cette matière se sera bien désintégrée et son activité baissera.
    C'est pourquoi quand on parle de déchets radioactifs, les plus embarrassants sont les matériaux à durée de vie moyenne (du genre entre 1 et 100 ans).

  4. #3
    NicoEnac

    Re : Rapport Période radioactive/Activité

    Citation Envoyé par alliiccee Voir le message
    si l'on considère 2 sources radioactives d'activité égale à 500 MBq, l'une (source A)a une période de 59jrs, l'autre (B) a une période de 50jrs. Après un temps t, il est marqué dans mon cours que l'activité de A sera supérieure à l'activité de B
    L'activité suit une loi exponentielle décroissante en exp(-lambda x temps) si je me souviens bien. Une période plus grande implique donc une décroissance plus lente. Donc si A et B ont une activité égale à un moment donné, l'activité de A (qui a la période la plus grande) va décroitre plus lentement donc sera supérieure à celle de B.

    Vois cela comme si on mettait quelque chose au four. Qu'est ce qui est le plus "dangereux" ? Que la température baisse plus ou moins vite ? Dans quel cas la température sera la plus haute ?
    "Quand les gens sont de mon avis, il me semble que je dois avoir tort."O.Wilde

  5. #4
    Yukii38

    Re : Rapport Période radioactive/Activité

    Par hasard, tu confondrai pas avec le fractionnement d'une dose? car le fait de fractionner la dose est bcp moins délétère que de recevoir tt d'un coup. (ça augmente le taux de survie cellulaire)

    Pour ton item de qcm, on peut le reformuler comme ça : plus la période physique d'un contaminant radioactif est longue, plus les conséquences d'une contamination par ce radioélément seront graves.

  6. #5
    alliiccee

    Re : Rapport Période radioactive/Activité

    [QUOTE=Yukii38;2338115]Par hasard, tu confondrai pas avec le fractionnement d'une dose? car le fait de fractionner la dose est bcp moins délétère que de recevoir tt d'un coup. (ça augmente le taux de survie cellulaire)

    Tu as raison, je crois que je suis effectivement en train de faire un mélange avec le débit de dose et tout ça... En tous cas merci beaucoup à tous les 3, c'est beaucoup plus clair

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    KLOUG

    Re : Rapport Période radioactive/Activité

    Bonjour

    Je reprends les questions d'Alice

    Bonjour! Il y a quelque chose que je ne saisis pas bien concernant le rapport entre période radioactive et activité d'une source. Lors d'une question d'un QCM, on nous demandait ce qui était le plus dangereux en terme d'effets radiobiologiques : une période physique courte ou une période longue? J'ai répondu que c'était la période courte car à mon sens, plus une source émettait une radioactivité en un temps faible, plus c'était dangereux. Or on m'a répondu qu'au contraire un élément radioactif ayant une période longue est bien plus délétère... je ne comprends vraiment pas pourquoi puisqu'à priori son activité sera moins importante?

    De plus, si l'on considère 2 sources radioactives d'activité égale à 500 MBq, l'une (source A)a une période de 59jrs, l'autre (B) a une période de 50jrs. Après un temps t, il est marqué dans mon cours que l'activité de A sera supérieure à l'activité de B... je ne comprends pas pourquoi , j'aurais dit l'inverse puisque la période de A est plus longue...


    Je vais commencer par la deuxième partie.
    Au bout de 50 jours l'activité de A est presque à la moitié (mais pas encore) alors que B a une activité de moitié.
    Au bout de 59 jours A a une activité égale à la moitié alors que B aura une activité légèrement inférieure.
    Donc au temps t l'activité de A sera toujours supérieure à l'activité de B.
    La période est le temps nécessaire pour que l'activité diminue de moitié. B ayant la période la plus courte va voir son activité diminuer plus rapidement.


    Passons maintenant à la première partie.
    Il faut comparer les choses comparables et voir également quels sont les modes d'exposition, voire les modes d'incorporation (ingestion, inhalation, cutanée -possible), les types de rayonnements émis.
    Toutes les réponses ne sont pas aussi simples, sinon... la radioprotection ne serait pas un métier en soi.

    Prenons le cas des éléments à période courte.
    Certes ils vont diminuer rapidement avec le temps mais leur activité spécifique (ou activité massique) est très élevée.
    A titre d'illustration prenons le fluor 18 de période 110 minutes. L'activité spécifique est égale à 3,51.1018 Bq/g.
    Autant dire qu'il faut une quantité impalpable (impesable en tout cas) pour que ce soit dangereux, en exposition externe !!

    En exposition interne il faut passer par les doses par unité d'incorporation, désolé d'entrer dans du jargon technique, mais c'est nécessaire pour avoir la toxicité.
    Le coefficient le plus restrictif est de l'ordre de10-10 Sv par becquerel incorporé.
    En supposant que l'on injecte à un patient de l'ordre de 500 MBq (c'est une activité courante) en multipliant on obtient 0,05 Sv soit 50 mSv.

    Maintenant prenons une même activité en plutonium 239 et en polonium 210 (radionucléide, à période courte, célèbre que l'on a utilisé pour éliminer un opposant politique.... ).
    Prenons 500 kBq
    Ce qui va varier c'est la masse nécessaire pour avoir 500 kBq
    période plutonium : 24100 ans
    période polonium : 138 jours

    masse plutonium : 0,22 milligramme
    masse polonium : 3 nanogramme
    Si je n'ai pas fait d'erreur de calcul...

    Si on prend toujours ces coefficients de doses par unité d'incorporation (prenons le cas ou l'on respire 500 kBq)

    DPUI plutonium 239 : 4,7.10-5 Sv/Bq incorporé
    DPUI polonium 210 : 7,1.10-7 Sv/Bq incorporé

    La dose équivalente aux organes sur lesquels ira se fixer la radioactivité sera donc :
    Pu = 23,5 Sv
    Po = 0,355 Sv

    Mais maintenant au lieu de raisonner avec l'activité, raisonnons avec les masses et faisons respirer 1 microgramme de ces produits à quelqu'un :
    L'activité en Pu vaut 6,8 kBq
    L'activité en Po vaut 166 MBq
    Si je n'ai pas fait d'erreur de calcul (je n'ai pas avec moi ma calculette préférée).
    Et dans ce cas la dose est très limitée pour le plutonium et est mortelle pour le polonium...

    Donc pour les réponse au qcm, je pense qu'il manque pas mal de données avant d'être aussi affirmatif. Et on ne peut pas dire que les produits radioactifs à période courte ne présentent pas de danger.

    Certes ceux à période longue vont rester plus longtemps dans l'organisme. Mais là aussi il faudrait aussi parler de la composition de la période biologique et de la période radioactive dans une grandeur que l'on nomme la période effective.

    Désolé d'avoir été un peu long et peut-être un peu technique mais la question n'est pas aussi triviale que cela. Et on ne peut pas se limiter à une réponse trop facile.

    Bonne continuation à tous
    KLOUG
    Suivre la voie et les voix de la Volte

  9. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Période radioactive
    Par Yukii38 dans le forum Physique
    Réponses: 6
    Dernier message: 07/04/2009, 22h50
  2. Periode radioactive, constante radioactive et dose
    Par alliiccee dans le forum Physique
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/04/2009, 18h52
  3. Activité et activité moyenne d'un électrolyte.
    Par julien_4230 dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/02/2009, 10h56
  4. Période de rotation = période de révolution
    Par Ferit dans le forum Archives
    Réponses: 3
    Dernier message: 04/02/2006, 16h20
  5. Pseudo période, période propre
    Par benjy_star dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 12/05/2005, 16h43